Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#3701 10/10/2018 16h32 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Oui annualisé off course. Ça fait tout de même un rdt net de 100% présentement

Hors ligne

 

#3702 10/10/2018 16h39 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   457 

Je ne sais pas lesquels de vos chiffres sont exacts, mais +100 % en 5 jours, ça ne fait pas 1000 % par an, ça fait 10^24 % !

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Investisseur value et deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#3703 10/10/2018 17h13 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Oui pardon, pour être plus clair, ça faisait 1000% à 88% hier. À 50% (cf cours du jour) de la valeur nominale, cela fait un rdt annuel énorme.

Pour le cours en direct et les derniers échanges:

Obligation Sears oct 18

Dernière modification par Reitner (10/10/2018 17h18)

Hors ligne

 

#3704 10/10/2018 17h27 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   457 

Ca ne fonctionne toujours pas : 88 % en 6 jours, ça fait environ 10^18 % annuel et non 1000 %.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par JeromeLeivrek (10/10/2018 17h28)


Investisseur value et deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#3705 10/10/2018 18h08 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Et en rendement actuariel de l’obligation, ça marche ? J’ai bien +1000% hier et environ 6000 aujourd’hui (à un cours de 50%)
Désolé pour mes abus de langage.

Bref, vu le rendement, j’imagine que cela vaut le coup de réfléchir à faire le pari suivant: le défaut arrivera après le paiement de l’obligation. Mais oui, on parle bien de pari. Vu le dernier bilan, il fallait réaliser un sacré cash burn ce trimestre pour faire défaut sur cette tranche, mais avec Sears, tout est possible …

Dernière modification par Reitner (10/10/2018 18h41)

Hors ligne

 

#3706 10/10/2018 18h47 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   462 

Reitner a écrit :

Il y a peut être qque chose à faire avec l’obligation du 15 oct si on ne croit pas à la faillite cette semaine. Rendement de + de 1000% avant ouverture. Mevo, Scipion un avis ?

Oh là, sur Sears, je ne suis sans doute pas la personne à qui vous voulez demander quoi que ce soit à ce stade wink

Vous pouvez être aussi cinglé que moi et croire à un remboursement à 100% dans quelques jours (ça reste possible).

Sinon, c’est "compliqué": Soit vous pensez qu’il y aura un "chapter 7" avec une liquidation d’actifs pour payer les créanciers, et vous pouvez espérer toucher quelque chose, peut-être même la totalité de ce qui vous est dû (à voir encore en combien de temps…) Tout dépend de la valeur des actifs et des autres créanciers devant vous, la question à 1000 points étant ce qui arrive avec les créances de Lampert lui-même (en direct ou par l’intermédiaire d’ESL). Vous pouvez parier sur le fait que procès il y aura, et potentiellement une requalification de ses créances, soit au même niveau que les autres créanciers, soit peut-être même derrière eux. Ca reste un certain nombre de paris. Si vous achetiez une grosse portion de dette, vous pourriez toujours entamer les procédures judiciaires vous-même (dont l’issue resterait tout de même incertaine). Sinon, il faudra parier sur le fait que d’autres feront. Et en tout état de cause, les Chapter 7 sont rares …

En cas de Chapter 11, vous vous retrouverez actionnaire de Sears à tous les coups au final (un Sears réorganisé certes, mais Sears tout de même). Est-ce quelque chose d’envisageable pour vous ? Si non, autant oublier immédiatement.

Dans tous les cas, c’est un exercice de haut vol. Il faut accepter le risque élevé, et considérer qu’il y a un bon payout si ça marche, mais un risque important de perte (potentiellement total) en face. Ne faites sans doute pas sans considérer ce que vous y mettez comme perdu.

JeromeLeivrek a écrit :

Ca ne fonctionne toujours pas : 88 % en 6 jours, ça fait environ 10^18 % annuel et non 1000 %.

Bonjour JL, comment arrivez-vous à de tels chiffres ? En calculant AVEC des intérêts composés ? Je crois (pas sûr) qu’au sein d’une année, on ne calcule aucun réinvestissement. Donc un rendement s’ajuste simplement avec (*365 / nb de jours).
88% * 365 / 6 = environ 5350%, mais il faut encore y rajouter un coupon complet (6 mois) qui sera également versé: 6,625 / 2 / 54 (prix oblig) * 365 / 6 = environ 375% supplémentaires.

EDIT:

Reitner a écrit :

Bref, vu le rendement, j’imagine que cela vaut le coup de réfléchir à faire le pari suivant: le défaut arrivera après le paiement de l’obligation. Mais oui, on parle bien de pari. Vu le dernier bilan, il fallait réaliser un sacré cash burn ce trimestre pour faire défaut sur cette tranche, mais avec Sears, tout est possible …

Le problème est sans doute un peu plus complexe que cela. La seule problématique n’est pas forcément celle de POUVOIR payer ou non. Si c’est pour qu’il y ait défaut ensuite, autant passer à la case bankruptcy maintenant. Lampert est en train de faire pression sur ceux qui doivent accepter sa proposition mentionné un peu plus haut dans la file. "Acceptez ou c’est pas la peine que Sears sorte cette somme pour rien maintenant". Et il y a possiblement encore d’autres buts à la manoeuvre.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Mevo (10/10/2018 18h56)

Hors ligne

 

#3707 10/10/2018 19h00 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Mais si Sears PEUT rembourser l’obligation, n’est-il pas obligé de le faire?

Dernière modification par Reitner (10/10/2018 19h09)

Hors ligne

 

#3708 10/10/2018 19h45 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   72 

Non Reitner, même si Sears peut rembourser, l’entreprise n’est pas obligée de le faire dans l’immédiat. Sears a tout à fait le droit de se déclarer en faillite la veille de l’échéance…

A partir de là, le remboursement de l’obligation se fera (ou non) lors du processus de restructuration (au même titre que toutes les autres dettes et selon les priorités).

Hors ligne

 

#3709 10/10/2018 19h48 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   462 

A priori non, pas s’ils se déclarent en faillite. Ils ne peuvent certes pas le faire s’il n’y a aucune raison à cela, mais là, Sears n’a possiblement pas de problèmes de ce coté. Ca ne veut pas dire qu’ils ne doivent plus payer. Mais ça passera par un juge, et la meilleure solution devra normalement être trouvée pour toutes les parties prenantes. Et là, les détenteurs de cette obligation se retrouveraient au même niveau que les autres créanciers de même rang (peut-être même derrière d’autres créanciers, je n’ai pas regardé le détail).

"Pouvoir" est relatif. Si vous avez un peu de cash avec une montagne de dettes et des actifs d’une valeur bien inférieure aux dettes, "pouvez-vous" payer ? (je ne dis pas que c’est le cas de Sears, parce que je ne le crois pas, mais c’est l’histoire qui nous est "vendue" en tout cas, et peut-être que c’est la réalité). Accessoirement, la société a aussi besoin de cash pour faire tourner son business, donc "peut-elle" payer ?

Maintenant, par rapport à une éventuelle "pression" de Lampert mentionnée au message précédent, ça ne fonctionne surtout que si des détenteurs des échéances plus lointaines sont également détenteurs de celle qui mature dans quelques jours (J’ai lu Berkowitz de mentionné comme étant possiblement dans cette situation, mais je n’ai pas vérifié, et la source n’était pas forcément fiable). Sinon, il est possible que Lampert lui-même n’ait pas grand chose à voir avec le "bruit" actuel. Il provient essentiellement d’articles de journaux qui disent que Sears aurait approché des banques pour un "bankruptcy financing" et embauché M-III partners.

Nous allons bien voir dans quelques jours si Sears paye cette obligation ou passe par la case faillite.
(EDIT: Devancé par Lazard)

Dernière modification par Mevo (10/10/2018 19h49)

Hors ligne

 

#3710 10/10/2018 20h12 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   457 

Mevo a écrit :

JeromeLeivrek a écrit :

Ca ne fonctionne toujours pas : 88 % en 6 jours, ça fait environ 10^18 % annuel et non 1000 %.

Bonjour JL, comment arrivez-vous à de tels chiffres ? En calculant AVEC des intérêts composés ? Je crois (pas sûr) qu’au sein d’une année, on ne calcule aucun réinvestissement. Donc un rendement s’ajuste simplement avec (*365 / nb de jours).
88% * 365 / 6 = environ 5350%, mais il faut encore y rajouter un coupon complet (6 mois) qui sera également versé: 6,625 / 2 / 54 (prix oblig) * 365 / 6 = environ 375% supplémentaires.

Oui je fais le calcul avec les intérêts composés.
Je ne vois pas la signification d’annualiser par une multiplication avec (*365 / nb de jours) mais c’est peut-être bien ce qui est fait dans la colonne "Yield" (to maturity) du site indiqué.

Si je comprends bien ce que je lis, la dette 15/10 restante est de 133 M$. C’est beaucoup ou pas pour Sears à votre avis ?

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Investisseur value et deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#3711 10/10/2018 23h26 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2034 

InvestisseurHeureux, 25/08/2016 18h33 a écrit :

Pour moi, il y a une probabilité non négligeable que Sears fasse "faillite" (chapitre 11) en 2018.

On a une société incapable de gagner de l’argent, avec plus de $5 Md de dette nette quand on inclut les obligations de pension, dont $2 Md à rouler avant 2018.

Vendre les joyaux comme "Kenmore, Craftsman and DieHard" peut apporter une certaine flexibilité temporaire, mais c’est aussi autant d’EBITDA en moins pour la holding.

Même si Sears est possiblement assise sur des milliards via son immobilier, elle est de toute façon dans l’impossibilité de les monnayer convenablement, soit qu’elle n’a pas l’argent pour les réhabiliter, soit, semble-t-il, que les obligations envers le fonds de pension des employés compliquent les possibles transactions (un gigantesque spin-off par exemple).

Si un refinancement de la dette de $2 Md est trouvé avant 2018, vue la "qualité" de Sears, les prêteurs exigeront très probablement une sécurisation sur tout ou partie de l’immobilier non encombré restant.

Donc de mon point de vue, même s’il y avait in fine un création de valeur avec l’immobilier, ce ne serait pas les actionnaires de Sears qui en profiteraient de toute façon, car ils sont en bout de chaîne.

Source : Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (97/149)

On va pouvoir voir à présent si les histoires de "non-guarantor" qui ont animé cette discussion pendant des mois étaient pertinentes ou non, et pour qui (EL et/ou les actionnaires minoritaires).

Hors ligne

 

#3712 10/10/2018 23h44 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   462 

JeromeLeivrek a écrit :

Si je comprends bien ce que je lis, la dette 15/10 restante est de 133 M$. C’est beaucoup ou pas pour Sears à votre avis ?

LA question qui tue wink
Ca dépend: Comparé à la capitalisation boursière, c’est clairement énorme, vu que c’est le TRIPLE ! SHLD, c’est 107 million d’actions. A $0,40 l’action comme aujourd’hui, c’est une capitalisation de $42,8 millions. C’en est presque relativement "drôle".

Comparé à la valeur nette des actifs de Sears (actifs - dette), j’en sais trop rien, vu que personne ne la connait réellement. Si on part de l’hypothèse de "l’efficience" du marché, alors il n’y a plus grande "valeur" dans Sears, au vu du prix de l’action. Bizarrement, l’action valait 4 fois plus il y a 1 mois qu’aujourd’hui. Est-ce que tant de choses que cela ont changé en un mois ? On ne savait pas que cette obligation arrivait à échéance il y a un mois ? Il y a la vision que la baisse correspond à la vitesse à laquelle Sears perd de l’argent. La capitalisation étant déjà faible, le rythme auquel la boite perd de l’argent fait que ça l’a encore divisée par 4. Et toute la valeur qui restait est désormais partie en pertes. Possible. Ou alors il reste bien plus de valeur dans Sears que ce que "le marché" ne dit par l’intermédiaire du prix de l’action.

Bref, la réponse logique est que c’est énorme. Si vous me communiquez la valeur nette de tout ce qui se trouve (encore) dans SHLD, je pourrais vous donner une meilleure réponse …

Hors ligne

 

#3713 11/10/2018 02h52 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   871 

Reitner a écrit :

On dirait que Lampert souhaite mettre la pression pour faire approuver son plan. Il est bien dit que Lampert pourrait payer encore une fois mais bloque volontairement. Est ce possible ? Faire défaut maintenant sur "seulement" 137 millions serait ironique…
Il y a peut être qque chose à faire avec l’obligation du 15 oct si on ne croit pas à la faillite cette semaine. Rendement de + de 1000% avant ouverture. Mevo, Scipion un avis ?

Perso je considère que Sears est de fait en situation de quasi-défaut depuis un bon moment : seuls les prêts de Lampert (ESL) ont permis à Sears de continuer à honorer ses dettes. Donc en pratique c’est Lampert qui décide du moment du défaut. Mais c’est une décision contrainte - notamment selon (i) la capacité d’ESL à fournir encore davantage de prêts à Sears, (ii) la capacité de Sears de fournir des actifs en garantie (pas sûr qu’il reste encore de bons actifs disponibles), et (iii) les risques juridiques pour Lampert associés aux prêts sécurisés d’ESL à Sears.

Je pense que Lampert vise la minimisation de ses pertes, en tant qu’actionnaire et créditeur de Sears, dans cet environnement contraint : si, pour une raison du type (i), (ii) ou (iii), ESL ne peut plus fournir de financement, Sears fera défaut immédiatement.

Pour l’investisseur en actions ou en obligations Sears, je pense qu’il faut une compréhension encore plus juridique qu’économique. Il faut envisager la conséquence des différents scénarios (Chapter 11, défaut plus ou moins proche) sur la structure du financement de Sears. Il faut notamment avoir une bonne compréhension juridique des 3 points suivants, dans un scénario de Chapter 11 :

1) Quels seront le montant et la collatéralisation du DIP (Debtor-in-possession) financing ? : Apparemment Sears a commencé à discuter avec des banques d’un DIP financing en cas de Chapter 11. Ce financement, qui doit assurer la continuité de l’activité de l’entreprise pendant la période sous Chapter 11, aura normalement une séniorité vis-à-vis de toutes les autres dettes de Sears. Donc si un investisseur s’intéresse à une obligation Sears, il devrait essayer d’évaluer l’importance du DIP financing (a priori sur la base de projections de cash burn), et aussi avec quels actifs ce DIP financing sera collatéralisé.

Pour le détenteur d’une obligation Sears ou un autre prêteur non collatéralisé, le DIP financing aura pour effet de réduire le taux de recouvrement en cas de liquidation (puisque des actifs seront rendus indisponibles et puisque le DIP financing est senior par rapport aux autres dettes).

Une autre question se pose dans l’immédiat : Sears a-t-elle encore suffisamment de bons actifs disponibles (i.e. non mobilisés pour sécuriser les prêts d’ESL) pour qu’un DIP financing suffisant et crédible (i.e. suffisamment important pour couvrir le cash burn prévu) soit possible ? Perso je n’en suis pas sûr : si un DIP financing suffisant n’est matériellement pas possible, a priori ce serait une liquidation immédiate.

2) Les prêts d’ESL à Sears seront-ils reclassifiés en fonds propres ? Dans le cadre d’une faillite, il est possible que la justice US décide que les prêts effectués par des initiés soient reclassifiés en fonds propres. D’après ma compréhension, la justice US regarde notamment les conditions de ces prêts.

S’il apparaît que les prêts d’ESL (= Lampert = initié) à Sears ont été très / trop avantageux pour ESL, en termes de (i) rémunération (taux d’intérêt), (ii) valorisation du collatéral, (iii) décotes, et (iv) surcollatéralisation, je pense que la probabilité de reclassification en fonds propres de ces prêts augmenterait.

Si les prêts sécurisés d’ESL à Sears étaient reclassifiés en fonds propres, l’impact serait très positif pour les autres prêteurs non sécurisés, tels que les détenteurs d’obligations Sears, puisque la reclassification libèrerait des actifs de Sears mobilisés en garantie auprès d’ESL, qui deviendraient dès lors disponibles pour les autres prêteurs… sous réserve qu’ils ne soient pas immédiatement captés pour sécuriser le DIP financing ! (malheureusement probable, à mon avis)

Donc les problèmes (1) et (2), déjà complexes individuellement, sont étroitement liés.

3) Y aura-t-il des compensations libératoires (releases) pour les actionnaires de Sears et quel serait leur montant ? En cas de Chapter 11, il est probable que Lampert doive faire face à de coûteuses procédures judiciaires. En particulier, la justice devra déterminer la régularité des prêts d’ESL à Sears, et évaluer si Lampert a, oui ou non, organisé la faillite de Sears tout en préservant au mieux ses intérêts par "l’extraction" des bons actifs de Sears au profit d’ESL.

Dans ce cadre, il est possible que dans le cadre d’une restructuration de Sears, des compensations libératoires (releases) soient versées aux actionnaires non-insiders (donc pas Lampert, pas ESL, évidemment). En acceptant le versement de ces releases, ces actionnaires non-insiders s’engageraient à ne pas poursuivre Lampert devant la justice - ce qui faciliterait la restructuration de Sears.

Si on considère (c’est mon cas) que Sears n’a aucune chance de revenir "normalement" (sans Chapter 11) à bonne fortune, le prix de l’action Sears devrait être = Proba (Chapter 11) * Proba (releases si Chapter 11) * release par action

Proba (Chapter 11) est sans doute proche de 1, sauf si un DIP financing suffisant n’est pas possible.

Proba (releases si Chapter 11) est sans doute proche de 1, si on considère (comme moi) probable que les prêts d’ESL à Sears n’ont pas été totalement réguliers.

Release par action, en revanche, est très compliquée à évaluer…

En tout cas, cela justifie que le prix de l’action Sears ne soit pas égal à 0.

Le problème (3) est étroitement lié aux problèmes (1) et (2) : le versement de releases aux actionnaires dépend à la fois de la possibilité d’un Chapter 11 (DIP financing nécessaire) et de l’irrégularité supposée des prêts d’ESL (qui elle-même pourrait conduire à une reclassification de ces prêts en fonds propres).

Donc ma conclusion perso pour l’investisseur :

- Oui, il est probable qu’il y ait des opportunités sur les actions, options ou obligations Sears, car dans ces situations exceptionnelles le pricing de ces instruments devient très difficile et parfois absurde.

- Mais pour engager ces trades, il faut à la fois (i) une excellente connaissance de ces questions juridiques dans le contexte US et (ii) une excellente connaissance du dossier Sears, notamment une compréhension des actifs disponibles ou non.

Donc ce type de trade est normalement à réserver pour des fonds vautours spécialisés sur ce genre de situations. Un amateur (a fortiori non-US) prend bien évidemment un risque très élevé de perte totale.

Dernière modification par Scipion8 (11/10/2018 03h15)

En ligne

 

#3714 11/10/2018 06h59 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   462 

Scipion8 a écrit :

Les prêts d’ESL à Sears seront-ils reclassifiés en fonds propres ? [..]
Y aura-t-il des compensations libératoires (releases) pour les actionnaires de Sears et quel serait leur montant ?

Cela ressemble grandement aux idées développées par WYCO sur SA il y a une semaine. Il est sans doute toujours plus sympa (respectueux ?) de citer ceux dont on reprend les idées/thèses: seekingalpha.com/article/4209673-octobe … s-holdings

Peut-être avez-vous repris sans vous en rendre compte. Ou peut-être vous avez juste eu les exactes mêmes idées que lui. Je ne suis personnellement pas convaincu qu’une requalification en fonds propres soit probable (ce serait pourtant sans doute une bonne chose si une faillite au niveau de la holding devait intervenir), mais au moins en dette non sécurisée ou dette junior.

Dernière modification par Mevo (11/10/2018 07h26)

Hors ligne

 

#3715 11/10/2018 07h56 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   871 

@Mevo, je vous confirme que mon intervention est fondée sur mes lectures sur Sears et sur les concepts généraux pertinents pour ce genre de situation. Je me suis renseigné sur le mécanisme du DIP financing, que je ne connaissais pas avant cette intervention et qui présente des similarités avec la liquidité d’urgence (ELA, Emergency Liquidity Assistance) fournie si utilement par les banques centrales aux banques solvables en stress de liquidité. Effectivement, pour les points (2) et (3) l’article de Wyco sur SeekingAlpha est très utile, et j’aurais pu en effet le citer.

Comme vous le verrez peut-être en comparant cet article avec mon intervention, j’ai essayé d’y ajouter une perspective globale sur le bilan de Sears et la structure de son financement, et de relier entre eux les différents sujets.

Et ma conclusion sur le point (2) est différente de celle de l’article de Wyco : je considère probable que la reclassification des prêts sécurisés d’ESL en fonds propres ne soit pas particulièrement avantageuse pour les autres créditeurs de Sears, car il me semble bien possible que les actifs ainsi libérés soient nécessaires pour collatéraliser le DIP financing. On aurait ainsi une simple substitution des prêts ESL par le DIP financing, avec les mêmes actifs en garantie. Il me semble probable que les banques discutent avec Lampert d’une conversion volontaire (sans passer par le juge) afin de rendre le DIP financing possible. En revanche, cette conversion se traduira par une (nouvelle) dilution massive des actionnaires (mais on n’est plus à ça près).

Merci donc de ne pas caricaturer mon point de vue en l’assimilant à un autre (même très intéressant, pertinent et sans doute plus expert que le mien), même si votre intervention était sans doute davantage motivée par le souhait de me discréditer comme adepte du copier-coller.

En ligne

 

#3716 11/10/2018 09h03 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   462 

Je dis qu’il aurait été sympa de citer WYCO qui a été le seul à ce que je sache à parler des "requalifications en fonds propres" et surtout des "releases", parce que ce sont ses idées au départ, et vous me faites toute une interprétation digne du club des susceptibles. J’ai juste l’expérience d’avoir eu quelques fois des idées nouvelles qui ont été reprises sans même avoir été cité (pas ici), et c’est pas super agréable, c’est tout. Mais c’est sans doute moi qui ai caricaturé votre propos, c’est clair (j’ai bien précisé que peut-être vous aviez lu et intégré l’idée et ensuite repris sans faire plus attention que ca, ou peut-être vous seriez venu par hasard avec les mêmes idées, ce que vous insinuez finalement, mais passons). Que la gestion de susceptibilité mal placée me fatigue (pas comme si vous n’étiez pas au courant en plus…)

Le message était POUR WYCO, pas CONTRE vous, mais j’ai été idiot de ne pas le voir venir, c’était pourtant évident. Presque autant que la mention à l’ELA dans une réponse wink J’aurais dû me taire. C’est de ma faute, veuillez accepter mes excuses.

Hors ligne

 

#3717 11/10/2018 09h08 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   61 

La faillite devrait être l’endgame, elle a parfois (souvent) même été attendue impatiemment car c’est le moment où l’on sait enfin ce que valent les entités "bankrupcy remote" (et ce que ça veut dire) , où on voit combien valent les cartes qui sont dans les mains de SHLD, etc.
ca risque de prendre du temps, mais je suis impatient de voir la fin de l’histoire. S’il y a une fin.

Hors ligne

 

#3718 11/10/2018 09h41 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   259 

C’est l’endgame si c’est une faillite en chapter 7 (liquidation). Mais on parle d’une chapter 11 (restructuration, tutelle d’un juge ou trustee). Certes les actionnaires sont ceux qui ont la certitude de perdre un maximum.

Hors ligne

 

#3719 11/10/2018 15h18 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   871 

Les dernières nouvelles confirment que si Chapter 11 il y a, il sera douloureux pour Lampert/ESL :

"A group of lenders that includes Bank of America, Citigroup and Wells Fargo is pushing Sears Holdings (NASDAQ:SHLD) hard to liquidate assets under a Chapter 7 bankruptcy, according to The Wall Street Journal. The banks aren’t buying that a reorganization plan pitched by Sears is in their best interest."

J’interprète ça comme le signe que les banques mettent une pression maximale sur Sears pour réduire leur risque sur le DIP financing en cas de Chapter 11 : elles veulent en limiter le montant et obligent donc Sears à dégager des liquidités par la vente d’actifs. Et comme les meilleurs actifs sont a priori mobilisés en garantie pour les prêts d’ESL… Lampert se retrouve devant un choix cornélien :

- Option 1 : Accepter les conditions des banques, éventuellement par la conversion des prêts sécurisés d’ESL en fonds propres ou en dette non sécurisée (ce qui libèrerait des actifs qui pourraient être vendus), ou

- Option 2 : Refuser les demandes des banques et donc :

- Option 2A : Continuer à soutenir la liquidité de Sears par de nouveaux prêts d’ESL (mais pas sûr que Lampert puisse trouver de nouveaux actifs en garantie, et même si c’était le cas, il augmenterait son risque judiciaire), ou

- Option 2B : Liquider immédiatement Sears, mais alors Lampert risque de se retrouver avec de nombreuses et coûteuses procédures judiciaires sur les bras, vraisemblablement sans possibilité de releases pour les autres actionnaires (donc un risque judiciaire accrû).

Dans ce genre de bras de fer les banques gagnent, en général, et je pense que Lampert voudra minimiser son risque judiciaire, donc je parie sur l’Option 1.

EDIT : j’avais mal lu l’info de SeekingAlpha. En fait les banques poussent pour l’Option 2B / Chapter 7, donc elles pensent que l’Option 1 / Chapter 11 n’est pas faisable. La situation semble encore plus grave que ce que je pensais (sauf tactique délibérée des banques pour effrayer tout le monde, bien sûr).

Dernière modification par Scipion8 (11/10/2018 15h24)

En ligne

 

#3720 11/10/2018 15h58 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   95 

Les banques ont prêté en revolver pour $1.3bn et veulent récupérer cette mise coûte que coûte.
Elles savent bien que Lampert va essayer d’enfumer tout le monde encore avec son chapter 11.

Quelle est le creditor rank dans cette histoire?
Banques en 1er OK.
Est-ce que le trust du fonds de pension vient assez haut en séniorité? Le déficit du fonds est de $1.7bn.
Ensuite les taxes avec environ $450m exigibles.

Ca laisse pas grand chose pour Lampert et surtout pour les bondholders.

Edit: ah en fait y a aussi plus de $300m de secured bonds avec des puts ce 15 octobre.

Donc les banques se dépêchent d’envoyer Sears en faillite avant que les puts ne puissent être activés!

Dernière modification par kiwijuice (11/10/2018 16h01)

Hors ligne

 

#3721 15/10/2018 08h05 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   57 

Sears a déposé un filing sous Chapter 11 aujourd’hui. J’ai vu un articl disant qu’ils avaient de 0.86 à 8.6 bn$ d’actifs pour 10-50 bn$ de liabilities, mais n’ai pas trouvé de site gratuit permettant d’accéder aux documents proprement dits.

Case Title    Court    Case No    Chp    Date Filedsort icon    Closed    Disposition
Sears, Roebuck and Co.    New York Southern    7:18-bk-23537    11    10/15/2018       
Sears Holdings Corporation    New York Southern    7:18-bk-23538    11    10/15/2018

Hors ligne

 

#3722 15/10/2018 09h05 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   87 

Hors ligne

 

#3723 15/10/2018 10h02 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   871 

300 millions $ de DIP financing ça ne semble pas beaucoup (au rythme actuel, un trimestre de cash-burn ?).

Perso je pense que l’arrangement annoncé confirme que les banques qui ont accordé ces 300 millions $ de DIP financing ont utilisé la menace de la liquidation immédiate pour réduire leur risque et pour obliger Lampert à aussi mettre des billes :

- Les 300 millions $ de DIP financing accordés par les banques sont (bien sûr) senior et surtout sécurisés par des actifs (ça serait intéressant de savoir lesquels, avec quelles valorisations et quelles décotes, etc. mais comme d’habitude je pense que ces informations importantes pour les autres créanciers et pour les actionnaires ne seront pas publiées).

- ESL va normalement accorder 300 millions $ supplémentaires de DIP financing, mais cette fois-ci subordonnée et (d’après ma compréhension) non sécurisée (contrairement aux précédents prêts d’ESL). Nul doute que Lampert ne fait pas ceci de gaîté de coeur mais sous la pression des banques.

Pour ceux qui veulent suivre la saga, il y a désormais un site internet dédié à la restructuration.

Dernière modification par Scipion8 (15/10/2018 10h03)

En ligne

 

#3724 15/10/2018 10h10 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   72 

Eddie Lampert a écrit :

"Everything I have done as an investor in Sears Holdings has been with the goal of helping the company and its people succeed"

source : wsj

J’ai l’impression qu’E.Lampert se rend (enfin) compte que c’est son comportement d’investisseur, totalement opposé à une attitude d’entrepreneur, qui a mené la compagnie à la ruine.

Hors ligne

 

#3725 15/10/2018 10h40 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

On sait ce que cela veut dire pour les obligations dues aujourd’hui ? (que je n’ai pas achetées finalement)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech