Informations À propos…   Chercher Cherchez sur le site, les forums et nos screeners :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#26 07/08/2021 15h24

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Activité portefeuille Juillet 2021

Je m’interrogeais le mois dernier sur la pertinence d’ouvrir des lignes Amazon et Alphabet.
Malgré la minime baisse récente d’Amazon, je ne vais pas franchir le pas.
Mon exposition indirecte via les ETF S&P 500 et World notamment, est suffisante.
C’est Microsoft qui m’intéresse le plus parmi ces mastodontes, donc c’est celle que je sur-pondère d’une certaine manière en la détenant également en direct.

Concernant le processus de renforcement mensuel, je n’ai pas établi de règle immuable. Je le fais en fonction de l’actualité de chaque valeur si celle-ci est susceptible d’avoir une incidence sur la valorisation, selon qu’il s’agisse d’une entreprise de croissance ou de rendement afin d’éviter de ne renforcer que de la croissance et souvent au plaisir par petites touches.

J’ai récemment renforcé Novartis qui a fait une année 2020 – 2021 flat et qui pourrait constituer à terme une bonne ligne de rendement. Je trouve que leur pipeline est bon, qu’ils l’enrichissent régulièrement et que leur pôle R&D est de qualité.

J’ai ouvert une ligne REIT avec Xior Student Housing, une société immobilière qui officie principalement aux Pays-Bas et en Belgique et qui se diversifie en Europe (Espagne, Portugal) que je renforcerai régulièrement si j’en suis satisfait. Elle gère des logements étudiants et son activité pourrait être amenée à croître régulièrement.

Concernant la performance de mon portefeuille, étant plus littéraire que matheux et peu enclin à enregistrer chaque versement dans un tableur, je ne vais pas calculer de TRI (tant pis pour l’estimation du bon ou mauvais timing d’injection de liquidités sur telle ou telle ligne) ; je vais me contenter de l’estimer grossièrement en rapportant le montant global de la PV au moment investi.

Rentabilité (PV latente sur montant investi en excluant la ligne private equity) : 15 %

La barre des 200k€ a donc bien été franchie. Au jour du reporting, la valorisation globale est de 220 310 € (dont 13k€ de private equity non réévalué).

Actuellement, parmi les titres vifs, concernant la PV latente, le top 5 est représenté par :
- Eurofins Scientific (30%)
- Sartorius Stedim (27%)
- Dassault Systèmes (25%)
- Hermès (24,6%)
- ASML (22.6%)

Bel été à tous.


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#27 22/08/2021 22h05

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Activité du portefeuille Août 2021

Achat :

Ouverture d’une ligne Vivendi : 48 actions @30.8 €.
J’aimerais me positionner sur l’IPO d’Universal Music Group qui aura lieu le 21 septembre prochain. Avec les prises de positions récentes de Tencent et Ackman, il risque d’y avoir un certain engouement. Je ne pense pas que les particuliers seront très bien servis. J’opte donc pour une distribution certaine sans frottement fiscal d’actions UMG via Vivendi, que je complèterai par des actions en direct lors de l’IPO.
Le cours de Vivendi se dépréciera mécaniquement après la cotation d’UMG ; cela donnera sûrement des idées de rachats d’actions à bon compte à Bolloré et consorts ; je verrai à ce moment-là ce que je ferai des actions Vivendi. 

Allègement :

ETF BNPP S&P500 à 18.2 € pour dégager 1180 € de liquidités sur une PV latente initiale de 11 000 €.

Renforcements :

Walt Disney : 3 actions @ $171 avant la publication des résultats que je souhaitais bons, ils ont été à la hauteur de mes espérances. La réouverture des parcs s’est bien déroulée et le streaming évolue favorablement notamment en nombre d’abonnés Disney +.

Veeva Systems : 2 actions @ $325 : entreprise de qualité, quasi-toujours chère en dehors des corrections. Son business model me plaît ; son positionnement de leader de niche aussi.

Qualcomm : 4 actions @ $143. C’est une entreprise qui me plaît beaucoup. Son ROE et son FCF sont élevés. Ils ont un beau portefeuille de propriété intellectuelle ; leur activité de licence pourrait croître à l’avenir. Sa valorisation est acceptable par rapport à Nvidia. Certes, ce n’est pas le leader mais je crois à son positionnement dans l’automatisation des véhicules électriques (offre d’achat en cours de Veoneer), les drones pour professionnels en plus de son activité de base pour les smartphones et la 5G. Par ailleurs, les britanniques (pour des raisons de sécurité-défense nationale notamment) s’opposent au rachat d’ARM par Nvidia ; j’aimerais bien que le deal ne se fasse pas, cela éviterait à Qualcomm d’être écrasé par Nvidia.

Store Capital : 3 actions @ $35 ; lorsqu’il reste des liquidités sur le CTO après achat d’autres grosses actions, j’achète quelques actions Reits. Au bout de 20 ans, les petites liquidités restantes après chaque gros achat auront permis de faire grossir ces petites lignes Reits.

Dassault Systemes : 8 actions @ 48 €. J’aimerais atteindre les 10k€ sur cette ligne. Une valeur solide sur le long terme.


Evolution récente du portefeuille :


L’exposition du portefeuille au luxe ; selon moi la meilleure partie du CAC40, l’a pénalisé ces derniers jours avec une fonte de la PV latente des lignes LVMH, Kering, Hermes comme un bon sorbet citron sous 30°C.
Cependant, pas de renforcement malgré la baisse car déjà bien exposé.
Je ne doute pas que nos riches amis Chinois continueront à acheter notre savoir-faire / savoir-être malgré les recommandations contraires de leurs illustres dirigeants et me permettre de reconstituer cette belle PV envolée.

Dans le même temps, ce qui me conforte dans mon choix de lignes de diversification, le secteur de la santé performe avec en tête de gondole Eurofins, Sartorius et Novo-Nordisk ; elles jouent bien leur rôle d’air-bags amortissant les chocs sur le luxe.

Dans les prochaines semaines / mois, j’aimerais renforcer certaines lignes du secteur santé, de la consommation de base avec Nestlé et peut être également des valeurs dites de croissance si la volatilité est de retour fin août / début septembre après la réunion de nos chers amis de la FED qui donne le la sur le marché mondial.


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #28 19/09/2021 14h32

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Suite à un changement de situation professionnelle, je pense ouvrir prochainement un PER individuel.

Je fais une synthèse de ce que j’ai compris du principe du PER pour l’utilisation que j’en aurais afin de pouvoir m’y référer ultérieurement et l’agrémenter de mes (vos !) réflexions.

PER assurantiel :

- Versement : déductible de l’IR à l’entrée et soumis à l’IR sans abattement à la sortie.
- Sortie en capital : au moment de la retraite me concernant (voire à 62 ans si non modifié avant par l’Etat) avec une sortie échelonnée et des PV soumises au PFU (ou l’équivalent dans 30 ans !).
- Sorties anticipées : non prévues pour l’instant.
- Décès avant 70 ans : clôture du PER avec sommes versées aux bénéficiaires du contrat comme pour l’assurance-vie.

Voilà la situation idéale d’après mes lectures :

- Phase de capitalisation : TMI élevée 41% jusqu’à la retraite
- Supports d’investissement : actions internationales avec ETF capitalisants (ETF World) + immobilier (SCPI) pour la diversification.
- Effet de levier : fiscal avec la déduction de l’IR des versements volontaires et ceux de mon entreprise dans la limite du plafond légal.
- Double effet de levier possible : souscrire à un prêt non affecté pour acquérir des SCPI au sein de cette enveloppe PER, permettant de déduire plus au moment de la souscription et de capitaliser sur 25 - 30 ans…
- Contrat idéal : frais à 0% pour les versements, frais autour de 0.5 / 0.6% pour la gestion, frais faibles proches de 0% pour les arbitrages.
- Phase de restitution : TMI plus basse qu’en phase de capitalisation, optimisation possible avec les autres supports (AV notamment) pour éviter de rester sur la même TMI.

Cette enveloppe fiscale vient en complément d’une gestion patrimoniale globale avec de l’immobilier en direct (RP et locatif), des actions internationales (PEA, CTO et contrats d’assurance-vie).

Concernant les SCPI, les détenir en direct n’a aucun intérêt dans ma situation, les détenir via une SCI IS serait intéressant mais je ne prévois pas d’y consacrer plus de 100k donc l’intérêt de ce support est limité. Les loger dans mon PER me paraît être intéressant (en prenant en compte les inconvénients inhérents ; créance assureur, frais de gestion…).

J’étudie actuellement les différents contrats sur le marché. Je ferai un retour après souscription.


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#29 19/09/2021 14h46

Membre (2021)
Réputation :   43  

Je vous suggère d’ajouter un critère si vous n’êtes pas fan du papier, c’est la possibilité de la gestion en ligne. Attention, l’ouverture en ligne n’entraîne pas automatiquement la possibilité de gestion en ligne. Celui de swisslife qui répond bien aux autre critères n’est pas gérable en ligne par exemple.

Hors ligne Hors ligne

 

#30 30/09/2021 22h43

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Activité portefeuille Septembre 2021

Un mois un peu terne, à l’image du temps certains jours avec quelques éclaircies rapidement balayées par les tergiversations habituelles sur la politique de la FED, le retentissement des défauts de paiement du mastodonte immobilier chinois Evergrande, de l’inflation galopante (dite transitoire par les experts)…

La livraison des actions UMG par Vivendi s’est déroulée comme prévue. Mon courtier (CA IDF) a mis quelques jours à trouver le bon prix de revient fiscal pour finalement s’aligner sur les autres brokers plus réactifs.
J’ai renforcé Vivendi en allégeant une ligne S&P500, sans toucher aux titres UMG, je conserve les deux lignes dans une optique évidente de long terme comme pour le reste du portefeuille.
Avant ce spin-off, je suivais de loin le patriarche Bolloré, le fait d’avoir ces deux lignes me permettra de m’y intéresser un peu plus.

J’ai ouvert une micro-ligne Berkshire Hathaway afin de pouvoir suivre plus facilement le cours de l’action ; l’objectif étant de diversifier encore mes positions à l’avenir.

Par ailleurs, j’ai effectué quelques renforcements à doses homéopathiques (Johnson & Johnson et Coupang) ; la première car la ligne doit grossir pour se rapprocher de ses consoeurs du secteur santé et la deuxième pour son côté exotique et spéculatif (mais non dénuée d’intérêt sur le long terme) après une baisse significative de son cours.

Le nombre de lignes actuelles du portefeuille me convient, il s’agira donc dorénavant de ne faire que des ajustements à type de renforcement sans en ouvrir de nouvelles.

Je suis de moins en moins à l’aise avec l’investissement mensuel type DCA ; maintenant que les lignes ont été constituées (entreprises choisies), il ne reste plus qu’à aller jusqu’au montant cible de chaque ligne. Je vais tenter de freiner mes achats mensuels pour n’acheter que lors des gros creux.
En effet, compte-tenu d’un faible niveau de liquidités (dépenses extra-boursières), je n’ai pas pu profiter des baisses récentes et cela me chagrine. Afin d’éviter ce ressenti désagréable et ne souhaitant pas investir sur marge, j’attendrai d’avoir reconstitué un petit pécule pour me faire plaisir ultérieurement lors d’une baisse plus marquée.

Et pour être totalement honnête, j’ai également des discussions assez animées avec ma femme, concernant la valorisation actuelle du portefeuille et le montant que j’allouais jusqu’à présent aux actions… Je dois donc ménager ma monture…

Valorisation totale : 218 000 € (dont 15 000 € de private equity : participation récente dans une PME à hauteur de 2k€ en sus d’une ligne ancienne de 13k€).



Dernière modification par RadioInvest (30/09/2021 22h45)


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#31 27/10/2021 21h09

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Activité portefeuille Octobre 2021

Le portefeuille se tient mieux qu’en Septembre. Le mois d’Octobre a un peu dérogé à sa réputation sulfureuse. Ce qui est très amusant ce sont les discussions « d’experts » à propos de l’inflation avec un Dorsey (Twitter, Square) qui annonce l’arrivée imminente d’une hyper-inflation et une Cathie Wood (ARK Invest) qui lui répond qu’il a tout faux et que c’est la stagflation qui nous guette voire une déflation tant les forces déflationnistes sont puissantes…
En d’autres termes, je les regarde et les écoute de loin, sans rien changer à mon portefeuille, tant les experts d’un jour peuvent être disqualifiés par le marché le lendemain.

Quelques renforcements modérés sont venus ponctués ce mois d’Octobre soit via un allègement de la plus-value de la ligne ETF S&P 500 soit via un apport de liquidités :

-L’Oréal : 1 action. La digitalisation porte ses fruits concernant les ventes diversifiées à l’échelle mondiale. A terme, j’aimerais investir au total 10k€ sur cette valeur et la laisser poursuivre sa croissance.

-Walt Disney : 3 actions. Je vise une ligne d’environ 5k€ investis. Son business n’est pas prêt de flancher.

-Qualcomm : 9 actions. Il y a quelque chose de quasi-magnétique avec cette ligne, je ne peux m’empêcher de la renforcer. A terme, l’objectif est d’investir au total 10 k€ dans cette entreprise. Je n’ai pas résisté lorsqu’elle a touché les 122 $. Le marché la boude en ce moment, en partie en lien avec l’offre récente de rachat de Veoneer mais Qualcomm est sur un marché adressable énorme avec un ROE élevé, un FCF solide… J’aime par ailleurs son côté challenger par rapport au mastodonte Nvidia.

-Vivendi : renforcement à 11€. Le rachat d’actions voté par les actionnaires se poursuit ; j’attends de voir la suite des épisodes de la saga Bolloré. Je ne suis pas certain de remettre au pot. La ligne me convient en l’état.

Au global, maintient d’une pondération relativement équitable : titres vifs (55 %) et ETF (45 %).

Valorisation totale : 230 500 € (dont 15k€ de private equity).



"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #32 30/11/2021 21h40

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Activité portefeuille Novembre 2021

Globalement satisfait du mois qui vient de s’écouler, ça tangue un peu mais je commence à m’y faire. J’ai l’impression de préférer un portefeuille qui prend quelques secousses plutôt qu’un portefeuille au sommet en permanence car au final c’est bien sa valeur dans 20 ans qui m’intéresse et lorsqu’on est à l’ATH il y a un effet paralysant.

Degiro a modifié ses conditions tarifaires. Pour l’utilisation que j’en ai, cela me convient. En effet, sur mes transactions aux US (NYSE), plus aucun frais (commission = 0) contre 0.51 € auparavant. Ce cadeau est sûrement financé par l’augmentation du coût de la marge pour les investisseurs plus avertis ou les prêts de titres, voire les deux à la fois…

A compter du mois de décembre sera ouvert mon PER Linxea Spirit avec pour objectif un investissement en ETF type S&P 500 voire SCPI si le cœur m’en dit.

Voici les renforcements du mois écoulé :

Walt Disney : achat de 10 actions. Objectif : 5k€ investis sur cette ligne.
Elle pourrait jouer un rôle dans le metavers que l’on nous promet…

Visa : achat de 10 actions. Objectif : 5k€ investis sur cette ligne.
Malmenée en ce moment, probablement de manière passagère. Je l’avais acheté quelques mois à son quasi-ATH, donc ce petit trou d’air est le bienvenu. Malgré la concurrence à venir des fintechs disruptives, ce mastodonte aura sûrement les armes pour se défendre.

Coupang : achat de 4 actions lorsqu’elle a touché un de ses points bas au cours du mois.

Johnson & Johnson : achat de 4 actions. Action dividende.

Argan : achat de 6 actions de la belle endormie.

Bilan :
Apports mensuels : 4400 € 
Variation PV latente : + 8180 € 
Pondération globale  : titres vifs (57%) et ETF (43%).

Valorisation globale : 244 000 € (dont 15k€ de private equity non réévalué).



"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#33 01/01/2022 19h43

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Activité portefeuille Décembre 2021

L’année 2021 a été un tournant pour mon portefeuille. En avril dernier, suite au rachat annoncé de Lyxor par Amundi, j’ai souhaité passer d’un portefeuille 100% ETF à un portefeuille mixte titres vifs et ETF.

La diversification est le maître-mot : diversification des supports, des émetteurs, des secteurs, des titres (croissance, value, dividendes, paris à risque)…

La progression de valorisation est liée à mon épargne régulière et à l’évolution positive d’un certain nombre de lignes, tout en sachant que pour près de 50% du portefeuille, il s’agit de la performance globale du marché.

Je ne mesurerai pas la performance globale de mon portefeuille pour plusieurs raisons :

-    Je n’ai aucun intérêt à me comparer au marché pour le volet titres vifs de mon portefeuille. Je suis un particulier, investisseur du dimanche, qui souhaite faire fructifier au mieux son épargne. Je ne suis pas dans une course effrénée à la performance. Il ne s’agit pas de se voiler la face mais de simplement se dire : chacun son job. Lorsque je fais mon footing, je ne me compare pas à mon voisin de palier, chacun son niveau, ses objectifs, ses ambitions.

-    Mon objectif est de faire évoluer positivement le portefeuille en ayant la volatilité la plus supportable possible ; d’où certains titres vifs « low volatility » qui peuvent dans un marché très haussier freiner le portefeuille mais qui pourront limiter le max drawdown en cas de marché fortement baissier.

Mouvements du mois de Décembre 2021 :

Euronext : renforcement lors du dernier trou d’air récent.

Novartis : un des titres low volatility du portfeuille, big pharma du portefeuille, diversification en devise. Changement en vue du PDG, récupération récente de cash par la vente de la participation dans Roche, rachats d’action à venir.

Xior : renforcement lors de la petite baisse récente afin d’augmenter le poids relatif de la ligne en cours de construction.

Vantage towers : création progressive de la ligne.

ETF World + S&P 500 ; ouverture de 2 lignes au sein de mon PER Linxea Spirit nouvellement souscrit.

Bilan :

PV latente : 42 800 € (vs 35400 € fin novembre 2021) : + 7400 €
Pondération globale : titres vifs (57%) et ETF (43%).

Valorisation globale : 258 000 € (dont 15 k€ de private equity non réévalué).



"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#34 01/01/2022 20h26

Membre (2014)
Réputation :   114  

C’est un long débat, mais je ne suis pas d’accord avec vous sur l’inutilité de mesurer la performance de votre portefeuille de titres vifs.
L’objectif est de maximiser la performance pour accroitre son capital, sinon à quoi bon investir.
Le fait de mesurer cette performance est un indicateur qui peut vous aider à prendre des décisions. A quoi bon, s’entêter à faire moins bien que le marché d’années en années… si tel est le cas, autant acheter le marché.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #35 01/01/2022 22h41

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Bonsoir Malcolm,

C’est effectivement une vraie question, assez clivante d’ailleurs.

Je ne pense pas que la mesure de performance soit inutile mais elle ne m’intéresse pas.

Le benchmark de type ETF World est, d’une certaine manière, le reflet de l’intelligence collective que l’on peut ramener à la somme des intelligences individuelles de chaque gérant. Ce sont des professionnels. Ils ont des objectifs clairs en lien avec les encours qu’ils gèrent.

Je ne partage pas leurs objectifs et je ne dois de compte qu’à moi-même (et c’est déjà beaucoup !) ; ce qui me permet une certaine liberté de mouvement.

Le volet titres vifs du portefeuille a plusieurs intérêts : plaisir, apprentissage, diversification des supports (éviter les risques inhérents aux ETF sur une partie trop importante du patrimoine) et permettre un nantissement ultérieur (bien mieux accepté par les équipes risk des banques prêteuses que les portefeuilles 100% ETF).
Mais l’objectif n’est pas de coller au World.

Par ailleurs, à mon sens, la mesure de performance peut pousser l’investisseur à prendre des décisions contre-productives : des risques supérieurs à ceux initialement prévus pour tenter de recoller au World avec un risque de perte plus élevé ; un peu comme si lors d’un marathon on choisissait le départ de ceux qui vont le plier en 2h alors que d’après notre entraînement on sait qu’on le fera en 4h ; au bout du compte, risque de ne pas finir la course alors qu’il suffisait simplement de rester dans sa catégorie pour passer la ligne d’arrivée sereinement.


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #36 02/01/2022 08h15

Membre (2015)
Réputation :   133  

Bonjour RadioInvest,

Il est aussi un autre atout assez peu mis en avant avec l’achat de titres vifs : les frais.

Les ETF et surtout ceux éligibles au PEA, même si leurs frais ont beaucoup baissé, restent des enveloppes soumises à des frais (exemple avec le CW8 d’Amundi et ses 0.38% de frais).

Vos lignes de titres vifs ne vous coûteront globalement rien chez un courtier moderne.
Si vous voulez répliquer un ETF CAC40 par vous-même, vous serez perdants avec les frais de transactions (achats/ventes) et le frottement de la fiscalité, et alors je vous conseille bien sûr un ETF CAC40.

Mais si vous êtes dans une optique "buy and hold" avec des sociétés extraordinaires (l’Oréal, Air Liquide, Schneider Electric en France, ou Berkshire Hathaway, Microsoft, etc…), vous allez économiser des frais.

Vous me direz, 0.38 %, c’est pas bien grave ? Déjà, mettre en perspective le Livret A qui servait 0.5%. Et 0.38% sur le très long-terme, cela finit par faire une petite rivière.

L’intérêt des titres vifs c’est de détenir des entreprises extraordinaires, de pouvoir adhérer pour certaines à des clubs actionnaires (je viens d’acheter une centrale vapeur Calor à -30% sur le site actionnaire), de bénéficier d’actions gratuites ou de dividendes majorés, de voter aux AG, et d’économiser les frais de gestion des ETF.
L’inconvénient c’est la prise de risque.

Mon portefeuille est rempli d’ETF. Mais je les regarde à peine. Mon attention est toujours happée par les lignes de titres vifs, leurs dividendes, leur actualité, etc… Heureusement, je vends et j’achète très peu. L’émotion ne me fait jamais oublier le coût du clic.


A la bourse, un mec achète, un autre vend, les deux pensent faire une affaire. Jean Yanne.

Hors ligne Hors ligne

 

#37 29/01/2022 15h01

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Activité du portefeuille Janvier 2022

Quel début d’année !

La volatilité sur les marchés est clairement de retour.
La conséquence est immédiate sur le portefeuille : valorisation en nette baisse avec des PV latentes qui ont bien fondues.

En pratique, ce n’est pas le changement d’humeur du marché qui m’embête mais le manque de liquidités à investir. En effet, je m’interdis 2 choses : utiliser la marge et puiser dans les réserves monétaires (livret, PEL). Ce qui limite nettement les renforcements puisque seul le salaire participe.

Au cours du mois, j’ai décidé de renforcer Microsoft (2300 €), Salesforce (1000 €), Veeva Systems (410 €) et Walt Disney (500 €).
A cela, j’ai ajouté un renforcement de 1000 € sur le volet ETF (sur mon PER) : 750 € S&P 500 et 250 € World.
Comme à mon habitude, aucune vente réalisée.

Compte-tenu des incertitudes actuelles et de l’impact de la politique de la FED sur la valorisation des entreprises à PER très élevé (Veeva et Salesforce), j’attendrai une éventuelle baisse plus marquée pour renforcer de nouveau. Clairement, si le marché est efficient, il considère que ces 2 entreprises devraient croître, si tout se passe bien, beaucoup plus de Microsoft.

En d’autres termes, il est probable que Microsoft avec son PER de 30 devienne d’ici 10 ans, une valeur mature de la old tech. Il va falloir aller chercher la croissance dans d’autres entreprises comme Veeva et Salesforce.

En tout cas, pour moi, c’est très clair : je fais l’inverse des gestionnaires / institutionnels (ils vendent les PER élevés, je les achète et inversement) car je pense ainsi augmenter la probabilité d’obtenir des PV dans quelques années (et le rendement du dividende pour les PER bas) et la performance à court terme du portefeuille ne m’intéresse pas.

Mon scénario privilégié pour 2022 n’est pas un long bear market mais une volatilité forte quotidienne avec des dip plus ou moins profonds permettant d’effectuer des renforcements ciblés.

Bilan :

PV latente : 21376 € (vs 42800 € fin décembre 2021) : - 21424 €
Pondération globale : titres vifs (57%) et ETF (43%).

Valorisation globale : 243 455 € (dont 15 k€ de private equity non réévalué).


Dernière modification par RadioInvest (29/01/2022 15h02)


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#38 02/03/2022 20h45

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Activité portefeuille Février 2022

Un contexte particulier et douloureux sur le plan géopolitique avec une entrée en guerre de la Russie menée par Poutine contre le peuple Ukrainien.

L’inflation en Europe est essentiellement le fait d’une explosion des coûts de l’énergie contrairement aux USA. La FED augmentera ses taux mais de manière plus modérée que prévu compte-tenu du contexte.
Les conséquences à moyen terme de ce conflit sur les économies européennes et américaines sont difficiles à appréhender.

Peu de mouvement ce mois compte-tenu d’un faible niveau de liquidités à investir.
Et je n’emprunte pas pour investir sur les marchés ; je ne me considère pas suffisamment agile et alerte pour le faire.

Sur mon PEA, plus que 1000 € à investir pour atteindre le plafond de versement. C’est un point de satisfaction, un peu moins de 4 ans après l’ouverture de mon PEA.

C’est un sentiment très particulier de me dire que je ne pourrais plus y toucher en y ajoutant des liquidités ; les mouvements se feront en vase clos via les dividendes à réinvestir et sûrement un écrémage de l’ETF S&P 500 pour alimenter les titres vifs en cas d’opportunité.

Ainsi, au cours des prochains mois, c’est sur mon CTO Degiro que je vais axer mes renforcements. Idéalement, j’aimerais faire grossir les lignes Berkshire, CrownCastle et Prologis.

Intuitivement, j’ai tendance à me dire que les américains pourraient tirer parti du conflit en Europe, leur économie étant a priori moins exposée, en tout cas pour les secteurs sur lesquels je suis positionné.

Pour l’instant, le PEA-PME ne m’intéresse toujours pas. J’avais pré-sélectionné des fonds il y a plusieurs mois. Pour prendre date, j’avais initié une ligne Nova Europe ISR A. Dans quelques mois, j’ouvrirais sûrement la ligne I&E Europe comme prévu au départ.

Mouvements du mois :

Renforcement d’UMG en deux temps fin janvier (oublié dans le reporting précédent) et début février (970 €).

Renforcement de l’ETF S&P 500 sur PER pour 1500 €.

Renforcement de Somfy (500 €).

Bilan :

PV latente : 19131 € (vs 21376 € € fin janvier 2021) : - 2245 €
Pondération globale : titres vifs (57%) et ETF (43%).

Valorisation globale : 244 328 € (dont 15 k€ de private equity non réévalué).



"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#39 03/03/2022 19h44

Membre (2020)
Top 20 Crypto-actifs
Réputation :   130  

Membre clivant Membre parfois clivant Membre clivant

RadioInvest, le 02/03/2022 a écrit :

[b].
L’inflation en Europe est essentiellement le fait d’une explosion des coûts de l’énergie contrairement aux USA.

Bonsoir,

Je me permets un petit aparté concernant votre phrase çi dessus.

Nous avonscomparé par curiosité notre ticket de caisse électronique d’il y a deux mois avec le prix actuel sur l’application drive de notre hyper favori dont je tairai le nom.

En tête des hausses, coquillettes et chips crevettes affichent des hausses de près de 15%. D’autres hausses plus faibles, et certains produits (assez rares) au prix inchangés.

Cordialement


Team Faux Pas 0+0

Hors ligne Hors ligne

 

#40 03/03/2022 20h32

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Bonsoir MilfordSound,

Je vous crois sur parole. Je n’ai pas regardé dans le détail mes tickets de caisse pour l’alimentaire.
Ce qui me choque pour l’instant c’est surtout le prix de l’essence, mon plein commence à devenir vraiment cher ! Voilà pourquoi mon focus est sur l’énergie. Quand je vois le SP95 à 2€, ça pique !

Pour les USA, il me semble que l’inflation soit plus ancrée en lien avec des perturbations sur le marché du travail notamment avec des pénuries de main d’oeuvre dans un certain nombre de secteurs, entraînant une pression à la hausse sur les salaires contrairement à l’Europe où pour l’instant ce sujet n’est pas sur la table.

L’intensité de la réponse occidentale aux agissements russes va avoir des conséquences très concrètes en Europe, ce qui n’était pas le cas avant le conflit.
Je pense notamment au prix du blé ; effectivement à ce rythme là, les pâtes au jambon vont nous coûter de plus en plus cher et notre baguette traditionnelle aussi !


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #41 06/03/2022 12h43

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Au cours des derniers jours, j’ai fait un bilan concernant l’alimentation régulière de mon portefeuille boursier. Il s’avère que j’y ai consacré ces 24 derniers mois des montants qui sont, à mon niveau, significatifs.

Etant donné que la construction de l’appartement en VEFA se poursuit, il me paraît judicieux d’alimenter un compte dédié à cet investissement afin de parer à toute éventualité ultérieure et préparer une poche de liquidités suffisante.

Et comme le dit si bien notre cher Charlie Munger, "the first rule of compounding is to never interrupt it unnecessarily", je vais continuer à alimenter mon portefeuille boursier de 500 € par mois via de la gestion passive (versement sur PER ; alternativement ETF S&P 500 et ETF World).

Je ferai donc dorénavant un point trimestriel du portefeuille boursier.


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#42 02/04/2022 18h51

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Point d’étape intermédiaire

Vente il y a 2 jours de "mini"-lignes : Coca, Vantage Towers, Mastercard, Xior Student Housing.

Objectif : réduire les petites lignes car le temps passe vite et je préfère faire grossir (lors des phases de correction) celles déjà bien constituées pour arriver à des tailles significatives en phase de consommation et augmenter le rendement total.

Le produit de ces ventes a été intégralement réinvesti sur la ligne Abbott (2200 €).

Après discussion avec ma patronne (ma femme !), nouvelle allocation mensuelle des flux :

- Epargne :
*PEL 300 €

- Investissement :
*PER Mr 500 € (ETF S&P 500 et World)
*PEA Mme : 250 € (ETF S&P 500)
*CTO Mr : 250 € (ETF S&P 500 et World)

Bilan du mois :

PV latente : 25 800 € (versus 19 131 € fin février 2022) : + 6670 €
Pondération globale : titres vifs (56%) et ETF (44%).

Valorisation globale : 254 454 € (dont 15 k€ de private equity non réévalué).


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #43 15/04/2022 23h54

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Dragon Portfolio : 100 years portfolio recession proof by Chris Cole Artemis Capital (conception en 2020).

Après avoir vu cette vidéo ([youtube]SkfgEZtJ9LA&t=1s[/youtube]), j’ai souhaité en savoir un peu plus sur le portefeuille proposé par Chris Cole, fondateur et gérant d’Artemis Capital Management.

L’idée a été d’étudier l’histoire financière pour bâtir un portefeuille résilient et performant indépendamment du cycle (serpent ou faucon).  Ces cycles économiques différents se rassemblent pour donner naissance à la créature du dragon ; serpent ailé.

Le Dragon portfolio a donc vocation à être (à l’instar d’un permanent portfolio) un portefeuille de très long terme (100 ans d’après son concepteur) résistant à tous les cycles économiques.

L’étude de Chris Cole est intéressante car il s’est penché sur la quasi-totalité du 20e siècle : de 1928 à 2008 ; backtesting sur 90 ans.

Allégorie du faucon (hawk) et du serpent.

Le serpent représente la période de d’expansion / croissance séculaire (ex. 1947-1963 et 1984-2007) se caractérisant par les progrès technologiques, la mondialisation, la croissance démographique, l’accroissement des richesses…Puis basculement vers l’expansion des dettes d’Etat, la dévaluation des monnaires fiduciaires entraînant une augmentation exubérante de la valeur des actifs décorrélée des fondamentaux.
Le serpent finit par se mordre la queue…

Le faucon représente les forces de changement / déclin séculaire (1929-1946, 1964-1983).
Son aile gauche correspond à la déflation, aux taux d’intérêts négatifs, à la baisse de la croissance…
Son aile droite représente l’inflation, l’helicopter money, la dévaluation monétaire…







Il considère que les investisseurs commettent une erreur d’appréciation lorsqu’ils pensent que le portefeuille 60/40 (60% actions, 40% obligations) est si performant. Il l’a été (non pas grâce à sa composition) mais uniquement parce que l’analyse porte sur la période s’étalant de 1984 à 2007 qui a été la plus spectaculaire en termes de performance à la fois pour les actions et pour les obligations : 20 ans de croissance porté par les baby-boomers en pleine force de l’âge.

Et son postulat est que cette période exceptionnelle ne pourra vraisemblablement pas se reproduire car les mécanismes l’ayant soutenu ne sont plus si prégnants (croissance démographique vs démographie déclinante, mondialisation à outrance vs repli géographique/protectionnisme, dette étatique à des niveaux jamais atteints, taux d’intérêts au plancher…)

De ce que j’ai pu comprendre, voici la composition de son Dragon Portfolio :

Actions : 24%
Performance la plus élevée en période de croissance séculaire.
Idéalement, opter pour les titres vifs. A défaut de compétences particulières, préférer les fonds indiciels et ETF larges pour obtenir la performance du marché.
Ex : ETF Vanguard VTI ou S&P 500 Vanguard (VOO)

Obligations long terme (fixed income) : 18 %

D’après son étude sur le 20e siècle, la croyance selon laquelle les actions et les obligations sont décorrélées est fausse. Elles sont beaucoup plus souvent corrélées que l’inverse.
Choisir des échéances longues (20 ans) d’obligations d’Etats.
Ex : ETF iShares 20y US Treasury Bond TLT.

Or : 19 %

Son intérêt est de permettre de protéger le portefeuille de la dévaluation des monnaies fiduciaires et de l’hyperinflation (stratégie de couverture).
Idéalement, détention en direct d’or physique sinon acheter sur le marché des ETF qui suivent les variations de l’or.
Ex : Central Gold Trust (GTU).

Volatilité longue : 21 %

Stratégie active d’utilisation d’options long terme pour profiter des soubresauts du marché.
Il s’agit d’une protection du portefeuille.
Chris Cole considère que son intérêt réside dans sa non-corrélation avec les actions et les obligations.
L’objectif est la préservation du capital et non le rendement.
Véhicule d’investissement : faire appel à des gérants (lui !) ou via des ETF IVOL ou TAIL.

Matières premières : 18 %

Stratégie active de tendance (commodity trend) visant à profiter des évolutions de prix des matières premières dans un sens comme dans un autre.
Cette poche sera amenée à se valoriser lors des périodes d’inflation.
Décorrélation avec les actions et les obligations.
Nécessite des connaissances particulières en produits dérivés et en analyse technique notamment.
Sinon, opter pour des fonds spéculatifs de gérants reconnus ou des ETF comme le DBC (Invesco DB Commodity Index).



Son approche m’intéresse mais la mise en pratique semble délicate.
Il y a deux poches qui nécessitent une certaine expérience du terrain boursier : volatilité longue et tendance de matières premières (il prêche pour sa paroisse en vendant ses services) ; l’investisseur particulier peut vite être perdu. Cela limite l’applicabilité de ce portefeuille au plus grand nombre.

L’immobilier (en dehors de sa faible composante dans la poche actions) est le grand absent de ce portefeuille.

Je tenterai dans les prochains jours de m’imprégner de ce Dragon Portfolio pour l’adapter à ma situation.

Actions (30 %) : titres vifs et ETF (50% - 50%)
Obligations d’Etats (10 %) : via ETF
Matières premières (10 %) : via ETF
Or (15 %) : détention physique avec les contraintes inhérentes.
Cash/Monétaire (10 %) : liquidités de réserve (PEL, livrets, fonds euros…)
Immobilier : 25 % (biais bien français assumé).

Mais je sens que le Dragon va se transformer en permanent portfolio à ma sauce.

[url=[youtube]SkfgEZtJ9LA&t=1s[/youtube]]Dragon Portfolio[/url]

Dernière modification par RadioInvest (15/04/2022 23h59)


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#44 01/05/2022 12h41

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Allocation d’actifs Mai 2022

Jusqu’à présent, je n’avais pas mesuré l’importance de définir une allocation d’actifs globale pour tenter de prendre de la hauteur de vue et d’allier progression/préservation du capital investi.
Un rééquilibrage est donc en cours afin d’avoir une allocation plus équilibrée.

Actions
Objectif : 30 %
Actuellement : 44 %
Support : ETF – Titres vifs

Obligations
Objectif : 10 %
Actuellement : < 1 %
Supports :
- ETF obligataire avec exposition à la Chine : iShares China CNY Bond (CYBA) : ligne en cours de constitution.
- ETF obligataire avec exposition aux US : iShares 20+ Treasury Bond (TLT) : en attente de visibilité sur l’évolution du cours.

Monétaire / Cash
Objectif : 10 %
Actuellement : 9 %
Supports : livrets bancaires, fond euros d’AV.

Métaux précieux / Matières premières
Objectif : 10 %
Actuellement : < 1 %
Supports :
- Or physique : pièces d’or liquides et recherchées.
- Or papier : ETF Gold Bullion GBS
- Commodities : ETF Invesco Bloomberg Commodity CMOD
- Crypto : BTC en direct

Private Equity
Objectif : 5 %
Actuellement : 3 %
Supports : titres non cotés.

Immobilier
Objectif 35 %
Actuellement : 44 %
Supports :
- Immobilier d’usage : RP
- Immobilier locatif : en direct (appartement), ETF EPRA voire SCPI dans quelques années

Objectifs :

- Obtenir un portefeuille global résilient permettant de naviguer dans tous les cycles économiques futurs.
- Augmenter le rendement ajusté du risque pour la globalité du portefeuille.
- Maintenir les pondérations définies et l’équilibre global via un rebalancing régulier.
- Utiliser la volatilité à bon escient avec des actifs relativement décorrélés.


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #45 18/06/2022 15h55

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Activité portefeuille T2 2022

Temps difficile pour le portefeuille, en lien avec l’ambiance générale sur les marchés.
La totalité des PV latentes a fondu par ce beau soleil printanier.

J’avais fait en avril un peu de ménage en vendant certains titres vifs : AirBnb (vendu à $165, cours actuel $99), CrownCastle (vendu à $197, cours actuel $156), Prologis (vendu à $167, cours actuel $110), NovoNordisk (vendu à 785 DKK, cours actuel 750 DKK), Nestlé (vendu à 126 CHF, cours actuel 106 CHF)… dans le but de privilégier les ETF (le produit de cession des titres vifs a été injecté sur les ETF larges).

C’est une période intéressante psychologiquement. Maintenant que le marché a bien baissé, je ne vends plus malgré des lignes très rouges (Veeva, Salesforce, Disney…) mais je ne renforce pas non plus car j’ai un projet d’investissement en private equity en direct totalement décorrélé du marché action et c’est précisément ce que je recherche dorénavant.

Dans ces moments de forte tension sur les marchés, ma conviction concernant la diversification-décorrélation des actifs est clairement renforcée.
Au sein du marché actions, lorsque l’humeur globale est maussade, aucun titre ne protège, tout coule, dans des proportions différentes mais la sanction est globale.

A l’avenir, je ne suis pas certain de vouloir faire grossir les apports sur le marché action au-delà des 250k€. Le mieux est de m’orienter vers d’autres marchés.
Ce qui a été mis jusqu’à présent en actions, a vocation à y rester, je laisse le capital travailler et advienne que pourra.

D’ailleurs, d’une certaine manière, le fait d’avoir atteint le plafond de versement sur mon PEA aide à ne rien faire de plus que de réinvestir régulièrement les dividendes.

Même si le rendement réel est négatif compte-tenu de l’inflation, je continue le versement mensuel sur le PEL, partie sécurisée de l’épargne mensuelle. Ce n’est donc pas un rebalancing dans les règles de l’art car d’après la littérature il serait attendu en cette période de majorer l’investissement action au détriment de la poche sécure. 

Tous les investisseurs cherchent actuellement les meilleurs spots pour battre l’inflation, prendre le dessus sur le MSCI World et le S&P 500, certains y arrivent, d’autres vont y laisser des plumes. De mon côté, je reste à ma place : je n’ai pas les compétences pour me lancer sur le trading de matières premières, gérer des options, prendre du levier ou shorter le marché obligataire.
Je rejoins en ce sens les propos de W. Buffett concernant l’intérêt d’être le meilleur avocat/médecin/garagiste local pour que l’inflation ne soit qu’un épiphénomène ; investir sur soi-même, augmenter le nombre de cordes à son arc en suivant des formations pour augmenter son propre pricing power. Augmenter également légèrement mon temps de travail permet de garder le dessus sur la macro-économie.

A ce jour :

*Actions :
ETF : 97 k€
Titres vifs : 104 k€

*Obligations :
ETF China Bond 1.5k€

*Métaux précieux :
ETF Or GBS : 0.7 k€
ETF Commodities CMOD : 2.8 k€

Valorisation globale : 206 k€


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#46 01/10/2022 18h58

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Activité portefeuille T3 2022

Encore un trimestre difficile dans un contexte peu favorable au marché actions à court / moyen terme.

J’ai poursuivi les renforcements réguliers sur différents supports ETF S&P 500, World IWDA/SWRD, titres vifs (Abbott) et marchés émergents (ETF EMIM).

Parallèlement au marché actions, j’ai acquis des titres non cotés sur mon PEA-PME (25 k€) d’une entreprise évoluant sur un marché défensif totalement décorrélé des marchés financiers.

L’idée est toujours de diversifier/décorréler sur le long terme pour avoir l’allocation la plus résiliente possible. 

En fonction de l’évolution du marché, je renforcerai probablement Argan dans les prochains jours, qui a vu sa valorisation baisser sans qu’à mon sens son modèle économique soit remis en question.
Je revendrai Store Capital pour réaffecter la faible somme (environ 500 euros) sur Veeva Systems.

*Actions :
ETF : 106 k€
Titres vifs : 105 k€

*Obligations :
ETF China Bond : 1.5 k€

*Métaux précieux :
ETF Or GBS : 0.6 k€
ETF Commodities : revendu avant la baisse. Je ne compte pas revenir sur ce type de véhicule.

Valorisation globale : 214 k€
PV/MV latente : - 12 k€


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#47 11/11/2022 16h00

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   196  

Evolution du portefeuille

Il y aura un avant et un après Téléperformance, en tout cas pour ma vie d’investisseur.

Je viens de vendre en forte moins-value (1.8 k€ sur 3600 investis) la ligne que je détenais sur PEA.

Jusqu’à ce jour, j’avais décidé d’avoir une répartition quasi-équitable de 50% titres vifs et 50% d’ETF car j’étais mal à l’aise à l’idée de ne posséder que des ETF. Un besoin de réassurance qui ne fait finalement pas le poids face au risque de perte sur chaque titre vif.

Les déboires récents de URW, Wirecard, Orpéa, Téléperformance sont des signaux forts.
Heureusement, je n’ai été concerné que par Téléperformance. J’avais vendu Orpéa vers 115 € bien avant le scandale.

Je ne crois plus à l’idée de "posséder de belles entreprises" ; l’invincibilité en bourse est un mirage : un scandale sur une ligne de production, un changement de doctrine dans un pays, une fraude comptable… est si vite arrivée et peut rapidement s’accompagner d’une perte irrécupérable pour le particulier : posséder des titres vifs devient difficile (pour moi). En effet, je ne suis pas en mesure d’acheter avec une marge de sécurité suffisante donc je prends de plein fouet des mouvements de baisse.

Psychologiquement, je n’ai aucun souci à gérer un bear-market car je renforce sans sourciller les ETF larges (S&P 500, World notamment). En revanche, l’épisode récent de Téléperformance m’a fait passer une mauvais nuit, ce qui n’était jamais arrivé avec les ETF.

Donc ce matin, profitant d’un rallye haussier, j’ai nettement allégé des positions (LVMH à 711 €, Hermès à 1550 € notamment). Cela choquera sans doute la majorité des investisseurs car ce type de valeurs ne se vend pas mais c’est ainsi (LVMH était monté à 18% du portefeuille titres vifs tout de même). En effet, même ce type d’entreprise pourrait un jour prendre un -40% suite à la publication d’un livre, d’une mauvaise gestion de personnel ou de syndicat, d’une fraude… Et je n’ai pas envie de vivre cela.

Et puis le constat est clair, l’épisode d’Orpéa le montre, un titre vif peut aller à 0, un indice large non (enfin s’il s’en rapproche c’est que le monde sera dans un état très particulier…).

Une stratégie sur le long terme n’a d’intérêt que si elle peut être tenue contre vents et marées, je pense pouvoir le faire avec mes ETF, contrairement aux titres vifs.

Ainsi va la vie d’un investisseur particulier.


"Il faut de la mesure en toutes choses" Horace.

Hors ligne Hors ligne

 

#48 11/11/2022 16h13

Membre (2020)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   238  

Bonjour,

Je ne suis pas choqué, je vous comprends même. Un ETF World ou S&P500, c’est l’assurance de nuits tranquilles et d’un excellent compromis rendement / risque. Donc vous avez bien fait.


し①√€$Ţノ$$€Ц尺. Parrain Bitpanda, Boursorama (code DAHE7916) et Degiro

Hors ligne Hors ligne

 

#49 11/11/2022 17h31

Membre (2021)
Réputation :   28  

@RadioInvest, je vous comprends tout à fait, même si j’ai beaucoup d’admiration pour les investisseurs qui prennent le temps d’ analyser les entreprises et d’ investir sur des titres vifs.

Mais il faut y passer du temps, de l’énergie et en subir le stress, même sur des valeurs qui apparaissent comme sûres.

Les 2 stratégies sont louables, ETF moins stressant sur la durée, mais aussi plus ennuyant, c’est le revers de la médaille.


Aide toi, le ciel t'aidera

Hors ligne Hors ligne

 

#50 11/11/2022 18h04

Membre (2012)
Réputation :   38  

Bonsoir

Je suis totalement d’accord avec vous, d’autant - et je n’ai pas assez d’expérience pour savoir si c’est une tendance récente ou pas - que la moindre nouvelle même relativement anodine peut faire chuter le cours d’une action d’une société réputée "solide" (on le voit avec Thalès aujourd’hui)

Le cours chute sur base d’une news ou de rumeurs avant même que la société émettrice ait pu y répondre.

(Hermès je présume que vous l’avez vendue à 1450 euros (1550 c’était le cours en début d’année))

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de radioinvest"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur