Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#1 22/02/2021 06h17

Membre
Réputation :   15  

Bonjour tout le monde,
Me voici dans de nouvelles aventures!
Pour faire très courts, je vous mets une copie d’un mail que j’ai envoyé à mon notaire car j’ai bien du mal à trouver la solution mais peut être que quelqu’un ici va me l’apporter.

Bonjour Maître, 

Ce vendredi 19 février, j’ai plutôt eu une bonne nouvelle. Maître XXX me signale que la SCI Xxx accepte ma proposition de rachat des murs commerciaux et de l’appartement du XXX pour le prix de 150000€. Ça va être plus facile maintenant pour refaire le bail et pour le locataire d’avoir un seul et unique propriétaire.

Maintenant, j’ai plusieurs questions à vous poser que je me pose car il va y avoir plus éléments à prendre en considération. Déjà, il faut savoir que le loyer global (local commercial + logement) de 908€, il faut ajouter les charges de copropriété et la taxe foncière.

- est-il possible de séparer le logement, du local commercial tout en déplafonnant les loyers peut-être à la baisse?
Aujourd’hui, pour ma partie du 11 et de la réserve à l’arrière du XXX qui a été officialisée durant mon exercice , le loyer est de 808€ soit une surface légèrement plus grande que le 13, autre moitié actuellement du XXX à l’achat, sans appartement.
Donc nous pourrions proposer par exemple, un loyer pour le local commercial par exemple 700-750€ et à côté, refaire l’ensemble du logement et le louer 600€ soit 1300€ au total. Ce qui peut être intéressant pour le locataire avec moins de charges à supporter pour sa nouvelle activité avec un loyer plus faible, moins de charges de copro et moins de taxes foncières.

- Si ce n’est pas possible de séparer le logement du local commercial. Est-il possible par exemple d’imposer au future locataire la remise en état et l’entretien du logement car je tiens à vous préciser que le logement est vétuste, très mal isolé, un simple poêle à gaz qui ne chauffe pas l’ensemble de l’appartement?
Ou est-il possible de revaloriser le loyer si moi, le futur propriétaire, refait en totalité le logement soit 30000€ puisque j’ai refait exactement le même dans un état moindre au 4eme étage de la même copropriété?
30000€ à financer sur 15 ans, c’est 200€/mois
Et c’est interessant suivant dans quelle SCI, nous mettons le bien pour amortir les travaux et avoir moins d’imposition.

Passons à autre chose! Depuis maintenant 15 ans que je suis dans cette copropriété, car à la reprise du fond de commerce, j’ai déjà acheté une moitié des murs commerciaux du XXX, j’ai toujours œuvré pour agrandir le XXX de 70m2 dans la cour de l’immeuble totalement inoccupée. Le seul local pouvant s’agrandir ne peut être que moi par rapport au plan local d’urbanisme et ça m’a toujours été refusé par la copropriété! Je me suis aguerri au fils des années et j’ai compris les rouages de l’immobilier. Le temps passant, j’ai acquis les murs commerciaux de mon voisin du 15, sous mon nom propre (peut être une erreur car si je l’avais fait sous une autre entité je gagnais une voix supplémentaire sur les AG de copro car pour mon projet d’agrandissement, il me faut la majorité des 2 tiers en millièmes et en copropriétaires car nous sommes 17-18), puis mon voisin du 17 avec la SCI XXX (pour gagner un vote aux AG!) , puis un appartement au 4eme sous le nom d’ Anne (pour encore gagner un vote). Aujourd’hui, j’ai peut être l’opportunité de gagner 2 voix en séparant le local commercial sous une SCI et l’appartement sous une autre SCI. Les 2 SCI non présentées sont la SCI Xxx (bien rentable) et la SCI xxx (rentable mais moins puisqu’on a du mal à récupérer les comptes courant d’associés). Je pense que vous avez compris que je voudrai les séparer pour gagner des voix et faire passer le projet d’agrandissement. En plus, lors des visites, l’acquéreur me disait qu’il trouvait dommage que le local ne soit pas plus grand. Donc en agrandissant, je pourrai déplafonner le loyer et récupérer ce que j’ai perdu si il accepte de séparer de l’appartement contre un loyer plus faible du local commercial.

Il faut savoir que dans cette copropriété, il y a moyen de s’amuser, en terme d’investisseur et d’investissement. Regardez sur les photos en pièce jointe de l’agrandissement que nous faisons sur la terrasse du 4eme.
On peut aussi prévoir une surélévation au dessus du Xxx après l’agrandissement sur la cour en prévoyant déjà de remonter les tuyaux d’évacuation présents lors des travaux d’aménagement (voir photo en pièce jointe). J’espère que vous voyez la finalité totale du projet et j’espère que vous avez compris que j’adore l’immobilier.

Pour passer l’ensemble de ces projets, les voix en AG vont être importantes et c’est un point important à prendre en considération.

D’un autre coté, il faut aussi penser à la future holding.
Ce que je veux dire par là, c’est peut être aussi le moment à unifier les 2 locaux avec le même propriétaire et non d’avoir le 11 sous une identité et le 13 sous une autre mais j’ai toujours cette histoire de voix.
Et si l’on veut inclure comme mon comptable l’a pensé, les murs commerciaux dans une SCI unique comme Xxx, on perd des voix.
Je pense qu’il y a une histoire de calculs de voix de millièmes et financier, ou je ne trouve pas véritablement de réponse.
C’est pour cela que je vous sollicite, que je vais peut être devoir solliciter aussi le syndic pour qu’il me donne des idées et un fiscaliste (?) et biensûr le futur locataire.

Désolé si ce mail est long, voir trop long mais je souhaitais vous donner le maximum d’éléments pour avoir un ou deux coups d’avance, avoir votre avis et commencer à tout mettre en place.

Cordialement.

Je pense que ce problème risque de plaire à pas mal de monde ici. Vous avez 2h pour le réaliser et la note finale comptera pour l’obtention de votre examen final 🤓

Après, mûri le sujet pendant une bonne journée, j’ai proposé ceci au notaire et j’attends son retour!

Bonjour,
J’ai peut être trouvé la solution pour mon projet!
Aujourd’hui la SCI XXX représente une voix et un certain nombre de millième donc c’est de maintenir au minimum cette voix et ces millième.
Donc la solution sera peut être de créer une nouvelle SCI du genre la SCI XXX qui ne gérera, au fils du temps, que les biens acquis ou en projet comme les différents agrandissements dans cette copro.
Le 1er local du XXX a été acquis en 2005 soit 15 ans en mon nom personnel. Ça peut être intéressant de le vendre à cette SCI en 2027 pour avoir l’exonération d’impôts et ainsi de suite sur les différents biens achetés soit en notre nom ou différentes SCI.
J’espère que j’ai été suffisamment claire.
J’attends un retour de votre part.
Cordialement.

A vos copies!

PS: quelqu’un peut m’expliquer comment mettre des photos pour illustrer mon mail svp

Mots-clés : conseil syndical, copropriété, extension, murs commerciaux

Hors ligne Hors ligne

 

#2 22/02/2021 08h48

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   999  

Pour mettre une photo, cliquer sur "envoyer une image" juste au dessus du texte que vous écrivez lors d’un nouveau message, vous sélectionnez l’image et faites envoyer. Il faut ensuite copier le lien donné et le coller dans votre message.
Faites prévisualisation avant de poster le message pour vérifier.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 23/02/2021 09h04

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2058  

Sur la première partie :
votre exposé de la situation n’est pas suffisamment clair. Ce que je crois comprendre :
- vous achetez à la SCI XXX un local commercial en RDC et un appartement au 1er étage pour 150 000 €.
- qui loue quoi ? Je crois comprendre qu’un seul locataire loue ces biens à la SCI XXX et qu’il loue aussi certains lots à vous-même. C’est bien ça ?
- le locataire est-il vous-même, en direct ou par personne morale interposée, ou bien une personne sans lien avec vous ?
- quel usage le locataire a-t-il de cet appartement ? Aucun ? Réserve ? Bureau ? Logement occasionnel ? Résidence principale ?
- quand vous disiez vouloir louer séparément l’appartement : c’est au même locataire, ou bien vous reprendriez le logement pour le louer à quelqu’un d’autre ?
- pour savoir ce qu’il est possible de faire, il faut connaître les baux : nature du bail (commercial ? mixte commercial-habitation ?), son ancienneté, sa prochaine date de renouvellement, etc. Soit votre notaire les a déjà à disposition, soit vous lui posez des questions sans lui donner les moyens d’y répondre correctement. Nous forumeurs, nous ne les avons en tout cas pas, donc nous n’avons pas les informations nécessaires pour répondre correctement.
"- Si ce n’est pas possible de séparer le logement du local commercial. Est-il possible par exemple d’imposer au future locataire la remise en état et l’entretien du logement". A priori, non. Même si c’est la partie logement d’un bail mixte, l’idée est, comme dans un bail loi 1989, que c’est au propriétaire de faire les travaux, le locataire n’assurant que le petit entretien. Mais là aussi, il faut lire les baux attentivement.

Sur la seconde partie :
Vous souhaitez obtenir le droit de construire sur la cour commune de l’immeuble. Je suppose qu’il s’agirait d’une vente de parties communes de la copropriété ? Alors que la plupart des décisions ne comptent que les tantièmes, pour la vente d’une partie commune, il s’agit de la "double majorité" de l’article 26 de la loi de 1965.
Cette double majorité s’énonce ainsi (article 26) :
"la majorité des membres du syndicat représentant au moins les deux tiers des voix".
Or, vous écrivez "je gagnais une voix supplémentaire sur les AG de copro car pour mon projet d’agrandissement, il me faut la majorité des 2 tiers en millièmes et en copropriétaires car nous sommes 17-18"
Il me semble qu’il y a deux erreurs dans cette phrase :
1) en saucissonnant vos propriétés, vous ne gagnez aucune voix supplémentaire (car au sens de la loi de 1965, une voix = un tantième), mais vous gagnez un membre supplémentaire (un copropriétaire supplémentaire).
2) il faut certes la majorité des deux tiers en millièmes, mais pas en copropriétaires : il faut la majorité absolue parmi tous les membres (qu’ils soient présents, représentés ou absents  ; si par exemple vous êtes 17 copropriétaires, il vous faut 9 voix pour).

Sachant que, si le premier vote n’atteint pas cette double majorité, mais que ce vote POUR rassemble néanmoins la moitié des membres du syndicat des copropriétaires présents ou représentés (hors absents cette fois-ci), représentant au moins un tiers des voix de tous les copropriétaires, l’assemblée générale procède immédiatement à un second vote à la majorité absolue des voix (c’est à dire des tantièmes).

Pour réviser ces questions de majorité et leur fonctionnement, voici une fiche très bien faite :
Règles de majorité en AG de copropriété - ANIL

- Une première solution est effectivement de saucissonner vos propriétés entre plusieurs propriétaires qui voteront comme vous (des sociétés qui vous appartiennent, votre compagne..),  jusqu’à ce que vous ayez la majorité absolue en nombre de propriétaires, ainsi que les deux tiers des tantièmes . Mais, s’il y a une forte opposition entre vous et tous les autres copropriétaires, vous prenez le risque qu’ils attaquent la décision de l’AG pour "abus de position dominante", avec de grosses chances qu’ils gagnent.
- L’autre solution, c’est de proposer un prix convaincant et de résoudre le ou les blocages.
a) motiver. Il y a (presque) toujours un prix où un propriétaire devient un vendeur. Vous payez tant d’euros, ça fait tant de provisions pour les travaux futurs sur l’immeuble, ou bien c’est tant de réduction sur les charges de tous… Peut-être fédérer les propriétaires sur des travaux nécessaires pour l’immeuble et que votre achat permettrait de financer ?
b) résoudre les blocages. Pour autant, les copropriétaires ont peut-être des inquiétudes sur votre projet. Dans ce cas, il faut comprendre quelle est l’inquiétude, quel est le blocage ?

Sur un projet, quel qu’il soit, il y a presque toujours une motivation principale et un blocage principal. Comprendre cela, c’est faire avancer le projet. Pour fédérer et convaincre, il vous faut donc ajouter du poids sur la motivation principale (probablement l’argent que ça rapporte à la copropriété) et résoudre le blocage principal (à vous de l’identifier). Fédérer et convaincre me semble une solution bien préférable que de s’imposer en manœuvrant pour atteindre à vous seul (au travers de sociétés et de proches) la double majorité de l’article 26.
Pour convaincre, il faut pouvoir discuter or, avec la Covid, les AG ne ressemblent plus à rien. Votre projet doit peut-être attendre un peu que les choses reprennent leur cours normal.

Par ailleurs, vous dites que cette cour n’intéresse personne. En gros, vous sous-entendez qu’elle n’a aucune valeur, donc qu’il faut vous la donner (ou presque). Je ne suis pas d’accord. Un bien a toujours une valeur. Réfléchissons aux différentes valeurs de cette cour :
- pour la copropriété. Que pourrait-on aménager (sans construction), qui bénéficie à tout le monde dans cette cour ? Une pelouse-barbecue ? Un parking à deux roues ?
Que pourrait-on construire dans cette cour, qui serve à tout le monde ? Un local à poubelles ? Un local à vélo et à poussettes ? Des caves de stockage ? Une buanderie commune ? Pour le moment, ce n’est pas folichon. Imaginons des choses plus amusantes : une salle de sport ? Une piscine couverte ?
En tout cas, la cour a forcément un usage potentiel commun. Le tout est de trouver lequel et de faire le nécessaire pour qu’elle serve à nouveau. Donc, elle a une valeur pour la copropriété.
- pour vous. C’est la valeur d’opportunité. Vous voulez constituer un local de stockage 70 m². Combien êtes-vous prêt à mettre pour ce projet ? Combien vous couterait l’alternative (telle que racheter un local de 70 m² voisin ?).
- pour un tiers. Supposons que la copropriété publie largement l’annonce suivante : "nous vendons le lot privatif constitué d’une cour de 70 m² avec le droit de construire à vos frais un local en RDC de 70 m². Pas d’extérieur ni de fenêtre verticale, mais possibilité de faire autant de fenêtres de toit que vous voulez". Vous ne pensez pas que ça pourrait intéresser quelqu’un ? Vous ne pensez pas que ce quelqu’un serait prêt à mettre un certain prix pour acquérir cette cour, et que ça lui donne une valeur ?

Compte tenu de ces différentes valeurs, je pense qu’il faut que vous convainquiez les copropriétaires que votre projet est avantageux pour eux, et donc que vous proposiez un prix suffisamment motivant. Sans oublier de comprendre la ou les raisons de leur blocage, qui peuvent être irrationnelles, mais qui existent, et qu’il faut identifier, puis résoudre.

Dernière modification par Bernard2K (23/02/2021 14h36)


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

#4 Hier 05h30

Membre
Réputation :   15  

Bonjour Bernard2K et merci pour votre réponse.

Je vais tenter de répondre à l’ensemble de vos questions et n’hésitez pas à revenir vers moi car le sujet a l’air de vous intéresser.

La SCI xxx qui vend le local commercial ainsi que l’appartement loue actuellement ses biens à ma société. Je suis propriétaire du second local commercial à mon nom et l’ensemble de ces 2 locaux ne forment qu’un aujourd’hui qui est une cellule commerciale.
L’appartement, lié à la vente, a longtemps été un logement de fonction lié à ce commerce par l’intermédiaire d’un bail commerciale.

Aujourd’hui, je revends le fond de commerce et suite à cela, ma société devait renouveler le bail commerciale de cette cellule. C’est à ce moment là, que nous avons profité de la situation en rencontrant les propriétaires pour leur faire une proposition d’achat qui a été acceptée dernièrement.

Nous souhaitons récupérer le logement pour augmenter notre rentabilité tout simplement et éventuellement le louer à quelqu’un d’autre car ça ne me parait pas nécessaire que le futur acquéreur le garde car il possède déjà sa résidence principale. Ça le soulagera peut être d’avoir un loyer moindre si l’appartement n’est plus lié et ce que ça engendre avec (charges, impôts…)

Concernant le bail de la partie dont je suis propriétaire, il arrive à terme le 31 juillet 2023 et pour le second bail dont je suis le potentiel acquéreur, il est à terme depuis le 31 décembre 2015 !

Pour la seconde partie demandée:
Exactement, nous voudrions faire l’acquisition des parties communes.
Effectivement, après votre message, j’ai fait une erreur d’interprétation mais dans ma tête, je le voyais comme vous l’aviez écrit.
Concernant le prix pour les propriétaires pour racheter ces parties communes, ça a déjà été proposé. Mais le soucis de cette copropriété, à mon sens, a été la jalousie et la peur d’aller de l’avant.
Je m’explique:
- la jalousie peut venir d’autres commerçants qui n’ont pas eu l’idée de le faire par exemple et n’ont pas oeuvré pour que le projet se fasse. On m’a déjà dit: « nous n’allons quand même pas participer à t.on enrichissement personnel! »
- la peur d’aller de l’avant: car la copropriété est vieillissante et bcp de propriétaires se disent pourquoi le petit jeune veut tout modifier alors que ça été fait comme ça.
Mes premiers projets de cette copropriété ont été proposés j’avais 26 ans. Le propriétaire plus âgé après moi avait plus de 60 ans donc un soucis générationnel à mon sens.

Pour résoudre les blocages, ça a été abordé avec le conseil syndicale dont je fais parti, puisque cet agrandissement du local commerciale qui est un bar avec concert le samedi, avec forte clientèle, pour optimiser au maximum les attentes des copropriétaires comme le soucis écologiques et acoustiques.

Par contre, je n’ai pas dit que cette cour n’avait aucune valeur. J’ai juste dit que commercialement parlant, la seule cellule pouvant s’agrandir ne peut être que moi par rapport au plan local d’urbanisme.
Effectivement, je vois où vous voulez en venir quand vous dites ce qui pourrait être amélioré à cette copropriété et j’apprécie fortement votre réflexion.
Pour moi, au moment où j’étais l’exploitant, j’aurai pu y mettre beaucoup d’argent et aujourd’hui, je peux encore en mettre pas mal car ça valorisera mon bien et si je peux déplafonner le loyer pour en faire un bien rentable voir hyper rentable c’est à dire plus de 15%, c’est encore mieux et de créer de la charge sur une de mes SCI, c’est bien aussi!

En tout cas, je vous remercie d’avoir passé autant de temps pour répondre à mon message car je sais ce que ça représente en terme de temps d’en rédiger un aussi long et la réflexion que ça engendre.

Francois80

Hors ligne Hors ligne

 

#5 Hier 08h12

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2058  

Première partie : vous êtes propriétaire en nom propre de l’ensemble des locaux (ou allez bientôt l’être, pour la partie achetée),
et votre société est locataire de l’ensemble des locaux.
Vous voulez sortir le logement de cette location, pour le rénover puis le louer séparément. L’acquéreur du fonds de commerce est d’accord.
A mon avis, c’est tout à fait possible puisque tout le monde est d’accord. Je pense qu’il faut faire cette modification avant la vente du fonds de commerce. Sur le formalisme, je pense qu’il faudrait faire appel à un avocat d’affaires ou un notaire pour que tout soit blindé. Sur ce type de question épineuse, j’aurais une légère préférence pour l’avocat d’affaires.

Attention néanmoins aux points suivants :
- l’accord ne doit pas léser la société dont vous allez vendre le fonds de commerce. Il faut donc que la suppression du logement s’accompagne d’une baisse de loyer conséquente, correspondant aux loyers habituels.
- la vente du fonds de commerce doit mentionner que l’acquéreur est au courant de cette perte du logement et qu’il est parfaitement d’accord. En effet, récupérer un local moins grand, c’est une modification substantielle du fonds de commerce.
- bien évidemment, refaire le logement, c’est à vos frais.
- c’est un logement situé sur un bar. Vous n’avez pas fini d’entendre le locataire se plaindre, et ça peut aller jusque devant le juge. L’isolation phonique ne peut pas grand chose contre les basses (qui se transmettent par la structure) ni contre les gens qui crient en fumant dehors. Le logement, actuellement, sert à au moins une fonction : servir de tampon entre le bar et les logements. Le rénover pour le louer comme logement, c’est enlever ce tampon.

Deuxième partie :
Objection : "On m’a déjà dit: « nous n’allons quand même pas participer à t.on enrichissement personnel! »"
Réponse : "Si, parce que moi je contribue à l’enrichissement de la copropriété ! Je paie tant pour acquérir la cour, et ça, ça en fait des travaux ou des charges qui pourront être payés avec cet argent !".
Donc, il faut discuter et convaincre, et il faut proposer un montant suffisamment motivant. Ou bien il faut abandonner ce projet.
Notez que le saucisonnage envisagé coûte aussi : multiplier les propriétaires, c’est multiplier les frais de création, les droits de mutation, les frais et soucis de gestion. Autant donner cet argent à la copropriété que de mettre sur pied une coûteuse usine à gaz rien que pour préparer son abus de majorité, non ?

Par contre, si c’est à la même adresse, je m’interroge sur le timing. Vous vendez le fonds de commerce incessamment, alors qu’obtenir l’autorisation de la copro va prendre un ou deux ans. Ca veut dire que, si  ce projet se fait, c’est pour louer ce local à ce repreneur ? Est-ce qu’il aura les moyens de le louer ? Dans les zones où l’immobilier n’est pas très cher, en location, le neuf est souvent bien plus cher, au m², que l’ancien, car il faut acquérir la propriété du sol puis payer la construction. Si ce nouveau local lui coûte le double de la surface actuelle, en €/mois/m², est-ce qu’il ne pas renoncer à cette location supplémentaire ? Et aussi : quand il va comparer la location de ces 70 m² supplémentaires (chère) avec la (faible) économie de loyer qu’il eu lorsque vous avez repris l’appartement, est-ce qu’il ne va pas se dire qu’il a été roulé dans la farine, et qu’il aurait mieux fait de garder l’appartement et de ne pas prendre ce nouveau local ?

Au total, ça fait beaucoup de complications pour pas grand chose. Et si vous laissiez le logement dans le bail ? Le locataire trouvera bien quoi en faire : des bureaux, du stockage, du logement temporaire pour un nouveau serveur… En tout cas, ça fait son office de tampon phonique entre le bar et le reste de l’immeuble, et ça compense le local de 70 m² dans la cour qui ne verra probablement pas le jour. Ce statu quo semble plutôt satisfaisant.

D’une manière plus générale : vous êtes arrivé à votre patrimoine actuel en ayant toujours le projet suivant, en étant toujours sur la brèche. Mais suite à votre accident, j’avais cru comprendre que vous vouliez lever le pied. Ces deux projets ne sont-ils pas typique sde votre "agitation entrepreneuriale" que vous aviez, et à laquelle vous voulez désormais renoncer ?

Vous avez 2 jours pour répondre à cette question, et la note finale comptera pour l’obtention de votre examen final de "guéri de l’agitation entrepreneuriale" ! wink

Dernière modification par Bernard2K (Hier 08h24)


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

#6 Aujourd’hui 06h07

Membre
Réputation :   15  

Bonjour Bernard2K et merci pour cette réponse,

Pour le moment, je suis propriétaire de la partie une et je peux faire l’acquisition de la partie 2 ce qui me fera l’ensemble prochainement. Ma société exploite la surface commerciale.
L’appartement sortira de l’exploitation pour le louer à côté et me faire une meilleure rentabilité. J’ai déjà un peu sollicité mon notaire afin qu’il étudie la faisabilité comme je l’ai exposé ici et pour la cession, je suis en relation avec un avocat d’affaires qui n’est pas encore au courant de la situation.

Le logement n’est pas sur un bar, il est attenant dans l’immeuble voisin. Au dessus de l’établissement, c’est du vide. C’est un autre projet qui viendra par la suite d’ailleurs!

Sur la seconde partie,
Nous vendons le fond de commerce à la reprise d’activités des bars. Ce qui a été intéressant pour l’acquéreur, c’est qu’il y a un projet de développement de l’établissement en passant par un agrandissement de 70m2 dans la cour commune de la copropriété et qui dit plus de surfaces commerciales dit potentiellement plus de chiffres d’affaires donc il aura le potentiel de payer le loyer. Et après tout, c’est lui qui prend les risques donc c’est à lui de les mesurer. Si il vient à échouer, un bar de plus de 150m2, aménagé, répondant aux dernières normes, trouvera facilement preneur.
Il faut savoir que le projet a été déjà été amorcé par le passé.

Je ne vois pas comment, il peut se faire rouler dans la farine en faisant une économie de loyer, de charges’ d’impôts, une économie d’un bien qui ne lui rapportera rien ou quasiment rien par rapport à une augmentation d’une surface commerciale.

Pour conclure, effectivement, je devais lever le pied mais car il en faut un. Au moment, où j’ai écrit tout ça, j’étais au fond du trou psychologiquement et les médecins n’avaient pas constaté le traumatisme de mon accident. Je me suis recentré, je me suis reconstruit et je pense que vous savez comment ça se passe. Quand vous êtes biens, les habitudes reviennent. Je suis un entrepreneur, un vrai homme d’affaires. Ma présentation parle d’elle-même. La machine est ré enclenchée, l’addiction de l’immobilier et revenu, JE SUIS GUÉRI! (Et je peux vous dire que ça fait du bien d’écrire ceci. )
Par contre, une chose est sure, c’est que l’entreprenariat commerciale m’a un peu échaudé. Est ce que je remonterai des gros projets avec du personnel, on verra mais l’immobilier, j’adore ça!

J’espère avoir bien répondu à mon examen et qu’il validera toutes mes années d’études.

Hors ligne Hors ligne

 

#7 Aujourd’hui 09h00

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2058  

Etes-vous en train de dire que l’acheteur actuel n’achètera que si l’extension de 70 m² sur la cour commune est validée ? Je trouve cela bien dangereux de faire dépendre cette vente d’une décision qui ne vous appartient pas.


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur