Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+2]    #1 05/08/2020 23h06

Membre
Réputation :   24  

Bonjour,

Ici commence mon portefeuille smile

Les objectifs sont :
- Tenir une sorte de journal de bord que les membres pourront commenter, cela me permettra d’avoir des retours.
- Écrire ce que je fais et pourquoi je le fais.
- Ainsi améliorer le process de sélection des titres. (Achat et vente)
- Ce comparer à un indice ou un ETF comme le CW8.

Ce portefeuille devra à terme répondre à la question : est-ce que ça vaut le coût de continuer à faire du stock-picking ou plutôt faire de la gestion passive ?

Petite histoire de mon parcours.
Je me suis formé à l’école de Benjamin Graham, et avec les Daubasses.
Ensuite il y a eu le confinement et j’ai pu lire une quantité de livre importante sur l’investissement et la bourse.
Dont :
The Intelligent Investor - BENJAMIN GRAHAM
The-Little-book-of-Value-Investing- Vraiment top ce livre
The Intelligent Asset Allocator, Aussi super.
Les Placements de l’épargne à long terme, Merci Philippe !

Et quelques autres livre sur la thématique de l’investissement, l’entreprenariat, la frugalité, etc…
Père Riche Père Pauvre
The Millionaire Next Door: The Surprising Secrets of America’s Wealthy
The Magic of Thinking Big
Your Money or Your Life

Merci aussi aux membres du forum pour leurs interventions et l’explication de leur méthode.

-------------------------------------
Pour commencer, hier soir j’ai regardé le rendement de mon portefeuille.
Il est d’environ 8 % actuellement. Sachant que j’ai ouvert mon PEA début janvier.
Vu le temps que j’y ai passé et les faibles sommes investis, disons que je suis peut-être à 5 ou 10 € de l’heure. Ce n’est pas ouf !

J’ai téléchargé les cours de l’ETF CW8. En investissant tous les 10 jours et un peu plus pendant la période où les marchés étaient bas, j’arrive à un rendement d’environ 6 à 12 %, avec de la gestion passive et de l’investissement programmé, en investissant un peu plus quand les marchés sont bas.
C’est une simulation car je ne sais pas comment je me serais comporté avec un ETF.

Bref, pour l’instant, s’il fallait répondre à la question :
Faut-il faire de l’investissement value ou acheter des ETF ?
La réponse est il faut acheter des ETF à moins que l’investissement soit un hobbie ! Ce n’est clairement pas rentable pour moi.
Mais, d’un autre côté, on peut dire que je suis débutant et qu’il faut bien apprendre. Que c’est le coût de l’apprentissage.
En moyenne les marchés font 6 ou 7% par an.
Si lors d’une opportunité comme celle qu’on vient de vivre je ne fais que 8 %,je sens que ça ne va pas le faire.
Bref voilà un peu mes réflexions.

Mon portefeuille aujourd’hui :


C’est un peu du value avec quelques erreurs de débutants, c’est à dire les premières actions achetés, à un prix trop élevé… En fait les premières actions acheté ce n’était pas du value.
On a Total, acheté à 45€. C’est son prix.
Softimat acheté plus cher que son prix ^^, à un P/B supérieur à la moyenne des 5 dernières années.
Je crois qu’il ne faut pas que je la vende, ça me garde un bon souvenir, poignant, de ce qu’il ne faut pas que je fasse.
Et Signaux Girod aussi, acheté quand ça montait car j’avais peur de loupé la hausse. Idem pour Softimat d’ailleurs.

Je me traine donc mes premiers achats… Acheté à la hausse, puis ça a baisse depuis. Et achat avant la crise, aussi.

Bref l’idée ce n’est pas forcément de revenir sur les déboires du début, ou pas de ce post déjà assez long.

En vue en ce moment, j’ai les entreprises suivantes qui sont sous évalué :

Vicat,
Haulotte,

Peugeot,
Orange,
Publicis,
BNP,
Crédit agricole.

Il faut que je fasse un tableau pour choisir lesquelles acheter. Sachant que Publicis est endetté et qu’il y a 2 banques. Donc je serais plutôt partant pour alourdir la mise sur Vicat, Haulotte, Peugeot, et ouvrir une ligne Orange.
Orange a un potentiel de hausse de 44% par rapport à son P/B des 5 dernières années, et un PER de 8, ce qui est bien.
Mais Peugeot a un potentiel de 75%, avec un PER de 6.5
Vicat et Haulotte sont déjà bien investit dans mon portefeuille, et j’hésite à sur pondérer pour l’instant.

Bon voilà un premier jet, ça devrait s’améliorer avec le temps.
Je le relirais plus tard, désolé pour les fautes jusque là wink

Mots-clés : pea, portefeuille, value

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 06/08/2020 13h54

Membre
Réputation :   29  

Bienvenu! Pour Softimat vous aller recevoir un dividende (plus exactement une réduction du capital) donc vous pourrez réallouer une partie sans avoir à vendre.
La vrai question c’est est-ce que les rachats d’actions par l’entreprises ou les actionnaires principaux reprendront après ça?


Parrainage Boursorama, Mes placements, Bourse Direct & Binck sur demande [MP]

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 06/08/2020 19h26

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   180  

LoopHey a écrit :

Beau portefeuille, bien équilibré.

Vous plaisantez j’éspère… ce portefeuille n’a rien d’équilibré et il est relativement risqué. Ce n’est pas une critique mais je pense qu’il faut en avoir conscience (et le dire).

Mon conseil à Ares serait d’investir à minima 50% du portefeuille sur un ETF World pour diversifier. Sinon tout miser sur des moyennes capitalisations cycliques françaises dans l’automobile, le pétrole, etc… et savoir pourquoi.

En réponse à votre 1ère question Ares : "Les deux mon capitaine !". Ensuite vous nous ferez un retour argumenté (disons dans 5 ans).

Dernière modification par Michel (06/08/2020 21h22)


Who’s the more foolish, the fool or the fool who follows him?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 07/08/2020 16h17

Membre
Réputation :   24  

@Michel
Haha, peut-être en effet que je me surestime. J’espère que ce n’est pas le cas.

@Nemesis et Michel

Je crois que c’est l’occasion d’ouvrir un sujet sur cette file de portefeuille.

Il y a une question fondamentale, à mon sens.
Le marché progresse d’environ 7%/an.

J’applique le raisonnement suivant :
Si je pense faire moins bien que 7%/an, je choisi d’investir dans des ETF.

Si je pense faire environ 7%/an, j’investi aussi dans des ETF, car ceux-ci ne demandent pas de temps, il n’y a pas d’analyse de société à faire. Peut-être une heure par mois suffit pour investir ces économies mensuelles. A la façon de Rossox.
De plus, il y a du temps libéré pour faire autre chose, soit s’investir dans son travail, ou monter une entreprise en plus, comme Rossox.

Si je pense faire + de 7%/an, à partir de combien de % cela vaut-il le coût ?

C’est à dire, avec mon faible capital, mettons si je fais 14%/an (c’est pour l’exercice de pensée), combien gagnerais-je ?
700€ en plus par tranche de 10k€.

Si je passe en moyenne 1 h par jour sur les investissements, soit 365 h/an, cela fait un équivalent salaire brut de 1.9€/h (pour chaque 10k€ investi). C’est très mal payé.

A partir de 100k€, on obtient du 19€/h, c’est bien, mais pas si bien que ça, disons que c’est encore un travail rémunéré.

Bref, il y a 2 points dont je voulais parler, il faut vouloir faire plus de 7%/an pour faire du stock-picking, sinon autant prendre un ETF monde à réplication physique.
Et si notre capital est faible, il est peut-être plus rentable de faire des heures supplémentaires en attendant d’avoir un capital conséquent, sinon l’équivalent salaire que nécessite le temps passé à investir n’est pas très intéressant.

Conclusion
Même si je pense que le value peut faire mieux que 7%/an (voir les bouquins cités plus haut), je pense qu’a mon niveau de capital, il vaut mieux que je me concentre sur mon travail, ou la création d’entreprise.
Et donc investir dans des ETF. C’est le raisonnement logique auquel j’aboutis.
Ou bien réduire le temps passé à peut-être 2h par semaine, pour moi ça semble irréaliste en l’état.

J’espère avoir été suffisamment clair dans mon propos.

Dernière modification par Ares (07/08/2020 16h20)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #5 10/08/2020 00h31

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   167  

Bonjour Ares,

Votre raisonnement est intéressant et semble tout à fait rationnel: essayer de mettre un "prix" sur votre temps et le comparer au retour qu’il génère, sous forme de surperformance.

Je suis dans une situation un peu comparable à la vôtre (titres vifs, capital modeste, début d’histoire boursière), néanmoins je ne raisonne pas de la même façon: pour moi, le temps passé maintenant, même s’il rapporte moins que de livrer des repas en vélo par exemple, est un investissement, de la même manière que lire un bouquin d’investissement vous coûte d’abord du temps et de l’argent avant de vous rapporter éventuellement plus tard. Le temps passé maintenant avec un petit capital, me permet d’apprendre de mes erreurs, tant qu’elles ne me coûtent pas trop cher. J’espère ainsi faire les bons choix lorsque je gèrerais un patrimoine bien plus conséquent dans une dizaine d’années (en tout cas je l’espère), évitant ainsi des erreurs bien plus coûteuses.

Après c’est certain qu’il y a un côté hobby / loisir (voir collection) dans les titres vifs… Si lire les publications des sociétés et suivre l’actualité économique ne vous intéresse pas, il vaut probablement mieux rester sur des ETFs en passif. Personnellement je trouve stimulant et enrichissant d’élaborer des théories sur ce qui attend mes sociétés dans les mois/années qui viennent, puis de les confronter à la réalité du marché. Mais je suppose que ça correspond à une certaine tournure d’esprit :-)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 05/11/2020 11h15

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   167  

Bonjour Ares,

Compte tenu de votre approche plutôt "value", vous avez pas mal de valeurs cycliques en portefeuille, et des valeurs impactées par le covid (ex: l’aéronautique), bref des trucs pas à la mode en somme. Il est donc logique qu’en zone de turbulence, votre portefeuille baisse d’avantage que le world, qui au contraire contient des valeurs à la mode et résilientes au covid, telles les GAFAM par exemple.

Par ailleurs, covid oblige, on est à priori plutôt en bas de cycle économique, qu’en haut. Si on arrive à mater le covid et que l’économie repart, il se pourrait bien que d’ici 2 ans vous surperformiez le world, (au moins temporairement). Bref votre sélection doit avoir plus de "beta" que le world (c’est une opinion, intuitive, mais non vérifiée), et c’est censé jouer dans les deux sens… Après, il faudra bien timer la fin de cycle :-)

Tout ça pour dire, ou plutôt répéter, que la comparaison de performance ne fait sens que sur un horizon temporel long…

Bonne journée

Dernière modification par Nemesis (05/11/2020 11h16)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 05/11/2020 14h07

Membre
Réputation :   24  

Bonjour, merci pour vos réponses.

Effectivement la comparaison de performance n’a pas de sens sur du très court terme, mais il faut bien commencer quelque part, donc voilà le point de commencement, qui sera en Octobre 2020. Sachant que mes erreurs grossières du début ne portent que sur un faible montant, le reste étant quand même du value, donc ça devrait permettre de tester ce système.

Pourquoi le MSCI world ? et bien parce que c’est ce que je prendrais, ou peut être aussi un ETF S&P500. Mais pas du tout un etf sur l’europe, ni seulement sur le CAC40.
Dans les livres que j’ai lu l’investissement value fait mieux que n’importe quel indice, mais autant se comparer aux indices qui se comportent le mieux.

Concernant les courbes qui relient les points en effet je pourrais prendre des lignes, mais ça se changera pas fondamentalement ce que je cherche à observer.

Ratios

Le price to book et le price to sales sont les meilleurs ratio selon le livre "What-Works-on-Wall-Street-Third-Edition".

Sachant que les autres livres que j’ai lu, cité plus haut dans ce fil je crois, sinon me demandez, donne le price to book comme le meilleur ratios.
Comme je suis bête et méchant, j’applique cela.

Les études sur lesquelles sont tirés ces données sont des back tests réalisé avec ces simples données de ratios, me semble-t-il. Je ne vois pas pourquoi je devrais chercher plus compliqué.

Il faut cependant éviter les entreprises trop endettés.
Et l’autre difficultés majeur, et de tenir dans le temps, avec des investissements pourris, des daubasses…
Il semble que j’arrive psychologiquement à tenir, mais si je n’arrive pas à surperformer les indices, je passerais sur un ETF monde, ou S&P500. Sinon il n’y a pas d’intérêt pour moi à faire cela, bien que je me prennes au jeu, je vous l’avoue.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 05/11/2020 14h31

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   167  

Le PSR et P/B sont de "bons" ratios simplement car les ventes et l’actif nets fluctuent en général beaucoup moins d’une année sur l’autre, que le bénéfice net par exemple. C’est d’ailleurs pour ça que le PER, bien que populaire, est un "faux ami" sans prise de recul. Plus on descend dans le compte de résultat, et plus les valeurs peuvent fluctuer en fonction d’éléments conjoncturels ou exceptionnels. Ex: le bénéfice net est gonflé par la PV de la vente d’une filiale, et a doublé… Est ce que la boîte vaut le double ? Est ce qu’une  société en perte ne vaut plus rien ? etc…

Se baser sur des ratios moins fluctuants est donc une bonne idée, pour comparer.
Le piège des ratios de valorisation, quel qu’ils soient d’ailleurs, c’est de les utiliser en valeur absolue pour comparer des choses pas comparables: il est logique qu’une boîte qui génère 10 de bénéfice pour 100 de CA, avec une très bonne visibilité sur ses revenus, car son activité est défensive et elle a des contrats récurrents de long terme, sans dette, ait un PSR plus élevé qu’une cyclique endettée qui génère 2 de bénéfice pour 100 de CA et passera en perte au moindre ralentissement de cycle :-)

Utiliser les ratios pour comparer une société par rapport à son historique (et encore, plein de facteurs exogènes peuvent évoluer) ou par rapport à ses concurrents: OK ! Comparer les ratios l’Air Liquide vs Renault … hum, comment dire.

En résumé, les ratio c’est comme tout le reste: si on a du recul, que l’on comprend ce que l’on fait et pourquoi on le fait, ça fonctionne en général, sinon c’est un peu la loterie. Navré pour le côté "philo à 2 balles" :-D

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 05/11/2020 16h49

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   559  

Ares,

Si cela vous intéresse, voici la méthode que j’utilise pour se mettre en base 100 et se comparer à un indice :

Portefeuille


Pour tracer sa performance et la comparer avec un indice, il faut tout mettre en valeur de part et soustraire les apports. La méthode :

Au début, on donne une valeur de 100 au portefeuille en disant que 100 = montant initial = 10 000€ (par exemple, doit correspondre à la valeur de votre portefeuille au démarrage).

Ensuite, chaque mois nouvelle part = (nouveau montant ptf - apport du mois) / ancien montant x ancienne part.

Par exemple si le mois suivant le portefeuille vaut 11 000€ et que vous avez fait 500€ d’apport :

Nouvelle part = (11000-500)/10000 x 100 = 105.

Et ainsi de suite chaque mois.

Indice


Pour le World c’est très simple. Il suffit de dire au début que 18,98€ (prix du jour EWLD au démarrage du portefeuille) = 100 et ensuite de faire des produits en croix pour recalculer une nouvelle base 100.

Donc si le mois suivant EWLD vaut 20€ ça fait une part à 20/18,98 x 100 = 105,37

Dernière modification par MrDividende (05/11/2020 16h51)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 06/11/2020 10h49

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   501  

Ares a écrit :

Le problème de partir du début, c’est que c’est prendre en compte seulement 10% de ce que représente le portefeuille aujourd’hui, donc ça n’a pas vraiment de sens non plus.

Bien sûr que si. Calculer une valeur de part sert à évaluer la qualité de la gestion, ça n’a rien à voir avec la taille du portefeuille. Un bon gérant sur-performera avec 10, 100 ou 1000, un mauvais gérant sous-performera avec 10, 100 ou 1000.

Mais à nouveau, calculer une valeur de part pour un investisseur individuel n’a que peu d’intérêt : cette méthode permet d’isoler la performance générée par les opérations réalisées c’est à dire le stock picking, de la performance générée par l’apport ou le retrait de fonds. Ça a du sens pour les gérants de fonds qui ne décident pas quand les porteurs de part effectuent leurs versements ou leurs retraits, mais pas vraiment pour l’investisseur individuel qui, lui, a la main sur ces mouvements.

cf ce message de julien (2/7) Calcul de la rentatibilité d’un portefeuille d’actions ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 06/11/2020 10h58

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   167  

Mais si l’on fait des apports systématiques d’épargne mensuellement, en phase de constitution de patrimoine, ne se retrouve t’on pas dans la situation du gérant qui doit choisir quoi faire des fonds qui arrivent, quoi qu’il arrive (quitte à les garder cash)?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 07/11/2020 11h01

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   501  

Liberty84 a écrit :

Vous admettrez aussi que pour un petit salaire (début de carrière par exemple), il est souvent plus adéquat de chercher à augmenter ses revenus que de diviser ses dépenses, les petits revenus souffrant de dépenses peu compressibles (les propos de Loophey). Les recommendations fréquentes de Dangarcia aux jeunes investisseurs sont donc tout à fait pertinentes.

Ce que je recommande surtout c’est, quand on est jeune, qu’on a un petit salaire et un petit capital, de ne pas perdre trop de temps en gérant activement son portefeuille en vue d’obtenir une éventuelle surperformance (ou même de "suivre" son portefeuille de mois en mois, ce qui ne présente en pratique aucun intérêt autre que le plaisir de construire de jolis reportings).
Mieux vaut se contenter de la performance du marché (gestion passive) et dédier ce temps à se former ou prospecter pour augmenter ses revenus du travail.

Le calcul est simple : si vous êtes en ingénieur jeune diplômé avec un salaire de 35k€ et un capital de 100k€, il sera plus facile de gagner 5k€ de plus par an en obtenant un poste à 40k€ qu’en réalisant une surperformance de 5% sur votre capital.

Dernière modification par dangarcia (07/11/2020 11h03)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #13 17/11/2020 16h33

Membre
Réputation :   10  

Bonjour Ares,

J’ai survolé votre file. Vous vous revendiquez du value mais j’ai plutôt l’impression que vous faites du trading sur des valeurs value. :-)

J’ai l’impression que vous prenez régulièrement des décisions hâtives. Je pense qu’il vous faut travailler pour être en phase avec votre stratégie. Value, ETF ou autre, peu importe, il vous faut être capable d’être patient et croire en votre portefeuille et le laisser vivre, sinon vous allez multiplier les mouvements. C’est un biais fréquent qui pénalise les investisseurs particuliers que de vouloir sans cesse agir (je parle en connaissance de cause!).

Bien à vous,

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 17/11/2020 19h22

Membre
Réputation :   24  

@Zenithar :
Oui on peut dire que je fais du trading sur des valeurs value.
C’est vrai ce que vous dites, on est tout le temps tenter d’agir, alors que la meilleur chose à faire est peut-être de ne pas agir.
Cependant, aujourd’hui, je suis à +25% sur les sommes investis, sachant que la majorité à été investit après le pire du crack, et que ce qui a été investit avant est en perte. Donc pour l’instant, je considère que ce n’est pas délétère ce que je fais. En revanche ce n’est pas beaucoup mieux qu’un etf. Voir mon message sur la fil de Thomas69.

Mon processus d’achat est rigoureux, par contre c’est le processus de vente qui est moins bien géré pour l’instant. Cela va s’améliorer petit à petit.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 20/11/2020 13h08

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   173  

Hello,

Oui cette fameuse régression….

Il considère que sur la longue route, la valeur intrinsèque de la boite est la régression linéaire du cours.
Il dit simplement qu’il faut acheter en dessous de la régression et vendre au dessus.

Cela me parait être assez fiable mais sur des grands groupes (d’ailleurs le PF de Hiboo le confirme). Il faut quand même compléter ça par du fondamental pour s’assurer de la pérennité de la boite…

Sur les petites caps, je pense que le modèle ne peut pas être transposé.

Ce que j’avais pensé pendant un moment c’était de faire ça sur un ETF. Par exemple pour le CAC, tracer la tendance longue et acheter en dessous, arrêter d’acheter quand on est sur la droite et vendre quand on est bien au dessus.

Sinon j’ai pas d’avis, désormais je pense que seule l’analyse fondamentale fait fois…


Mon interview sur le blog du projet lynch : http://leprojetlynch.com/2020/12/loophe … -debutant/

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 23/11/2020 13h18

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   192  

Bonjour,

Votre analyse me semble intéressante, à condition de ne pas oublier les hypothèses sur lesquelles elle repose, à savoir :
- la justesse de votre modèle de prédiction des prix
- un taux de croissance du dividende identique pour les trois sociétés sur 7 ans

Pour ma part, et sans pouvoir le prouver n’ayant pas de boule de crystal, je trouve ces deux hypothèses peu fiables. Si le marché estimait que ces trois sociétés allaient évoluer de la même manière, il les valoriserait probablement sur des bases identiques, hors ce n’est pas le cas, comme vous le mettez vous-même en avant. Pensez-vous votre approche plus pertinente que celle reflétée par les cours ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 24/11/2020 08h08

Membre
Réputation :   82  

Bonjour Ares,

C’est un sujet largement débattu sur ce forum et au combien polémique au sens noble du terme et à mon sens impossible à trancher.

On trouve des exemples sur ce forum d’investisseurs dans la valeur qui surperforment durablement tout comme des investisseurs dans la croissance d’ailleurs.

Ce constat là tendrait peut être à démontrer qu’un style n’est pas forcément plus efficace que l’autre (en tout cas sur un horizon de temps très long)

A contrario le fait que pas tous les investisseurs growth et value ne surperforment (là aussi les exemples ne manquent pas sur le forum ^^) montre que des compétences très fortes sont tout de même requises dans tous les cas.

Savoir décrypter les états financiers pour éviter les value trap, savoir estimer le potentiel de croissance d’une entreprise, de son secteur, de son management et ainsi l’acheter avec un PE de 80 ou plus en toute conscience sont de vraies compétences qui ne souffrent d’aucune approche au doigt mouillé parce qu’on a lu 2 ou 3 infos sur un thème donné ou analysé quelques ratios sur un coin de table.

Bien à vous

Dernière modification par Selden (24/11/2020 08h10)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 26/11/2020 13h43

Membre
Réputation :   24  

Bon, ça fait 2 semaines que je suis liquide.
J’ai loupé :
+15% Total
+15% Fnac
+10% Accor
+10% Vicat
+20% Renault
Etc…

Le processus d’achat à l’air de bien fonctionné. Je trouve des entreprises sous-côtés, je vérifie qu’elles ne sont pas trop endetté (ou too big too fail… mais j’ai du mal quand même : ex : Renault).
Et j’arrive à acheter quand tout est dans le rouge, ce qui m’amène quand même à faire des plus-value.

Mais il y a 2 semaines j’ai décidé de vendre après une hausse d’environ 25% du portefeuille en quelques jours.
Il n’y avait pas vraiment de raison fondamental de vendre, beaucoup des sociétés en portefeuille étaient encore sous-côté.
Elles le sont toujours, pour certaines, mais un peu moins pour la plupart.
C’est difficile de ne rien faire, de ne pas agir, alors que c’est peut-être la meilleur chose à faire. Mais peut-être la plus dur… Surtout lorsqu’on ne travaille pas, on a tout le temps pour penser et regarder son portefeuille. Ce sera probablement plus facile de ne rien faire quand je serais occupé à autre chose.

La décote était encore trop importante sur plusieurs dossiers pour défendre une vente.
Maintenant je suis hors du marché et j’attends une correction qui ne viendra peut-être pas.

Achat

Danone, pas décoté à la manière de Benjamin Graham, mais si on regarde la droite de régression (voir les anciens post), Danone est à 1 Ecart Type de sa droite de régression, et elle n’est jamais descendu en dessous.
C’est une multinationale alimentaire. Les gens devraient continuer à se nourrir, je ne pense pas prendre trop de risque.
J’ai mis 10% de portefeuille pour l’instant, j’augmenterai si ça baisse. C’est la seule société qui n’est pas monté pendant le rallye haussier du cac40 il y a 2 semaines.

Objectif de vente lorsque la société sera retourné sur sa droite de régression ou l’aura dépasse, on verra d’ici là.
38% en 1 an, ou
+21%/an si vente dans 2 ans, ou
+16%/an si vente dans 3 ans.

Je pense que d’ici là se sera vendu.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #19 27/11/2020 10h42

Membre
Réputation :   85  

Bonjour Arès,

J’ai également ajouté dans mes analyses, la régression linéaire sur longue période.
Pour Danone, je suis plutôt à deux écarts type après avoir reconstitué le graphe dividendes réinvestis.
Mais il est vrai qu’une des difficultés de la régression linéaire est le point de départ qui peut fortement changer la vision que l’on a du titre.

Ainsi pour Danone depuis 1989, la régression linéaire fait apparaître une progression annuelle de 8.7% et un cours actuellement à presque 3 écarts type


Depuis 2000, , la régression linéaire la progression annuelle passe à 6.9% et un cours actuel à 2 écarts type


Je trouve cette analyse particulièrement intéressante pour éviter les value trap : si le rattrapage de valeur se fait sur 5 ans, dans le même temps le CAC aura progressé de 40% si l’on compte 7% par an. Par exemple si l’on regarde Prodware depuis 2006, la régression linéaire fait apparaître une progression annuelle de 0.1%

Donc si l’on estime qu’elle décote de 33%, autant investir sur un ETF.

C’est également intéressant pour comparer les valorisations avec celles existantes lors des précédentes crises.

Pour autant comme indiqué par d’autres, il faut que les sociétés soient matures, restent dans le même secteur d’activité et qu’il n’y ait pas de game changer.

Ajout AMF: Actionnaire Danone et Prodware

Dernière modification par RX (27/11/2020 11h52)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #20 17/12/2020 09h49

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1149  

Ne vous flagellez pas, sincèrement la remontée fantastique en si peu de temps c’était totalement imprévisible.

Pourquoi l’aviez vous vendu ?

Ce qui m’étonne davantage dans votre opération, c’est de vendre une pure cyclique qui a déjà un max dérouillée depuis trois ans, sur des niveaux de valorisation extrêmement bas, alors que la boite a prouvé dans ses publications qu’elle tenait le choc et que même si l’année serait sûrement en perte ce n’est qu’un épisode conjoncturel pour une jolie boite qui équipe de nombreux constructeurs (sans oublier le secteur industrie de son activité).

Si vous achetez des cycliques il faut que vous soyez prêt à vous prendre ce genre de descente aux enfers (de prix sur le marché, car les fondamentaux ne prévoient pas du tout la fin du monde).

Dans votre message du 17/11 vous dites l’avoir vendue à 5.15 € pour le poids de la dette si je comprends bien ? Connue depuis longtemps cette dette pourtant.

Ben Graham disait "un levier de 0.5x maxi" d’après votre post ? A combien étaient les taux d’intérêts d’emprunts à son époque ? Il faut remettre les choses dans leur contexte. wink
Et se rappeler que ce n’est pas l’equity qui rembourse la dette et paye les intérêts, mais le flux de trésorerie.

Dans le dernier RA : pas de risque de taux car moins de 10% de la dette est à taux variable.
Niveau liquidité : 37 M€ de cash dispo + 2.4 M€ d’affacturage + 9 M€ de découverts non utilisés soit environ 48 M€.
Pas de mur de dettes dans l’échéancier.

Il y a de meilleurs bilans bien sûr mais cela me semble maitrisé.

Sans oublier que l’on vit une crise si importante que l’Etat vide ses poches pour sauver l’économie coûte que coûte (PGE, chômage partiel etc…) et cela se voit dans les publications, les marges opérationnelles résistent mieux grâce à ces aides (sans oublier les plans de performance ciblés réalisés par toutes les entreprises).

Bonnes réflexions et surtout prenez le temps d’agir. smile


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Boursorama Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #21 17/12/2020 15h27

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   234  

Mon très cher Ares, vous découvrez la bourse, le temple des regrets comme on dit.

Il est très rare, voir complètement exceptionnel d’acheter au plus bas et de vendre au plus haut, c’est surtout un gros coup de chance.

J’ai justement écrit un article sur quand vendre, alléger, se renforcer… voir même une mini-étude de vente au momentum avec justement PVL comme exemple.

Comme disait Lynch, nous ne cherchons pas à avoir tout le temps raison, c’est impossible, mais à avoir plus souvent raison que tort.

Désormais arrêtez de regarder en arrière et continuez à progresser, vous êtes sur la bonne voie smile

Dernière modification par thomas69 (17/12/2020 15h27)

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions d'ares"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur