Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

[+1]    #1 23/04/2020 00h33

Membre
Réputation :   8  

Bonsoir,

Mon portefeuille est détenu au sein d’un seul PEA et se décompose comme suit :
- Publicis : 11,3 %
- LVMH : 17,9 %
- Airbus : 24,8 %
- Eiffage : 14,9 %
- Amundi CAC 40 UCITS ETF DR - EUR (C) : 22 %
- CW8 : 9,1 %
- liquidités : 36,7 %

Ce portefeuille est le résultat d’investissements que j’ai réalisés, durant les 6 à 18 mois précédents, sans véritable objectif, sinon celui d’avoir un rendement plus intéressant que celui des livrets et fonds euros. De plus, je n’avais jusqu’ici jamais pris la peine de me livrer à une analyse même succincte des sociétés dans lesquelles j’avais investi.

Profitant du temps supplémentaire dont je dispose désormais depuis plusieurs semaines, du fait du confinement, je me suis d’abord défini un objectif : disposer d’un complément de revenus d’ici 25-30 ans. Pour ce faire, je compte investir désormais dans des sociétés solides et offrant un rendement intéressant.

Je m’attache également à développer des connaissances en matière boursière, grâce aux ressources offertes par ce forum, aux outils développés par Philippe, et à différentes lectures.

Le recul que tout cela m’a permis me conduit à constater que mon portefeuille doit être évidemment amélioré, bien que je ne sois pas mécontent d’avoir investi dans LVMH, Publicis ou Eiffage (j’ai renforcé d’ailleurs LVMH en mars et Publicis récemment). Mes objectifs dans ce cadre sont les suivants :
- me délester de mon tracker CAC 40, du fait que mon portefeuille comporte 3 actions relevant de cet indice, pour investir davantage dans le CW8
- rechercher une plus grande diversification dans les activités ainsi que sur le plan géographique.

Je dois, en effet, diminuer l’importance d’Airbus dans mon portefeuille, en raison du caractère cyclique de son activité et du fait que le rendement de l’action me semble un peu faible. Etant donné que mon PRU des actions Airbus était très éloigné des cours du mois de mars 2020, j’ai choisi de renforcer davantage Airbus pour diminuer mon PRU, afin de pouvoir revendre une partie de ces actions sans moins-value. Cet objectif me semble atteignable sans trop de difficultés, du fait que mon PRU est désormais inférieur au cours atteint par l’action lors du récent rebond.

De plus, la suppression du versement des dividendes par de nombreuses sociétés françaises me conduit nécessairement à orienter mes futurs investissements plutôt vers des sociétés européennes. A ce jour, mon compte-titres n’a pas été ouvert par Binck. Je me limiterai donc, dans le cadre du PEA, à investir dans des pays pratiquant une retenue à la source de 15 %, ce qui me conduira à avoir une charge fiscale proche de la flat tax.

J’ai vu qu’il était possible d’investir dans certaines sociétés américaines dans le cadre du PEA. Je vais regarder lesquelles sont proposées et voir si elles sont intéressantes.

Mots-clés : dividendes, pea (plan d'epargne en actions), portefeuille

Hors ligne Hors ligne

 

#2 03/06/2020 17h10

Membre
Réputation :   8  

Stratégie d’investissement

J’ai profité de ces derniers mois pour peaufiner mes critères de sélection des actions, actuellement limitées aux sociétés européennes du fait que je n’ai toujours pas de compte-titres (demandes d’ouverture chez Binck et Degiro toujours en cours).

Les retenues à la source (RAS) pratiquées par les différents Etats européens, sans qu’il possible de le récupérer via un crédit d’impôt dans le cadre d’un PEA, m’a amené à diriger mes investissements dans 2 catégories de sociétés différents selon le taux de RAS :

- j’investirai principalement dans des pays pratiquant une RAS < 20 % (France, Luxembourg, Irlande, Espagne, Pays-Bas) : dans ce cadre, je suis une stratégie GARP. En clair, j’investirai dans des sociétés bien positionnées dans leur secteur, avec une croissance moyenne, une situation financière solide et offrant un rendement d’au moins 3 % environ.

- dans les pays pratiquant une RAS > 20 %, le but est d’éviter la fiscalité en investissant, si une occasion se présente, dans des sociétés avec une croissance dynamique, qui en général versent peu de dividendes.

Afin d’adopter une approche la plus objective possible, j’attribue une note sur 20 à chaque société. Mes critères de notation sont les suivants :
- 9 points pour la profitabilité : évolution du CA, du BPA, du résultat, de la marge opérationnelle, de la marge d’EBIDTA, ratio FCF/CA, comparaison par rapport aux sociétés concurrentes,
- 7 points pour la solvabilité : ratio d’endettement, d’indépendance financière, couverture des frais financiers, ratio de liquidité, notation financière
- 4 points pour le rendement (sauf si investissement dans une société de croissance dans un pays avec une RAS>20%) : comparaison par rapport aux sociétés concurrentes, taux de rendement, payout ratio
- attribution ou enlèvement d’un demi-point en fonction de l’allocation du capital, du moat, de la diversification géographique

J’ai évalué sur ces bases 3 sociétés que j’avais en portefeuille. Les résultats sont les suivants :
- EIFFAGE : 8/20
- AIRBUS : 9,8/20
- PUBLICIS : 10,8/20

Evolution du portefeuille

J’ai passé tellement de temps à me documenter ces derniers temps que je n’ai pas fait d’achat. J’ai analysé quelques sociétés mais leur prix actuel est supérieur à la valeur que j’ai déterminée. Les bonnes occasions vont se faire rare, du fait de l’évolution des cours. Peut-être que la publication des résultats du 2e trimestre douchera l’optimisme ambiant des marchés.

Ventes :
- Amundi CAC 40 (redondant avec les actions que j’avais en portefeuille) avec plus-value de 6 %
- Eiffage (la société ne correspond pas à mes critères de sélection) avec plus-value de 39 %

Watchlist

Sociétés qui me paraissent intéressantes mais "trop chères" : Heineken, Inditex
Sociétés dont le prix actuel me paraît correct, mais que je dois regarder un peu plus : Danone, Michelin, Atos, Arkema.

Performance

La performance de mon portefeuille en construction s’explique par son caractère concentré et par le poids que représente Airbus
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12593_sans_titre6.png

Hors ligne Hors ligne

 

#3 22/07/2020 01h56

Membre
Réputation :   8  

Achats

- BIC le 17/06 pour 44,90 € / action : j’ai noté l’action à 15/20 d’après les critères exposés dans mon message précédent et l’ai évalué à 60 €
- RTL GROUP le 24/06 pour 28,84 € / action : j’ai noté l’action à 14,7/20 et l’ai évalué à 50 €

Ventes

Aucune. J’envisage de me séparer des actions d’Airbus et de Publicis, une fois que le cours aura atteint mon PRU.

Watchlist

J’ai écarté Heineken. J’ai noté l’action à 10,6/20 en raison principalement d’un endettement assez important, d’une trésorerie nette négative, d’un faible ratio de liquidité générale et d’une marge opérationnelle inférieure à celle des concurrents.

J’ai écarté également Danone, notée à 9,6/20 (endettement important, faible indépendance financière, ROIC plus faible que ceux des concurrents, free cash flow to equity insuffisant pour financer les dividendes en 2018 et 2019)

Inditex est confirmée sur ma watchlist mais j’ai évalué l’action à 20 €.

Arkema est confirmée sur ma watchlist. J’ai évalué l’action à 75 €.

J’ai ajouté également :
- Sodexo : 12.1/20  - 52 € l’action
- Deutsche Post : 13/20 - 29 € l’action
- Endesa : 12,75/20 - 22 € l’action

Composition du portefeuille

Publicis : 12,8 %
RTL Group : 11,3 %
LVMH : 19,9 %
BIC : 15,9 %
AIRBUS: 30,4 %
CW8 : 9,7 %
Liquidités : 40,5 %

Performance

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12593_performance_07-2020_2.png

J’ai changé le fonds servant de comparaison, le fonds Carmignac Patrimoine initialement choisi comportant une proportion non négligeable d’obligations. Le fonds choisi est Comgest Growth Eur ex-Uk.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #4 22/07/2020 09h32

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   312  

Bonjour Savinien,

J’ai écarté Heineken. J’ai noté l’action à 10,6/20 en raison principalement d’un endettement assez important, d’une trésorerie nette négative, d’un faible ratio de liquidité générale et d’une marge opérationnelle inférieure à celle des concurrents.

Heineken est pourtant l’une des moins endettées du secteur (leverage à 2,7) alors que ABInbev a un leverage de plus de 4, Pernod Ricard est à 2,5 et Diageo à 3.

C’est donc quelque chose de relativement classique pour le secteur des boissons alcoolisées qui est relativement prévisible et non cyclique. Il n’y a que le Danois Carlsberg qui s’en sort très au dessus de la moyenne (mais c’est commun pour les entreprises scandinaves d’éviter la dette).

Idem pour Danone. Si on regarde les concurrents (General Mills, PepsiCo, Coca-Cola, Kellogs, Nestlé…) elles ont toutes grosso-modo le même niveau d’endettement. C’est gênant pour les secteurs très cycliques qui peuvent avoir du mal à rembourser la dette en cas de coup dur, mais pas pour l’alimentaire qui a un cash-flow quasi linéaire chaque année. Je rejoins cependant votre avis sur le fait que Danone a un très faible moat comparée aux autres mastodontes du secteur. Néanmoins, vous vous trompez pour les dividendes car le cash-flow par action est entre 4,5-5€ sur les derniers exercices ce qui couvre largement le dividende.

Bien à vous.

Dernière modification par MrDividende (22/07/2020 09h39)

Hors ligne Hors ligne

 

#5 22/07/2020 14h13

Membre
Réputation :   8  

Bonjour,

Il est vrai que, contrairement à ce que je fais pour déterminer la profitabilité, je ne compare pas l’endettement d’une société par rapport aux autres du secteur. Cependant, mes critères actuels correspondent bien à mes préférences, puisque je ne souhaite pas investir dans des sociétés trop endettées. Le fait que les autres sociétés du secteur soient autant ou plus endettées n’est pas de nature à me convaincre. Je perds sans doute des occasions d’investir dans des sociétés intéressantes mais c’est ainsi.

Le fait que le secteur d’activité soit non cyclique ne protège pas les sociétés concernées d’un revers. Par exemple, la fermeture des bars et restaurants suite à la crise sanitaire entraînera une baisse des résultats pour les sociétés qui vendent des boissons alcoolisées. Dans ce contexte, l’endettement peut représenter un risque important dans la conduite de l’activité de ces sociétés. Une société n’est pas non plus à l’abri d’un problème sanitaire (ex : lait contaminé de Lactalis) susceptible d’entraîner une baisse d’activité.

Pour Danone, je parle du free cash flow to equity (FCFE). Il s’agit du FCF après prise en compte de la variation de l’endettement net. Le FCFE de Danone est donc impacté en 2018 et en 2019 par un remboursement net des dettes pour 1871 M€ et 1564 M€.

Hors ligne Hors ligne

 

#6 23/07/2020 20h35

Membre
Réputation :   11  

savinien10, le 03/06/2020 a écrit :

Stratégie d’investissement

J’ai évalué sur ces bases 3 sociétés que j’avais en portefeuille. Les résultats sont les suivants :
- EIFFAGE : 8/20
- AIRBUS : 9,8/20
- PUBLICIS : 10,8/20

Ventes :
- Amundi CAC 40 (redondant avec les actions que j’avais en portefeuille) avec plus-value de 6 %
- Eiffage (la société ne correspond pas à mes critères de sélection) avec plus-value de 39 %[/url][/url]

Bonsoir Savinien10,

Pourquoi avez vous vendu Eiffage ?
Je l’ai en PTF et ça m’intéresserai de savoir pourquoi vous la notez aussi mal et donc l’avez vendu.

Merci d’avance.


Parrainage Binck , Boursorama, Linxea , MesPlacements

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 23/07/2020 22h05

Membre
Réputation :   8  

Bonsoir,

C’est l’endettement qui engendre cette note. J’attribue une note sur 7 sur la solvabilité et la liquidité et j’ai donné 2,5 points à Eiffage. En cause : gearing très élevé, dette nette / EBITDA supérieur à 3, couverture des frais financiers par l’EBIT < 6 en moyenne. La situation financière de la société s’améliore cependant sur ces points mais je fais des moyennes pluriannuelles donc la situation financière en 2016 et en 2017 est prise en compte. Par contre, la trésorerie nette de la société se dégrade.

De plus, comme indiqué dans mon message du 03/06, je fais varier la note que j’attribue sur la  base de la profitabilité, de la solvabilité et du rendement en fonction du moat, de la diversification géographique et d’autres facteurs. Ces 2 points ont une incidence négative sur la note car Eiffage n’a pas de moat et réalise une grande partie de son CA en France.

Un facteur supplémentaire qui m’a décidé à vendre, mais que je ne prends pas en compte dans la note, c’est l’importance de la rémunération allouée au PDG.

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de savinien10"

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur