Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Favoris 4   [+5]    #1 20/03/2020 19h17

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Petit update

Performance depuis le 1er janvier +27.62%
Nouvelles lignes :
-Adobe delta hedger
-Etsy delta hedger
Petit commentaire sur ces 2 achats, c’est pour mois deux entreprises qui peuvent continuer à fonctionner en télétravail et pour Etsy je pense même que la situation est intéressante lorsque l’on voie qu’aux USA Amazon va recruter 100 000 personnes pour faire face à la hausse des ventes en lignes. En plus de leurs qualités financières.


On voie l’intérêt du hedging, pour me rattraper le cac40 devrait progresser de 90%

@Toufou, la stratégie est complexe, je vous conseil plusieurs choses:

En livre :
-Faire de l’argent avec les options, de Lee Lowel (facile d’accès)
-Options future et autres actifs dérivés de John Hull (polyvalent mais difficile d’accès)

En site internet
tastytrade | a real financial network | financial news and entertainment  (langue us)
Les Options - Stratégies Options (en fr)

Attention à ne pas payer de formation, dans 99% des cas il s’agit d’arnaque, on ne peut pas être formé en 2 jours aux options c’est un mensonge. En plus j’ai vu une formation à 1000€ (de mémoire) d’un certain Romain D…. qui reprenais le livre de Lowell pour sa formation … donc payer 1 mois de salaire de smicard pour avoir le contenu d’un livre à 30€ c’est abusé.

Quand vous serez au point (plusieurs années de travail) ce que je fais vous tombera dessus comme une évidence.

Dernière modification par JohnGaltTagart (20/03/2020 20h13)

Mots-clés : actions, johngalttagart, options, portefeuille, strips

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #2 25/03/2020 20h04

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

C’est un peu plus compliqué que ça.
Si vous vendez un call et un put vous serez bien baissier sur la volatilité ( vega négatif ), mais vous jouerez la stagnation des cours. En plus vous aurez la valeur temps dans la poche , mais rééquilibrer le delta de la position coutera chère car il faudra acheter à la hausse et vendre à la baisse ce qui est l’inverse du bon sens ( gamma négatif )
Donc dans notre exemple je suis delta à 0 , gamma positif , vega négatif. Donc il faut avoir des options achetées et vendues, de strike différents et d’échéance différentes, sachant que le tout doit assurer aussi une position sur le sous-jacent.

Ma position réel est complexe mais un exemple simple de position de ce type est un short calendar spread, avec deux puts ou calls de même strike, où l’option à court terme est achetée et celle à long terme vendue. Vous aurez une position gamma positif et vega négatif . Ce qui permet de gagner à la hausse ou baisse du cours et de profiter d’une baisse de volatilité.

Si vous êtes familier des grecques j’ai volontairement oublier le rho car peu d’impact et le theta, car pour ce dernier le fait d’avoir un gamma positif permet de faire du gamma scalping pour compenser sa perte .( la position all star étant d’être gamma positif et theta positif ).

Dernier point si vous n’êtes pas familier des grecques, voici un petit rappel.
Delta = taux de variation de l’option par rapport au sous-jacent
Gamma = taux de variation du delta par rapport au sous-jacent
Vega = taux de variation de l’option par rapport à la volatilité
Rho = taux de variation de l’option par rapport aux taux sans risque.
Theta = perte de valeur de l’option par rapport au temps qui passe .

J’ai écris le message avec mon téléphone donc j’espère qu’il n’y aura pas trop de coquille

Dernière modification par JohnGaltTagart (25/03/2020 20h06)

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #3 10/04/2020 13h47

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Bonjour à tous, je vais répondre à tout le monde.

@picsou83 en fait jugé une position n’est pas forcément utile si on ne connais pas le scénario sur lequel vous pariez.

Mais cette stratégie est connue voici ces caractéristiques à la création :

-delta neutre > donc on ne pari pas réellement sur un sens. J’aime bien ce genre de pari.
-gamma négatif > c’est quelque chose que je n’aime pas trop, car les réajustements du delta vont coûter chère, si on souhait la maintenir à delta neutre. Par contre sur les extrêmes, le gamma devrait repasser en positif ce qui est intéressant.
-theta positif > là, j’aime bien, car l’écoulement du temps va être positif pour vous.
-vega positif > vous êtes acheteur de volatilité, là, on est sur un pari directionnel, si la volatilité implicite actuelle est trop élevé, vous risquez de perdre de l’argent. De manière générale, un mouvement baissier s’accompagne d’une hausse de volatilité et donc se sera plus bénéfique pour vous. Une hausse de cours risque d’être plus compliqué à gérer, car en générale hausse de cours = baisse de volatilité implicite.
-au niveau du rho vu la faiblesse des taux, on s’en moque un peu.

@rylorin Effectivement il faut bien choisir, l’analyse de la société ne suffit pas, il faut aussi analyser le marché des dérivés et être capable de prédire ce marché et enfin structurer la bonne position. Mais c’est tout à fait réalisable avec les connaissances adéquates. Et dans l’analyse, on n’est pas obligé d’être précis, si la position est bien faite, on peut avoir une belle marge d’erreur. Par exemple, je n’avais absolument pas prévu de krach cette année, juste une baisse de taux.

@doubletrouble Merci du compliment. Chez IB j’aime bien leur logiciel on peut vraiment tout faire avec. Il y a énormément d’outils d’analyses, de trading etc…
Avec le marché option il y a toujours à faire, même quand on ne sait pas quoi faire avec le sous-jacent.
Ma méthode de travail peu varier, j’essais d’être très souple pour prendre toutes les opportunités qui passent. Mais de manière générale voici mes outils:
-J’utilise le logiciel de IB en vu Classic trading pour regarder mon portefeuille, je crée des "group header" pour avoir le total de chaque position.
-En vu Mozaic, je l’utilise pour filtrer les news (spin-off, opa, ipo, faillite etc..)
-Pour choisir les options, j’utilise "option chain"
-Pour analyser les options, j’utilise "volatility lab" et "probability Builder"
-J’utilise "risk Navigator" pour regarder en un coup d’œil ou en est mon portefeuille, pv, risque, évolution possible, position etc…
-Sur leur site internet, j’utilise l’outil de "stress test" une fois par semaine ou à chaque modification importante, l’idée est de savoir ce qui arrive à mon portefeuille en cas de krach.
Hors IB, j’ai un classeur excel pour créer des positions options simples et les simuler (simulation de monte carlo) pour calculer certains ratio.
J’ai aussi un classeur excel de suivi de portefeuille.
J’ai aussi des programmes en c# pour ce qui est pair trading, filtrage d’information et portefeuille d’option complexe.

@ ZeroHedger et Valdec je vous fait une réponse commune.

ZeroHedger vous parlez de "démodé" et c’est bien là la clé du problème. Une stratégie peut être à la mode et ensuite oublié en fonction des circonstances. Sur ce forum on voie plein de personnes ayant fait une stratégie X (dividende aristocrate, buy and hold, etf world, etc…) et qui maintenant que le marché chute ont de gros doutes sur leur choix. Une 60/40 sous-performe le marché lorsque tout va bien, donc au bout de 4 ans, 6 ans, 8 ans, de sous-performance les gens abandonnent. Les gens ont beaucoup de mal à se fixer sur une stratégie et d’en accepter toutes les contraintes.

Ensuite pour les obligations, je pense la même choses que pour les actions, il est beaucoup plus rentable de jouer la plus-values que le rendement.

Sur mon blog, je montre la stratégie simple avec des ETFs, mais concrètement, c’est une mauvaise idée de faire cela. Comme je l’ai aussi montré sur mon blog, augmenter le levier (juste de 1.5) permet d’avoir des performances largement supérieur au marché avec un risque légèrement plus faible. Là, on s’approche déjà plus d’une bonne idée.
Mais l’idée la plus intéressante est de supprimer les ETFs (j’ai fait ce choix pour avoir un backtest rapide) et de remplacer les ETFs par les vrais produits et sur de meilleurs échéances.
Par exemple remplacer le SPY par des futures sur le S&P500 ou mieux des actions bien choisies.
Et pour TLT (bon du trésor à 20 ans) il vaudrait mieux prendre des STRIPS Principals (nue propriété d’obligation démembrée) sur la dette US, on augmente l’effet et supprime les intermédiaires et encore mieux on choisi des échéances 30 ans. Les mouvements seront plus importants et donc on augmente la part action et le rendement total du portefeuille. Il est aussi possible de prendre des futures sur de la dette.

Pour la question des variations de taux futures, c’est assez simple, on doit maintenir le ratio de départ. Si on choisi 1 fois par an, par exemple début janvier. On va vendre une petite partie la poche qui est sur pondérer pour renforcer celle qui est sous-pondérer. Donc si les taux remontent, ce qui est probable, dans ce cas on sera en moins-value, la poche obligation sera plus petite et donc on va vendre un petit peu de nos actions pour renforcer cette poche. Mais sur le long terme, on sera en plus-value. Après il ne faut pas se focaliser sur des taux positifs ou négatifs, sur du négatif, on peut faire de belles plus values aussi, mais s’ils sont trop prêt de 0 et fluctue peu comme le bund, il faudra une plus grande quantité de dette et donc idéalement jouer les futures. A long terme je pense que l’Europe restera en négatif, on est proche des japonais, natalité très faible et plus de réel croissance, par contre les USA ont toujours une croissance de la population et de l’économie, sans être piégé dans un endettement excessif (en % du pib c’est beaucoup, mais la fiscalité US est très faible, ce qui donne des marges de manœuvre).

Après, est-ce que je ferais cette stratégie, non, pas en l’état, je préfère spéculer sur la dette de manière plus libre. Mais un gros intérêt de cette stratégie est aussi de vous montrer qu’un portefeuille constitué d’actif décorrélé peut avoir beaucoup d’intérêt en terme de risque et gain. Et la stratégie est quand même facile à faire et a améliorer.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 3   [+3]    #4 31/05/2020 12h51

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Bonjour blackfalcon

Mon portefeuille est géré de manière assez dynamique (même si certaines positions sont dans mon portefeuille depuis longtemps).

Actuellement je bénéficie de la valeur temps pour:
VEEV, URW, WDI,

La valeur temps est neutre pour :
XLF, ABBV, MCO, DAL, EA, MSFT, COP, GILD, VMW

La valeur temps m’est défavorable pour:
ETSY, JNJ

Lorsque la valeur temps m’est défavorable, pour la compenser, je pratique le gamma scalping. Pour ETSY par exemple, à chaque fois que le delta bouge un petit peu, je rachète ou vends des actions pour ramener le delta à 0, les aller-retours me donne un bénéfice, car la position est gamma+, ce qui compense la perte de valeur temps. La difficulté de cette stratégie est de bien maîtriser les Grecques et d’avoir suffisamment de cash disponible.

Petite précision si le gamma est positif, on achète des actions lorsque le cours baisse et vend lorsque le cours monte, on est dans le bon sens pour faire du profit. Lorsque le gamma est négatif, on doit faire l’inverse (mais généralement gamma- = thêta+, donc on a rien à compenser).

Hors pétrole (qui était un pari directionnel sans hedge) je suis à 100% de trade gagnant depuis le 1er janvier.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #5 17/11/2020 18h12

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Enfin les affaires reprennent, j’ai de nouveau un pc fonctionnel et un tout petit peu plus de temps libre à consacrer à la bourse. Donc mise à jour du portefeuille:

Performance au 17/11/2020 : +32.42% depuis le 1er janvier

Nouvelles positions:
A long terme :

JAZZ Jazz Pharmaceuticals plc Healthcare | Biotechnology | Ireland
LKQ LKQ Corporation Consumer Cyclical | Auto Parts | USA
DPZ Domino’s Pizza, Inc Consumer Cyclical | Restaurants | USA
PRLB Proto Labs, Inc Industrials | Metal Fabrication | USA

Spéculative sur option:
XLE (stabilité et hausse)
XLK (stabilité)

Modification de certaines positions:
allégement de URW et SPG

Graphique de la performance


Statistiques du portefeuille

Mon portefeuille reste décorrélé des marchés, plus performant et moins risqué.

La répartition du portefeuille:
Cash 49.32%
Actions 29.42%
Options 21.27%

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #6 06/12/2020 13h41

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Un poste un peu plus long que d’habitude, je vais faire un point sur mon portefeuille, sur mes choix d’investissements récents et donné mon avis sur l’avenir.

Mon portefeuille depuis le 1er janvier a progresser de 36.05%



Mes métriques de risque restent assez inchangées depuis le dernier rapport. La distribution des retours journaliers de mon portefeuille (ma volatilité est surtout positive):


Mon portefeuille a accueilli de nouvelles positions sur options:
XSP (haussier) c’est un mini contrat sur le S&P500 (il représente 10% du s&p500, lorsque le s&p500 est à 3500, le XSP est à 350 et on est à 100$ le point, type européen, règlement financier)
EWU (haussier) ETF sur le marché anglais, je pense qu’un effet rattrapage est possible, avec ou sans accord sur le brexit (si pas d’accord je vois bien l’Angleterre devenir un paradis fiscal ultra pro business.
Voici la raison qui m’a fait prendre ce trade:



On est pour moi en début de cycle économique donc je la joue directionnelle, si on était plutôt vers la fin d’un cycle, je la prendrais en pair trading en étant short sur les ETFs européen et Long sur l’ETF Anglais.

Je ne détaille pas assez par rapport à d’autres investisseurs heureux, donc voici quelques explications :

XLE et XLF, je joue le rattrapage de ces deux secteurs sinistrés par la crise.

XSP je joue le rallye de fin d’année qui sera peut-être amplifié par d’autres bonnes nouvelles, comme la sortie officielle du vaccin le 10 décembre, plan de relance possible, accord brexit etc….

Mes actions sont toutes des valeurs de croissances prédictibles, que j’ai l’intention de garder à long terme, je les ai analysé sans tenir compte de 2020 qui est une année à part (c’est peut-être une erreur, mais assumée).

XLK est une vente de plusieurs options puts (pour augmenter la taille de mon portefeuille si exercice il y a) et ventes de calls (pour jouer sur le ralentissement de la croissance des techs le temps de la rotation sectorielle).

Un dernier point sur ce que je pense de l’avenir:

On a des plans de relances à venir dans la plupart des économies, les taux directeurs sont au plus bas, il y a injection massive de liquidité, donc on est clairement en début de cycle économique, on aura pour moi pas de normalisation de l’économie avant 3 ans (hausse des taux en douceur, ralentissement des achats des banques centrales, etc…). Donc pour l’instant, pour les investisseurs actions, c’est open bar, donc je ne prévois pas de hedge sur mon portefeuille (sauf sur des positions à risque si nécessaire), ni d’achat d’obligations du trésor en nue propriété comme je le faisais avant la crise. Et je réfléchis à une augmentation du levier sur mon portefeuille.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #7 06/12/2020 15h10

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Liberty84 a écrit :

Pour XLE il y a un potentiel de rattrapage important, mais pour XLF le gap semble déjà globalement résorbé?

Pour XLF le potentiel est plus faible, mais pas inexistant, la première ligne est BRK pour presque 15%, d’autres lignes de cet ETF m’intéresse aussi beaucoup, hors banque (Black rock, s&p, schwab, etc…). Ensuite la position est structurée pour gagner sur une stagnation ou une hausse. Donc même sans hausse de l’ETF le rendement sera suffisamment intéressant pour moi. Idem sur ce point pour XLE.

Liberty84 a écrit :

Post très intéressant! Quand vous dites que vous êtes haussier, cela veut-il dire que vous êtes en position d’achat de call?

Non pas forcément, j’achète très rarement de Call seul (dans ce cas très dans la monnaie pour remplacer des actions).
Lorsque je dis haussier, c’est le profil de gain de la combinaison d’options. Je peux créer une position haussière qu’avec des puts. (par exemple si le sous-jacent est à 100, vendre un put 100 et acheter un put 90 vous permet de créer un spread haussier)

Edit: en général quand je prends une position sur option, j’analyse le sous-jacent pour construire un scénario, mais ensuite j’analyse aussi le marché option pour construire la position. Je regarde le delta, gamma, vega et theta et j’essais d’être dans le bon sens par rapport à tout cela. Par exemple si je pense qu’une action va monter fortement et rapidement, je peux ignorer le theta (temps) , je dois être idéalement baissier sur le vega (la volatilité implicite baisse lors des hausse), être gamma positif (le delta continuera de monter) et delta positif (biais haussier)

Dernière modification par JohnGaltTagart (06/12/2020 15h18)

Hors ligne Hors ligne

 

[+7]    #8 24/12/2020 15h56

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Un petit bilan de l’année en cours. Je ne pense pas que d’ici le 31 décembre les choses vont fortement changer (sauf si accord brexit).

Les points positifs (voir le premier poste de cette file pour mes objectifs) :

- Performance depuis le 1er janvier  +37.57% mon objectif est de faire 16% par an en moyenne, donc réussite.



-Corrélation avec le marché proche de 0, on ne peut pas faire mieux, donc objectif réussi.

-Mon portefeuille devait gagner à la baisse comme à la hausse, vu la courbe de performance, c’est plutôt une réussite.

-Mon analyse de la macro-économie (fin de cycle économique pour moi en début d’année) a fait que j’étais très bien placé pour affronter la crise du Covid (détention de strip sur dette us, haussier sur la volatilité, etc…).

-En vrac, car moins important, mais quand même un peu, mon ratio de Sortino est très bon à 3.28 (le ratio de Sortino est proche du ratio de Sharpe, mais il ne tient compte que de la volatilité négative, ce qui est plus pertinent.), la volatilité de mon portefeuille est très basse malgré la performance, beta proche de 0, alpha à 0.34 (surperformance par rapport au marché). Donc je suis plutôt satisfait.

Les points mitigés

-Mon max Drawdown est à 11.79%, la période de recovery a duré 33 jours. Même si c’est largement mieux que les indices, je suis un peu déçue, car c’est largement moins bien que ce que j’espérais faire.

-Après le creux du mois de Mars j’ai eu du mal à me repositionner correctement, ce qui a impacter mes performances. Notamment j’étais baissier sur la volatilité alors que celle-ci s’obstinait à rester élevé (sur les contrats à long terme, les mouvements ont été moins rapide que sur le vix).

Les points négatifs

-un gros pari haussier sur URW qui avec un management incompétent aurait pu me faire perdre beaucoup d’argent, l’histoire s’est bien terminé, mais j’ai eu plus de chance qu’autres choses, donc j’éviterai ce genre de chose à l’avenir.

-Des travaux chronophages mon empêcher de gérer convenablement mon portefeuille cet été et au mois de septembre. Hors la faiblesse de mon portefeuille est qu’il nécessite un travail dynamique pour réajuster les positions (compenser la perte de valeur temps par exemple). A l’avenir si une situation similaire se reproduit je pense que je liquiderais plutôt mes positions à risque que de les garder et voir ce qu’il se passe.

La courbe de valorisation du portefeuille



J’ai isolé 4 phases:

En bleu, j’étais haussier sur la volatilité, je détenais des STRIPs sur la dette US, biais haussier quand même sur les actions pour ne pas passer à coté de la hausse qui aurait pu se poursuivre (oui je n’ai pas pris au sérieux le coronavirus), ce qui est cohérent avec une vision de fin de cycle.

En vert, je suis passé baissier sur la volatilité (surtout à long terme) mais celle-ci refuse de baisser suffisamment (ce qui n’est pas le cas de la court terme, mais pour moi trop difficile à gérer), donc stagnation du portefeuille, un pari sur le WTI m’a aussi fait perdre 3% du portefeuille, mais c’était un bon pari (s’il avait été gagnant capital * 3).

En orange, moment d’indisponibilité, qui fait que je n’est plus le temps d’ajuster mon portefeuille d’options, plus des paris haussiers pris trop tôt qui baisse fortement ou stagne (SPG et URW surtout ).

En rouge, retour aux affaires, rebond de URW et SPG, hausse de XLF, XLE et d’autres positions assez juteuses. J’en profite pour me constituer un portefeuille d’actions à long terme.

Dans mon prochain poste, je parlerais macro-économie et vous dira pourquoi malgré des marchés très chère je suis fortement haussier à long terme.

Edit: @DoubleTrouble: oui

Et accord sur le Brexit ! https://www.lefigaro.fr/international/e … d-20201224

Et surtout ne pas oublier, joyeux Noël à tous les investisseurs heureux

Dernière modification par JohnGaltTagart (24/12/2020 16h54)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 8   [+6]    #9 29/12/2020 22h14

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Pas d’update du portefeuille, mais un point macro. Le but n’est pas de faire un cours de macro-économie, mais de vous montrer ce que j’utilise comme outils et ce que je pense.

Le plus grand danger pour un investisseur est d’être mal placé par rapport à la macro-économie. Investir en action avec ou sans effet de levier lorsque l’économie est en croissance est une bonne idée, le faire quand elle va entrer en récession en est une moins bonne. Mais pour savoir s’y retrouver, on a besoin de compas pour nous indiquer la direction.

Lorsque l’économie est en récession les banques centrales baisse les taux pour relancer la machine économique. Lorsque l’économie va bien, pour éviter la surchauffe, on relève les taux pour contenir l’inflation.



Dans ce graphique, on a le taux directeur de la FED (fed fund rate), et les zones grisées sont les périodes de récession. On voie que le FED baisse ces taux pour relancer la machine à chaque fois que nécessaire, c’est surtout très claire depuis les années 1990.

Si on regarde ce graphique des taux US à 10 ans et à 3 mois:


On peut calculer un écart entre le 10 ans et le 3 mois pour créer cet outil:



Lorsque l’écart devient négatif (la fameuse inversion de la courbe des taux ), la probabilité que l’on ai une récession derrière est très élevé. L’interprétation est simple (mais discutable), la FED relève ces taux peut-être trop rapidement et trop fort, le marché lui n’anticipe pas une forte croissance/inflation, donc le 10 ans lui ne suit pas le mouvement. Deux explications sur ce phénomène s’opposent ou se complètent (si on pense que c’est les deux ensembles). Soit le fait d’avoir un taux cour terme trop élevé n’incite pas à financer l’économie à long terme, mais à placer à cour terme ce qui provoque une récession par manque d’investissement/consommation. Soit l’économie est déjà arrivé en fin de cycle et c’est pricer dans le prix des obligations à 10 ans. Personnellement je ne sais pas, mais ça a le mérite de marché.

Si sa ne vous convainc pas, un indicateur intéressant calculer par la FED est celui-ci :https://fred.stlouisfed.org/series/RECPROUSM156N
Je vous ai fourni le lien pour l’explication du calcul

Si vous l’aviez suivi vous auriez été plus prudent, voir short, sur le marché dés novembre 2019

Avec ce que je vous est montré jusque là, on peut savoir quand commencer à être méfiant sur le marché action et savoir que temps que le fed-fund rate est bas on peut profiter des soldes tranquillement.

Mais il y a aussi un nouvel outil qu’utilisent les banquiers centraux massivement, la planche à billets.


L’injection massive de cash et la baisse des taux n’a pas vraiment d’effet sur l’inflation et le prix des logements https://fred.stlouisfed.org/series/USSTHPI
https://fred.stlouisfed.org/series/CPIAUCSL
Par contre elle a un effet sur les marchés financiers:

Le 10 ans US est mis sous la forme d’un PER pour faciliter la comparaison avec le marché action.

Le spread est plus parlant:

Il montre clairement une surévaluation du 10 ans US par rapport aux actions, l’écart devrait se résorber en partie dans les prochaines années.

Si on jette aussi un œil sur le spread entre le 10 ans US et le marché obligataire corporate (notation BAA)

On peut déduire que tout le marché obligataire est concerné par cette surévaluation.

Pour conclure, un investisseur devrait en théorie être short sur le marché obligataire qui parait largement surévaluer et long sur le marché action qui en comparaison est sous-évaluer.  Mais dans la pratique être short sur le marché obligataire est un pari contre la FED, donc plutôt risqué pour ne pas dire idiot, donc la seule alternative pour un investisseur est d’être long sur le marché action tant que la politique monétaire sera aussi accommodante. Et de surveiller la prochaine hausse des taux, réduction des injections de liquidités (que se soit par la FED ou la relance budgétaire) pour commencer à lever le pied.

En conséquence pour 2021 je serais absent du marché obligataire, présent sur le marché action et sans hedge

Dernière modification par JohnGaltTagart (29/12/2020 23h56)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+3]    #10 30/12/2020 11h07

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Expatriation
Top 20 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Réputation :   643  

@JohnGaltTagart : Je partage votre opinion, et je suis très optimiste pour le premier semestre 2021. L’incertitude se dissipe (Brexit, package d’aide aux USA, Biden-Harris sur le trône, vaccins COVID qui vont forcément "marcher" vu le timing idéal - la 2ème dose étant administrée pour la fin de la saison grippale en Avril smile ) et le newsflow va être de plus en plus optimiste jusqu’au moins Mai.

Je suis plus circonspect pour le second semestre, qui me paraît idéal pour une correction : les woke vont se rendre compte que Biden est un centriste qui va calmer le jeu au niveau argent gratuit, les dégâts réels infligés par les lockdowns ineptes vont devenir visibles au grand jour (fin des programmes d’aide + 6 mois pour que les emprunts délinquents passent en NPL), et je me demande si la tech US ne va pas se prendre un coup de Trafalgar avec soit la section 230 soit une action antitrust. Tesla pourrait aussi être un beau catalyseur de baisse si elle s’écroule (il y a plusieurs risques majeurs, entre la Chine qui commence à s’intéresser à la qualité des véhicules et les conditions de travail de la gigafactory de Shanghai, et Apple qui rentre dans l’arène).

Quant aux valorisations, si la valeur d’une action c’est la somme actualisée de ses flux futurs, mais que la confiance dans le pouvoir d’achat de la devise dans laquelle ils sont exprimées n’est pas terrible sur le long terme, c’est logique que les multiples s’envolent. Un PE de 30 peut aussi être interprêté comme un PE de ~10 avec une devise qui perd les 2/3 de sa valeur sur la durée…


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 4   [+3]    #11 30/12/2020 21h00

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

@doubletrouble

Plus on se projette loin, moins on peut être précis, mais effectivement, je suis optimiste à court terme, après il faudra aviser, mais dans l’ensemble, chaque trou d’air dans les prochaines années sera un bon créneau pour faire les soldes, car tant que cette politique monétaire durera, le marché sera structurellement haussier. Pour vos inquiétudes, je suis d’accord aussi, je pense même que la dette des états va ressortir aussi. Mais ce ne sera que du bruit de court terme, une occasion de se renforcer, tant que la FED est aux commandes.

Le prix du marché action est une anticipation du futur, comme vous le dite. Le marché peut anticiper aussi bien une perte de valeur de la monnaie (si l’argent redescend du marché obligataire) qu’une perspective de croissance. Là, je ne me prononce pas sur la raison, les deux me paraissent probables, mais qu’importe ce que l’on pense les faits sont là, si on veut placer de l’argent sur les marchés, le marché action est moins chère que l’obligataire.

@peakykarl

Le marché obligataire est très cher car inondé de cash. La FED rachète pour 120 milliards de dollars de dette US et d’obligation hypothécaire chaque mois, les taux sont au plancher la FED pense normaliser sa politique monétaire que vers 2023 (ils parlent de 3 ans de taux bas). En plus du bouleau de la FED, on a un plan de relance de 900 milliards, sûrement un 2éme une fois Biden à la maison blanche.
Si vous êtes gérants d’un fond de pension ou autre et trouvez ce marché cher (on rentre dans votre vase communiquant) la seule alternative est les actions qui sont moins chères donc celle-ci peuvent continuer à monter tranquillement, car il faut bien continuer à placer le cash.
La macro est justement structurellement haussière. La FED s’est donné un objectif d’emplois et d’inflation, donc on est tranquille pendant quelque temps. Après cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de trou d’air par moment, les cygnes noirs arrivent toujours.

@Trahcoh

En fait, je procéderais en plusieurs phases si j’étais un investisseur en action plus conventionnel:

Phase 1 on démarre sur sur un krach avec récession, c’est open bar, j’aurais un levier de 1.2 sur les actions tant que les politiques de soutient sont présente, taux qui reste bas et rachat d’actif par la FED toujours présent (voir mon graphique sur le taux 3 mois en orange et sortir une courbe de tendance de la masse monétaire) et je liquide mes obligations du trésor en plus values.

Phase 2 la FED veux normaliser sa politique, hausse des taux en douceur, arrêt des rachats d’actifs, là, j’arrêterais le levier simplement.

Phase 3 inversion de la courbe des taux (voir le graphique 10 year minus 3 month, lorsque c’est négatif); là, j’allège mes actions par exemple de 60 à 80% du portefeuille, et j’achète des STRIP principal sur le 30 ans US (nue propriété d’obligation démembrée), si on n’a pas ce genre de produit les ETF EDV et TLT. Idem si on a l’indicateur de récession de la FED qui se déclenche. En fait dès le premier mauvais cygne, je commencerais à la jouer prudent.

Et on retourne à la phase 1.

Mais attention, je parle de cycle économique avec krach (ou chute du marché plus douce) et récession à la clé, si c’est un simple krach sans rapport direct avec le cycle économique, je ferais simplement les soldes (exemple, le flash krach, Fukushima etc…).

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #12 13/01/2021 20h11

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Premier update de 2021

Pour commencer la composition de mon portefeuille d’actions, sa composition et le PRU de chaques lignes ne devraient pas bouger avant longtemps. On peut considérer que c’est du buy and hold à duré indéterminé, même si je ne suis pas ce genre d’investisseur.



La performance actuelle est sans intérêt, 2.5% YTD, mais on commence tout juste l’année.

La composition du portefeuille option:

J’ai 3 stratégies, une poche macro, une poche arbitrage, une poche spéculative.

Pour la poche macro, ce sont des trades sur la macro-économie, je pense avoir 100% de réussite dans cette catégorie, mais c’est loin d’être la plus rentable :

TLT (etf sur obligation du trésor US à 20 ans) position baissière. (voir ce poste pour la justification)

EWU (etf sur le marché action du royaume uni) position haussière. (voir ce poste pour la justification)

XLE (etf sur le secteur de l’énergie) position haussière pour jouer la reprise de l’économie, je suis déjà au-dessus de mon objectif de cours, mais tant que sa monte, j’en profite.

La poche spéculative, ce sont des trades sur des convictions fortes, plutôt à court terme, très spéculatif et rentable, mais qui en cas d’échec me ferais perdre une petite partie des profits d’arbitrage. Les échecs devraient être assez fréquents.

-SFM, action US, à la hausse, je ne la trouvais pas assez bien pour rentrer dans le portefeuille action, mais suffisamment intéressante pour avoir sa place ici.
-LKQ, action US, à la hausse, présente aussi dans mon portif buy and hold, je suis plutôt optimiste dessus.
-SPG, action US, à la hausse, pour profiter du rebond des reits
-URW action FR à la hausse, pour profiter du rebond des reits

La poche arbitrage, cette poche doit générer du cash en continu, en utilisant différentes stratégies d’arbitrage de volatilité.

La stratégie en cours est très très complexe, elle consiste a créer un indice synthétique pour répliquer le S&P500 avec une corrélation très élevé (1 idéal), une volatilité implicite plus forte que celui-ci et une volatilité historique égale.
Ensuite, on prend une position baissière sur la volatilité implicite de cet indice synthétique et on prend une position haussière sur la volatilité implicite du S&P500, le tout à delta neutre. Ce qui permet de capter uniquement le différentiel de volatilité implicite.
La stratégie génère très peu d’argent au vu des montants utilisés, mais le profit est certains. Comme le risque est très faible, j’utilise une grosse partie de la marge pour gonfler le rendement, la stratégie est créditrice.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+2]    #13 14/01/2021 14h07

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

La sélection des titres de ce portefeuille a été faite de manière statistique et en partie automatisée:

-Zone géographique, USA en priorité, puis ensuite d’autres places éventuellement si je n’avais pas assez de titres qui passe le filtre (à l’extrême boycott de la chine)

-Ensuite, j’ai fait ce filtre: régression linéaire sur le CA et sur le cash flow opérationnel, prévisions de ces variables sur les 5 prochaines années pour calculer le taux de croissance future, coefficient de détermination supérieur à 90% pour être sûr que se soit significatif (je cherche de la croissance prédictible), j’ai trié les titres par rang pour la croissance du CA, le cash flow opérationnel, le coefficient de détermination de chaque régression, ensuite, j’ai sélectionné les meilleurs. J’ai fait la même chose en non-linéaire pour les boites ayant une saisonnalité. J’ai exclu les données de 2020 au vu de la situation anormale.

-A la fin je devais avoir une centaine de boites à analyser, j’ai éliminer les 3/4. L’analyse a été rapide si quelque chose ne me plaisait pas au revoir. J’ai dû passer moins d’une minute par titre.

-Certains titres ont été choisis à la main comme Etsy

Dernière modification par JohnGaltTagart (14/01/2021 14h10)

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #14 24/01/2021 16h22

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Bonjour,

Je ne la détaillerais pas, car elle nécessite pas mal de travail. Et j’aime avoir un avantage concurrentiel wink

Par contre, je peux expliquer le pourquoi ça marche.

Imaginer une chose simple, mais en théorie impossible, vous vendez un put sur un actif et au même moment vous l’achetez a un prix inférieur (volatilité implicite plus faible, mais tout les autres paramètres identiques), par exemple:

Si le titre est à 100, échéances d’options à 30 jours, taux à 1%:

Le put de strike 100 vaut avec une volatilité de 30%: 3.39 points
Le même put de strike 100 vaut avec une volatilité de 25%: 2.81 points

Si vous vendez le 3.39 et acheter le 2.81 le profit sans risque est de 0.58 points.

Sur le marché, c’est évidemment impossible, mais il y a une astuce pour rendre cela possible.

Tous les investisseurs confirmés savent qu’un indice est moins risqué qu’une action, la volatilité d’un portefeuille d’actions est plus faibles que la volatilité d’une seule action en général. Ce qui est aussi le cas pour les options. La volatilité implicite d’un indice action est généralement plus faible que la volatilité implicite d’une action, ce qui fait qu’une option sur indice est moins chère qu’une option sur action en général. Exemple avec le Dow Jones:



Un investisseur malin pourrait acheter des options put sur le Dow Jones et vendre des options puts sur les actions le constituant en respectant les pondérations dans l’indice. Le différentiel entre les primes vendues et encaissées offrirait un bon profit sans risque.

La stratégie ultime est en plus de répliquer pas exactement l’indice pour jouer en même temps un pair trading sur le spread et un arbitrage sur la volatilité, je soupçonne que Renaissance Technologies utilise cette méthode pour Medallion fund.

Dernière modification par JohnGaltTagart (24/01/2021 16h31)

Hors ligne Hors ligne

 

[+7]    #15 17/02/2021 20h45

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Bitcoin à 50 000$

En tant qu’investisseur opportuniste, j’aime investir dans tout ce qui peut me rapporter de l’argent, actions, options, futures, obligations d’état ou d’entreprise, matières premières, etc… Il n’y a pas grand chose que je n’ai pas déjà fait. Il y a donc deux sujets qui attire mon attention depuis quelque temps, les SPAC (dont je parlerais plus tard) et les cryptomonnaies.

Quand je m’intéresse à un marché, je veux savoir qu’est ce que c’est, comment ça fonctionne, à qui ça profite et comment, pour savoir comment me placer pour toucher ma part.

Donc commençons par le Bitcoin (et les autres cryptos).

Il parait que c’est une crypto-monnaie, regardons ces deux termes.

Quand on regarde comment ça fonctionne (block chain et cryptographie) je pense que le crypto est pour cryptographie, donc rien à voir avec le Drachme ou le Pistole, donc ok pourquoi pas.

Et ensuite, on a le terme monnaie, mais là, ça coince. Avec un Euro qui est une vraie monnaie électronique (plus de 97% des transactions) et dont les échanges sont aussi cryptés, je peux recevoir mon salaire, épargner, emprunter, savoir ce que je pourrais acheter avec 100€ dans un mois, dans 1 an, je peux le dépenser dans des magasins, pour donnée une pièce à un clodo, si quelqu’un me vire 100 euros sur mon compte ça sera instantané et je sais ce que je pourrais dépenser avec dans 1 heure ou 6 mois, je peux payer mes amendes et impôts etc… Ce qui n’est pas le cas d’un Bitcoin.

Ce n’est pas non plus une part dans un système de paiement ultra-moderne, c’est ultra énergivore, volatile, pas instantané, on ne fait qu’acheter un "jeton de ce système" comme on achèterait un jeton d’une station de lavage (et encore dans ce cas, on a un service derrière). Ce n’est pas une matière première, une créance ou quoi que se soit d’autre de tangible.

Donc on arrive à la question comment on détermine la valeur d’un Bitcoin ?
Ben, on ne peut pas et si on ne peut pas, c’est que ça n’a sûrement pas de valeur.
Ici, certains vont sûrement commencer à me contredire en confondant prix et valeur, ou en confondant coût de fabrication (minage ou coût de développement) et valeur. Mais si on est objectif, ça ne vaut rien. Il y a d’autres marchés qui ne valent certainement pas grand chose, mais où il y a toujours moyen d’en déterminer une valeur plus ou moins précise (l’or est une matière première, le vin peut se boire, etc…). Certains vont me sortir l’argument du paiement lors du minage (pour pourquoi pas valoriser ça avec les flux futurs), mais vous êtes payé avec ces mêmes cryptomonnaies, cette même monnaie de singe, donc que se soit une valorisation relative ou intrinsèque ça ne marche pas. Certaines de ces cryptos essaient de s’adosser à du tangible (pétrole, or , trésor imaginaire) pour tenter d’être plus crédible, mais dans ce cas, on change de système pour ne plus être une monnaie, mais un contrat à terme, une action ou une créance et dans ce cas, c’est juste le sous-jacent qui fait que ça a une valeur.

Maintenant, qu’est-ce qui fixe le prix et le fait monter ?
La loi de l’offre et de la demande. Plus il y aura de liquidité qui arrivera sur le marché plus les prix monteront. Ca n’a pas besoin de valoir quelque chose tant que quelqu’un est prêt à acheter plus cher. L’analyse se limite à sa monte, j’achète, jusqu’à ce que l’argent se tarisse. On ressemble à une chaîne de Ponzi on ne créer rien,ça ne vaut rien, on gagne de l’argent que grâce au dernier arrivant qui a mis plus cher dans l’espoir que quelqu’un d’autre lui rachète plus cher.

Qui en profite ?
Surtout les faux-monnayeurs informaticiens bienveillants désintéressés qui ont créé ces systèmes. Ensuite, comme dans tout système de Ponzi les premiers entrant/premier sortis en profiteront, les derniers paieront les pots cassés.
Après évidemment si vous faite du trafic d’armes, du blanchiment d’argent etc.. ça peut vous intéresser (bien qu’il y est mieux à faire).

Pour que j’en profite et gagne de l’argent la dessus il y a plusieurs choix:

-Devenir faux monnayeur, c’est légale maintenant, mais immorale, donc non merci.
-Utiliser ce service pour mes trafics en tout genre, manque de bol je ne fais rien d’illégale.
-Participer à la chaîne de Ponzi, pour tenter les 100 000$, mais bien sûr…

Donc quoi faire ?

-Parier sur l’éclatement de la bulle. Mais plus il y a de rebelles intelligents (pour citer le grand philanthrope Olivier Rolland) pour acheter et plus les états et banques centrales feront de chèques à ses rebelles intelligents, moins il y aura de chance que sa explose rapidement. Ce qui revient à faire un barrage avec des brindilles pour arrêter un Tsunami.

Sauf si la bulle change de nature et que l’argent se tari. Et c’est ce qui me fait écrire ces lignes.

Certains l’on peut être remarqué, mais certaines sociétés se sont mises à acheter des bitcoins comme Tesla, jusque-là pas de problème, c’est payer en cash (quoi que ces propos sente le pump and dump). Mais certaines sociétés se sont mises à emprunter des montagnes d’argent pour acheter des bitcoins comme MicroStrategy Incorporated (code mémo MSTR). Le soucie est que du coup, on a une société qui a des dettes et dont les actifs sont essentiellement du bitcoin. Un actif dont la volatilité a déjà provoqué des chutes de 80% du cours. Un actif dont on ne peut pas se couvrir (contrairement aux vraies monnaies). Donc que se passera t-il pour cette société si son bilan se retrouve avec des capitaux propres ultra-négatif et une échéance de dette à renouveler ? Ça va forcément bien se passer et à hauteur d’un milliard. S’ils veulent convertir leur bitcoin en véritable monnaie pour faire face a des difficultés un volume vendu aussi élevé va forcément amplifier la baisse. Et comme on peut être sure que d’autres sociétés auront le même genre d’idée stupide, on peut espérer une contagion et le dégonflement d’une bulle.

Donc j’ai décidé de parier non pas contre les cryptos, mais contre les brebis galeuses sociétés comme MSTR ou RIOT, je suis patient, c’est que 0.7% de mon portefeuille pour le moment, je me lance 2 à 3 ans pour construire la position et trouver un maximum de sociétés intéressantes, j’irais avec les SPAC jusqu’à 5% de mon portefeuille, le big short commence.

Merci de m’avoir lu, désolé d’avance pour les fautes, s’il y en a (correction avec Scribens)

Dernière modification par JohnGaltTagart (17/02/2021 21h30)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+5]    #16 18/02/2021 21h22

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

MisterVix et autres investisseurs en options

Voici comment je travaille.

D’abord, je pose mon scénario concernant l’action MSTR:

-Elle est en situation de bulle et ce n’est peut-être pas fini donc le cours peut monter encore indéfiniment, ce qui exclu de fait la vente à découvert, les futures, cfds etc… Tout ce qui peut me faire perdre une somme illimitée si hausse illimité.

-Si le Bitcoin chute suffisamment, la société peut faire faillite (à cause de l’effet de levier) ou en tout cas passer un très mauvais moment. Un scénario pessimiste serait la faillite de la société, plus optimiste un retour à 100$ contre 900 actuellement, ce qui correspond à la valeur de la boite d’après le marché hors spéculation sur le bitcoin (je part du principe que le marché est efficient). Donc, si chute de l’action se serait brutale (au vu de l’historique du cour du bitcoin et de cette société), un éclatement de bulle et pas une chute progressive comme dans le cas de business en déclin. Au vu de ce scénario, on peut inclure dans nos choix des positions options très hors de la monnaie et potentiellement à court terme (un scénario de descente lente nous obligerait à privilégier des échéances longues).

Maintenant les options:

-La volatilité implicite est très élevée, ce qui rend les options très chères. Donc il faudra en minimiser le coût.
Et autre gros problème, on ne peut pas l’anticiper sérieusement. Dans un scénario bullesque la volatilité peut rester haute presque indéfiniment et ses variations être aussi brutale que le cours de l’action. Dans ce cas, il est préférable de ne pas prendre de pari sur la volatilité. (dans le cas de GME et AMC je me suis placer quand même sur le vega, car je savais que le dégonflement serait plus lent et la volatilité était vraiment trop excessive à plus de 200%). Quelqu’un d’audacieux pourrait quand même le tenter, la volatilité actuelle est à 105% sur du 2023 il y a quelques mois, on était sur un rythme à 55%. Mais c’est risqué, 105% c’est haut, mais ça peut monter beaucoup plus au vu de la situation.

Donc, dans cette situation, je ne cherche pas à me placer sur le vega et je vais chercher un moyen de réduire le coût des positions.

-J’anticipe une chute brutale et très basse, donc on regarde les options puts, sans faire de combinaison à des strike très bas, comme 250 $

On a pour janvier 2023 un strike 250 pour 35 points. C’est cette position que je choisirais de base, donc elle va servir de comparaison. Dans un scénario du cours à 100$, on risque 35$ pour gagner 115$ (soit un ratio gain/perte de 3.29) à multiplier par 100, le coût de détention est de 4.99$ par jour (35*100 le multiple / 701 le nombre de jours restant).
Donc on résume 4.99$ de coût journalier, pour un ratio gain/perte de 3.29 et un profit si le scénario se réalise de 11 500$ c’est intéressant. On gagne aussi si la volatilité augmente fortement, même si le scénario ne se réalise pas (1 point de hausse de volatilité égale 120$ de gain).

Si on tente un roulement d’option à cour terme (on pense à une chute rapide, donc jouable). Un put Avril 2021 de strike 200 est à 2.25, si on garde fois en une chute à 100$ le risque est de 2.25 pour un gain de 97.75, soit un ratio g/p de 43.24 et un cout journalier de 2.25 *100 / 30 (elle expire dans 57 jours, mais elle vaudra 0 bien avant et il vaudrait mieux la renouveler tous les 30 jours pour garder de la marge si le mouvement démarre) = 7.5$ Mais gros point négatif, si le cours descend lentement, les roulements seront soit de plus en plus chère, soit à des strike de plus en plus bas et donc le ratio g/p sera de moins en moins bon. Avec un strike plus bas comme le 140, on réduit le coût journalier et augmente le ratio g/p. Donc ça se tente, mais il faut être sûr que la descente soit brutale.

Si on regarde du côté des combinaisons simples avec perte limité.

-On peut tenter un spread baissier, on obtiendra ses caractéristiques : réduction des coûts, Vega quasi-neutre, gain plafonné. J’aime moins que les positions précédentes qui offre une fenêtre de tir sur la volatilité.

-Un put backspread, avec ces niveaux de volatilité l’écart entre le put vendu et les puts achetés représente un gouffre abyssale dans un rapport de 1 acheté pour 2 vendus, qui en cas d’échec nous fera perdre beaucoup. Par contre si la volatilité augmente suffisamment et qu’il est monté créditeur, aucun risque de perte. Je passe mon chemin, car le ratio g/p est trop défavorable si on n’a pas de chance (en augmentant la taille de la position et en réduisant donc le ratio à 10/11, on peut resserrer l’écart, mais ça devient dangereux, si on a vraiement pas de chance).

-Ensuite les spreads de volatilité (butterfly, calendar spread, straddle etc…) je passe mon chemin, car je n’ai pas un avis suffisamment tranché sur la volatilité et je trouve le ratio g/p trop défavorable. La volatilité n’est pas assez haute sur ce type de dossier pour être vendue et pas assez basse pour être achetée.

Donc, pour l’instant, je n’ai pas encore creusé et réfléchi à une position complexe, je me suis contenté de prendre des puts à 2 ans. Le put backspread me fait de l’oeil, mais une position intéressante monterait très vite (j’ai simulé une position très intéressante à 120k, trop gros pour moi ).

Dernière modification par JohnGaltTagart (18/02/2021 21h40)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+6]    #17 22/02/2021 20h06

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Un petit tuto sur Risk Navigator pour les clients IB et Lynx avec en prime une démonstration de position delta-hedger

Cet outil sert à évaluer le risque de votre portefeuille et à l’analyser. Je ne détaillerais pas à fond, je vous laisse découvrir seul certaines fonctionnalités.

Pour y avoir accès (en vu classic trading) il faut aller dans outils d’analyse/portefeuille/Risk Navigator.
Là, vous avez 3 choix:
-Ouvrir mon portefeuille, comme cela l’indique vous allez importer votre portefeuille dedans
-Ouvrir un nouveau portefeuille what-if, là vous allez partir soit d’une feuille vierge pour créer un portefeuille ou une position que vous voulez étudier, soit importer votre portefeuille dans le but de l’utilisez comme base pour tester des modifications que vous voudriez faire dessus (ajouter supprimer ou modifier des lignes)
-Ouvrir le What-if enregistré, là, vous ouvrez un ancien portefeuille sauvegardé.

Dans cet exemple, j’ai choisi le 2éme choix et je n’ai pas importé mon portefeuille.
Voici comment ça se présente (il est possible que vos colonnes diffères tout se personnalise)


Si vous n’avez pas la même vue que moi, dans ce cas allez dans Rapport/Choisir un relevé/Risque par sous-jacent.
On va cliquer sur nouveau (en vert) pour ajouter une nouvelle position, on va saisir un code mémo.
J’ai choisi Microsoft (msft), en action



Lorsque vous avez saisi le code mémo et choisis le type d’actif financier, il faudra entrer la quantité dans la colonne position. Les cases se cocheront automatiquement, ces cases sont très importantes si vous avez chargé votre portefeuille et que vous voulez voir comment le portefeuille se comporterait sans une de vos positions, vous pourrez la décocher et elle ne seras plus prise en compte dans le calcul.
En bas vous voyez une droite de perte et profit, là elle est linéaire car pas de produit dérivé. On va ajouter une option pour rendre les choses intéressantes.

On procède de la même manière, on clique sur nouveau et on va acheter une option put (le menu de choix des options s’ouvre), de delta 0.5, ce qui permettra d’avoir une position delta hedger (stratégie de couverture dynamique). Dans cet exemple, il s’agit d’un put échéance 21 mai 2021 de strike 235.

Voici la nouvelle capture d’écran.

Plusieurs choses:

1- il faut actualiser le calcul de certains paramètre lorsque l’on fait des modifications (la VAR, Marge de maintien, etc…). Quelques remarques, comme la position est hedger la VAR à baisser (une VAR 162€ signifie que ma perte à 1 jour ne pourra pas dépasser 162 € dans 99.5% des cas), la demande de marge a aussi baisser, car la position est moins risquée.

2- La courbe est différente, comme on est delta-hedger avec un gamma positif, on gagne à la baisse comme à la hausse (si on avait remplacé le long put par un short call, le gamma serait négatif et on gagnerait qu’a la stabilité). Maintenant, on a 3 courbes, la blanche est le PNL sans changement de volatilité implicite, la violette est la même courbe avec une hausse de 15% de la volatilité implicite, la verte est la même avec une baisse de 15%. La position est dite acheteuse de volatilité et utilisable si l’on souhait arbitrer à la hausse la volatilité pour gagner de l’argent sans jouer le mouvement du sous-jacent. Les barres jaunes signifient qu’il y a 99.5% de chance que le sous-jacent ne sort pas de cette zone.

3- Dans ce tableau vous pourrez rajouter la colonne que vous voulez en faisant un clique droit ajouter. Dans cette vue, vous aurez les détails pour le portefeuille, par sous-jacent et pour chaque produit du sous-jacent. Par exemple pour MSFT, le delta de ma position est de 0.16 (déjà multiplier par 100), donc mon portefeuille de 50 actions plus une option va se conduire comme si j’avais 0.16 actions. Le thêta est négatif donc perte de valeur temps, le vega est positif donc haussier sur la volatilité, etc… Vous avez aussi le profit par position et le rendement en %. La ligne tout les sous-jacents est dans votre devise de base, d’où des données légèrement différentes. Dans les autres onglets, vous devinerez assez facilement ce que l’on a dedans, pour la VAR, vous pourrez modifier ses paramètres (calcul sur plusieurs jours, intervalle de confiance différent, etc…), pour l’onglet sensibilité de la marge, vous pourrez aussi modifier vos scénarios pour voir l’impact sur la marge.

4- Ici vous pourrez choisir d’autres types de rapport, choisir une date de calcul, changer le mode d’affichage (delta est utile pour les traders options) etc…
Les différents rapports:
-Portefeuille, une vue classique de portefeuille inutile d’après moi.
-Risque par position pas trop d’intérêt
-Risque par sous-jacent ce que je vous ai présenté que je trouve très utile pour avoir une bonne synthèse de son portefeuille (ouvert en continu avec mon portif)
-Risque par secteur économique, utile pour de l’arbitrage sectorielle (par exemple long volatilité de XLK par exemple et short la volatilité de ces composants)
-Risque par pays, le nom parle de lui même.
-Données du graphique par sous-jacent, utile pour exporter les données qui on servit à tracer la courbe pour analyse sous Excel par exemple. Ou juste voir le détail par sous-jacent.
-Mesurer en fonction du sous-jacent et de la maturité, pour voir en fonction des échéances d’options.
-Mesurer en fonction des variations du sous-jacent et de volatilité extrêmement utile, vous allez avoir les variations de valeur du portefeuille pour différents scénarios de cours et de volatilité, voir la capture d’écran (si ça ne s’affiche pas allez dans paramètres/téléchargement de l’évaluation générale des risques. Si votre portefeuille est trop complexe ce qui est le cas du mien, vous pourrez aller dans Rapport/exporter, pour l’exporter sur excel pour analyse.


Je m’arrête là il y a encore beaucoup de chose à faire avec ce menu, mais je vous laisse découvrir.

Si ce poste vous a plus merci de me le dire et si vous voulez que je fasse d’autres postes sur d’autres fonctions d’IB ou sur certaines stratégies option n’hésitez pas.

Comme les fois précédentes, je corrige mes fautes avec Scribens et je m’excuse s’il y en reste.

Edit: Cette position sur option est très bonne vu sous cet angle, mais il y a un risque non monter dans cet exemple, la perte de valeur temps. Dans ce cas une technique pour la réduire est le gamma scalping que j’expliquerais plus tard (le but est de remettre le delta à 0 en achetant ou vendant du sous-jacent pour générer des plus values). Cette position a aussi un atout, si on la compare a des Straddles , le seuil de rentabilité est beaucoup plus bas.

Dernière modification par JohnGaltTagart (22/02/2021 20h10)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+4]    #18 27/02/2021 15h54

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Petit update de portefeuille et explication du gamma squeeze

Performance depuis le 1er janvier +5.29%

Je bat tous mes benchmarks, malgré une belle chute cette semaine.

Mon portefeuille étant rempli de produits dérivés, on peut "facilement" comprendre comment il va se comporter dans certaines phases de marché.

Une petite analyse grâce à Risk Navigator (voir le post précédent):

Mon delta dollars est positif je réplique à 97% une position longue sur le marché, d’où ma dépendance cette année au mouvement des indices et ma corrélation élevé avec ceux-ci. En faisant simple si mon portefeuille fait 100$ une hausse de 1% du marché entraîne une hausse de 0.97$ du portefeuille.

Mon gamma est négatif, plus le marché va monter, plus le delta de mon portefeuille va baisser. En plus simple, plus le marché baisse plus je réplique le marché, plus le marché monte moins je le réplique. Ce qui se traduit en se moment par des mouvements de baisse plus marqué que les mouvements de hausse. C’est une position assez inconfortable, mais comme son niveau est très faible en réalité, ça ne me gêne pas plus que cela.

Le véga de mon portefeuille est très légèrement négatif, ce qui revient à être short sur la volatilité implicite. Donc lorsque le Vix augmente mon portefeuille perds de sa valeur, ce qui explique en partie la baisse marqué de ces derniers jours. Cette position est intentionnelle, car je pense que la volatilité du marché est vouée à baisser sur la durée avec la reprise. Une baisse (hausse) de 10% de la volatilité fait monter (descendre) mon portefeuille de 1% (des mouvements de plus 50 % son possible).

Le thêta de mon portefeuille est positif, pour chaque jour qui passe (jour de fermeture inclus) mon portefeuille prend de la valeur. A l’instant ça se traduit par une hausse de 1% par mois. Ce qui est très confortable comme situation, je ne suis pas pressé par le temps, ce qui peut être un handicap sur les options.

Ma VAR à 1 jour avec intervalle de confiance à 99.5% est à 4%. Ce qui se traduit par cette phrase, dans 99.5% des cas ma perte journalière ne pourra pas dépasser les 4%. C’est supérieur à mon objectif, mais cette année j’accepte un risque directionnel. En espérant avoir une performance adéquate en fin d’année.

Du coté des positions:

J’ai enfin soldé ma position sur XLE avec un gain représentant 1.5% de la valeur de mon portefeuille.

Je me prépare à soldé ma position sur TLT, pour mémoire, je suis baissier sur la valeur des obligations du trésor US que je trouve surévaluer par rapport aux actions, ce qui revient aussi à être haussier sur les taux longs, actuellement la plus-value latente représente 1% de la valeur de mon portefeuille.

J’ai soldé ma position sur MSTR, je ne m’y attendais pas du tout, mais prendre 81% en une semaine, c’est beau, je reviendrais dessus plus tard lorsque la volatilité aura de nouveau baissé.

J’ai pris mes gains sur SFM et LKQ (la position en option, j’ai gardé la position action qui est buy and hold).

Nouvelles positions prises:
CDXC: short sur la volatilité, neutre sur le cour, je ne sais pas ce que vaut l’action et je m’en moque, mais ces options sont anormalement surévaluées.
ARKK: short sur la volatilité, haussier sur le cour, en gros la raison de ma grosse baisse puisque je suis rentré bien trop tôt (cours à 155$) et que c’est l’exact opposé de ce qu’il y aurait fallu faire pour gagner de l’argent cette semaine.

Le gamma squeeze

Certains on vu cette semaine GME remonté en flèche, l’explication donnée est le gamma squeeze, du coup vu que ce n’est pas très parlant, je vais vous expliquer ce que c’est rapidement.

Pour comprendre ce que c’est, il faut quelque pré-requis.

Lorsque l’on vend des options en tant que market maker il faut se hedger pour être neutre au marcher, pour se faire, on va mettre le delta de la position à 0 (un delta de 0.5 signifie que pour 1$ de hausse de l’action, l’option prend 0.5$), mais comme on ne joue pas la direction, il faut donc mettre le delta à 0, pour que l’on puisse gagner sur d’autres paramètres que la variation de cours.

Si par exemple vous vendez une option call de delta 0.5, pour être neutre au marché, il faudra prendre la position inverse sur l’action. Le delta d’une option vendu s’inverse, pour un call on devient négatif, pour un put positif.
Donc notre call avec un delta de 0.5, s’il est vendu aura pour nous un delta de -0.5, à multiplier par 100, puisqu’une option est généralement égale à 100 actions, soit un delta de -50. Une action ayant un delta de 1 il faut donc acheter 50 actions pour que notre delta tombe à 0 (50 actions + -50 options = 0). A ce moment là le portefeuille ne bougera plus pendant un laps de temps très bref.

En effet, le delta d’une option n’est pas fixe, il bouge en fonction du cours, sa variation est mesurée par le gamma. Si notre option à un gamma de 0.02, cela signifie que pour un mouvement de 1$ du sous-jacent, il faudra ajouter 0.02 au delta. Vu que notre option est vendue son gamma est négatif, il est donc de -0.02. Donc si le cours de l’action monte de 1$, le delta des actions reste à 50 il est fixe, mais le delta de l’option lui va bouger, il sera de ( -0.5 delta initial + -0.02 gamma) = -0.52, on multiplie par 100, le delta de l’option sera de -52, pour être delta neutre, il va donc falloir acheter deux actions supplémentaires (pour que -52 + 52 actions = 0).

Avant de passer à l’exemple, le gamma bouge aussi, plus lentement que le delta et il est possible de hedger le gamma (d’ailleurs toutes les grecques). Il existe aussi d’autres grecques non-présentes sur IB comme Vanna qui est le taux de variation du delta par rapport à la volatilité implicite, Charm qui est le taux de variation du delta en fonction du temps etc… Tout ça pour vous dire qu’un hedge vous expose à d’autres paramètres, que les options c’est plus complexe que ça en à l’air et nécessite une certaine maîtrise, bloquer le gamma et le delta n’empêchera pas les variations défavorables de votre portefeuille dans certains cas précis.

Maintenant imaginer ce marché fictif:

Sous-jacent à 100
10 call 100 vendu (open interest à 10) de delta 0.5 gamma de 0.02
16 call 110 vendu (open interest à 16) de delta 0.2 gamma de 0.01

Petite précision, une option au niveau du sous-jacent à en général un delta proche de 0.5 pour un call, -0.5 pour un put. Autre précision dés que vous acheter une option il y a un vendeur en face et vice-versa, mais l’acheteur n’est pas important dans le gamma squeeze car il paie cash et n’a pas forcement besoin de hedge et ne risque pas d’appel de marge.

Pour hedger ces options il faut faire se calcul (open interest * delta * 100) soit (10 * -0.5 *100 )+ (16 * -0.2 * 100) = -820 ,iles vendeurs d’options devront donc posséder 820 actions pour avoir un delta de 0 (820-820 = 0).

Si le cours monte de 1$ le call 100 aura un gamma de 0.52 et le call 110 aura un delta de 0.21. Pour hedger les options les markets makers devront acheter (open interest *delta supplémentaire * 100) soit (10 * 0.02 * 100) + (16 * 0.01 * 100) = 36 nouvelles actions.
Si le marché à un volume quotidien de 1000 actions pas de problème, si le volume quotidien est de 30 ça va poser problème et faire monter le cours.
Et plus le cours va monter plus la demande de titre va augmenter et conduire donc au short squeeze.
Un cours à 110 dollars pourrait donner ceci:

call 100 avec un delta de 0.7
call 110 avec un delta de 0.5 (strike au cours = delta à environs 0.5).

Il faudra 10 *0.7 *100 + 16 * 0.5 *100 = 1500 actions à détenir pour les market makers.

Il est possible d’avoir toutes ces informations et pourquoi pas de profiter de la situation.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #19 21/03/2021 16h17

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Petit update

Ma performance depuis le 1er janvier est à +8.55% tout juste mieux que le CAC 40 qui semble sortir de sa léthargie.



Pas de changement dans mon portefeuille action à long-terme.

Du cotée macro-économie, il ne me reste qu’une seule ligne, une position longue sur l’ETF EWU (ETF + options), pour jouer le rattrapage du marché action Anglais sur le reste du monde.
J’hésite à prendre d’autres positions, mais il est bien trop tôt, dans ma shopping list, je surveille:
-le cuivre et les métaux en général, si les taux sont relevés (donc ce n’est pas d’actualité) on devrait avoir une baisse des cours.
-revenir sur les obligations du trésor US via des STRIPs principals (nue propriété d’obligation), pour investir ma partie cash (51% de mon portefeuille est en cash), mais je pense qu’il est encore trop tôt. Si ça devait se faire, je prendrais des échéances 30 ans que je ferais rouler tous les 1 à 5 ans selon l’humeur pour avoir un ladder de 25 à 30 ans.
-j’hésite à regarder du côté des devises émergentes.

Du côté spéculatif, je possède pas mal de positions ou je joue la baisse de volatilité sans me soucier des cours du sous-jacent:
AMC, GME, BB, CDXC, MVIS
J’ai aussi un reste de position short sur les cryptomonnaies que je pourrais renforcer dans les mois et années à venir. La société RIOT en fait partie. L’idée est de shorter pas directement le bitcoin ce qui est kamikaze , mais de shorter toutes les sociétés ayant une forte dépendance aux bitcoins, soit via leur cash, ou leur activité.
Il me reste aussi des positions longues sur URW et SPG que je n’ai toujours pas vendu, tant que sa monte.
J’ai une moins-value latente assez importante sur l’ETF ARKK. Ma conviction dessus est que le chèque de 1400$ de Biden à chaque Américain ira en grande partie sur ce genre de titre, mais je suis rentré trop tôt et trop haut dessus, mais à force de vendre des calls j’ai déjà rattrapé une partie de la baisse.

Du coté arbitrage, j’ai couvert pas mal de vente d’options put par la vente de contrat à terme sur le S&P500 principalement le MES (un point = 5 $ donc faciles à manœuvrer) et d’option XSP.

Mon exposition au marché est équivalente à un levier de 1.04 ce qui est assez raisonnable.

Enfin une petite nouvelle, j’aimais bien les SSFs (Single Stock Future qui contrairement à son nom représentait 100 actions), mais il semblerais que pour les USA cela n’existe plus… Dommage.

Dernière modification par JohnGaltTagart (21/03/2021 16h19)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+3]    #20 06/04/2021 20h23

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Non pas du tout, je ne pense pas que l’on puisse prédire le cours d’une action.

Il y a pas mal d’années, j’avais lu une interview de Joel Greenblatt où il parlait de sa "magic formula", au vu du nom à l’époque, je me demandais si c’était un charlot ou quelqu’un de sérieux, je l’ai vite classé comme sérieux. Mais ce qui est intéressant est la méthode de travail initial. Il avait fait analyser par une personne plusieurs ratios financiers pour savoir lesquels étaient les plus pertinents pour générer une performance à long terme et créer sa fameuse formule magique voir le lien Wikipédia.

Je me suis demandé si je ne pouvais pas faire la même chose. Le coté rationnel des statistiques m’intéresse.

J’avais lu plusieurs études comme quoi, le critère le plus important pour la performance des actions sur le long terme était juste la croissance du CA. Donc rien à voir avec la magic formula.

J’ai décidé de m’inspirer de tout cela et regarder une cinquantaine de critères avec un objectif de performance à 5 ans. J’en suis arrivé à la conclusion que le CA était le plus important suivie par la croissance du cash flow opérationnel. J’ai donc fait ma magic formula à partir de cela.

Ma magic formula est donc un classement par rang de deux paramètres, la croissance du CA et la croissance du cash flow, où je prends les mieux classer pour faire ma shopping list (mais attention comme dans tous shoppings liste je n’achète pas tous et choisi à la main au final, c’est juste une présélection).

Par contre une croissance de CA calculé sur 5 ans, peut être très aléatoire et ne rien dire de l’avenir ou de la bonne gestion de la boite. Donc j’ai choisi d’en faire une régression linéaire en utilisant les 5 à 8 dernières années et calculer lecoefficient de détermination. Si celui-ci est très élevé et que donc le CA ou cahs flow est prédictible, je rentre la société dans mon système de rang pour la suite.

L’avantage de la méthode est le temps de travail très faible pour l’analyse de titre et la sélection. Je pars du principe que le marché est plutôt efficient et que je n’aurais jamais assez de titres pour influencer le management donc une analyse en profondeur est pour moi inutile.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #21 29/07/2021 21h26

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

La FED a toujours une politique hyper accommodante, les marchés ne pensent pas que l’inflation sera un problème à long terme, donc ce niveau est plutôt normal (un peu faible, mais pas du tout inquiétant). La hausse des taux après la crise avait peut-être été un peu trop brutale. Si sa continu de baisser, je ne serais pas plus inquiet, mais je ferais peut-être un spread taux court vs taux long. Pour quelqu’un qui craint l’inflation, c’est plutôt un signe positif.

Pour un investisseur obligataire, c’est gênant des taux aussi faibles, mais pour quelqu’un qui investit en action, on est dans le TINA, pas d’autres alternatives pour avoir du rendement que les actions, donc si vous êtes investi en action, tout va bien, ça va monter encore, tant que la FED sera là et que les taux seront aussi bas.

La prochaine étape sera donc une hausse des taux courts ( au minimum un arrêt progressif des rachats d’actifs de la FED), à se moment-là les taux longs devrait remonter un peu, les actions vont ralentir un peu, les matières premières devraient chuter.
Je suis déjà short sur le bois, le porc et l’huile de soja, c’est un peu tôt (sauf pour le bois ou le timing a été très bon), mais pas encore sur l’acier et le cuivre où j’attendrais le dernier moment.
Pour les actions pendant le changement de régime les valeurs croissances (à ratio de valorisation élevé) devrait connaître des turbulences (les taux élevés sont défavorables à ce genre de valeur dans les DCF), mais une fois passé, c’est la value qui ne fera plus rien et les croissances reprendront la main, car moins pénalisé par les taux élevés à long terme (endettement plus faible, pricing power et marge plus élevée).

C’est une partie de mon plan de bataille pour l’avenir. Niveau timing j’étais dans l’idée de 2023 pour un début de normalisation de la politique monétaire de la FED, maintenant je pense plus mi-2022, d’où mon accélération.

Dernière modification par JohnGaltTagart (29/07/2021 21h29)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+4]    #22 30/07/2021 18h43

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Qu’est-ce qui peut faire monter les actions ?

-La croissance économique à 6.5% aux USA
-L’inflation à 6.5% aux USA
-La croissance démographique, légèrement, positive aux USA

Mais surtout la croissance de la masse monétaire, si l’argent se fait moins rare que les actifs dans lesquels on peut investir alors ceux-ci ont de fortes chances de monter, même s’ils sont déjà surévalués (une pensée pour les cryptos, spacs, matière-premières etc…).


Et les taux bas permettent de s’endetter toujours plus pour en acheter, la marge sur IB est quasi gratuite (selon les devises), les taux courts sont autour 0 dans pas mal d’économies développées.

Et enfin si on reste un peu lucide, notre montagne d’argent ira dans la classe d’actif la meilleur marché, donc les actions (taux US à 10 ans sous forme de PE, PE Shiller et spread entre les deux) :


Si j’étais investisseur en action je resterais investi à 100%, mais ce n’est pas mon cas. Donc je me prépare à la prochaine étape un début de normalisation de l’économie qui arrivera peut-être plus vite que prévu et donc je commence à shorter les bulles les plus fragiles selon moi (porc, huile de soja, bois de construction).

Edit: Si j’étais investisseur en action ce qui pourrait me faire ralentir fortement, voir me faire hedger ou liquider partiellement mon portefeuille, est l’arrivé de l’un de ces phénomènes: la courbe des taux plate ou inversé, un TED spread (ou équivalent) qui explose sans explication, une chute de la masse monétaire, etc… Mais quelque chose qui montre que le carburant des marchés (le pognon) peut se tarir.

Dernière modification par JohnGaltTagart (30/07/2021 18h58)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+3]    #23 15/08/2021 15h16

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Des news de mon portefeuille et probablement les dernières de l’année, le prochain sera le bilan annuel début janvier.

Performance depuis le 1er janvier 20.24%



Je bats les indices US, mais pas le CAC40, par contre si on regarde sur des échelles de temps plus longues le cac40 est quand même très loin, derrière. Mon objectif de 16% annuel est encore atteint avant l’heure. Donc je vais finir l’année tranquillement.

Mon portefeuille buy and hold and forget

Pour mémoire, il a été construit à partir d’une analyse quantitative des données fondamentales en octobre 2020 en se basant sur les données de 2019 avant crise du covid.



Ce portefeuille représente moins d’un tiers du portefeuille total, chaque ligne pèse environs 1% du portefeuille (à ajuster en fonction du pnl). Je ne peux pas faire un suivi très précis, car ce n’est pas un sous-compte d’IB et ne le sera jamais puisque je veux conserver sa marge, la marge m’est utile mais pas le cash. Pour les détails sur la sélection des titres https://www.devenir-rentier.fr/p458149#p458149

La seule intervention sur ce portefeuille https://www.devenir-rentier.fr/p478670#p478670

Matière premières

Future LB Lorsque le cours du bois était à 1300 environs, j’ai partagé mon idée de short, le cours est maintenant à 500. La position représente maintenant 3.7% de mon portefeuille. J’attends encore pour vendre la baisse a été rapide et peut se poursuivre. https://www.devenir-rentier.fr/t26987

Future HE Le porc pour moi est dans une belle bulle aussi la grippe porcine est sous contrôle, les choses vont mieux, je suis donc short depuis quelques semaines, la position pèse 2.7% de mon portefeuille.

Future ZS, ZM, ZL Je n’avais pas eu le temps de partager mon idée, mais je suis sur le soja aussi. L’huile de soja est surévalué donc un spread peut se jouer entre les différents contrat du soja. Donc je suis short sur 11 contrats ZM (farine) 9 contrats ZL (huile) et haussiers sur 10 contrats ZS (soja non transformé). Il s’agit de la même logique que le Crack spread sur le pétrole pour ceux qui maîtrise les matières premières. Pour un portefeuille de petite taille le spread peut être simplifier en ne prenant qu’un contrat de chaque.

J’ai aussi une position plus aventureuse uniquement short sur ZL

Le soja ne pèse que 2% du portefeuille. La plus-value latente est faible pour le moment.

Arbitrage de volatilité

INTC et AAPL short sur la volatilité et biais stagnation et hausse sur le cours, l’idée était de profiter la baisse de volatilité estivale, évidemment, je dois prendre mes profits avant le 1er septembre. Les positions pèsent moins de 0.5% du portefeuille.

SPX il s’agit d’une position baissière sur la volatilité (effet saison), neutre au marché, mais qui s’apprécierai si le marché chute ou baisse suffisamment fortement (une correction en août n’est jamais improbable, j’ai encore 2011 en tête). Environs 1% du portefeuille

Ces positions seront clôturé avant la fin août.

Le vrac

Atos > je joue la recovery et les rumeurs de rachat m’incite à me placer dessus (option uniquement)

Vallourec > j’ai voulu jouer l’arbitrage entre le DPS et l’action, j’ai finalement acheté les actions pour jouer la recovery, car il était impossible de vendre à découvert l’action.

Vivendi > j’aime les spin-offs et celui-ci m’a l’air prometteur, je le joue en option longue avant la scission.

Discovery > une recovery est possible je le joue en option à long terme et en short de volatilité à court terme.

VYM et DVY > deux ETFs actions à dividende, j’ai oublié la raison qui m’a fait vouloir les acheter (je devrais prendre des notes dans un journal), ETF et call dans la monnaie à long terme.

USDCAD > le dollar canadien j’ai plusieurs contrats à terme et option pour jouer sa hausse, et je ferais une bascule à la baisse dès que la FED annoncera soit une date précise de tapering (avec montant significatif) soit une date pour la hausse des taux cours. Je joue un collar sur le dollar canadien.

La totalité de la poche vrac pèse une 20 aine de %

Le reste de mon portefeuille est constitué de liquidité dans différentes devises, le poids des futures et option vendu a été pris en utilisant la technique de la marge utilisé ou du delta dollar selon ce que je jugeais de plus pertinent.

Commentaires

Avec la période estivale, je suis moins dynamique et je prépare un autre projet (création d’un hedge fund pour janvier 2023) donc je n’ai plus le temps de gérer mon portefeuille correctement.

ARKK m’a fortement pénalisé au premier semestre, j’ai parié sur sa hausse suite aux chèques envoyés par l’administration Biden, mais ça n’a pas marché. Environ 4% de baisse du portefeuille.

J’ai fait un hedge mal calibré de mon portefeuille qui m’a bien coûté, environ 2% de baisse du portefeuille (au lieu d’être neutre au marché, 100% haussier et 100% baissier, j’étais 100% haussier et 120% baissier pour faire simple, ce qui me mettait vendeur à découvert du S&P500 alors qu’il était haussier. Pour la petite histoire, j’ai utilisé risk navigator, mais j’ai laissé cocher des positions qui n’avaient pas lieu d’être prises dans le calcul ce qui a surévaluer mon exposition au marché.

Le bois m’a fait perdre virtuellement une grosse somme, avant de redevenir gagnant pour moi, il a monté à 1700 avant de plonger en ligne droite, j’ai perdu 1% de mon portefeuille, mais j’ai pu renforcer à bon prix ma position.

Pour les prochains mois et années, je vais avoir moins de temps, donc j’arrête certaines stratégies.

Je ne ferais plus que de l’arbitrage de volatilité uniquement sur les cas extrêmes. J’arrête les spreads de volatilité inter-marché.

Je jouerais la macro-économie sur de grosses positions, mais du coté micro, si je tombe sur une action intéressante au hasard, je peux la prendre, mais je ne chercherais plus d’informations moi-même et donc je ne prendrais presque plus de position.

J’augmenterais de fait la taille de mes positions, pour le bois, c’est trop tard, mais pour le porc si la chute est douce, je pyramiderais les contrats à terme. Et j’aurais la main plus lourde lorsque le tour des métaux sera arrivé.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+3]    #24 16/08/2021 14h53

Membre (2020)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   265  

Bonjour à tous.

Je fais une réponse généraliste sur mes projets d’avenir, sur mon portefeuille perso et le hedge fund.

Concernant mon portefeuille personnel :

-Il sera plus petit, mais toujours ouvert pour profiter de la flat taxe
-Je ferais toujours des reportings ici, mais moins fréquent.
-Il sera sûrement simplifier pour être géré plus facilement, je pense à ce genre de stratégie:

Pour 100k€

80 à 100k€ de positions sur des ETFs tech (XLK, SKYY, IGM etc…) et santé (XLV) ou généraliste si je simplifie (SPY), sur lequel je ferais des ventes de calls très au-dessus des cours.
0 à 20k€ de cash en euros pour simplifier les retraits
Ensuite sur marge des positions sur futures matière-premières et taux de manière à être non corrélé ou avoir une anti-corrélation avec les indices.
De temps en temps un petit arbitrage de volatilité sur le S&P500 ou des mèmes stocks.
En gros, je devrais battre les indices, avec un risque un tout petit peu plus élevé.

Je pense mettre en place ce portefeuille que dans 6 mois 1 an, de manière progressive.

Le hedge fund:

Comme tout projet à plusieurs personnes il faudra un certain temps pour que tout le monde soit d’accord sur tous les points. Ce qui va suivre est donc une ébauche.

-Du côté juridique, le statut devrait être une SAS à capital variable, le fond est fermé et ne fera pas appel à l’épargne publique, pas besoin d’agrément AMF, on reste entre nous, le commissaire aux comptes et expert comptable est déjà choisi par copinage.

-Il y aura du levier bancaire d’utiliser en plus de la marge du courtier, c’est là l’intérêt de la chose.

-L’intermédiaire financier n’est pas choisi, IB est le choix de base, mais ne permet pas de travailler avec des options exotiques et des CDS. Donc si choix de la simplicité IB, sinon ça sera un intermédiaire plus pros, mais plus chère.

-Niveau informatique, on va être sur quelques choses de complexe dans l’analyse (base de données sql, data mining, backtesting etc…) on a un data scientist dans l’équipe et les passages d’ordre se feront par vote pondéré par le taux de réussite.

-Niveau local, moi je souhait du 100% dématérialisé, d’autres pas, on verra

-Il y aura un site internet pour partager les informations entre les actionnaires et une partie public avec des publications, je pense.

-Les fees seront à 2%, avec une majoration de sur performance à déterminer.

-Le fond sera multi-stratégie, une poche macro (ayant pour but de se décorrélé des indices et couvrir le portefeuille), une poche arbitrage de volatilité (générer de l’income régulier), une poche event-driven (générer de la performance) et une poche action sélectionner par une approche quantitative (le flottant de l’assureur). L’objectif est de battre les marchés avec un max drawdown plus faible et ratio de Sortino supérieur à 1.

Évidemment ce n’est qu’un projet la version finale pourra différer.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #25 27/08/2021 16h09

Membre (2014)
Top 50 Réputation
Top 20 Portefeuille
Top 20 Expatriation
Top 20 Entreprendre
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   485  

Pour y toucher un peu dans mes investissements, le problème n’est pas de savoir quoi faire ou déclarer, le problème est d’avoir en face un interlocuteur au fisc qui comprend quelque chose.

Personnellement j’ai eu droit à un abruti qui s’obstinait à me faire rentrer dans la seule case qu’il connaissait malgré mes explications, une attestation du fond luxembourgeois etc. Résultat c’est à vous d’aller au contentieux pour obtenir (j’espère) un avis mieux informé. Et l’avocat coûte cher.

Bref, un rescrit fiscal sur votre projet et un bilan avec un fiscaliste semblent nécessaires.

Après il y a plusieurs membres du forum qui ont leur holding au lux, ça se fait c’est certain, mais à bien baliser.


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de johngalttagart"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur