Informations À propos…   Chercher Cherchez sur le site, les forums et nos screeners :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#26 11/02/2022 19h13

Membre (2020)
Réputation :   11  

Merci mais dans ce cas-là, votre exemple ne fonctionne pas.

Vous vendez un put sur votre cto.

Vous êtes assigné et vous vous retrouver long sur le titre.

En quoi acheter le même titre aussi sur le PEA va changer quoi que ce soit, à part que vous allez avoir le titre en double si je peux dire.

je repars sur une vente de put proche ITM pour me faire assigner à l’achat (si assignation sur CTO, je transfère le titre sur PEA et clos la position sur CTO)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #27 12/02/2022 18h46

Membre (2018)
Réputation :   60  

Bonjour,

Beaux montants de primes sur des titres européens!

Pourquoi aller jusqu’à l’exercice des options?
A la fin de la séance d’échéance, vous pouvez racheter l’option et vendre les titres en même temps sur le PEA.
Ca coûte les frais de transactions, mais ça évite la TTF au rachat sur votre CTO.
Le résultat est le même mais vous remplacez l’exercice, la vente à découvert et le rachat des titres par uniquement un rachat d’option.

Vous pouvez aussi rouler votre position d’un mois sur l’autre en rachetant l’option pour vendre sur une autre échéance. Avec un ordre combiné, vous pourrez en retirer quelques euros et ça vous évite de vendre les titres sur le PEA. Je crois voir que vous êtes sur DeGiro, il me semble que la fonctionnalité existe.

Je suis curieux de connaître les montants de marge par options sur vos positions actuelles pour comparer par rapport à IB.

Bonne soirée.

Hors ligne Hors ligne

 

#28 14/02/2022 09h45

Membre (2019)
Réputation :   15  

@Darcan

Artih a écrit :

Sur des titres à forte conviction (les titres que j’ai en PEA), j’effectue une vente de call sur le CTO:

Prenons un exemple:

Saint Gobain, j’en ai 131 sur le PEA (PRU 30).
Vente de Call à strike 68 échéance février pour 86 euros (la prime est belle, je l’ai pris lors d’une montée du titre).

Artih a écrit :

- Si je suis assigné à la vente, j’ai une VAD sur le CTO, je clos alors la position sur PEA et sur CTO

Si le titre dépasse 68, admettons 75, je suis assigné à 68, je détiens -100 titres sur le CTO, je suis donc à -700 euros sur le CTO. Je clos sur le PEA (+700 euros sur le PEA par rapport au cours de 68). Je clos également sur le CTO (-700).
J’ai donc d’un côté un +700 qui n’est pas taxé tant que reste sur le PEA, et un -700 du CTO qui va en déduction des gains CTO (je gagne donc 30% (flat tax) de cette somme en non-imposition si je ne dis pas de bêtises).

Artih a écrit :

je repars sur une vente de put proche ITM pour me faire assigner à l’achat (si assignation sur CTO, je transfère le titre sur PEA et clos la position sur CTO)

Si assigné, je n’ai donc plus de titre, je reprends une vente de put, à 68 par exemple (ou plus ou moins), et la boucle recommence, si je suis assigné, j’ai les titres sur CTO que je vends, et je rachète les titres sur PEA.

Artih a écrit :

- Si pas assigné, je recommence.

Si pas assigné sur cette vente de call à 68, je reprends une nouvelle vente de call le mois suivant.

@as98qr53: Merci pour votre remarque très judicieuse.
En effet, je fais parfois le roulement de la position ou la vente de l’option le jour de l’échéance, je n’ai pas regardé ce qui était le plus intéressant, car le spread le jour de l’échéance ou juste avant, peut être assez important. En tout cas, les frais d’achat et de vente sur boursorama sont assez importants (0.5%, ça commence à faire quand on est à 6000 euros d’achat ou de vente), donc il faut que je me penche plus sur ce sujet, et que je calcule les frais , mais avec une TTF à 0.3%, clôturer l’option semble plus intéressant.

La marge demandée chez Degiro est globalement de 20-25% suivant le titre. Pour 100 titres Sanofi à 92 (9200 euros), ça me coutera environ 2200 (ça dépend du strike choisit bien sûr)

Journée massacre sur les bourses, dommage que cela n’arrive pas lundi prochain, j’aurais récupéré la marge de l’échéance février.
Je vais clôturer quelques positions de fin de semaine pour me positionner dès aujourd’hui sur quelques opportunités.

En tout cas, grosse satisfaction, car mes strikes sont bas, et le compte n’est pas du tout à risque malgré des baisses de 5% sur certains titres!

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #29 28/02/2022 11h59

Membre (2019)
Réputation :   15  

Bilan de l’échéance de février:


Très bon mois, un gain de 3549 euros, un record à ce jour!
Les principaux gains ont été obtenus sur Airbus, Saint Gobain, Total et Vinci (près de la moitié de la somme).
A ce jour le gain depuis le début de l’année est donc de 7098 euros.

Échéance mars:


Elle s’annonçait comme record, et le sera peut-être dans le mauvais sens du terme.
Le portefeuille baisse beaucoup, mais ça me passe un peu au dessus, je pense surtout à ces ukrainiens qui se prennent des bombes sur la tête, à cette situation anxiogène, où je me dis que oui, il est possible qu’on en arrive à se prendre des bombes nucléaires sur la tête, et je pense à mes enfants qui ont vécu la pandémie et qui enchaine sur cette guerre.
Heureusement, ils sont jeunes et ne se rendent pas compte de ce qui se passe, mais j’ai peur pour leur avenir.

J’essaie donc de m’enlever de la tête qu’on va tous mourir ou devoir essayer de survivre dans un hiver nucléaire sans fin, ce à quoi je ne peux rien, et je m’attaque à mon portefeuille:

Des baisses et des hausses monstrueuses, -6000 un jour, + 5000 le lendemain, -6000 aujourd’hui.
Soit…j’ai vendu tous mes ETFs il y a une semaine sur le PEA, avec le bon timing, je me disais qu’il fallait recentrer le portefeuille sur la stratégie option, et que vu les incertitudes, c’était le bon moment.
J’ai donc beaucoup de liquidités.

J’ai fait un virement de l’épargne de précaution pour éviter un appel de marge.

J’ai roulé quelques positions vers des strikes inférieurs, je ne roule pas sur le mois d’avril pour l’instant, car ça sera peut-être pire par la suite.

J’ai pris des pertes côté option et acheté les titres sur le PEA (une sorte d’assignation voulue) sur BNP et Faurecia.

J’avais pas mal de vente de call, qui sont donc elles très bénéficaires! J’ai vendu celles qui étaient les plus gagnantes, en me disant que je les reprendrai lors d’une hausse (les cours risquent de bouger en dent de scie un peu comme jeudi et vendredi dernier).
J’ai pu ainsi faire un aller-retour sur airbus vendredi , et l’ensemble des primes perçues en vente de call sur ce sous-jacent est d’environ 1200 euros à ce jour, cela finance les pertes sur les autres titres.

Je ne prends plus de vente de put maintenant, beaucoup trop risqué, j’achète à la place des calls échéance 2023 sur tous les titres qui baissent le plus, je m’expose ainsi pour des sommes faibles, avec un risque connu (la valeur de la prime payée), en espérant que la situation évoluera de façon positive.

Il faut maintenant tenir jusqu’au 18 mars, et j’espère être autour de 0 sur le côté option.
A l’échéance j’aviserai suivant les positions, entre me faire assigner / reporter sur l’échéance avril / prendre mes pertes.

Dernière modification par Artih (28/02/2022 12h01)

Hors ligne Hors ligne

 

#30 05/04/2022 20h42

Membre (2019)
Réputation :   15  

Voilà la fin de cette échéance mars, qui fut…douloureuse…
Je termine le mois à -4330 euros.
Je suis depuis le début de l’année sur une moyenne de 907 euros par mois (objectif 2400).

Suite à la baisse brutale des marchés, j’ai du mobiliser mon épargne de précaution pour résoudre le problème des appels de marge qui se succédaient.
Je vous avoue que je n’ai pas dormi sereinement chaque nuit, et j’ai beaucoup cogité.
Ça m’a permis de trouver des solutions à cours terme, et j’espère à long terme.

Le plus problématique n’est pas tant la perte, que l’appel de marge.
Une perte, on peut la faire rouler sur une échéance plus lointaine et un strike plus lointain, au final sur plusieurs mois, on doit pouvoir retomber sur ces pattes en enchainant des roulements, même si le marché ne fait que baisser.
Mais l’appel de marge…on est pied et poing liés, avec une marge négative, impossible de rouler une position, on prend la perte, énorme.
Mon épargne de précaution m’a bien aidé, et après cette échéance, est repartie jouer son rôle de précaution.
Degiro n’est pas trop violent sur les appels de marge, on a en général 2 jours pour résoudre le problème, contrairement à IB et ses quelques heures.
Comment résoudre ces problèmes de marge: l’épargne de précaution bien sûr, juste pour pouvoir reprendre le dessus.
Mon compte IB, peu impacté par la baisse car avec des options américaines et des strikes lointains m’a bien aidé. J’ai vendu des positions très consommatrices de marge (notamment Apple), pour "transférer" des positions de Degiro à IB (rachat d’un côté pour reprendre une vente de put de l’autre).
Le même travail a été fait sur le compte DeGiro pour les grosses positions qui rapportent peu (Air Liquide consomme beaucoup de marge, et comme je vise des strikes à -15/20%, la prime est faible).

J’ai pris des pertes sèches, roulé des positions en prenant une partie de la perte (exemple sur un Airbus strike 100 pour mars vendu à -1200 que je roule à strike 90 sur avril avec une prime à +1000, soit 200 de perte.)
Les pertes sont énormes sur des titres comme Renault ou Faurecia.
J’ai très peu mobilisé mes 20000 euros de liquidité du PEA, pensant qu’il fallait mieux d’abord finir l’échéance avant d’investir.
J’ai acheté beaucoup de call au plus bas (mais pas autant que je voulais à cause de cette fout… marge!), qui sont déjà bien monté, et qui me serviront pour faire des ventes de call.

Après avoir beaucoup réfléchi, je n’ai pas envie de changer ma façon de faire, en tout cas pas pour l’instant. Cette guerre est un évènement exceptionnel, et il n’a pas mis mon compte au tapis (enfin pour l’instant).
Pendant ce mois de mars, je perdais beaucoup d’un côté (la vente de put), mais gagnait de l’autre (vente de call).
Il faut que je rééquilibre les deux, cela permet d’avoir un delta global plus neutre. L’objectif maintenant est de tendre vers un gain proche pour chacun, et donc, le but étant 2400 euros par mois, 1200 côté put et 1200 côté call.

J’ai pris très peu de vente de put sur Avril, car j’en ai déjà beaucoup, je me suis positionné sur Mai, avec des strikes très bas (inférieur au plus bas connu ce mois-ci).
Les primes reçues sur les 2 mois à venir sont pour l’instant supérieures à la perte de mars, il reste à voir dans quel sens ira le marché…

Voici un recap de l’ensemble des gains et pertes depuis le début de l’année:



[MAJ à date de publication] J’ai écrit ce message peu après l’échéance de mars, depuis le portefeuille se porte beaucoup mieux, et j’ai beaucoup moins de pression sur la marge, et des positions globalement très gagnantes qui devraient finir non assignées.

Hors ligne Hors ligne

 

#31 07/04/2022 16h31

Membre (2017)
Réputation :   3  

Bonjour Artih,

effectivement, le mois a été douloureux !
Merci en tout cas pour ce compte-rendu honnête.

Si je comprends bien, vous avez préféré conserver des positions plutôt que les fermer une fois les limites de pertes passées (i.e. 2 fois la prime reçue) ?
Ne serait-ce pas ici déroger au principe "utiliser un système à espérance positive prouvée" ?

Utilisez-vous un système pour la vente de calls ?

De mon côté, je m’en tiens aux puts nus pour l’instant, mais suis en train de lire un bouquin sur la "wheel strategy", ainsi qu’un livre plus général, mais plus pointu, sur les options : "the unlucky investor’s guide to options trading".

Bonne continuation


Intj-a

Hors ligne Hors ligne

 

#32 10/04/2022 09h05

Membre (2019)
Réputation :   15  

Bonjour Yoga,
Oui en effet je ne respecte pas les règles que j’ai établi. J’ai été dépassé par la baisse subite qui a fait que mes positions ont baissé de bien plus que 2x la prime, mais certaines restaient alors loin du strike, c’est la volatilité qui faisait surtout le prix. Je me suis concentré uniquement sur les appels de marge.

Je m’essaie donc à une nouvelle stratégie, le roulement des positions perdantes jusqu’à ce qu’elles deviennent gagnantes! smile
Que quelqu’un qui passe par la me contredise si je me trompe, mais j’ai le sentiment qu’on peut rouler une position indéfiniment sur des strikes plus bas sur les échéances suivantes, tant qu’on a la marge pour le faire et qu’on n’est pas assigné en milieu de mois.

Je pars un peu dans tous les sens, mais c’est comme ça que j’acquiere de l’expérience.

Pour la vente de call, je détiens soit les titres, soit des calls, et je vends tout simplement, comme pour des puts.

Concernant the wheel strategy, je vais la laisser de côté pour l’instant et faire comme indiqué par as98qr53, c’est à dire rouler les ventes de call, pour avoir une meilleure proportion vente de put/vente de call.

Merci pour le livre, je vais y jeter un œil ;-)

Hors ligne Hors ligne

 

#33 22/04/2022 09h44

Membre (2019)
Réputation :   15  

Fin d’échéance mensuel au 14 Avril:


Le résultat est de +1310 euros, et mensualisé depuis le début de l’année, 1008 euros (objectif 2400).
En détail, le montant des primes sur les puts est de -782 euros, et de 2092 euros sur les calls.
Les pertes sont encore conséquentes sur ce mois, mais sont pour la plupart "fictives", du à des roulements de positions sur l’échéance de mai.
Les titres qui me tirent vers la baisse sont toujours Renault et Faurecia. J’ai pu baisser les strikes en passant à Mai, me rapprochant du cours du sous-jacent, même s’il faudra encore quelques mois pour que les puts soient ATM (à moins d’une remontée rapide des cours).

Le mois a été beaucoup plus serein, pas de problème de marge a déploré, quelques roulements de positions en fin d’échéance pour éviter l’assignation.

La majorité des positions sont déjà en place pour Mai, reste quelques compléments à faire.
Il y a toujours beaucoup d’incertitudes sur les marchés, je vais donc essayer d’être assez conservatif dans les strikes choisis côté vente de put, et peut-être plus agressif sur les strikes côté vente de call.

Je m’attends à compléter les 3000 euros restants de perte du mois de Mars avec cette échéance Mai.

Les gains en call sont très satisfaisants, rendant le portefeuille plus neutre en cas de baisse des cours.
Une piste à explorer pour ce mois-ci, les échéances hebdomadaires disponibles sur IB et pas sur DeGiro.

Du fait des rachats côté DeGiro et des ventes de put côté IB, le portefeuille IB a progressé de 30% ce mois-ci (à 18000 euros), permettant plus de prises de positions et des nouvelles possibilités de stratégie.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #34 10/06/2022 17h00

Membre (2019)
Réputation :   15  

Fin des échéances de Mai:


Le résultat est de +7887 euros, et mensualisé depuis le début de l’année, 2392 euros (objectif 2400).
En détail, le montant des primes sur les puts est de 5935 euros, et de 1952 euros sur les calls.

Le gain énorme en partie du aux puts vient du roulement de positions perdantes des mois précédents, grâce à la remontée des cours.
J’ai refait une partie du retard sur Renault, et Faurecia remonte doucement mais présente toujours une perte.
Airbus, qui est toujours dans son range 100-110, m’apporte à elle seule 2000 euros…

J’ai mis en place ce que je disais précédemment, à savoir un transfert d’argent de DeGiro vers IB.
Les positions sur actions disponibles en weekly sur IB sont donc maintenant prises sur cette plateforme. Ça ouvre énormément de possibilités, et réduit les risques à mes yeux.
J’ai donc maintenant 2 échéances principales par mois (j’ai choisi majoritairement le 1er vendredi pour IB, et le 3ème vendredi du mois sur DeGiro(l’échéance mensuelle)).
En cas de coup dur sur les marchés, comme en mars, je ne me retrouve plus à devoir attendre 1 mois pour voir ou j’en suis.
Je peux également prendre des positions sur un même titre, échelonnés sur les weekly, toujours avec ce but de réduire le risque. Et j’ai la possibilité de rouler la position sur plusieurs échéances, suivant ce que je veux faire, si le titre est très perdant, à peine ATM…

Et le petit plaisir, ça me fait un peu d’action chaque semaine!

Je fais également évoluer ma stratégie, en achetant beaucoup plus de call à échéance 1 an - 2 ans pour être long sur les titres et ensuite vendre des calls couverts.
Si le titre baisse, je perds sur l’achat du call, mais je gagne la prime de la vente de call, je recommence ensuite…et si la valeur du call acheté devait arriver à 0 à l’échéance, j’aurais normalement acquis un montant de prime supérieur à cette valeur.
Si le titre monte doucement, sans toucher la valeur du strike du call échéance mensuel, je gagne à la fois sur la vente et sur l’achat du call.
Si ça monte fort, je fais rouler ma vente de call, jusqu’à être OTM.
Sur le papier c’est bien beau, et c’est ce que je vais tester à grande échelle sur les prochains mois.

Autre point à étudier sur les prochains mois, j’ai des positions qui sont parfois très gagnantes en quelques jours (par exemple j’ai déjà acquis 75% des primes sur mes ventes de calls Airbus à échéance 1er juillet), la question est donc de savoir quoi en faire, les racheter, reprendre des positions sur d’autres weekly, avec le même strike, un strike plus proche…?

Bref, je continue à faire progresser mon style "d’option trader"

Aparté sur le PEA et le CTO que je ne partage pas car pas très intéressant:


Le PEA se comporte bien par rapport au CAC, en perte j’en suis à 3%

Par contre le CTO, avec majoritairement des REITS US, plonge complètement, et mange une bonne partie des gains d’option. A terme, je vendrai ces titres lorsque (et si!) le marché sera plus favorable…

Hors ligne Hors ligne

 

#35 11/07/2022 11h26

Membre (2019)
Réputation :   15  

FIN DES ÉCHÉANCES DE JUIN:


Le résultat est de +1470 euros, et mensualisé depuis le début de l’année, 2244 euros (objectif 2400).
En détail, le montant des primes sur les puts est de -1537 euros, et de 3048 euros sur les calls (-42 euros du à une assignation).
La compensation des puts par des calls en ces temps de chahutage des cours fonctionne bien.

Beaucoup de petites pertes, et une grosse sur Saint-Gobain, qui a bien chuté.
Réflexion en cours sur ces pertes qui mangent une grosse partie des gains (même si sur Saint-Gobain, la perte serait compensée sur les mois à venir par des gains, si le cours remonte ou ne descends plus).

Avec l’objectif à moyen terme de pouvoir sortir un salaire du trade d’option, il me faut plus de régularité.
Je vais donc revenir sur l’idée première de limiter les pertes à 2x la valeur de la prime, ce qui ne sera pas forcément facile car les variations des cours peuvent faire varier les primes énormément du jour au lendemain.
Je vais également réétudier l’idée de limiter les pertes en achetant des puts, ce qui in fine reviendra à faire une sorte d’Iron Condor (vente de put + achat de put plus bas d’un côté -- vente de call + achat de call long terme de l’autre)

Le mois de juillet s’annonce flou, pour l’instant les gains sont importants, mais la moindre chute du CAC ramènera les résultats proches de 0.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #36 13/07/2022 00h38

Membre (2013)
Réputation :   27  

Bonjour Arthy,  mer.ci pour le partage sur votre portefeuille d’options et votre honnêteté.
J’ai,  comme vous, lu le livre de M.Zarco et appliqué sa stratégie de vente de put non couverts sur des montants modestes  ( j’ai pu échanger directement par mail avec lui). Si au début, cela s’est avéré payant, à terme, j’ai remarqué en période de stress sur les marchés,  qu’il était quasiment impossible de respecter la règle de perte maximale du double (on doit surveiller sans cesse les cours des puts et les décalages sont parfois très rapides). Bref, cette stratégie ne m’a pas convaincu ( des pertes au final) . Je pense que sa faiblesse réside dans le choix des sous-jacents qu’elle impose. Si l’on veut vendre un put sur action avec un strike éloigné , avec un faible delta et encaisser un minimum de prime,  on doit s’orienter sur des actions volatiles et donc s’attendre à des cours de puts très ( trop) volatiles pour respecter la règle du 2 x.
Je me suis donc orienté sur une autre stratégie.  La vente de call couverts sur etf Us (via lynx broker). J’achète des call leaps bien dans la monnaie et je vends des puts quasi à la monnaie sur des échéances plus courtes.  Le but étant d’être exercé régulièrement. J’effectue ce genre d’opérations sur des etf repliquant le sp500 (splg) ou sur des etf sectoriels genre XLP, spyv, spyv.
Pour le moment cela fonctionne même si à cause de la baisse soudaine des marchés je suis un peu scotché sur un call leap qui est devenu très out the money.
Les rendements ne sont pas faramineux du genre 100 Usd de prime pour un call leap acheté 1200 Usd sur une échéance de 45 a 50 jours. Mais cela me semble plus gérable que les actions car les etf sur indices sont moins volatiles.

Hors ligne Hors ligne

 

#37 14/07/2022 22h15

Membre (2019)
Réputation :   15  

Merci Lmnp75 pour votre partage, je vous fais déjà une réponse rapide avant d’y revenir début de semaine prochaine quand j’aurai plus de temps.

En effet, il est difficile de se tenir au X2 de perte, le décalage est parfois violent entre la fermeture du CAC, et la réouverture le lendemain, car le marché américain continue à mener la danse pendant les heures de fermeture du CAC.

Je ne suis pas persuadé de l’utilisation des indices, ils sont certes moins volatiles, mais donc moins rémunérateurs.
Et sur les actions c’est pareil, pour un delta à 0.1 sur une action peu volatile, le strike sera à 5% du sous-jacent, contre 30% sur une action volatile.
Le risque entre ces 2 types d’actions est pourtant le même (même delta).

Avez-vous un exemple de ce que vous avez pris dernièrement pour comparer le risk/reward avec différents types d’actions (je ferai l’exercice :-))

La volatilité est très importante en ce moment, et avec des deltas faibles on peut avoir des primes intéressantes. J’ai du Vinci à strike 68, Airbus à 80, Saint Gobain à 32,  total à 43, et les primes étaient intéressantes (je choisis au moins la valeur du strike sur les valeurs importantes et 1.5 sur les plus petites, ie prime de 80 pour Airbus et 50 pour Saint Gobain).
Je ne suis pas à l’abri d’une nouvelle baisse mais la marge me paraît satisfaisante par rapport au cours du sous-jacent.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #38 15/07/2022 01h37

Membre (2013)
Réputation :   27  

Artih, je ne vends plus de put. La méthode de M.ZARCO, ne m’a pas convaincue, car en période de forte volatilité, il est quasi impossible de respecter la règle des 2x. En 1 mois, j’avais perdu l’intégralité de mes gains des mois précédents… Je vendais des put sur le marché US, je n’ai jamais essayé sur les valeurs françaises.
Je suis d’accord avec vous  vendre des puts d’actions solides, vous oblige à vendre des puts avec un strike proche du cours du sous jacent.
Arrivez vous à respecter la regle des 2x ou vous basez vous sur la distance au strike ? En tous cas vos résultats sont bons  bravo !
Je suis passé à la vente de call couverts via l’achat de calls leap. J’achète des calls leap très dans la monnaie, afin que le strike du call + le montant de la prime payée soit quasi au niveau du cours du  sous-jacent . Le but etant d’être exercé. Je prends une bonne marge de sécurité d’environ 30%
Pour donner une idée de l’operation et de la rentabilité de mes opérations voici un exemple.

Sur l’etf SPLG qui suit le SP500 qui côtait 44,10 USD :
- achat d’un call leap strike 29 echeance janvier 2023 pour 15,50 usd soit un seuil de rentabilité de 44,50 usd
- vente d’un call strike 45 échéance 19 août 2022   encaissement d’un premium de 1 usd donc au total 100 usd..
Si exercé, ce que j’espère,  ( probabilité assez forte) gain de 150 USD (100 + (( 45 - 44,50) x 100)) soit une rentabilité de quasi 10% en 35 jours (150 sur achat de call d’un total de 1550 usd.
Si non exercé gain de 100 usd mais en moins value latente sur le call leap. On amortit la baisse. Si le marché n’a pas trop baissé on revend un autre call pour l’echeance suivante …
Le risque est une forte baisse des marchés et donc  le fait que l’on soit scotché sur le call leap car son strike serait devenu très out the monnaie …
J’espère avoir été clair. Désolé pour les fautes de frappe,  j’écris depuis mon smartphone
..

Dernière modification par Lmnp75 (15/07/2022 01h42)

Hors ligne Hors ligne

 

#39 18/07/2022 17h18

Membre (2019)
Réputation :   15  

Lmnp75, si je reprends votre exemple:

Le call leap 29 vous donne un delta très proche de 1 (0.95), donc l’option bougera comme le sous-jacent.
Les questions que je me pose, et un scénario proposé:
    - Si le cours est au dessus du strike=45, vous êtes exercé, vous vendez donc le call leap? Et vous en rachetez un autre? Pourquoi ne pas alors rouler la vente de call sur échéance courte?
    - Si le cours est en dessous, que faites-vous, par exemple si l’etf touche 40 USD?
    Vous vendez un call à quelle valeur?
         - Si on imagine un call à 41 avec une prime de 100 USD, et que le cours remonte rapidement à 45, vous seriez alors en moins value latente ((41-45)*100+100=-300 euros.
         - Sur un call à 44, on est loin de la valeur du sous-jacent à 40, la prime est donc faible (20 USD?)
         - Vous attendez que le cours de l’ETF remonte pour que votre call leap soit positif?

Pas de malice dans mes questions, ce sont celles que je me pose.
Comme indiqué par as98qr53 en message #27, il peut être intéressant de rouler la position au lieu de se laisser exercer.
Mes réponses à ces questions (l’équilibre est ardu, je travaille encore dessus):
    - Si le cours chute brutalement, je vends un call à une distance raisonnable (5-10%), et je continue tant que le cours chute.
    - Si remontée brutale, mon call leap est gagnant (ou moins perdant), ma vente de call est perdante, je roule la vente de call chaque mois, jusqu’à me rapprocher du cours du sous-jacent.

Je vois le call leap comme un actif immobilier, et les primes perçues des loyers. A la fin d’échéance, mon call leap aura une valeur résiduelle (qui peut être 0), et j’aurais une rentabilité qui sera les primes perçues / valeur du call leap.

Concernant la vente de put, la limitation des pertes à X2 ou valeur du strike.
J’ai fait l’exercice sur quelques valeurs avec un delta de 10%:



On voit bien que la volatilité du titre joue sans surprise énormément sur la valeur du strike pour atteindre le delta de 10%.
Pour limiter les pertes, je pense donc viser des deltas très faibles, qui offrent donc de l’ordre de 20% de marge sur le cours, et une prime encore intéressante, on a le temps de voir venir, mais il faut suivre les cours chaque jour (un petit coup d’oeil de quelques minutes). Si le cours chute et se rapproche rapidement du strike ou du x2 de la prime perçue, il ne faut pas hésiter à vendre, même si on est finalement à x3 ou x4 sur la prime perçue, et donc encaisser une perte.

Les pertes plus importantes que j’ai pu montrer sur les mois précédents viennent de delta plus élevés, du à une prise de confiance excessive (ahh l’égo!)
Je vais essayer de m’y tenir…

Récapitulatif des primes perçues par sous-jacent sur les 3 derniers mois:


Hors ligne Hors ligne

 

#40 20/07/2022 01h58

Membre (2013)
Réputation :   27  

J’aime bien votre analogie entre call leap et actif immobilier. Je suis d’accord avec cette approche.
Idéalement la vente de calls couverts devrait etre effectuée la base d’un portefeuille buy ans hold constitué de longue date. L’objectif est de dégager une rentabilité supplémentaire sur des sous-jacents de qualité ( etf indiciel sp500 ou aristocrats de dividendes), en veillant à ne pas etre exercé  (delta faible des ventes de calls couverts).

Personnellement, comme je n’ai pas de portefeuille significatif,  j’utilise les calls leap. Je cherche à etre exercé ou sur le point de l’être ( dans ce cas quelques heures avant l’échéance je déboucle la position en PV). Si je peux gratter 3 ou 5 % par mois je suis très content.

Certes,  en cas de hausse, comme vous l’indiquez, on peut aussi rouler le call vendu devenu déficitaire.  Cela peut s’avérer une strategie gagnante si le cours du sous-jacent continue à augmenter, mais moins rentable si le cours du SJ baisse ( on perd tout ou partie de la plus valente du call leap).

Autre solution, en cas de hausse rapide des marchés : déboucler la position bien avant l’échéance  : vente du call leap en PV et rachat du call vendu en MV , la PV du call leap est supérieure à la MV du call vendu ( delta du call leap très supérieur à  celui du call vendu).
Il faut faire un calcul : C’est ce que j’ai fait hier avec le tracker SPLG qui a fortement monté,  en débouclant la position, j’ai encaissé 65 usd en 7 jours, ce qui est plus rentable que d’attendre mi-août pour encaisser au maximum 150 usd.

J’ai plus de mal en cas de baisse soudaine du marché.  Dans ce cas, j’essaie de continuer à vendre des calls .

Si la prime est trop faible : 2 solutions : vendre un call d’échéance plus lointaine ou alors ne rien faire et attendre patiemment que le leap remonte …

J’essaie d’acheter des leap à des niveaux différents afin d’avoir 4 ou 5 lignes achetées au fur et à mesure des baisses  : comme cela cela m’evite d’être scotché sur 100 % du portefeuille de leap et de continuer à percevoir une rentabilité sur une ou plusieurs lignes.

En tous cas, encore bravo pour vos résultats sur les ventes de puts. Cela semble très rémunérateur ! Sans indiscrétion, quelle somme consacrez vous à votre stratégie de ventes de naked puts ?

Sinon avez vous essayé la wheel stratégie ?

Dernière modification par Lmnp75 (20/07/2022 09h59)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #41 21/07/2022 16h41

Membre (2019)
Réputation :   15  

Lmnp75 a écrit :

Idéalement la vente de calls couverts devrait etre effectuée la base d’un portefeuille buy ans hold constitué de longue date

Hé bien j’ai de plus en plus de doutes là dessus!
Quand je vois ma position sur Faurecia, des calls à 42 pour décembre 22 qui valent 0 (acheté 300-400 euros), et à côté ma position longue en moins-value latente de -38% et de -2800 euros (!), je me dis que le gadin est beaucoup moins grand avec les options, et la perte connue à l’avance.
Certes, avec l’achat de call, ma perte est faite, alors qu’avec l’action, tant que pas vendu, pas perdu, mais ça ne fait pas plaisir de voir cette grosse ligne rouge.

Pour les call leaps, je ne les prends pas forcément très deep ITM (delta vers 0.8), plutôt ATM (delta 0.5), voire OTM (delta 0.3) sur des actions sur lesquels je vois un fort rebond potentiel.
ça me permet d’en prendre plus, et d’avoir un ratio prime/valeur achat call plus intéressant.
C’est un peu risqué, mais je trouve que ça se tient finalement:
Mon achat de call leap a un delta de 0.5 par exemple, ma vente de call à 1 mois un delta de -0.3, je suis donc assez neutre vis-à-vis du marché.
Si le cours monte le delta call long se rapprochera de 1 et le call court de -1 (à -0.5 ça sera ATM).
Si le cours descends le delta call long se rapprochera de 0, et offrira une couverture moins bonne pour le mois suivant, ce qui n’empêchera pas de vendre d’autres calls (ils seront juste moins couverts en cas de forte montée des cours)

Pour la wheel strategy, je m’arrête maintenant à la vente de call que je fais rouler avant d’être assigné.
J’indiquais que je reprendrais des vente de put ITM pour être assigné rapidement, mais je ne suis pas à l’aise avec cette stratégie en ce moment, avec les cours qui vont dans tous les sens.
Je mise plutôt sur un bon équilibre entre les ventes de call et vente de put, avec des ventes de call assez proches des cours car je suis couvert par des positions longues, et des ventes de put assez OTM car je souhaite juste prendre des petites primes sans prendre trop de risques.

Depuis le début de l’année:
- Vente de put: +2798 euros, c’est ridicule au vu du nombre de positions prises, le risk/reward n’est pas bon. Les positions perdantes mangent une grosse partie du gain.

- Vente de call: +10521 euros, là c’est mieux, beaucoup mieux.

- Ensemble des positions longues au travers des options (échéance juin ou décembre 2023): environ 20000 euros, bon là je me suis bien emballé ces derniers temps, j’ai acheté à tour de bras, en voyant des soldes partout.
La valeur de ces positions longues n’a pas trop bougé pour l’instant, 2000 euros de pertes.
Toute la stratégie et les gains reposent donc en partie sur la valeur résiduelle de "mes immeubles 2023". Je n’ai pas trop de doutes sur le fait de finir au moins à 0 avec déjà la moitié de la valeur obtenue en vente de call, mais il faudra peut-être que je roule des positions dans quelques mois pour éviter un effritement trop important de la valeur temps.

Sinon, un peu d’auto-congratulations, ça n’arrive pas tous les jours, j’ai vendu des puts semaines dernières pendant les baisses, et vendu des calls suite à la montée des cours de cette semaine.
Résultat, les puts sont bien OTM, les calls sont déjà gagnants, et le portefeuille sourit alors que les cours baissent!
Une journée où tout se passe bien, ça n’arrive pas tous les jours, il faut en profiter smile

Hors ligne Hors ligne

 

#42 13/11/2022 10h37

Membre (2019)
Réputation :   15  

Petit retour sur les performances du portefeuille d’options, après quelques mois d’absence:

Juillet: +2610 eur
Aout: +2464 eur
Septembre: +4862 eur
Octobre: +3810 eur

La moyenne depuis le début de l’année, en brut, est donc de 2721 eur (objectif 2400 eur)
Ces gains importants sont beaucoup dus à la baisse des cours jusqu’à récemment, avec des primes perçues en intégralité, mais des valeurs de call achetés qui avaient beaucoup baissés (La montée récente des cours a retourné le problème comme je l’explique ensuite).

La performance option est pour l’instant très bonne, et pourtant le portefeuille global est quasi flat:
Le portefeuille d’action CTO est mal en point, avec majoritairement des REITS qui ont beaucoup souffert cette année.
Le portefeuille PEA n’a pas beaucoup bougé et a mieux résisté.

Avec la remontée violente des cours, le mois de novembre s’annonce rouge vif, beaucoup de vente de call étant roulés avec des pertes importantes, mais comme les achats de call sont très gagnants, l’ensemble me permet d’être à un plus haut sur le portefeuille global.

Pour essayer d’illustrer un peu mieux le combo achat de call long terme / vente de call court terme, je commence un suivi de plusieurs calls achetés en septembre, tous sur échéance juin 2023.
J’ai choisi Airbus, Vinci, Danone et BNP.
Cela me permettra également de mieux comprendre les implications de l’évolution des cours, et les gains associés.
Les questions que je me posent: Mieux vaut-il se mettre bien dans la monnaie lors de la première échéance pour récupérer une grosse partie de la prime payée à l’achat de call et couvrir ainsi une baisse à venir, quitte à courir après le cours suite à une hausse rapide?
Est-ce qu’il faut accepter une perte sur la vente de call, en considérant la plus-value latente sur l’achat de call, avec le risque que si retournement de cours, la perte est réalisée et la plus-value latente s’envole…?
Ou faut-il suivre le cours de plus loin, en roulant la perte de la vente de call par une nouvelle position rapportant exactement la prime perdue?

J’essaie à travers cet exercice d’automatiser mon système de penser qui est pour l’instant beaucoup plus gérer par mon feeling du moment.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur