Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+1]    #1 04/06/2020 22h30

Membre
Réputation :   32  

J’ai commencé il y a cinq ans à collectionner les ouvrages de la Pléïade, collection fondée par Gaston Gallimard dans les années 30.

Voici un lien pour ceux qui voudraient en savoir plus sur cette prestigieuse collection:

Bilbiotheque de la Pléiade

A titre indicatif, les deux derniers volumes de la Pléiade viennent de sortir il y a quelques jours à peine, il s’agit de deux tomes consacrés aux oeuvres de Joseph Kessel.

Au début, c’était un moyen pour moi d’acquérir dans l’édition de référence, avec le meilleur appareil critique, mes ouvrages préférés.
Par exemple, la deuxième édition de Proust dans la Pléiade ( édition qui correspond au cinquantenaire de la mort de l’écrivain) pilotée par Jean-Yves Tadié est celle qui fait autorité auprès des spécialistes.

Puis j’avoue que je me suis pris au jeu et que je suis devenu un  (petit) collectionneur patenté à la recherche de volumes rares ou épuisés….

Je possède actuellement 170 volumes environ.

Si d’autres IH ont eux aussi ce vice, cette file serait l’occasion de le partager, de discuter de nos auteurs préférés dans la Pléiade, voire peut-être d’échanger des titres ( j’ai des doubles)…

Mots-clés : collection, littérature, livres

Hors ligne Hors ligne

 

#2 05/06/2020 08h56

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   152  

Souvenir familial quand j’étais enfant d’un mur de bibliothèque entièrement rempli de Pléiades
Maintenant pour voir la même chose, pour les Franciliens, je conseille Gibert qui en vend certains d’occasion.
Je n’en détiens qu’une dizaine, mais (plaisir particulier) ceux qui m’intéressent, ce sont les auteurs réédités et de pouvoir comparer les préfaces, là est la véritable valeur ajoutée pour mieux comprendre la motivation de celui qui a orchestré la réédition


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne Hors ligne

 

#3 05/06/2020 09h11

Membre
Réputation :   32  

Vous avez raison Job pour cette valeur ajoutée.

La préface de la nouvelle édition des Mémoires du duc de Saint Simon est, par exemple, une pure merveille,( elle est l’oeuvre  d’Yves Coirault de mémoire).

Ils ont sorti aussi  assez récemment un volume absolument magnifique uniquement consacré à Robinson Crusoé avec de nombreuses illustrations.

Plus généralement, l’édition se fait souvent en deux temps: une première édition complète sans appareil critique, puis dans un deuxième temps une édition exhaustive ( c’est ce qui s’est passé avec Proust, ou Balzac ( édition Bouteron puis Castex), c’est ce qui vient d’être fait récemment avec Camus)

Le danger de l’exhaustivité - si intéressante soit elle - c’est qu’on se retrouve avec une oeuvre dont les proportions initiales peuvent être jusqu’à doublées  ( du coup la lecture devient très ralentie).

Hors ligne Hors ligne

 

#4 07/07/2020 14h04

Membre
Réputation :   29  

Œuvres complètes de Saint-John Perse, bibliothèque de La Pléiade, en un volume, impression en juillet 1994, état neuf (je devrais même écrire "honteusement neuf" si tant est que son état témoigne de la lecture que j’en ai faite…).

Je me résous à admettre mon étanchéité à la poésie de Perse comme à celle de Claudel et en propose l’échange contre un autre recueil. Grand intérêt -en ce moment- pour les nouvelles et textes narratifs brefs mais pas que.

@DoctusMonkey : l’édition de Proust par Tadié fait-elle partie de vos doubles ? Je possède l’édition précédente, celle de Clarac et Ferré dont le premier volume est aujourd’hui épuisé.
Je veux bien croire que celle de Tadié ait pu justifier le sacrifice de quelques kilos de papier bible. Je l’ai eu comme prof, il y a vingt ans, à la Sorbonne : c’était vraiment, pour moi, l’incarnation de la révolution opérée dans les études littéraires au cours des années 60-70 (que je n’ai pas vécues). Les nouveaux profs à la mode prodiguaient un enseignement techniciste. Georges Molinié était le président de la Sorbonne et il fallait convenir -j’entends nous devions convenir - que sa nouvelle classification des figures de styles selon qu’elles fussent macro- ou micro-structurales était une avancée majeure dans l’étude des procédés rhétoriques. Pour être sérieux, il fallait connaître Barthes et Genette par cœur, employer des mots obscurs et envisager tous les textes dans leur dimension autotélique… Tadié faisait partie de ces profs qui ne citaient que rarement les critiques (il devait lire ses notes pour cela) et semblaient n’avoir jamais appris par cœur que les textes eux-mêmes. Pas leur commentaires. Je me souviens que pour assister à ses cours, il nous fallait sortir et descendre la rue Victor Cousin pour le rejoindre dans le Grand Amphithéâtre. Je me demandais si cet honneur - tous mes autres cours avaient lieu dans les petits amphis Michelet ou Richelieu - était dû à un respect sincère ou au simple égard, un peu compatissant, que l’on accorde aux espèces en voie de disparition. Bref. Tout un tas de souvenirs un peu confus. J’ose espérer que si je me replongeais aujourd’hui dans toutes ces questions, j’en aurais une compréhension un peu plus nuancée.

Bien à vous


C'est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens. Molière (CEDF)

Hors ligne Hors ligne

 

#5 09/07/2020 17h43

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   140  

En Histoire, le grand amphi de la Sorbonne était réservé aux cours d’agrégation délivrés par des professeurs réputés et toujours travailleurs pour les concours, et il n’y en avait pas tant que ça… C’est peut-être l’origine de la distinction accordée au professeur Tadié, le spécialiste de Proust. Les maîtres de conférences, soit le grade au dessous, devaient se contenter des amphis Richelieu et Michelet pour donner des enseignements souvent excellents… J’ai pris des cours assis par terre dans un amphi Richelieu bondé, et le grand amphi de la Sorbonne, magnifique, m’impressionnait comme le temple du savoir avec de grandes statues qui avaient l’air de se pencher sur les impétrants… Souvenirs, souvenirs…

Rastignac


“L'épargne est une magnifique réalité, spécialement quand nos parents l'ont pratiquée.” Mark Twain…

Hors ligne Hors ligne

 

#6 16/08/2020 19h21

Membre
Réputation :   32  

@nsk7 : l’édition de Proust par Tadié fait effectivement partie de mes doubles.
Pour moi, l’édition Clarac est bien inférieure dans la mesure où l’appareil critique se réduit à peau de chagrin ( les trois tomes sont épuisés)
De mémoire, l’édition Tadié a été mise en chantier au moment  où les oeuvres de Proust étaient sur le point de tomber dans le domaine public.
Pour les oeuvres secondaires - essentiellement Jean Santeuil, les Pastiches et les Plaisirs et les Jours - il n’y a que l’édition Clarac à disposition.

Si vous vous intéressez à Proust, je ne saurai trop vous conseiller la lecture des 21 tomes de la Correspondance éditée chez Plon par un américain (Philip Kolb) qui  a consacré sa vie entière à cette tache pharaonique. Il y est d’ailleurs souvent question… d’investissement boursier!
Mais pour le coup, Proust n’était pas dans ce domaine un modèle à suivre, loin s’en faut.

Pour en revenir aux tomes épuisés de la Pléiade, ils se rangent en deux catégories: ceux auxquels a été substituée une nouvelle édition ( ils sont faciles à se procurer pour pas cher), ceux au contraire qui ont tout bonnement été arrêtés sans remplaçant ( type Polybe, ou le volume des romanciers russes Leskov Saltykov Chtetédrine) alors là les prix peuvent être bien plus élevés.

A cela il faut ajouter le cas particulier des albums - un album paraît chaque année depuis 1960 à peu près, il est offert au printemps pour l’achat de trois volumes de la collection; là encore, les plus anciens ( type album Balzac ou album Zola) peuvent se négocier plusieurs centaines d"euros…

Hors ligne Hors ligne

 

#7 05/05/2021 16h47

Membre
Réputation :   32  

Petit événement dans l’histoire de la collection: pour la première fois cette année, l’album mythique concernera un auteur qui… a déjà eu droit à son album.

Dans la collection, il y aura donc désormais ( en fait à partir du 13 mai), deux albums Flaubert.

Je ne sais pas ce que vaut le nouveau - il fait suite je pense à la nouvelle édition des Oeuvres Complètes entamée en 2001.

En tout cas je recommande pour les Flaubertiens l’ancien album (malheureusement désormais difficile à trouver) édité en 1972 par Bruneau et Ducorneau: il documente largement le grand voyage en Orient de 1849.

De manière plus pragmatique pour les amateurs, je découvre ce site, une vraie mine d’informations mais qui malheureusement ne semble plus guère mis à jour:
Brumes, blog d’un lecteur

Dernière modification par DoctusMonkey (05/05/2021 16h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#8 05/05/2021 23h57

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   163  

DoctusMonkey a écrit :

De manière plus pragmatique pour les amateurs, je découvre ce site, une vraie mine d’informations mais qui malheureusement ne semble plus guère mis à jour: Brumes, blog d’un lecteur

La page qui réunit les informations sur le programme et le patrimoine de la collection n’a effectivement pas été mise à jour depuis quelques années.

Par contre, en bas de cette page, vous trouverez plusieurs kilomètres de discussions / commentaires qui contiennent, à certains endroits, des informations intéressantes sur les volumes récemment parus ou bien les prochaines Pléiades à paraître. La seule difficulté est de les retrouver… Un Ctrl+F avec les bons mots-clés peut aider. Il faut tout de même une formation ou une solide culture littéraire pour pouvoir comprendre certains intervenants !

Hors ligne Hors ligne

 

#9 06/05/2021 00h04

Membre
Réputation :   16  

Lecteur de la pléiade, c’est un fond de bibliothèque indénaible . D’un point de vue collection, bibliophilie, l’intérêt est faible.

ah les tragédies grecs et les apocryphes chrétiens.

en fait le titre est tragiques grecs et non tragédies. excusez mon mélange.

Dernière modification par pense_bete (06/05/2021 21h17)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 06/05/2021 07h57

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   163  

Ah oui, pour les tragédies grecques, c’est indéniable.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 06/05/2021 08h46

Membre
Réputation :   32  

delta a écrit :

Par contre, en bas de cette page, vous trouverez plusieurs kilomètres de discussions / commentaires qui contiennent, à certains endroits, des informations intéressantes sur les volumes récemment parus ou bien les prochaines Pléiades à paraître. La seule difficulté est de les retrouver… Un Ctrl+F avec les bons mots-clés peut aider. Il faut tout de même une formation ou une solide culture littéraire pour pouvoir comprendre certains intervenants !

C’est justement pour pointer cette mine d’informations que je vous ai indiqué le lien!

pense_bête a écrit :

D’un point de vue collection, bibliophilie, l’intérêt est faible.

Vous pouvez développer un peu?

L’idée ( pour moi en tout cas) n’est pas de procéder à une accumulation gratuite mais de me forger une bibliothèque solide de grands textes largement admirés édités avec un appareil critique permettant d’en savourer toutes les merveilles. Je viens par exemple de m’offrir la nouvelle édition des Comédies de Shakespeare en trois volumes, édition bilingue: un trésor. Au mois de mars, c’était les trois tomes du Graal - là encore une sublime édition.

Merci vraiment à la maison Gallimard de faire exister une telle collection ( mis à part l’inénarrable D’Ormesson, je ne vois quasiment aucune erreur de casting) .

La difficulté est de tenir le rythme de lecture: pour moi, une pléiade représente deux à trois mois de lecture je n’arrive pas à descendre en dessous… En même temps, on va pas quand même pas en arriver à souhaiter que ce soit du Marc Lévy ou du Delphine de Vigan sous prétexte que ça se lirait plus vite!

Dernière modification par DoctusMonkey (06/05/2021 08h55)

Hors ligne Hors ligne

 

#12 06/05/2021 21h23

Membre
Réputation :   16  

la collection bibliophilique se base sur la recherche d’exemplaires exceptionnels :

Editions originales, version numérotées papier japon, dédicace particulière, œuvres emblématiques, propriétaires célèbres, reliure d’exception etc… le tout à manipuler avec la plus grande prudence.

les livres de la pléiade, eux, sont fais pour être lus, et sont d’excellents fonds de bibliothèque.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur