Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#26 09/01/2021 08h21

Membre
Réputation :   12  

Bonjours,

J’aime bien votre portefeuille, dans le sens où si je devais choisir un des nombreux portefeuilles de ce forum, équipondéré en valeur, le votre serait dans le top, je le trouve simple et efficace.

Je vois qu’il se limite à être décimé (la perte d’une valeur qui ferait faillite) bien qu’un dépôt de bilan d’Air Liquide soit peu probable.

Pancake a écrit :

-Parfois j’ai le sentiment que mon portefeuille est le résultat de décisions arbitraires : pourquoi avoir choisi telle action plutôt qu’une autre, pourquoi vendre telle action à tel moment…

Nous nous posons souvent cette question, peut-être devrions nous nous servir de la loi de Pareto (20 % des causes produisent 80 % des effets) que l’on voit sur le Nasdaq où seul un petit groupe de valeur est responsable de la hausse.
Par exemple ; au moment d’acheter ou de vendre une action, en écrire la raison et ses conséquences et en faire un bilan (ou diagramme de Pareto), parce que nous le faisons instinctivement, mais le voir, c’est différent, les mauvais conseils, les sentiments de panique ou d’euphorie ponctuels, la peur de perdre ou l’avidité.. Apprendre à nous connaître car souvent nos sentiments nous dominent ; "à tel cours, je vends", "si ça baisse, je renforce" mais on ne le fait pas, pourquoi ? Nous ne sommes pas des robots, un robots n’a pas d’état d’âme et le marché qui cherche les nanosecondes est robotisé, nous devons lutter contre des robots et je pense que l’homme est supérieur aux robots.
Simplement, le robot est plus fort en instantané mais pas sur la durée où il dévoile ses faiblesses qui une fois comprises en font un mauvais robot (c’est ce qu’on analysé les grands joueurs d’échecs et ce que font les hackers).

Hors ligne Hors ligne

 

#27 09/01/2021 09h44

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   178  

Bonjour Pancake,

Bravo pour le virage amorcé l’an dernier, on sent le travail et la réflexion derrière. Comme MarsAres, j’aime bien. Je partage votre conviction sur Air Liquide que je viens de renforcer. Quant à Sartorius Stedim et Prosus, je vais creuser un peu le bac à sable. Vive le PEA ! Et puis un peu de Google, on parle juste du moteur de recherche (incontournable) du Web (indispensable). On l’a sous les yeux depuis le début…

Je suis prêt à sacrifier un peu de performance sur le portefeuille pour le confort psychologique qu’apporte le cash.

A encadrer et mettre sur la cheminée. Pour la première fois depuis mes débuts en bourse, je suis sans liquidité. Signe d’une confiance excessive et d’une bulle michulesque ? I don’t know.

Sinon quelle perf en 2020 ?


Who’s the more foolish, the fool or the fool who follows him?

Hors ligne Hors ligne

 

#28 09/01/2021 13h25

Membre
Réputation :   72  

Pancake a écrit :

Constitution d’une réserve de cash


J’ai soldé ou allégé quelques positions pour commencer à constituer progressivement une poche de cash sur le PEA, inquiet par l’ascension des marchés et ayant en tête le souvenir du krach de mars.
Je suis prêt à sacrifier un peu de performance sur le portefeuille pour le confort psychologique qu’apporte le cash.
Cette poche pourrait être amenée à augmenter de manière significative si les marchés continuent leur ascension rapide.

Bonjour,

Comment évaluez-vous le montant de liquidités à avoir dans votre portefeuille financier ? En valeur absolue ? En % par rapport à l’encours global ?


Primum non nocere

Hors ligne Hors ligne

 

#29 09/01/2021 17h45

Membre
Réputation :   77  

Bonjour à tous,

MarsAres,

MarsAres a écrit :

je le trouve simple et efficace

Merci, ça me fait plaisir que vous qualifiez mon portefeuille de simple car ce terme me renvoie à mon approche initiale, que j’avais moins en tête ces derniers temps.
Faire simple pour la sélection des valeurs : prendre parmi les grosses caps bien connues celles qui sont en croissance et qui sont leader sur leur marché, en diversifiant un minimum les secteurs, et sans chercher à reproduire tout le marché (une vingtaine de lignes peuvent suffire).
Ce qui correspond plus ou moins à l’approche initiale d’IH, si je ne me trompe pas.

Les choses étaient plus simple quand je me limitais à la cote française. Avec la cote internationale, je me suis retrouvé face au paradoxe du choix, ce qui demande un certain lâcher prise (j’investis dans ce que je connais grossomodo et tant pis pour le reste).   

J’ai oublié de le préciser mais la remise en question de la pertinence de mon portefeuille a aussi été entre autre provoquée par une crainte de rater le train d’une recovery ou une rotation sur les actions value.
Cependant je sais que les actions value (qui cotent sous leur BVPS par exemple) ne me correspondent pas et que si je cherche à reproduire le portefeuille des autres (par exemple celui de Larbinator qui a réalisé une performance remarquable sur une très longue durée) je risque de ne pas tenir sereinement mes positions.

D’une manière générale mes prochains investissements seront de type GARP ou ETF, tant pis si je rate le train pour les actions values. Les actions GARP semblent à priori présenter un profil plus sécurisant dans toutes les conditions de marché que les actions values ou hypergrowths par exemple.

Michel,

Merci pour vos encouragements.

Michel a écrit :

Sinon quelle perf en 2020 ?

Difficile à dire (ou bien reconstituer la perf prendrait du temps), mon portefeuille s’est principalement constitué à partir du quatrième trimestre 2019 jusqu’à février 2020, ce qui m’a permis de me prendre le krach de mars de plein fouet (j’avais calculé une perte latente de 52K€ le 17 mars 😅). A partir de mi mars jusqu’à décembre, j’ai dû investir grossomodo autour de 45K€.

En valeur absolue, depuis le départ, mes gains sont de :
+28K€ pour le PEA
-11K€ sur le compte titre (dividendes + PV exercées fin 2019 - MV exercées en 2020)

Ce qui fait un gain net d’environ 17K€ à ce jour. Soit 8% de la valorisation du PF.

RadioInvest,

J’évalue le montant de liquidité de mon portefeuille au pifomètre, et plutôt en valeur absolue qu’en valeur relative.

Par exemple, je pourrais décider d’avoir 40K€ de liquidités, ce qui représenterait un taux raisonnable d’environ 20% de mon portefeuille.

Cependant cela me semblerait à ce jour une somme importante non investie alors que j’ai la conviction que les marchés peuvent encore grimper de manière importante.

Mais ces 40K€ me paraîtront nettement moins élevé si le CAC 40 atteint 7000 points d’ici fin d’année prochaine.

J’ai actuellement 12K€ de cash mais je pourrais aussi être à zéro en fin de semaine si une opportunité se présente sur une action spécifique.

Désormais j’achète sans me précipiter. J’attends une baisse ponctuelle. Par exemple j’ai acheté Kering vers mi décembre car elle avait perdu une dizaine de % depuis ses plus haut récents et ses fondamentaux me paraissaient toujours bons.

De manière empirique j’ai remarqué qu’acheter sur des baisses ponctuelles (à partir de 10% sur un plus haut récent, non justifiée par une nouvelle grave) est dans la plupart des cas payant à court terme. A quelques exceptions près (Alibaba sur laquelle je suis en moins value de plus de 10%, mais notamment car la société a enchainé les mauvaises nouvelles récemment).

Les investisseurs n’arrivent pas à faire du market timing, mais autant essayer d’en faire un minimum. De mon expérience, cela permet de récupérer un peu de performance.

Dernière modification par Pancake (10/01/2021 16h34)

Hors ligne Hors ligne

 

#30 09/01/2021 19h25

Membre
Réputation :   72  

Pancake a écrit :

De manière empirique j’ai remarqué qu’acheter sur des baisses ponctuelles (à partir de 10% sur un plus haut récent, non justifiée par une nouvelle grave) est dans la plupart des cas payant à court terme. A quelques exceptions près (Alibaba sur laquelle je suis en moins value de plus de 10%, mais notamment car la société a enchainé les mauvaises nouvelles récemment).

Les investisseurs n’arrivent pas à faire du market timing, mais autant essayer d’en faire un minimum. De mon expérience, cela permet de récupérer un peu de performance.

Je suis bien d’accord, je pratique cela aussi, sur des variations encore plus faibles, en mode "buy the mini dip".


Primum non nocere

Hors ligne Hors ligne

 

#31 14/01/2021 01h22

Membre
Réputation :   77  

Investissements Chine :

J’ai profité d’un rebond sur Alibaba pour céder ma ligne aujourd’hui en encaissant une perte de 362€ (compensé par un gain latent de 1295€ sur ma ligne Sea Ltd achetée en même temps).

La raison de cette cession est la succession de mauvaises nouvelles sur la société, m’ayant poussé à de nombreuses lectures anxiogènes.

Quand un investissement commence à me prendre la tête avec trop de questionnements et doutes, je préfère vendre.

Je crains notamment les conséquences d’un delisting aux US, même si celui-ci est peu probable : la société a 3 ans pour se conformer aux exigences de Washington.

D’une manière générale, les problèmes politiques autour de la Chine (et notamment Chine-US) me poussent à sous pondérer la Chine dans le portefeuille, ainsi que les risques de fraude.

Par ailleurs je ne suis pas très fan de la structure juridique VIE ne procurant pas de droit de vote, et faisant peser un risque de "vide" juridique risquant d’être régulé par les autorités chinoises.

Le PCC a démontré avoir une approche plutôt pragmatique concernant le développement économique de la Chine, et je ne pense pas que ce soit dans son intérêt de spolier les investisseurs étrangers, ce qui provoquerait alors une fuite des capitaux. Elle peut en avoir besoin pour ses aspirations d’être la première puissance économique mondiale.

Je conserve Prosus, dont les parts de Tencent au moins ne sont pas détenues aux US (et pour info où Tencent est uniquement listé sur OTC).

Je ne compte pas renforcer Prosus et n’achèterai plus aucune action chinoise en direct.

Les actions françaises ne sont pas dénuées d’intérêt

J’entends des youtubeurs ou lis certains blogueurs, pourtant adeptes de stock picking, dire qu’ils n’investissent qu’aux US, car les actions françaises sous performent.

C’est vrai au niveau des indices, mais factuellement toutes mes actions en PEA ont surperformé le S&P 500 sur les cinq dernières années.

Le S&P 500 hors dividende a fait +103% à date sur les 5 dernières années.

Sartorius +495%
Tencent +335% (pour Prosus car pas assez d’ancienneté - ok ce n’est pas une entreprise française, mais elle est dans mon PEA)
Hermès +202%
L’Oréal +107%
Teleperformance +293%
Schneider +172%
Dassault Systemes +154%
Euronext +114%
Biomérieux +243%
Eurofins +152%
Kering  +304%
Dior SE +209% (achat d’une action aujourd’hui pour le suivi, une ligne qui est destinée à être renforcée dans le futur)

Verallia n’est coté que depuis 2019.

Air Liquide est la seule qui sous performe avec +58%, cependant si on tient compte des dividendes réinvestis (supérieurs à ceux du S&P 500) plus les actions distribuées tous les deux ans, la performance ne doit pas être si éloignée. Elle a le mérite de diminuer la volatilité du portefeuille (mais elle ne fait rien depuis plusieurs mois).

Dernière modification par Pancake (14/01/2021 01h38)

Hors ligne Hors ligne

 

#32 14/01/2021 01h39

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

Vous trouverez toujours des perles au sein de tous les indices, même les plus obscurs smile
Combien ont fait Apple, Amazon, Google, Facebook, Paypal ou Nvidia sur les 5 dernières années ? Toutes plus que votre meilleure performance, Sartorius wink

Le challenge c’est de les dénicher, et/ou d’y croire, et souvent ça passe par éviter de se dire "mais c’est trop cher". Je suis sûr qu’à chacun de vos achats au moment où vous les avez faits beaucoup se disaient "mais pourquoi acheter, on est au ATH, c’est hors de prix".

Hors ligne Hors ligne

 

#33 14/01/2021 02h04

Membre
Réputation :   77  

Corran a écrit :

Vous trouverez toujours des perles au sein de tous les indices, même les plus obscurs

Effectivement c’est ce que je voulais démontrer, et qu’il n’y avait pas besoin de dénigrer un marché dans son entièreté.
Je préfère raisonner entreprise par entreprise, plutôt que par marché (bien que je concède que le marché américain augmente les chances de tomber sur des actions plus performantes).

corran a écrit :

Combien ont fait Apple, Amazon, Google, Facebook, Paypal ou Nvidia sur les 5 dernières années ? Toutes plus que votre meilleure performance, Sartorius wink

Pour ces entreprises, la performance sur les 5 dernières années, hors dividende :

Apple +439% (plus que toutes mes actions sauf Sartorius)
Amazon +455% (idem que Apple)
Google +146% (moins que Hermès, Teleperformance, Biomérieux, Eurofins, Kering, Dior, Shneider, Dassault Systèmes et Sartorius)
Facebook +164%
Paypal +658%
Nvidia +1897%…

Globalement comparé au top de l’indice US, il est vrai que le top des valeurs de l’indice français est à la traîne.

Le challenge c’est de les dénicher, et/ou d’y croire, et souvent ça passe par éviter de se dire "mais c’est trop cher". Je suis sûr qu’à chacun de vos achats au moment où vous les avez faits beaucoup se disaient "mais pourquoi acheter, on est au ATH, c’est hors de prix".

100% d’accord avec vous 👍

Je les ai acheté pour de "mauvaises raisons" : j’avais envie de les avoir en portefeuille, quelquesoit le prix, ou presque (j’attendais souvent une baisse ponctuelle de quelques % malgré tout pour éviter de me dire que je les ai achetées au plus haut).

En général ces actions m’intéressaient aussi parceque "ouhlala ça ne fait que monter depuis des années, il me la faut !". Ce type de réflexion profonde me permettait de bénéficier de momentum.

Et puis c’était la classe d’avoir Hermès, alors je n’y suis pas allé avec le dos de la cuillère. J’en ai pris une grosse ligne.

Résultat :



A l’inverse, j’ai perdu pas mal de temps et d’argent avec les actions value, et les valeurs que j’ai achetées car je les pensais décotées (dont Alibaba dernièrement, plutôt décotée compte tenu de ses fondamentaux).

En même temps qu’Alibaba, j’ai acheté Sea Ltd parceque je la voulais absolument pour diverses raisons, même si elle avait l’air trop chère. A la clôture ce soir, je suis à +35% de PV.

Je suis un très mauvais stock picker, mais un stock picker chanceux malgré tout.

Dernière modification par Pancake (14/01/2021 03h24)

Hors ligne Hors ligne

 

#34 14/01/2021 02h29

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

Alors à 5 ans pile je calcule un peu plus que vous (du 14/01/16 au 13/01/21)
- Amazon 537%
- Apple 526%
- Google 239%
- FB 255%

Il est tard, je ne sais plus compter

Sartorius à 50 EUR (quoi un PER de 45 mais c’est du délire !) et Teleperformance à 70€ (quand même un PER >20 pour des centres d’appel amenés à décliner avec l’émergence des messageries !), non, pas pour moi !
Résultat : achat cette année du premier à 200€, du second à 270€. Et pendant ce temps j’avais 10k sur Rallye, parce que quand même, sous 20€ avec un dividende de 1.8€ garanti parce que sinon la pyramide Naouri s’écroule, c’est cadeau.

Dernière modification par corran (14/01/2021 02h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#35 14/01/2021 02h44

Membre
Réputation :   77  

Bizarre pour les perfs que vous obtenez, pour ma part je tappe l’action dans Google et clique sur "5 ans" :



Et vos propos concernant Sartorius, Teleperformance, et Rallye me parlent tout à fait 🤣

On peut remplacer Rallye par URW pour ma part (je n’ose pas relire les premiers messages de cette file où je devais vanter celle-ci).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #36 14/01/2021 02h53

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

Honnêtement sur URW (plaisanterie qui m’a coûté pas loin de 30k), ni vous ni personne ne pouvaient prévoir une pandémie mondiale qui allait mettre leur business model à terre sans leur laisser le temps ni même la possibilité d’évoluer vers des lieux de vie et d’expériences. Et malgré la connerie Westfield, jusqu’en février 2020 les indicateurs étaient bons (fréquentation, CA au m2, progression du CA et du same store NOI). Au cours de clôture 2019, elle avait parfaitement sa place dans un portefeuille ou une poche orientés income avec même un bon espoir de récupérer un peu de l’écart sur la NAV. On n’était vraiment pas dans une configuration CBL/PEIT/WPG/INTU ou même Hammerson.
Mais bon, la face du monde a changé, il faut faire avec et passer à autre chose.

Dernière modification par corran (14/01/2021 02h53)

Hors ligne Hors ligne

 

#37 14/01/2021 09h59

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

D’une manière générale, les problèmes politiques autour de la Chine (et notamment Chine-US)

C’est quand même paradoxal alors que la semaine dernière le congrès Us fut envahi avec 4 morts.. vous êtes en plein biais de jugement. Si c’était arrivé en Chine que diriez vous?

Bref- rien ne permet de dire que les problèmes politiques Chine US favoriseront les US.

Sinon, sur la file de votre portefeuille je suis d’accord avec le fait de posséder ce qui nous rend à l’aise. Je ne suis pas a l’aide avec la technologie qui ne paye jamais de dividende, je l’évite donc. Vous n’êtes pas a l’aise avec certains secteurs value, vous l’évitez, c’est très important d’être à l’aise, cela permet de tenir le cap.

Hors ligne Hors ligne

 

#38 14/01/2021 11h33

Membre
Réputation :   77  

Prosus (Tencent) est ma 3ème ligne, valorisée 19.568€ (rebond de +4,8% à cette heure) soit plus de 9% de mon pf. Je garde donc une part significative investie sur la Chine.

Pour Alibaba, j’ai un biais sur les évènements récents ayant créé de la volatilité sur le titre.

Le risque politique Chine-US peut très bien impacter les actions US, mais le risque de delisting ne concerne que les entreprises chinoises.

Cependant le risque politique sur la pression antitrust contre les GAFAM me prend aussi pas mal la tête car j’ai passé beaucoup de temps à chercher des articles sur ce sujet (pression antitrust qui explique peut-être pourquoi les GAFAM, notamment Google et Facebook, semblent plus faiblement valorisées que bon nombre de sociétés tech plus petites à croissance comparable).

Investissement en actions values :

Je n’écarte pas complètement l’investissement en action value, mais pas via des achats directs.

J’ai initié récemment une ligne sur Berkshire Hathaway dans l’idée que Berkshire s’occuperait pour moi d’acheter des valeurs décotées, et me permettrait de faire de bonnes affaires en private equity.

The Motley Fool a écrit :

Buffett is confident that Berkshire can still beat the overall market over long periods of time, thanks to certain competitive advantages.

Specifically, Buffett feels that Berkshire has a key advantage when it comes to buying businesses, which is Buffett’s favorite use of Berkshire’s cash, by far. "We have some significant advantages in buying businesses over time. We would be the preferred purchaser for a reasonable number of private companies, and public companies as well," Buffett said at a Berkshire Hathaway annual meeting years ago.

The reason he says this is because of Berkshire’s stellar reputation, as well as the company’s superior financial flexibility (Buffett keeps at least $20 billion to $30 billion available at all times).

"Our checks clear. We will always have the money. People know when we make a deal, it will get done, and it will get done as fast as anybody could do it," Buffett said.

Another reason is Berkshire’s hands-off management style. Buffett and Berkshire’s corporate staff interfere very little, if at all, with the day-to-day operations of the company’s subsidiaries. "People know they will get to run their businesses as they’ve run them before, if they care about that," Buffett said.

The effect of these acquisition advantages is that over time, Berkshire can acquire value-adding companies for less than their intrinsic value, and for less than competitors could acquire them for.

Source.

Je compte renforcer significativement Berkshire.

Dernière modification par Pancake (14/01/2021 19h30)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #39 14/01/2021 11h40

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2794  

Pancake a écrit :

PJ’ai initié récemment une ligne sur Berkshire Hathaway dans l’idée que Berkshire s’occuperait pour moi d’acheter des valeurs décotées, et me permettrait de faire de bonnes affaires en private equity.

Il y a bien longtemps que BRK n’a plus d’avantages sur le private equity.

Le problème a l’heure actuelle n’est pas le financement, mais plutôt de pouvoir entrer au capital des sociétés à bon prix, tant il y a de la demande. Et comme Warren Buffett ne veut pas payer un prix élevé, il n’est probablement jamais appelé à présent.

En France, une société intéressante est IDI. Elle est éligible PEA-PME, le management a un bel historique de performance, et tous les dividendes peuvent être réinvestis sans frottement fiscal grâce au PEA-PME.

Hors ligne Hors ligne

 

#40 16/01/2021 21h08

Membre
Réputation :   77  

"Vrai ETF" vs "ETF maison"


J’ai soldé mes positions fin octobre sur le compte titre Boursorama et ouvert un compte Degiro pour les frais d’ordre réduits sur le marché US.

Au départ j’ai commencé à constituer de nombreuses petites lignes techs/digital : Netflix, Crowdstrike, Salesforce, Nvidia, Adobe, Shopify etc.

En achetant un peu de tout, l’idée était de constituer une sorte d’ETF tech sans "daube" comme j’en ai parlé dans mon message du 9 janvier.

J’ai gardé ce portefeuille assez peu de temps, pour arbitrer vers des lignes plus conséquentes et sur des valeurs à forte conviction.

Cette stratégie m’intéressait de nouveau récemment, mais finalement je me suis rappelé que j’ai détesté détenir un portefeuille aussi bordélique et basé sur des choix beaucoup plus arbitraires que quand je passe du temps à me renseigner sur une valeur.

Quand on commence à acheter un peu de tout au pif, le résultat laisse un sentiment d’incomplétude. Dès que quelqu’un parlait d’une valeur je me disais : "celle-là il me la faut aussi !".

Conclusion : autant acheter des ETFs, au moins ce sentiment de faire des choix arbitraire disparait en grande partie.
Les ETF ont le mérite de fonctionner sur une certaine logique (pondération par capitalisation notamment).

Critères de sélection pour les investissements


Là où l’ont peut y voir une limite inutile à la diversification, le fait d’ajouter de nombreux critères sur la sélection permet de limiter le paradoxe du choix. Et de garder une certaine simplicité une fois que ces critères sont établis.

Quand je serai en proie au doute, ce qui arrive régulièrement, je pourrai relire ce message pour me remettre les idées en place.

1. Pas d’action cyclique : elles ne font pas parties de celles que je veux avoir en portefeuille quand une récession économique ou un krach boursier se produit. Je ne sais pas quand les acheter et comment les choisir.

2. Pas de secteur / entreprise en déclin : absence de croissance organique, entreprises qui vont à l’encontre des megatendances…

3. Pas d’entreprise de semiconducteur en direct (ETF uniquement) : 
Secteur d’avenir mais je risque de faire le mauvais choix en sélection de valeur pour le long terme.

La pression sur l’innovation technoloqique sur ce secteur à forte intensité capitalistique est énorme, et une entreprise qui rate une innovation est pénalisée pour un cycle entier (exemple : Intel).

Par ailleurs le nombre de client de ces entreprises est souvent assez concentré.
Exemple : En 2018 ou 2019 (je ne me rappelle plus), Apple représentait 15% des ventes de STMIElectronics. Si Apple change de fournisseur, c’est très dommageable pour l’entreprise.

4. Achat des leaders sur leur secteur, surpondération des Wide Moat

5. Limiter la pondération de la Chine à 10% max + pas d’achat d’actions chinoises sur le marché US (risques de delisting = stress inutile).

6. Limiter la pondération des GAFAM à 10% max : risques sur la pression antitrust

7. Limiter la pondération des KHOL (Kering Hermes L’Oréal LVMH) à 20%. Le luxe est l’un des points forts de la France. Autant en profiter via le PEA.
Fortes convictions sur le luxe à long terme (développement de la classe moyenne/aisée dans les pays émergents) et c’est le secteur que je "connais" le mieux pour l’avoir étudié le plus.

9. Ne pas acheter d’entreprise qui ont fait des pertes au cours de la dernière décennie
ou l’année précédente pour les actions à forte croissance.

9. Pas d’actif distribuant en compte titre : à cause du formulaire 2778, même s’il y’a une tolérance lorsque les dividendes versées sont de faible montant. Accessoirement l’absence de dividende sur compte titre simplifie les déclarations annuelles.

10. ne pas chercher la décote : j’ai toutes les chances de me planter dans ma sélection en recherchant les entreprises décotées.

11. Pas de renforcement au delà de 15K€ sur une ligne

12. Pas d’actions européenne à dividende en PEA (car perte du crédit d’impôt compensatoire) sauf au taux de prélèvement à la source de 15% max (Pays-Bas, Luxembourg).

13. Achats d’ETFs uniquement pour les prochains investissements en compte titre : je peux ainsi focaliser et limiter le stock picking au PEA et aux actions françaises, rendant la tâche plus simple. Les ETF synthétiques en PEA ne m’intéressent pas.

Présentation de Sea Limited


Sea ltd est la principale entreprise singapourienne à forte croissance. Elle est cotée sur le NYSE et Tencent en détient 20% du capital.

Sea Ltd est une sorte de "mini Tencent" des pays de l’Asie du Sud-Est : e-commerce (38%), divertissements numériques (52%, essentiellement des jeux videos), autres services (10%, paiement électronique…).

Elle possède une sorte de Moat dû au fait que les marchés des pays ASEAN sont très fragmentés et hétérogènes dans leur fonctionnement / règles / culture / devises (bien plus qu’en Europe par exemple), il est donc très difficile d’y mettre en oeuvre une plateforme d’ecommerce par exemple.

Cette complexité en fait à la fois une force : barrières à l’entrée, et une faiblesse : coûts opérationnels élevés.

La partie divertissements numériques est rentable, mais la marge brute de la partie E-Commerce est négative (coûts supérieurs aux ventes ! it’s not a business but it’s charity comme j’avais lu quelquepart) et il s’agit du principal risque sur cette entreprise.

Elle représente 2,4% de mon pf et ne respecte pas le critère numéro 8, car la société ne génère pas de profit à ce jour.

Dans mon portefeuille c’est celle qui a le plus fort potentiel d’être un multibagger, mais aussi la plus risquée.

Je l’ai acheté en novembre car j’ai un biais sur les pays ASEAN (cf ma présentation). J’aime l’idée d’y être investi.

Dernière modification par Pancake (17/01/2021 03h12)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #41 16/01/2021 21h48

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

Sea Ltd est une action intéressante car elle a longtemps souffert de sa complexité et le survol de ses chiffres pouvaient laisser penser à une nième start-up qui ne sait que brûler du cash - je dois dire être tombé dans le piège. Quand je la voyais mentionnée par quelqu’un, je regardais les chiffres sur zonebourse, et je me demandais vraiment ce que tout le fuck était about.

Elle a fini par être découverte réellement cette année par le marché, et comment, et je pense aussi qu’elle a encore un énorme potentiel (j’ai fini par m’éduquer en lisant le rapport de Q2)
Son gros avantage est qu’elle utilise le cash généré par le gaming pour financer son expansion dans le e-commerce (en plus des synergies de cross-selling), ce qui est excellent pour les actionnaires en place car cela évite de devoir lever régulièrement des fonds, que ce soit via dette ou via AK.

Restez sage quand même sur le stock picking et privilégiez majoritairement les ETF dans votre allocation. Bon courage pour la suite

Dernière modification par corran (16/01/2021 22h52)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #42 19/01/2021 21h04

Membre
Réputation :   77  



Arbitrage GAFAM vers ETF NASDAQ 100


Les mouvements récents


- Vente de Facebook, Amazon, Google et Berkshire Hathaway
- Vente ETF sectoriel S&P 500 IT (acheté pour exposition à Apple et Microsoft, devenu sans objet suite à l’achat Nasdaq 100) et Momentum USA (doutes sur ce facteur, je dois creuser et y reviendrai peut-être plus tard)

- Achat ETF Nasdaq 100 (=38% en GAFAM, 50% si on inclus Tesla + Nvidia + Paypal)
- Renforcement des ETF Digital Economy et Disruptive Technology
- Achat Christian Dior SE sur PEA

Cet arbitrage a pour but un "choc de simplification" :

- limiter le stock picking au PEA (France, Pays-Bas et Luxembourg pour le taux "acceptable" de plv à la source sur dividende)

- éviter un "burnout" causé par la surinformation concernant les entreprises étrangères : je ne lirai plus d’article sur les actions étrangères, je me désabonne de toutes chaînes Youtube US

- avoir une exposition plus étendue aux entreprises innovantes et de la nouvelle économie

- éviter le FOMO sur les actions "tendance"

Je conserve pour le moment Sea limited pour le plaisir (cf mon précédent message à son sujet).


Les prochains achats sur compte titre


L’innovation et la nouvelle économie sont au cœur de ma stratégie d’investissement sur compte titre.

Je m’intéresse donc à tout ETF ayant une forte proportion d’entreprises innovantes ou de la nouvelle économie.

Pour le moment je n’ai trouvé aucun ETF qui m’intéresse plus que ceux lancés par Lyxor en 2020, et notamment :

- Digital Economy ; indice
- Disruptive Technology ; indice
- Future mobility ; indice

Ces ETFs ont ma préférence pour :
- les indices suivis

- leurs frais très réduits comparés à d’autres ETF portés sur l’innovation ou les thématiques tendances (0,15% vs plus de 0,6% pour la plupart des ETFs dans ce thème comme les ETF L&G, VanEck…)

- la courverture mondiale : pays développés + émergents (ACWI) + toutes capitalisations (IMI)

- capitalisants + réplication physique, des critères non négociables pour ma part

- actif supérieur à 100 millions € pour la pérennité (sauf pour Mobility pour le moment mais ça monte)

Pour cette raison mes prochaines liquidités iront dans ces ETFs Lyxor, sauf si je trouve plus intéressant.

Surperformance PEA / CW8 (MSCI World) depuis le 20 avril 2020* : +2,83%


PEA = +25,71%
CW8 = +22,88%

*date à laquelle le plafond de versement a été atteint

Dernière modification par Pancake (20/01/2021 00h28)

Hors ligne Hors ligne

 

#43 19/01/2021 22h13

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

Sage décision, l’investissement financier doit libérer pas bouffer de l’intérieur smile

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #44 22/01/2021 14h42

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   550  

Bonjour Pancake,

Concernant votre remarque sur les ETF thématiques de Lyxor :

leurs frais très réduits comparés à d’autres ETF portés sur l’innovation ou les thématiques tendances (0,15% vs plus de 0,6% pour la plupart des ETFs dans ce thème comme les ETF L&G, VanEck…)

Il faut savoir que le 0,15% est une offre promotionnelle à l’ouverture du fond. On peut trouver ce message sur le site de Lyxor :

Le taux du total des Frais sur Encours (TFE) cible est de 0,45 %. Il est temporairement réduit à 0,15 % jusqu’à septembre 2021.

Les frais de gestion pour les années suivantes seront donc de 0,45% ce qui correspond grosso-modo aux frais des ETF thématiques de Ishares.

Bien à vous.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #45 22/01/2021 19h41

Membre
Réputation :   77  

Suite à l’information donnée par MrDividende (que je remercie) concernant les frais des ETFs thématiques Lyxor, qui diminuent un peu leur intérêt, je pense diversifier les ETFs à thème ou sectoriels porteurs de croissance.

Note : les ETFs Lyxor sont cotés à Paris, cela peut faciliter leur achat chez certains courtiers (Boursorama…). D’une manière générale, même avec 0,45% de frais ils me semblent très intéressants.

Tous les ETFs cités ci-dessous ont pour caractéristique commune d’être UCITS, capitalisant, à réplication physique et une market cap supérieure à 100M $.

Au delà de 0,5% de frais je ne regarde plus, ça me parait vraiment trop élevé.

Ils sont aussi tous disponibles sur Xetra, sur lequel je regroupe mes ETFs (chez Degiro il vaut mieux éviter d’avoir de petites lignes éparpillées sur plein de places boursières différentes pour les frais).

Ces critères me permettent aussi d’écourter la liste car il existe une quantité impressionnante d’ETF à thèmes "tendances". Il y’en a de plus en plus chaque mois.

VanEck Vectors Video Gaming and eSports

Frais : 0,55% (le seul que j’ai regardé à ce niveau de prix, par biais sur le thème 😁)
Point fort : exposition à des actions japonaises
Point faible : très cher pour seulement 25 lignes, et je suis déjà bien exposé aux premières lignes. Sans les actions japonaises cet ETF n’aurait presque aucun intérêt.

VanEck Vectors Semiconductor

EDIT : j’ai mal regardé, cet ETF a une market cap inférieure à 20m $. Mais il a été créé début décembre donc je surveille sa progression.

Frais : 0,35%
Point fort : exposition sur un secteur sur lequel j’ai des convictions, mais sur lequel je ne souhaite pas faire de sélection (comme expliqué dans mon message du 16/01/2021)

Point faible : un peu cher pour 25 lignes alors que cet ETF ne cible que les entreprises de semi conducteurs cotés aux US. J’aurais préféré une exposition ACWI. Des sociétés chinoises font leur apparition dans ce domaine et à long terme j’aurais aimé qu’elles puissent être inclus dans cet ETF si leurs fondamentaux le permettent un jour.

WisdomTree Artificial Intelligence

Frais : 0,4%
Point fort : ACWI, je ne vois pas de big techs dans le top 10 holding (auxquelles je suis déjà exposé via NASDAQ 100).
Il me semble plus intéressant que le L&G Artificial Intelligence.

IShares Digitalisation

Frais : 0,4%
Points forts : ACWI, 166 lignes dont la plus grosse = 2,65%, market cap supérieure à 1 milliard

Cet ETF a une composition très différente de celle du Digital Economy de Lyxor (dont l’indice a nettement mieux performé que l’indice suivi par l’ETF Ishare). Pas une seule des 10 premières en commun entre les deux ETFs. De plus le Lyxor est un peu plus international (15,5% d’exposition à la Chine vs 0 ou très peu pour le Ishare).

WisdomTree Cloud Computing

Frais : 0,40%
Point fort : assez équipondéré
Point faible : 95% US, manque de diversification géographique

Dernière MAJ portefeuille


La valorisation totale atteint 216 303€ (dont 183K en PEA).

Pas de mouvement depuis mon dernier message.

Surperformance du PEA par rapport au CW8 depuis le 20/04/2020 = +4,26%

Projet de renforcement en PEA : Adyen

Dernière modification par Pancake (24/01/2021 02h24)

Hors ligne Hors ligne

 

#46 23/01/2021 12h10

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   169  

Bonjour à tout le monde

VanEck Vectors Video Gaming and eSports

  Pour info,  j’ ai tenté récemment de l’acheter :
Chez Saxo (via NY, ou Xetra) et les 2 places "ont un KID non disponible"
Chez BourseDirect et "le passage d’ ordre est bloqué à la négociation", sur les places NY, CH, et Londres

Après vérification sur le site VanEck, les documents , prospectus et annexes sont tous en "version anglaise" seulement : Ceci expliquant peut-être cela ?

Je peux acheter des "WARRANTS" (mot anglais), dont j’ignore tout, des actions de plein de pays (dont j’ignore la langue, ou qui ont des versions anglaises sur leur site), mais pas des ETF avec documents anglais…

Il aurait été bon d’apprendre avant aux auteurs de "MIFID II" , qu’il existe des traducteurs en ligne ….

Bon WE
Mimizoé1


Parrainages Binck, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

#47 23/01/2021 14h53

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

ESPO est ok chez degiro
Il est aussi ok chez IB, ainsi que son cousin un peu mieux construit HERU.

Hors ligne Hors ligne

 

#48 24/01/2021 13h31

Membre
Réputation :   77  

Pendant que je regardais d’autres ETFs sur des secteurs "d’avenir", je suis tombé sur cette courbe du iShares Global Clean Energy :



Les investisseurs de cet ETF en 2007 n’ont toujours pas revu leur bille à ce jour.

L’éclatement de la bulle 2007 sur les énergies renouvelables, et sur les dot com de 2000, m’amènent à me questionner sur les ETFs dont le P/E est négatif ou très élevé, et dont le cours a explosé à la hausse (comme l’indice disruptive technology avec un P/E de -77 au 31/12/20).
Cette combinaison pouvant être le marqueur d’une bulle.

J’ai déjà 11% de mon pf en NASDAQ 100, dont le P/E est de 40 au 31/12/20 (vs 29 pour le MSCI ACWI IMI, soit le marché mondial), soit le double du 31/12/18.

Il serait peut-être plus prudent que j’évite de "diversifier" vers des ETFs à PER négatif ou stratosphérique compte tenu que je ne détiens pas d’ETF value ou world.

Xtrackers MSCI USA


Je trouve cet ETF particulièrement intéressant, qui ressemble à un S&P 500 amélioré.

Composé de 620 actions, 0,07% de frais (pour de l’UCITS c’est extrêmement bas !), capitalisant, réplication physique, presque 7 milliards $ de market de cap.

Il surperforme un peu le S&P 500 ces dernières années :


Je penche plutôt sur cet ETF que sur un MSCI World car j’ai la conviction que les Etats-Unis continueront à surperformer le reste du monde à long terme : proportion d’entreprises innovantes et technologiques par rapport au reste du monde, environnement favorable pour les entreprises et les investissements, culture de l’actionnariat…

Je pense y adjoindre peut-être quelques ETFs géographiques de pays qui possèdent une bonne proportion d’entreprises de croissance.

Franklin FTSE Korea

Seulement 0,09% de frais, plus de 30% d’exposition à Samsung.

Xtrackers MSCI Taiwan

Assez cher avec 0,65% de frais, mais exposition à un marché "inaccessible" comme pour la Corée. Forte proportion d’entreprises de production de semi-conducteurs.

ETF Chine :


Autre pays que je souhaite cibler, mais je dois regarder plus en détail car il existe plusieurs indices (HK, Shangai, ADR…) dont la composition n’a rien à voir. Je ciblerai l’indice qui comporte le plus de valeurs technos.

Dernière modification par Pancake (24/01/2021 13h35)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #49 24/01/2021 13h40

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

Sur ICLN/INRG, la situation est assez différente de 2007. Dans les 20 premières lignes (en voici 14)


seule Plug power ne gagne pas d’argent.
On peut discuter des multiples sur les utilities et les vendeurs d’éoliennes (que je trouve excessifs en regard de leur rentabilité), mais ce ne sont vraiement pas des moonshots ; on peut même dire que la plupart ont un métier assez chiant.

Pour Taiwan et la Corée, les CEF TWN et KF sont mieux que leurs ETFs respectifs

Pour la Chine, un mix KWEB, KURE, EXXU, TDF (Templeton Dragon) et CEMG devrait couvrir vos besoins en fonction d’où vous voulez mettre le curseur entre techno/santé/conso/financières

Sur les US vous avez IUMO (momentum) et SUAS (SRI) qui vous épargnent les énergies fossiles et pas mal de financières et surperforment donc largement le S&P500

Dernière modification par corran (24/01/2021 13h57)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #50 24/01/2021 14h05

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   651  

Pancake a écrit :

ETF Chine :


Autre pays que je souhaite cibler, mais je dois regarder plus en détail car il existe plusieurs indices (HK, Shangai, ADR…) dont la composition n’a rien à voir. Je ciblerai l’indice qui comporte le plus de valeurs technos.

Dans ce cas le KWEB est on ne peut plus techno KWEB | KraneShares wink


Ceux qui dansent sont pris pour des fous par ceux qui n'entendent pas la musique (Nietzsche)

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de pancake"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur