Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+2]    #1 23/06/2020 20h47

Membre
Réputation :   8  

Bonsoir,

J’inaugure la présentation et le suivi de mon (micro-)portefeuille d’actions, qui promet d’être l’un des plus rachitiques de ce forum.

Historique


Tout a commencé début 2014, quand j’ouvrai un PEA et un CTO chez Boursorama, pour prendre date.
J’y ai placé des petites sommes, et j’ai expérimenté un peu avec des fonds à 0% pendant quelques mois, investissant petit à petit, allégeant les lignes lors des montées de cours, etc.
Ces fonds rivalisaient difficilement avec leurs indices de référence, et début 2017, la montée des cours m’a fait tout vendre. J’avais dans l’idée d’encaisser mes bénéfices et d’attendre une correction des cours. Le résultat a été des années sans investissement, avec des (faibles) liquidités qui dormaient sur les livrets.

Plusieurs déménagements et un achat immobilier plus tard, le crash du covid-19 ressemblant bien à la correction que j’ai trop longtemps attendue, je me penche à nouveau début mars sur la question.
Le temps que je réfléchisse, que je revoie complètement ma façon d’investir (je ne veux plus rester sur des fonds), que je me documente et que je fasse changer la formule de mon PEA, j’ai raté une bonne partie du rebond (moralité : être toujours prêt à réagir à une opportunité), mais peu importe.

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt les évolutions de nombreux portefeuilles présentés ici, ce qui m’a permis d’avoir une meilleure vision ce que je voulais faire.
Le plus sage serait sans doute, vu le faible montant que j’ai à investir, de me concentrer sur les ETF. Pourtant j’ai choisi de partir sur un portefeuille d’actions, car cela semble me correspondre le mieux.

Voici comment je compte l’organiser :

Structure du portefeuille


- Réparti sur 2 supports : PEA (exposition EUR) et CTO (USD pour le moment)
- Avec à terme un objectif de répartition autour de 30%/70% entre les deux.
- Approche buy&hold
- Privilégiant les big / mid caps
- Mixant les entreprises value et growth, sélectionnées en fonction de mes lectures
- Nombre de ligne encore à définir, autour de 15 à 20 je pense, dans un premier temps… dans l’absolu je préfère un portefeuille trop étalé que trop concentré.
- Apport initial d’environs 5000€

Règles de gestion du portefeuille


- Alimenté par des apports réguliers, que je fixe à 250€/mois pour le moment (seulement, j’ai encore des travaux à financer par ailleurs).
- Investissements réguliers également, pas forcément à date fixe, par ajouts de lignes principalement au début, puis renforcement des lignes existantes.
- Etre investi au maximum ou presque. Ma faible expérience m’a fait prendre conscience qu’une trop grande liquidité est totalement contre-productive. Si un nouveau krach survenait, je pourrais opter pour un renforcement avec un apport exceptionnel de mon épargne sur livrets qui constituerait une avance sur les versements des mois suivants.
- Respecter une répartition sectorielle approximative même si je pense sur-pondérer volontairement certains secteurs par rapport à d’autres.
- Équilibre relatif des poids des lignes composant le portefeuille. Je n’en fait pas une règle stricte, je veillerai juste à ne pas provoquer un déséquilibre flagrant.
- Les critères de choix des renforcements sont encore indéfinis (je n’en suis pas encore à l’étape des renforcements)… Le renforcement mécanique de la valeur qui progresse le moins (façon portefeuille fictif de Shaggrath) est une idée, mais je m’autorise un peu de liberté dans ce domaine.

Objectifs


- #1 : m’amuser, apprendre, et progresser.
- #2 : L’horizon est à long terme. En terme de performance, faire mieux qu’un Livret A serait déjà une (petite) victoire. Je tiendrai une comparaison aux indices de référence pour me situer, mais je n’ai pas la prétention de faire mieux.
- #3 : essayer d’être rigoureux et discipliné, et respecter ma stratégie. L’adapter au besoin. Etre à l’écoute des remarques des plus expérimentés.

Mon PEA nouvelle formule a été prêt à l’emploi le 26 mai, le CTO opérationnel le 23 juin, presque un mois plus tard.
Le premier bilan mensuel suivra début juillet (je sais, le suspens est insoutenable).

Visiteurs, vous êtes les bienvenus, avec vos remarques, critiques, objections (et encouragements, je prends aussi) !

Mots-clés : action, buy&hold, cto, pea, portefeuille

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 01/07/2020 15h15

Membre
Réputation :   8  

Reporting #1 : juin 2020


Une fois ma décision prise de partir sur un portefeuille actions, j’ai fait le tour des possibilités en matières de banque en ligne et de courtier.
J’ai d’abord envisagé de faire un transfert de mon PEA Boursorama vers des cieux plus abordables en terme de frais d’ordre, mais en considérant les délais, et l’utilisation que je comptais faire de ce PEA (peu de transactions par an), j’ai conclu que je pouvais au moins un temps supporter des frais de 2€ par passage d’ordre.
J’ai donc changé la formule de mon vieux PEA 0% pour me permettre l’achat d’actions en direct.

Le 26 mai, j’ai donc pu mettre en place les premières briques de ce portefeuille, avec les 2139,36€ historiques.
J’ai hésité entre investir tout de suite les titres que j’avais ciblés d’un coup, ou le faire en 2 fois. J’ai opté pour la seconde option, en ouvrant d’abord 3 lignes : TOTAL, KERING, et RUBIS.
Mais alors que j’avais prévu d’attendre un mois pour la deuxième salve, j’ai fini par acheter les lignes manquante le 12/06, suite à la correction des cours et après mon apport mensuel (le premier à ce portefeuille depuis des années) : AIR LIQUIDE et DANONE.
Ces lignes sont taillées un peu plus grosses que ce que j’avais envisagé sur le papier à cause de la structure des frais de courtage Boursorama - 2€ minimum pour des ordres inférieurs à 500€.
J’ai cru comprendre que ça devrait évoluer avec la loi Pacte, ce qui permettrait de faire "à moindre frais" (on ne parle que de 2€…) des passages d’ordres de 250€, soit le montant de mon apport mensuel.
Pour l’instant rien à l’horizon au niveau des tarifs.

Pour le CTO, c’est plus compliqué. Il était hors de question d’utiliser mon "vieux" CTO Boursorama (que je vais sans doute supprimer, sinon quoi en faire ?) étant donné leurs tarifs prohibitifs sur les places boursières US.
Après de longues hésitations devant les démarches que ça implique au niveau des impôts, j’ai fini par ouvrir un compte chez Degiro. J’ai dû patienter un long mois dans leur file d’attente pour pouvoir finaliser la création du compte.
Je comptais injecter autour de 3000€ pour initier ce portefeuille pour coller à la répartition géographique EUR/USD que je vise.

J’ai donc pu faire un premier versement le 23/06, quasiment un mois après les premières lignes du PEA, et prendre mes premières positions : NETFLIX et MICROSOFT (je commence par celles pour qui le délai imposé par DeGiro ne m’a pas été bénéfique).

J’ai complété immédiatement l’apport initial prévu pour ouvrir les jours suivants des lignes  GOOGLE, VISA, JOHNSON & JOHNSON et COCA-COLA.
j’ai beaucoup hésité à prendre cette ligne GOOGLE, elle vient clairement déséquilibrer les autres étant donné la cotation démesurée de l’action par rapport aux autres.
C’est un achat que je ne pouvais me permettre de faire qu’avec le gros apport initial au CTO (il représente plus de 4 apports mensuels….), j’ai donc sauté le pas.
Malheureusement, le timing était plutôt mauvais, puisque le lendemain de mon achat, l’action GOOGL perd 5% sur la journée.

Les lignes ayant le meilleur résultat sont assez logiquement les plus anciennes, celles du PEA, acquises avant le coup de boost des indices du début du mois de juin. Après une première quinzaine parfaite (Kering a pris un facile +15% en quelques jours après mon achat), la fin du mois a été plus délicate.
Les valeurs US ne sont pas à la fête sur le mois. Seules NETFLIX et MICROSOFT ont fait bon mois de juin, dont je n’ai pas pu profiter. Le bilan global de ce premier mois est quasi nul.

https://i.ibb.co/Hpsb5bk/pf-20200701.png

https://i.ibb.co/x5hQwVM/pf-20200701-graphe-poids-support.png

Le poids démesuré (pour l’instant) de la ligne GOOGLE par rapport au reste du portefeuille se repère graphiquement. Avec les seules valeurs PEA, le portefeuille suivait tranquillement le CAC40 (en dessous, à cause des frais probablement ?), puis une fois le CTO ouvert, il s’est littéralement collé à la courbe de GOOGLE :

https://i.ibb.co/fpH4S7p/pf-20200701-graphe-perf.png

Au sujet du benchmark de comparaison, même si  le portefeuille devrait se mesurer à une composition CAC40/S&P500/NASDAQ, je ne vais pas trop me prendre la tête et utiliser un ETF world (CW8) à l’avenir.
L’idée est de voir si l’écart entre les performances de mon stock picking et un ETF est important, comment il évolue, etc.

Pour la répartition par secteur, je suis moyennement d’accord avec certaines catégorisations Morningstar, mais je n’en fait pas une obsession.

https://i.ibb.co/6JdfJwr/pf-20200701-graphe-rep-sectorielle.png

Pour la suite :



Les prochains apports mensuels seront sur le CTO, par de nouvelles ouvertures de lignes.
Je songeais à ouvrir une ligne dans le secteur industriel. Degiro ne permet pas d’acheter certaines positions que j’avais  ciblées comme Lockheed Martin. J’ai envisagé l’alternative classique 3M, mais j’hésite encore. J’étudie certaines autres valeurs, comme MRCY (Mercury Sytems), bref, je ne suis pas encore fixé pour ce secteur.

Plusieurs autres valeurs dans d’autres secteurs m’intéressent également, CISCO, VEEVA, OKTA… je poursuis mes recherches.

Quoiqu’il en soit je ne vais pas me précipiter pour investir le versement de juillet, d’autant que l’incertitude lié au COVID reste bien présente.

Dernière modification par nioc38 (01/07/2020 15h30)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 01/07/2020 15h56

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   349  

Bonjour Nioc38,

Beau démarrage de votre portefeuille !

Concernant les tarifs boursorama, il y a maintenant quelques messages sur le forum qui en parlent. Ils sont visiblement dans les clous pour les ordres < 250€.

Concernant Google, dites vous simplement que même si le prix unitaire d’une action est cher, ce n’est pas grave pour ce type d’entreprise extrêmement diversifiée. Elle exerce tellement d’activités différentes, rachète énormément de start-up chaque année, c’est presque un fond technologique à elle seule, un peu comme un ETF.

Pour les répartitions sectorielles, ce n’est pas Morningstar mais MSCI. Google et Facebook sont dans les telecoms et Amazon en consommation discrétionnaire. C’est discutable en effet, il vaut mieux essayer de définir personnellement les secteurs pour éviter ce biais.

Concernant Degiro, Raytheon Technologies est négociable bien qu’une partie du business de Raytheon est liée aux missiles. Cela pourra peut-être faire office de remplacement.

Bien à vous.

Dernière modification par MrDividende (01/07/2020 15h59)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 01/08/2020 08h54

Membre
Réputation :   8  

Reporting #2 : juillet 2020


2eme mois de vie de mon portefeuille, premier vrai mois complet, avec les 2 enveloppes PEA et CTO.

L’effet de la nouveauté est que je reste vissé sur les cours du marché quasiment en permanence, à surveiller les cours de mes positions, à surveiller les valeurs en watchlist…
L’apprentissage est difficile, et il est tentant de déroger aux règles établies à l’initialisation du portefeuille : c’est compliqué de se retenir d’alléger une position qui prend de la valeur sur quelques jours, alors qu’on l’a vue faire le yoyo plusieurs fois (KERING, acheté à 444€, monté autour de 530, redescendu vers  470 pour remonter au dela de 520, et de nouveau replonger dans la foulée…). On a tous connu ca, il faut savoir garder la tête froide, ce n’est pas un exercice évident. De même, c’est rageant d’être limité en moyen d’investissement, de regarder des valeurs en watch list s’envoler.

J’en viens aussi à me poser des questions sur le placement de stop, pourrait-il etre pertinent dans quelques cas? Quand on voit un titre comme Netflix, prendre 26% en un mois, ne serait-ce pas la prudence de placer un stop à remonter régulièrement, pour prévenir les mouvements inverses, comme le -7% du 17 juillet ? Probablement pas, je n’ai pas d’objectif de trading, mais l’idée me traverse l’esprit parfois.
Je me pose aussi des questions sur la pertinence de ma ligne Google. Le cours de l’action est tellement haut, que c’est une position que je ne pourrai pas renforcer avant très longtemps. J’ai toute confiance en cette boite (comment douter), et je pourrai me contenter de considérer cette ligne comme un ETF techno à oublier et laisser murir, mais le fait est qu’elle ne pourra pas être renforcée, allégée au besoin comme les autres lignes, ce qui m’ennuie un peu quelque part.
Enfin le mieux serait que j’arrive à oublier ces portefeuilles, pour l’instant je n’y arrive pas, comme le suggère le passionnant Scipion8 : "Une étude a montré que les meilleurs investisseurs particuliers étaient ceux qui "oubliaient" leur portefeuille, les meilleurs de tous étant les morts".

Je n’ai pas fait que ca heureusement, j’en ai profité pour étoffer mon document de suivi excel, avec quelques fonctions de récupération des cours, des historiques, histoire d’automatiser le maximum de choses possibles. La prochaine étape sera peut-être la récupération de données financières de sociétés afin d’avoir des éléments d’analyse, même si on a déjà plusieurs screeners de qualité publiés par certains gérants de portefeuille sur ce forum, et surtout que j’ai du mal à évaluer la pertinence de certains indicateurs.

A part ca, je commence à regarder les démarches à faire pour déclarer mon compte étranger aux finances publiques. Mais visiblement, je ne peux pas remplir le fameux formulaire en ligne à n’importe quel moment, il faudra attendre la prochaine télédéclaration au printemps prochain… Je pense donc tout déclarer d’un coup, le compte étranger, et les dividendes perçus en 2020 à partir de juillet, je pense qu’ils ne m’en voudront pas trop.

Ensuite, mon vieux CTO Boursorama qui dort et ne sert à rien : il est presque vide, mais je pense que le mieux à faire est de le dissoudre pour réinvestir plus intelligemment (ou pas) son contenu ?



Le bilan du mois

https://i.ibb.co/3BYdbz7/pf-202007.png
https://i.ibb.co/Zhg3xHV/secteurs-202007.pnghttps://i.ibb.co/HFPDW93/support-202007.png

Le mois a été marqué par les versements des dividendes de Danone, Total et Rubis.
Pour Total et Rubis, j’ai opté pour le versement en titre, et concrètement je ne vois pas de raison de ne pas le faire :
Pour Rubis par exemple, on a le choix entre un dividende de 1,75€ / action, soit 19,25€ dans mon cas, ou le versement équivalent en action à 37,37€ l’unité (elle cotait entre 41, 42€ au moment du choix).
Donc j’avais le choix entre toucher 19,25€, ou avoir 1 action gratuite ( en  complétant 37,37-19,25=18,12€)
- En choisissant l’option action "gratuite" et en la vendant immédiatement, je suis gagnant, y compris en prenant en compte la fiscalité & les frais de courtage
- Quand on constate ce qui se passe en réalité sur les mouvements du PEA :  1)  j’ai perçu les 19,25€ de dividende 2) j’ai "acheté" une action à prix réduit quelques jours plus tard pour 37,37€
Donc au final, le choix était entre toucher les dividendes seuls, ou les toucher + effectuer un achat d’action à prix discount
Je sais bien qu’on parle de quelques centimes, mais sur le principe, je ne vois pas de raison de refuser le paiement en action pour ce genre de titres en tout cas.

En ce qui concerne le renforcement, j’ai comme prévu alloué les 250€ menuels au CTO.
Le "plan" diversification sectorielle m’orientait vers une entreprise du secteur industriel. J’en avais 2 ou 3 en surveillance (3M, Raytheon Tech.)  mais j’ai fini par me persuader que le renfort de ce secteur pouvait attendre encore 1 mois au moins, et j’ai plutôt lorgné sur les quelques autres valeurs que je surveillais, en vrac : Veeva, Cisco, Adobe. J’ai fini par porter mon dévolu sur Veeva, qui sortait d’un mois de juin assez impressionnant, j’ai pensé à l’image opposée de celle du couteau qui tombe (ca serait le ballon qui s’envole ?), et espéré profiter de la bonne dynamique, mais finalement j’ai l’impression d’avoir acheté pile au plus haut. Force est de constater que j’aurais dû suivre mon propre conseil et ne pas me précipiter pour l’investissement de juillet, même si c’est facile à dire a posteriori. Je disais pareil pour GOOGLE le mois dernier, mais depuis le cours de l’action s’était remis dans le bon sens.

Globalement, après une embellie en début de mois, la deuxième quinzaine de juillet est plutôt triste, notamment du coté des valeurs US, que j’ai achetées avec un relatif mauvais timing. C’est rageant de voir les bénéfices virtuels du CTO disparaitre en quelques jours, essentiellement plombés par l’augmentation régulière de la parité EUR/USD, qui a été constante ce mois :

https://i.ibb.co/JQ3STxB/eur-usd-202007.png

Au passage, je m’étonne de l’impact que peut avoir un centième de point d’augmentation sur la valorisation en Euro des titres. Je me retrouve avec des lignes négatives alors que l’action est mieux valorisée en $ qu’au moment où je l’ai achetée, il y a de quoi perturber le suivi des performances des titres US…
Ce phénomène est visible sur le tableau de récap, toutes les actions ont un mois nettement positif, mais sont plombées au niveau des +/- values. Je pense que dans un soucis de cohérence, je vais modifier le calcul de la progression du mois, en ne regardant plus seulement la progression de la valeur faciale en devise locale, mais la progression de la valorisation en euro, et en intégrant donc les fluctuations des cours des devises.

Au final, c’est le bon vieux Coca-Cola qui s’en sort le mieux, la tortue qui a rattrapé le lièvre Netflix.

Du côté du PEA, Air Liquide est vraiment solide, Kering poursuit son yoyo habituel, les valeurs de l’énergie ne sont pas à la fête.

Bilan global, après un plus haut touché le 20 juillet, les publications de résultat plus le cours du Dollar font passer le portefeuille dans le rouge en toute fin de mois.

https://i.ibb.co/NWMTVrG/perf-202007.png

Prochain renfort

Même si parfois, certaines actions hors du cadre prévu me démangent (renforcer Rubis par exemple), l’apport du mois d’aout sera toujours pour une ouverture de ligne, sur le CTO.
J’ai un éventail de titre en suivi, parmis lesquels je vais devoir choisir.
- Dans le secteur industriel, pas encore représenté : 3M, Raytheon Tech. (Lockheed Martin est hors course à cause de la loi Hollandaise). J’ai d’autres entreprises du secteur qui me plaisent, mais coté PEA.
- Thomson Reuters également classé en industrie (…) : J’ai cru comprendre qu’il était préférable de l’investir via sa place de cotation originelle, à Toronto, mais mes frais de courtage y sont plus importants.
- Techno, déjà bien représenté, mais que je veux surpondérer : Adobe, Cisco, Okta (, Apple ?).
- Communication : AT&T - J’ai déjà des entreprises du secteur (GOOGLE et NETFLIX) mais pas franchement le même profil.
- Conso cyclique : Starbucks
J’ai aussi l’option de patienter un peu pour ce renfort, mais pas sûr du tout que je fasse ce choix là !

Merci de m’avoir lu !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 03/08/2020 10h20

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   349  

Bonjour Nioc38,

Tout d’abord, félicitations pour le reporting.

De même, c’est rageant d’être limité en moyen d’investissement, de regarder des valeurs en watch list s’envoler.

Étonnamment c’est presque plus rageant de manquer un titre qui part à la hausse que d’acheter des titres qui partent à la baisse !

J’en viens aussi à me poser des questions sur le placement de stop, pourrait-il etre pertinent dans quelques cas? Quand on voit un titre comme Netflix, prendre 26% en un mois, ne serait-ce pas la prudence de placer un stop à remonter régulièrement, pour prévenir les mouvements inverses, comme le -7% du 17 juillet ? Probablement pas, je n’ai pas d’objectif de trading, mais l’idée me traverse l’esprit parfois.

C’est dans 90% des cas contre productif car la valeur risque de continuer de monter après la vente et vous risquez d’acheter à la place une valeur qui baisse. Comme on dit, un portefeuille c’est comme un savon. Plus on le manipule et plus il fond. Il y a également le problème de l’allocation sectorielle. Si vous revendez une valeur, il faut en théorie racheter quelque chose de la même qualité et du même secteur si vous ne voulez pas déséquilibrer le portefeuille. Pas toujours simple…

Je me pose aussi des questions sur la pertinence de ma ligne Google. Le cours de l’action est tellement haut, que c’est une position que je ne pourrai pas renforcer avant très longtemps. J’ai toute confiance en cette boite (comment douter), et je pourrai me contenter de considérer cette ligne comme un ETF techno à oublier et laisser murir, mais le fait est qu’elle ne pourra pas être renforcée, allégée au besoin comme les autres lignes, ce qui m’ennuie un peu quelque part.

Laissez cette ligne vivre sa vie, elle a de forte chance de faire mieux que le marché à LT. J’ai le même problème avec Google, Amazon etc mais ce n’est pas grave. Et puis peut être qu’un jour il y aura un split pour améliorer la liquidité.

A part ca, je commence à regarder les démarches à faire pour déclarer mon compte étranger aux finances publiques. Mais visiblement, je ne peux pas remplir le fameux formulaire en ligne à n’importe quel moment, il faudra attendre la prochaine télédéclaration au printemps prochain… Je pense donc tout déclarer d’un coup, le compte étranger, et les dividendes perçus en 2020 à partir de juillet, je pense qu’ils ne m’en voudront pas trop.

La déclaration du compte est relativement simple, il s’agit juste d’une annexe à ajouter. Je pense que vous pouvez tout faire d’un coup en Mai prochain.

Bien à vous.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 03/08/2020 10h46

Membre
Réputation :   27  

Bonjour Nioc38,

Il est vrai que la plus grande difficulté à mon sens dans la gestion d’un portefeuille est psychologique. Je me reconnais bien dans vos questionnements. On a quelques valeurs en watchlist, on hésite, puis quand on se décide on constate que celle que l’on a achetée végète voire reflue pendant que les 9 autres qu’on a laissée de coté s’envolent smile..
C’est frustrant mais j’ai la faiblesse de penser que lorsque l’on investit à long terme, cela ne restera qu’un hoquet dans l’histoire du cours boursier de cette entreprise sélectionnée sur des critères de qualité . L’important, dans cette stratégie B&H étant surtout de ne pas se tromper en achetant un canard boiteux qu’on traînera comme un boulet (ou pas si on ose s’en débarrasser..pas comme moi donc) plus que le prix finalement, même si dans l’exemple que vous donnez de Veeva, évidemment on est beaucoup ici à se dire qu’on aurait mieux fait de l’acheter il y a quelques mois.

Je suivrai avec attention aussi bien l’évolution de votre portefeuille que celle de vos questionnements et des réponses que vous pourrez y apporter.

Bonne continuation à vous.

Dernière modification par Selden (03/08/2020 10h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 10/08/2020 20h10

Membre
Réputation :   8  

Petite pause détente en cette chaude soirée !

Les valeurs en PF sur le CTO :

https://i.ibb.co/1Xj6tcv/enPF.png

Le valeurs en WatchList :

https://i.ibb.co/6WsQ7zc/enWL.png

Il y a des jours comme ca…. smile

Hors ligne Hors ligne

 

#8 03/09/2020 10h07

Membre
Réputation :   8  

Reporting #3 : août 2020


Le bilan du mois

Renfort de 250€ sur le CTO, comme prévu, même si j’ai l’impression d’être plus tenté par des renforts côté Europe en ce moment. D’ailleurs, avec les modifications tarifaires, je regarde beaucoup plus les possibilités d’intégrer des sociétés Européenne hors France dans ce PEA, il y a quand même quelques très belles sociétés à portée de main.

L’incertitude plannait en début de mois, aussi je pensais que retarder mon investissement mensuel ne serait pas une mauvaise chose, temporiser un peu, voir ce qui se passe, et me garder une petite réserve pour une opportunité.
J’ai vite compris que j’avais un gros biais : celui de considérer la somme de liquidité comme de potentielles occasions ratées, je n’arrive pas à garder un montant non investi très longtemps. Et puis ce n’est pas une histoire de 250€ de plus ou de moins qui va changer grand chose à toute l’histoire, donc on continue comme on a dit, investissement total !

Je n’étais pas vraiment fixé sur la valeur à renforcer. Finalement, je me suis dit que j’étais peut être un peu trop dépendant de valeurs techno (au sens large) jusque là.
Aussi, j’ai fini par me rabattre sur AT&T, une valeur sûre de fond de portefeuille, un autre père tranquille pour tenir compagnie à Coca-Cola. Rien de bien excitant, il faut le reconnaître.

J’ai été assez contrarié de ne pas avoir de possibilité de renfort immédiat sur le PEA.
Après le rebond des 11 et 12 août, j’ai donc décidé d’alléger (contre mes principes d’investissements…) une de mes positions, pour avoir de quoi instiguer une nouvelle ligne sur le PEA à la prochaine occasion. C’est Air Liquide qui en a fait les frais, le cours est bloqué depuis quelques temps entre 138 et 142€, j’ai donc vendu la moitié de ma position pour dégager du cash disponible.
J’ai assez vite regretté cette décision, à part occasionner des frais et espérer grappiller quelques euros en timant le marché, avec une bonne chance que ce soit le contraire qui se produise, il n’y a pas de grand intérêt à faire ce que j’ai fait sur du long terme. J’ai recomplété la ligne 2 jours plus tard, pour une opération fiancièrement blanche pour moi, à part pour mon PRU Air Liquide qui a remonté.
Cette première vente du portefeuille m’aura au moins permis de me rendre compte d’une erreur dans une des formules de mon tableau de reporting.

Ceci dit, j’ai quand même fini par ouvrir ma nouvelle ligne sur le PEA par anticipation, têtu que suis. J’ai fait un apport exceptionnel d’environ 200€ pour prendre une position sur Prosus (avec un très bon timing :p), sur lequel je lorgnais depuis quelques semaines.
La fin du mois a été assez bénéfique au porte-feuille :

https://i.ibb.co/JyHzXzm/pf-20200901.png

Le cours EUR/USD se stabilise, et les valeurs US continuent leur marche en avant, alors que le CAC 40 continue son yoyo.

https://i.ibb.co/pZMy5tx/pf-20200901-perf.png

https://i.ibb.co/JxCShTF/pf-20200901-progression-valeurs.png

Prochain renfort

Encore une fois, j’ai l’embarras du choix, il reste tellement de valeur intéressante (mais pas forcément bon marché).
Le renfort sera soit exclusivement sur CTO, soit partagé entre les deux livrets, histoire d’avoir assez pour écouler sur les deux enveloppes les liquidités qui trainent.

Je regarde beaucoup le secteur industriel, que je n’ai pas en portefeuille pour l’instant, mais j’ai du mal à trouver des entreprises qui me motivent réellement, coté US notamment.
Je suis plus enclin à repartir sur des valeurs technologiques, OKTA et DOCUSIGN sont toujours en pôle (ADOBE ou AMD restent bien chères).

Hors ligne Hors ligne

 

#9 02/10/2020 17h43

Membre
Réputation :   8  

Reporting #4 : septembre 2020


Le bilan du mois

Le début de mois a été marqué par la baisse rapide des valeurs technologiques, qui ont toutes en quelques jours perdu le bénéfice du rallye de la fin août.
C’est toujours un peu frustrant de regarder les bénéfices virtuels fondre heure après heure, mais j’ai plutôt bien résisté à la tentation de céder à la panique et de faire quoi que ce soit.

Autre satisfaction d’avoir su me tenir aux règles : le cas Kering. J’évoquais il y a un ou deux mois mon agacement devant cette valeur qui allait taper les 520€ pour redescendre sous les 500. Je me disais dans un coin de ma tête que quelques aller retour pourraient dégager des petits bonus facile. J’aurais alors sans doute gratté quelques miettes, mais raté le rallye haussier de l’action début septembre qui s’est envolée en quelques jours vers les 600€.

Mon renfort mensuel a été partiel sur les 2 enveloppes, j’ai complété le CTO pour arriver à 250€ de liquidités, et j’ai versé le reste sur le PEA, de quoi acheter une demi-position éventuellement, toujours dans l’optique d’ouvrir les lignes qui m’intéressent au plus vite, pour un suivi plus efficace (une fois les valeurs dans mon tableau, je les ai mieux à l’oeil).
J’ai fini par faire ça en prenant une demi-position sur Sanofi, qui semblait avoir un léger coup de mou.

Coté CTO, j’ai patienté début septembre, lorsque la baisse des technos a semblé se calmer, j’ai ouvert une position sur AMD, finalement. Bon, moralité, j’aurais pu patienter un peu plus, la correction a repris de plus belle la seconde quinzaine.

Au final, j’aurais connu pour ce jeune portefeuille sur ce seul mois de septembre un plus haut historique le 2 puis un plus bas historique le 23, tout ca pour revenir à l’équilibre au finish.
https://i.ibb.co/N7HmH6T/pf-20201001-graphe-perf-mensuel.png

https://i.ibb.co/Wznb5Dn/pf-20201001-graphe-perf.png

J’ai modifié le benchmark, j’ai changé le Nasdaq-100 pour un Nasdaq-100 en €, histoire d’effacer les écarts liés au cours du taux de change EUR/USD

Le récap général :
https://i.ibb.co/S57cCBJ/pf-20201001.png

Kering fait un mois excellent et vient compenser (un peu) le naufrage du pétrole.
Les lignes du CTO repassent au vert en toute fin de mois, AT&T et GOOGLE sont les mauvais élèves.

Le bilan global

Après 4 mois seulement d’activité, c’est bien trop tôt pour tirer un bilan, mais je m’interroge quand même sur les résultats assez tristounet obtenus, donc je dresse quand même une premier analyse :

Côté PEA : l’essentiel a été investi autour de fin mai / début juin. Le CAC 40 cotait déjà autour de 4600pts. Il affiche toujours un léger bénéfice par rapport à cette période, autour de 6%. Mon enveloppe PEA, elle, est bien en dessous (-0,5%). L’explication est simple, le choix des valeurs, deux d’entre elles sont durement touchées par la situation sanitaire, évoluent sans doute trop dans la même sphère. Si on savait que l’impact serait présent et qu’il faudrait du temps pour que ces valeurs se relèvent, on constate que la décote du début d’année s’accentue encore. Ces valeurs resteront plombées pendant un moment. Et comme ces deux valeurs représentent finalement encore une grosse part du PEA, la performance s’en ressent d’autant plus.
Je savais que pour des faibles montants à investir, le stock picking était plus risqué qu’un investissement sur ETF, la preuve en est faite.
Si c’était à refaire, outre la pertinence de choisir TOTAL et RUBIS parmi mes premières cibles, je resterai sur des ouvertures de lignes plus petites (et donc plus nombreuses), quitte à payer proportionnellement plus de frais de courtage.

Côté CTO : la majorité des investissements a été effectuée entre le 23 et le 26/06, et principalement sur des valeurs orientées tech (le choix était délibéré). C’était tardif, mais le NASDAQ a continué de progresser depuis jusqu’à début septembre, où en quelques jours, il est revenu vers son niveau de fin juin, justement. Le reste est du fait de la baisse du Dollar face à l’Euro sur la période.
Je commence déjà à regretter un peu mon choix d’AT&T, motivé par cette fameuse diversification de secteur et son rendement, mais qui n’a franchement pas de perspective de croissance. Il y avait sans aucun doute mieux à faire.
L’action GOOGLE reste discutable, le montant investi m’aurait permis d’ouvrir plusieurs autres lignes. D’autant que les performances sur ces 3 mois ne sont pas terribles.

Pour la suite

Je pense qu’il faudrait que je me contraigne à conserver une "cartouche" en réserve à investir tout le mois. Lorsqu’une journée de grosse correction arrive (comme le 21/09), ca aiderait sans doute à accepter la dégringolade générale si on sait qu’on peut en profiter au moins sur une ligne. C’est évidemment négligeable sur une stratégie Buy & Hold / long terme, on parle en valeur absolue de gratter une poignée d’euros, mais ce serait purement psychologique, puisque j’en suis encore à scruter les marchés toute la journée.

Pour autant, j’ai des tas d’idées de renforts.
Je regarde beaucoup certaines valeurs scandinaves. M. Dividende a mis le doigt dessus, et effectivement quand on voit la performance de l’indice OMX NORDIC 40, qui surperforme le CAC et le DAX sur un an, je me dis qu’il y a des belles entreprises à aller chercher, comme Kone par exemple.
J’ai un peu de mal à trouver les places de cotation par contre, j’ai l’impression que Boursorama ne permet pas tout sur le PEA.
Je la trouve bien cotée à la bourse d’Helsinki sur Degiro, mais du coup c’est sur CTO, c’est plutôt dommage.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 02/10/2020 18h33

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   106  

Bonjour Nioc38,

Pour les actions Scandinaves, elles sont en général accessibles en euros sur Francfort, par exemple pour Kone avec le ticker FRA:KC4.

J’en ai plusieurs comme ça pour les actions Scandinaves, ne souhaitant pas les acheter dans leur monnaies locales. C’est aussi intéressant pour les actions japonaises ou hong kongaises qui ont de hauts minimums d’achat sur leurs places de cotation respectives (x100 au Japon et x1000 à HK).

La liquidité est moindre sur Francfort, mais raisonnable, et pour du buy&hold ce n’est pas très génant.

Par contre, pour les Scandinaves à Francfort, je ne sais pas si ça passe en PEA.

Dernière modification par Liberty84 (02/10/2020 18h35)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 02/10/2020 21h18

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   349  

Bonsoir Nioc38,

Si cela vous intéresse concernant les actions Scandinaves (notamment Danoise), il y a cet article de Investir les Echos.

J’ai également découvert deux très belles valeurs Danoises cette semaine dans la technologie (je les ajouterai prochainement au screener) :

NetCompany
SimCorp

J’ai acheté NetCompany aujourd’hui. Les fondamentaux sont excellents, la croissance est très bonne, et je trouve que le prix reste correct.

Parcontre en effet sur Boursorama la place de Copenhague n’est pas accessible malheureusement…

Dernière modification par MrDividende (02/10/2020 21h21)

Hors ligne Hors ligne

 

#12 03/10/2020 03h44

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   106  

Au Danemark, il y a aussi RoyalUnibrew qui est très bien.

Hors ligne Hors ligne

 

#13 03/10/2020 09h21

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   343  

@nioc38 : L’inconvénient des actions Danoises en PEA, c’est la retenue à la source sur les dividendes de 27%. Pensez à regarder du côté de la Norvège, presque la moitié de mon PEA est investi en actions norvégiennes wink

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #14 03/10/2020 12h32

Membre
Réputation :   27  

Bonjour,

@doubletrouble. Attention tout de même, même si il y a bien sûr de très belles sociétés en Norvège, un investisseur B&H aurait perdu 36% de la valeur de sa poche norvégienne à cours constants par l’effet de devise.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20932_eurnok.png

A contrario, la couronne danoise est plutôt restée stable vis à vis de l’Euro et la place Danoise regorge de très belles valeurs également. Vous auriez pu rajouter à la liste Chemometec ou RTX.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20932_eurdkk.png

Bien à vous

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+4]    #15 03/10/2020 22h49

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1892  

A noter une grosse différence entre la couronne danoise, d’une part, et les couronnes suédoise et norvégienne, d’autre part :

- La couronne danoise est membre, comme les devises de 2 autres pays de l’UE, le lev bulgare et la kuna croate, du mécanisme européen de taux de change / 2nde version (European Exchange Rate Mechanisme, ERM II). Les pays de l’UE qui rejoignent ce système ont vocation, à plus ou moins long-terme, à adopter l’euro, même si pour certains pays c’est manifestement du très long-terme (c’est le cas du Danemark) et si certains pays ont une clause d’opt-out (c’est aussi le cas du Danemark).

L’ERM II aide à préparer la transition graduelle vers l’euro, en réduisant la volatilité du taux de change des devises membres par rapport à l’euro, via l’application d’une bande de fluctuation autour d’un taux de change central par rapport à l’euro (dans l’ERM I, qui existait avant la création de la zone euro en 1999, on parlait de "serpent monétaire").

Pour certains pays pour lesquels l’adoption de l’euro est une perspective assez lointaine, cette bande de fluctuation est assez large afin de permettre une volatilité suffisante du taux de change, facilitant le rattrapage économique de ces pays : c’est le cas de la Bulgarie et de la Croatie, qui appliquent une bande de + ou - 15% par rapport au taux de change central. Le Danemark, nettement plus proche de la zone euro en termes de développement économique, applique une bande de fluctuation bcp plus étroite, de + ou - 2,25% autour du taux de change central. C’est la raison pour laquelle la volatilité du taux EUR/DKK est si faible depuis si longtemps. Quand le taux de change atteint une des 2 bandes, la banque centrale du Danemark intervient pour ramener le taux de change vers son taux central (quand l’EUR/DKK atteint la limite à taux central +2,25%, la banque centrale achète la DKK et vend l’EUR ; quand l’EUR/DKK atteint la limite à taux central -2,25%, la banque centrale achète l’EUR et vend la DKK).

Le fait que ces limites soient clairement définies et que la banque centrale du Danemark dispose de réserves de change suffisantes permet généralement de maintenir le taux de change à un niveau proche du taux central, car les éventuels spéculateurs savent qu’ils perdraient face à la banque centrale s’ils se risquaient à attaquer la bande.

En 2008, la banque centrale du Danemark manquait temporairement de réserves en EUR, qu’elle devait utiliser pour approvisionner les banques danoises victimes du gel du marché monétaire EUR. La bande de fluctuation de l’EUR/DKK a été alors attaquée par la spéculation. La situation a été stabilisée par la mise en place d’un accord de swap EUR/DKK entre la BCE et la banque centrale danoise - c’est moi qui l’ai rédigé ;-) D’ailleurs dans le contexte de la pandémie, ce swap a été réactivé.

- La couronne suédoise est la devise d’un membre de l’UE, mais n’a pas rejoint l’ERM II, donc elle fluctue librement face à l’euro.

- La couronne norvégienne est la devise d’un pays non-membre de l’UE, donc évidemment pas membre de l’ERM II, d’où une libre fluctuation face à l’euro.

La conclusion pour l’investisseur EUR, c’est qu’on prend un risque de change limité quand on investit au Danemark. C’est d’ailleurs l’un des objectifs de l’ERM II : faciliter les investissements transfrontaliers, de la zone euro vers le Danemark, et du Danemark vers la zone euro, pour faciliter la convergence et l’intégration économique.

A contrario, on prend un risque de change quand on investit en Suède ou en Norvège : Doubletrouble en est bien conscient quand il investit en Norvège, et moi de même quand j’investis en Suède. La NOK et la SEK étant actuellement assez faibles par rapport à leur moyenne de long-terme par rapport à l’EUR, nous considérons, à tort ou à raison, que cela peut représenter un point d’entrée intéressant pour nous sur ces marchés - l’hypothèse implicite étant celle d’un retour à la moyenne de long-terme. Cette hypothèse de mean-reversion est vérifiée empiriquement pour la plupart des couples de grandes devises. Il n’y a pas de garantie que ce soit le cas pour l’EUR/NOK ou l’EUR/SEK, mais compte tenu de la proximité de ces économies (il n’y a pas d’effet structurel de "rattrapage", comme c’est le cas pour un pays émergent), ce sera peut-être le cas.

Dernière modification par Scipion8 (03/10/2020 22h52)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 01/11/2020 17h40

Membre
Réputation :   8  

Merci à tous pour vos interventions sur les titres scandinaves !

Reporting #5 : octobre 2020


Le bilan du mois

Encore un mois plutôt mauvais pour mon petit portefeuille, et exceptionnellement pas mal de mouvement à signaler.

Le renfort du mois a été fait sur ce même PEA : j’ai hésité entre Téléperformance et Schneider Electric, que j’ai dans le viseur depuis de longues semaines et affichent un forme étincellante (malgré des cotations aux plus hauts historiques). C’est Téléperformance qui bénéficie de sa ligne ce mois ci.
J’ai aussi investi les miettes restantes sur ABC Arbitrage, qui se prête assez bien à ça.
Enfin, j’ai également anticipé de quelques jours l’apport de début novembre, que j’ai investi partiellement à l’occasion de la baisse "spéciale confinement" sur Schneider Electric ainsi que quelques actions Total.

Le PEA est toujours miné par les baisses des valeurs pétrolières et para pétrolières, mais également par Danone qui ne redresse pas la barre et atteint un niveau plus bas qu’au mois de mars. On peut rajouter à cela Kering, qui revient brutalement autour de sa zone des 510-520€ après avoir tutoyer les 600, on obtient un gros chiffre bien rouge.

Du côté des valeurs US, c’est globalement mieux. Google se reprend bien , mais les soucis juridiques avec le procès anti-trust ne sont pas forcément rassurants. Rajoutez à ca que GOOGL affiche la moins bonne performance des GAFAM post krach de mars, et une valorisation trop haute pour mes moyens, c’est assez pour que j’envisage assez sérieusement de solder la ligne, ce que j’ai fini par faire en fin de mois, pour un bénéfice net d’environs 15€, alors que le titre repartait pour un plongeon. Je partais du principe que je serai plus à l’aise avec une somme conséquente à investir sur quelques semaines et sur plusieurs actions au cours moins élevé.
Evidemment, le timing était le plus mauvais possible, l’action qui ne faisait pas grand chose depuis 4 mois a repris plus de 10% dans les deux jours suivants, je préfère ne pas y repenser…
J’ai réinvesti immédiatement une partie de cette somme sur Okta et Docusign.
Le mois sur ce CTO s’est fini par une dégringolade générale de l’ensemble des titres du portefeuille.

Le bilan du mois est une perte de 5,60%, tous mes titres en portefeuille ont passé un mois, à part Prosus, seul titre à gagner 8% là où les autres perdent plus de 7% en moyenne.

https://i.ibb.co/TYGrbNx/pf-20201101.png

https://i.ibb.co/m6Kj8jC/pf-20201101-graphe-perf-mensuel.png

J’essaye de poursuivre une certaine diversification, avec 20 (petites) lignes ouvertes, et un meilleur équilibre au niveau poids des lignes.

https://i.ibb.co/Qcbwpw2/secteurs-202011.png

Prochain renfort

Le renfort de novembre a été déjà partiellement investi toute fin octobre. Il me reste toutefois des liquidités à investir (15%), principalement sur CTO.
Le semaine éléctorale aux US risque d’être mouvementée, avec les problématiques COVID toujours bien présentes.

Il me reste quelques sociétés en watch-list, que je vais essayer d’étoffer un peu, mais pas sûr que mes liquidités servent à ouvrir de nouvelles lignes tout de suite, on verra selon les opportunités qui se présentent ou pas.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur