Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+1]    #1 24/08/2020 13h01

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

Bonjour à tous,

Etant Français non résident vivant en Asie du Sud Est, et ayant des liquidités à placer (déjà bien investi en actions, obligations et SIIC), je réfléchissais depuis un moment à investir en SCPI mais j’étais rebuté par l’imposition.

Mais l’explication de Yannou77 sur la file de MrDividende m’a donné quelques idées que je voudrais vous soumettre.

Le but serait d’avoir un portefeuille de 100k de SCPI (crédit 15 ou 20 ans)
25k Immorente (diversifiée, fonds de portefeuille et déduction des intérêts d’emprunt)
25k Pierval Santé (je n’ai pas de santé dans mon portefeuille de SIIC, plus imposition sur juste la moitié des revenus)
25k Eurovalys (bureaux en Allemagne qui complètent mon investissement sur Vonovia, faible imposition)
25k Novapierre Residentiel (résidentiel parisien qui vient compléter mon investissement sur immobilière Dassault, capitalisation)

En SIIC, j’ai aussi du résidentiel, de l’industriel, du storage, du warehouse, du data center et un peu de commercial en Amérique du Nord et en Europe.

Avec le portefeuille de SCPI mentionné ci dessus, mon but est de diversifier mes actifs, profiter du levier d’emprunt tout en ayant une fiscalité neutre en déduisant les intérêts d’emprunts (Novapierre Résidentiel, Immorente et un peu Pierval) des revenus français.

Comme j’ai un profil compliqué (non résident avec contrats locaux de consultant et prof à la fac équivalents de CDD répétés), j’ai la possibilité de faire l’apport sur la partie non déductible (Eurovalys, Pierval si besoin) en espérant que ça rende le dossier plus viable pour la banque.

Mes questions pour les membres chevronnés sont les suivantes:
_ Voyez vous des red flags sur le projet?
_ Quelle est la meilleure approche de la banque : demander 100k d’emprunt et négocier ensuite l’apport? Passer par un courtier/cgp pour obtenir les 4 scpi souhaitées plutôt que les scpi de la banque?

Merci à tous!

A la Moderation: pourriez vous m’aider à changer le titre en "Portefeuille SCPI"? Merci!

Dernière modification par Liberty84 (24/08/2020 13h41)

Mots-clés : non résident, portefeuille, scpi (société civile de placement immobilier)

Hors ligne Hors ligne

 

#2 26/08/2020 13h29

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

Pour le suivi, après étude, j’ai renoncé à investir sur Novapierre résidentiel. Si j’ai bien compris le rapport de la SCPI:

_ les 2/3 des actifs actuels sont des biens "loi 1989 maintenables" c’est à dire loués à des personnes agées à faibles revenus et protégées contre une fin de bail. Cela permet à la SCPI d’acheter les biens avec une décote mais difficile de pouvoir projeter quand le bien sera "optimisé". Finalement, je trouve ç assez proche d’un viagier.

_ difficulté à réinvestir : seulement 3.5M en 2019 sur des appartements en viagier avec décotecde 30%

_ cession des biens à forte plus value (12M de cession pour 6M de prix d’achat y compris des biens ayant fait x5, x8, x10). En soi, c’est le principe de la scpi et c’est poussé par l’asymétrie vendeurs/acheteurs, mais vendre les biens avec la plus forte plus value (qui sert pas mal pour le marketing aussi, qui n’est pas attiré par un 10 bagger) avec en face des biens achetés avec un potentiel moindre… j’ai peut être tout faux, mais j’ai l’impression que la "gourde" va se vider au cours des 10 prochaines années. Du coup ça peut être positif pour les porteurs actuels mais pas forcément pour souscrire maintenant.

_ mon but était de diversifier en actifs prime résidentiels parisiens et même si la scpi est investie à 80% à Paris, les profils loi 1989 ce n’est pas ce que j’avais en tête.

Du coup, je regarde d’autres actifs de capitalisation type capimmo mais pour l’instant je n’arrive pas à trouver le détails de leurs actifs (à part les exemples dans le bulletin trimestriel mais je voudrais une liste complète).

Dernière modification par Liberty84 (26/08/2020 13h30)

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #3 11/11/2020 06h51

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

Je vais commencer à lister les actions de mon portefeuille. Comme j’en ai plus de 200, je le ferai en plusieurs fois.

Aujourd’hui, je vais lister mon portefeuille de REIT. J’ai en fait deux portefeuilles de REIT, un de croissance et un de rendement. N’ayant pas (encore) d’immobilier en direct et étant peu enclin aux SCPI (même si j’ai un peu d’Eurovalys), les REIT sont pour moi une manière pratique d’être exposé à l’immobilier, par la possibilité de diversifier les secteurs et les sociétés (je crois que je bats Betcour avec près de 60 REIT en portefeuille) et pour arbitrer l’impact sur le cours et l’impact sur les résultats (je suis rentré dans la plupart des REIT post covid). Je privilégie les REIT avec une résistance ou croissance structurelle.

Voici pour débuter le portefeuille de REIT de rendement. Je privilégie les REIT canadiennes et singapouriennes pour la faible retenue à la source (15% au Canada, 0% à Singapour). Les sociétés américaines sont peu présentes dans le portefeuille REIT de rendement car lourdement taxées pour moi.

EUROPE

Unibail : la plus grosse des commerciales européennes, et je suis très intéressé par la stratégie pure player européen poussée par le nouveau trio. J’étais rentré dessus il y a quelques années, puis sorti avec le déclin structurel, rerentré post trio.

Icade : diversifiée, avec un tilt sur la santé.

Covivio : diversifiée, 45% bureaux, 25% résidentiel et 25% hôtellerie.

Altarea :  diversifiée avec un tilt résidentiel (revenus : 3B en 2019, 70% résidentiel, 20% bureaux, 10% commerces).

ETATS UNIS

Simon Property Group : la plus grosse commerciale US, aussi gros actionnaire d’Unibail et Klepierre

EPR Properties : opère des parcs d’attraction (Six Flags), des stations de skis et des cinémas (plus de la moitié des revenus)

Park Hotel & Resorts : la deuxième plus grosse REIT hôtelière US, elle gère les hôtels Hilton suite au spin-off de 2017.

MGM Growth : REIT investie essentiellement dans les casinos.

Ryman Hospitality : REIT qui manage le Grand Ole Opry, la mecque de la country music, le Wild Horse Saloon et des resorts sous la bannière Gaylord (gérés par Marriot). Ils gèrent aussi des radios et des chaînes de TV.

CANADA

Riocan : la plus grosse commerciale canadienne, avec une stratégie intéressante de conversion de certains espaces commerciaux en résidentiel.

SmartCentres : la deuxième commerciale canadienne, mais contrairement à Riocan elle gère des galeries commerciales autour de supermarchés, donc plus proche de Mercialys ou de Carmila.

Dream Industrial : REIT canadienne essentiellement investie dans la logistique, essentiellement au Canada (75%) avec un peu d’US (15%) et d’Europe (10%).

Nexus Properties : une petite capi (200M) avec un mix bureaux et commerces (surtout banques et supermarchés).

ProReit : une autre petite capi (200M) bien diversifiée (bureaux, industriel, commerce).

TrueNorth Commercial : contrairement à ce que laisse supposer le nom, la REIt est essentiellement investie en bureaux avec pour locataires des agences gouvernementales et des sociétés internationales. Capitalisation de 500M.

Northwestern Health properties : Une REIT de 2B spécialisée dans la santé (cabinets, labos, bureaux) au Canada et à l’international (Allemagne, Brésil, Australie, Pays Bas).

Inovalis : REIT cannadienne qui investit en IDF et en Allemagne, essentiellement dans les bureaux.

SINGAPOUR

IREIT Global : petite REIT (400MUSD) qui investit dans les bureaux en Allemagne

Cromwell Europe : REIT qui investit dans les bureaux et la logistique en Europe.

EC World : petite REIT (400MUSD) qui investit dans la logistique en Chine.

Aims Apac : Reit qui investit dans la logistique et l’industriel à Singapour.

Capitaland Retail China : une REIT d’un des principaux promoteurs , investie dans les centres commerciaux chinois.

Ascendas India : une autre REIT de Capitaland, qui investit dans les Tech Parks en Inde.

Mapletree North Asia : REIT qui investit (bureaux et centres commerciaux) à Beijng, Shanghai, HK, Tokyo et Seoul .

Frasers Logistics : REIT qui investit en logistique, essentiellement en Australie et en Allemagne.

Dernière modification par Liberty84 (11/11/2020 08h23)

Hors ligne Hors ligne

 

#4 11/11/2020 08h32

Membre
Réputation :   1  

Bonjour Liberty84,

Pour les actions canadienne, les avez-vous acheté par lot de 100 ?
Je rencontre ce problème actuellement chez mon courtier, achat possible mais avec un multiple de 100.

Jolie portefeuille diversifié, merci pour le partage ;-)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 11/11/2020 08h39

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

Bonjour Benji21, est-ce que votre courtier est Degiro?

J’avais le même problème quand je les achetais sur Degiro, mais je suis passé sur IB où la quantité est libre (et où ils appliquent la bonne retenue à la source, chez Degiro ils prenaient 25%). A noter aussi que Degiro bloque sur certaines REIT, Proreit par exemple qu’ils ne souhaitent pas lister.

Ceci dit, avec le prix unitaire de ces REIT canadiennes, l’achat par paquet de 100 reste gérable même si ça ne facilite pas la précision.

@ Corran, je confirme, nous avons de nombreuses valeurs en commun. Sacrée évolution de portefeuille en 4 ans!

Dernière modification par Liberty84 (11/11/2020 09h43)

Hors ligne Hors ligne

 

#6 11/11/2020 10h10

Membre
Réputation :   1  

Oui c’est bien Degiro !

Il est vrai que les achats en lot de 100 pas simple pour la précision et la répartition, surtout pour un petit portefeuille.
Je vais regarder du coté de chez IT ;-)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 12/11/2020 16h33

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

On continue avec les actions croissance Europe du Sud :

ESPAGNE

Solaria Energia : une petite société d’énergie verte, spécialisée dans les fermes solaires essentiellement en Espagne et en Italie.

ITALIE

Falck Renewables : une autre petite société énergie verte, spécialisée dans le solaire et l’éolien en Europe et aux US

Ferrari : pas besoin de la présenter.

Amplifon : société spécialisée dans les aides auditives

Diasorin : société spécialisée dans les diagnostics médicaux

Campari : société spécialisée dans les alcools.

Je regarde aussi Cellnex, Immobiliara Colonial (une alternative intéressante à l’achat de la Foncière Lyonnaise, dont elle est le principal actionnaire, avec des bureaux en Espagne en sus), Moncler, Pharmanutra, A2A, Recordati, Inwitt, sans avoir appuyé sur la gâchette jusqu’à maintenant.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #8 12/11/2020 17h09

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   567  

Liberty84, le 11/11/2020 a écrit :

.

@ Corran, je confirme, nous avons de nombreuses valeurs en commun. Sacrée évolution de portefeuille en 4 ans!

Mon portefeuille en ligne n’est plus du tout à jour !
J’ai initié près de 350 lignes cette année et supprimé ou allégé une bonne cinquantaine et n’ai pas eu le courage de tout reporter dans le fichier

Sur vos valeurs du sud de l’Europe
J’ai Cellnex (initiée à l’été, pas très bon timing), Recordati (que j’avais préférée à Diasorin…) , Moncler, Amplifon (initiée au printemps sur CTO, reportée récemment sur PEA) , Pharmanutra (initiée en février payée 20% plus chère que quand je la voulais à cause de la lenteur de Binck)
Campari jamais voulu sauter le pas, toujours trouvée trop chère vs la croissance et la rentabilité ; de plus très soumise à la mode du spritz

Pour compléter le sud de l’Europe
L’Espagne est avare en valeurs de croissance en-dehors de Cellnex depuis qu’on ne peut plus compter sur Amadeus et Aena
Il faut donc aller chercher dans les small small caps, j’en ai 3 :
- Lleida Networks, reprise sur la file de Croissanceverte
- Izertis
- Agile Content

L’Italie est bien plus riche, outre celles que vous avez identifiées (en gras en portefeuille) :
- Wiit, qui est ma première position en PEA, 4-bagger en 18 mois
- La star Sesa ; découverte fin 2019, je pensais qu’elle avait retrouvée sa juste valeur à 50€. La violence de la première vague en Italie m’a dissuadé d’y aller au printemps ; depuis je regarde passer le train, mais je vais finir par y aller
- Tinexta, bien connue du forum. Hélas toujours pas référencée PEA chez binck et depuis le Covid j’ai abandonné tout espoir de réponse chez eux
- Reply
- Digital value
- Be shaping the future

Ces trois valeurs œuvrent, comme Sesa et Tinexta, à la digitalisation de l’Italie. J’ai récemment initié des positions sur les 3
- Gruppo Mutui Online
- Alerion cleanpower
- Sol (identifiée par doubletrouble), qui malheureusement n’est pas récompensée pour sa croissance rentable avec un cours qui stagne depuis 2017, probablement trop marquée du fer "Italie". Évidemment c’est aujourd’hui que j’écris ce message que le titre décolle big_smile
- Zignago vetro (sauf 2020 au contexte que l’on connaît mais le 2ème semestre voit repartir la croissance)

Avec des bémols compte tenu du contexte, 3 big caps qui hors Covid sont sur des trajectoires de croissance et versent un coupon généreux :
- Poste Italiane, eh oui. Contrairement à son nom, 80% du CA est réalisé dans la gestion d’actifs/épargne bancassurance
- Enel, premier producteur mondial d’électricité renouvelable + participation dans openfiber
- Azimut holding, asset management

Dernière modification par corran (12/11/2020 20h09)

Hors ligne Hors ligne

 

#9 12/11/2020 17h20

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   746  

Bonjour Liberty,

Vous êtes client chez quel courtier(s) ?

Hors ligne Hors ligne

 

#10 12/11/2020 17h24

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

@ Corran
Ce serait intéressant de voir la nouvelle mouture! Même en supprimant une cinquantaine d’anciennes lignes, avec 300 nouvelles lignes vous devez être largement au delà de 500 lignes? Dans tous les cas, la croissance du montant de portefeuille en quatre ans est impressionante (triple?), y a t’il eu beaucoup d’apports?

Je m’étais aussi interrogé sur certaines de vos lignes avec un fort investissement initial comme Intesa Sanpaolo ou Coty. Je suppose qu’à l’époque de l’achat c’est le rendement qui était recherché, mais peut être font elles partie de celles qui ont été purgées?

@ Lopazz
Je suis essentiellement chez IB, avec un mon etf oblig emergentes et quelques actions chez DeGiro. Je suis en train de regarder pour passer mes foncières françaises chez Boursorama (je suis client bancaire) ou un autre courtier capable de faire la bonne retenue.

Dernière modification par Liberty84 (12/11/2020 17h48)

Hors ligne Hors ligne

 

#11 12/11/2020 17h40

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   567  

Intesa était un pari value, avec un fort rendement pour patienter. J’ai allégé un peu en mars au début de la dégringolade, il me reste 4000 titres, dont je compte bientôt me séparer. J’ai définitivement abandonné les banques européennes, le marché ne récompense pas les bonnes performances et punit ultra violamment le secteur à la moindre fébrilité

Coty c’était un pari sur la réussite de l’intégration de la beauté P&G, le dividende aidant à être patient. Pari qui a mis bien trop longtemps à se concrétiser mais qui avait enfin porté ses fruits avec un Q4 2019 tonitruant et enfin à la hauteur des espoirs. On connaît la suite ; je conserve néanmoins (le dernier quarter est plutôt pas mal), mais le coût d’opportunité est trop important et compte m’en séparer autour de 6$50, soit avec 50% de MV

Sur la taille du portefeuille, il y a eu un gros apport en 2017. Ma performance globale est négative depuis 2016 (belle leçon d’humilité), la chute tellement brutale de mars m’ayant obligé à couper mon levier en concrétisant beaucoup de MV. Avoir une exposition globale à Unibail de 50k en début d’année à cause de la vente de 2 puts  à échéance septembre 2020 n’a pas non plus aidé.

Dernière modification par corran (12/11/2020 17h44)

Hors ligne Hors ligne

 

#12 12/11/2020 17h49

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

Merci pour ces nouvelles idées! Avez vous des critères de sélection prédéfinis?

Il semble que vous plantez des graines là où vous voyez du potentiel ce qui regroupe du growth, du momentum, du recovery et value?

Pour moi par exemple, j’aime beaucoup ZV mais la croissance n’est pas assez forte pour rentrer dans ma short list. Digital Value a l’air top mais je sélectionne généralement avec un track record plus long.

A contrario, Campari est une mini ligne parce que j’aime faire quelques "séries Monopoly" (ex: Campari/ Pernod Ricard/ Diageo/ Brown Forman (+LVMH) ; ou LSE/ Deutsche Borse/ Euronext/ TSX/ Ndaq/ ICE)

Sur les banques, je suis d’accord avec vous, les seules opportunités que je vois sont dans les émergents (Inde, Indonésie, …) disponibles à Francfort.

Je suppose que l’essentiel de la MV provient des plus anciennes lignes? Parce qu’en regardant le google sheet en ligne, vous avez aussi beaucoup de belles sociétés et avec de très beaux PRU.

Enfin, auriez vous le ticker ou l’ISIN de Be In Shape, je n’arrive pas à le trouver via google.

Dernière modification par Liberty84 (12/11/2020 18h08)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+1]    #13 12/11/2020 18h41

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   567  

Ticker BEST, en toute humilité smile
C’est de ma faute, j’ai écorché son nom, c’est Be shaping the future.

J’ai longtemps eu une approche trop value, due à mon experience de financier d’entreprise où tout projet qui n’a pas un payback sur 5 and voire 10 ans max (donc dans l’univers action un P/CF de 10) passe à la trappe.
J’avais donc tendance à écarter tout ce qui avait fortement monté dans le passé en me disant que la valeur venait déjà d’être reconnue par le marché et inversement à scruter ce qui avait chuté précédemment à la recherche de sur réactions.

J’ai aussi fait le choix d’être locataire plutôt que propriétaire et ai donc orienté une grosse partie de mon épargne en pierre papier/rendement avec la logique de payer mon loyer (alors que je n’en avais et n’en ai pas besoin), ce socle supposément stable supportant un portefeuille généraliste constitué par levier. What could go wrong?
J’ai eu quelques succès comme ça, mais globalement j’ai perdu énormément en opportunités comme ça + pris en pleine figure le covid sur les foncières de commerce et bureaux.

J’ai 2 filtres :
- ESG d’abord, donc exit énergies fossiles, armes, prisons, mines, tabac, pharma de chantage à la vie (soit à peu près toutes les big pharma)
- GARP + momentum. Donc de la croissance (topline ou EBITDA +10%/an mini), mais pas à n’importe quel prix, c’est ce qui me distingue de Scipion. Je n’achète rien qui n’a pas déjà prouvé sa capacité à générer du cash (c’est pour ça que je rentre seulement maintenant sur Roku, Square et Netflix par exemple) et où x dans l’équation P(t)/CF(t+x) = 30 se trouve dans un futur proche (disons 3 ou 4) en projetant la croissance actuelle et du levier opérationnel (croissance des CF supérieure au CA). Le momentum me sert à vérifier que ma clé de lecture est partagée par beaucoup d’autres, sachant que sur un marché comme les US (jusqu’au Russell 2000 au moins) et sur les 1000 premières valeurs européennes, il n’y a aucun avantage informationnel pour un particulier par rapport aux acteurs du marché.
Pour ces analyses, j’utilise la page finance de chaque titre sur zonebourse et lis a minima les communiqués de presse (le "spin" du management) et les comptes en détail du dernier trimestre connu (ou semestre pour les small caps)

La value ne paie plus depuis mi 2017 ; on peut le regretter, mais c’est un fait, il suffit de voir les ETF factoriels et fonds spécialisés (I&E en tête). En revanche une croissance ou future capacité bénéficiaire peuvent être mésestimées sur certaines small et mid caps

J’ai enfin une approche opportuniste sur des événements de marché, qui peut m’amener à renforcer certaines positions sur des soubresauts à la baisse non occasionnés par les fondamentaux.

Comme Scipion, je multiplie le nombre de lignes et adapte la taille des lignes à la solidité de l’entreprise (je dors bien avec 6000€ de LVMH ou Alibaba ; ma ligne Cryoport puisque j’en parle sur une autre file a été ouverte à 200€ et ne sera probablement jamais renforcée) pour limiter le risque idiosyncratique du portefeuille, mais, à la différence de lui, je n’ai aucun problème pour vendre des positions, soit que le marché me donne tort (MV >20% après au moins 2 quarters de résultats, ou le titre fait du surplace depuis plus d’un an) et à ce moment là cet argent sera mieux utilisé ailleurs, soit pour prendre mes gains quand une ligne devient trop grosse (pour reprendre l’exemple cryoport, si la ligne atteint 1000€, il est fort probable que j’en vende la moitié) ou s’est emballée ou à atteint mon cours target dans les quelques dossiers value qui me restent (IT Link, Orange, Ekinops, Miliboo, Telecom Italia notamment)

Maintenant, avec le recul, je ne referais pas le choix des titres vifs, choix que j’ai fait par méconnaissance du monde des ETFs (que je réduisais à la réplication des indices connus. Il y a suffisamment d’ETFs factoriels et sectoriels pour opérer ma sélection ESG et être investi dans les entreprises qui m’intéressent, quitte à traîner quand même quelques boulets.
Et, bien évidemment, je n’ouvrirais jamais de PEA-PME.

Dernière modification par corran (19/11/2020 16h10)

Hors ligne Hors ligne

 

#14 12/11/2020 20h01

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   567  

Sur l’Espagne j’ai oublié 2 valeurs de croissance :
- Faes Farma, dont le Covid n’a pas entamé la marche (croissance du CA à 2 chiffres, croissance du profit au double du CA), pourtant elle ne retrouve pas son niveau de début d’année
- Laboratorios Rovi, même profil, là bizarrement elle a la faveur du marché

@doubletrouble : pré covid (on parle de fin 2017 ou 2018) je trouvais Recordati moins chère (et plus grosse) que Diasorin à profil de croissance similaire. De plus, je ne sais pas pourquoi, jusqu’en avril je croyais qu’ils faisaient de la dialyse et pas des analyses… Du coup au lieu d’en prendre pendant le creux je l’ai soigneusement évitée et quand j’y ai rejeté un coup d’œil on était déjà à 150 !
Pour son éligibilité PEA-PME, pas chez Fortuneo où j’ai le mien ; et en l’absence d’autocertification de l’entreprise (qui est le seul moyen de prouver l’éligibilité), je ne vois pas comment la leur faire ajouter.

Dernière modification par corran (12/11/2020 20h16)

Hors ligne Hors ligne

 

#15 12/11/2020 20h37

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   629  

@corran : J’ai repéré aussi FAES, que j’ai gardé en portefeuille quelques mois, mais sa stagnation m’a fait craindre d’avoir manqué des paramètres "locaux" si importants dans les pays Latins comme la France ou l’Italie… Du coup j’en suis sorti pour l’instant.

FAES est une énigme pour moi : leur production d’API est intéressante dans un contexte où tout externaliser en Chine et en Inde ne va plus être possible, leurs chiffres sont excellents, à la lecture des rapports le management me semble solide ; est-ce le manque de confiance vis-à-vis de l’économie Espagnole qui la plombe à ce point ?

Je suis très intéressé par votre point de vue sur FAES.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #16 12/11/2020 21h31

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   567  

Je ne comprends vraiment pas non plus, chaque quarter bat un nouveau record de tous les indicateurs (CA, profitabilité, cash-flow), il n’y a pas de dette, une situation financière nette confortable, en toute logique on devrait tutoyer les 10€ (en considérant un flight to quality), et  on se traîne sous les 3.5€ depuis des mois avec un momentum à la baisse. La seule hypothèse que je vois, c’est la crainte du génériquage de la bilastine, mais il semble qu’on en est loin, et même, ce n’est que 30% du business et il y a de bons relais de croissance notamment en pharmacie animale.

Il va probablement y avoir un dividende de 0.20€ ou 0.22€ (en incluant le scrip en décembre) au titre de l’année 2020, soit un rendement de 6% sur une valeur dont le profit croît de 20%+/an, ce qui est absurde.
Bien évidemment, je conserve précieusement en regardant le cash s’accumuler en attendant la reconnaissance de M. le marché
Pour les lecteurs, le dernier rapport trimestriel : https://faesfarma.com/wp-content/upload … esults.pdf

Parallèlement, Rovi, qui comme je l’écris a un profil similaire, est à +50% depuis le début de d’année. Soit un coût d’opportunité de rester sur Faes vs Rovi depuis le début de l’année de plus de 80%…
Je comptais d’ailleurs alléger FAES en début d’année car la ligne devenait vraiment grosse en portefeuille, mais les résultats 2019 étaient tellement bons et les ratios encore tellement raisonnables que je n’ai rien touché…

Dernière modification par corran (12/11/2020 21h34)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 13/11/2020 04h07

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

En l’honneur de DoubleTrouble que je suis content de voir sur cette file, voici mon portefeuille de minières/pétrolières. J’ai quelques pièces d’or pour l’intérêt historique, mais les minières sont une manière indirecte d’être exposé aux métaux, l’or en particulier, pour quelques % du portefeuille.

PETROLIERES

Gazpromneft : troisième plus gros producteur russe de pétrole et filiale de Gazprom, la plus grosse société du marché russe.

Lukoil : la deuxième plus grosse société russe après Gazprom, spécialisée dans le pétrole et le gaz naturel.

Neste Oyj : raffinerie finlandaise spécialisée dans le bio diesel.

J’ai tenté de voir si Aramco était accessible sur IB mais non big_smile

MINIERES

Kirkland Lake : mines d’or au Canada et en Australie.

Evolution Mining: mines d’or en Australie et au Canada.

Northern Star : mines d’or en Australie et en Alaska.

Saracen Minerals: mines d’or en Australie.

Mount Gibson Iron : mines de fer en Australie.

Sibanye Stillwater : mines d’or, palladium et platinum en Afrique du Sud.

Polyus : mines d’or en Russie.

Polymetal : mines d’argent et d’or en Russie et au Kazakhstan.

Anglo Asian Mining : mines de cuivre et d’or en Azerbaidjan.

Chaarat Gold : mines d’or au Kyrghistan et en Arménie.

Anglo American : mines de platinum, de cuivre et de diamants.

Rio Tinto : mines de fer, cuivre, aluminium, diamants et uranium.

Dernière modification par Liberty84 (13/11/2020 08h32)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 13/11/2020 08h27

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

@ DoubleTrouble

A propos de Surgutneftegaz (merci pour l’idée!), vous aimez les compagnies sulfureuses (no pun intended)!

Pour le coup celle ci est trop entourée de mystères pour moi pour la mettre en portefeuille.

En plus, hors saillie de l’an dernier, le cours est trop peu dynamique pour rentrer dans mon portefeuille croissance, et pour le rendement j’évite les actions (je m’appuie plutôt sur une trilogie oblig/reit/cef car je considère qu’elles sont stucturellement construites pour le rendement).

Edit : réponse sur les oblig :
1.Je pense aussi qu’il faut un portefeuille important pour limiter les risques, surtout que je suis plus averse au risque crédit qu’au risque actions (je trouve le risque crédit binaire : ça passe ou ça casse, alors que sur les actions on a généralement le temps de s’adapter).
2. Du coup, j’aurais tendance à privilégier les IG (j’en ai eu) ou les étatiques OCDE mais ça ne paye plus.
3. Finalement, je n’ai pour l’instant que 2 grosses lignes IEMB (une en dollars à Londres, une en euros à Milan) ce qui finalement me convient bien. C’est diversifié (une majorité de Russie, Qatar, Oman, A. Saoudite, Brésil), c’est stable, ça paye pas trop mal et sans retenue à la source.

Dernière modification par Liberty84 (13/11/2020 10h20)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #19 14/11/2020 09h31

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

On continue avec les vendeurs de pelles dans la ruée vers l’or, une de mes "séries Monopoly", les places boursières. Ces dernières gagnent leur vies avec les commissions de transaction (typiquement >50% des revenus), les fees de listing et la vente des data sur les marchés. Les places boursières ont un quasi monopole ou duopole sur leur marché respectif.

En termes de capitalisation, les 15 plus grosses places boursières sont

1. NYSE (~25B$)
2. Nasdaq (~15B)
3. Japan Exchange Group (~6B)
4. London SE (~5B)
5. Shanghai SE (~4B)
6. Hong Kong SE (~4B)
7. Euronext (~4B)
8. Toronto SE (~3B)
9. Shenzen SE (~3B)
10. Bombay SE (~2B)
11. National SE India (~2B)
12. Deutsche Borse (~2B)
13. Swiss SE (~1.5B)
14. Korean SE (~1.5B)
15. Nordic SE Scandinavie (~1.5B)

Les places chinoises, indiennes, et suisse ne sont pas côtées. Le Nordic SE appartient au Nasdaq.

On a donc:
Le NYSE avec la majorité du marché US, contrôlé par Intercontinal Exchange (ICE)
Le Nasdaq avec la majorité des techs US, qui contrôle aussi le Nordic SE qui regroupe les pays Baltes et Scandinaves (à part la Norvège qui est dans Euronext)
Le Toronto SE pour les actions canadiennes.
Le London SE qui contrôle la City ainsi que la bourse italienne (mais cette dernière devrait bientôt passer sous bannière Euronext)
Euronext pour la majorité de la zone euro, sauf Allemagne (Deutsche Borse), Scandinavie (Nasdaq) et quelques places indépendantes (Espagne, Autriche, Hongrie)
Deutsche Borse qui contrôle Francfort pour les actions allemandes et les actions étrangères listées en euros.

Avec la numérisation et la démocratisation de l’achat d’actions, conjuguées à la croissance de la masse monétaire disponible et reportée sur ce type d’actifs, les places boursières de l’OCDE font du bon business et leur cours s’en ressent:
ICE :  ~+100% en 5 ans,
Ndaq : ~+100% en 5 ans,
Toronto SE : ~+100% en 5 ans
Euronext : ~+100% en 5 ans,
Deutsche Borse : ~+100% en 5 ans
LSE : ~+200% en 5 ans

Une autre caractéristique appréciable est la régularité et consistance de la croissance du cours de ces actions sur la dernière décennie.

A noter qu’il est aussi possible d’investir sur le Japan SE, HK SE et Australia SE mais les places asiatiques et australienne sont beaucoup moins dynamiques.

Petit bonus historique, la première bourse du monde a été établie à Amsterdam en 1602 pour la vente d’actions de la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales. En Asie, la bourse de Bombay a été établie dès 1875. En Chine, la bourse de Shanghai a été établie en 1891.

En France la première bourse officielle à Paris est autorisée par Louis XIV en 1724, quelques années après le fiasco de John Law et des premiers billets de banques.

Dernière modification par Liberty84 (14/11/2020 09h33)

Hors ligne Hors ligne

 

#20 14/11/2020 13h21

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   629  

Merci pour ces détails, en particulier IEMB ! C’est effectivement un instrument très efficace pour se constituer un panier diversifié d’obligations tout en gardant une fiscalité simplifiée.

Je viens d’être cruellement déçu en regardant Polymetal… Je l’avais écartée car listée à Londres, j’ai ensuite vu qu’elle était basée à Chypres (et j’ai donc cru que comme Atalaya, elle serait éligible PEA) avant de voir que sa registered address est à Jersey. Quel dommage, c’est une très belle minière.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#21 14/11/2020 13h58

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

Oui le trio d’actionnaires majoritaires de Polymetal me paraît solide, et ça me permet d’avoir une (petite) exposition sur l’argent.

C’est vrai que le PEA peut être un bel outil mais c’est parfois casse tête pour le choix des actions.

A part le PEA, puis je vous demander quels sont vos autres critères de sélection d’actions?

Aussi, je suis repassé par la file numismatique, car je me rappelais des dragons dollars, les prix sont devenus encore plus conséquents (et dommage pour moi il semble difficile de trouver même les moins chers désormais), ça doit représenter une très grosse part de votre patrimoine? Connaissez vous un site qui soit fiable pour en acheter (les moins chers, je suis plus intéressé par l’aspect esthétique)?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #22 14/11/2020 14h41

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   629  

Du point de vue analyse bilancielle, je n’avais pas lu Graham mais sur la file de mon portefeuille un membre du forum m’a fait remarqué avec justesse que mes critères de sélection était assez proches. Je suis donc assez exigeant sur la capacité de l’entreprise a générer des EPS en croissance, et sur le prix payé pour cette croissance. J’assouplis (ou je durcis) ces critères ensuite au cas par cas.

Du point de vue des entreprises en elles-même et de mes secteurs privilégiés, j’essaie de bénéficier de l’effet Cantillon en choisissant des entreprises dont la clientèle se compose d’organisations étatiques ou de puissants groupes, sans qu’elles ne soient elles-même controllées par un Etat. Je préfère des entreprises discrètes mais actives sur des secteurs avec une forte barrière à l’entrée : industrie de pointe, défense, certifications/assermentations difficiles à obtenir, construction ou exploitation d’infrastructures stratégiques, monopoles, réseaux de distribution ou concessions, expertise pointue dans des domaines à hauts risques (maritime, nucléaire, …). Mon objectif est d’être une sorte de remora dans le sillage des oligarques.

Pour les dragon dollars, j’ai commencé à rééquilibrer mon patrimoine en écrémant ma collection mais j’en ai toujours pour plus de 200k€. J’ai décidé de me recentrer sur les dragons du Sichuan : la province la plus amusante à collectionner du fait du très grand nombre de variétés, de leur grande rareté et du réseau relationnel nécessaire pour accéder aux plus belles pièces. Un nouveau riche peut poser une valisette de cash sur la table pour acquérir la crème de la crème des dragons du Kiangnan, mais cette approche vulgaire ne marche pas dans le Sichuan smile

Même si le marché s’est un peu calmé, il est actuellement haut. Vous aurez du mal à acheter un dragon dollar commun à moins de 500€ (Chihli 1908, Hupeh 1895, dollar impérial de 1911… en condition VF) actuellement.

Clark Smith a de belles choses à des prix honnêtes : Clark Smith, Specialists in World Gold Coins and Chinese Coins - Pandas - Unicorns
Jack T𝒰 (Jack Tu Rare Coin and Antique) et Zhou Benxin (ashdei sur eBay) sont des vendeurs fiables mais leurs prix sont élevés.
Comme vous vivez en Asie, si vous passez à Beijing vous pouvez aller au marché de Madian, en particulier chez mon ami Wang Yongli. A Hong Kong, le marché de Portland Street à Mongkok est intéressant.

Si par hasard vous vivez au Việt Nam, ces monnaies pourraient vous intéresser aussi wink :
Dragons of Annam | Dragon Dollar & Chinese Coins

Si vous recherchez un type en particulier, n’hésitez pas à me PM smile

Dernière modification par doubletrouble (14/11/2020 14h52)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#23 19/11/2020 16h18

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   567  

Puisque j’en parlais plus haut, j’ai liquidé ce jour les 3/4 de ma ligne Intesa pour finir de constituer mon portefeuille de valeurs de croissance US.
Après un beau rally vaccin Covid, Coty prend encore 15% ce jour suite à un note de Citi fixant un objectif de cours à $10. Les bons chiffres de L Brands n’y sont peut-être pas non plus étrangers.

Hors ligne Hors ligne

 

#24 19/11/2020 16h34

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

C’est un peu le problème des collectionneurs, il faut liquider certaines pièces pour en acheter de nouvelles wink Pourquoi juste les 3/4?

Hors ligne Hors ligne

 

#25 28/11/2020 10h50

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   232  

Aujourd’hui ce sera mes actions françaises… Malheureusement la liste des possibles est limitée, donc ce sera moins exotique, mais ça peut intéresser ceux qui souhaitent investir en PEA. Comme ces sociétés sont largement commentées sur le forum, je ne m’attarde pas trop sur leur présentation :

Conso de base : Robertet pour les arômes alimentaires.

Conso discrétionnaire : les 3 grandes du luxe : LVMH, Hermes, Kering et la reine des cosmétiques : L’Oreal. J’ai aussi une petite ligne Pernod Ricard.

Industrie : les 2 grandes de l’aéronautique : Airbus, Safran.

Santé: Sartorius Dim

Energie : GTT

Tech : Dassault Systemes, Pharmagest Interactive, Esker, Generix et Alten pour le soft, Soitec pour le hard.

Services B2B : Teleperformance et Edenred.

Finance : Euronext et Worldline.

REIT : Argan (data), Immobilière Dassault (bureaux primes parisiens). Je possède aussi la Foncière Lyonnaise (bureaux parisiens) via Inmobiliara Colonial.

Autres : Graines Voltz

Sur la liste mes trois favorites, pour des raisons différentes, sont LVMH, Robertet et Immobilière Dassault.

Edit suite à la remarque d’Evariste ci après.

Dernière modification par Liberty84 (28/11/2020 12h02)

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de liberty84"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur