Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+1]    #1 15/11/2020 15h26

Membre
Réputation :   33  

Suite à une discussion entamée sur la file de présentation de Flower, il a été suggéré de créer un sujet à part sur l’Instruction en famille (IEF). Je laisse aux modérateurs le soin de voir s’il serait judicieux ou non de déplacer les messages en question dans cette file.

En tout cas je pense que ce sujet pourrait en intéresser certains. Après tout on est sur un forum où l’on n’a pas peur de sortir des sentiers battus. Par ailleurs, beaucoup s’intéressent à l’investissement dans le but de moins travailler, de se dégager du temps, d’être plus libres, de voyager… des objectifs parfaitement compatibles avec l’IEF.

A l’heure actuelle (j’y reviens un peu plus loin), contrairement à ce que l’on peut souvent entendre par abus de langage, seule l’instruction est obligatoire à partir de 3 ans, l’école ne l’est pas. Faire l’IEF est donc un choix possible pour chaque famille. Ce choix reste cependant très rare puisqu’il concerne actuellement moins de 0,5% des enfants en âge d’être scolarisés.

Alors comment est-ce que cela se passe concrètement ? La décision de faire l’instruction en famille doit être déclarée à la mairie et à l’inspection académique, à la rentrée scolaire ou dans les huit jours suivant une déscolarisation en cours d’année. Une inspection de la mairie a lieu la première année puis un an sur deux, et un contrôle académique a lieu chaque année. Si une famille ne respecte pas ses obligations, elle peut être contrainte de rescolariser ses enfants et être sanctionnée pénalement. Il n’y a en revanche aucune obligation de méthode, on peut utiliser des manuels, des cours par correspondance, créer ses propres programmes grâce à des livres ou Internet, utiliser une pédagogie alternative, faire du unschooling… ou mélanger un peu tout ça, en fonction de l’âge de l’enfant aussi évidemment.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser l’expression souvent utilisée d’ « école à la maison », l’enfant n’est évidemment pas élevé dans un bocal, cloîtré chez lui, en dehors de toute socialisation. Il rencontre régulièrement d’autres enfants (de tous âges) dans le cadre de rencontres avec d’autres familles IEF, lors de ses activités sportives ou artistiques, lors de sorties culturelles, etc. ainsi qu’une multitude d’adultes, auprès desquels il va aller chercher des connaissances spécifiques.

Les avantages de l’IEF : permettre de passer énormément de temps en famille, ne pas courir du matin au soir, donner du temps et de l’attention aux enfants, donner une instruction personnalisée adaptée à la personnalité et aux centres d’intérêt de l’enfant, permettre à l’enfant de progresser à son rythme, tenir compte du rythme biologique de l’enfant, etc. Parfois c’est tout simplement vital pour l’enfant, en cas de phobie scolaire, de harcèlement, etc.
Les inconvénients : cela demande beaucoup de temps et d’efforts, on passe son temps à se poser des questions, le regard des autres n’est pas toujours évident comme toujours lorsqu’on sort des sentiers battus… De manière plus large, plus philosophique presque, peut se poser la question « est-ce qu’on est plus heureux quand on entre dans le moule ? », « dans quelle mesure la différence est-elle une chance ou une tare ? », etc.

Voilà pour un résumé de la situation à l’heure actuelle. Malheureusement, lors d’un discours début octobre, Emmanuel Macron a annoncé vouloir interdire purement et simplement l’IEF à la rentrée prochaine, officiellement au nom de la lutte contre les séparatismes. Le projet de loi en ce sens sera examiné le 9 décembre. Cette décision laisse de nombreuses familles sans voix, tant la justification apparaît ridicule, voire insultante pour des familles qui passent justement leurs journées à favoriser la curiosité et l’ouverture au monde de leurs enfants. La loi actuelle permet de sanctionner les dérives, il suffit de la faire appliquer. Aucun lien n’a été établi entre l’IEF déclarée et des dérives séparatistes. Avec une décision qui ne résoudra en aucun cas les problèmes existants, on va punir des milliers de familles innocentes:
-La famille dont l’enfant a souffert de harcèlement scolaire et qui va devoir retrouver ses bourreaux.
-La famille qui a organisé sa vie autour de l’IEF, avec l’achat d’une grande maison avec grand terrain loin de la ville, dont la maman a mis sa carrière de côté pour se consacrer à cette aventure.
-La famille avec une fille autiste dont l’Education nationale est bien contente de « se débarrasser » car elle n’est pas en mesure de s’en occuper correctement. Cette famille pourra peut-être continuer l’IEF pour raisons médicales, mais se retrouvera privée de ce qui fait la richesse de l’IEF, les rencontres avec les autres enfants et familles.
Toutes ces familles respectent scrupuleusement la loi, elles ne gênent personne, ne demandent rien à personne, ne bénéficient d’aucune aide… et on vient leur pourrir la vie gratuitement.

Pour plus d’infos et de témoignages, le site de l’associations LAIA: IEF | Laia
Le lien vers la pétition pour défendre le droit à l’IEF : Pétition : POUR le maintien des droits à l?Instruction en Famille
Pour d’autres témoignages et réactions de familles face au projet de loi, il suffit de taper « instruction en famille » dans Google actu : Google Actualités - Rechercher

Il ne s’agit pas de rabaisser l’école, qui reste malgré ses défauts le meilleur choix pour la grande majorité des enfants, parce qu’ils s’y sentent bien ou parce que la plupart des familles n’ont pas l’envie/les capacités/le besoin de se lancer dans l’aventure IEF. Il ne s’agit pas non plus de critiquer les enseignants, qui pour la plupart font de leur mieux avec les moyens dont ils disposent. Il ne s’agit pas non plus de culpabiliser ou rabaisser les parents qui mettent leur enfant à l’école, par choix ou par "facilité" (je précise car parfois quand on dit qu’on fait l’IEF les autres parents ont l’air de se sentir attaqués ! c’est notre choix, on ne juge aucunement le votre). Mais avant de se dire « cela ne me concerne pas / quelle bande d’hurluberlus », dites-vous qu’un jour votre enfant/neveu/petit fils peut être victime de harcèlement scolaire par exemple, au point d’être dans une souffrance permanente, et que ce jour-là vous serez peut-être content d’avoir la possibilité de le sortir (ne serait-ce que) temporairement de l’école.

J’espère que l’on pourra poursuivre ici les discussions intéressantes entamées sur l’autre file, dans le respect des opinions chacun. Ceux qui ont fait ce choix prennent ça beaucoup à cœur, et donc peuvent avoir du mal à répondre à certaines remarques qui leur paraissent absurdes voire insultantes. Il faut essayer de garder à l’esprit que ce choix de vie est très méconnu (qui sait, on aura peut-être une espèce d’Effet Streisand avec ce projet de loi d’ailleurs !), donc il y a un travail de sensibilisation à faire. Peut-être que cette file y contribuera smile

Mots-clés : enfants, ief, instruction en famille, éducation

Hors ligne Hors ligne

 

#2 16/11/2020 11h20

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   195  

Bonne idée de lancer la discussion sur un post à part.

J’avais commencé à réagir ici, où j’indiquais être l’heureuse parent d’un enfant en grande section.

Je comprends que chaque parent souhaite le meilleur à son enfant, et que ce meilleur puisse être différent selon chaque enfant.
Comme je suis concernée avec mon enfant scolarisée, je m’interroge beaucoup sur sa scolarité.

Je répondrai sur vos 3 exemples, à savoir:

DarkGilmer a écrit :

Avec une décision qui ne résoudra en aucun cas les problèmes existants, on va punir des milliers de familles innocentes:
-La famille dont l’enfant a souffert de harcèlement scolaire et qui va devoir retrouver ses bourreaux.
-La famille qui a organisé sa vie autour de l’IEF, avec l’achat d’une grande maison avec grand terrain loin de la ville, dont la maman a mis sa carrière de côté pour se consacrer à cette aventure.
-La famille avec une fille autiste dont l’Education nationale est bien contente de « se débarrasser » car elle n’est pas en mesure de s’en occuper correctement.

Le harcelement scolaire

est un cas d’urgence psychologique. Il amène l’enfant à la perte d’estime de soi, le repli sur soi, l’isolement, et dont voici un article de ce mois de novembre 2020.

L’école est responsable de la sécurité des élèves. Il s’agit d’un manquement grave.
Malheureusement, le harcèlement ne s’arrête pas sitôt les portes de l’école fermées. Il se poursuit sur les réseaux sociaux, et l’enfant n’est plus à l’abri même dans son propre foyer.
Même en le soustrayant à ses bourreaux, il pourra continuer d’être le bouc émissaire, via les réseaux sociaux.

Bien entendu qu’en tant que parent, je sortirai mon enfant de cet enfer quotidien, mais, malheureusement je crains que ça ne soit pas suffisant.

Concernant l’

autisme

, il y a de nombreuses familles qui souhaitent scolariser leur enfant, qui se démènent pour quelques heures par semaine, qui s’épuisent à solliciter une prise en charge adaptée.

Voici un extrait du lien
Il est illégal qu’une école n’accepte la scolarisation qu’en présence d’une AVS. Ceci dit, si
l’école n’est pas accueillante, mieux vaut en changer.


C’est purement discriminant et inadmissible, malgré les grands discours des politiques:

http://www.autisme-france.fr/offres/doc_inline_src/577/scolarisation_connaissez_vos_droits.pdf a écrit :

Le problème reste crucial : nombre insuffisant, peu de formation à l’autisme, pas de
professionnalisation de la fonction.
Pourtant il y avait eu des engagements :
Questions au Gouvernement Auxiliaires de vie scolaire 10/06/2009
Valérie Létard :
"Il y aura au moins autant d’AVS, sinon plus, en nombre suffisant en tout cas pour scolariser
tous les enfants handicapés"
" Mais nous allons travailler tous ensemble,… /…..à un texte législatif qui nous permettra de
proposer pour l’avenir, et dès la rentrée scolaire de l’année suivante, un vrai statut à ces
professionnels. Ainsi seront pérennisés leurs emplois et valorisés leurs acquis et leurs
compétences, dans l’intérêt des personnes handicapées.

Les parents n’ont pas choisi lIEF mais y sont imposés, car l’école leur refuse l’accueil de leur enfant.

Par contre, un avis extérieur peut être un révelateur:
Dans la classe de mon fils, 2 enfants ont été orientés vers un orthophoniste, suite à un retard de langage. Les parents n’ont pas vu le décalage avec les autres enfants, avec le traditionnel " chaque enfant a son rythme, laissez le donc, ça viendra".
Un a eu des séances sur l’été, le résultat est spectaculaire. D’un enfant introverti, il parle maintenant à tout le monde. Il est devenu très ami avec mon enfant, alors que l’an dernier, il ne m’en avait jamais parlé.
Le second a encore des séances cette année, mais on le comprend et il ne fait plus de colère comme l’année passée.

Un regard extérieur peut aider l’enfant dans son développement.
Pourtant, dans ces 2 cas, les parents étaient très présents. Difficile d’être objectif quand il s’agit de son enfant.

Dans votre 3ème cas, La famille qui a organisé sa vie autour de l’IEF, avec l’achat d’une grande maison avec grand terrain loin de la ville, dont

la maman a mis sa carrière de côté pour se consacrer à cette aventure

.

Je travaille 4j/semaine + le samedi. J’ai donc un jour par semaine de "libre", où j’emmène mon fils à 8h45 à l’école pour le chercher à 16h25. Entre, je m’occupe donc de tout ce que je n’ai pas pu faire pendant la semaine, et qui nécessite une attention de ma part (administratif… la joie d’être bailleur), ou où la présence d’enfant n’est pas souhaitée (faire des courses SANS avoir le caddy rempli de choses sucrées, rendez vous médicaux, aller à la piscine pour faire des longueurs et non être dans la pataugeoire à contempler le toboggan).

Mon fils, heureux de ce jour à 2, où il ne va pas à la garderie, le clame donc haut et fort depuis son entrée à l’école. Le "jeudi, maman est pour moi".
Voici donc que depuis 2 ans, et son entrée à l’école, j’ai été "fortement invitée" aux activités scolaires nécessitant des parents accompagnants, à savoir : sortie patinoire, piscine, randonnée dans les bois, pique nique sur la journée, médiathèque, bibliothèque, exposition, visite de la maison du Père Noel, visite d’un verger,…

Bien entendu, vous pouvez également participer pour d’autres classes.

J’adore ces moments où je m’immerge dans sa classe, je vois ses interactions avec les autres camarades. Mais force est de constater que je n’avance pas vraiment dans mes activités personnelles…

Depuis mon congé maternité, je vais donc 4fois/jour à l’école, et je ne vois pas comment ce rythme est compatible avec une activité professionnelle. Il y est 3h le matin, suivi d’une pause méridienne de 2h, puis 3h l’après midi.
A moins d’être en mi temps adapté, ou en télétravail. Mais les professions où l’on choisit son temps de travail ne sont pas les plus fréquentes, à moins de travailler ensuite le soir en télétravail après le coucher, où de travailler à l’école également.

Je vais reprendre en mi temps après mon congé maternité, afin d’avoir 2 jours "ma maman vient me chercher après l’école", mais, forcément, ma carrière va ralentir son envol.

Comment font les parents qui viennent les chercher à la sortie de l’école, en milieu d’après midi, pour avoir une activité professionnelle compatible ? Même sans avoir de grande maison et de beau jardin ?

J’espère, à terme, avoir un poste 8h-17h, dans une grande ville, pour qu’ils n’aillent pas trop longtemps à la garderie le soir, mais même comme cela je ne suis pas là à la sortie de l’école. Et je ne parle pas de ma carrière. Là, c’est sur, je suis au fond du placard.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 16/11/2020 11h24

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   150  

merci à un modo disponible de diviser la présentation de Flower en y intégrant ici les posts à partir du 88 dans sa présentation

Message édité par l’équipe de modération [GBL] (17/11/2020 02h35) :
  C’est quasiment impossible à faire, sans largement dénaturer pas mal de messages, entre les messages qui questionnaient directement Flower, et ceux qui réagissait largement hors IEF (par ex sur le thème "touchez pas mes libertés, la grandeur passée de la France, etc.).  Je suggère donc aux intéressés d’aller lire ces messages, là où ils sont, via le lien du message #1 de cette discussion.


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne Hors ligne

 

#4 16/11/2020 23h55

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1095  

amoilyon a écrit :

Comment font les parents qui viennent les chercher à la sortie de l’école, en milieu d’après midi, pour avoir une activité professionnelle compatible ? Même sans avoir de grande maison et de beau jardin ?

Il y a de nombreux de jobs qui permettent cela, plus qu’on ne l’imagine mais peut-être parce que ces emplois sont peu représentés sur le forum ?

- vendeur en GSB (je finissais à 16h quand j’étais du matin lorsque j’y ai travaillé)
- hôte de caisse, suivant votre roulement
- la restauration
- de nombreux métiers de production dans l’industrie, en 2x8 ou en 3x8, pas que de "l’usine" dans sa définition "péjorative", il y a de nombreux métiers intéressants entre ces quatre murs.
- des métiers dans la logistique, approvisionnement : des jobs qui débutent tôt le matin et finissent avant 16h, j’en connais au moins un exemple dans l’appro de grandes chaines nationales de prêt à porter, mais il y en a sans doute bien plus
- métiers liés à la surveillance de nuit
- métiers de la nuit tout court smile
- boulanger/pâtissier salarié..
- certains chantiers de travaux publics, voiries, ou même la maintenance d’infrastructure ferroviaire qui se fait le plus souvent de nuit.
- aide soignant(e) (en tout cas en structure de rééducation et quand ils sont du matin ou de la nuit)


J’ai la chance d’avoir 2 jours de télétravail en temps normal, 5 jours avec le covid, j’en profite le plus possible pour partager ces moments d’entrée/sortie de l’école avec mon fils en maternelle, quitte à bosser un peu dans la soirée quand cela est nécessaire, mais tous les jobs ne s’y prêtent pas.

L’IEF cela me semble par contre une autre paire de manches… Un sacré job… mentalement et par ricochet physiquement… On peut aimer à la folie ses enfants, mais ils ont souvent une énergie débordante, parfois difficile à canaliser, cela ne doit vraiment pas être de tout repos toute la journée toute l’année…. chapeau aux enseignants !


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #5 17/11/2020 00h29

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

Je suis assez surpris de voir ce sujet apparaitre sur ce forum!
Et encore plus surpris d’y trouver des partisans de l’ief.

Commençons par le but de la réforme :
Déjà, ce qui me fait rire (jaune) dans cette loi est un petit détail : les intégristes illégaux ne se déclarent pas en ief.
Ils ne se déclarent juste pas.
Ou sont officiellement en école publique, mais manque de moyens, de suivi, toussa sont en fait en école religieuse à la place.
En résumé, cette loi n’est pas lié au repli religieux, vu qu’elle n’impactera pas les personnes visées.
C’est l’exemple type d’une loi qui vise une autre cible que celle annoncée dans les discours.

Ensuite, dire que les enfants en ief ne sont pas suivis et connus.
Mince alors, les contrôles OBLIGATOIRES de la mairie tout les 2 ans et de l’éducation nationale tout les ans, ça sert à rien ?
Et sans compter les possibilités de contrôle surprise par l’EN, et des contrôles sociaux si la mairie repèrent un problème et émettent un signalement.
Bref, encore une fois, la loi vise les personnes qui ne sont pas déclarés en ief (et donc pas contrôlé à domicile).

Ensuite, je réponds à amoilyon :
Je trouve le commentaire assez complet sur les objections à l’ief.
Ce n’est pas une attaque de la personne ou des idées, juste que ce sont des remarques (trop) souvent entendu

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :

Dolto ne disait elle pas que tout se joue avant 6 ans ?

Vous prenez un des titres de son livre qui a été (et est toujours) un des points les plus critiqués de sa bibliographie!
Sans compter que les connaissances de 1970 et celle de 2020, au niveau des enfants, c’est comme comparer les écrans noir et blanc de l’époque et une télé 4k d’aujourd’hui.
Il y a beaucoup de chose connus aujourd’hui qu’on ignorait totalement à l’époque. (comme la plasticité cérébrale, la notion de résilience, etc)

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :

Je pense aussi aux courants sectaires

Vous êtes en retard!
Ca fait près de 20 ans que l’état ne parviens pas à établir un lien entre dérives sectaires et ief.
En 1999, sous couvert de lutte contre les sectes, l’état a tenté d’interdire l’ief.
En 2007, rebelote, pour lutter contre la délinquance, nouvelle tentative d’interdire l’ief.
Et comme aujourd’hui, à l’époque, aucun chiffre, ni aucun lien n’a put être fait entre ief, et dérives sectaires ou religieuses, ou délinquance.
D’ailleurs, même la MIVILUDES indique que "la suspicion de dérive sectaire n’est apparue que très rarement" (rapport de 2003)!
2020, on recommence avec un nouvel argument.
Mais bon, ça doit être moi qui y voit de la mauvaise volonté…

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :

Les violences conjugales ont augmenté pendant le confinement
Qu’en est il des violences aux enfants ?

Le rapport entre un confinement imposé brutalement sans préparation a des adultes ne le souhaitant pas et un ief choisi et motivé ?

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :

Le métier de professeur des écoles est un métier. Qui s’apprend.

Tout comme le métier de parent.
Donc pourquoi ne pas aller au bout de l’idée, et délivrer des certifications de procréation uniquement après validation de l’état ?
Ca éviterai les abandons, les violences sur enfants, les enfants non désirés, et pas mal de choses!

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :

Un enfant sans un monde d’adulte n’a pas les même interactions qu’avec d’autres enfants.

Oui, c’est vrai.
Un enfant, dans un monde concret considère tout personne comme une personne.
Chose que les enfants dans un monde simulé (cloisonné par age) ont un peu de mal à faire.
Et là je parle d’enfant pour qui le dressage vient de commencer, donc dans la tranche 3/6 ans.
Comparé à des enfants en ief, qui sont bien plus spontanés envers les adultes.
La barrière de domination adulte/enfant n’est pas acquises en ief.
Je ne dit pas que l’enfant n’est pas éduqué, au contraire, juste qu’il n’y a pas la logique de supériorité automatique de l’adulte.
C’est difficile à décrire, mais flagrant à vivre!

Ensuite mon expérience perso :
En ief depuis septembre, pour différentes raisons (d’ordre privé, n’ayant pas leur place sur un forum public) mais principalement par choix.

Au niveau de l’expérience, c’est quand même incomparable.
Et ce que je vois de mon gosse et des autres rencontrés en ief, c’est vraiment la logique de jeu libre, sans avoir besoin de l’aval d’un adulte.
L’adulte est une personne, pas supérieur, pas inférieur, une personne.
En gros, dans toutes les personnes en ief que je croise, la notion de discrimination est quasi inexistante!
Pas de sexisme, pas d’âgisme, pas de discrimination physique, etc.
Après, je suis proche des milieux unschooling, qui sont la branche la plus éloigné de l’EN dans la logique ief. Donc pas forcément représentatif de l’ief en général.

Pour l’instruction, dire qu’on n’est pas capable, c’est un peu dire, que vous n’êtes pas capable d’apprendre des nouvelles recettes de cuisine.
Avec un peu de temps et beaucoup de motivation, je vois pas ce qui est insurmontable!

Sur le côté annonce (et ses conséquences) :
C’est violent comme approche, pourquoi ne pas plutôt interdire de fumer du jour au lendemain ?
Pour des raisons de santé publique, je trouverais totalement normal et acceptable (désolé les amis fumeurs!).
Maintenant, j’encaisse et j’agis : je rejoint les associations pro-ief, je casse les pieds à mon député (qui est maintenant pro-ief…).
Si la loi passe, pour la 1ère fois j’envisage de quitter la France. Ce qui était pour moi inenvisageable est maintenant devenu un peut être.
Pas mal de connaissance en ief sont dans un questionnement similaire.

Mes questionnements sur les impacts économique du projet :
Ensuite, je me pose 2 questions : celle des syndicats de l’EN : 25.000 enfants en plus, à 30 enfants par classe, ça en fait des profs à recruter!
Et ensuite, pour les CPC (cours par correspondance), les vendeurs de matériel montessori, et éducatif en général, l’état prévoit d’investir combien dans les plans sociaux, les faillites, les CSP, et les aides diverses qu’il va falloir sortir ?
Oui, car l’ief, c’est aussi une économie derrière.
Pas mal de CPC vivent quasi exclusivement de l’ief!
Et je parle pas des vendeurs de matériel educatif/montessori/freinet/etc dont pas mal de famille en ief sont de gros consommateurs (surtout que pas mal prônent les produits locaux…).
On pourrait aussi parler des primes de rentrées scolaire supplémentaire à verser! (l’ief ne donne pas l’accès à l’ARS)

Ma conclusion :
En gros, l’état annonce que par idéologie, il va supprimer une liberté, couler un certains nombres de société (cpc et cned libre = faillite, PSE chez certains producteurs de produits éducatifs), dépenser des sommes importantes et tout le monde applaudis ?
Ca me semble peu compréhensible.
La seule explication que je voie est que tout le monde veux payer plus d’impôts et empêcher leur voisin de s’épanouir à sa façon.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 17/11/2020 10h29

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   195  

gunday a écrit :

Ensuite, je réponds à amoilyon :
Je trouve le commentaire assez complet sur les objections à l’ief.
Ce n’est pas une attaque de la personne ou des idées, juste que ce sont des remarques (trop) souvent entendu

Aucun soucis, c’est avec plaisir que j’aime à dialoguer en bonne intelligence avec des personnes ayant d’autres opinions que la mienne. Et comment avancer si l’on ne discute qu’avec des personnes ayant les même convictions ?

De plus, nous sommes tous mus par la même volonté, celle d’apporter le meilleur à nos enfants.
Je pense que vous avez changé votre message initial, car vous indiquiez déménager si l’IEF était interdit. Pour ma part, je place également la scolarité, et l’environnement, au cœur de notre lieu de vie, et n’hésiterais à changer d’établissement si je sens mon fils en difficulté. Actuellement, 18 enfants par classe, avec maîtresse impliquée et ATSEM adorable. Il est comme un poisson dans l’eau.

Aussi, je prends la parole pour vous répondre, sans aucune offense de votre personne ou de vos opinions.

gunday a écrit :

Donc pourquoi ne pas aller au bout de l’idée, et délivrer des certifications de procréation uniquement après validation de l’état ?
Ca éviterai les abandons, les violences sur enfants, les enfants non désirés, et pas mal de choses!

L’entretien [url=https://www.parents.fr/grossesse/suivi-de-grossesse/examens-de-la-grossesse/a-quoi-sert-lentretien-du-4eme-mois-78278#:~:text=du%204%C3%A8me%20mois%20%3F-,A%20quoi%20sert%20l’entretien%20du%204%C3%A8me%20mois%20%3F,l’accueil%20et%20les%20soins.]du 4ème mois de grossesse, qui devrait être généralisé, a ce but:[/url] a écrit :

Conformément à sa finalité de dépistage des difficultés psychologiques ou de dépendance, cet entretien permet aussi au médecin ou à la sage-femme de recenser nos antécédents personnels et familiaux, et d’identifier d’éventuelles vulnérabilités psychologiques ou sociales. En effet, certaines mamans, déjà fragiles pendant la grossesse, peuvent être victimes d’une dépression postnatale après la naissance de leur enfant. Ce phénomène touche 10 à 20 % des femmes. L’objectif de l’entretien du 4e mois est aussi d’anticiper ce type de problème.

Effectivement, on est après la conception de l’enfant, mais cet entretien a le mérite d’exister, et de préparer le terrain.

C’est également le cas lors d’une adoption avec des rendez vous avec assistante sociale et psychologue.


Dans ce cas, on est en amont de la venue de l’enfant, et on s’assure de la solidité de la famille dans laquelle on confie un petit bonhomme.

gunday a écrit :

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :
Le métier de professeur des écoles est un métier. Qui s’apprend.

Tout comme le métier de parent.

amoilyon, le 14/11/2020 a écrit :
Un enfant sans un monde d’adulte n’a pas les même interactions qu’avec d’autres enfants.

Oui, c’est vrai.
Un enfant, dans un monde concret considère tout personne comme une personne.
Chose que les enfants dans un monde simulé (cloisonné par age) ont un peu de mal à faire.
Et là je parle d’enfant pour qui le dressage vient de commencer, donc dans la tranche 3/6 ans.
Comparé à des enfants en ief, qui sont bien plus spontanés envers les adultes.
La barrière de domination adulte/enfant n’est pas acquises en ief.
Je ne dit pas que l’enfant n’est pas éduqué, au contraire, juste qu’il n’y a pas la logique de supériorité automatique de l’adulte.
C’est difficile à décrire, mais flagrant à vivre!

Pour l’instruction, dire qu’on n’est pas capable, c’est un peu dire, que vous n’êtes pas capable d’apprendre des nouvelles recettes de cuisine.
Avec un peu de temps et beaucoup de motivation, je vois pas ce qui est insurmontable!

Je suis particulièrement choquée du terme "dressage" pour l’école traditionnelle contre "éduqué" pour l’instruction à la maison.
Je ne pense pas dresser mon fils, mais au contraire l’aider dans son autonomie.

J’éduque mon enfant pour qu’un jour il puisse prendre son envol hors de notre nid familial. Je ne conçois pas de le dresser pour qu’il soit un bon petit soldat.

Deux points que je soulève:

gunday a écrit :

Pour l’instruction, dire qu’on n’est pas capable, c’est un peu dire, que vous n’êtes pas capable d’apprendre des nouvelles recettes de cuisine.
Avec un peu de temps et beaucoup de motivation, je vois pas ce qui est insurmontable!

Jusqu’à quel niveau souhaitez vous accompagner votre fils ?
Jusqu’en fin de primaire ? Jusqu’au brevet ? Jusqu’au bac ?

Afin de l’accompagner il faut pouvoir anticiper les nouveaux apprentissages qu’il va devoir faire.
Vous n’allez pas apprendre le ski avec quelqu’un qui en a fait une semaine dans sa vie…
Je pense que cela est pareil.

Apprendre l’allemand, le latin, la physique, et d’autres, n’est pas acquis pour tout le monde.
Quand on voit que les professeurs des écoles sont souvent issus des filières littéraires, avec dans certains cas quelques soucis en math, dont voici un extrait:
"Je vois plusieurs raisons à cette baisse. D’abord, les instituteurs sont souvent issus des filières littéraires, certains n’aiment pas les maths et ne sont pas suffisamment formés pour réussir à transmettre correctement les bases…"

Jusqu’à où peut on les accompagner, sans leur transmettre nos "goûts" ?

https://www.coolparentsmakehappykids.com/thomas-enhco-de-lenfant-musicien-pianiste-virtuose/ a écrit :

L’impact de l’environnement sur le développement des passions de nos enfants
« Ma mère est cantatrice [NDLR : Caroline Casadesus], mon père est pianiste amateur passionné et à 4 ans j’eu comme beau-père Didier Lockwood [NDLR : violoniste de renommée mondiale]. Quand j’étais petit, mon père jouait tous les jours du piano. Moi, ce que j’aimais c’était me mettre dessous et – en même temps que je jouais aux Lego – j’étais transporté par ce son très chaud, très rond, qui résonnait sous ce grand piano à queue. Je regardais ses pieds qui bougeaient sur les pédales et il me racontait une histoire en même temps qu’il jouait. « Ecoute, -t-u entends le petit faon qui se balade joyeusement ? Il n’a pas encore vu le loup… » sur des airs de Beethoven ou de Mozart.
Dès le plus jeune âge, mes parents nous emmenaient, mon frère et moi, à de très nombreux concerts, notamment ceux de notre famille, qu’importe s’il y avait école ou non le lendemain. C’est lors des concerts que l’on sent toute la puissance de la musique, le silence de la foule, la tension, le trac. C’est clairement tous ces moments qui m’ont donné le goût de la musique. »

Nos enfants apprennent par imitation
Selon les neurosciences, nous en avons déjà parlé ici, nos enfants apprennent avant tout par imitation. Nos enfants apprennent à marcher en nous regardant marcher (les fameux neurones miroirs), nos enfants s’imprègnent aussi mieux de la musique en regardant quelqu’un jouer.

Plusieurs études montrent que le pouvoir de l’imitation est bien plus puissant quand nos enfants regardent quelqu’un de « réel » que quand ils écoutent un CD ou regardent la télé.

De même, nous sommes sur un forum à majorité I, notre enfant peut ne pas être dans cette lignée.
Comment peut-il ne pas avoir le choix entre aller à l’école ou rester avec ses parents ? Il ne peut avoir le choix, on le fait pour lui. Quand lui laisse-t-on voir qu’il y a un " autre chemin possible "?

A quel âge pourra -t-il dire " je veux aller à l’école" ? Comment pourra t-il-le dire s’il ne sait ce qui s’y passe ?

Je comprends mieux le cheminement de dire " mon enfant ne s’épanouit pas à l’école et il souhaite rester à la maison pour s’éveiller" que celui de dire " je choisis pour mon enfant l’IEF".

Aura -t-il le courage de dire qu’il ne veut plus rester à la maison avec vous, en sachant qu’il vous fera de la peine en disant cela, vous qui avez organisé votre vie pour ce projet.

A être trop fusionnel, a -t-on encore des choses à se raconter ? ( et quand donc avez vous votre vie d’adulte ? Quand allez vous à la piscine pour nager ? chez le coiffeur ? et même pour rigoler entre amis, de chose que des petites oreilles n’ont pas à entendre )

Dans mon expérience propre, il est aussi heureux d’aller à l’école que d’en revenir et me raconter tout ce qu’il a fait.
J’avais pris un jour de congé pour sa rentrée des classes en petite section.
Je l’ai déposé devant la classe et il a foncé comme une flèche en hurlant " maman, il y a un jeu de voiture", "maman, il y a un tableau et des craies", "maman, il y a des puzzles". Je lui ai répété plusieurs " a tout à l’heure", et j’ai eu un salut de la main évasif pendant qu’il fouillait dans les bacs à jeux de l’autre main.

Je l’ai donc cherché à 11h35 pour le déjeuner. Il a pleuré tout le long en répétant pourquoi il était puni et n’avait pas le droit d’aller voir la cantine avec les copains.

Je pense que l’amour que je lui porte, et l’attention font qu’il s’éveille au monde autour, sans peur ni crainte, mais avec l’envie de découvrir.
Cela doit être pareil en IEF. Mais comment peut il s’éveiller seul, ou avec d’autres, sans être séparé de son cocon familial ?

Dans un second temps, je rebondis sur

gunday a écrit :

Chose que les enfants dans un monde simulé (cloisonné par age) ont un peu de mal à faire.
Et là je parle d’enfant pour qui le dressage vient de commencer, donc dans la tranche 3/6 ans.

Chaque étape du développement a ses caractéristiques propres.
Comme je l’indiquais précédemment, l’adulte a déjà les acquis.
Prenons ce genre de jeu avec lecture des syllabes.
En y jouant seule avec mon fils à la maison, je suis donc à la fois juge et joueur.
Avec des " c’est pas juste, -t-u sais déjà lire, c’est de la triche", alors qu’il raffole de ces genres de jeu à l’école.
( Il y a joué 3 fois de suite rien que sur la journée d’hier avec l’école, avec le pion rouge, puis marron, puis vert).
Il aime a découvrir des jeux, avec des partenaires de "son âge", c’est à dire de "son niveau". Il y a des temps "jeux" à l’école, sans obligation, ni " planning régulier", où il choisit les jeux auxquels il a envie de jouer.
Certains dessinent sur le tableau, certains jouent au puzzle, d’autres feuillettent des livres … Je ne trouve pas que la créativité soit bridée, ou que l’enfant est formaté dans un moule.
Au contraire, il a des temps "libre" où, avec ses camarades, il peut s’adonner à ouvrir sa curiosité par le jeu.

Enfin, je m’inquiète que des professeurs des écoles [url=https://www.marianne.net/societe/education-ecole-maison-ces-profs-qui-ont-choisi-de-descolariser-leurs-enfants]choississent l’IEF pour leur enfant[/url] a écrit :

D’autant que, dans le documentaire Etre et devenir (1), sorti en 2014, qui retrace les parcours de familles pratiquant l’instruction à domicile, la proportion d’enseignants parmi les dissidents est pour le moins saisissante… Et un brin déstabilisante. Comment des professeurs, témoins privilégiés et acteurs principaux du système, sont-ils devenus des apostats de l’école ?

Est ce que l’école est si malsaine, ou nocive, qu’ils en retirent leurs enfants mais continuent d’y travailler ?

Dernière modification par amoilyon (17/11/2020 10h35)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 17/11/2020 11h10

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   570  

gunday a écrit :

C’est l’exemple type d’une loi qui vise une autre cible que celle annoncée dans les discours.

Je n’utiliserais pas l’expression "viser une autre cible": il s’agit surtout de rater sa cible.
Je ne crois pas un instant à une cabale anti-IEF nécessitant de faire porter le chapeau au terrorisme.

Les contrôles devraient être suffisants pour limiter les dérives (sans compter que les dérives vont peu passer par l’IEF, mais beaucoup plus par des écoles privées, régulièrement fermées, puis réouvertes)

Un enfant, dans un monde concret considère tout personne comme une personne.
Chose que les enfants dans un monde simulé (cloisonné par age) ont un peu de mal à faire.
(…)Et là je parle d’enfant pour qui le dressage vient de commencer, donc dans la tranche 3/6 ans.
(…)La barrière de domination adulte/enfant n’est pas acquises en ief.

J’avoue ne pas trop comprendre l’idée que vous soulevez ici, un peu gêné par certaines expressions.
J’ai l’impression que ce que vous appelez "barrière de domination adulte/enfant", je l’appelle "respect des ainés". Et en ce qui concerne le "dressage"… on ne doit pas parler de la même école publique ! J’estime qu’avec l’entrée à l’école vient au contraire le désapprentissage des règles (j’aurais utilisé le terme "ensauvagement" si un politique ne l’avait pas popularisé et déformé récemment)
Un enfant pas du tout "dressé" à "respecter ses ainés" est parfois tellement compliqué à gérer que ses propres parents font leur possible pour passer le moins de temps en sa compagnie (ce n’est pas juste théorique, j’ai déjà vu ça)

Concernant l’IEF, j’ai l’impression d’en faire, tout en maintenant mon enfant à l’école publique.
Maths, géométrie, français, anglais, sciences, informatique: tous les notions de ces matières, il les a apprises par mon intermédiaire bien avant que l’école n’aborde le sujet.
Quand on aménage son temps de travail, on dispose de largement assez de temps pour instruire son enfant en plus du temps d’école, mais aussi pour jouer en tant qu’égaux (c’est à dire à des jeux pour adultes, pas au jeu de l’oie).
Et pourtant… l’école lui apprend des tonnes de choses en plus, que je n’aurais parfois pas l’idée de lui apprendre. C’est ça aussi l’intérêt d’une éducation externe: aborder les sujets survolés par les parents, et lui apprendre d’autres domaines que ceux que les parents jugent respectables.
Mon fils me parle régulièrement de foot et chante des chansons "sportives", il danse également. Jamais il n’aurait été ouvert à ces choses en IEF… je trouve bien qu’il ait su s’y ouvrir sans moi, grâce à l’école.

Bref, à mon avis aller à l’école n’empêche pas d’arriver au même but que celui atteint grâce à l’IEF (à moins vraiment de vouloir inculquer à l’enfant des valeurs très différentes de celles apprises à l’école).
Mais ce n’est pas une raison pour l’interdire. J’espère que cette volonté du gouvernement n’ira pas jusqu’au bout.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#8 17/11/2020 11h33

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

amoilyon a écrit :

Effectivement, on est après la conception de l’enfant, mais cet entretien a le mérite d’exister, et de préparer le terrain.

Entretien du 4ème mois ?
je viens d’apprendre quelque chose!
J’allais demander si c’est nouveau, mais 2006…
Bon, on va dire que c’est pas partout alors…
D’ailleurs, pour la blague les prépas à la naissance avec RDV après la date d’accouchement, c’est conceptuel!
D’ailleurs intitulé du cours "quand partir à la maternité" …

Mais bon, là on rejoint la logique ief : contrôler et suivre comme actuellement.
Et non autoriser en préalable comme voulu par le gouvernement.

amoilyon a écrit :

J’éduque mon enfant pour qu’un jour il puisse prendre son envol hors de notre nid familial. Je ne conçois pas de le dresser pour qu’il soit un bon petit soldat.

Déjà, je tiens à vous faire une remarque : ce n’est pas VOTRE enfant, c’est un enfant de la république!
Donc il appartient à la république avant tout.
Ca semble grossier, mais c’est pourtant la sémantique gouvernemental!
Je vous laisse relire le discours du 2 octobre si vous avez un doute

amoilyon a écrit :

Vous n’allez pas apprendre le ski avec quelqu’un qui en a fait une semaine dans sa vie…
Je pense que cela est pareil.

Donc j’ose espérer que vous n’avez pas appris à votre enfant à marcher ?
Vous avez vu un psychomotricien combien de fois par semaine pour l’acquisition de la marche ?
Car un amateur non diplômé, donc incompétent, qui transmet ce genre d’apprentissage qui suivra un enfant à vie, c’est complètement inconscient!

amoilyon a écrit :

Apprendre l’allemand, le latin, la physique, et d’autres, n’est pas acquis pour tout le monde.

l’ief n’interdit pas de recourir à des instructeurs spécifiques.
Tout comme l’EN qui a l’exclusivité de l’instruction ne vous l’interdit pas.

amoilyon a écrit :

Jusqu’à où peut on les accompagner, sans leur transmettre nos "goûts" ?

Dans ce cas, le mieux ne serait il pas de retirer d’office les enfants à leurs parents ?
Pour éviter que les parents ne transmettent leurs goûts à leurs enfants!

amoilyon a écrit :

Mais comment peut il s’éveiller seul, ou avec d’autres, sans être séparé de son cocon familial ?

Ca rejoint ce que je disait en amont : les informations sur le développement infantile ont beaucoup évolué!
Par exemple, la théorie de l’attachement répond à votre questionnement : un enfant sécurisé par la présence de sa figure d’attachement s’en éloigne pour explorer, jouer et se construire!

amoilyon a écrit :

Comme je l’indiquais précédemment, l’adulte a déjà les acquis.

Vous avez certes des acquis.
Mais prenons par exemple un exemple connu : Victor Noël, 15 ans. Ses connaissances en zoologie sont impresionnante.
Un enfant d’une amie en ief  a décidé de s’intéresser à l’oeil, concrètement, je n’ai que des acquis basiques sur le sujet.

Donc non, l’adulte n’a pas déjà des acquis.
Chaque individu a des acquis en fonction de ses besoins, de ses expériences et de ses envies!

D’ailleurs, même notre pédiatre, avec ses 30 ou 40 ans d’expérience nous dit clairement ne pas être compétente en DME.
Donc même un pro n’est pas forcément compétent dans son domaine de compétence!

amoilyon a écrit :

Est ce que l’école est si malsaine, ou nocive, qu’ils en retirent leurs enfants mais continuent d’y travailler ?

Réponse facile : oui.
Perso je ne suis jamais allé dans le public, car mes parents le refusait (profs en public pro).
Mais sur la fin de leur carrière, ils ont constatés que ce qu’il vivait en milieu pro depuis 20 ans devenait la norme, même dans le privé!
D’ailleurs, très conservateur, ils n’ont fait aucune remarque sur l’ief, mais absolument aucune.
Ils m’ont limite plus cassé les pieds avec la couleur du papier peint qu’avec l’ief.
Donc oui, c’est choquant, mais pas sur l’ief sur la qualité de l’école.

Ps : arrêtez de changer le texte, j’arrive pas à suivre les éditions! smile

Faith a écrit :

Je ne crois pas un instant à une cabale anti-IEF nécessitant de faire porter le chapeau au terrorisme.

Effectivement, auparavant, l’ief était accusé d’être un outil des sectes, puis de favoriser la délinquance, et maintenant de mener au terrorisme.
C’est bizarre, mais l’histoire des lois contre l’ief ne parle pas en faveur d’une approche étatique honnête et clair.

Faith a écrit :

Les contrôles devraient être suffisants pour limiter les dérives

Normalement ils le sont.
Mais l’état refuse de fournir des statistiques claires sur le résultat des contrôles.
Les dernières statistiques datent de 2015, avant l’obligation de l’instruction à 3 ans, et ne démontrait rien de flagrant (la grande majorité des contrôles étaient positifs)

Faith a écrit :

J’ai l’impression que ce que vous appelez "barrière de domination adulte/enfant", je l’appelle "respect des ainés".

Vous me parlez de respect des ainés, je vous parle respect de la personne.
Pourquoi respecter un ainé, juste par respect pour la déliquescence lié à son grand age ? ( tongue )

C’est une notion difficile à toucher du doigts, car les enfants en ief que j’ai vu sont habitués à écouter les remarques et à les prendre en considération.
Après, ne pas faire une discrimination basé sur l’age n’empêche pas d’avoir une autorité parentale présente.

Faith a écrit :

Mon fils me parle régulièrement de foot et chante des chansons "sportives", il danse également. Jamais il n’aurait été ouvert à ces choses en IEF… je trouve bien qu’il ait su s’y ouvrir sans moi, grâce à l’école.

vous touchez un point essentiel de l’ief.
Vous sous entendez que l’ief, c’est un enfant dans une cave sans contact humain hors de la famille.
Sauf que l’ief, c’est aussi et surtout un réseau, avec pas mal de sortie prévus, certaines réccurentes, d’autres ponctuelles.
Exemple, en septembre, proche de chez moi, des parents en ief, ont organisé l’ouverture d’un musée associatif en semaine pour leurs enfants.
Et là une voisine en ief, essaye d’organiser une activité mensuelle avec un maraicher.
Donc l’ief, c’est aussi beaucoup de rencontres, avec des gens vers qui on n’aurait pas forcément été en contact.

Faith a écrit :

Bref, à mon avis aller à l’école n’empêche pas d’arriver au même but que celui atteint grâce à l’IEF

Sur l’idée, oui, mais quand je vois rien que dans la famille, la difficulté à faire admettre un trouble dys, puis à mettre en place le plan de suivi, c’est lourd pour un simple trouble dys!
Donc j’ai un doute sur la capacité d’adaptation de l’école, surtout en augmentant régulièrement le nombre d’enfant par classe!

Dernière modification par gunday (17/11/2020 11h41)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1 / -1]    #9 17/11/2020 12h25

Membre
Réputation :   20  

J’ai également été très intéressé il y a quelques années par l’Ief pour mon fils (6 ans actuellement) qui a eu énormément de mal à s’adapter à l’école.

Il n’y a pas de croisade anti Ief, juste une fin de la récréation. L’idée générale est génial mais force est de constater que le milieu est gangrené par le sectarisme. Pas religieux, un peu certes, et de toutes les religions.

Surtout j’y ai trouvé une très forte prépondérance à des théories plus que douteuses. Déjà forte proportion d’anti vax par rapport à la population générale qui font Ief pour éviter vaccin obligatoire. Mais également adapte des boules de sucre pour soigner, des plantes, de l’antroposophie (Steiner Waldorf notamment), et j’en passe tel que guérison par l’eau de lune, les pierres où les jus où je ne sais quoi. Un peu de créationnisme, un soupçon de complotisme. Bref un cocktail détonnant auquel le but de la loi, sous couvert de stopper le terrorisme, cherche à mettre fin.
Est bien ou mal pour l’enfant, ça dépend des cas.

Je ne dis pas que c’est le cas pour tout le monde juste que les cas de dérive sectaire au sens général est plus forte dans cet échantillon qu’en général.

Dernière modification par Romain (17/11/2020 12h27)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 17/11/2020 12h40

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

Romain a écrit :

Je ne dis pas que c’est le cas pour tout le monde juste que les cas de dérive sectaire au sens général est plus forte dans cet échantillon qu’en général.

Vous dites exactement le contraire de ce que dis La Miviludes !
Vous avez une sacré connaissance des sectes, c’est impressionnant, mieux que l’organisme qui les étudie depuis des décennies!

Et faire un amalgame entre homéopathie (qui est pris par plus de la moitié des français d’après une étude de 2012), dérives sectaires et ief, c’est pas très sérieux.

Surtout dire cela sur un forum nommé "devenir-rentier", donc forcément composé majoritairement de riche esclavagistes, génocidaires, qui fraudent le fisc en cachant leurs argent dans des paradis fiscaux, qui votent extrême droit pour conserver leurs pouvoirs bourgeois!

Bref, les amalgames sont faciles, mais les chiffres ne parlent pas en ce sens.
De plus, vous avez les commentaires BFM ou assimilés pour répandre votre haine des autres.
Ici on essaye d’être un peu plus factuel.

Ceci dit, vous avez le mérite de montrer ce qui arrive quand on parle d’ief : ceux qui ne savent pas, en parlent le plus et le plus fort!
Ca me rappelle les 65 millions de virologues français avec leurs remèdes miracles contre un virus récent!

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 17/11/2020 12h48

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@Romain :

Même remarque que j’avais fait sur la file de Flower :

- si vous considérez que mettre l’enfant à l’école dès 3 ans permet de "lutter" contre des courants de pensée marginaux/sectaires/intégristes auxquel serait soumis l’enfant, n’est-ce pas reconnaître implicitement que cette scolarisation vise à réaliser un endoctrinement "opposé" ?

- en admettant que vous ayez raison sur tous les points que vous soulevez, dans le meilleur des cas vous obtiendrez grâce à cette loi des enfants dont les croyances vont directement à l’encontre de celles de leurs familles ou cercles de connaissances, ne faudrait-il pas viser les adultes directement si ces doctrines/religions/croyances sont réellement dangereuses pour la sécurité nationale ou celle de l’enfant ? Si non, pourquoi ?

- vous ne semblez pas choqué d’effacer d’un trait de plume un droit garanti par la Constitution, ainsi que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (article 26). C’est un précédent assez grave, quel sera le prochain droit à disparaître "pour le bien de tous" ? La liberté d’expression (Article 19) pour faire plaisir à Trudeau ? La propriété privée (Article 17) ? Après tout, "la propriété c’est le vol"…

Dernière modification par doubletrouble (17/11/2020 12h50)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 17/11/2020 14h00

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2353  

Tout le monde n’a pas forcément exactement la même lecture de

Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (article 26) a écrit :

1. Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l’enseignement élémentaire et fondamental. L’enseignement élémentaire est obligatoire. L’enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l’accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.

2. L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.

3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants.

et tous ne considéreront sans doute pas que le projet évoqué serait susceptible "d’effacer d’un trait de plume" les droits énoncés par cet article 26…


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 17/11/2020 14h22

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@GoodByLenine : Tout à fait, comme tous ne considèreront pas qu’interdire le blasphème invalide l’Article 19.

Personnellement, je considère que dans le doute, il faut permettre ; d’autres, comme Justin Trudeau ou Ségolène Royal, qu’il faut interdire.

Ce sont deux visions des choses assez irréconciliables.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #14 17/11/2020 14h24

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

doubletrouble a écrit :

Par curiosité, si vous quittez la France quelle serait votre destination ? Pour moi la Chine serait la solution de facilité mais toujours curieux des choix d’expatriation.

Je n’ai pas spécialement envie de quitter la France, donc pour le moment, j’espère que le lobbying sur les députés sera efficace.

Sinon, je verrais bien une fois la loi passée les destinations possibles (la liste ne manquera pas de circuler dans les milieux ief si la loi passe).
Ce qui est dommage est que ça va pas mal bouleverser les milieux ruraux, car beaucoup de gens en ief sont très implantés localement (association, réseaux d’entraide, etc).
J’ai déjà vu un bénévole intervenant dans les écoles arrêter ses interventions scolaires.



Edit : une remarque :
En France, le président annonce une loi, les ministères actent la loi.
Fin.

J’exagère ?

Ministère de l’éducation de la jeunesse et des sports. a écrit :

A la suite des annonces du Président de la République du 2 octobre 2020, l’instruction à l’école
sera rendue obligatoire pour tous dès 3 ans à compter de la rentrée scolaire 2021. Cela aura pour
conséquence de strictement limiter l’instruction à domicile, notamment aux impératifs de santé.

2ème chapitre d’un vademecum officiel publié d’octobre 2020.
Séparation des pouvoirs, toussa, on s’en fout, le français gobe tout, donc on peux y aller sans risque!

Edit2 : je me faisais également une réflexion : l’école publique est pas mal décrié (harcèlement, etc).
Donc la solution, au lieu d’améliorer l’offre est de rendre l’offre existante obligatoire.
Logique!

Dernière modification par gunday (17/11/2020 17h35)

Hors ligne Hors ligne

 

#15 17/11/2020 19h29

Membre
Réputation :   20  

Non non je vous jure je parle pas sans savoir. J’ai vraiment fréquenté le milieu Ief. Sur tours en 2017 pour être exact.

Je n’ai jamais vu autant d’anti vaccin, adepte de je ne sais quel esoterisme. Énormément de complotiste qui sont persuadés que le méchant Etat va formater et dresser ( si si certains pensent comme ça) leur progéniture que eux seuls comprennent.

Sinon même en allant à l’école on peut ouvrir ses enfants sur la culture, la nature, le libre apprentissage, la bienveillance ect.

Bref à la base l’Ief c’est génial mais hélas trop de dérives et pour le bien des enfants le gouvernement siffle la fin de la récré. Difficile de leur donner tort et politiquement le courant est très minoritaire dans l’opinion publique.

Dernière modification par Romain (17/11/2020 20h03)

Hors ligne Hors ligne

 

#16 17/11/2020 19h41

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   233  

Il n’y a en effet pas que des adeptes de la methode Montessori en EIF.

Je rejoins cependant un peu Gunday, cette réforme ne traitement pas vraiment le fond du problème et risque d’impacter de nombreuse famille pour qui c’est un plus.

Ceci dit, je pense que cette loi va pousser ces enfants vers des écoles hors contrat, soit de type "Montessori" (ou éducation alternative) soit de type communautaire (religieuse ou pas).

Quant à la DUDH, quelle est sa portée juridique réelle ?

Dernière modification par AleaJactaEst (17/11/2020 19h44)

Hors ligne Hors ligne

 

#17 17/11/2020 20h06

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@AleaJactaEst : La DUDH prise individuellement n’a en effet pas de valeur juridique, mais la Convention Européenne des Droits de l’Homme dont la France est signataire en a (et c’est donc via cette même CEDH qu’est introduit le Droit d’Asile etc…).

J’ai insisté sur ce point car je ne doute pas que si quelqu’un suggérais que notre gouvernement supprime (ou suspende) le Droit d’Asile pour la sûreté nationale et le bien de tous, il se ferait à juste titre agonir d’injures.

Ces 3 derniers pourcents d’élèves instruits chez eux représentent une menace beaucoup plus grave et urgente pour notre pays, ce qui justifie totalement d’aller contre l’esprit (effectivement, pas la lettre) de l’article 26.

Heureusement qu’il y a un adulte responsable pour siffler la fin de la récré.

Dernière modification par doubletrouble (17/11/2020 20h09)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 17/11/2020 23h41

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

Romain a écrit :

et pour le bien des enfants le gouvernement siffle la fin de la récré. Difficile de leur donner tort et politiquement le courant est très minoritaire dans l’opinion publique.

Avez vous écouté le discours du 2 octobre ?
Ou lu la transcription écrite que j’ai partagé auparavant ?
On parle du risque de créer des terroristes, car c’est bien connu, les enfants en ief finissent tous terroristes!

Au passage, la fin de la récré, d’accord, mais pour rappel, l’ief existe depuis aussi longtemps que l’école publique.
Donc on supprime aussi l’école publique ?
En y réfléchissant, c’est pas l’école publique la nouveauté ?
Car avant l’école publique, c’était pas des précepteurs et l’instruction au sein des familles?

Au passage, vous avez un biais : votre expérience (en investissement, on vise le factuel et non l’impression)!
Oui, il y a des complotistes en ief, et même des antivax (qui n’ont d’ailleurs pas le droit de scolariser leurs enfants…).
Mais prenons un cas simple : la terre plate : 9% des français y croient (sondage ifop).
Je vous laisse me rappeler le %age de personne concerné par l’ief ?
Donc bon, les complotistes et théorie fumeuse, y a pas qu’en ief.
Sauf un détail : en ief l’enfant doit avoir acquis des connaissances, c’est une obligation légale (obligation de résultat).
A l’école, c’est une obligation de moyen, donc le gosse qui est persuadé de la terre plate, pas grave!

Pour finir, il y a 2 messages, vous assimiliez les clients de l’homéopathie avec les sectes, maintenant que j’ai tourné l’argument en ridicule, vous parlez des antivax et des complotistes.
Je n’ai pas envie de jouer au chat et à la souris argumentative.
Donc je vous laisse à vos croyances.
Si vous êtes persuadé en votre âme et conscience qu’il est urgent de supprimer des droits constitutionnelles, car les français ont beaucoup trop de liberté, et qu’il faut sonner la fin de la récré, qui suis-je pour vous détourner de votre croyance et de votre rédemption ?

AleaJactaEst a écrit :

Je rejoins cependant un peu Gunday, cette réforme ne traitement pas vraiment le fond du problème et risque d’impacter de nombreuse famille pour qui c’est un plus.

Le problème est qu’il est assez difficile d’avoir des chiffres.
Il y a énormément de cas différents, et l’EN qui est la mieux placé pour faire des statistiques n’est pas très motivé à en fournir.

Dans les débats, l’ief réactionnel est rarement évoqué. C’est un choix souvent lié à un problème lié à l’école, harcèlement entrainant une déscolarisation d’urgence de la part des parents, démotivation car enfants différents (HP, TDAH, dys-, etc).
Des situations qui ne rentrent pas dans le cadre du CNED reglementé, mais des enfants à qui l’ief offre une porte de sortie.

Bref, avant, on avait l’option de sortir les enfants de l’école si ça se passait mal.
L’année prochaine, on risquera amende puis prison si on souhaite aider ses enfants…

Hors ligne Hors ligne

 

[-3]    #19 18/11/2020 06h22

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   476  

Le cas d’enfants arrêté pour apologie de terrorisme a eu lieu à Albertville début Novembre 2020.

Il s’agit d’enfant de 4 ans à 10 ans qui ont eu des propos par mimétisme ou autre raison qui les ont conduit à une arrestation par la police.

Aucun avis ni opinion de ma ma part , je relate un fait qui a eu lieu.
On trouve les sources facilement sur internet.

Message édité par l’équipe de modération (18/11/2020 07h57) :
1 très grossièrement hors sujet (quel rapport avec l’IEF)
2 pas de source (est-ce si difficile de mettre un lien/source ?)
3 information à nouveau partiellement fausse, il n’y a pas eu d’enfants de 4 ans mais 4 enfants de 10 ans dont 1 mise hors de cause et 3 se sont excusés de leur menace de mort auprès d’un professeur source
Reprenez-vous, ça devient du grand n’importe quoi


Le lien est avec le commentaire de Gunday au dessus tout simplement

Gunday a écrit :

On parle du risque de créer des terroristes, car c’est bien connu, les enfants en ief finissent tous terroristes!

Effectivement j’ai vu rapidement l’info début novembre ce sont 4 enfants de 10 ans.

Dernière modification par Philippe30 (18/11/2020 09h29)


Rentier profitant tranquillement de la quiétude de la vie entre soleil et montagne

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #20 18/11/2020 09h33

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

Comme presque tout a été dit et que chacun pourra se faire son opinion, je voudrais finir ma contribution à ce débat par un post complètement subjectif et personnel.

Ce débat et celui qui rage sur le coronavirus dans l’autre file me semblent souffrir de deux points de blocages similaires :
- l’amalgame entre un problème, et la réponse politique qui y est apportée, ce qui donne lieu sans arrêt à de fausses dichotomies (du style vous êtes contre cette mesure politique, donc vous êtes irresponsable vis à vis du problème) - sans considérer la palette de réponses politiques alternatives possibles.
- la déférence exigée envers "les experts", sans avoir le moyen de départager soi-même leurs compétences, ce qui aboutit à un concours de popularité ou consensualité.

Le second point m’étonne particulièrement, parce que s’il faut écouter les experts, "croire en la science", on devrait fermer ce site ! Nous ne sommes ici qu’un ramassis d’anonymes, sans compétences vérifiables, s’échangeant entre eux des avis non certifiés et potentiellement dangereux sur la meilleure gestion de notre argent. S’il faut s’en remettre aux professionnels, je devrais liquider immédiatement mon PEA et demander une gestion "pilotée" à mon conseiller bancaire - et je devrais effacer sans délai ma file de portefeuille, bourrée d’opinions irresponsables qui pourraient causer la ruine de l’innocent qui les prendrait au sérieux !

"Croire en la science", en voilà une injonction anti-science s’il en est. Le principe de la méthode scientifique, c’est les conjectures et réfutations, c’est ce qui reste debout quand on a tout essayé pour le faire tomber. "Croire en la science", c’est de la superstition, et pire que ça, une soumission aveugle au consensus, donc anti-progrès. Le consensus, c’était l’aristotélisme et le procès de Galilée, les saignées et les humeurs, l’ether, Lavoisier exécuté par Marat parce que "la République n’a pas besoin de savants". Quand un politicien dit fièrement qu’il croit en la science, on peut traduire ça par : "J’ai aboli tout sens critique pour me couvrir si ça tourne à l’eau de boudin : ce sera de la faute des blouses blanches". Et l’école, dans sa version officielle, c’est la transmission du consensus.

Si je m’étais contenté de "bien travailler à l’école" et "d’avoir des bonnes notes" j’aurais une vie bien différente de celle que j’ai aujourd’hui. Je suis devenu informaticien car j’ai eu la chance que mon père ramène un jour à la maison un 386DX 33mhz avec MS-DOS et Windows 3.11, et que je me sois amusé à programmer cette machine pendant mon temps libre, en dehors de l’univers semi-carcéral de l’école (la sonnerie, attendre en rang, les punitions arbitraires, l’autorité qui se prend bien trop au sérieux, la promenade pendant 10 minutes 2 fois par jour ponctuée de coups de sifflet…).

Lorsque j’ai eu internet,  j’ai eu accès au meilleur professeur du monde. Internet, où tous les livres, outils, avis et opinions étaient librement publiés ou piratés, avec la possibilité de tout tester, croiser, vérifier par soi-même, gratuitement si l’on ne compte pas son temps, pour distiller la connaissance la plus pure. Un professeur a ses qualités et ses défauts, combinez-en une douzaine, une centaine, et vous vous approchez asymptotiquement de la vérité. Pendant ce temps, ma prof de math me disait fièrement que je ne serais jamais programmeur, car mes notes n’étaient pas assez bonnes.

Au final, tout ce que j’ai appris de lucratif je l’ai appris en dehors des murs de cette institution.

Ce que j’ai appris à l’école, et c’est pour ça que je suis malgré tout favorable à la scolarisation à 6 ans, c’est un savoir vivre. Intéragir avec les autres enfants et le système. Surtout en ZEP, où la farce qu’est le système scolaire est plus évidente que dans les établissements plus huppés qui peuvent faire illusion en se drapant dans une excellence factice. J’y ai appris à faire profil bas, à bavarder avec mes co-détenus sans me faire prendre, à avoir des dispenses de complaisance pour le sport, à en faire le moins possible pour la meilleur note possible, à ne pas obéir aveuglément à une figure d’autorité, à juger les gens sur leurs actes, à être solidaires face à l’oppresseur, à faire contre mauvaise fortune bon coeur.

Même à 30 ans passés, certains matins je suis encore surpris par une bouffée de joie fugace à l’idée de ne plus devoir aller à l’école. Que c’est bon d’être un adulte, libre ! et avec suffisamment de "Fuck you money" pour ne pas avoir à souffrir l’arbitraire de petits chefs. La vie est trop courte et trop belle pour la gaspiller au gré des caprices de gens sérieux.

Dernière modification par doubletrouble (18/11/2020 09h47)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #21 18/11/2020 14h43

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2353  

L’avant-projet de loi est disponible. Projet de loi séparatisme : le texte de l’avant-projet de loi (cliquer sur "projet de loi" pour accéder au texte complet).

Résumé de ce qui concerne le thème discuté ici :

20minutes a écrit :

Encadrement de la scolarisation à domicile

Concernant le volet éducatif de ce projet de loi, le gouvernement entend lutter contre les écoles clandestines et contrôler la scolarisation à domicile. Selon l’article 18, tous les enfants âgés de 3 à 16 ans auront l’obligation de fréquenter un établissement d’enseignement public ou privé, sauf « pour des motifs très limités tenant à la situation de l’enfant ou à celle de sa famille ». Pour les enfants scolarisés à domicile, un identifiant national leur sera attribué « pour permettre aux autorités académiques de s’assurer qu’aucun enfant n’est privé de son droit à l’instruction ».

Concernant les écoles hors contrat, l’article 21 du texte de loi devra permettre de fermer des « établissements illégalement ouverts » ainsi que des établissements privés présentant des « dérives » ou des « manquements graves », « dans les meilleurs délais ». « J’ai remarqué que dans certains quartiers, il y a plus de petits garçons que de petites filles alors que statistiquement on sait que plus de petites filles naissent », a justifié Gérald Darmanin auprès du Figaro. « C’est un scandale de ne pas voir ces petits "fantômes" de la République ni à l’école laïque, ni à celle sous contrat et ni même à l’école hors contrat », a-t-il ajouté, assurant vouloir « sauver ces enfants des griffes des islamistes ».

Si j’ai bien lu et compris, et si le texte final de la loi est similaire, ceci ne devrait pas détruire l’IEF, ni menacer de liberté au niveau de l’IEF, ni remettre en question la DUDH.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#22 18/11/2020 17h09

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

GoodbyLenine a écrit :

Si j’ai bien lu et compris, et si le texte final de la loi est similaire, ceci ne devrait pas détruire l’IEF, ni menacer de liberté au niveau de l’IEF, ni remettre en question la DUDH.

Merci pour le partage.
De ce que je comprends du texte, l’ief est interdit.
Seul possibilité : celle existantes actuellement ouvrant l’accès au CNED réglementé : maladie reconnue, sportifs de haut niveau, itinérance, et quelques autres cas.
Donc instruction à domicile sous l’égide de l’EN, et non tout à fait instruction en famille.

Quand à la fermeture des écoles illégales, la loi le permet déjà donc, rien de nouveau sur cette partie du texte.

Après la loi est assez large, ça va de la succession avec régime étranger, au lieu de culte en passant par l’école.

Le texte complet.
J’aime bien la phrase : si l’état ne répond pas ça signifie non.
Qui ne dit mot s’oppose.
C’est pas l’inverse habituellement avec les services publiques ?

Hors ligne Hors ligne

 

#23 18/11/2020 17h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

Effectivement, les Articles 18 et 19 sont brutaux. Si cette loi passe en l’état, c’est clairement la fin de l’IEF.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#24 19/11/2020 07h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

Coronavirus : les masques transparents arrivent au compte-gouttes dans les crèches et écoles maternelles

Anne, institutrice en petite section à Blois a écrit :

Dans sa classe, les enfants âgés entre trois et quatre ans apprennent à parler : «une étape essentielle dans le développement de l’enfant», ajoute la maîtresse. «Parfois j’enlève mon masque pour qu’ils me comprennent et je vois bien que le contact est rétabli.»

Le Figaro a écrit :

«Il y aura des conséquences, c’est évident», s’inquiète Julie Marty-Pichon, présidente de la Fédération nationale des éducateurs de jeunes enfants (FNEJE). «On ne sait pas encore combien, comment exactement mais c’est certain que ces enfants souffriront de troubles plus ou moins légers dans l’apprentissage de la parole ou dans la création d’un contact avec autrui», complète l’institutrice de petite section dans l’Ariège.

Et dire que tout ce cirque pourrait être évité[1] simplement en laissant bébé aux bons soins de son parent 1 ou parent 2. Mais lutter contre le terrorisme vaut bien quelques "troubles plus ou moins légers dans l’apprentissage de la parole ou dans la création d’un contact avec autrui", et ça fait marcher l’économie : on va "régler" le problème avec des masques jetables lavables 30 fois.

École à domicile : vives tensions entre Matthieu Belliard et Gérald Darmanin sur Europe 1 

Visiblement, il y a des complotistes jusque chez Europe 1. Où va le monde ?

Plus sérieusement, une obligation de scolarisation à 6 ans m’irait très bien. A cet âge l’enfant s’est déjà construit et est prêt à affronter les absurdités du monde des adultes et y trouver sa place. Arracher des enfants de 3 ans de leur cocon familial quand ils ont la chance d’en avoir un, c’est pousser le nivellement par le bas à des profondeurs inédites.

[1] Ou pas : Faut-il demander aux enfants de porter le masque à la maison ?


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #25 19/11/2020 07h49

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   220  


Pour faire la comparaison avec nos voisins,

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur