Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS    Cherchez sur le site et les forums :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Screeners actions Consultez l’analyse graphique et les dividendes de Ferrari sur nos screeners actions.

Favoris 2   [+15]    #1 12/05/2020 23h54

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

Bonjour,
_
Notes préliminaires 1:
Je travaille depuis longtemps sur l’analyse de Serge Ferrari qui est actuellement une de mes principales position. J’avais prévu poster mon analyse fondamentale hors covid le week end dernier. La société a annoncé ce jour la mise au point d’un procédé d’entoilage permettant de réduire / détruire les corona virus. , Ce nouveau produit anti-covid est un potentiel game changer LT pour la société. J’y reviendrais plus tard dans la présentation même si ce n’est pas le cœur de la thèse d’investissement

Notes Préliminaires 2:
Non, Serge Ferrari n’a aucun lien ni avec la célèbre marque au cheval cabré, ni son ancien PDG emblématique (Sergio Marchionne). Il n’en demeure pas moins que la société me parait très intéressante. big_smile

_

Présentation :
SergeFerrari Group est spécialisé dans la conception, la fabrication et la distribution de matériaux composites souples éco-responsables de haute technicité.
Le groupe propose des matériaux pour :
-    Architecture tendue (grand projets tels que stades, parc exposition)
-    Protection solaires (stores, pare soleils)
-    Structures modulaires
-    Mobilier et milieu du yatching

La société possède de nombreux brevets relatifs à des propriétés spécifiques des membranes telles que :
- meilleure longévité
- laisse passer la lumière mais protège des UV,
- solidité, légèreté,
- propriétés acoustiques spécifiques
- étanchéité
- fabrication en précontrainte qui rend le produit final quasi indéformable
- résistance au feu

Le groupe dispose de 3 sites de production implantés en France et en Suisse (2).

La répartition géographique du CA est la suivante : France (23,4%), Allemagne (13,3%), Italie (11,4%), Europe (28,6%), Afrique et Asie-Pacifique (13,6%) et Amériques (9,7%).

extrait Document de Base Serge Ferrari a écrit :

A travers l’ensemble de ses sites industriels, le Groupe maîtrise la totalité de la chaîne de valeur et se caractérise par une intégration verticale complète : l’innovation dans la formulation des matières premières, l’engineering des process et des machines, la filature de microcâbles spécifiques de PET, des capacités de production recouvrant toutes les   technologies de fabrication de matériaux composites souples (enduction multiprocess, enduction avec le Précontraint et extrusion), la logistique mais également un réseau de distribution international et le recyclage de ses produits. Evitant ainsi toute dépendance à un tiers, cette intégration lui permet d’assurer en permanence un niveau de qualité optimal

La société contrôle l’ensemble de la chaîne de valeur sur sa niche. Cela leur permet d’être leader sur leur niche de produit.
La société est familiale et détenue à 71% par la famille Ferrari. Les dirigeants ont une approche conservatrice avec des opérations de croissance externes mesurées et un maintient des équilibres financiers du bilan.
La société verse un dividende régulier qui est maintenu pour 2020. Les actionnaires majoritaires ont accepté de reporter le paiement de leur part du dividende à une date ultérieure pour préserver la trésorerie à CT de la société. C’est IMO un gage important de l’engagement du management vis à vis des minoritaires.

Pour une meilleure familiarisation de la société, consultez le
- document de base
- la présentation des résultats Annuels 2019.
- Historique de la société

_

Passons à l’historique boursier de la société. J’ai sélectionné les événements « majeurs » depuis l’IPO.

2014 : succès IPO
IPO à 12€ / action, Serge ferrari lève 42,9M€, rembourse sa dette existante (27M€ pré-IPO) et accélérer leur développement commercial (création d’un réseau commercial propre) et opérations externes (distributeurs sur de nouveaux marchés ou nouvelle ligne de produits complémentaires).
- Quelques ratio opérationnels :
marge EBITDA : 11%
marge ROC : 6%
croissance organique 2%
- Valorisation :
VE/CA : 1,0
VE/EBITDA : 8
Capitalisation / Capitaux propres tangibles : 2,2

2015 / 2016 : renforcement des équipes commerciales
La société investit massivement sur son développement commercial. Ces dépenses pèsent sur la rentabilité à CT : la MOC baisse à 5,4% puis 4,5%.
La croissance organique reste en deça des objectifs de la société : suelement 2,5% en 2015 et 5,4% en 2016. Le développement commercial prend du temps.
1/ Il n’est pas facile pour une ETI française de percer à l’international.
2/ la société cherche activement à s’implanter dans l’univers architectural. Leurs produits sont novateurs et nécessitent une importante de communication afin de se faire connaitre des donneurs d’ordre (maitres d’oeuvres, architectes, …).
Serge Ferrari acquiert un distributeur européen (Giofex) en 2016

2017 : coup de mou opérationnel
Le CA stagne, la MOC baisse à 4,2%. Serge Ferrari entame alors une réflexion stratégique sur ses produits et son organisation commerciale.
Serge Ferrari acquiert un fabricant italien pour se renforcer sur les textiles pour mobilier indoor et outdoor.

2018 S1 : incident industriel majeur JV Vinyloop Ferrara Spa
Vinyloop Ferrara Spa, joint venture entre Serge Ferrari et un industriel italien à destination du recyclage des matériaux composites, subit un incident majeur sur son outil industriel. Cette JV était surcapacitaire et chroniquement déficitaire (cf « Quote-part dans le résultat des sociétés mises en équivalence »). Considérant le cout important de la remise en service et l’impossibilité à générer un ROI sur cette JV, les associés ont logiquement préféré dissoudre cette société. Cela a eu un impact très important sur les comptes annuels 2018
-> Résultats exceptionnel de -1,5M€
-> perte opérationnelle de 0,58M€
Impact total = 2,08M€

Cependant, l’activité principale (fabrication de toile) se redresse : CA +4,8%  et MOC qui remonte à 5%.

Le management est optimiste à MT. Ils procèdent au rachat d’un bloc d’action représentant 4M€ sur la base de 10€ / action. L’opération semble judicieuse dans la mesure où la société a réalisé des progrès commerciaux depuis son IPO et rachète à un cours inférieur au cours d’IPO.

2018 S2 : impact comptable réflexion stratégique
Suite à une réflexion stratégique, SF a décidé de se concentrer sur ses lignes de produits les plus rentables et passent des provisions pour 2,1M€.
Cela entraîne un ROC déficitaire sur le S2 à -2M€.
L’opérationnel continue sa recovery :  le CA croit de 5,5% à pcc.

Malgré l’améliroration opérationelle, Mr market capitule en voyant l’accumulation des exceptionnels  : 2M€ de pertes à cause de la JV (S1 2018) et 2,1M€ de depréciation pour réorganisation stratégique (S2 2018). Le cours s’effondre vers 5€ au printemps 2019.

2019 S1: bon opérationnel et fin des exceptionnels
Croissance CA pcc 4,5% en ligne avec leur objectif de LT. La MOC continue sa remontée à 6,5%.
Les comptes ne sont plus grevés pas les exceptionnels de 2018, ni par la filiale Vinyloop qui était chroniquement déficitaire.
CA S1 : 101 366 k€
EBITDA  S1 : 12 400 k€
ROC S1 : 6 547 k€ (marge ROC 6,5%)
RNPG  S1 : 4 122 k€
La valeur végète à 5€. Plus personne ne s’intéresse au dossier. Il semble qu’il y ait un gros vendeur (probablement un fonds FCP qui doit sortir pour raison réglementaires). Cependant, un acheteur assidu fait son apparition : [u]Le PDG rachète quasi quotidiennement sur le marché. Sur 2019, cela représente :
- 163 déclaration d’achat
- 251 250 action racheté, soit 2,04% du capital (montant énorme rapporté au flottant de seulement 30%)
- au prix moyen de 5,40€ pour un montant total de 1,35M€.

2019 S2 : incendie sur une ligne de production
La société accumule encore les déboires avec un incendie dans une de ses usines en décembre 2019. La production est stoppée pendant 1,5 mois. Cela a un impact financier sur les résultats du S2 2019 et du S1 2020 à venir (redémarrage progressif à partir du 21/01/20)
Les résultats sont en retrait notable à cause d’une saisonnalité moins favorable au S2 et de l’incendie.
CA S2 : 87 681
EBITDA S2 : 4 000
ROC S2 : 1 086
RNPG S2 : 704

En rythme annuel, on obtient :
CA 2019 : 189 047
EBITDA 2019 : 18 573 / marge EBITDA 9,82%
ROC 2019 : 7 634 / marge ROC 4,04%
RNPG 2019 :4 826 (meilleur résultat historique de la société malgré une rentabilité encore perfectible à seulement 4,0%)

2020 Q1 : croissance externe
Le Groupe poursuit sa prise de participation de 55% dans le capital de la société F.I.T à Taiwan (concepteur, fabricant et distributeur de matériaux de haute technologie incombustibles). L’opération semble judicieuse tant au niveau géographique (implantation en Asie) que technologique (offre complémentaire aux produits du groupe). La cible réalise un CA de 12M€ contre 190M€ pour le groupe Ferrari.

Q2 2020 : développement d’une procédé anti corona virus

extrait Document de Base Serge Ferrari a écrit :

Le Groupe Serge Ferrari annonce aujourd’hui avoir développé et breveté une technologie destinée à ses membranes composites pour réduire la charge virale des coronavirus à hauteur de 95% après un quart d’heure de contact, et près de 99,5% après une heure de contact, par rapport à une membrane non-traitée. Cette technologie a été testée par le laboratoire VIRHEALTH spécialisé dans les applications virucides des technologies de décontamination/désinfection.
Appliquée sur les membranes, cette technologie pourrait, associée aux autres mesures de prévention sanitaire, contribuer à sécuriser les surfaces dans les lieux recevant du public ou à forte fréquentation tels que les établissements de santé, écoles, crèches ou encore les bureaux, commerces, espaces culturels et de loisirs ainsi que les transports en commun.
(…)
Grâce à cette nouvelle technologie, le Groupe Serge Ferrari va proposer des toiles qui intègrent des propriétés antivirales pour des applications dans le domaine de la santé : structures modulaires pour l’accueil des patients (hôpitaux de campagne complets, tentes à déploiement rapide…) ou pour l’augmentation temporaires des capacités de stockage des structures hospitalières, aménagements intérieurs (séparations de box médicaux, stores à destination des chambres d’hôpital), applications pour du matériel médical (matelas nettoyables, brancards, revêtements pour matériel médical…) et protections individuelles (combinaisons).

- A court terme, la société pourrait bénéficier d’un boost de croissance avec ces nouveaux produits.
- Sur le Long terme, la situation n’est pas claire mais pourrait potentiellement être intéressante. En effet, si leur procédé d’entoilage de particules d’argent permet une protection sur la durée, alors de nombreuses nouvelles applications pourraient être développées. Le champ d’application potentiel est gigantesque : habillement, mobilier en tout genre … On imagine que les gens devraient s’arracher des pantalons ou vestes qui permettraient une protection contre le covid …
Serge Ferrari annonce avoir breveté ce nouveau procédé. Ceci couplé avec leur expérience et leur leadership sur ce marché de niche devrait leur permettre de garder une longueur d’avance sur d’éventuels concurrents sur ce nouveau marché.
Pour l’instant, je ne compte pas dessus. Je rajouterais une scénario covid dans mon tableau des valorisation.

Objectifs opérationnels long terme
Dans sa présentation des résultats semestriels 2018, la société indiquait que le marché adressable était évalué à 6300 M€ (vs un CA 2019 de 189M€…).
Ceci ne prenait bien sûr pas en compte le potentiel marché sanitaire lié à leur nouvelle toile antivirus dont il est aujourd’hui encore impossible à estimer l’importance.

Serge Ferrari table sur une croissance annuelle de 4,5% (en ligne sur l’historique de 2018 et 2019 hors incident au Q4) et surtout un relèvement progressif de la marge d’EBITDA à 15% contre environ 10% actuellement. Cet objectif peut paraître ambitieux mais semble réellement atteignable car la société possède un levier opérationnel très important sur son outil industriel qui n’est actuellement utilisé qu’à hauteur de 80%. Cela signifie que la société peut augmenter son chiffre d’affaire de 25% (100/80) sans capex supplémentaires (seule opex de maintenance).

_

Points forts:
1. bilan solide permettant de passer un éventuel bas de cycle sans problèmes financiers (c’est l’avantage des sociétés familiales).
2. Leader sur niche
3. avance technologique avec de nombreux brevets

Points faibles :
1. difficulté à percer à l’international (considérant la taille modérée de la société et la nécessité de faire connaitre ses produits novateurs).

Risques
1. cours des matières premières
2. non alignement des intérêts de l’actionnaire majoritaire (aucun problème à noter jusqu’à présent).
3. Marché potentiellement cyclique. On manque d’historique sur le comportement de la société lors de la crise de 2009.

Catalyseurs :
1. Les capacités industrielles ne doivent être utilisées actuellement qu’à hauteur de 80%. En effet, la société indique dans son rapport annuel pouvoir augmenter son CA de 20 à 25% sans augmentation de capacité de production. Cela explique bien la priorité stratégique apportée au développement commercial. S’ils parviennent à monter la charge de leurs usines, la rentabilité devrait suivre. L’objectif de 15% annoncé lors de l’IPO reste atteignable à MT.
2. Importante croissance externe. La société a déjà racheté plusieurs "petits" distributeurs depuis son IPO. Les cibles seraient soit commerciales (complémentarité géographiques) ou nouvelle ligne de produit. A noter que le management reste le premier actionnaire et devrait à ce titre rester "prudent" pour ce genre d’opération. Historique de rachat (Plastitex, gioflex, FIT).
3. Innovation de rupture sur traitement toile contre coronavirus

_

Valorisation :

Malgré le rebond spéculatif du jour à 5,20€, la société reste sur un niveau de décôte historique sur sa BV. (La valorisation sous 4,00€ était IMO une anomalie de marché sur fond de crainte corona virus et faible liquidité. La société cotait sous 0,65x ses capitaux propres tangibles, tout en étant bénéficiaire et leader sur sa niche de marché…).


Je table sur un CA 2019 de 189M€ + 12M€ de l’acquisition de la société FIT. J’arrondis à 200M€ de CA sur 2019.
Il est difficile de faire des prévisions sur 2020 étant donné les fortes incertitudes à la baisse (arrêt de production lors du confinement) ou à la hausse (potentiel succès de la nouvelle offre anti-covid). Je fais donc mes hypothèses plus conservatrice sur 2021 qui devrait marquer un retour à la normale.

Cours de référence : 5,2€
Capitalisation : 61,5 M€
Trésorerie nette : 0 (je considère que les 3M€ au bilan fin 2019 ont été utilisé pour financer les 55% de leur croissance externe sur FIT)
VE : 61,5 M€

J’ai modélisé 3 scénarii de base et 2 hypothèses bonus lié au succès des produits anti covid
- scénario bas : -15% de CA impactant une baisse de la rentabilité
- scénario moyen : CA +5% en ligne avec l’objectif LT de la société, rentabilité conservée à 10%
- scénario haut : CA +15%, hausse de la rentabilité marge EBITDA à 13% (augmentation progressive vers l’objectif MT)
- scénario covid : CA + 25% (saturation des capacités de production nominales), marge EBITDA optimale vers 16%
- scénario covid + : CA +50% (augmentation des cadences, 4x8), explosion de la marge d’EBITDA à 20% lié à un pricing power sur les nouveaux produits


Conclusion :
Le bilan est sain, la société est sur une niche en croissance et conserve une marge de progression sur sa rentabilité (obj à 15% à MT). Le Pdg est à l’achat sous les 10€ (cf rachats bloc au S1 2018) et l’achat fort sous 6€ (grosse accumulation sur le marché en 2019). En bonus, on a un potentiel game changer avec leur produit anti covid.
J’ai accumulé en 2019 avec un PRU légèrement supérieur à 6€.

Objectifs de cours :
Mon premier objectif conservateur serait un premier retour vers les 10€ (correspond au cours de rachat du bloc de 4M€ avant les incidents industriels de 2018). Cela correspondrait à un PE de l’ordre de 10 sur un scénario median +. Je pense que cela ne pas valorise pas entièrement le développement à LT de la société sur ses niches de marché (marché estimé à 6,3 Mds €) mais cela matérialise déjà un potentiel appréciable.

Ensuite, considérant que la société a beaucoup investit en développement commercial ces dernières années et que ces investissements ne sont pas capitalisés au bilan, je pense que le niveau de valorisation de l’IPO (2x les fonds propres groupes) est raisonnablement accessible. Cela porterait l’objectif à 15€.

En cas de succès son offre anti-covid, je pense qu’on peut tabler au niveau fondamental sur une fourchette large entre 30€ (12x ROC scénario Covid) et 60€ (12x ROC scénario Covid +). Ce n’est pour l’instant pas le fondement de ma thèse mais le potentiel de se scénario est à garde à l’esprit au cas où… Cela peut paraître très lointain aujourd’hui mai je pense que c’est largement atteignable considérant les valorisations délirantes des sociétés labellisées anti-covid et l’aspect pérenne LT d’une offre textile grand public anti-virus en tout genre (contrairement à l’activité seulement ponctuelle des sociétés pharma).

bonus : Interview du DG en novembre 2019

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par oliv21 (17/05/2020 17h04)

Mots-clés : composite, corona virus, covid, entoilage, game changer, niche, sefer, serge ferrari, société familiale, toile


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#2 13/05/2020 08h45

Membre (2012)
Réputation :   33  

Bonjour Oliv21,

je regarde régulièrement la société Serge Ferrari car son profil m’intéresse : un marché de niche, une société familiale, c’est des points forts pour moi.

Mais j’ai un problème pour expliquer la faible rentabilité depuis l’IPO.
Pourquoi la société n’arrive pas à vendre plus cher ses produits qui me semble très spécifique avec un vrai savoir faire ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 13/05/2020 14h51

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

1. Internationalisation :
Il est bien évident que le terrain de jeu de Serge Ferrari n’est pas limité à la France car leur niche produit y est beaucoup trop petite. Ils doivent se développer à l’international pour croître.
Ils ont une approche à la fois de croissance externe (acquisition de distributeurs spécialisés comme Gioflex en Europe ou plus récemment FIT pour l’Asie) et de développement organique en construisant leur propre réseau commercial. Ce type d’investissement est couteux et long à rentabiliser. Il faut participer à de nombreux salons spécialisés, démarcher les donneurs d’ordre le tout dans des pays totalement inconnus… Il y a beaucoup d’autre PME françaises qui sont confrontées à ce problème (Roctool, Mauna Kea, …). Bref, avoir un bon produit, c’est bien., le vendre à l’international, ce n’est pas toujours facile…
C’est souvent pour ça que de grands groupes internationaux rachètent à prix d’or certaines sociétés technologiques sur des niches complémentaires à leur cœur de métier. Ces grands groupe ont déjà un réseau commercial puissant et une reconnaissance à l’international ce qui leur permet de très rapidement accélérer la diffusion des nouveaux produits (cf MGI digital qui profite du réseau de Canon). On peut aussi penser à Quantel dans une certaine mesure. On voit le levier important à la hausse lorsque la commercialisation à l’international ne devient plus une difficulté …

2. Implantation sur de nouveaux domaines
Grace à leur savoir-faire développé initialement à partir de store soleil, Serge Ferrari s’est lancé sur de nouveaux segment du marché de la construction (architecture tendue, acoustique, façade, structures modulaires …), le nautisme, le yatching …
Allez voir leur siteet leur chaine youtube pour découvrir la richesse de leur gamme.
Chaque nouveau champ d’application nécessite des dépenses commerciales spécifiques et souvent importantes rapportées à la taille limitée de la société. Cela a été notamment un des points de la réflexion stratégique de 2017 / 2018. La société a compris qu’elle ne pouvait pas se battre sur tous les fronts et a établi ses secteurs prioritaires. Depuis, la croissance organique est revenue sur sa tendance de LT (4,5%).
Depuis plusieurs années, le groupe accumule progressivement les succès sur de grands projets (stade de Lyon, Rolland Garros, Stade JO au Brésil, …). Ce gain de notoriété devrait leur faciliter le développement commercial pour les prochaines années.

3. Sous-utilisation de l’outil industriel.
Les usines ne fonctionnent à qu’à 80% ce qui implique une rentabilité opérationnelle largement perfectible. D’un autre côté, cela leur permet de pouvoir augmenter leur capacité sans nouveaux capex. Ceci était précisément la raison de leur IPO en 2014. Ils avaient besoin de muscler leur développement commercial pour faire tourner leurs usines à plein régime.
Un exemple sur la sous-utilisation de leurs capacités industrielles : leur JV Vinyloop avec un industriel italien était destinée au recyclage intégral des matériaux composites utilisés par Serge Ferrari. Le groupe était en mesure de recycler entièrement ses produits en fin de vie. Cela était un argument commercial fort dans l’air du temps. Le problème était que cette filiale (1) était encore plus sous-capacité que l’outil de production de base ; (2) était dépendante des produits en fin de vie de Serge Ferrari qui avaient justement tendance à durer trop longtemps … La JV n’a jamais réussi à être atteindre le seuil de rentabilité et a été fermée suite à l’accident industriel en 2018. Leur concept était vraiment novateur mais arrivait beaucoup trop tôt par rapport au « besoin » du marché.

Quand vous rajoutez ces 3 problèmes (internationalisation, nouveaux domaines, sous capacité industrielle), il devient difficile d’avoir une bonne rentabilité à CT. Beaucoup de start up dans cette situation n’atteignent même jamais l’équilibre opérationnel … Serge Ferrari autofinance son développement et ne peut pas se permettre de brûler des montages de cash en développement commercial. Hors exceptionnels, ils veillent à garder une rentabilité minimale pour ne pas dépendre des marchés financiers. Ils ont pour objectif une croissance à 4,5% / an. Cela peut paraître peu mais quand on considère le levier opérationnel industriel, la rentabilité devrait rapidement se redresser avec la hausse de l’activité (Sur 4 ans : CA +20%, marge ROC en progression de 40 à 50 points de base…).

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#4 13/05/2020 18h21

Membre (2010)
Top 10 Dvpt perso.
Top 20 Monétaire
Réputation :   249  

Hello
C’est une société que je suis également depuis son IPO. Société familiale effectivement, et de la région Lyon est / nord Isère donc proche géographiquement de mon ancien lieu de travail. Société un peu comparable en terme d’histoire, à des Porcher et Thermador, situés à quelques km.

Ayant accès aux informations locales, ils ont eut plusieurs problèmes de production ces dernières années, et notamment il y a encore peu : une-ligne-de-production-larret-chez-serge-ferrari

A+
Zeb


Tout ce qui peut merder, va inévitablement merder.

Hors ligne Hors ligne

 

#5 14/05/2020 15h34

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

Quelques infos sur leur nouvelle toile anti-virus :
- communiqué société
- article France Blue
- article La tribune (accès abonnés)
- article Bati actu (accès abonnés)
- article Bref eco (accès abonnés)
- article Le Parisien
- Article RTL

quelques points à retenir :
- capacité de production de 20.000 mètres carrés par jour (voire plus si nécessaire).
- durée de vie (en maintenant la propriété virucide) estimée à plusieurs semaines. Pas suffisant pour des applications textile grand public (type vêtement de tous les jours) mais potentielle très intéressant pour les lieux publics tels que les hôpitaux et transports en commun (ça serait bien pratique pour les barres dans les métro / bus).
- leur innovation virucide est breveté
- le marché potentiel est mondial
- la société a déjà reçu ses premières commandes

Quelques réflexions sur la valorisation actuelle :
Les capitaux propres tangibles représentent 6,20€ / action.
Les capitaux propres groupe représentent 8,20€ / action.
Après le réveil spéculatif de ces derniers jours, le cours est à peine remonté au niveau des capitaux propres tangibles et reste très en deçà des capitaux propres groupe. IMO, le marché est encore très loin de valoriser correctement le fond de commerce de la société.

Le marché aujourd’hui n’a toujours pas digéré / compris / intégré ces exceptionnels et la poursuite de l’amélioration opérationnelle (retour croissance CA organique, marge).
Pour une fois, c’est la spéculation qui qui corrige les anomalies de valorisation. D’habitude, c’est l’inverse yikes

Dans un monde "normal", ce genre de société sur niche est valorisée à plus de 2x les capitaux propres groupe (soit 16,50€ actuellement). C’était précisément le niveau de valorisation de l’IPO en 2014 !

@zeb :
J’ai indiqué les accidents industriels de 2018 et fin 2019 dans la présentation.
Il est aussi important de se rappeler que la société a racheté un bloc de ces actions de 4M€ à ce cours de 10€ au S1 2018, juste avant les aléas industriels…
Sans ces exceptionnels, le cours n’avait aucune raison de sombrer sous les 10€
(sans parler du krach de mars à 3,50€). Vive l’efficience du marché dans monde merveilleux des nano cap. smile

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par oliv21 (15/05/2020 08h33)


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#6 15/05/2020 14h52

Membre (2019)
Réputation :   0  

J’ai profité avec plaisir de la hausse du cours, je me pose la question de racheter des actions en tablant sur la continuité de la dynamique actuelle.

La question qui se pose dans cette actualité chaude est de savoir si on est dans une phase spéculative (comme pour d’autres valeurs Covid) avec une chute du cours dans la foulée ou si on va entrer dans une logique de progressive montée du cours.

EDIT  :  quelques minutes plus tard, début de réponses avec un afflux de vendeurs. Pas sûr que les gens ne se soient intéressés à l’entreprise.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Bobbymensch (15/05/2020 15h22)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 15/05/2020 15h59

Membre (2014)
Top 20 Année 2022
Top 20 Année 2021
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   483  

Cette boite est une énigme.
Si c’était véritablement une pépite, nous aurions des ratios du genre :
- croissance du CA annuel >6%
- marge brute > 35%
- marge op > 10%
- pas de dettes nettes depuis belle lurette
- implantation géographique limitée à la France et quelques autres pays

En regardant les ratios du groupe, je n’arrive pas à comprendre si :
- c’est très mal géré. Quel est le levier d’amélioration si la famille contrôle déjà le groupe?
- les produits sont tout simplement pas "mission critical" et plutôt "nice to have", ce qui expliquerait les faibles marges et les applications trop nombreuses
- la distribution est à revoir, avec trop de pays et types d’industries servis.


Patron d'un cabinet CGP

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #8 15/05/2020 17h11

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

@Bobbymensch :
Il est évident que l’on est dans une phase spéculative.
LA bonne question à se poser est : quelle est la valeur intrinsèque de la société.
Les mains faibles (spéculateurs) vont vendre en fonction des nouvelles, des graphiques, de la pluie, du vent, de Trump, de la Chine etc …
Par contre, les investisseurs long terme vendront en fonction de leurs analyses fondamentales et leurs objectifs de cours.

Comme expliqué dans ma présentation, j’ai fixé plusieurs objectifs progressifs.
Le premier objectif de 10€ a été atteint. En bonne gestion, et considérant que la position devenait beaucoup trop importante dans mon portefeuille, j’ai allégé d’un tiers.
Mon prochain objectif reste à 15€. Il correspond à la valorisation fondamentale hors impact négatif de la crise ou bénéfique avec le succès des toile virucide.
Je maintiens l’on peut rationnellement viser encore beaucoup plus haut si les applications virucides sont un succès.

Pour l’instant, la valeur prend un respiration … mais la dynamique peut reprendre à tout moment si la société annonce des commandes tangibles sur les toiles anti-virus. Par exemple, si demain, la société annonce un contrat cadre avec un groupement d’hôpitaux / cliniques d’un million d’euro, cela rendrait beaucoup plus concret le marché potentiel. On peut avoir ce type de nouvelles émanant d’un autre domaine visé (transports en commun, établissement recevant du public, crèches, etc ..).

Personnellement, je ne crois pas du tout à une disparition du virus cet été. Je ne vois toujours aucun traitement efficace. Je n’envisage pas de vaccin avec plusieurs mois (ou années selon le DG de Novartis …). A côté de ça, il reste Serge Ferrari qui a un développé modestement un produit qui pourrait aider à lutter à la propagation du virus qui reste le point noir de la maladie (le taux de mortalité n’étant pas si élevé que ça dans l’absolu). Bref, si vous avez un moyen pour lutter contre la propagation, je pense qu’il doit être pris très au sérieux (tout comme les masques, le gel, etc …). En toute logique, Serge ferrari devrait bientôt participer aux efforts de lutte contre le covid. L’inconnue reste la taille réelle qu’aura ce marché pour le groupe …

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#9 16/05/2020 09h54

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

@kiwiJuice :
- Marge brute en amélioration progressive : à terme, je viserais 55%

- croissance CA annuel : 4,5% en organique, hors acquisition de sociétés complémentaires (FIT semble être une opération très judicieuse sur la technologie et la géographie …)
- marge opérationnelle : Considérant que les incidents des dernières années et la ré-orientation stratégique de 2017 / 2018,  je pense que la société doit actuellement avoir un potentiel opérationnel vers 7%. Je vise une remontée progressive (sur 3 à 5 ans) vers les 10%.
- la société n’a pas de dette !
- implantation géographique : cf présentation résultats S1 2019 (slide 16 à 19) : tout est expliqué !

- Non, le groupe n’est pas très mal géré. Ils ont juste des difficultés de développement à l’international.  Après plusieurs années de développement commercial (grosse modo 5 ans depuis l’IPO), leur réseau semble enfin prendre forme.
- les produits sont très techniques et souvent brevetés. Ils apportent de réelles différences concurrentielle de niche (solidité, légèreté, acoustique, transparence) … Ce n’est pas un miracle si on trouve des produits du groupe dans (quasiment) tous les gros projets (stade rolland garros, piscine JO au brésil, stade lumière à Lyon, etc … allez voir leur références commerciales).
- la distribution n’est pas "à revoir". Elle est juste en phase de lancement. Une fois que la taille critique sera atteinte, les marges remonteront !

_

Serge Ferrari me fait penser à Quantel / Chargeurs / microwave qui ont longtemps végétés sous 5€. Puis un jour, le déclic est arrivé et les cours se sont envolés au delà de 15€.
- Sur Quantel, la fusion avec Keopsys a permis l’atteinte de la taille critique.
- Sur Chargeur, un nouveau management avec croissance externe.
- Sur Microwave, un mega contrat a enfin consacré leur leadership technologique mondial

Dans le monde des nano caps de niche, c’est comme les  avions : tant que vous n’avez pas atteint le seuil critique, ça ne décolle pas… mais après, ça vole tout seul smile

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par oliv21 (16/05/2020 09h54)


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#10 16/05/2020 10h05

Membre (2013)
Réputation :   51  

A noter le reportage vu ce matin sur BFM TV sur cette société et ses produits novateurs qui répondent aux problèmes sanitaires…
Ça peut lui faire un peu de publicité gratuite….


parrainage Bourse direct, binck, boursorama, fortuneo possibles

Hors ligne Hors ligne

 

#11 17/05/2020 17h16

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

@kiwijuice :

Rapport Annuel 2019 Serge Ferrari p20 a écrit :

Un historique de croissance et de rentabilité : les données financières historiques traduisent la capacité du Groupe à construire une politique de croissance tant organique qu’externe sur la durée, sans la mener au détriment de la rentabilité (entre 1991 et 2007, une croissance annuelle moyenne supérieure à 13 % associée à une marge d’EBITDA ajusté supérieure à 15 %, - données issues d’états financiers établis selon le référentiel comptable CRC 99-02). Malgré le brutal recul de son chiffre d’affaires en 2009 (-14 % en valeur), le résultat net consolidé s’était établi en légère perte (à - 1 M€), traduisant une relative protection de la rentabilité du Groupe face à de fortes variations d’activité. De 2014 à 2019, le chiffre d’affaires a progressé de 148,4 millions d’euros à 189,0 millions d’euros. Sous l’effet des forts investissements, commerciaux notamment, le résultat net constaté en 2015 et en 2019 sont comparables, à 4,8 millions d’euros. Un point bas a été constaté en 2018, avec un ebit de 2,8 millions d’euros : en 2019, pour un chiffre d’affaires de 189 millions d’euros, l’ebit s’est élevé à 7,4 millions d’euros sous l’effet des actions vigoureuses de réduction de coûts, d’allègement des organisations et d’orientation favorable du coût des matières premières.

A retenir :
- historiquement, une croissance dynamique avec une marge d’EBITDA de 15%
- Une relativement bonne résistance en phase de crise (seulement 1M€ de perte en 2009)
- De forts investissements commerciaux depuis l’IPO de 2014 qui masquent la capacité bénéficiaire.
- Une restructuration stratégique en 2018 sur 4 lignes produits et baisse des coûts.
- des accidents exceptionnels en 2018 / 2019 qui masquent encore l’amélioration opérationnelle

Hors covid, dont on ne sait pas encore si cela aurait un impact favorable ou pas sur l’activité, 2020 aurait du être le début de la recovery.
Avec le covid, soit on aura une année légèrement déficitaire (cf leur résistance lors de la dernière crise), soit une excellent année avec le succès des produits virucide.

_

Sur la qualité de niche et les travaux de R&D:

Rapport Annuel 2019 Serge Ferrari p21 a écrit :

L’innovation permet au Groupe de se différencier des fabricants de commodités et de maintenir sa spécificité de fabricant de spécialités sur des produits de haute technicité et donc à forte valeur ajoutée. Il s’agit, par exemple, de matériaux composites souples qui pourront être utilisés dans de nouveaux domaines d’applications comme les revêtements pour la robotique, les matériaux pour l’aquaculture, les énergies nouvelles ou le secteur oil & gas. La capacité du Groupe à augmenter ses prix de vente moyens au m2  et/ou son taux de marge brute découle directement de cet avantage.

La société dépense 4,5% à 5,0% de son CA en R&D. "Pour des projets très innovants, le Groupe travaille via des partenariats avec des pôles de compétitivité ou des organismes publics tels que le CNRS ou le CEA Tech."

_
Sur le levier opérationel de l’outil industriel :

Rapport Annuel 2019 Serge Ferrari p21 a écrit :

Au total, le Groupe estime que la configuration actuelle de son outil industriel lui permet sans investissement capacitaire supplémentaire d’absorber une augmentation des volumes d’environ 20 % à 25 % dans une configuration de mix produit
équivalente à celle rencontrée au titre des trois derniers exercices.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par oliv21 (17/05/2020 18h17)


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#12 21/05/2020 12h38

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

Après une consolidation d’une trentaine de pour-cents sur les plus hauts, la valeur est revenue à des niveaux de valorisation intrinsèque intéressants à mi chemin entre les capitaux propres (8,2€ / action) et les capitaux propres tangibles (6,2€ / action).
Le moment pourrait être opportun pour ceux qui sont intéressés par les fondamentaux mais ont loupé le décollage la semaine dernière…

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 01/06/2020 18h17

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

Serge Ferrari vous présente sa nouvelle technologie antivirale AGIVIR
Voir des poignées de portes ou de cadi recouvertes de plastique ne fait pas forcément rêver … mais si cela devenait utile / nécessaire, vous regarderez différent tous les stocks de cadi à la prochaine fois que vous irez au supermarché …

En attendant, les spéculateurs covidesques sont allés chasser vers d’autres prairies plus vertes. Le cours est retombé vers 6€ qui est mon PRU de 2019.
A ce prix, on ne price même plus les capitaux propres TANGIBLES et bien évidemment plus aucune potentielle application covid (si tant est que ce virus existe encore…). Le pic de la crise sanitaire semble passé pour le moment en France. On verra si cela ressort (ou pas) dès cet automne.

Avec l’acquisition de FIT en Asie (que l’on attend depuis plusieurs années), Serge Ferrari devrait générer d’importantes synergies commerciales géographiques et produit.
Le ratio risk reward me semble bien plus intéressant que lors de mes premiers achats de 2019. En bonus, on a une protection de portefeuille sur une éventuelle seconde vague à l’automne. Dans ce scénario, la situation économique est tellement dégradée que l’on ne pourra plus se permettre un confinement strict comme au printemps. Les produits virucides de Serge Ferrari deviendraient alors très utile pour endiguer la pandémie.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#14 02/06/2020 11h45

Membre (2016)
Top 20 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   1376  

Cela me semble déjà nécessaire.
Chez moi en zone verte, tous les caddies sont désinfectés après chaque client, idem pour les caisses dans lesquelles sont disposés nos articles quand on vient les chercher au drive.

Quand je vois le bazar à l’école maternelle également, où les instituteurs/trices et ATSEM passent leur temps à désinfecter et protéger…

Après tout dépend du prix et de la durée de vie du produit, à comparer aux coûts des pertes de temps/productivité que le nettoyage incessant entraîne.

J’ai écrit à SF ce jour au sujet de potentielles 1ères commandes, en espérant avoir un retour…

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par bibike (02/06/2020 12h07)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect Linxea

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 02/06/2020 15h50

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

Le coût des protections Serge Ferrari devrait en toute logique être bien inférieur au coût de nettoyage même si l’espérance de vie des toiles n’est que de quelques mois.
Imaginez une personne payée au SMIC pendant 4 mois pour nettoyer tous les cadis. Cela devrait coûter dans les 6000€.
J’ai du mal à imaginer que mettre en place une centaine de protection sur des cadis revienne aussi cher …

A CT, l’épidémie semble avoir été jugulée en France grâce au confinement. La période estivale semble être également peu propice au virus.

MAIS si on regarde de l’autre côté de la planète, on voit que le Brésil est actuellement en pleine crise et si l’on se fie à la dynamique exponentielle encore non maîtrisée, il y a de fortes raisons d’être pessimistes pour les brésiliens … mais aussi pour tout les autres pays qui restent exposés à une seconde vague.

Source
Si l’on ne trouve pas de solution miracle cet été, je vois mal comment on pourrait s’épargner une seconde vague à l’automne en France. Si cela doit arriver, je ne pense pas que l’on puisse reconfiner le pays. Il faudra malheureusement vivre avec… L’application des mesures barrières et toutes les innovations devraient néanmoins permettre une meilleure contention de l’épidémie.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#16 02/06/2020 16h28

Banni
Réputation :   88  

La plupart des épidémies n’ont pas de seconde vague donc pourquoi compter dessus?  A part le Dr Mélenchon, de la Havane, qui veut que les gens soient payés à ne rien faire…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 02/06/2020 16h31

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

Si vous ne voulez pas l’appeler "seconde vague" utilisez simplement le terme de virus saisonnier wink
Si je me souviens bien, les virus respiratoires reviennent chaque année à l’automne …

Tant que l’on n’a pas de traitement miracle ou d’immunité collective, j’ai du mal à imaginer qu’on puisse s’épargner une nouvelle vague même si c’est annoncé par un célèbre épidémiologique à la TV.
Je ne suis ni perma bear, ni apotre de l’apocalypse. Je suis simplement sceptique : je me base sur mon bon sens et quelques références historiques (qui ne sont bien sûr jamais parfaites et comparables).
Un rappel historique sur les 3 phases de la grippe espagnole…

_

En complément, je rappelle que le cœur de ma thèse sur Serge Ferrari n’est PAS liée au corona virus. Je table simplement sur une recovery au niveau de la profitabilité et l’expansion continue sur un marché de niche. L’acquisition de FIT devrait également être un catalyseur pour les prochaines années.
En complément, $SEFER est une bonne protection contre une "éventuelle" seconde vague covid.

Dernière modification par oliv21 (02/06/2020 16h48)


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#18 02/06/2020 18h47

Membre (2016)
Top 20 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   1376  

Réponse de la communication investisseurs, en gros pas d’infos supplémentaires à ce qui est publique (pour les commandes). J’aurai essayé.

Cher Monsieur X,

Merci pour votre message concernant la société Serge Ferrari.

En ce qui concerne les produits de la gamme Serge Ferrari Agivir dont le lancement a été annoncé récemment par voie de communiqué de presse, la commercialisation est en cours.

Toutes les informations disponibles publiquement sont consultables sur le site internet de la société via les communiqués de presse et sur son compte LinkedIn.

Par exemple

Une innovation au service de la lutte contre le coronavirus

Ou

Agivir

…/…

En termes de calendrier financier la prochaine communication de chiffre d’affaires est prévue pour le 28 juillet 2020 post bourse.

Cordialement,

NewCap pour Serge Ferrari.

Par contre j’ai pu trouver grâce à cet échange le site commercial de la gamme : Boutique officielle AGIVIR par Serge Ferrari

Et les prix sont très accessibles !

A partir de 40 euros TTC pour 5 mètres x 15 cm

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par bibike (02/06/2020 18h49)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect Linxea

Hors ligne Hors ligne

 

#19 02/06/2020 19h03

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

1. Leur produit virucide sont vraiment accessibles (entre 45 et 55 €/m2).
2. Ils ont pensé leurs produit en fonction de la facilité d’utilisation avec taille adaptée aux besoins et face adhésive selon les références.
3. Ils ont mis le paquet sur la commercialisation avec une site de vente BtoC dédié au produit.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#20 04/06/2020 18h55

Membre (2020)
Réputation :   5  

Je ne sais pas si cela aura une quelconque incidence sur les cours de l’action mais je viens de voir une vidéo dans les tendances YouTube concernant cette nouvelle "membrane" pour surface dont vous parliez

Vidéo YouTube

Hors ligne Hors ligne

 

#21 04/06/2020 19h00

Membre (2015)
Réputation :   32  

Je crois qu’à l’époque médiévale, ce type de masque s’appelait un "heaume". Notre époque redécouvre l’armure. Et crée l’Armure 2.0 :-)


"C'est à la fin de la foire que l'on compte les bouses" (sagesse populaire)

Hors ligne Hors ligne

 

#22 04/06/2020 19h08

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

@ubertil :
Le journaliste indique une durabilité entre 2 et 3 ans (vidéo à partir 1:40). Ceci devrait être suffisant pour les éventuelles nouvelles vagues dans les prochains mois / années. A la base, j’avais plutot compris / envisagée une durée de vie beaucoup plus succincte.

@Tomatoketchoupy :
merci de ne pas spammer la file

_
En bonus, la brochure commerciale Agivirdisponible sur leur site. Ils ne parlent pas de durée spécifique pour la durabilité …

Dernière modification par oliv21 (04/06/2020 19h09)


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#23 04/06/2020 19h16

Membre (2020)
Réputation :   5  

oliv21 a écrit :

Le journaliste indique une durabilité entre 2 et 3 ans (vidéo à partir 1:40). Ceci devrait être suffisant pour les éventuelles nouvelles vagues dans les prochains mois / années. A la base, j’avais plutot compris / envisagée une durée de vie beaucoup plus succincte.

La durabilité du tissu, ses multiples usages simples et les capacités de production énoncées sont autant d’arguments qui pourraient invités de futurs clients publics ou privés à l’achat.

On voit qu’ils ont pensé large avec même un rideau pour bureau de vote !

A voir peut-être les retombées d’ici quelques jours / semaines de la campagne marketing qui s’opère…

Hors ligne Hors ligne

 

#24 07/06/2020 11h35

Membre (2019)
Réputation :   26  

Bonjour !

J’ai bien noté que la thèse d’oliv21 ne dépend pas du covid ! Tant mieux car je suis beaucoup plus serein qu’il y a quelques mois.

Bref, la société a fait un petit saut à 10 € et revient maintenant vers les 5,50€, avec un P/B d’environ 0.7.
Pour une moyenne de P/B de 1.19 sur les 5 dernières années. Et oliv21 nous parle d’un P/B de 2 pour ce type de société en général.

La société est peu endetté et n’aura pas de problème a régler ses prochaines échéances.

Quick Ratio
1.15
Current Ratio
2.26
Debt/Equity
0.51

Par contre la marge nette est au alentours des 3%, un peu faible non ?

C’est peut-être une bonne opportunité value smile.

Hors ligne Hors ligne

 

#25 07/06/2020 12h22

Membre (2016)
Top 20 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   1376  

Personnellement mon achat se basait initialement sur les prévisions de FCF disponibles sur ZoneBourse, avant le COVID.

Même après révision COVID, la société semble nettement sous-valorisée :



Le produit virucide sera soit un catalyseur pour re-faire exploser le cours (perso j’ai raté le coche d’un allègement..) ou au pire des cas, générera quelques commandes pour soutenir l’activité 2020 et réduire l’impact COVID sur l’activité habituelle….

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect Linxea

Hors ligne Hors ligne

 

Screeners actions Consultez l’analyse graphique et les dividendes de Ferrari sur nos screeners actions.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur