Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+4]    #1 28/04/2020 09h17

Membre
Réputation :   7  

Bonjour à tous,

Après quelques recherches je m’aperçois qu’un sujet n’a pas été abordé ou en tout cas n’a pas de topic à lui. (Si je me trompe n’hésitez pas à supprimer la discussion).

Il s’agit de l’éducation financière des enfants.

En France (je ne sais pas si c’est la même choses dans tous les pays), le gestion des finances personnelles n’est pas abordé à l’école. Devenir rentier(ou un gros patrimoine) et avoir des enfants impose de savoir leur transmettre le goût de la finance notamment afin de peut-être faire grandir ce que vous avez eu tant de mal à créer.

Comment faire développer dès le plus jeune âge leur intelligence financière ? Comment la faire grandir ?

Je n’évoque pas le fait de les transformer en requin de la finance, juste de leur inculquer un savoir-être et un savoir-faire afin d’aborder les investissements que vous avez fait et dont ils vont hériter mais aussi pour peut-être les inviter à démarrer leur propre investissement dès le plus jeune âge (Buffett a acheté ses premières actions à 11 ans).

Évidemment votre enfant doit rester maitre de ses choix et prendre sa propre voie. Cependant, si il est rentier il pourra vivre de sa passion ou faire le métier qui lui plait sans jamais se soucier de manger des pâtes à la fin du mois car son compte affiche tellement de rouge que c’est à en faire pâlir l’URSS (ou la chine).

à vos claviers smile

Dernière modification par Elzakar (28/04/2020 09h22)

Mots-clés : education financière, enfants, finances personnelles

Hors ligne Hors ligne

 

#2 28/04/2020 10h07

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

A mon sens, c’est un faux problème.

L’importance est plus de transmettre un esprit critique, une curiosité, une volonté d’apprendre, en gros tout ce que l’école essaye de refréner.

Après, en étant critique, curieux et en cherchant à apprendre, tout le monde a les bases pour se débrouiller!

Hors ligne Hors ligne

 

#3 28/04/2020 10h36

Membre
Réputation :   30  

Encore jeune et sans enfants, j’ai eu la chance d’avoir cette curiosité transmise par mes parents (pas sur la partie marché mais sur la partie entreprise / comptabilité / gestion).
J’ai eu cette chance en grande partie grâce à leur métier (prof de compt/fisca/gestion et artisan).

C’est un sujet auquel je pense régulièrement car cet "apprentisage" m’a beaucoup apporté tant en esprit critique qu’en compréhension du monde qui m’entoure.

Récemment, sur une chaine youtube que je suis, dans cette vidéo j’ai rencontré une idée intéressante.
Il réalise l’interview du CEO de M1 finance (broker US "nouvelle génération") qui explique au début de la vidéo comment lui s’est intéressé à la finance via ses parents qui lui faisait faire assez jeune (dés le lycée) des analyses de société avec un petit compte titre ouvert à son nom.

Une piste comme une autre wink

Dernière modification par DockS (28/04/2020 10h37)


"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité […] finit par perdre les deux." B.Franklin

Hors ligne Hors ligne

 

#4 28/04/2020 11h21

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   195  

Je ne séparerai pas l’éducation financière de l’éducation culturelle, ou sportive, ou encore religieuse du modèle familiale dans lequel évoluent les enfants.

Voici un livre intéressant de Paul Henrich sur les piments et les petits Mexicains, et plus largement sur le savoir hérité, via la culture, des générations précédentes.

Dont voici un extrait : " Ils veulent apprendre à aimer le piment pour manger la même chose que les modèles qu’ils admirent.[..] Les enfants calquent volontiers leurs préférences alimentaires sur celles de leurs aînés."
Et plus généralement " Comme nous le verrons dans les chapitres qui suivent, il en va de même pour un certains nombres d’institutions, de croyances religieuses, de rituels et de pratiques médicales".

Toute petite, j’ai pris plaisir à aller à la pêche avec mon Grand Père, à aller à la patinoire et à la bibliothèque avec ma Mère, à arpenter les brocantes et salon de philatélie avec mon Oncle.
A 16 ans, je suis allée dans une boutique pour acheter un beau cadeau de Noël pour mon Oncle, l’exploitant m’a ramené des classeurs remplis de choses banales, j’ai donc montré sur son Yvert et Tellier ce que je voulais. Une " éducation culturelle".
Je me rends compte que maintenant je reproduis ce " schéma" inconsciemment avec mon fils.

Ma meilleure amie me disait encore ce début d’année " On a passé un super dimanche, on était à Mac Do avec les enfants". Ses références familiales sont une bonne sortie agréable en famille = sortie au Mac Do, comme elle en avait fait jadis avec ses parents et ses frères.

Dans la belle famille, ils peuvent parler pendant des heures de leurs voitures… Et je m’ennuie profondément.

Concernant l’éducation financière, il n’y a pas une "éducation" au sens un apprentissage avec des chapitres, faire la leçon. Instinctivement, il va reproduire les modèles qu’il a sous les yeux. Quand il sera adulte, à lui de voir s’il souhaite continuer dans cette voie ( modèle positif), ou au contraire faire l’opposé (modèle négatif).

Cela dépend également de l’âge qu’ont vos enfants. A 4 ans ce n’est pas 16 ans et l’opposition aux parents pour s’affirmer en tant qu’adulte.

Dans notre cas, mon enfant a été faire des visites avec moi dès son plus jeune âge (cf photo, que je supprimerais ensuite), puis il en a refait l’an dernier pour visiter le bureau que j’ai acheté en février.
" C’est génial d’aller à Lyon, on voit des petites maisons et après on mange au restaurant avec maman, et même des fois j’ai des glaces".
En allant vers les garages.
Il y a quelques semaines je l’entendais jouer au Playmobil dans sa chambre " On va où aujourd’hui ? On va aller acheter un appartement. D’accord, /t/u veux l’acheter où? A Paris où à Lyon? …".

Pareil, il voit son papa qui " s’occupe des sociétés" chaque week-end ( appel de fonds, charges, …) et il en parle dans ses petites histoires " On va faire un pic nic aujourd’hui. D’accord, mais quand j’ai fini les sociétés. D’accord papa, moi je prépare le sac. On va manger des sandwichs, puis des chips, …"

Rien ne me dit qu’adulte il continuera, ou qu’au contraire, il fera un profond rejet, mais cela fera parti de son " schéma inconscient". De mon côté, même si j’apprécie toujours autant quand je vais accompagner des pêcheurs, ou déambuler dans un salon de philatélie, je n’ai pas donné continuer seule quand je suis devenue adulte.

Hors ligne Hors ligne

 

#5 28/04/2020 12h08

Membre
Réputation :   15  

J’ai acheté une peluche Warren Buffett à ma fille de 2 ans et une peluche Charlie Munger à mon fils de 7 ans. La première dit des phrases courtes comme "rule number 1 : don’t lose money" et la seconde en fait de même en disant "Ebitda is bullsh*t earnings". Je crois que petit à petit la philosophie value infuse dans leur esprit.

Par ailleurs, pour remplacer les cahiers de vacances traditionnels, je leur fais des photocopies en noir et blanc de pages de garde de rapports financiers et ils les colorient suivant un code couleur.

Plus sérieusement, je me suis posé la même question que vous et il est toujours tentant de vouloir transmettre sa passion à ses enfants. Pour ma part, je dois essayer de me réfréner car mon épouse ne souhaite pas qu’ils soient passionnés de finance comme moi.

Je procède donc avec l’investissement de la même manière que je procède avec les autres matières, en douceur. Si je vois qu’ils ne sont pas réceptifs, je ne force pas. Quand ils témoignent de l’intérêt, j’en profite. Le plus grand de 7 ans sait (vaguement) ce qu’est une entreprise et il connaît quelques classes d’actifs…

Dernière modification par Doe (28/04/2020 12h14)

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #6 28/04/2020 12h10

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1096  

Quelques pistes que j’ai utilisées moi même étant enfant, qui à posteriori, ont été très utile à mon éducation financière.



Picsou est certes un horrible radin, mais c’est surtout un entrepreneur, un travailleur acharné qui ne rechigne jamais à l’effort, il saisit toutes les opportunités qui s’offrent à lui.
Donald est le contre-exemple raté, fainéant et qui fait toujours les mauvais choix.
Les petits neveux ont de la ressource que ce soit pour gagner un peu d’argent de poche ou pour apprendre de nouvelles choses ou un savoir être via les castors juniors.
Les BD sont drôles, il y a de l’aventure et de l’humour. Je les lis aujourd’hui avec plaisir à mon fils qui adore cela (et qui commence à collectionner les pièces pour être riche comme Picsou… oups..).

Et pour l’anecdote, ce magazine a les mêmes initiales que le ticker d’une grande foncière cotée américaine… ^^

Sinon quand vos enfants veulent quelque chose, à partir d’un certain âge ils peuvent faire le nécessaire pour l’acheter eux mêmes.
Dès 8/10 ans il y a moyen de faire de petits boulots comme s’occuper des animaux des voisins pendant leurs vacances, arroser les plantes etc. Je ne sais pas si on a encore le droit aujourd’hui mais quand j’étais petit j’ai passé au moins 3 premier mai à vendre du muguet du jardin, dans le bourg de mon village.

A 12/13 ans je faisais mes premiers vides grenier pour vendre mes vieux jouets afin d’acheter une mobylette.
Cela inculque plusieurs notions la valeur des choses, prendre soin de ses affaires et les revendre au meilleur prix. Cela développe la fibre du commerce en essayant de ne pas trop se faire arnaquer (même si certains adultes profitent d’avoir à faire à un enfant).

A peu près au même âge, j’ai eu l’opportunité d’aider un voisin à faire du bois, et son garage en béton. Pas besoin de savoir faire, juste du courage et de l’envie. Un peu de force physique quand même et un âge suffisant pour pas se faire mal. En réfléchissant bien, il y a des tas de services manuels qu’un jeune ado peut réaliser.

Quand enfant, vous arrivez à vous payer quelque chose tout seul, que vos parents ne pouvaient de toute façon pas vous acheter, c’est une grande fierté, une satisfaction bien plus élevée que pour ceux qui n’ont qu’à demander.

Autre idée que j’avais mis en place pour m’aider à acheter une 125cc, j’avais fait un catalogue de bijoux fantaisies dont j’avais pris les modèles chez un fournisseur italien trouvé sur le web, j’avais fait tourner le catalogue auprès des amies et collègues de ma mère, et une fois leur choix fait, j’avais commandé sur internet en prenant ma marge de distributeur. ^^
Je ne l’ai fait qu’une fois car une fois reçu le matériel, j’étais déçu de la qualité pacotille.

Aujourd’hui il faudrait un statut de micro entrepreneur pour faire cela proprement (peut-être même pas accessible aux mineurs?) et de toute façon le créneau n’est pas intéressant mais tout ça pour dire qu’avec de l’imagination et l’obligation de se débrouiller soit-même pour s’offrir des choses, l’éducation financière se fait toute seule.

Si en plus vous êtes un parent informé prêt à guider votre progéniture alors l’environnement est idéal pour celui qui a envie d’apprendre. A ce sujet, je pense que l’envie vient avec le besoin.

Autre idée : pour mon fils de 4 ans, on utilise un système de bons points, s’il nous aide à débarrasser le lave vaisselle = un bon point, s’il range ses jouets sans qu’on lui demande = un bon point, s’il nous aide à ramasser les branches dans le terrain = un bon point etc…
Au bout de dix bons points il peut obtenir une récompense : une BD (Momox, leboncoin…), un sachet de bonbons ou autre.
Les bêtises compensent les bons points et en font perdre.
La prochaine fois qu’il aura accumulé dix bons points on lui proposera un deal : soit les dépenser maintenant contre une récompense ordinaire, soit les conserver jusqu’à en avoir 20 (épargne) pour obtenir une plus grosse récompense  : un petit jouet absent sous le sapin dont il nous parle encore avec nostalgie……

Dernière modification par bibike (28/04/2020 18h07)


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub Poulpeo

En ligne En ligne

 

#7 28/04/2020 15h37

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   306  

il y aurait bien des choses à dire sur ce sujet, après avoir donné les bases théoriques, la mise en pratique diffère avec l’âge, prenons les ados :

Sur la gestion de l’argent de poche et la mesure de son utilité, on a noté des comportements différents qui nous montrent qu’ils ont retenu la leçon, prenons la période lycée :

année de seconde : de l’argent de poche, sans contrainte d’utilisation, juste loisirs. Les parents achètent plein de trucs qui pourraient pourtant entrer dans ce cadre, et également open bar ou presque sur les vêtements, toujours neufs, comme attendu …
année de première : augmentation conséquente de l’allocation, mais fringues à leur charge. c’est ainsi qu’ils nous ont fait connaitre Vinted and co… qu’on les a vu revendre les leurs pour racheter d’occasion également, refaisant leur garde robe avec un bénéfice à la clé…
en terminale, on prête la voiture qu’on récupère toujours le lundi réservoir vide, une fuite sans doute…
même mode opératoire : augmentation calibrée de l’allocataire contre prise en compte de cette charge. depuis, nos compteurs kilométriques tournent beaucoup moins vite : ils ont du prendre une conscience écologique !
A la fin de l’année, petit bilan,  on remarque pour les 2 un excellent taux d’épargne reportée sur leur AV oscillant entre fonds euros et UC, (ils n’ont jamais eu de livret A) donnant lieu entre eux à discussion sur le choix du support.

Sur leur période lycée, nous les avons envoyé en camp d’été Rotary à l’étranger, formule peu connue autour de nous et expérience d’ouverture sur le monde très bien encadrée : au delà de l’intérêt premier, ils ont pris aussi conscience des échelles de grandeur en côtoyant des ados avec des moyens illimités et pour certains pas très heureux pour autant dans la vie, preuve s’il en fallait qu’ils se sont appropriés que l’argent ne fait pas (tout) le bonheur….

Hors ligne Hors ligne

 

#8 28/04/2020 20h32

Membre
Réputation :   7  

@gunday : Je suis bien conscient que l’éducation financière fait entièrement partie d’une éducation plus large. Ce que vous décrivez est un socle idéal. Seulement je ne suis pas certain que ça permette d’être armé pour être proactif sur ce domaine. C’est plutôt une base pour se sortir de toutes les situations de la vie.

@amoilyon : L’apprentissage par l’exemple c’est ce que je pensais être le plus efficace cependant je ne suis pas certain que cela suffise pour la finance par contre pour l’entreprenariat oui effectivement. Par contre combiné avec le système de point de bibike et ensuite le système d’argent de poche de serenitis, l’enfant aura des bases solides et evitera certainement certaines erreurs lorsqu’il se lancera.

@DockS : Après avoir lu votre présentation je comprends mieux le contexte, effectivement c’est une méthodologie très intérressante de faire des exercices très ludiques au début en transposant sur des choses que l’enfant aime et de les complexifier au fur et à mesure si il/elle accroche. C’est une des pistes qui peut-être facilement utilisable après avoir fait naitre le désir d’apprendre comme l’a fait remarquer gunday.

@Doe : J’ai adoré le coup de la peluche Warren Buffett ! Et oui biensur le fait d’y aller en douceur est essentiel, il faut qu’il est envie de revenir afin qu’il soit plus réceptif.

@Bibike : Ce bon vieux Picsou ! Effectivement l’idée d’initier petit à petit de ne pas trop donner afin qu’il ressente le besoin et cherche une solution pour l’avoir est une bonne idée. Le système des points est une solution adéquate en préambule du système d’argent de poche de serenitis

@serenitis : En effet c’est un vaste sujet qui, je pense, méritait d’être abordé sur le forum. Votre système d’argent de poche est bien pensé et vraiment efficace à priori. L’idée de l’AV est franchement top ça oblige à se renseigner afin de comprendre ce qu’ils ont entre les mains, à se poser des questions, etc.

---
Merci pour vos expériences qui je l’espère pourront être bénéfique à de futurs parents (rentiers) qui passent par là. Il y a de quoi faire un bébé buffett avec toutes vos idées big_smile

En complément j’avais aussi dans l’idée une fois majeur d’un PEA avec une somme attribué par mois/an dans le même esprit que l’AV de serenitis afin qu’il s’intéresse et pose des questions.

Je précise que j’ai fais ce topic car je n’ai pas pu bénéficier pour ma part d’une education "financière" malheureusement alors que je pense que c’est essentiel dans notre monde afin de ne pas trop galérer. J’essaye encore aujourd’hui de trouver des solutions afin qu’ils s’intérressent à la bourse et autres investissements avant leur retraite mais sans réussite pour l’instant malheureusement.

ps : merci pour le changement du titre, j’ai voulu le modifier après mais je ne pouvais plus.

Dernière modification par Elzakar (28/04/2020 20h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#9 28/04/2020 20h50

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   306  

Sauf erreur de ma part, vous avez droit à 2 PEA maximum par foyer fiscal, il est donc fort possible que vous soyez bloqué par ce point a la majorité de votre enfant si Mme et vous êtes déjà équipés…

Quand mes grands ados projettent des trucs pharaoniques, que je considère peu adaptés, j’aime bien leur rappeler qu’ils ont eu la chance d’avoir eu des parents bien plus riches que les nôtres, ce qui les autorise peut-être à rêver plus haut, comme dirait le PSG, mais pas forcément à balancer leur cagnotte par les fenêtres …en général, ça fonctionne bien.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 28/04/2020 21h17

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

Elzakar a écrit :

Seulement je ne suis pas certain que ça permette d’être armé pour être proactif sur ce domaine. C’est plutôt une base pour se sortir de toutes les situations de la vie.

La question est donc plutôt de savoir si vous pouvez être proactif dans un domaine où vos parents ne vous ont donné aucune éducation.
Dis autrement, est ce que vous ne pouvez apprendre un domaine que si on hérite des connaissances familiale ?

Ne trouvez pas cette vision de l’apprentissage un peu réductrice ?
En gros, si votre père n’est pas mécano, vous ne pourrez jamais faire une vidange tout seul ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 28/04/2020 22h44

Membre
Réputation :   3  

Très bon sujet qui va attirer differents avis tres interessant.

De mon humble expérience de parent (3 ans pour le 1er), il faut déjà un accord entre les deux parents sur l’éducation financière. Nous n’avons pas encore reflechi à  comment inculquer le goût de la finance et de se prendre en main tôt sur cette partie.
On va probablement reproduire une partie du schéma que nous avons eu avec une gestion d’un peu d’argent de poche associé à un livret ouvert pour mettre l’argent des anniversaire et autre rejouissance.

La limite est que j’ai été élevé avec pour seul avis financier celui de ma conseillère banque postale qui m’a parlé epargne retraite 5 mois après le debut de mon 1er cdd et d’assurance voiture et appartement.
Je me suis donc laisser vivre avec pour seul but de mettre un maximum sur les livret ouvert au grès des possibilités en terme d’âge et de plafond.

Bref je pense qu’il faut faire comme avec le bon rock que je veux faire apprécier à mon fils, je lui fais écouter, je lui montre que c’est agréable et il risquera d’aimer ça et de faire les bons choix

Hors ligne Hors ligne

 

#12 28/04/2020 23h38

Membre
Réputation :   36  

Bonsoir,

Sujet très intéressant ayant aussi 2 enfants.
Pour information, j’ai installé récemment l’application Dilemme Junior à ma fille de 6 ans.
Ce jeu consiste à organiser une fête d’anniversaire avec un budget à dépenser. Il amène également à d’autres questions.

Dilemme Junior a écrit :

Objectifs du jeu :
> Montrer à l’enfant que l’argent n’est pas illimité, qu’il se gagne et se dépense.
> Mobiliser des compétences de lecture, de calcul mental simple, de stratégie et de planification.
> Sensibiliser à l’alimentation saine, à l’entraide, à la solidarité.
> Favoriser les échanges à propos de l’argent, sujet parfois tabou dans le cercle familial.

J’ai laissé faire ma fille seule en étant présent en appui pour voir quelle était son approche et ses interrogations. Je vous partage l’idée car cela colle parfaitement avec le sujet.

Hors ligne Hors ligne

 

#13 29/04/2020 00h04

Membre
Réputation :   7  

gunday a écrit :

Elzakar a écrit :

Seulement je ne suis pas certain que ça permette d’être armé pour être proactif sur ce domaine. C’est plutôt une base pour se sortir de toutes les situations de la vie.

La question est donc plutôt de savoir si vous pouvez être proactif dans un domaine où vos parents ne vous ont donné aucune éducation.
Dis autrement, est ce que vous ne pouvez apprendre un domaine que si on hérite des connaissances familiale ?

Ne trouvez pas cette vision de l’apprentissage un peu réductrice ?
En gros, si votre père n’est pas mécano, vous ne pourrez jamais faire une vidange tout seul ?

Je suis proactif maintenant mais ça fais déjà 10 ans que je travaille,avec un peu d’apprentissage financier par exemple la régle toute bête 50/30/20 j’aurais pu commencer à investir à cette époque et aujourd’hui j’aurais déjà des rentes importantes.

Pour revenir à votre exemple, en admettant que votre père soit mécano et qu’il vous lègue une très belle voiture de collection dont il a toujours pris soin, ne pensez-vous pas qu’il aura à coeur de vous apprendre à entretenir cette voiture ?

Vous pourrez apprendre vous-même à l’entretenir bien-sûr ou alors vous la laisserez à l’abandon par manque de temps/d’envie de vous y mettre.

A mon sens c’est un peu la même chose avec les autres investissements.

Hors ligne Hors ligne

 

#14 29/04/2020 09h41

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

Elzakar a écrit :

Pour revenir à votre exemple, en admettant que votre père soit mécano et qu’il vous lègue une très belle voiture de collection dont il a toujours pris soin, ne pensez-vous pas qu’il aura à coeur de vous apprendre à entretenir cette voiture ?

C’est un très bon exemple.
Je vais parler d’un exemple concret.
Le grand père de mme était un gros collectionneur. Suite à des problèmes familliaux, c’est en gros elle qui a récupéré environ 60% de la collection. Sous la forme de 3 m3 de bazar en vrac.
J’ai mis 1 an à trier, à étiqueter et à revendre. (le grand père avait déjà commencé mais n’avait pas eut le courage d’en faire beaucoup).

Donc pour votre exemple, vous héritez d’une voiture de collection.
Mais vous avez envisagé le côté financier ?
Par exemple vous êtes en appartement au smic, vous devez prendre un garage sécurisé pour la stocker, vous devez l’entretenir pour qu’elle conserve sa valeur, etc.
Donc vous héritez d’une charge financière que vous n’êtes pas en mesure d’assumer.
Ensuite, comment la partager ?
Si il y a 1 voitures de collection et 22 héritiers, vous faites comment ?
Chacun un bout de la voiture ?
Et si vous êtes seul mais que cette collection ne vous plait pas ?
Vous allez avoir un héritage pesant mais qui ne vous apporte rien, sinon une obligation d’entretien ?

Pour conclure, il faut éviter de comparer héritage physique et héritage intellectuel, car l’implication est très différentes entre les 2!

Sinon je maintiens l’important n’est pas d’avoir des bases dans tout les domaines existants mais d’avoir les outils pour pouvoir apprendre dans tout les domaines.
Après faire des erreurs permet aussi d’apprendre, donc vouloir à tout prix éviter les erreurs, c’est aussi empêcher l’apprentissage!
On apprend à marcher en tombant, pas en étant maintenu debout comme avec un youpala (d’ailleurs déconseillé voir interdit dans certains pays)

Dernière modification par gunday (29/04/2020 09h42)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 29/04/2020 09h45

Membre
Réputation :   17  

Bonjour à tous. En premier, je suis content d’écrire sur cette file après une longue période de passivité sur le forum. Je remercie l’initiateur de ce sujet extrêmement intéressant.
Comme la majorité de ceux qui ont déjà écris, je considère que l’éducation financière est une des composantes à donner à nos enfants. C’est d’autant plus important que leur choix futurs en dépendront et que au même titre que l’éducation numérique, cela n’est pas enseigné ailleurs qu’au sein du foyer familial.

Je n’ai pas eu une éducation financière sur le thème des actions et des marchés financiers. Mes parents, petits entrepreneurs m’on plutôt donné le sens du gout de l’effort et de la sueur. Mon père, d’une culture entrepreneuriale plutôt à l’ancienne a du posséder dans les années 80 quelques produits financiers qui ont bien marché je crois mais ne considérait pas avoir de ressources suffisantes pour en risquer une partie au "casino" de la bourse. J’ai dont été nourri par l’économie réelle et j’ai vu mes parents affronter des difficultés croissantes au fil des années. Cependant, ils avaient une fibre pour l’immobilier.
Au quotidien, pour une famille de classe moyenne, avoir un patrimoine immobilier confortable ne nourri que si la problématique du flux est assurée.

Mon premier investissement a été fortement provoqué par mon père. Je n’était pas favorable à 18 ans à m’endetter alors que j’avais mes premiers salaires. J’ai eu raison de suivre ses conseils et aujourd’hui je profite 20 ans après de ce premier investissement. Ce que je ne savais pas exprimer à l’époque c’est le pouvoir du temps dont je suis moins riche 20 ans après.

L’éducation financière que je tente de donner à mes fils est fondée sur mon expérience et ce que je cherche à connaitre de l’investissement financier au travers de mes lectures de ce forum et de divers ouvrage. L’ainé arrivant à 13 an cette année, je ne suis pas encore concerné par les problématiques de fuites d’essence de fin de semaine sur la voiture mais je retiens l’idée d’augmenter la dotation mais de laisser aux enfants la charge des dépenses "bonus".
Enfin lorsque nous avons du affronter des difficultés dans un projet locatif qui avait été ravagé par des locataires et qu’il a fallu mouiller la chemise, ils ont tous fait un ou plusieurs passages sur le chantier pour aider spontanément leurs parents. Sans rentrer dans le mysticisme, leur sueur est avec la notre dans les murs et à leur échelle, il ont agit sur leur patrimoine. Je trouve cela beau, je ne suis pas certain d’avoir fait autant pour mon père au même âge.

Ils possèdent chacun un CTO et une AV. Ils ont le choix pour inciter la famille à faire un cadeau d’anniversaire ou de noël en nature (jouet) ou argent que je place. Nous avons également profité de leur expliquer la logique du temps qui est aujourd’hui leur principale richesse et de son effet sur les petites sommes que nous épargnons pour eux sur leurs assurances vies (argent de poche) et du principe de l’argent qui travaille pour eux. Les notions financières sont pour le moment abstraites, difficile à expliquer à des enfants de 8 ans à 13 ans. Cependant une boite de crayon est pratique pour expliquer le principe des actions et des échanges.
Lorsque je reçois des sollicitations pour engager leur épargne sur des achats, je ne manque pas de leur expliquer qu’ils doivent prendre en considération le fait que 1 euro dépensé inutilement aujourd’hui en vaut plusieurs qui seront absents après 10 ans d’épargne.


Parrain Boursorama et Binck, me contacter par message privé.

Hors ligne Hors ligne

 

#16 29/04/2020 09h46

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1108  

Gunday

L’importance est plus de transmettre un esprit critique, une curiosité, une volonté d’apprendre, en gros tout ce que l’école essaye de refréner.

Je pense que vous exagérez (juste un peu).
Au moins remplacer l’expression "en gros tout ce que l’école essaye de refréner" par "en gros tout ce que l’école ne parvient pas à inculquer".

Dernière modification par maxicool (29/04/2020 09h47)


Parrain Linxea . Yomoni . Boursorama . Vattenfall . Fortuneo . Total (105579483) . Binck . Igraal . eBuyClub . BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#17 29/04/2020 10h03

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

@maxicool, j’exagère un peu le trait.
Mais l’école est plus orienté éducation normé qu’éducation hors norme.
Et la norme n’inclue pas entrepreneuriat, l’éducation financière, etc.

Donc quand d’un côté, je dit, qu’il faut de la curiosité, de l’initiative, de l’indépendance pour être autonome dans les apprentissages tout au long de sa vie.
J’ai du mal à prôner d’un autre côté, qu’il faut être sage, obéissant et rester dans la norme scolaire et sociétale.
Ca me semble un peu contradictoire.

Les références pour dénoncer les limitations de l’école sont assez nombreuses et il y en a souvent de nouveaux ouvrages qui sortent sur le sujet.

C’est aussi une question de logique.
Avec un programme scolaire à tenir, 30 élèves à garder en place, je vois pas comment les profs peuvent répondre à la curiosité de chacun, encourager l’initiative, apprendre des sujets annexes aux programmes, etc.

Donc même si j’exagère un peu, l’éducation scolaire est limitante dans sa forme.

Dernière modification par gunday (29/04/2020 10h03)

Hors ligne Hors ligne

 

#18 29/04/2020 10h16

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   162  

Bonjour,

Sujet très important je trouve.

Personnellement, j’ai ouvert un compte titre pour chacun de mes 3 enfants.

Et je leur en parle.

Il n’y a que des trackers indiciels, mais de temps en temps je vais sur le site et je leur montre ce qu’ils ont, je leur explique que la bourse monte et parfois elle baisse.

J’avais fait un dessin pour leur expliquer ce qu’était une action.

C’est vraiment rien de poussé, ils sont petits, mais c’est marrant que mon aîné (8 ans) me demande parfois "comment va la bourse?".

J’essaie également de leur faire comprendre la valeur de l’argent, avec un peu d’argent de poche versé selon leur comportement : ai-je fait mes devoirs sans pleurnicher? Ai-je eu une remarque de madame dans le journal de classe? Ai-je écouté et été correct à l’entrainement etc

Je ne base pas cela sur leurs résultats, je ne veux pas discriminer un enfant qui serait moins doué, mais sur leur comportement.

Ils sont libre d’utiliser l’argent de poche comme ils l’entendent, et l’ainé à même été à deux doigts de mettre cet argent en bourse (vrai de vrai!)… mais il a fini par demander une catapulte playmobil :-)

Hors ligne Hors ligne

 

#19 29/04/2020 11h18

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   248  

Pour ma part, j’ai pensé bien faire mais s’agissant de tout ce qui était financier ou très matériel- et j’y trouve aujourd’hui quelques satisfactions, certes moindres que si nous échangions sur notre future main mise sur la world company- mon rejeton (qui a maintenant 25 ans) était très hermétique ;  il a eu très tôt des goûts et affinités à des années lumières des miennes. Il y a de sa mère en lui smile

Je lis ici ce qui me semble parfois plus proche du dressage que de l’éducation (acte contre récompense, ce qui avait partiellement marché sur mon basset hound, race réputée quasi in-dressable).

Sur ma progéniture, je n’ai que très peu appliqué la récompense, chacun ayant toujours lorsque possible pris sa part aux tâches quotidiennes : mon fils était préposé au lave vaisselle, au dressage de la table, au courrier (choix expérimenté de ma part, pratique pour voir ses bulletins de classe et élaborer sa stratégie de com dans les 50 mètres séparant la boîte de la maison), à l’aspirateur à l’étage de la maison qui lui était dédié. Il a finalement révélé peu de dons dans le domaine du ménage… Les chiens ne font pas de chats dirait sa mère…

Si je lui ai bien transmis quelque chose, c’est le goût de l’altruisme et du désintéressement mâtiné d’une certaine lucidité.
S’agissant du bien immobilier locatif que je lui ai fait acheter, l’effet éducatif est bien moindre que prévu mais présent : je gère tout, lui est en déplacement en permanence et se limite à valider les comptes un fois l’an avec satisfaction ; il s’enrichit sans effort autre que mettre entre 100 et 150 euros par mois sur un compte spécifique.
Il peut surtout comparer le résultat -et a pigé l’effet de levier- en comparant avec le solde de son contrat d’assurance  vie sur lequel il verse 200 € mensuellement.
J’ai surtout hâte qu’il ait la possibilité de gérer physiquement la relation locataire, il verra des gens en face de ces euros et cette partie là est aussi enrichissante.

Dernière modification par Range19 (29/04/2020 11h27)

Hors ligne Hors ligne

 

#20 29/04/2020 12h15

Membre
Réputation :   7  

gunday a écrit :

Donc pour votre exemple, vous héritez d’une voiture de collection.
Mais vous avez envisagé le côté financier ?
Par exemple vous êtes en appartement au smic, vous devez prendre un garage sécurisé pour la stocker, vous devez l’entretenir pour qu’elle conserve sa valeur, etc.
Donc vous héritez d’une charge financière que vous n’êtes pas en mesure d’assumer.
Ensuite, comment la partager ?
Si il y a 1 voitures de collection et 22 héritiers, vous faites comment ?
Chacun un bout de la voiture ?
Et si vous êtes seul mais que cette collection ne vous plait pas ?
Vous allez avoir un héritage pesant mais qui ne vous apporte rien, sinon une obligation d’entretien ?

Pour conclure, il faut éviter de comparer héritage physique et héritage intellectuel, car l’implication est très différentes entre les 2!

Sinon je maintiens l’important n’est pas d’avoir des bases dans tout les domaines existants mais d’avoir les outils pour pouvoir apprendre dans tout les domaines.
Après faire des erreurs permet aussi d’apprendre, donc vouloir à tout prix éviter les erreurs, c’est aussi empêcher l’apprentissage!
On apprend à marcher en tombant, pas en étant maintenu debout comme avec un youpala (d’ailleurs déconseillé voir interdit dans certains pays)

Je suis tout à fait d’accord avec vous au sujet des bases que vous évoquez et du fait que l’on apprends en tombant, je me doutais de ce débat en créant le sujet. Je suis bien conscient du genre de problématique que vous évoquez et je suis d’ailleurs d’accord avec vous sur l’ensemble des points mais je pense que l’on s’égare légèrement du sujet.

L’exemple le plus simple est le suivant : Vous êtes deux enfants et vos parents n’ont jamais investi en dehors de la maison familiale et peut-être d’une résidence de vacances secondaire si vous avez de la chance. Au mieux vous pourrez hériter de la moitié de la valeur des biens immobiliers - ce que l’état va vous prendre si la succession n’est pas préparée.

Vous avez vous-même deux enfants et êtes très intéressé par les investissements, vous mettez donc du coeur à l’ouvrage afin d’obtenir un beau patrimoine et de jolies rentes, votre patrimoine augmente chaque année et dépasse le million. Vos enfants grandissent et vous souhaitez les préparer au mieux aux situations à venir qui seront nombreuses :

- Gestion des économies accumulées pendant leur enfance (Anniversaire, Noël, etc.)

- Premiers salaires

- Gestion de vos actifs si vous n’êtes plus en capacité de le faire

- De manière générale : Ne pas galérer comme vous l’avez fait. C’est dommage de recommencer éternellement le même cycle sans jamais s’élever alors que vous aviez construit un patrimoine familial important.

Afin d’éviter justement la problématique de savoir si cela les intéresse ou pas etc. La question à se poser est certainement : Comment leur faire découvrir au fur et à mesure le monde de l’investissement en leur mettant entre les mains, les notions de bases qui leur seront utiles toute leur vie au même titre que la curiosité, le respect des autres etc.

Au final, pourquoi aborder ce sujet ? L’investisseur qui n’est pas né dans une famille aisée, galère afin de faire évoluer ses actifs. Il a une superbe femme (qui est peut-être elle-même investisseuse ou pas) et de beaux enfants. Il souhaite que ses enfants ne galèrent pas autant que lui tout en ne leur mettant pas une cuillère en argent dans la bouche.

Afin de les préparer au mieux, comment va-t-il faire ?

Un autre exemple qui traduit assez bien cette problématique est le suivant :

Beaucoup de famille aisées ont un patrimoine qui se fructifie au fur et à mesure des années, on connait tous l’expression : L’argent va à l’argent. Elle ne peut pas s’appliquer si les enfants ne sont pas initiés un minimum.

En effet, dans le même temps il existe des familles où le patrimoine se disloque au gré des générations (yacht, fêtes somptueuses, liquidation d’actifs pour des passifs, etc.).

Je pense que chaque investisseur qui a des enfants ne souhaite pas que son patrimoine soit disloqué mais au contraire que ses enfants puissent le faire fructifier et les préparer aussi à gérer au mieux leur argent car même s’ils veulent vivre en mode backpacker autour du monde et être minimaliste il faut quand même avoir un minimum d’argent et savoir le gérer pour faire cela.

Hors ligne Hors ligne

 

#21 29/04/2020 12h35

Membre
Réputation :   81  

J’ ai été élevé avec deux principes simples :
- on est riche si on dépense moins que ce qu’on gagne
- Il faut travailler, mais il n’y a pas de raison de ne pas faire travailler son argent aussi.
Pour moi, ça a très bien fonctionné, c’est donc ce que je dis à mes enfants. J’ajoute un autre principe :
- il ne faut pas être pressé et savoir tirer partie de la durée.

Hors ligne Hors ligne

 

#22 29/05/2020 17h06

Membre
Réputation :   8  

J’avais lu un article à ce sujet, c’est son point de vue, mais il est intéressant. Je l’avais écrit sur Quora.

Les principales recommandations sont :

1. Ne dites jamais aux enfants que vous êtes riche

2. Quelle que soit votre richesse, enseignez leur discipline et frugalité

3. Si vous êtes vraiment riche, assurez vous que vos enfants n’en prennent pas la vraie mesure avant qu’ils soient matures ou mieux qu’ils aient choisi leur voie et débuté leur 1er métier

4. Evitez de détailler ce que chaque enfant ou petit-enfant recevra comme héritage

5. Ne vous servez jamais de l’argent ou de cadeaux importants comme stratégie de négociation

6. Laissez vos enfants adultes mener leur propre vie, demandez leur la permission avant de leur donner des conseils

7. N’essayez pas d’entrer en compétition avec vos enfants au sujet de l’argent accumulé

8. Mettez en relief leurs réussites, l’important c’est qu’ils soient bons dans leur domaine de prédilection

——————————————————-

Traduction de l’article en bas de page :

philip.greenspun a écrit :

Donner de l’argent aux enfants (tant qu’ils sont encore en vie)

    Quel est un bon moyen de donner de l’argent aux enfants sans les gâter? Mon idée: pour chaque dollar gagné, donnez-leur X $ . De cette façon, ils doivent travailler, mais ils ne sont pas obligés de travailler avec un travail repoussant pour avoir un style de vie confortable. La principale objection à cette approche est qu’elle est inefficace sur le plan fiscal. Si l’enfant gagne 50 000 $ par an en faisant quelque chose qu’il trouve enrichissant et que vous lui donnez 150 000 $ cette année-là, vous devez payer une taxe importante sur les dons. Une sorte de fonds en fiducie et / ou d’assurance-vie que l’enfant pourrait réclamer après son décès serait plus efficace.

——————————————————-

Source :
Early Retirement
et
Comment parler argent à ses enfants ? | Blog Mes Investissements

Ils conseillent par ailleurs la lecture de Amazon.fr -
Amazon CAPTCHA mais je ne l’ai pas encore lu.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #23 16/06/2020 15h09

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   195  

En cette période de reprise de l’école pour tous le 22 juin alors que les bulletins du 3ème trimestre sont déjà finis, pourquoi ne pas en profiter pour prendre exemple sur cette initiative belge, que je trouve fort intéressante :

[url=http://www.enseignement.be/index.php?page=25703&ne_id=5314]Enseignement belgique[/url] a écrit :

Participez à une activité ludique et gratuite avec vos élèves durant La Semaine de l’Argent
Pour sa 3e édition, La Semaine de l’Argent aura lieu du 12 au 18 mars avec des activités pour le primaire et le secondaire.
Aujourd’hui il est important d’apprendre aux jeunes à gérer un budget. S’ils comprennent tôt qu’ils ne peuvent dépenser chaque euro qu’une seule fois, ils s’épargneront bien des soucis financiers à l’avenir. Des études démontrent que de bonnes habitudes financières s’acquièrent dès le plus jeune âge. C’est pourquoi Wikifin.be propose aux enseignants une série d’activités ludiques et gratuites visant entre autres à apprendre aux jeunes à gérer un budget. Pour les enseignants du primaire, Wikifin.be a créé deux jeux ludiques et gratuits  « Gère --t-es pépètes » (pour les 3e et 4e primaires) et « Just’in Budget » (pour les 5e et 6e primaire) ! Pour recevoir gratuitement ces jeux inscrivez-vous ici : https://www.wikifin.be/fr/gere-tes-pepe … in-budget.

Pour l’enseignement secondaire, Wikifin.be a préparé des activités pour le 1er, le 2e et le 3e degré. Découvrez ces activités et inscrivez-vous gratuitement ici : https://www.wikifin.be/fr/secondaire

Notez que le magazine PROF a publié dans son numéro de décembre 2017 un mini-dossier sur l’éducation financière, accessible en ligne via Enseignement.be - Magazine PROF n°36

Voici le lien, le seul "petit" soucis est qu’il est conçu pour être jouer dans une classe, et pas pour jouer en famille à la maison.

Je trouve l’initiative très intéressante :

[url=https://www.sudinfo.be/id109409/article/2019-03-25/la-gestion-dun-budget-expliquee-40000-eleves-de-primaire]Sudinfo belge[/url] a écrit :

À partir de septembre 2019, l’éducation financière fera normalement partie du tronc commun dans l’enseignement ordinaire en Fédération Wallonie-Bruxelles. Pour aider les enseignants à décliner l’éducation financière et à la consommation responsable dans leurs cours, la FSMA lancera une campagne de communication nationale fin avril.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #24 27/03/2021 20h05

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   195  

Je partage ici cette initiative pour apprendre à gérer un budget familial aux enfants.

Je vais faire découvrir ces vidéos à mon 6 ans, afin notamment de lui expliquer de facon plus ludique que mon salaire n’a pas pour unique vocation d’être converti en playmobil.😉

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur