Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+1]    #1 15/11/2020 15h26

Membre
Réputation :   33  

Suite à une discussion entamée sur la file de présentation de Flower, il a été suggéré de créer un sujet à part sur l’Instruction en famille (IEF). Je laisse aux modérateurs le soin de voir s’il serait judicieux ou non de déplacer les messages en question dans cette file.

En tout cas je pense que ce sujet pourrait en intéresser certains. Après tout on est sur un forum où l’on n’a pas peur de sortir des sentiers battus. Par ailleurs, beaucoup s’intéressent à l’investissement dans le but de moins travailler, de se dégager du temps, d’être plus libres, de voyager… des objectifs parfaitement compatibles avec l’IEF.

A l’heure actuelle (j’y reviens un peu plus loin), contrairement à ce que l’on peut souvent entendre par abus de langage, seule l’instruction est obligatoire à partir de 3 ans, l’école ne l’est pas. Faire l’IEF est donc un choix possible pour chaque famille. Ce choix reste cependant très rare puisqu’il concerne actuellement moins de 0,5% des enfants en âge d’être scolarisés.

Alors comment est-ce que cela se passe concrètement ? La décision de faire l’instruction en famille doit être déclarée à la mairie et à l’inspection académique, à la rentrée scolaire ou dans les huit jours suivant une déscolarisation en cours d’année. Une inspection de la mairie a lieu la première année puis un an sur deux, et un contrôle académique a lieu chaque année. Si une famille ne respecte pas ses obligations, elle peut être contrainte de rescolariser ses enfants et être sanctionnée pénalement. Il n’y a en revanche aucune obligation de méthode, on peut utiliser des manuels, des cours par correspondance, créer ses propres programmes grâce à des livres ou Internet, utiliser une pédagogie alternative, faire du unschooling… ou mélanger un peu tout ça, en fonction de l’âge de l’enfant aussi évidemment.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser l’expression souvent utilisée d’ « école à la maison », l’enfant n’est évidemment pas élevé dans un bocal, cloîtré chez lui, en dehors de toute socialisation. Il rencontre régulièrement d’autres enfants (de tous âges) dans le cadre de rencontres avec d’autres familles IEF, lors de ses activités sportives ou artistiques, lors de sorties culturelles, etc. ainsi qu’une multitude d’adultes, auprès desquels il va aller chercher des connaissances spécifiques.

Les avantages de l’IEF : permettre de passer énormément de temps en famille, ne pas courir du matin au soir, donner du temps et de l’attention aux enfants, donner une instruction personnalisée adaptée à la personnalité et aux centres d’intérêt de l’enfant, permettre à l’enfant de progresser à son rythme, tenir compte du rythme biologique de l’enfant, etc. Parfois c’est tout simplement vital pour l’enfant, en cas de phobie scolaire, de harcèlement, etc.
Les inconvénients : cela demande beaucoup de temps et d’efforts, on passe son temps à se poser des questions, le regard des autres n’est pas toujours évident comme toujours lorsqu’on sort des sentiers battus… De manière plus large, plus philosophique presque, peut se poser la question « est-ce qu’on est plus heureux quand on entre dans le moule ? », « dans quelle mesure la différence est-elle une chance ou une tare ? », etc.

Voilà pour un résumé de la situation à l’heure actuelle. Malheureusement, lors d’un discours début octobre, Emmanuel Macron a annoncé vouloir interdire purement et simplement l’IEF à la rentrée prochaine, officiellement au nom de la lutte contre les séparatismes. Le projet de loi en ce sens sera examiné le 9 décembre. Cette décision laisse de nombreuses familles sans voix, tant la justification apparaît ridicule, voire insultante pour des familles qui passent justement leurs journées à favoriser la curiosité et l’ouverture au monde de leurs enfants. La loi actuelle permet de sanctionner les dérives, il suffit de la faire appliquer. Aucun lien n’a été établi entre l’IEF déclarée et des dérives séparatistes. Avec une décision qui ne résoudra en aucun cas les problèmes existants, on va punir des milliers de familles innocentes:
-La famille dont l’enfant a souffert de harcèlement scolaire et qui va devoir retrouver ses bourreaux.
-La famille qui a organisé sa vie autour de l’IEF, avec l’achat d’une grande maison avec grand terrain loin de la ville, dont la maman a mis sa carrière de côté pour se consacrer à cette aventure.
-La famille avec une fille autiste dont l’Education nationale est bien contente de « se débarrasser » car elle n’est pas en mesure de s’en occuper correctement. Cette famille pourra peut-être continuer l’IEF pour raisons médicales, mais se retrouvera privée de ce qui fait la richesse de l’IEF, les rencontres avec les autres enfants et familles.
Toutes ces familles respectent scrupuleusement la loi, elles ne gênent personne, ne demandent rien à personne, ne bénéficient d’aucune aide… et on vient leur pourrir la vie gratuitement.

Pour plus d’infos et de témoignages, le site de l’associations LAIA: IEF | Laia
Le lien vers la pétition pour défendre le droit à l’IEF : Pétition : POUR le maintien des droits à l?Instruction en Famille
Pour d’autres témoignages et réactions de familles face au projet de loi, il suffit de taper « instruction en famille » dans Google actu : Google Actualités - Rechercher

Il ne s’agit pas de rabaisser l’école, qui reste malgré ses défauts le meilleur choix pour la grande majorité des enfants, parce qu’ils s’y sentent bien ou parce que la plupart des familles n’ont pas l’envie/les capacités/le besoin de se lancer dans l’aventure IEF. Il ne s’agit pas non plus de critiquer les enseignants, qui pour la plupart font de leur mieux avec les moyens dont ils disposent. Il ne s’agit pas non plus de culpabiliser ou rabaisser les parents qui mettent leur enfant à l’école, par choix ou par "facilité" (je précise car parfois quand on dit qu’on fait l’IEF les autres parents ont l’air de se sentir attaqués ! c’est notre choix, on ne juge aucunement le votre). Mais avant de se dire « cela ne me concerne pas / quelle bande d’hurluberlus », dites-vous qu’un jour votre enfant/neveu/petit fils peut être victime de harcèlement scolaire par exemple, au point d’être dans une souffrance permanente, et que ce jour-là vous serez peut-être content d’avoir la possibilité de le sortir (ne serait-ce que) temporairement de l’école.

J’espère que l’on pourra poursuivre ici les discussions intéressantes entamées sur l’autre file, dans le respect des opinions chacun. Ceux qui ont fait ce choix prennent ça beaucoup à cœur, et donc peuvent avoir du mal à répondre à certaines remarques qui leur paraissent absurdes voire insultantes. Il faut essayer de garder à l’esprit que ce choix de vie est très méconnu (qui sait, on aura peut-être une espèce d’Effet Streisand avec ce projet de loi d’ailleurs !), donc il y a un travail de sensibilisation à faire. Peut-être que cette file y contribuera smile

Mots-clés : enfants, ief, instruction en famille, éducation

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #2 17/11/2020 00h29

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

Je suis assez surpris de voir ce sujet apparaitre sur ce forum!
Et encore plus surpris d’y trouver des partisans de l’ief.

Commençons par le but de la réforme :
Déjà, ce qui me fait rire (jaune) dans cette loi est un petit détail : les intégristes illégaux ne se déclarent pas en ief.
Ils ne se déclarent juste pas.
Ou sont officiellement en école publique, mais manque de moyens, de suivi, toussa sont en fait en école religieuse à la place.
En résumé, cette loi n’est pas lié au repli religieux, vu qu’elle n’impactera pas les personnes visées.
C’est l’exemple type d’une loi qui vise une autre cible que celle annoncée dans les discours.

Ensuite, dire que les enfants en ief ne sont pas suivis et connus.
Mince alors, les contrôles OBLIGATOIRES de la mairie tout les 2 ans et de l’éducation nationale tout les ans, ça sert à rien ?
Et sans compter les possibilités de contrôle surprise par l’EN, et des contrôles sociaux si la mairie repèrent un problème et émettent un signalement.
Bref, encore une fois, la loi vise les personnes qui ne sont pas déclarés en ief (et donc pas contrôlé à domicile).

Ensuite, je réponds à amoilyon :
Je trouve le commentaire assez complet sur les objections à l’ief.
Ce n’est pas une attaque de la personne ou des idées, juste que ce sont des remarques (trop) souvent entendu

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :

Dolto ne disait elle pas que tout se joue avant 6 ans ?

Vous prenez un des titres de son livre qui a été (et est toujours) un des points les plus critiqués de sa bibliographie!
Sans compter que les connaissances de 1970 et celle de 2020, au niveau des enfants, c’est comme comparer les écrans noir et blanc de l’époque et une télé 4k d’aujourd’hui.
Il y a beaucoup de chose connus aujourd’hui qu’on ignorait totalement à l’époque. (comme la plasticité cérébrale, la notion de résilience, etc)

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :

Je pense aussi aux courants sectaires

Vous êtes en retard!
Ca fait près de 20 ans que l’état ne parviens pas à établir un lien entre dérives sectaires et ief.
En 1999, sous couvert de lutte contre les sectes, l’état a tenté d’interdire l’ief.
En 2007, rebelote, pour lutter contre la délinquance, nouvelle tentative d’interdire l’ief.
Et comme aujourd’hui, à l’époque, aucun chiffre, ni aucun lien n’a put être fait entre ief, et dérives sectaires ou religieuses, ou délinquance.
D’ailleurs, même la MIVILUDES indique que "la suspicion de dérive sectaire n’est apparue que très rarement" (rapport de 2003)!
2020, on recommence avec un nouvel argument.
Mais bon, ça doit être moi qui y voit de la mauvaise volonté…

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :

Les violences conjugales ont augmenté pendant le confinement
Qu’en est il des violences aux enfants ?

Le rapport entre un confinement imposé brutalement sans préparation a des adultes ne le souhaitant pas et un ief choisi et motivé ?

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :

Le métier de professeur des écoles est un métier. Qui s’apprend.

Tout comme le métier de parent.
Donc pourquoi ne pas aller au bout de l’idée, et délivrer des certifications de procréation uniquement après validation de l’état ?
Ca éviterai les abandons, les violences sur enfants, les enfants non désirés, et pas mal de choses!

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :

Un enfant sans un monde d’adulte n’a pas les même interactions qu’avec d’autres enfants.

Oui, c’est vrai.
Un enfant, dans un monde concret considère tout personne comme une personne.
Chose que les enfants dans un monde simulé (cloisonné par age) ont un peu de mal à faire.
Et là je parle d’enfant pour qui le dressage vient de commencer, donc dans la tranche 3/6 ans.
Comparé à des enfants en ief, qui sont bien plus spontanés envers les adultes.
La barrière de domination adulte/enfant n’est pas acquises en ief.
Je ne dit pas que l’enfant n’est pas éduqué, au contraire, juste qu’il n’y a pas la logique de supériorité automatique de l’adulte.
C’est difficile à décrire, mais flagrant à vivre!

Ensuite mon expérience perso :
En ief depuis septembre, pour différentes raisons (d’ordre privé, n’ayant pas leur place sur un forum public) mais principalement par choix.

Au niveau de l’expérience, c’est quand même incomparable.
Et ce que je vois de mon gosse et des autres rencontrés en ief, c’est vraiment la logique de jeu libre, sans avoir besoin de l’aval d’un adulte.
L’adulte est une personne, pas supérieur, pas inférieur, une personne.
En gros, dans toutes les personnes en ief que je croise, la notion de discrimination est quasi inexistante!
Pas de sexisme, pas d’âgisme, pas de discrimination physique, etc.
Après, je suis proche des milieux unschooling, qui sont la branche la plus éloigné de l’EN dans la logique ief. Donc pas forcément représentatif de l’ief en général.

Pour l’instruction, dire qu’on n’est pas capable, c’est un peu dire, que vous n’êtes pas capable d’apprendre des nouvelles recettes de cuisine.
Avec un peu de temps et beaucoup de motivation, je vois pas ce qui est insurmontable!

Sur le côté annonce (et ses conséquences) :
C’est violent comme approche, pourquoi ne pas plutôt interdire de fumer du jour au lendemain ?
Pour des raisons de santé publique, je trouverais totalement normal et acceptable (désolé les amis fumeurs!).
Maintenant, j’encaisse et j’agis : je rejoint les associations pro-ief, je casse les pieds à mon député (qui est maintenant pro-ief…).
Si la loi passe, pour la 1ère fois j’envisage de quitter la France. Ce qui était pour moi inenvisageable est maintenant devenu un peut être.
Pas mal de connaissance en ief sont dans un questionnement similaire.

Mes questionnements sur les impacts économique du projet :
Ensuite, je me pose 2 questions : celle des syndicats de l’EN : 25.000 enfants en plus, à 30 enfants par classe, ça en fait des profs à recruter!
Et ensuite, pour les CPC (cours par correspondance), les vendeurs de matériel montessori, et éducatif en général, l’état prévoit d’investir combien dans les plans sociaux, les faillites, les CSP, et les aides diverses qu’il va falloir sortir ?
Oui, car l’ief, c’est aussi une économie derrière.
Pas mal de CPC vivent quasi exclusivement de l’ief!
Et je parle pas des vendeurs de matériel educatif/montessori/freinet/etc dont pas mal de famille en ief sont de gros consommateurs (surtout que pas mal prônent les produits locaux…).
On pourrait aussi parler des primes de rentrées scolaire supplémentaire à verser! (l’ief ne donne pas l’accès à l’ARS)

Ma conclusion :
En gros, l’état annonce que par idéologie, il va supprimer une liberté, couler un certains nombres de société (cpc et cned libre = faillite, PSE chez certains producteurs de produits éducatifs), dépenser des sommes importantes et tout le monde applaudis ?
Ca me semble peu compréhensible.
La seule explication que je voie est que tout le monde veux payer plus d’impôts et empêcher leur voisin de s’épanouir à sa façon.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 17/11/2020 14h22

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@GoodByLenine : Tout à fait, comme tous ne considèreront pas qu’interdire le blasphème invalide l’Article 19.

Personnellement, je considère que dans le doute, il faut permettre ; d’autres, comme Justin Trudeau ou Ségolène Royal, qu’il faut interdire.

Ce sont deux visions des choses assez irréconciliables.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

En ligne En ligne

 

[+2]    #4 17/11/2020 14h24

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

doubletrouble a écrit :

Par curiosité, si vous quittez la France quelle serait votre destination ? Pour moi la Chine serait la solution de facilité mais toujours curieux des choix d’expatriation.

Je n’ai pas spécialement envie de quitter la France, donc pour le moment, j’espère que le lobbying sur les députés sera efficace.

Sinon, je verrais bien une fois la loi passée les destinations possibles (la liste ne manquera pas de circuler dans les milieux ief si la loi passe).
Ce qui est dommage est que ça va pas mal bouleverser les milieux ruraux, car beaucoup de gens en ief sont très implantés localement (association, réseaux d’entraide, etc).
J’ai déjà vu un bénévole intervenant dans les écoles arrêter ses interventions scolaires.



Edit : une remarque :
En France, le président annonce une loi, les ministères actent la loi.
Fin.

J’exagère ?

Ministère de l’éducation de la jeunesse et des sports. a écrit :

A la suite des annonces du Président de la République du 2 octobre 2020, l’instruction à l’école
sera rendue obligatoire pour tous dès 3 ans à compter de la rentrée scolaire 2021. Cela aura pour
conséquence de strictement limiter l’instruction à domicile, notamment aux impératifs de santé.

2ème chapitre d’un vademecum officiel publié d’octobre 2020.
Séparation des pouvoirs, toussa, on s’en fout, le français gobe tout, donc on peux y aller sans risque!

Edit2 : je me faisais également une réflexion : l’école publique est pas mal décrié (harcèlement, etc).
Donc la solution, au lieu d’améliorer l’offre est de rendre l’offre existante obligatoire.
Logique!

Dernière modification par gunday (17/11/2020 17h35)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 17/11/2020 23h41

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

Romain a écrit :

et pour le bien des enfants le gouvernement siffle la fin de la récré. Difficile de leur donner tort et politiquement le courant est très minoritaire dans l’opinion publique.

Avez vous écouté le discours du 2 octobre ?
Ou lu la transcription écrite que j’ai partagé auparavant ?
On parle du risque de créer des terroristes, car c’est bien connu, les enfants en ief finissent tous terroristes!

Au passage, la fin de la récré, d’accord, mais pour rappel, l’ief existe depuis aussi longtemps que l’école publique.
Donc on supprime aussi l’école publique ?
En y réfléchissant, c’est pas l’école publique la nouveauté ?
Car avant l’école publique, c’était pas des précepteurs et l’instruction au sein des familles?

Au passage, vous avez un biais : votre expérience (en investissement, on vise le factuel et non l’impression)!
Oui, il y a des complotistes en ief, et même des antivax (qui n’ont d’ailleurs pas le droit de scolariser leurs enfants…).
Mais prenons un cas simple : la terre plate : 9% des français y croient (sondage ifop).
Je vous laisse me rappeler le %age de personne concerné par l’ief ?
Donc bon, les complotistes et théorie fumeuse, y a pas qu’en ief.
Sauf un détail : en ief l’enfant doit avoir acquis des connaissances, c’est une obligation légale (obligation de résultat).
A l’école, c’est une obligation de moyen, donc le gosse qui est persuadé de la terre plate, pas grave!

Pour finir, il y a 2 messages, vous assimiliez les clients de l’homéopathie avec les sectes, maintenant que j’ai tourné l’argument en ridicule, vous parlez des antivax et des complotistes.
Je n’ai pas envie de jouer au chat et à la souris argumentative.
Donc je vous laisse à vos croyances.
Si vous êtes persuadé en votre âme et conscience qu’il est urgent de supprimer des droits constitutionnelles, car les français ont beaucoup trop de liberté, et qu’il faut sonner la fin de la récré, qui suis-je pour vous détourner de votre croyance et de votre rédemption ?

AleaJactaEst a écrit :

Je rejoins cependant un peu Gunday, cette réforme ne traitement pas vraiment le fond du problème et risque d’impacter de nombreuse famille pour qui c’est un plus.

Le problème est qu’il est assez difficile d’avoir des chiffres.
Il y a énormément de cas différents, et l’EN qui est la mieux placé pour faire des statistiques n’est pas très motivé à en fournir.

Dans les débats, l’ief réactionnel est rarement évoqué. C’est un choix souvent lié à un problème lié à l’école, harcèlement entrainant une déscolarisation d’urgence de la part des parents, démotivation car enfants différents (HP, TDAH, dys-, etc).
Des situations qui ne rentrent pas dans le cadre du CNED reglementé, mais des enfants à qui l’ief offre une porte de sortie.

Bref, avant, on avait l’option de sortir les enfants de l’école si ça se passait mal.
L’année prochaine, on risquera amende puis prison si on souhaite aider ses enfants…

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #6 18/11/2020 09h33

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

Comme presque tout a été dit et que chacun pourra se faire son opinion, je voudrais finir ma contribution à ce débat par un post complètement subjectif et personnel.

Ce débat et celui qui rage sur le coronavirus dans l’autre file me semblent souffrir de deux points de blocages similaires :
- l’amalgame entre un problème, et la réponse politique qui y est apportée, ce qui donne lieu sans arrêt à de fausses dichotomies (du style vous êtes contre cette mesure politique, donc vous êtes irresponsable vis à vis du problème) - sans considérer la palette de réponses politiques alternatives possibles.
- la déférence exigée envers "les experts", sans avoir le moyen de départager soi-même leurs compétences, ce qui aboutit à un concours de popularité ou consensualité.

Le second point m’étonne particulièrement, parce que s’il faut écouter les experts, "croire en la science", on devrait fermer ce site ! Nous ne sommes ici qu’un ramassis d’anonymes, sans compétences vérifiables, s’échangeant entre eux des avis non certifiés et potentiellement dangereux sur la meilleure gestion de notre argent. S’il faut s’en remettre aux professionnels, je devrais liquider immédiatement mon PEA et demander une gestion "pilotée" à mon conseiller bancaire - et je devrais effacer sans délai ma file de portefeuille, bourrée d’opinions irresponsables qui pourraient causer la ruine de l’innocent qui les prendrait au sérieux !

"Croire en la science", en voilà une injonction anti-science s’il en est. Le principe de la méthode scientifique, c’est les conjectures et réfutations, c’est ce qui reste debout quand on a tout essayé pour le faire tomber. "Croire en la science", c’est de la superstition, et pire que ça, une soumission aveugle au consensus, donc anti-progrès. Le consensus, c’était l’aristotélisme et le procès de Galilée, les saignées et les humeurs, l’ether, Lavoisier exécuté par Marat parce que "la République n’a pas besoin de savants". Quand un politicien dit fièrement qu’il croit en la science, on peut traduire ça par : "J’ai aboli tout sens critique pour me couvrir si ça tourne à l’eau de boudin : ce sera de la faute des blouses blanches". Et l’école, dans sa version officielle, c’est la transmission du consensus.

Si je m’étais contenté de "bien travailler à l’école" et "d’avoir des bonnes notes" j’aurais une vie bien différente de celle que j’ai aujourd’hui. Je suis devenu informaticien car j’ai eu la chance que mon père ramène un jour à la maison un 386DX 33mhz avec MS-DOS et Windows 3.11, et que je me sois amusé à programmer cette machine pendant mon temps libre, en dehors de l’univers semi-carcéral de l’école (la sonnerie, attendre en rang, les punitions arbitraires, l’autorité qui se prend bien trop au sérieux, la promenade pendant 10 minutes 2 fois par jour ponctuée de coups de sifflet…).

Lorsque j’ai eu internet,  j’ai eu accès au meilleur professeur du monde. Internet, où tous les livres, outils, avis et opinions étaient librement publiés ou piratés, avec la possibilité de tout tester, croiser, vérifier par soi-même, gratuitement si l’on ne compte pas son temps, pour distiller la connaissance la plus pure. Un professeur a ses qualités et ses défauts, combinez-en une douzaine, une centaine, et vous vous approchez asymptotiquement de la vérité. Pendant ce temps, ma prof de math me disait fièrement que je ne serais jamais programmeur, car mes notes n’étaient pas assez bonnes.

Au final, tout ce que j’ai appris de lucratif je l’ai appris en dehors des murs de cette institution.

Ce que j’ai appris à l’école, et c’est pour ça que je suis malgré tout favorable à la scolarisation à 6 ans, c’est un savoir vivre. Intéragir avec les autres enfants et le système. Surtout en ZEP, où la farce qu’est le système scolaire est plus évidente que dans les établissements plus huppés qui peuvent faire illusion en se drapant dans une excellence factice. J’y ai appris à faire profil bas, à bavarder avec mes co-détenus sans me faire prendre, à avoir des dispenses de complaisance pour le sport, à en faire le moins possible pour la meilleur note possible, à ne pas obéir aveuglément à une figure d’autorité, à juger les gens sur leurs actes, à être solidaires face à l’oppresseur, à faire contre mauvaise fortune bon coeur.

Même à 30 ans passés, certains matins je suis encore surpris par une bouffée de joie fugace à l’idée de ne plus devoir aller à l’école. Que c’est bon d’être un adulte, libre ! et avec suffisamment de "Fuck you money" pour ne pas avoir à souffrir l’arbitraire de petits chefs. La vie est trop courte et trop belle pour la gaspiller au gré des caprices de gens sérieux.

Dernière modification par doubletrouble (18/11/2020 09h47)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

En ligne En ligne

 

[+2]    #7 19/11/2020 09h14

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030  

Sans rentrer dans le débat car selon moi aussi l’école obligatoire à partir de 6 ans semblait convenir, je vous trouve très caricatural dans vos propos doubletrouble.
Personne n’oblige ses enfants à aller faire la sieste à l’école. J’ai toujours connu des écoles où il était possible de garder ses enfants l’après-midi en petite et moyenne sections au minimum.
L’inconnu du matin dont vous parlez est un enseignant et son Atsem avec lesquels l’enfant va nouer un lien, apprendre des choses, effectuer un tas de décorations et travaux artistiques qu’ils n’auraient jamais faits à la maison, tout n’est pas à jeter.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #8 19/11/2020 09h50

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

doubletrouble a écrit :

@Surin : Aussi sympathiques que soient l’enseignante et son agent territorial, dans un scénario où moi et mon épouse sommes disponibles à 100% pour nos enfants, elles n’ont pas d’autre valeur ajoutée que des contraintes horaires, de masques et autres tracasseries logistiques.

C’est une vision qui est conforme au reste de votre schéma de pensée. Je ne vais pas le remettre en question.
A titre personnel, j’estime que mon enfant reçoit une meilleure éducation (dans le sens préparation à devenir un adulte accompli) en recevant à la foi mon éducation et celle de l’école. J’estime que l’un rattrape les manquements de l’autre et qu’aucun des deux ne peut ainsi totalement écraser sa personnalité.
Il a accès à deux mondes totalement différents, ce qui lui permet d’avoir de nombreux modèles différents parmi lesquels il pourra piocher ses inspirations quand il sera plus grand.

Je parlais d’un nivellement par le bas de la qualité de vie, pas des performances scolaires.

Difficile de juger de la qualité de vie d’un enfant.
Les enfants de moins de 6 ans que je connais sont heureux d’aller à l’école.
Mon fils demandait souvent pendant les vacances quand il allait pouvoir retourner à l’école.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #9 19/11/2020 10h52

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

JohnGaltTagart a écrit :

https://cdn.statcdn.com/Infographic/ima … 13364.jpeg
Pour faire la comparaison avec nos voisins,

L’école n’est pas obligatoire, c’est l’instruction qui l’est.
Le titre est mensonger, surtout dans le sujet du débat.
Et la France n’est pas le seul pays à autoriser l’ief.
Un exemple connu est la Finlande avec pas mal de Suédois étant devenu finlandais lors de l’école devenu obligatoire en Suède.
La différence est que l’ief est rare en Finlande, beaucoup l’explique par une école de qualité.

Surin a écrit :

Personne n’oblige ses enfants à aller faire la sieste à l’école.

Si, la loi.
Mais vous pouvez demander une dérogation pour les heures d’après midi pour la petite section.

Mais on revient au système d’autorisation voulu par le gouvernement.
Et avec la loi en l’état, sans obligation de l’état de répondre aux demandes!

Surin a écrit :

L’inconnu du matin dont vous parlez est un enseignant et son Atsem

Il doit y avoir un atsem, mais pas forcément là en permanence.
Donc l’instit peux se retrouver seul à gérer les enfants plusieurs heures/jours par semaine.
C’est une décision municipale

Adrien a écrit :

Parmi les objectifs de l’école, on trouve la capacité en vivre en société. D’après les échanges, l’ief répond à l’impossibilité, l’incapacité voire peut-être le refus des parents dans certains cas de certains enfants (niveau décalé à la hausse ou à la baisse, autisme, troubles dys…) de s’intégrer à la société.

Tiens c’était étonnant que la remarque sur la sociabilisation ne soit pas sortis plus tôt.
En quoi le choix éducatif refuse la société ?
Dois je en conclure que tout les possesseurs d’un PEA, refuse de s’intégrer au système fiscal à la société en cherchant à éviter de financer celle-ci ?
Et pour les possesseurs de voiture allemande, on les classe comme traitre à la nation, car ne possédant pas de véhicule français ?
On se refait un coup de maccarthisme, en prime pour être sûr de ne garder que les braves gens ?

Adrien a écrit :

Peut-on faire le constat qu’on accepte que 3% de nos enfants n’arriveront pas à s’intégrer à la société ou a minima que ce sera plus difficile pour eux ? Cela me semble un chiffre très élevé.

Déjà, effectivement le chiffre est plus bas.
Mais là encore, le lien entre le mode éducatif et l’intégration ?
A part un amalgame comme bronzé = délinquant, investisseur = parasite, et j’en passe bien d’autre.

Au passage, vous pensez quoi des acteurs, prix nobel, académicien, et des nombreuses personnes sans étiquette que vous croisez sans le voir qui ont fait l’ief ?
Sont il insuffisamment intégré pour vous ?

Et vous pensez quoi des 10aines (100aines ?) de rapport qui indique que le facteur d’exclusion N°1 de la société est la pauvreté ?

Bref, le débat sur l’ief permet d’éviter le débat sur la paupérisation.
Et comme la pauvreté est le terreau de la délinquance, qui lui même est la base du crime et du terrorisme, l’interdiction de l’ief, va à coup sûr résoudre le problème du terrorisme, de la délinquance et de la pauvreté!

Edit : il me semblait intéressant de vous partager l’article d’une bloggueuse ief.
Il y a 12 ans, l’ief, c’était chrétien avec un enseignement stricte "à l’ancienne", maintenant, les chrétiens ont disparus, et récemment on n’était pas loin du fumeur de shit en dreadlocks avant de passer sur le musulman intégriste en burqua avec fillette enfermé dans la cave (sous entendu de Darmanin)

Edit2 :

Lien ci dessous a écrit :

Ainsi, une étude réalisée en 1992 par L. Shyers a révélé que les enfants sans école avaient huit fois moins de problèmes comportementaux que les enfants scolarisés

Lien

Dernière modification par gunday (19/11/2020 11h11)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 19/11/2020 11h25

Membre
Réputation :   53  

@pnarcade, gunday

Mon objectif n’était pas de vous blesser ou attaquer, j’espère que ce n’est pas le cas. Je souhaitais seulement partager une interrogation personnelle au vue des différents échanges précédents. Mon sentiment (peut-être biaisé par écran interposé) est qu’on est en situation d’attaque/défense, dommage. Je ne juge pas et je n’ai pas d’avis sur l’ief, plutôt des questions.

D’ailleurs, pour vous répondre,

pnarcade a écrit :

[ Si tant est que s’intégrer à la société soit un but et une finalité en soi… ]

je n’ai fait que poser une question et je n’ai aucunement dit que c’était une finalité.

En outre, j’ai seulement repris des arguments ’pro-ief’ plus haut dans cette file sur la difficulté de certains enfants de s’insérer ’dans le moule’. Concernant le refus, j’ai mentionné la défiance possible de ’certains parents’.

Je ne dis pas que tous les enfants scolarisés seront intégrés et inversement. Je pense (et je n’ai pas d’études pour confirmer/infirmer) que l’école est un facilitateur de l’intégration de part le fait d’être confronté à un plus grand nombre de personnes et à plus de diversité sociale.

@doubletrouble
Encore je ne dis pas qu’il faille faire rentrer tout le monde dans le moule…Je posais seulement la question : va-t-on avoir des adultes potentiellement en marge ? Je revenais surtout sur l’argument de dire que l’ief répondait à ceux qui ne réussissait pas à s’adapter à l’école. L’ief peut aussi répondre à une difficulté temporaire dans ce cas. Après, on a en effet plusieurs sociétés.
Je pense naïvement que plus on est tolérant, plus on fait des efforts pour le vivre ensemble, plus apaisée sera notre existence.

Dernière modification par Adrien (19/11/2020 11h33)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 19/11/2020 12h36

Membre
Réputation :   33  

Désolé de ne pas être intervenu plus tôt, j’ai tout donné avec la création de la file big_smile (les journées sont chargées avec un enfant en IEF et un nouveau-né à la maison !) Merci à tous les intervenants pour leurs échanges constructifs.

gunday a écrit :

Je suis assez surpris de voir ce sujet apparaître sur ce forum!
Et encore plus surpris d’y trouver des partisans de l’ief.

@gunday : J’ai eu peur quand j’ai vu le début de votre message j’ai cru que vous alliez descendre l’IEF et ses partisans ! big_smile En fait pas du tout. Merci pour votre témoignage.
Et merci de casser les pieds à votre député, j’espère que ça portera ses fruits.
Intéressant aussi d’aborder la question du point de vue de l’impact économique.
L’expatriation on y pense aussi, forcément, mais pour aller où ? Et est-ce que les avantages seraient vraiment supérieurs aux inconvénients d’un tel changement ?
Je vous ai par contre trouvé un peu rude avec le terme de « dressage » qui peut choquer inutilement. Il y a des profs qui font du super boulot, qui sont bienveillants, qui sont formés aux pédagogies alternatives/nouvelles, qui exploitent au mieux les avantages de la dynamique de classe…   

@doubletrouble : un grand merci pour tous vos messages, bien écrits et qui tapent juste, et pour vos témoignages personnels qui sont souvent très drôles (je me suis reconnu dans la dispense de complaisance pour le sport, quelle idée d’enfermer 30 lycéens dans un gymnase pendant 2h un vendredi après-midi ensoleillé de fin de printemps à faire des roulades et de la poutre !)

GoodbyLenine a écrit :

Si j’ai bien lu et compris, et si le texte final de la loi est similaire, ceci ne devrait pas détruire l’IEF, ni menacer de liberté au niveau de l’IEF, ni remettre en question la DUDH.

@GoodbyLenine : On n’a pas du tout la même lecture alors, si ça passe c’est clairement la fin de l’IEF.
Pas de souci pour l’impossibilité de déplacement des messages de la file de Flower, c’est compréhensible.

@JohnGaltTagart: Je ne vous mets pas de -1 car je pense que vous partiez d’une bonne intention (peut-être pouvez-vous toutefois éditer votre message pour ne pas tromper les lecteurs), mais votre illustration est fausse, il s’agit de l’âge d’instruction obligatoire. Pour la question de l’IEF on peut consulter ce lien (pas forcément à jour par contre) :
Expatriation : comment se passe l?IEF (Instruction En Famille) dans le monde ? - Pass Education

Pour ceux dont les enfants sont heureux à l’école, deux choses me viennent à l’esprit:
1) Eux comme vous n’avez pas de point de comparaison, donc « heureux » c’est assez abstrait. Peut-être auraient-ils été encore plus heureux en IEF ? (ou pas, mais on ne peut pas le savoir). Prenons un exemple fictif : vous avez un travail salarié, vous faites votre 9h-17h du lundi au vendredi, c’est à 20mn en voiture de chez vous, vos collègues sont plutôt sympas, le salaire est correct… bref, vous pouvez vous considérer heureux. Mais si demain je vous propose un job similaire en indépendant, pour lequel vous ne travaillez qu’une quinzaine d’heures par semaine, réparties de la façon dont vous le souhaitez, depuis le lieu que vous souhaitez (chez vous, dans un espace de coworking, à l’étranger, en voyage, etc.), pour lequel vous nouez des relations avec des gens de tous horizons, pour un salaire supérieur, etc.  Etes-vous toujours aussi heureux dans votre job actuel ? (pour ne pas être accusé d’aller que dans un sens, peut-être que finalement dans le boulot en indépendant vous vous retrouvez à être débordé, travaillez le soir et le weekend, souffrez d’isolement, etc. c’est possible aussi).
2) Et surtout : si vos enfants sont heureux à l’école, vraiment tant mieux, pour eux comme pour vous. Vous n’avez pas à vous poser de questions, c’est tellement plus simple, franchement profitez-en ! Et c’est super si en plus vous leur consacrez beaucoup de temps en dehors de l’école, comme @amoilyon et @faith. Mais certains enfants ne sont pas heureux à l’école, et c’est notamment pour eux que l’interdiction de l’IEF serait dramatique. Certains pourraient aller dans une école plus adaptée, mais se pose alors la question du coût, pour des familles qui souvent ont peu de moyens.

Sinon, du point de vue de la lutte contre le projet de loi:
-Une tribune dans Marianne signée par 16 députés LR:
École à la maison : "La liberté de l?instruction doit demeurer la règle et non devenir l?exception" 
- EELV prend aussi position: L?école à la maison - Europe Écologie les Verts
- Une interview d’un avocat qui pense que "le doute sur la garantie constitutionnelle de la liberté de l’instruction au sein de la famille n’est pas permis": Interview Maître Fau à propos du droit à l’instruction en famille - YouTube

Hors ligne Hors ligne

 

[+3 / -1]    #12 19/11/2020 14h26

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@gunday : Encore une fois je pense qu’en attribuant cela a une forme d’aimable incompétence, comme en SSII, on fait fausse route. Ces projets de loi retoqués créent malgré tout des précédents ne serait-ce que par les débats qu’ils engendrent et déplacent la fenêtre d’Overton. Regardez la loi Avia (inspirée de la NetzDG allemande), cet autre projet de loi qui interdit de prendre endiffuser des photos de la Police, la loi "anti-casseurs" de 2019, …

A chaque fois c’est le même modus operandi, on instrumentalise la soif de Loi et d’Ordre des Français pour faire passer des restrictions sur des droits de base (liberté d’expression, droit de demander des comptes aux agents publics, liberté de réunion) qui n’ont rien à voir. Et à chaque fois, les textes actuels permettraient de s’attaquer aux problèmes servant de prétextes à ces nouvelles lois, s’ils étaient appliqués.

Je ne dis pas que c’est mal, accumuler du pouvoir c’est littéralement le business de l’Etat, donc si personne ne l’en empêche il aurait tort de se priver. Par contre je ne comprend pas ceux qui sur ce forum volent au secours de l’Etat (GBL ? votre point de vue m’intéresse sincèrement) quand on le critique un peu trop, c’est littéralement tirer des buts contre son camp même si l’on est fonctionnaire.

Le job du citoyen, c’est de tenir l’Etat en laisse pour que la relation soit aussi proche que possible du respect mutuel, pas d’expliquer que d’habitude il est gentil, qu’on ne comprend pas pourquoi il a mordu, c’est sûrement que vous l’avez effrayé, et puis qui me prouve que c’est pas votre gosse qui l’a provoqué ?!

Un propriétaire de chien dangereux qui ne le maîtrise pas, ça finit souvent mal : Etats-Unis: Une jeune femme tuée par ses deux chiens, la police décrit une «scène macabre»

EDIT : Mon premier -1 ! Je me sens tout chose smile Help! I’m Being Repressed! (Short Version) - YouTube

Dernière modification par doubletrouble (19/11/2020 16h49)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

En ligne En ligne

 

[+3]    #13 19/11/2020 17h50

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2352  

Pour répondre à doubletrouble, qui m’interpelle dans ma réputation, avec 

doubletrouble a écrit :

Soyez bon joueur et développez un peu pourquoi vous êtes si sensible aux critiques contre ces projets de loi controversés, j’aimerais comprendre votre opinion même si nous ne sommes visiblement pas d’accord

je précise que :
    - je n’ai pas de sensibilité particulière au projet de loi ou à l’IEF (je suis juste curieux de comprendre les motivations derrière l’IEF)
    - j’ai une sensibilité forte à chaque fois que je lis une affirmation péremptoire qui me semble en fait déformer des faits bien établis, car je considère que c’est un poison puissant qui délite nos sociétés : ça commence par une personne qui déforme un peu (volontairement ou non), puis un certain nombre d’autres s’approprient l’affirmation déformée et la prenne pour un fait avéré (sans aller consulter la source, ce qui aurait permis de rétablir la vérité), et de plus en plus de personnes répètent la même chose, parfois en le déformant encore un peu plus ou en l’interprétant (et ici pour certains : clairement volontairement, pour militer), et au final on retrouve des millions de personnes qui croient dur comme fer (et en toute bonne foi) à quelque chose qui est juste faux (et qu’il leur serait même facile de confirmer comme faux, s’ils se donnaient la peine de remonter à la source originale, parfois accessible en quelques secondes avec un moteur de recherche).

Sur ce forum, qui a pour vocation (cf la charte) de "contribuer positivement à l’élévation des connaissances de chacun", de ne pas propager de rumeurs, qui attend "un certain niveau de qualité des échanges et notamment des opinions argumentées, factuelles, étayées", et qui recommande de "citer ses sources", je m’efforce de réagir quand je détecte une de ces "déformations" (ou désinformations), pour éviter que des lecteurs se l’approprient sans que rien n’éveille leur méfiance.

Comme souvent, les déformations conduisent à dénaturer ce que font des gouvernants ou des puissants, certains peuvent avoir l’impression que je soutiendrais aveuglément ces gouvernants ou puissants, ce qui est tout à fait faux. Je pense qu’il faut rester critique en toutes circonstances, mais pour le faire correctement, nul besoin de déformer les faits (et de tromper/manipuler ceux qui croiront aux dé(sin)formations, même si ça rend plus facilement populaire à court terme).

Note : il m’arrive bien sur aussi de m’y faire prendre, et de croire à quelque chose que je lis ou entend  sans aller le vérifier. Mais je suis toujours reconnaissant envers celui qui me renvoie vers la source, et me permet de corriger mon erreur.

C’est ce qui m’a conduit à réagir à ce message de doubletrouble par

GBL a écrit :

Il n’y a pas de "projet de loi qui interdit de prendre en photo la Police".
Le loi en projet interdit la diffusion de l’image «ou tout autre élément d’identification» des policiers et gendarmes en intervention «dans le but de porter atteinte» à leur «intégrité physique ou psychique» (=> par ex. flouter le visage).

Désolé de ce petit hors-sujet (enfin pas forcément si hors-sujet que ça, en fait).


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #14 19/11/2020 18h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@carignan99 : Ce que vous dites est juste, mais la subtilité c’est que l’IEF légale impose déjà une déclaration en Mairie et des contrôles réguliers de l’EN. Les personnes que vous décrivez ne prennent pas la peine de se soumettre à cet encadrement légal légitime et sont déjà hors la loi.

C’est un peu comme si l’Etat, pour lutter contre les kalashnikovs dans les cités, décidait d’abolir la chasse ou le tir sportif.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

En ligne En ligne

 

[+6]    #15 20/11/2020 01h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

carignan99, le 19/11/2020 a écrit :

Vous les avez ’glané’ où vos informations? Sources?

Mes sources parlent bien de l’école d’Aulnay sous bois, même si j’ai mal lu.
Et les votre que disent elles ?

Ceci dit, comment reconnaitre un troll : il vous demande vos sources pour justifier l’absence des siennes.

Q2 :

carignan99, le 19/11/2020 a écrit :

Sur le démantèlement d’une école illégale : les enfants n’étaient donc pas scolarisés au regard de la loi. Donc (en principe) ’instruits’ par les parents. Donc de fait, on parle d’IEF.

Dans votre cheminement pas scolarisés = ief.
Sauf qu’absentéisme n’est pas ief.
Et non scolarisés et non déclaré n’est pas ief.
ief = déclaré à l’EN, déclaré à la mairie et se soumettant aux contrôles de l’un et de l’autre dans le respect des lois.
Ce point a déjà été évoqué plusieurs fois en moins de 3 pages, avez vous lu avant de désinformer ?

carignan99, le 19/11/2020 a écrit :

Franchement, je ne comprend pas où vous voulez en venir (à part polémiquer pour polémiquer?)

Comme GoodByLenine, je n’aime pas les déformations de la réalités pour colporter ragots et idées fausses.
Surtout qu’en prime, vous venez avec des affirmations non fondés et raciste : 2ème phrase de #49, vous amalgamez en un seul tour, ief, musulman, et extrémiste.
Vous faites mieux que nos élus sur ce coup!


Ma conclusion de cette discussion
Désolé pour l’intonation de la réponse, mais là ça commence à faire beaucoup
Dans l’ordre :
Romain annonce qu’ief = secte ou hippie
Philippe30 puis carignan99 qui amalgame ief, musulman et terroriste
JohnGaltTagart qui balance un document faux
Adrien qui sous entend qu’ief = repli sur soi
Ca fait beaucoup d’intervention publiant de la désinformation en une 50aine de message.
Surtout quand la désinformation anti-ief est accepté et celle pro-ief est sanctionné (GoodbyLenine #47)

Le forum a déjà son idée (comme le quidam dans la rue qui connait les dangers de l’ief et le remède pour le covid).
Ne pas adhérer aux consensus, et on vous fait rentrer dans le rang. (et après, certains ne comprennent pas pourquoi j’utilise dressage pour parler de l’école…)

Au final, le forum semble, comme d’ailleurs la majorité des français, prône l’interventionnisme de l’état pour tous et en toutes situations.
Tout en encourageant la limitation des libertés, dans le respect des news BFM, bien entendu.

Au final, j’était déjà moins présent sur le forum, car ne me sentant plus à ma place.
Ce sujet me confirme qu’effectivement que je suis trop en déphasage.
En même temps, c’est logique, que pouvait attendre une personne épris de liberté d’un forum français nommé "devenir rentier"…

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #16 20/11/2020 08h54

Membre
Réputation :   20  

Vous caricaturez également ce n’est pas parce qu’on a de sérieux doutes sur l’Ief que l’on est pour le dressage et ce n’est pas parce qu’on adhère pas au consensus que l’on est les seuls à avoir la bonne méthode d’instruction.

Déjà il y a instruction et éducation. Mes enfants ont beau être à l’école (bouh) je ne les dresse pas. Au contraire, nous lui donnons plutôt une éducation hors consensus (bienveillance, jeux et motricité libre, environnement adapté inspiré des courants Freinet/Montessori). Bref rien à voir avec ses camarades d’écoles ou mes collègues quand on en parle (certains en sont encore à croire qu’il faut taper sur les fesses de leur enfant pour l’éduquer) et je passe pour un doux rêveur.

Il y a de bonnes écoles, très souvent privé j’avoue. Déménagement très souvent, j’en suis à la 4 ème dans des régions différentes. Nous cherchons d’abord l’école, puis le logement. Mon fils étant assez atypique scolairement, nous recherchons des écoles avec un projet d’éducation (si yen a pas mauvais signe) autre que l’apmrentissage du programme de l’éducation nationale (exemple large : favoriser l’autonomie des enfants, apprentissage autonome) suivi de dialogue et rencontre avec l’enseignant et directeur avant inscription. Cela se passe très bien et  cela permet une certaine adaptation.

Je confirme que sur beaucoup de groupe Ief, il y a une certaine dérive, soit sectaire de toute sorte, soit persuadé d’avoir arracher son enfant aux griffes du méchant Etat. Est ce mieux pour lui? On ne saura jamais. Quand on regarde des documentaires comme être et devenir ça fait rêver sauf qu’en vrai c’est un peu moins idyllique cui cui les oiseaux ont fait tout bien et sous contrôle.

Je m’interroge surtout sur le manque total de relais dans l’opinion publique qui me laisse à penser que la loi passera tranquille sans heurt sauf dans un tout petit milieu

Dernière modification par Romain (20/11/2020 10h26)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #17 25/11/2020 12h17

Membre
Réputation :   33  

Pour le suivi, le compte-rendu de la réunion des associations avec le cabinet de Marlène Schiappa qui s’est tenue le 23 novembre:

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #18 04/12/2020 14h32

Membre
Réputation :   33  

D’après Le Parisien, voici l’avis du Conseil d’Etat sur la proposition de loi visant à interdire l’IEF:

Le Parisien a écrit :

dans le projet d’avis soumis aux Conseillers d’Etat, que Le Parisien a pu consulter, la suppression de l’école à domicile a d’abord été jugée inconstitutionnelle. Cette « suppression n’est pas appuyée par des éléments fiables et documentés sur les raisons, les conditions et les résultats de la pratique de l’enseignement au sein de la famille, était-il écrit dans ce texte de travail. Il n’est pas établi, en particulier, que les motifs des parents relèveraient de manière significative d’une volonté de « séparatisme social » ou d’une contestation des valeurs de la République. Dans ces conditions, le passage d’un régime de liberté encadrée et contrôlée à un régime d’interdiction ne paraît pas suffisamment justifié et proportionné ». D’où la proposition de retirer le passage de la loi séparatisme. « Le Conseil d’Etat, par suite, écarte du projet les dispositions relatives à l’instruction au sein de la famille », pouvait-on lire. Si l’assemblée générale du Conseil d’Etat confirmait cette lecture, ce serait une gifle pour le gouvernement. Cela délesterait le projet de loi séparatisme d’un de ses étendards. Dans tous les cas, le gouvernement n’est pas tenu de suivre les recommandations du Conseil d’Etat. Mais il prendrait alors un risque juridique fort, comme une censure du conseil constitutionnel. Certains articles pourraient aussi être retoqués par le propre Conseil d’Etat, qui a une seconde casquette institutionnelle : c’est l’autorité administrative suprême en France.

A suivre dans les prochains jours…

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #19 17/01/2021 23h13

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   726  

Bonsoir,

Mon expérience sur le sujet. Si mes parents avaient décidé de nous faire l’instruction, ma soeur et moi serions devenus cinglés dans l’atmosphère familiale. Heureusement, il y avait l’école pour vivre.

Même si les parents veulent le meilleur pour leurs enfants, ils ne sont jamais à l’abri de se tromper. Donc, s’ils ont le choix (je ne parle pas des cas particuliers), je trouve monstrueux, égocentrique et égoïste de leur part d’imposer à leurs enfants l’instruction en famille. En cas d’erreur, c’est la catastrophe.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #20 18/01/2021 08h08

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030  

Toujours dans la caricature à ce que je vois. Vous partez de cela :

doubletrouble a écrit :

@JeromeLeivrek : Notez bien que personnellement, c’est la scolarisation obligatoire entre 3 et 6 ans qui me choque. Après 6 ans, l’argument devient différent et m’intéresse beaucoup moins.

Pour arriver à ça :

doubletrouble a écrit :

Pour ceux qui ont de bons souvenirs de l’école, réfléchissez bien : ne s’agit-il pas majoritairement de souvenirs hors de l’école (sécher les cours, voir les copains le Mercredi ou le Jeudi…), de vacances ou de récré ? Ces pauses de 15 minutes enrobées de 4 heures d’ennui et discipline carcérale ? Dire qu’on aime l’école, est-ce que cela ne revient pas au final à dire qu’on aime son travail pour les vacances et les pauses cafés ?

Aucun rapport, en maternelle on ne sèche pas les cours, on ne s’ennuie pas à écouter 4 heures un enseignant, mais avez-vous au moins idée de ce que font les enfants en maternelle ?
Ce sont plein de travaux pratiques, des dessins, assemblages pour leur apprendre les formes couleurs etc dans l’amusement.
On les sociabilise.
Je trouve votre message dénigrant pour le travail des "instits" qui n’est acronyme que dans votre esprit, à ce compte là "prof" ou "flic" c’est pareil.

Edit :

en fait on tourne en rond depuis ce message L’Instruction en famille (IEF) : une liberté menacée p.2
Vous ne ferez pas évoluer votre pensée, quel est l’intérêt d’écrire autant de messages ici ?

Edit 2 :

A propos du +1 de Aigri :"Je suis d’ailleurs toujours assez stupéfait, sur un site d’aspirant rentiers, par le nombre de membres qui tiennent à faire rentrer la progéniture DES AUTRES dans la rat race dès 3 ans."
Que ce soit clair, je n’ai jamais pris position pour cette mesure, au contraire. Ce n’est simplement pas une raison pour dénigrer ainsi l’école dans son ensemble avec un tas d’arguments n’ayant rien à voir comme je l’ai développé dans ce message …

Dernière modification par Surin (18/01/2021 09h14)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #21 28/01/2021 23h23

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

Je reviens après un moment, et je trouve toujours le discours gouvernemental comme discours du forum : "l’école c’est bon pour les enfants."

JeromeLeivrek, le 17/01/2021 a écrit :

je trouve monstrueux, égocentrique et égoïste de leur part d’imposer à leurs enfants l’instruction en famille. En cas d’erreur, c’est la catastrophe.

6% des enfants harcelés à l’école. Chiffres officiels
Pour bien connaitre le milieu scolaire, la règle, c’est pas de vague, donc je vous laisse regarder dans les faits divers comment se finissent certains de ces harcèlements.

Mais : "l’école, c’est bon pour les enfants"

carignan99, le 18/01/2021 a écrit :

Par ailleurs, je soupçonne (sans pouvoir l’étayer) qu’on trouvera des familles ’IEF’ dans lesquelles la motivation première sera de fournir un enseignement jugé être ’supérieur’ à celui qu’on trouverait à l’école, pour mieux armer leurs enfants à cette fameuse ’rat race’. Bref, la corrélation ’rat race’ / IEF peut aussi fonctionner…

Tout à fait.
D’ailleurs certains souscrivent à des CPC ou cours par correspondance (équivalent du CNED mais payant) orienté excellence (j’ai pas retenu lesquels).
Après avec 45.000 enfant en ief hors cned réglementé, ça fait pas beaucoup d’élite à venir.
Surtout si on compare au plus de 2 millions d’élèves scolarisés dans le privé!
Enseignement privé dont on sait officiellement (d’après l’insee et l’éducation nationale) que les classes populaires s’y font rares.

Après, l’ief c’est un échantillon de la société, donc y a de tout, des blancs, des noirs, des beurs, des élites, des ouvriers, des ouverts au monde, des xénophobes, des qui le font volontairement, des qui le font pour sauver leurs enfants, des qui suivent à la lettre le programme scolaire, d’autres qui font des apprentissages plus interactifs, etc.
Bref, un échantillon!

doubletrouble, le 18/01/2021 a écrit :

A défaut d’être vraiment riche

Ce point et celui relevé par carignan rejoignent une réflexion en cours sur les réseaux ief.
Si on veux une éducation de qualité pour ses enfants, ou à minima de qualité supérieure à l’offre locale, que faire ?
Si on a des moyens, on emménage où il faut et/ou on se dirige vers les écoles privées adéquates (un exemple bien précis : "le lycée autrement" à 9500€/ans).
Par contre, si on fait partie des classes ouvrières ou moyennes, actuellement, avec l’ief voir avec un CPC, il est possible de bricoler quelque chose.
Après la loi, si on fait partie des classes moyennes ou populaires, direction l’école du quartier. Avec un peu de chance, y aura des débouchés en chouf. (bon là j’exagère un peu, j’admet).
Mais en gros, une des portes de sorties pour éviter les établissements difficiles sera fermé.
Même remarque pour les phobies scolaires (1 à 2% des élèves), ou les situations de harcèlement (6% des élèves), ou autres situations difficiles qu’il faudra alors négocier au cas par cas avec l’autorité et non se limiter à une simple déclaration.
D’ailleurs négocier avec l’autorité l’existence d’un problème, vous vous rappelez la règle 0 : pas de vague!

doubletrouble, le 18/01/2021 a écrit :

ou de porter des masques.

C’est dit rapidement, mais cette année, la crise sanitaire semble pousser beaucoup de monde en ief.
Donc les français qui évitent d’entasser leurs enfants avec des 100aines d’autres sont des séparatistes ?
Et dire qu’il y a pas si longtemps on nous expliquait qu’il ne fallait pas avoir plus de 5 contacts par jour.
Un enfant scolarisé qui prend le bus (10 à 50 contacts), qui va en classe (30 contacts), qui va au self (xxxx contacts), etc…
D’ailleurs le port du masque commencent à poser question chez les enfants, entre autre car ils impliqueraient des difficultés d’apprentissage, en particulier au niveau du langage.

Sinon, un dernier point non abordés et qui cette année est devenu une norme : les abus de l’inspection académique de l’éducation nationale.
Je suis sur plusieurs groupes ief, et de manière récurrente et en particulier cette année, la norme est le non respect des lois.
En vrac : convocation quelques jours avant, en courrier simple, enfants isolés de leurs parents pour faire des tests (dés 3 ans), vérification des métiers ou des religions des parents, non respect des pédagogie, entretien destiné à casser l’ief, vérification du carnet de santé, présence d’un psychologue (systématique dans certaines académies), etc.
Perso, j’ai reçu ma convocation, en résumé TOUT est à minima hors recommandation de l’éducation nationale, et une bonne moitié est illégale.
Sauf que l’inspecteur a droit de vie ou de mort sur le choix pédagogique familiale (il est seul juge de l’instruction et note ce qu’il décide dans le rapport).
Voilà la vérité de l’ief en France : le contrôle pédagogique est dans un procès où l’issue dépend uniquement de l’envie du juge.
Et je préfère ne pas parler des cas où l’inspecteur n’ayant pas apprécié le rappel à la loi a fait un signalement d’information préoccupante à la protection de l’enfance.
Une de mes amies à eut cette situation il y a 2 ans, donc avant que l’état lance la chasse aux sorcières.

Ici dans 2 semaines contrôle pédagogique avec un inspecteur qui interprète librement la loi et les directives de son employeur, ça promet d’être rodéo!

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #22 29/01/2021 00h29

Membre
Réputation :   12  

Je suis un petit nouveau sur le forum et agréablement surpris de voir un topic sur l’IEF, même avec des avis si tranchés.

Je suis moi-même impacté par ce projet de loi avec ma petite famille. Mon épouse et moi-même faisons l’IEF pour notre enfant de 3 ans. Loin de moi l’idée de convaincre qui que ce soit de l’importance de l’IEF. Je vais juste expliciter en quelques mots notre position:

- Ma femme et moi n’avons pas eu de soucis à l’école, hormis la vague impression d’avoir perdu du temps qui aurait pu être mieux utilisé. Bac +8 et ingénieur respectivement.
- Avant la naissance de notre petite, nous n’avions aucune envie de faire l’IEF (ni même la connaissance que cela était possible). Nous avions un devis en crèche 8h-16h.
- A la naissance de notre enfant, le choc total. Cette naissance nous a changé profondément, à la fois notre rapport à la vie mais aussi au temps. Nous avons organisé beaucoup de changements, notamment mon épouse qui a quitté son travail pour s’occuper de notre enfant jusqu’à ses 3 ans.
- Entre temps, nous avons beaucoup étudié sur les récentes publications en neurosciences et sur les sciences éducatives, études qui montrent dans l’ensemble:

--> l’importance du sommeil et du respect des cycles de sommeil (ne pas réveiller un enfant qui dort)
--> l’importance des apprentissages alternatifs, qui passent avant tout par le jeu, l’expérimentation et encore plus en extérieur. Du concret, rien que du concret.

- Arrivé à ses 3 ans, nous avons sauté le pas et nous nous sommes déclarés en IEF! Comment est-il possible de respecter le sommeil de notre enfant et de lui apporter un apprentissage alternatif autrement ? Notre premier contrôle de l’inspection aura lieu dans 1 mois. Notre approche est de prévoir l’IEF jusqu’à ce que notre enfant nous demande d’aller à l’école. Aucun dogmatisme là dessus, c’est l’enfant qui décide.

Dans notre entourage, il y a eu beaucoup de résistance à notre choix, principalement pour des raisons de socialisation de notre enfant. Même si le COVID n’aide pas, nous organisons des journées le plus souvent possible dehors, à la rencontre du monde et des autres, notamment les enfants de tout âge. Aujourd’hui, les résistances de l’entourage se sont évaporées devant l’ouverture aux autres et la joie de vivre de notre enfant.

A nos yeux, ce projet de loi est une atteinte à nos libertés. Il n’est pas question de dire que les parents peuvent faire n’importe quoi avec leurs enfants, les contrôles sont à mon sens nécessaires (comme pour l’exercice de toute liberté). Mais l’interdiction de cette liberté est un outrage fait à ces parents qui adaptent leur vie pour le bien de leurs petits et qui le font bien.

Les études comparatives entre enfants IEF et enfants scolarisés existent (tapper simplement homeschooling versus school dans GOOGLE SCHOLAR). Les résultats sur les enfants, lorsque les parents font les choses bien, sont positifs.

En conclusion, j’ai beaucoup de peine pour les familles qui ne pourront pas s’adapter en cas de passage en force de la loi. Nous essayons de notre côté de sensibiliser nos députés à nos libertés mais n’excluons pas le départ dans un pays limitrophe pour garder intact notre liberté (même si nous n’avons aucune envie de quitter notre pays).

Pour ceux qui liront ce message, je ne vous demande pas de reproduire ces choix vous-même, mais juste de tolérer que l’instruction n’est pas qu’une affaire Étatique et que cette liberté, dans la mesure de contrôle objectif, peut être une chance pour les enfants.

Dernière modification par Menethil (29/01/2021 00h41)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #23 29/01/2021 14h48

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

carignan99 a écrit :

Les contrôles IEF l’inquisition espagnole? Ok mais alors une inquisition espagnole inefficace et incapable de faire les contrôles prévus par la loi…

oui et non.
ils ne font pas le boulot où il faut et le font de manière exagéré où il ne faut pas.
Dans le cas de mon amie, contrôle négatif, contestation du contrôle puis déclaration en IP.
Tout ça qui s’est terminé sans suite, mais après plusieurs très longs mois de procédure, et pas mal d’argent perdus (prendre un avocat, se défendre, etc)

Et surtout la plupart des contrôles sont hors la loi.
Les exemples de séparation des enfants de leurs parents pour leurs demander s’ils sortent, s’ils vont au cinéma (cas lu hier), etc
Alors un ado, ça passe, il sait répondre, mais un enfant de 5/6 ans, face à un adulte inconnu, dans un lieu inconnu, sans aucune référence familière va finir sous le stress par répondre n’importe quoi.
C’est logique.
D’ailleurs, les associations ief conseillent à tout leur membre d’imposer la loi comme cadre du contrôle!
Dis autrement, c’est au citoyen d’imposer la loi à l’état et non l’inverse!

carignan99 a écrit :

Ça s’inscrit simplement dans une tendance plus large, qui consiste (au mieux et pour simplifier) à renforcer petit à petit l’État Nounou et/ou (au pire) dû aux pulsions d’un État bouffi et imbu de lui même qui ponds de la norme au kilomètre […]

je ne l’aurais pas aussi bien formulé, mais j’adhère beaucoup à cette vision.
Exemple récent : hier, chez moi, j’ai utilisé la tronçonneuse pour couper un arbre tombé sur le grillage. Sans permis tronçonneuse, je suis dans l’illégalité…

doubletrouble a écrit :

@Faith : Historiquement, cette vision de l’enfant comme propriété de l’Etat (parce que s’il n’est pas la propriété de ses parents, en attendant sa majorité il a forcément un "propriétaire" - même si je préfère les mots plus adaptés de "responsable" ou de "tuteur"…) est plutôt associée aux dictatures socialistes (Hitlerjugend - oops, Godwin smile - ou Komsomol) ou réservée à ceux qui n’ont pas le choix : les orphelins (pupilles de la Nation).

Blague d’humour noir des milieux ief : notre président parle des "enfants de la république" (2 octobre 2020), donc la propriété des enfants est déjà passé dans le giron de l’état.

doubletrouble a écrit :

Pour l’exemple de la machine à laver, récemment on a eu dans les journaux une jeune fille qui s’est pendue suite à la cruauté psychologique d’une prof (actuellement impunie)

Moins médiatique, mais tout aussi impressionnant, le témoignage d’une mère confronté à la violence d’une instit.
Son ainé (qui a eut la même instit) lui a confirmé qu’il y avait aussi une tête de turc dans sa classe.
Malgré signalement au directeur et à l’académie, aucune conséquence, elle a donc décidé d’écrire un livre pour relater l’histoire


Au final, dans les groupes ief, rares sont les pures adeptes de l’ief.
Un grand nombre avec une école de qualité abandonnerait l’ief par simplicité!
Il ne faut pas oublier qu’ief signifie généralement 1 salaire en moins, des aides sociales en moins (l’ARS par exemple, mais aussi souvent, les chèques jeunes, ou autres aides aux enfants scolarisés), des dépenses en plus (matériel éducatif, types montessori, cours par correspondance, etc) et beaucoup de temps à consacrer aux enfants (donc un vrai métier à la maison).

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #24 29/01/2021 16h33

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   381  

@Gunday

à votre question (directe) : "@carignan99, je sais que vous citez régulièrement le rapport disant que seulement 60% des contrôles sont effectués. Mais est ce que citoyen de payer les manquements de l’état ?"

la réponse est donnée de façon plus ou moins implicite dans le post que j’ai commis et auquel vous vous référez - je le concluais de la façon suivante :
" Le système des IEF ne fonctionne simplement pas comme il devrait. A la lecture des rapports et du machin mis au vote au Sénat, j’ai un peu l’impression qu’ils ont flippé devant la montée des hors CNED et de l’inaptitude de l’EN à gérer l’IEF > suppression du système.

Pour vous la faire courte : amha, l’IEF semble payer l’incurie de l’EN et du fait que la progression  des IEF hors CNED ai flanqué la trouille à nos représentants parlementaires. C’est injuste mais que voulez vous que je vous dise?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #25 30/01/2021 00h39

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

En fait, je comprends ce que veux dire Menethil, mais il ne faut pas le voir avec une approche scolaire ou évaluatrice.

J’amène une citation antérieur (#74)

doubletrouble, le 18/01/2021 a écrit :

Qu’il puisse explorer une passion soudaine pour l’égyptologie sans passer pour un "zarbi" ou un intello.

On ne parle pas vraiment de vitesse d’acquisition mais de passion et donc de concentration sur un sujet.

Pour un cas plus courant pour les jeunes parents : vous accompagnez votre enfant à l’acquisition de la marche, mais vous ne le forcez pas à marcher!
Cet apprentissage par lui-même accompagné par ses parents est bien plus efficace que le forcer à marcher de la façon et au moment où on lui dit de le faire!
D’ailleurs, je crois (et j’espère) que personne n’irait forcer son enfant à marcher, car il vient de souffler sa bougie, donc c’est le moment!

Donc pourquoi la marche, qui est un acte quotidien et omniprésent est considéré comme un non apprentissage, alors que la découverte de l’écriture, de la lecture, de la musique, etc devrait être professionnalisé systématiquement et légalement ?

Par exemple, l’apprentissage de la lecture ou de l’écriture est passionnant pour un enfant!
Mettez vous à sa place, du jour au lendemain, il transforme ses gribouillis en histoire et n’a plus besoin de papa/maman pour lire une histoire!
Par contre, contraignez le à apprendre à un moment où il n’est pas en phase (car d’autres passions en tête), et ça fait des réticents à l’écriture ou à la lecture.


Pour l’anecdote, on parle maintenant de burn out scolaire.
A priori la performance a tout prix, dés la maternelle tend à aggraver le phénomène.



Coté perso, je vais être clair : d’après la sacro-sainte norme, mon schtroumpf a des retards, et des points d’avances. Un peu comme tout les gosses qui n’avancent pas linéairement.
D’ailleurs, il tourne en bourrique notre pédiatre en validant certains compétence des 3 ans sans valider les étapes initiales…
Mais bon, la sacro-sainte norme, il nous a appris dés sa naissance, qu’elle était décorative, culpabilisante, agressive et au final, inutile!


Pour finir, je suis d’accord avec carignan99.
Le concours de la plus grosse c’est vite lassant!

Par contre, côté ief, y a quand même un ras le bol des insinuations et dénigrement permanent du gouvernement!
Pour la citation des sauvages :

M. BLANQUER le 22/01/2021 devant l’assemblé nationale a écrit :

La première des libertés de l’Homme, c’est d’interagir avec les autres hommes.
Quand il n’y a pas cette liberté-là, on devient un enfant sauvage.

Bien sûr cette remarque parait anodine, mais rajoutez le sous entendu récurent que les enfants en ief, sont asociaux et ne voyent jamais personne, ça fait tilt!

Allez pour le fun, je rajoute la réponse d’un de nos députés : le député de la Marne Charles de Courson (qui d’après ce que j’ai trouvé sur lui a un historique familiale contre les nazis).
Il répondait à la comparaison du gouvernement sur le fait que l’ief est strictement interdit en Allemagne. (enfin cette citation et d’autre, mais le site de l’assemble, c’est plus sérieux)
Donc c’était tout à fait possible en France 

Charles de Courson le 22/01/2021 a écrit :

Et connaissez-vous le cas allemand ? C’est le régime nazi, en 1938, qui a supprimé l’instruction en famille […]. Donc, surtout, n’évoquez pas le cas allemand

Donc on attribut le point godwin à l’initiateur de la comparaison, M. BLANQUER.

Voilà pourquoi du côté ief, on commence à saturer : à chaque fois que le gouvernement parle du sujet, c’est pour insinuer, dénigrer, mentir, etc.
Edit : d’ailleurs, les associations ief attendent toujours les chiffres de l’ief sur lequel le gouvernement se base pour sa loi.
Pour le moment, c’est une loi sans chiffre, donc sans cause, donc juste à la tête du client…

Les seuls chiffres disponibles sont ceux issus des associations ief, dont voici l’infographie :

Dernière modification par gunday (30/01/2021 09h19)

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur