Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#3101 12/04/2017 18h21 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   382 

JL, il vaut mieux toujours essayer de décomposer la valeur de l’option en valeur intrinsèque et valeur temps:
A $10,30, si vous avez payé des CALL 10 à $3,30, vous avez payé $0,30 de valeur intrinsèque et $3 de valeur temps.
A $13,30 pour $4,10, vous avez $3,30 de valeur intrinsèque pour $0,80 de valeur temps.

La valeur intrinsèque dépend strictement du cours du sous-jacent, c’est très simple de ce coté. La question qui se pose est pourquoi la valeur temps a baissé de $3 à $0,80. Les meilleures pistes sont sans doute les suivantes:
- Du temps a passé
- L’option est plus "dans la monnaie"
- La volatilité et les anticipation ont pu changer
- Mais également le point que vous connaissez bien: Le coût de location. Autant il vient gonfler les puts, autant il a tendance à diminuer les calls: Vous êtes un market maker, vous vendez le call que JL achète tout en vous couvrant en achetant du sous-jacent (ce qu’on appelle construire une position "delta neutral"), vous avez la possibilité de louer les titres couvrant la position et d’encaisser le coût de location. Plus il est élevé (plus de 100% actuellement), plus vous êtes enclin à vendre un call peu cher, surtout lorsqu’il est dans la monnaie (ce qui vous couvre totalement de toute baisse jusqu’au strike).

Regardez un call 2019 strike 8, la valeur temps est carrément à zéro (il y a un assez gros spread au niveau du bid-ask, mais il y a eu une transaction à $5,40 cet après-midi)

Comme vous le savez, le coût de location a sérieusement grimpé depuis, et c’est sans doute la portion d’explication qui vous faisait défaut dans la compréhension. (EDIT: à laquelle vous n’avez pas pensé, je veux dire)

Dernière modification par Mevo (12/04/2017 18h32)

Hors ligne

 

#3102 13/04/2017 10h15 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   170 

Au-delà des éléments logiques de type Black & Scholes, J’ai surtout l’impression que les calls ne sont vraiment pas chers aujourd’hui (le coût exorbitant du short en est effectivement sûrement la cause principale).

Sur un 10 $ janvier 2019, on n’a effectivement quasi plus de valeur temps. Sur un 8 $ il n’y en a plus du tout.

J’avais pris des calls quand SHLD était descendu, une première fois à 8$, une seconde fois à 6$.

Je me posais la question de prendre la plus-value sur ceux-ci et de conserver mes SHLD en parallèle.

Mais en fait au vu des éléments décrits ci-dessus et de cette absence de valeur temps sur des calls légèrement dans la monnaie échéance 21 mois, ce n’est effectivement pas les calls qu’il faut vendre :

- Soit on veut alléger la position, et c’est SHLD le sous-jacent qu’il faut vendre et conserver les calls. Pour une exposition  à la hausse divisée par 2 par exemple, on a une expo à la baisse divisée par beaucoup +.

- Soit on veut maintenir la position, et l’arbitrage sous-jacents vers des calls sans valeur temps permet de garder la même exposition à la hausse tout la limitant à la baisse (jusqu’à 8 $ ou 10 $ selon le call choisi, respectivement selon qu’on veut payer strictement zéro de valeur de temps ou qu’on est prêt à en payer un chouia).

À moins que vous voyez une erreur dans mon raisonnement ?

PS : avec toujours un petit doute sur quid des calls en cas de spinoff par droits (mais bon, pourraient-ils le faire aujourd’hui  même s’ils le voulaient ?)

Dernière modification par julien (13/04/2017 16h11)

Hors ligne

 

#3103 13/04/2017 11h19 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   84 

Si vous ne pratiquez pas la location de vos titres, IMO, les Calls sont plus intéressant dans votre situation car vous limitez votre risque de perte en capital.

Hors ligne

 

#3104 13/04/2017 15h26 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1335 

Voici le raisonnement que je fais, pour évaluer la valeur des options SHLD, en tenant compte du taux très élevé de prêt de titres :

1) La valeur d’une option est généralement évaluée, par exemple avec une formule de type Black & Sholes, sur la base de la la "volatilité du titre" et de la "durée de l’option" (qui déterminent la valeur temps) et de la "valeur du titre".

2) Dans le cas de SHLD, la "valeur du titre" à prendre en compte n’est pas vraiment la valeur actuelle du titre (13.35€ actuellement), mais plutôt la valeur future du titre anticipée par le marché, déterminée par la valeur actuelle et par le taux de prêt des titres. Elle est significativement inférieure à la valeur actuelle (ce qui donne l’impression que les calls sont peu chers, et les put très chers) car le taux de prêt est élevé. Lorsque le taux de prêt des titres est faible (pour BRK B par exemple), la valeur future est proche de la valeur actuelle.

Ainsi, acheter un call et vendre un put avec le même strike et la même échéance revient à acheter 100 actions à un prix déterminé ("strike + call -put") à une date future déterminée (et, pour être exact : en acceptant de porter une trésorerie égale à "put - call" d’ici là). Ainsi, il est possible d’acheter vers 12.4$ le 19/05/2017, ou pour un peu moins de 10$ le 19/01/2018, cette action qui cote aujourd’hui 13.35$. (Et, chez IB, l’impact sur la marge semble assez proche dans les 2 cas) 

Ceci permet, à ceux qui ne souhaitent être long, et ne sont pas en mesure de prêter leurs titres, de tirer avantage du taux actuel très élevé de prêt des titres, pour abaisser leur PRU sur SHLD. Je suis dans ce cas et j’ai arbitré ma position longue SHLD vers des "call - put".

Exemple : Je viens d’acheter 1 call et de vendre un put 13$ échéance 19mai2017, pour 1.06$et 1.85$/titre. J’encaisse donc 79$ (en fait 77$ après frais), et le 19 mai j’achèterai 100 SHLD à 13$. Ces titres me coutent donc 12.23$ (après frais) alors que SHLD cote 13.35$ à l’ouverture. En achetant à 13.35$ et en prêtant les titres jusqu’au 19 mai, ça serait en gros revenu au même.

Attention cependant : les spreads sur les options semblent assez élevés, et le marché en est étroit et pas toujours très efficient.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#3105 13/04/2017 16h22 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   170 

Si on ne veut pas changer l’exposition sur SHLD, il y a 2 façons d’en profiter :

  - 1. Celle que vous exposez GBL : Arbitrage actions vers achat call + vente put même strike. Avantage : le PRU diminue. Inconvénient : on conserve la même exposition à la baisse.

  - 2. Celle dont je parlais plus haut. Arbitrage actions vers achat de call à valeur temps nulle (ou quasi-nulle). Inconvénient : Maintien du PRU sans baisse de celui-ci. Avantage : exposition à la hausse maintenue pour une exposition à la baisse significativement réduite.

Je suis plutôt parti sur la 2 pour ma part.

Il reste néanmoins les questions fiscales, avec une fiscalité potentiellement moins favorable sur les options si ça monte encore^^.

Dernière modification par julien (13/04/2017 18h02)

Hors ligne

 

#3106 13/04/2017 16h59 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   138 

Petite interrogation de ma part sur les calls à valeur temps nulle.

On comprend bien que ces calls sont avantageux par rapport au titre nu dans le cas où l’ont ne peut pas ou l’on veut pas louer ses titres.

En conséquence, le prix des calls baissent en s’ajustant des revenus potentiels de la location du titre nu.

Mais un call ne peut pas baisser en dessous d’un prix qui inclut une valeur temps nulle. Sinon le call est acheté et directement exercé.

Si le prix de la location des titres est particulièrement élevé, on peut penser que mathématiquement il y a une limite à la "l intégration" de ce prix dans la valeur des calls, puisque la valeur temps ne peut pas être négative (sinon l’option est achetée et exercée directement).

Or en pratique, il faudrait que cette valeur temps le soit pour bien refléter un prix de location élevé.
Ce cas de figure est cependant possible pour des options de type européen mais pas avec le type américain.

Exemple 1 : Prix de location : 100%  Prix du sous jacent 10€, Prix d’un call strike 5 2019 à 5€.
Exemple 2 : Prix de location : 300%  Prix du sous jacent 10€, Prix d’un call strike 5 2019 à … 5€.

Edit : A noter aussi qu’il vaut mieux acheter un call à valeur temps nulle avec un strike le plus près possible du prix du sous jacent
Exemple 3 : Sous jacent : 10€, strike 9€ prix 1€
Exemple 4 : Sous jacent : 10€, strike 2€ prix 8€

L’exemple 3 semble 8 fois plus avantageux que le 4. Finalement, avec ce type d’exemple, on peut intégrer le prix des call de type américain en fonction du prix de la location dans une certaine mesure.

Plus le prix de la location est élevé, plus les calls à valeur temps nulle disponibles sur le marché seront proche de l’exemple 3 (que du 4).

Edit 2 réponse à GBL : Précision utile pour qui se lancerait dans des calculs de certitudes. En effet, le taux de prêt au marché est au jour le jour sur IB.

Mais, attention, il s’agit la d’une réflexion théorique, et dans l’absolue, vous pouvez selon un accord de gré à gré vous faire prêter des titres pendant une durée X, à un taux X. Rien ne vous oblige à vous faire prêter des titres sur le marché spot.

D’ailleurs, comme on l’a souvent rappeler ici, le taux spot est un multiple du prix du sous jacent, hors celui ci évolue de jour en jour smile

Dernière modification par AleaJactaEst (13/04/2017 17h41)

Hors ligne

 

#3107 13/04/2017 17h34 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1335 

Attention : le prix de location affiché est juste le prix de la location pour 1 jour (aujourd’hui) multiplié par 365 (ça n’a pas l’air de faire des intérêts composés). Le prix de la location pour les jours suivants, encore plus les mois et trimestres suivants, peut changer (diminuer en particulier) et une anticipation sur ce prix est prise en compte quand la "valeur temps" sur plusieurs mois est évaluée (et intégrée dans le cours des options).


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#3108 13/04/2017 17h56 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   214 

Je ne comprends pas comment le valeur temps d’une option à échéance UN AN ET DEMI peut avoir une valeur temps nulle.

Est ce une anomalie de marché ? Qui veut vendre des calls sans être payé par la valeur temps liée à l’engagement pris?


La finance est l'art de faire passer l'argent de mains en mains jusqu'à ce qu'il ait disparu.Robert W. Sarnoff

Hors ligne

 

#3109 13/04/2017 18h02 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   138 

Si vous êtes persuadé que Sears va faire faillite dans 6 mois, vous me vendriez pas un call à valeur temps nulle par hasard ? (échéance en 2019).

D’autant plus que vous ne pouvez pas shorter le titre car personne ne vous en prête.

MV est ce que vous préféreriez devoir payer 2 ans de location à des prix proches de 100% ou prendre le risque de perdre de l’argent en vous faisant exécuter si le sous-jacent monte, mais en ne payant aucun intérêt et potentiellement en empochant la prime sans jamais me livré le sous-jacent.

J’ai pas la réponse, mais visiblement, certains préfèrent tenter l’option 2.

Dernière modification par AleaJactaEst (13/04/2017 18h33)

Hors ligne

 

#3110 13/04/2017 18h28 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   60 

@GBL : Pourquoi ne pouvez-vous pas prêter vos titres ?

Dernière modification par Lazard (13/04/2017 18h28)

Hors ligne

 

#3111 13/04/2017 18h51 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1335 

Il y a bien une "valeur temps". Relisez le point 2) du message #3104.

Je ne peux pas  être rémunéré pour prêter mes titres car j’emprunte du cash à IB (j’utilise la marge).


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#3112 13/04/2017 19h21 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   170 

Votre conceptualisation GBL, même si elle peut sembler logique quand on la lit comme ça, me semble justement un peu trop conceptualisée. Il n’est à mon sens pas totalement pertinent de parler de "valeur future anticipée par le marché".
Est-ce que le taux de prêt des titres est directement et uniquement lié à la valeur anticipée par le marché (et pas aussi au flottant réduit par exemple) ?

Ne compliquons pas ce qui ne doit pas l’être : si le call 10 $ vaut 3$, il y a 3$ de valeur intrinsèque et zéro de valeur temps.

La valeur temps est la combinaison de la volatilité, du taux d’intérêt sans risque jusqu’à l’échéance (paramètres qui augmentent sa valeur, c’est le cas général de toute option). Et elle est ici diminuée et même annihilée par les revenus associés à la couverture en delta hedge (revenus perçus grâce à la location des titres, c’est le cas particulier ici avec le taux exorbitant de location des titres qui fait que ce montant est significatif)

Dernière modification par julien (13/04/2017 19h27)

Hors ligne

 

#3113 13/04/2017 20h02 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   60 

@GBL :

Je ne comprends pas le lien. Ces derniers mois, j’ai utilisé de la marge (modérément cependant) et j’ai également reçu de l’argent issu du programme IB.

Pouvez-vous m’expliquer ?

Dernière modification par Lazard (13/04/2017 20h03)

Hors ligne

 

#3114 13/04/2017 20h11 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1335 

J’utilise sans doute la marge beaucoup plus que vous (j’ai des "intérêts courus" chaque mois), et j’ai constaté qu’IB ne rémunérait jamais le prêt de mes titres, bien que je pense avoir fait le nécessaire pour les prêter.

J’ai compris ce qui se passait en lisant les messages (sur ce forum, sans doute sur la file sur IB) expliquant qu’il fallait avoir "complètement payé" les titres pour être rémunéré pour leur prêt. (Le calcul associé est un peu complexe, mais ceux qui utilisent largement la marge n’ont en fait presque jamais "complètement payé" leurs titres)


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#3115 22/04/2017 08h40 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   166 

Hors ligne

 

#3116 26/04/2017 16h50 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   43 

Comme manipulation dur de faire mieux… Je sais je n’ai pas de preuve , seulement la vue d’une balloune gonflée a l’hélium qui se dégonfle rapidement….


La fidélité est souhaitable en amour , mais elle est une tare sur les marchés.

Hors ligne

 

#3117 25/05/2017 15h09 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Petite nouvelle sur l’action Sears :

Premier bénéfice trimestriel en près de 2 ans, Actualité des sociétés - Investir-Les Echos Bourse

Investir a écrit :

Le bénéfice a été gonflé par la vente en mars à Stanley Black & Decker de la marque d’outillage Craftsman pour 525 millions de dollars.
Hors exceptionnels, Sears a enregistré une perte nette de 2,15 dollars par action.

Dernière modification par laux (25/05/2017 15h11)

Hors ligne

 

#3118 25/05/2017 15h49 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1712 

Hors la vente des bijoux de famille, encore une énième perte.

Et le reste est aussi très mauvais :

Comparable sales fell 12.4% in the U.S. during the quarter.

Gross margin rate fell 20 bps to 21.6% of sales.

SG&A expenses increased 160 bps to 29.5% of sales.

Et pourtant on fait +20% (après certes être pas mal redescendu).

Dès fois j’ai bien du mal à comprendre les marchés boursiers…

Hors ligne

 

#3119 25/05/2017 16h14 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   43 

Effectivement trés dur a comprendre , le seul avantage étant que ça permet aux petits actionnaires actuels de liquider et aux shorters de redoubler d’ardeur.

45 minutes que la bourse est ouverte et on a déjà atteint le volume journalier normal, c’est exeptionnel.


La fidélité est souhaitable en amour , mais elle est une tare sur les marchés.

Hors ligne

 

#3120 13/06/2017 15h19 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   140 

Pendant ce temps au Canada ….

Communiqués de presse publiés : jun 13, 2017 (8:22 HAE) a écrit :

Afin de consulter ce communiqué en ligne et obtenir de plus amples renseignements concernant Sears Canada, veuillez visiter : Sears Canada annonce ses résultats du premier trimestre de 2017 - Jun 13, 2017

Sears Canada annonce ses résultats du premier trimestre de 2017

- La Société fait aussi le point sur sa santé financière.

TORONTO, le 13 juin 2017 /CNW/ - Sears Canada Inc. (TSX : SCC; NASDAQ : SRSC) a annoncé aujourd’hui les résultats financiers du premier trimestre de l’exercice 20171.

Produits. Les produits se sont élevés à 505,5 M$ au premier trimestre, soit une baisse de 15,2 % par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent. La différence entre cette baisse et l’augmentation des ventes des magasins comparables de 2,9 % tient essentiellement à la baisse des produits du commerce en direct découlant 1) d’une importante réduction prévue du nombre de catalogues par rapport à l’exercice précédent par suite d’une baisse de la demande, 2) de l’absence de certains produits sur le nouveau site Web au cours de la période, tandis que la technologie d’arrière-plan en matière de logistique était en cours de développement et 3) d’une réduction prévue du nombre de comptoirs de ramassage des articles en vue de réduire les coûts.

Ventes des magasins comparables. Les ventes des magasins comparables ont augmenté de 2,9 % au premier trimestre par rapport à celles du trimestre correspondant de l’exercice précédent.

Marge brute. Le taux de la marge brute s’est établi à 22,6 % au premier trimestre, comparativement à 28,2 % pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent, soit une baisse de 560 points de base. La baisse s’explique principalement par une augmentation des activités de liquidation dans les magasins en raison d’une réduction du nombre de magasins de liquidation, d’une hausse des marques supprimées, des retards dans la réception de marchandises et du réaménagement de magasins, ainsi que par une meilleure concordance des prix ordinaires avec le marché et les préférences des clients, et une hausse des articles de tous les jours vendus à prix abordables.

RAIIA ajusté. Le RAIIA ajusté correspond à une perte de 133,9 M$ au premier trimestre, comparativement à une perte de 75,4 M$ pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Le RAIIA ajusté est une mesure non définie par les IFRS.

Résultat net. La perte nette enregistrée pour le premier trimestre s’est chiffrée à 144,4 M$, ou 1,42 $ par action, comparativement à une perte nette de 63,6 M$, ou 62 cents par action, pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Un profit sur les transactions de cession-bail de 40,6 M$ était compris au premier trimestre de l’exercice précédent. Pour voir la liste des autres charges non récurrentes des premiers trimestres des exercices 2017 et 2016, veuillez vous reporter au tableau « Rapprochement de la perte nette et du RAIIA ajusté » inclus dans le présent communiqué.

Situation de trésorerie et liquidités. À la fin du premier trimestre, Sears Canada disposait d’un montant en trésorerie de 164,4 M$, comparativement à 235,8 M$ à la fin du quatrième trimestre de l’exercice précédent. La situation de trésorerie actuelle comprend un montant de 125,0 M$ (avant les frais de transaction) provenant de la première tranche de l’emprunt à terme d’un montant maximal de 300,0 M$ précédemment annoncé et un montant de 57,0 M$ correspondant au produit net de transactions immobilières conclues au cours du premier trimestre de l’exercice considéré. Le 5 juin 2017, la Société a prélevé une somme de 33,0 M$ en vertu de sa facilité de crédit renouvelable existante, ce qui correspondait à la somme maximale pouvant être prélevée en vertu de cette facilité à cette date. Veuillez vous reporter à la section Mise à jour financière présentée ci-dessous.
___________________________
1 Les premiers trimestres de 2017 et de 2016 couvrent les périodes de 13 semaines closes le 29 avril 2017 et le 30 avril 2016, respectivement. L’exercice 2017 couvre la période de 53 semaines se clôturant le 3 février 2018 et l’exercice 2016 couvre la période de 52 semaines close le 28 janvier 2017.
Principaux points saillants liés à l’exploitation du premier trimestre de 2017

Sears 2.0. Sears Canada a continué de mettre l’accent sur son nouveau concept, et dix autres magasins devraient être achevés entre juin et août 2017. D’ici la fin de l’exercice 2017, Sears comptera 14 magasins aménagés selon le nouveau concept, dont les quatre magasins lancés en 2016, pour servir ses clients.

Initium. La Société continue de mettre à jour des éléments de sa nouvelle plateforme technologique qui, au fil du temps, remplacera ses systèmes traditionnels coûteux. Ce perfectionnement continu d’Initium constitue une composante clé de l’engagement de la Société à améliorer l’expérience client, et avait pour objectif de permettre à la Société de répondre aux besoins des clients au moyen de solutions numériques et de faire concurrence aux détaillants les plus à l’avant-garde et novateurs d’aujourd’hui.

Transactions immobilières. Comme il a été précédemment annoncé, Sears Canada a conclu une transaction au cours du premier trimestre de 2017, contre un produit de 50,0 M$, pour son centre logistique situé dans l’arrondissement Saint-Laurent, au Québec. En outre, une transaction contre un produit de 7,0 M$ s’est aussi conclue au cours du premier trimestre.

The Cut @ Sears et la marque Sears. Au premier trimestre, deux stratégies de commercialisation clés ont été lancées à l’échelle nationale, en magasin et en ligne : The Cut @ Sears, qui offre des aubaines exceptionnelles sur des grandes marques de vêtements et d’articles de décoration, et la marque Sears, qui regroupe les marques maison de la Société dans les catégories des vêtements et des accessoires pour la maison en une seule marque offrant à la fois grande qualité et prix abordables.
Mise à jour financière
La Société demeure aux prises avec un contexte très difficile, des pertes d’exploitation récurrentes et des flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation négatifs au cours des cinq derniers exercices, et elle affiche des pertes nettes depuis 2014.

Même si les projets de la Société semblent porter leurs fruits à court terme, notamment en ce qui concerne les ventes des magasins comparables, la capacité de la Société à poursuivre son exploitation dépend de sa capacité à obtenir d’autres sources de liquidités afin de mettre en œuvre son plan d’affaires. Selon l’évaluation actuelle de la direction, la trésorerie et les flux de trésorerie prévus liés aux activités d’exploitation ne seront probablement pas suffisants pour acquitter les obligations qui deviendront exigibles au cours des 12 prochains mois. Afin de répondre à ses besoins en matière de liquidités additionnelles, la Société avait prévu être en mesure d’emprunter une somme additionnelle maximale de 175,0 M$ (avant les frais de transaction), garantie par ses biens immobiliers détenus et loués, à même la seconde tranche de son emprunt à terme existant. D’après l’état actuel des négociations avec les prêteurs, la somme que la Société prévoit emprunter aux termes de la seconde tranche a été réduite à un montant maximal de 109,0 M$ (avant les frais de transaction). Ce facteur, conjugué à l’impossibilité de trouver d’autres sources de liquidités (au moyen de la monétisation de biens immobiliers, de la vente d’actifs ou autres), qui pourraient ne pas être accessibles en temps utile, signalent des incertitudes importantes en ce qui a trait à la capacité de la Société à continuer de s’acquitter de ses obligations et à mettre en œuvre son plan d’affaires dans le cours normal de ses activités. Par conséquent, de telles conditions jettent un doute important sur la capacité de la Société à poursuivre son exploitation.

Comme il a été précédemment annoncé, la Société travaille à sa transformation et à la réinvention de sa marque. La Société estime qu’elle a réalisé d’importants progrès au cours de la dernière année en vue de regagner la confiance des consommateurs canadiens, comme en témoigne la hausse des ventes des magasins comparables. La Société a récemment entamé un processus visant à régler son problème de liquidité, ainsi qu’à trouver et à structurer des solutions financières et des stratégies de rechange pour continuer à financer ses activités, préserver et consolider sa marque et poursuivre sa réinvention. Une restructuration financière ou la vente de la Société pourraient faire partie de ces solutions de rechange. Un comité spécial du conseil d’administration, composé d’administrateurs indépendants, a été formé afin d’aider le conseil d’administration dans le cadre de ce processus. La Société sera accompagnée dans ce processus par BMO Marchés des capitaux et par Osler, Hoskin & Harcourt S.E.N.C.R.L./s.r.l. dont elle a retenu les services de conseiller financier et de conseiller juridique, respectivement.

Report de l’assemblée annuelle et démission d’un administrateur
À la lumière de ces faits nouveaux, la Société a convenu de reporter son assemblée annuelle des actionnaires de 2017, qui devait avoir lieu le 14 juin 2017, à une date qui reste à déterminer, et dont les détails seront annoncés lorsqu’ils auront été décidés. Par suite de ce report, Jeffrey Stollenwerck, qui ne présentait pas sa candidature en vue d’être réélu en tant qu’administrateur à l’occasion de l’assemblée annuelle, a démissionné de son poste d’administrateur avec prise d’effet aujourd’hui.

Ca sent le roussi, au delà des précautions d’usage que doivent avoir imposé les CAC, le message global n’est pas à l’autosatisfaction loin de là.

On notera pourtant que certains efforts ont été fait :
- Sears 2.0 : Le concept avait l’air pertinent
- Progres sur l’IT
- Rebranding avec nouveau logo etc…

Mais bon le mur s’approche.

Hors ligne

 

#3121 13/06/2017 15h27 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1712 

Effectivement, pour dire les choses plus simplement, Sears Canada est au bord de la faillite :

Sears Canada a écrit :

Afin de répondre à ses besoins en matière de liquidités additionnelles, la Société avait prévu être en mesure d’emprunter une somme additionnelle maximale de 175,0 M$ (avant les frais de transaction), garantie par ses biens immobiliers détenus et loués, à même la seconde tranche de son emprunt à terme existant. D’après l’état actuel des négociations avec les prêteurs, la somme que la Société prévoit emprunter aux termes de la seconde tranche a été réduite à un montant maximal de 109,0 M$ (avant les frais de transaction).

Ce facteur, conjugué à l’impossibilité de trouver d’autres sources de liquidités (au moyen de la monétisation de biens immobiliers, de la vente d’actifs ou autres), qui pourraient ne pas être accessibles en temps utile, signalent des incertitudes importantes en ce qui a trait à la capacité de la Société à continuer de s’acquitter de ses obligations et à mettre en œuvre son plan d’affaires dans le cours normal de ses activités.

Et envisage son rachat par un tiers :

Sears Canada a écrit :

La Société a récemment entamé un processus visant à régler son problème de liquidité, ainsi qu’à trouver et à structurer des solutions financières et des stratégies de rechange pour continuer à financer ses activités, préserver et consolider sa marque et poursuivre sa réinvention. Une restructuration financière ou la vente de la Société pourraient faire partie de ces solutions de rechange.

Hors ligne

 

#3122 13/06/2017 15h36 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   140 

Après avoir vendu 9$ aux actionnaires de SHLD les actions SCC. Lampert pourrait envisager de le faire reprendre par SHLD car le prix actuel est à 0.411 (-52% à l’heure / hier).

En tant que bon financier ca pourrait être un bon deal smile.

La capitalisation boursière est de 41,37 M$.

A 9$ Thomz indiquait que c’était payé 0.5$ pour 1$. En somme l’affaire du siècle au cours d’aujourd’hui.

Hors ligne

 

#3123 13/06/2017 15h51 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   43 

Coté Canada , il est assez dur d’imaginer qui pourrait s’en interesser , HBC son compétiteur au Canada vient de sabrer 2000 emplois pour des raisons economiques..

Coté USA ils annoncent une bonne nouvelle , ce qui va retarder la fin inexorable

Sears Holdings Provides Strategic Restructuring Update

2017-06-13 08:17 ET - News Release

Announces incremental actions to streamline its operations and deliver cost savings
On track to achieve $1.25 billion in annualized cost savings in 2017

HOFFMAN ESTATES, Ill., June 13, 2017 /PRNewswire/ -- Sears Holdings Corporation ("Holdings," "we," "us," "our," or the "Company") (NASDAQ: SHLD) today announced important actions related to its previously disclosed strategic restructuring program, which is designed to deliver $1.25 billion in annualized cost reductions. These actions include the elimination of approximately 400 full-time positions at our corporate offices and support functions globally, in addition to certain positions at our field operations as well as the store closures we initiated last week. Combined with the restructuring actions announced since the beginning of the fiscal year, Sears Holdings has actioned nearly $1.0 billion in annualized cost savings to date and is on track to deliver $1.25 billion in annualized savings through actions taken in fiscal year 2017. The Company will continue to take all necessary action to drive improvements in our organization to achieve our profitability objective with a greater focus on Best Members, Best Categories and Best Stores.

"We are making progress with the fundamental restructuring of our operations that we initiated in February," said Edward S. Lampert, Chairman and Chief Executive Officer of Sears Holdings. "We remain focused on realigning our business model in an evolving and highly competitive retail environment. This requires us to optimize our store footprint and operate as a leaner and simpler organization."

Organizational Restructuring

As part of the Company’s ongoing efforts to simplify its organizational structure and enabling greater consolidation of the Sears and Kmart corporate and support functions, approximately 400 full-time positions at our corporate offices and support functions will be eliminated. The majority of these positions are related to the corporate workforce at Sears Holdings’ headquarters in Hoffman Estates. In addition, certain positions at our field operations will be impacted by these restructuring actions. While the total number of people who are directly affected represents a small fraction of our total headcount, we are conscious of the impact on individual employees. We are providing eligible associates severance compensation and transition assistance. As part of the organizational restructuring, the company first eliminated open positions and reduced contract employees in an effort to minimize the impact on full-time employees. 

Transformation Progress to Date

Today’s announcement is in addition to the significant actions the Company has already taken. Since the beginning of the calendar year 2017, we have taken decisive steps to improve our operational performance, enhance our financial flexibility and drive our strategic transformation, including:

Significant progress on our strategic $1.25 billion restructuring program, with nearly $1.0 billion in annualized cost savings already actioned to date, including the actions announced today;
Paydown of approximately $418 million of term loans outstanding under our revolving credit facility and extension of the maturity of $400 million of our $500 million 2016 Secured Loan Facility up to twelve months;
Entered into an agreement with Metropolitan Life Insurance Company ("MLIC") to annuitize $515 million of pension liability to reduce the overall size of the Company’s pension plan, future cost volatility and plan administrative expenses;
Monetization of certain real estate properties that generated over $200 million in proceeds;
Continued growth of our Shop Your Way ecosystem through strategic partnerships and value offerings, including recently announced partnerships with Citi and Time Inc.
Path Forward

We will continue to take all necessary action to drive improvements in our organization to achieve our profitability objective with a greater focus on Best Members, Best Categories, Best Stores strategy. Going forward, we will focus our investments to drive the growth of our valuable assets, such as our Shop Your Way platform; our Kenmore, Craftsman at Sears and DieHard brands; the nation’s largest product repair services provider, Sears Home Services; and Sears Auto Centers, a leading provider of automotive maintenance and repair services and parts. In addition, we continue to evaluate strategic options across our portfolio to unlock value from our assets through partnerships, joint ventures or other means.

Forward-Looking Statements
This press release contains forward-looking statements intended to qualify for the safe harbor from liability established by the Private Securities Litigation Reform Act of 1995, including, but not limited to, statements about our liquidity, our ability to achieve our cost-savings and profitability objectives, our ability to successfully achieve our plans to generate liquidity through monetization of our real estate, additional debt financing actions, asset securitizations or other potential transactions or otherwise, our intention to explore potential partnerships or other transactions involving our Kenmore and DieHard brands and our Sears Home Services and Sears Auto Centers businesses, the impact of the agreement with MLIC, and other statements that describe the Company’s plans. Whenever used, words such as "will," "expect," and other terms of similar meaning are intended to identify such forward-looking statements. Forward-looking statements, including these, are based on the current beliefs and expectations of our management and are subject to significant risks, assumptions and uncertainties, many of which are beyond the Company’s control, that may cause our actual results, performance or achievements to be materially different from any future results, performance or achievements expressed or implied by these forward-looking statements. Detailed descriptions of risks, uncertainties and factors relating to Sears Holdings are discussed in our most recent Annual Report on Form 10-K and other filings with the Securities and Exchange Commission. While we believe that our forecasts and assumptions are reasonable, we caution that actual results may differ materially. We intend the forward-looking statements to speak only as of the time made and do not undertake to update or revise them as more information becomes available, except as required by law.

About Sears Holdings Corporation

Sears Holdings Corporation (NASDAQ: SHLD) is a leading integrated retailer focused on seamlessly connecting the digital and physical shopping experiences to serve our members - wherever, whenever and however they want to shop. Sears Holdings is home to Shop Your Way, a social shopping platform offering members rewards for shopping at Sears and Kmart, as well as with other retail partners across categories important to them. The Company operates through its subsidiaries, including Sears, Roebuck and Co. and Kmart Corporation, with full-line and specialty retail stores across the United States. For more information, visit searsholdings.com.

NEWS MEDIA CONTACT:
Sears Holdings Public Relations
(847) 286-8371



To view the original version on PR Newswire, visit:http://www.prnewswire.com/news-releases/sears-holdings-provides-strategic-restructuring-update-300473018.html

SOURCE Sears Holdings Corporation

© 2017 Canjex Publishing Ltd. All rights reserved.


La fidélité est souhaitable en amour , mais elle est une tare sur les marchés.

Hors ligne

 

#3124 15/06/2017 22h17 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   43 

Article sur le journal la presse recemment

COMMERCE DE DÉTAIL
SEARS CANADA AU BORD DU GOUFFRE

Seul un « miracle » peut sauver Sears - La Presse+

Un autre problème est que ça va affecter les REITS propriétaires de centres d’achat, ceux ci ne sont même pas remis du départ de Target  (en particulier Cominar)

Quand a Sears USA la aussi c’est une question de temps avant que ce soit  une valeur de zéro.


La fidélité est souhaitable en amour , mais elle est une tare sur les marchés.

Hors ligne

 

#3125 19/06/2017 16h09 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   166 

Une interview de Berkowitz (en anglais cependant), ça ne parle pas spécifiquement que de SHLD mais je ne savais pas trop où la partager.
La partie SHLD se passe à peu près entre 10:30 et 25:00.

Edit : A 13:30, il estime une valeur de 90-100$ pour les actifs SHLD : KCD, RE, Insurance, Home Services etc. J’imagine que ce sont les actifs tangibles vs SYW qui est intangible.
On est passé de 250$ au moment où il a commencé à y investir, puis 150€ début 2016 et maintenant 90-100$.
Pour le moment, c’est plus la valeur estimée qui rejoint le prix de l’action que l’inverse.

On verra si ShopYourWay était une stratégie pertinente. L’idée est bonne mais opérationnellement parlant, ça reste à démontrer.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Zera (19/06/2017 16h38)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech