Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 04/07/2018 14h06

Membre
Réputation :   53  

J’investis en bourse depuis une vingtaine d’années et si vous lisez Lynch, Buffet etc. les équipementiers automobiles sont souvent présentés dans leurs écrits comme le secteur cyclique par excellence…

Voici l’ampleur de la baisse de quelques titres du secteur auto lors du dernier bear market il y a 10 ans(point haut - point bas):
Renault: -92%
Faurecia: -92%
PSA:-83%
Valeo: -82%
Delfingen:-76%
akwel(ex mgic):-86%

Dernière modification par tigrou (04/07/2018 14h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#27 04/07/2018 15h12

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1779  

Totalement d’accord bien sûr avec Tigrou sur le caractère cyclique du secteur automobile (constructeurs et équipementiers), donc actuellement risqué pour ceux qui pensent (comme moi) qu’on est en haut du cycle économique ou pas loin.

Je m’étonne toujours de voir des portefeuilles fortement concentrés sur ce secteur – dont celui, primus inter pares, de l’excellent W. Higgons. C’était un pari gagnant en 2017 (et les années précédentes), beaucoup moins cette année.

Cela dit, pour essayer d’évaluer le potentiel de baisse de ce secteur au moment de la récession à venir, il faut à mon sens évaluer à la fois :
1)    Le potentiel de révision à la baisse des prévisions de profits du secteur
2)    Le potentiel de baisse des multiples de valorisation (disons PER)


Je pense qu’en 2007, ces 2 « réservoirs » de baisse étaient pleins (= les marchés étaient trop optimistes sur la capacité bénéficiaire du secteur, et ils valorisaient trop ces profits futurs), ce qui s’est traduit par les très fortes baisses mentionnées par Tigrou.

Aujourd’hui, je pense qu’il y a un potentiel de révision à la baisse des prévisions de profits des équipementiers automobiles (il suffit de voir l’enthousiasme sur ce forum, échantillon du marché, pour ce secteur pour apprécier les déceptions possibles). Par contre, les multiples de valorisation sur le secteur me semblent beaucoup plus raisonnables qu’en 2007.

A titre d’illustration, le PER de Renault est actuellement de 4,5 contre 12 en 2007 (moyenne sur 10 ans : 10). (il faudrait voir aussi cela sur les équipementiers)

Il est plutôt sain que le marché price déjà diverses primes de risque sur le secteur (scandales diesel, risques de guerre commerciale etc.) : ça devrait amortir (un peu) l’impact de la récession à venir sur le secteur.

Conclusion : je sous-pondère ce secteur dans mon portefeuille, mais je garde mes positions, en sélectionnant (ou en essayant de sélectionner…) les champions du secteur = les boîtes bien gérées, qui survivront à la tempête à venir.

PS : Petites positions sur les équipementiers Delfingen, Akwel, Faurecia, Plastivaloire, Le Bélier, Plastic Omnium, Actia et Precia, et sur le constructeur Daimler AG, mais globalement ce secteur est sous-pondéré dans mon portefeuille.

Dernière modification par Scipion8 (04/07/2018 20h05)

Hors ligne Hors ligne

 

#28 04/07/2018 19h06

Membre
Réputation :   1  

Si je suis votre logique  Tigrou,  -90% sur le plus haut de Delfingen ferait revenir la valeur à 4 euros !

J’espère que vous vous trompez, et amha le directoire ne laissera pas faire , compte tenu du nombre limité de titres cotés et de l’implantation forte à l’international de cette boite, ça ferait très môche sur la carte de visite …

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #29 05/07/2018 00h02

Membre
Réputation :   53  

Scipion8 a écrit :

Je pense qu’en 2007, ces 2 « réservoirs » de baisse étaient pleins (= les marchés étaient trop optimistes sur la capacité bénéficiaire du secteur, et ils valorisaient trop ces profits futurs), ce qui s’est traduit par les très fortes baisses mentionnées par Tigrou.

Je suis d’accord, l’élastique est un peu moins tendu qu’en 2008.

Olivier67 a écrit :

Si je suis votre logique  Tigrou,  -90% sur le plus haut de Delfingen ferait revenir la valeur à 4 euros !

En tout cas à 29€, on est déjà à 36% de baisse sur le titre depuis le point haut à 45€, donc une bonne partie de la baisse est entamée…

Je n’ai pas dit que le cours de Delfingen en particulier allait s’effondrer de 90%, je parlais de la moyenne du secteur sur les précédents bear market.

Lors de la précédente crise Delfingen a surperformé le secteur avec "seulement" 76% de baisse.

Chacun peut faire soi-même un "stress test" en simulant 2 années de pertes + baisse C.A. et en répliquant les ratios VE/CA ou VE/capitaux propres du précédent bas de cycle.
Cela ramènerai le titre dans la zone 10€ à 15€.

Mais c’est juste un scénario possible parmi d’autres…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #30 06/10/2019 12h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   268  

Delfingen est surtout un équipementier automobile spécialisé dans les solutions de protection des réseaux embarqués (par des tubes textiles ou plastiques) et les tubes techniques pour transfert de fluides.

Delfingen est donc bien positionné pour négocier le virage vers la voiture électrique, connectée et autonome.

La société a l’ambition de surperformer le marché automobile de +5%.

C’est une small caps, la société capitalise seulement 50 M€ pour un chiffre d’affaire de plus de 200 M€.

La société est relativement peu liquide il s’échange de l’ordre de 1000 titres par jour dans les 20€.

La société a publié, vendredi 6 septembre, d’excellents résultats semestriels.

Résultats Delfingen 1er semestre 2019


Les ventes de la division Automobile, qui représentent 80 % du chiffre d’affaires total ont progressé de 3,8 % à taux de change constants.
La production automobile mondiale sur la même période est en recul de 6,7 %
Les ventes de la division automobile ont donc surperformé le marché de plus de 10 points, ce qui est remarquable.

Le résultat net courant annualisé (doublé) est en progression de +32% par rapport à l’année 2018.

Sur la base des résultats semestriels et au cours de 19,5€ :

→ le PER est de 6.2,
→ le ratio P/CF = CB/MBA est de 2.4
→ le ratio VE/CA est de 0.38

Mes objectifs traditionnels sont :

PER de 15 → 48€
P/CF de 6 → 48€
VE/CA =0.75 → 39€

Ce qui me donne un objectif de cours basé sur ces trois objectifs objectifs de 45€ (+130%).

L’ancien objectif sur les résultats 2018 était de 37€. L’objectif est donc relevé de 20%.

Quand je calcule un objectif sur un équipementier,  j’ignore toujours le quatrième ratio : P/B = CB / ANC.
Pour référence : P/B = 0.68 (objectif 1) → 29€ et la moyenne des quatre objectifs serait à 41€ (+110%)

Mon avis : Les semestriels étaient excellents, l’objectif est relevé à 45€ (+130% sur le dernier cours).
Acheter Delfingen dans les cours actuels. La société intègre mes favoris.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Larbinator (06/10/2019 13h08)

Hors ligne Hors ligne

 

#31 11/10/2019 08h18

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   116  

Suivant les résultats de Delfingen du S1 et en les multipliant par deux pour avoir une projection annuelle, comment trouvez vous 2.4 pour le P/CF.

Je peux avoir votre détail de calcul ?

Je vois 6.9 pour le CF pour 6 mois, donc 13.8 pour l’année. P/CF = 50/13.8 = 3.62.

Au plaisir Denis.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #32 12/10/2019 13h18

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   268  

Données extraites des comptes semestriels au 30 juin 2019
En milliers d’euros

Taux de l’Impôt sur les Sociétés 2019 (IS) : 33 1/3 %
Nombre d’Actions (NbA) : 2 443,944
Cours du vendredi 11 octobre 2019 (cours): 19,8 €
Capitalisation Boursière (CB) = NbA x cours = 48 390 m€

Actifs Non Courants (ANC) = 108 925 m€
Fonds Propres Totaux (CPT) =  70 666 m€
Capitaux Propres Part du Groupe (CPPG) : 70 455 m€
Intérêts Minoritaires (IM) : 211 m€

Chiffre d’Affaire (CA) : 114 484 m€
Résultat Net Part du Groupe (RNPG): 3733 m€

Autres Produits Opérationnels (APO) : 4 m€
Autres Charges Opérationnelles (ACO) : -215 m€
Autres Produits Financiers (APF) : 444 m€
Autres Charges Financières (ACF) : -970 m€

Dotations nettes aux amortissements (Amo): - 5 997 m€
Dotations nettes aux provisions et pertes de valeur (Prov) : -52 m€
(pris dans le compte de résultat)

Calcul du PER :
Résultat Exceptionnel (REX) = APO + ACO + APF + ACF = 4 - 215 + 444 - 970 = -737 m€
Résultat Net Courant (RNC) = RNPG - REX x (1 - IS) = 3733 + (737 x 2/3) = 3733 + 492 = 4224 m€
PER courant = CB / (RNC x 2) = 5,73
PER = 5,73

Calcul du P/CF
Amortissement et Provisions (AMP) = -Amo - Prov = 5997 + 52 = 6049 m€
Amortissement et Provisions Retraités (AMPR) = AMP x CPPG / FPT = 6049 x 70 455 / 70 666 = 6031 m€ 
Marge Brute d’Autofinancement retraitée (MBAr) = RNPG + AMPR = 3733 + 6031 = 9746 m€
P/CF= CB / (MBAr x 2)= / 48 390 / (9746 x 2)= 2,48
P/CF = 2,48

Calcul du P/B
P/B = CB / CPPG = 48 390 / 70 455 = 0,69
P/B = 0,69

Calcul du ratio VE/CA
Actif Net Circulant (ANC) = CPPG - ANC = 70 455 - 108 925 = - 38 470 m€
Dette Larbinator™ = - ANC = 38 470 m€
Valeur d’Entreprise (VE) = CB + dette = 48 390 + 38 470 = 86 860 m€
Chiffre d’Affaire Retraité (CAr) = CA x CPPG / FPT =  114 484 x 70 455 / 70 666 = 114 142 m€
VE / CA (retraité) = VE / (CAr x 2) = 86 860 / (114 142 x 2) = 0,38
VE / CA = 0,38

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Larbinator (12/10/2019 18h26)

Hors ligne Hors ligne

 

#33 08/11/2019 17h52

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   915  

La société a l’ambition de surperformer le marché automobile de +5%.

Mission accomplie !

T3 2019
Chiffre d’affaires publié en progression de 7,3 %
Surperformance de 11 points de la production automobile mondiale

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#34 08/11/2019 18h37

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   556  

(Message à supprimer) vraiment désolé.

Dernière modification par DDtee (08/11/2019 18h39)


Ceux qui dansent sont pris pour des fous par ceux qui n'entendent pas la musique (Nietzsche)

Hors ligne Hors ligne

 

#35 12/11/2019 16h54

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   450  

Boursier.com a écrit :

Delfingen Industry : que du bon

Solutions.
Dans le monde des équipementiers automobiles, Delfingen est spécialisé dans les solutions de protection des faisceaux électriques, des tubes, des durites… Ces solutions permettent de faire face aux variations de température, aux vibrations, aux frottements, aux radiations… Originaire du Doubs, la société familiale profite de la complexité croissante des véhicules avec de nouvelles fonctionnalités liées au confort, à l’autonomie, aux nouvelles motorisations électriques ou hybrides… Sur son segment de marché, Delfingen occupe la position de numéro 1 en Amérique du Nord et de co-leader en Europe. Malgré un contexte défavorable, la firme est parvenue à délivrer une croissance interne de 9,6% l’an dernier.

Marge. On observe là une bonne illustration de la pénétration croissante des technologies mises au point par Delfingen. Dans un contexte inflationniste des matières premières, la société a toutefois concédé l’an dernier une baisse de ses marges. Le résultat opérationnel courant est ainsi revenu à 11,5 Millions d’Euros vs 14,6 Millions d’Euros… Sur les neuf premiers mois de l’année en cours, la capacité de Delfingen à surperformer son marché s’est confirmée avec une croissance organique de 3,6% alors que la production automobile mondiale continuait de piquer du nez. Quant à la profitabilité, elle est repartie à la hausse avec une amélioration du mix-produits et une accalmie du côté des prix des matières premières.

Valeur. A fin juin 2019, le résultat opérationnel courant progressait ainsi de 22% à 7,2 Millions d’Euros contre 5,9 Millions d’Euros. Si l’on doit trouver un point d’achoppement au bel équilibre de l’entreprise de la famille Streit, ce serait la dette nette qui est assez élevée… Mais la génération d’argent frais est conséquente ce qui relativise ce facteur. Le management indique d’ailleurs être continuellement en état de veille pour les acquisitions. Le titre Delfingen a pourtant été entraîné par la défiance générale vis-à-vis des équipementiers automobiles en revenant de 45 à 20 Euros depuis début 2018. Avec un PE extrêmement bas et une croissance durable, Delfingen constitue une de nos fortes convictions dans cet univers. Delfingen est une de nos idées fortes dans le secteur des équipementiers automobiles… on achète.

Source

Avis perso :
pas étudié le dossier suffisament pour avoir un avis tranché. Delfingen est pas mal endetté et cela pourrait poser problème en cas de retournement de cycle. C’est pour cette raison que je préfère Akwel et Le Belier (actionnaire des 2 sociétés) qui ont une meilleure santé financière. Ceci dit, Delfingen continue de surperformer le marché auto, la dette ne devrait pas pas poser problème et constituera un "levier" sur les performances financières et boursières.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

#36 10/02/2020 07h47

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   116  

(AOF) - Delfingen a publié un chiffre d’affaires pour son exercice 2019 en hausse de 4,5% en organique à 230,5 millions d’euros. La division automobile (81% des ventes) progresse de 6,3% en organique, alors que l’Industriel recule de 2,9% à cause des isolations électriques et thermiques mais aussi des sangles et ceintures techniques. L’activité en Europe, Amériques et Asie augmente de 4,6%, 8,1% et 5,6% respectivement, dont +6,4% en Chine. Le spécialiste des solutions de protection et de cheminement des réseaux électriques et fluides a connu des effets de change positifs pour 6,9 millions d’euros.

CA en hausse de 4.5% dans un marché morose. La décote de cette pépite ne semble pas justifiée.

A suivre avec la publication financière.

Une de mes valeurs favorites dans le secteur de l’automobile.

Dernière modification par LoopHey (10/02/2020 07h48)

Hors ligne Hors ligne

 

#37 30/03/2020 08h54

Membre
Réputation :   2  

Les Resultats financiers sont très bon.
Belle amélioration de la marge.
+46% de RN.

En négatif, augmentation de l’endettement pour une société déjà bien endetté.

Reste à avoir les impacts de la crise qui seront certainement important sur le CA 2020.

Hors ligne Hors ligne

 

#38 30/03/2020 09h54

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   915  

La société a communiqué sur les impacts du Covid-19 il y a quelques jours.

Par conséquent, la production automobile est en forte baisse, et DELFINGEN anticipe que cette situation puisse durer jusqu’à la fin du premier semestre

Le Groupe adapte en permanence le niveau d’activité de ses sites, dont certains ont été partiellement ou totalement fermés, d’abord en Asie, puis, à présent, en Europe et sur la région Amériques. A contrario, nos usines chinoises, y compris celle de Wuhan, ont progressivement redémarré.

DELFINGEN met en place, avec le soutien de son pool bancaire et de BPI France, des outils de financement afin de faire face aux aléas de cette crise

Tout cela reste assez vague.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par maxicool (30/03/2020 09h56)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#39 30/03/2020 10h31

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   450  

Delfingen a écrit :

L’endettement financier net ressort à 69,4 M€ au 31 décembre 2019, contre 55,2 M€ au 31 décembre 2018, essentiellement du fait d’un niveau d’investissement de 10,1 M€ et de l’impact de l’application de la norme IFRS 16 à partir du 1er janvier 2019 pour 17,9 M€.

Si on retraite l’impact IFRS 16 (comptabilisation d’une "dette" sur les contrats de location), alors l’endettement est en légère diminution (69,4-17,9=51,5M€). L’endettement reste néanmoins substantiel dans ses temps troublés … Comme indiqué à de nombreuses reprises, je préfère Akwel qui a un bilan quasi net de dette qui lui permet d’être beaucoup plus serein pour passer la crise !

A noter également les bonnes relations du management avec les employés qui leur permettent d’être solidaires dans les mauvais moments et généreux dans les bons moments :

Gérald Streit, PDG de Delfingen Industry a écrit :

La valeur Partage est notamment ressortie comme essentielle, aux côtés de la Liberté, de l’Amélioration continue, et de la Responsabilité. Pour prendre un exemple concret en matière de partage, chaque année, 20% du résultat net consolidé du Groupe est redistribué entre tous les salariés, ce qui correspond à 2,5 semaines de rémunération supplémentaire pour chacun de nos 2500 collaborateurs. Ainsi, quand tout va bien, nous partageons les fruits, et quand c’est plus difficile, nous partageons l’effort. Lors de la crise de 2008, tout le monde a consenti à une baisse de son salaire en attendant un retour à meilleure fortune. Et en 2009, nous sommes redevenus bénéficiaires.

Source

AMF : actionnaire Akwel


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #40 01/05/2020 11h11

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   450  

Boursier.com a écrit :

Delfingen Industry : une belle dynamique de croissance

Immatriculations.
La crise sanitaire a conduit à la fermeture des concessions automobiles avec des immatriculations qui sont au point mort dans la plupart des grands pays industrialisés. Avant l’apparition de la pandémie, le marché était déjà compliqué avec le renforcement des normes d’homologation, un haut de cycle dans plusieurs régions, les mesures prises à l’encontre du diesel… D’ailleurs, le compartiment des équipementiers automobiles est mal orienté sur les marchés financiers depuis la mi-2018. Avec les espoirs suscités par la levée du confinement lors des prochaines semaines, les opérateurs commencent à se replacer sur les équipementiers automobiles. Les acheteurs du moment profitent de prix d’entrée très attractifs si on se place dans une optique de reprise de la demande à moyen terme.

Systèmes. Certains petits acteurs de la filière s’avèrent aujourd’hui particulièrement dépréciés. En début de reprise boursière, le flux acheteur cible tout d’abord les grands noms du secteur avant de s’attaquer aux ETI. Dans cette catégorie des équipementiers automobiles de taille réduite, Delfingen mérite le détour. Avec plus de 3.000 salariés, la société propose des systèmes de protection des réseaux embarqués dans les véhicules. Malgré des conditions de marchés défavorables, Delfingen a fait état en 2019 d’une progression de son activité de 6,3% dans l’automobile. Cette situation traduit le fait que les voitures intègrent plus de câbles en devenant connectées. Les motorisations hybrides nécessitent également davantage de connexion électrique…

Résultats. La société a également signé un rebond marquant de sa marge avec un bénéfice net de 8,5 Millions d’Euros en 2019 contre 5,8 ME précédemment. L’amélioration du mix produits et la bonne efficience industrielle expliquent cette progression sensible. La dette nette de Delfingen représente 2,4 fois l’Ebitda ce qui conduit à une note moyenne sur ce plan par rapport aux autres acteurs de la filière. Afin de faire face aux conséquences de la pandémie, l’entreprise a mis en place des outils de financement appropriés auprès de ses partenaires bancaires et de la Banque Publique d’Investissement. Dans les cours actuels, Delfingen capitalise 34 ME, soit un PE de 4… On peut acheter une petite ligne de Delfingen même si nous lui préférons Akwel, un autre équipementier auto qui affiche également un PE de 4 mais qui offre l’avantage d’avoir une situation financière nettement plus robuste… En complément d’autres équipementiers automobiles, on peut acheter quelques titres Delfingen.

Source
Avis perso :
promis, c’est pas moi qui leur ai soufflé la piste Akwel avec un bilan plus sain wink
Actionnaire Akwel


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #41 02/05/2020 20h41

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   268  

L’équipementier spécialiste de la protection des réseaux embarqués et des tubes pour transfert de fluides a publié le mardi 28 avril après bourse ses comptes 2019.

Crise Sanitaire :

Delfingen a écrit :

La production automobile est en forte baisse, et le Groupe DELFINGEN anticipe que cette situation puisse durer. Dans ce contexte de marché difficile, le Groupe DELFINGEN adapte en permanence le niveau d’activité de ses sites, dont certains ont été partiellement voire totalement fermés.

Des mesures ont immédiatement été prises afin de limiter les effets négatifs sur le résultat opérationnel et le cash-flow. Le Groupe DELFINGEN a mis en place, avec le soutien de son pool bancaire et de Bpifrance, des outils de financement afin de faire face aux aléas de cette crise.

Analyse multicritère :

PER = 3,7 → objectif 15 → 56€
PCF = 1,5 → objectif 6 → 54€ (écarté par prudence au profit de VE/EBITDA)
VE / EBITDA = 2,6 → objectif 8 → 43€
VE / CA = 0,31 → objectif 0,75 → 33€
P/B = 0,44 → objectif 1 → 32€ (écarté, équipementier)

Moyenne : (56 + 43 + 33) / 3 = 132 / 3 = 44€.

Les objectifs précédent était de de 39€ (communiqué sur les résultats 2020) et 44€ (comptes au 30 juin 2019)

Analyse de la structure bilantielle (dette) :

Les analystes financiers calculent que la dette financière nette atteint 67 M€ (80 M€ - 13 M€ de trésorerie).
À comparer avec les capitaux propres de 76 M€ ou la capitalisation boursière de 33 M€.

J’assimile pour ma part la dette à l’opposé de l’actif net circulant (la VANN)
Actif net circulant = trésorerie + créances + stock - dettes financières - provisions - autres créances
Actif net circulant = 13 + 51 + 26 - 82 - 9 - 37 = -38 M€

Mon raisonnement donne une dette de 38 M€ au lieu de 67 M€.
Je prend en compte le fait que Delfingen finance son fond de roulement par de la dette, mais qu’il y a des actifs en face.

Ainsi, le gearing (dette/capitaux propres) ressort à 50% (ok) et le leverage (dette/EBIT) à 250% (ok).

Recherche & développement :

Le ratio frais de recherche / valeur d’entreprise est de 9%.

L’effort de recherche et développement de Delfingen est plutôt important.
Je prends en compte uniquement les frais de recherche passés intégralement en frais dans les comptes et non ceux amortis sur plusieurs années.
En général, les frais de recherche ne dépassent pas 5% pour un équipementier automobile. (Faurecia 4%)

Prochain rendez-vous :

Le chiffre d’affaire du 1er trimestre 2020 sera publié mercredi 7 mai 2020

Mon avis :

Delfingen est bien positionnée sur un secteur d’avenir (protection des réseaux embarqués)
C’est une belle société qui prévoit en général de surperformer le marché automobile de +5%.

— Acheter Delfingen dans les cours actuel (14€) avec un objectif de 44€ (+220%) —

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Larbinator (03/05/2020 00h22)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #42 03/05/2020 15h25

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   116  

Pour compléter l’approche de Larb’ voici mon analyse rapide. Je n’ai hélas pas retrouvé les comptes post 2010, si quelqu’un les a, ce serait avec plaisir pour compléter mon étude.

Coté bilan:

Il semblerai que l’on présente une décote historique sur les CPT sur les 10 dernières années :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/18726_capture_decran_2020-05-03_a_134723.png

Le point bas du moment, n’a jamais été atteint sur l’étude. Nous cotons 1,12 fois les CPT.
D’ailleurs nous disposons pour un cours de 13€80 de 12,28€ de CPT par action alors qu’en 2017 par exemple nous cotions entre 35 et 40€ pour 7€ de CPT par action.
Le moyenne historique de Capi/CPT est à 2,57.
En jouant le retour à la moyenne par rapport au bilan nous avons un objectif de cours de 31€ soit + 129%.

Coté flux :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/18726_capture_decran_2020-05-03_a_134137.png

Moyennes historique nous avons :
VE/EBITDA = 5,17. Nous sommes à 3,93
VE/EBIT = 8. Nous sommes à 7,36
VE/CA = 0,5. Nous sommes à 0,49
PER = 10. Nous sommes à 3,87

La moyenne de VE/EBIT, VE/CA et PER nous donne comme objectif 21€ soit + 53% sur le cours actuel.

Coté dettes :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/18726_dettes.png

Par rapport au CPPG nous sommes à 104%, ce qui n’est pas excessif mais qui est tout de même élevé.
En revanche par rapport à l’EBIT, la dette est importante à 5,2 fois. Ce point est à prendre en compte dans la prise de position.

Perspectives :

L’entreprise est bien positionnée pour le futur. Elle est prête à accompagner les constructeurs dans le virage de l’électrique et l’autonome. D’ailleurs son niveau d’investissement sur les 5 dernières années est  plus élevé que sur les 4 premières par rapport au CA (3,3% du CA sur les 5 premières années contre 4,5% aujourd’hui).
L’entreprise prévoit de superformer le marché automobile de 5% par an. L’année 2019 n’a pas déçu et conforte la capacité de Delfingen à garder sa croissance, même quand le marché ralenti.

Mon avis :

Delfingen est une entreprise en croissance dans un secteur très cyclique.
En revanche sa décote historique par rapport à ses CPT est intéressante. Contrairement à d’autres entreprises du secteur que j’ai pu analyser comme Actia Group ou Plastivaloire, Delfingen présente un point d’entré intéressant.

Au niveau des chiffres, je la placerai derrière Akwel qui nous présente un bilan en béton. Cependant, je pense que Delfingen est bien mieux engagée pour le futur.

La décote est présente et conséquente, on a de la croissance, qui n’est pas prise en compte dans cette étude. Je renforcerai ma position en fin de mois, si le marché me laisse en acheter en dessous de 14€.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par LoopHey (03/05/2020 15h32)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #43 08/05/2020 00h23

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   915  

Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#44 08/05/2020 07h03

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   116  

L’augmentation des contenus média et des contraintes de sécurité, le développement des motorisations hybrides et
électriques, ainsi que l’apparition des voitures connectées et autonomes, font du câblage électrique le véritable système
nerveux du véhicule.

Cette fin résume bien le positionnement stratégique de l’entreprise. C’est excellent.

Delfingen est l’une des rares dans l’automobile à connaitre une décote significative sur le bilan ET une décote de + de 50% sur la moyenne de ses flux historiques .

Elle est encore trop petite pour que les fonds ne s’y intéresse. Patience, patience.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par LoopHey (08/05/2020 07h08)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #45 07/08/2020 18h26

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   450  

CA Q2 2020
"Superformance" ** de 7 points par rapport au marché sur le 1er semestre… Le problème est qu’ils avaient déja 27 points d’avance après un "bon" Q1. Donc le Q2 a du être mauvais de l’ordre de -14% par rapport au marché (qui était lui aussi déja en forte baisse).
Attention aux effets d’annonces…
En attendant, la société pourtant lourdement endetté est en négociation pour reprendre un concurrent en dépot de bilan. C’est osé surtout pendant la crise actuelle …
Dossier très spéculatif à l’heure actuelle. On aura peut-être un multi bagger ou un mega faillite yikes
Je préfère sur les constructeurs moins endettés pour le moment… On ne sait jamais …


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris"

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur