Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+3]    #1 12/04/2020 14h14

Membre
Réputation :   86  

Que diriez-vous, dans ce salon des gentlemen et des ladies, de consacrer une file à la langue des investisseurs que nous sommes ?

Cela permettrait à chacun, j’en suis persuadé, de s’enrichir d’une autre manière.

L’un des avantages d’un tel échange serait également de permettre de réagir à tel ou tel usage impropre sans prendre le risque de blesser le contributeur qui se serait fourvoyé, comme cela nous arrive à tous de le faire dans le feu de l’action.

Je tiens à préciser que je commets moi-même des multitudes d’erreurs. Je suis, à la vérité, incapable de rédiger un courrier sans oublier une lettre ou ne pas m’apercevoir que j’ai laissé traîner un accord fautif, par exemple. C’est alors que je mesure l’utilité d’un regard extérieur sur mes écrits. Parfois, les discussions ont trait au fond. Il m’arrive régulièrement d’être corrigé, souvent avec bienveillance, par des spécialistes de tel ou tel domaine que je ne connais pas bien et que j’ai pourtant dû aborder dans un document, pour diverses raisons.

Pour lancer la discussion, nous pourrions par exemple nous intéresser à l’adjectif "décoté", dont l’emploi est relativement fréquent sur un forum d’investissement.

Il arrive fréquemment que l’on trouve cet adjectif (ainsi que le nom dont il dérive, "décote") orthographié avec un accent circonflexe sur le "o" : "décôté", "décôte".)

Il s’agit-là d’une erreur bien compréhensible, car elle est assurément commise par analogie avec le nom "côte", qui désigne entre autres un versant de colline ou de montagne, ou encore un relief sur une étoffe ou un tricot. Ou encore avec le nom "côté", qui se rapporte à la partie de ce qui délimite un contenu.

Mais ni la "décote" (définie de manière très générale par le TLFI comme "une évaluation inférieure au taux du cours officiel ou d’un cours précédent"), ni l’adjectif "décoté" ne comporte d’accent circonflexe.

Pas plus d’ailleurs que le substantif "cote" (constatation par les agents de change du cours des valeurs, du change des monnaies, à l’issue de chaque séance de la Bourse) ou le verbe "coter" (être affecté d’une certaine valeur à l’issue d’une séance de la Bourse), d’où dérive l’adjectif "coté" ("régulièrement soumis à la cotation").

Cela n’est pas sans intérêt.

Qu’en pensez-vous ?

Dernière modification par Ours (12/04/2020 14h29)

Mots-clés : français, grammaire, lexique, orthographe

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 12/04/2020 15h44

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   150  

Exprimer le scepticisme en étant septique…
au risque de tomber dans la fosse smile


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 12/04/2020 15h48

Membre
Réputation :   33  

Il me semble que "au tant pour moi" n’existe pas, l’expression concurrente de "au temps pour moi" étant plutôt "autant pour moi".
Si l’Académie Française considère que rien ne justifie la graphie "Autant pour moi", elle ne la condamne pas pour autant ; et il semble que les deux expressions aient leurs défenseurs et leurs détracteurs.

Puisque le forum traite aussi d’immobilier… savez-vous que : "c’est le matin que la maison est la plus belle" est incorrect ? Il faut en effet écrire : "c’est le matin que la maison est le plus belle". Si, si. L’article positionné devant un adjectif superlatif relatif est invariable si l’objet en question n’est comparé qu’à lui même.

Je reconnais que l’usage de la règle ne doit pas être très répandu, mais, sait-on jamais. wink

Dernière modification par Attercap (12/04/2020 15h49)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 12/04/2020 15h55

Membre
Réputation :   27  

Ours a écrit :

Je tiens à préciser que je commets moi-même des multitudes d’erreurs

On aurait pu préférer “une multitude d’erreurs", ou encore "de multiples erreurs". La phrase n’est pas incorrecte en soi mais elle froisse quelque peu la logique: le terme"multitude évoquant déjà la pluralité, il est redondant de l’utiliser au pluriel.

Cela dit, la critique est facile et l’art est difficile.

Je mets un lien vers ce dictionnaire étymologique que j’utilise souvent pour retrouver l’histoire d’un mot. Il est fait pour la langue anglaise mais il faut savoir que l’anglais et le français ont une histoire commune et partagent une bonne moitié de leurs lexiques.

Etymonline

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 12/04/2020 15h57

Membre
Réputation :   36  

I. Quelques fautes d’usage de plus en plus courantes (ci-dessous les formes correctes):
on écrit parmi sans "s" à la fin
on écrit souci sans "s" à la fin (au singulier)
on écrit champ sans "s" à la fin (au singulier)
on écrit délai mais relais
on écrit en soi sans "t" à la fin
on écrit un entretien sans "t" à la fin

II. Quelques fautes d’accord

Tout est invariable quand il peut être remplacés par "complètement", "parfaitement":

Elle est tout attristée

Sauf devant au féminin devant consonne:

Elles sont toutes tristes.

L’accord du participe passé avec le pronom "que" est souvent oublié:

Les dames que j’ai vues sont sur la plage.

III. Attention aux fautes dues à une sur-correction (c’est-à-dire par volonté de bien faire):
vu, excepté et d’autres participes devenus adverbes sont invariables quand ils sont placés avant le nom:

vu les conditions que vous m’imposez…

le passé simple ne prend pas d’accent circonflexe: "il fut", "il vit"; l’accent circonflexe est réservé au subjonctif imparfait, aujourd’hui tombé en désuétude (indice: on peut remplacer "fût" par "soit", "vît" par "voie").

IV. Les majuscules
Les adjectifs de nationalité employés comme nom prennent une majuscule; sinon ils s’écrivent avec une minuscule:

les Allemands
les valeurs allemandes

Dernière modification par Cornelius (12/04/2020 18h26)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #6 12/04/2020 16h07

Membre
Réputation :   86  

Macaxeira a écrit :

Ours a écrit :

Je tiens à préciser que je commets moi-même des multitudes d’erreurs

On aurait pu préférer “une multitude d’erreurs", ou encore "de multiples erreurs". La phrase n’est pas incorrecte en soi mais elle froisse quelque peu la logique: le terme"multitude évoquant déjà la pluralité, il est redondant de l’utiliser au pluriel.

Vous avez, Macaxeira, parfaitement raison.

Je me console un peu, non sans quelque fatuité, sans doute, à la pensée que j’ai ainsi inconsciemment imité le défaut de logique de Rousseau ("Je dois des multitudes de lettres, surtout à MM. Meuron…." - J. J. ROUSS. Lett. à du Peyrou, 18 sept. 1765), de Germaine de Staël ("Des multitudes innombrables de têtes et d’yeux noirs sont tournés vers la barrière d’où les chevaux doivent s’élancer - STAËL, Corinne, IX, 1) ou de Voltaire ("Ces multitudes [de soldats] s’acharnent les unes contre les autres, non-seulement sans avoir aucun intérêt au procès, mais sans savoir même de quoi il s’agit" - VOLT. Dict. phil. Guerre.)

wink

Dernière modification par Ours (13/04/2020 12h45)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 12/04/2020 16h40

Membre
Réputation :   73  

traz a écrit :

Vous êtes-vous parfois trompé pendant de nombreuses années sur le sens d’un mot ou sur une règle de grammaire, convaincu de votre bon usage ?

Pour l’anecdote, petit, je pensais qu’on pouvait trouver le « poteau rose »…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 12/04/2020 16h51

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030  

Avec un "e" s’il avait été une fille mais là il se qualifie de jeune homme.
Ceci dit avec la science moderne et les changement de moeurs, je n’irai pas plus loin …

*Edit suite message de Attercap, qui m’a amusé moi, c’est le sujet qui est amusé donc cela dépend s’il est masculin ou féminin.

Il m’a touchée ou il m’a touché
Je me permets d’insister car certains persistent derrière moi wink

Dernière modification par Surin (12/04/2020 16h55)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #9 12/04/2020 17h54

Membre
Réputation :   36  

Attercap a écrit :

Cette règle régissant l’accord du participe passé avec avoir et inversion de COD souffre trois exceptions :
- quand on parle de prix,
- quand on parle de poids
- quand on parle de temps passé :

Exemples :
"Les quatre heures que j’ai passé avec toi" ;
"les deux kilos de confiture que j’ai apporté"

Je ne trouve nulle part cette règle (ni dans Grévisse, ni dans d’autres grammaires). Je ne vois pas trop pourquoi elle s’appliquerait puisque dans le premier exemple "j’ai passé" est employé de façon transitive (avec un C.O.D.).

En revanche si j’écris toutes les fois que j’ai regardé les cours de la bourse ou pendant toutes les années qu’a duré son règne, il n’y a pas d’accord avec "toutes les fois" ou "toutes les années" mais c’est normal, ce ne sont pas des C.O.D. mais des Compléments circonstanciels de temps.

Je pense donc qu’il y a une confusion. Dans les exemples suivants, s’il n’y a pas accord, c’est parce que "que" a une fonction de complément circonstanciel et non de COD:
- les trente kilos que le chien a pesé.
- les trente francs que cet objet a coûté.
Mais il faut observer le type de verbe (transitif ou intransitif) et la fonction grammaticale du complément, non le sens de ce dernier.

Désolé pour cet accès de pédantisme, je vais essayer de reformuler plus clairement.

Les deux kilos que nous avons apportés: on peut dire "les deux kilos sont apportés par nous" donc "que" est un C.O.D. (peut devenir sujet d’une phrase passive) --> accord.
Les trente kilos que le chien a pesé: on ne peut pas dire "les trente kilos ont été pesés par le chien" donc "que" n’est pas un C.O.D. (ne peut pas devenir le sujet d’une phrase passive) mais Complément circonstanciel --> pas d’accord.

Je ne suis pas sûr que ce soit beaucoup plus clair.

Dernière modification par Cornelius (12/04/2020 18h33)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 12/04/2020 22h17

Membre
Réputation :   21  

Cette conférence TEDx m’a donné une nouvelle vision sur l’orthographe de la langue française
La faute de l’orthographe


Iuva te et caelum te iuvabit

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 23/04/2020 17h19

Membre
Réputation :   1  

Bonjour,

C’est un sujet bien instructif. J’ai le sentiment que plus le temps passe et moins l’on fait d’effort lorsque l’on utilise la langue française.

Parmi les néologismes et pléonasmes utilisés à outrance, je choisis de citer ceux-ci :
- "au jour d’aujourd’hui" au lieu de "aujourd’hui".
- "solutionner" au lieu de "résoudre". Il est vrai que le verbe "résoudre" est, pour certains, difficile à conjuguer. smile

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 24/04/2020 19h16

Membre
Réputation :   14  

Esse, le 23/04/2020 a écrit :

Bonjour,

C’est un sujet bien instructif. J’ai le sentiment que plus le temps passe et moins l’on fait d’effort lorsque l’on utilise la langue française.

Parmi les néologismes et pléonasmes utilisés à outrance, je choisis de citer ceux-ci :
- "au jour d’aujourd’hui" au lieu de "aujourd’hui".
- "solutionner" au lieu de "résoudre". Il est vrai que le verbe "résoudre" est, pour certains, difficile à conjuguer. smile

Aujourd’hui est déjà un pléonasme,
car à l’origine "hui"   veut dire aujourd’hui  (du latin hodie : en ce jour)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 25/04/2020 22h20

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030  

nsk7 a écrit :

je passe mon temps à chercher sur le net le sens des sigles et du vocabulaire boursier

Le mot "acronymes" dans l’onglet de recherche du forum en haut à droite vous dirige vers ce lien que je vous conseille :
Glossaire des acronymes des forums des IH
Bonnes recherches !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 16/05/2020 08h43

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030  

Voici un petit cours de grammaire (2min30s) compréhensible facilement à chacun qui paie ses impôts :

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 18/09/2020 15h26

Membre
Réputation :   4  

Si je peux me permettre une remarque assez négative mais qui me paraît pertinente : je trouve, à la lumière d’un certain nombre de posts dans cette discussion, que beaucoup de rentiers actuels ou aspirants ont un rapport assez pernicieux à la langue française.

Quand des Rastignac et des nsk7 (et j’en omets sûrement d’autres) engagent de véritables réflexions sur la valeur et l’utilisation du français dans leur vie quotidienne, d’autres ne viennent ici que balancer des règles de grammaire ou d’orthographe dans un esprit purement prescriptif qui trahit en réalité la faiblesse de leur propre rapport à la langue. On tombe alors dans la démarche normative et, par là-même, insidieusement élitiste, du nouveau riche qui a réussi dans la vie et qui, dans un deuxième temps, veut se draper des oripeaux d’une noblesse érudite à laquelle il n’appartiendra pourtant jamais. On dirait que je suis en train de décrire la petite bourgeoisie du 19ème siècle et pourtant c’est bel et bien cette attitude qui transparaît de beaucoup d’interventions ici.

Ça me rappelle un peu ces nouveaux riches russes qui inscrivent leurs épouses à des cours de politesse pour favoriser leur intégration à la haute société, où on leur apprend comment recevoir un baise-main, comment se placer autour d’une table, et comment tenir sa fourchette.

Le français est avant tout le mode d’expression d’une culture et d’une vision du monde… la réduire à sa gangue normative et à sa fonction de marqueur social relève d’une mentalité surannée qui ne fait que trahir le manque de maîtrise de ceux qui insistent avec intransigeance sur son respect.

Je me permets ces termes un peu forts parce que je ne vise évidemment personne en particulier.

Dernière modification par mikomasr (18/09/2020 15h27)

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #16 18/09/2020 15h32

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2231  

J’utilise malheureusement souvent des termes anglais dans les discussions sur la bourse (parfois cela me semble inévitable). Après avoir lu ce petit rappel, je vais m’efforcer de mieux faire ;-)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 18/09/2020 15h46

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   381  

mikomasr a écrit :

Si je peux me permettre une remarque assez négative mais qui me paraît pertinente : je trouve, à la lumière d’un certain nombre de posts dans cette discussion, que beaucoup de rentiers actuels ou aspirants ont un rapport assez pernicieux à la langue française.


Ça me rappelle un peu ces nouveaux riches russes qui inscrivent leurs épouses à des cours de politesse pour favoriser leur intégration à la haute société, où on leur apprend comment recevoir un baise-main, comment se placer autour d’une table, et comment tenir sa fourchette.

Le français est avant tout le mode d’expression d’une culture et d’une vision du monde… la réduire à sa gangue normative et à sa fonction de marqueur social relève d’une mentalité surannée qui ne fait que trahir le manque de maîtrise de ceux qui insistent avec intransigeance sur son respect.

Je me permets ces termes un peu forts parce que je ne vise évidemment personne en particulier.

Et bien moi, j’ai parcouru la file et j’y ai vu 1) des rappels sur des fautes fréquemment commises, 2) des trucs qui m’instruisent, 3) un ou deux débats intéressants et 4) pas mal d’humour.

Ça m’a aussi rappelé qu’une orthographe ou une grammaire incorrectes ou aléatoires sont des marqueurs très forts, qui participent à l’exclusion (à des degrés divers), notamment professionnel (j’ai des exemples très précis en tête).

Si cette file vous déplait tant…ne la lisez pas!

Dernière modification par carignan99 (18/09/2020 15h58)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 18/09/2020 16h21

Membre
Réputation :   44  

"

Quand des Rastignac et des nsk7 (et j’en omets sûrement d’autres) engagent de véritables réflexions sur la valeur et l’utilisation du français dans leur vie quotidienne, d’autres ne viennent ici que balancer des règles de grammaire ou d’orthographe dans un esprit purement prescriptif qui trahit en réalité la faiblesse de leur propre rapport à la langue.

"
Jargon énarchisant (ou France culture des mauvais jours) à encadrer !
Respect du code de la route = faiblesse de rapport à la conduite.
Respect de l’aseptie = faiblesse du rapport aux antibactériens.
Suivi de son compte bancaire = faiblesse du rapport à la gestion budgétaire.


Il y a quelques temps la mode était aux logiciels qui, à partir de listes de sujets, de verbes, de substantifs et d’adjectifs, fabriquaient des phrases paradoxales et creuses, quoique grammaticalement vraisemblables. Là on s’y croirait !
D’ailleurs le message commençait par "posts" qui ne veut rien dire ; probablement un éclairage multiculturel beaucoup plus profond, il va s’en dire, que la frime de quelques nouveaux riches de la langue. Encore que, entre nouveaux riches et éternels pauvres (de la langue), j’avoue que le choix devient cornélien (sans vouloir vexer les précieuses de monsieur Molière).

J’avoue n’avoir jamais été un as de la course ou du saut en hauteur, mais je ne me suis jamais voilé la face en criant au marquage sportif. :-) Bah, il paraît qu’on aura bientôt le droit de sauter sous la barre pour ne pas stigmatiser ceux qui n’y arrivent pas.

Message édité par l’équipe de modération (18/09/2020 19h06) :
- "il va s’en dire" vous êtes sûr ? Ce ne serait pas "sans" (pas "sang" en tout cas) ?

Dernière modification par Deb67 (18/09/2020 16h22)

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Discussions similaires à "le rentier et la langue française"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur