Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#3026 01/03/2017 01h05 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Euh, oui, enfin c’est surtout que beaucoup ici ont investi plusieurs mois d’épargne voire plusieurs années et que ça leur reste un peu en travers de la gorge.
Donc jusqu’à ce que la situation se débloque, on aura toujours des commentaires, ironiques, désespérés, annonçant la fin du monde, des impressions, des sentiments, l’influence de la météo sur le cours de bourse, des commentaires techniques ou factuels.


L'argent ne fait pas le bonheur des pauvres

Hors ligne

 

#3027 07/03/2017 00h18 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Pour les prêts de titres, le taux qui nous est versé vient de dépasser les 50% (50,73% au 02/03)
Ca coûte donc la bagatelle de 101,46% aux shorters !

Il y a eu un bond surprenant de 41% à 95% entre le 26/02 et le 27/02 (à comparer à l’évolution du volume de shorts au 28/02 quand il sera connu).  Bizarre…

Hors ligne

 

#3028 07/03/2017 00h58 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   36 

Je croirais qu’il y a plusieurs catégories de shorters et que seul les petits empruntent chez IB,
ceux ci shortent a court terme  (de quelques minutes a quelques jours) , il faut donc relativiser le 100% annuel.

Les gros shorters empruntent a des fonds a des taux nettement meilleurs  (echange de bons procédés entre mainteneurs de marché et divers fonds). Une immense manipulation…..qui fait qu’on est trés loin d’un short squeeze.


La fidélité est souhaitable en amour , mais elle est une tare sur les marchés.

Hors ligne

 

#3029 07/03/2017 08h47 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   70 

Prêtant mes titres via IB, je serais rassuré de savoir qu’un short squeeze est peu probable car c’est l’une de mes craintes sur cette opération : me retrouver avec le collatéral de la veille au lieu des titres qui auraient pris +XX%.
J’ai bien retrouvé tous mes titres qui étaient prêtés lors du dernier mini-short squeez (+40% avant bourse tout de même) et continue de prêter car je suppose que IB a conscience des risques sur ce titre (et s’assure que les shorteurs peuvent supporter ce risque ?).

Silicon, où avez-vous eu cette information que les gros fonds empruntent ailleurs ? En effet IB fait partie des 10 plus gros courtiers au monde et je pensais que même les grands fonds passaient par lui.
Je précise aussi que le mois dernier, certains jours, la moitié environ de mes titres n’ont pas été prêtés.

Dernière modification par gilgamesh (07/03/2017 09h06)

Hors ligne

 

#3030 08/03/2017 16h29 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   344 

Toujours plus haut : 107,7 % aujourd’hui pour le taux d’emprunt.
Pour info, Gilgamesh, quasiment tous mes titres sont prêtés ; c’est surement une question de quantité (j’en ai pas mal).
Silicon, effectivement ce serait bien d’étayer vos propos, qui sinon paraissent douteux.


Investisseur deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#3031 08/03/2017 20h32 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   77 

Le taux a doublé précisément le jour au IB a modifié les termes de lending program (01/03/2017).

En lisant seulement leur mail de notification (et sans avoir lu toutes les nouvelles conditions générales), le paiement des frais d’emprunt se fait dorénavant au jour le jour avec une marge sur le collatéral.

Interactive Broker a écrit :

Dear Client,

We have updated the Important Characteristics and Risks of Participating in Interactive Brokers LLC Fully-Paid Securities Lending Program to reflect a new structural change to the program.  Starting March 1, 2017, stock yield enhancement program (SYEP) revenues will be paid as interest on the cash collateral posted to your account in connection with the stock loan. This change does not affect the timing or amount of our payment to you or your ability to sell your shares.

Je vois pas trop le lien a première vue car les taux d’emprunt sont restés constants pour les autres titres …
Est-ce que quelqu’un a creusé un peu plus le sujet ?

Dernière modification par oliv21 (08/03/2017 20h34)

Hors ligne

 

#3032 08/03/2017 20h56 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   381 

Oliv21, je ne pense pas qu’il y ait de lien entre le taux de location de SHLD et la modification par IB de la façon de reverser les frais de location aux détenteurs d’actions. C’est vraiment technique comme modification, avant, c’était: "Tiens, voilà t.a part pour le prêt de t.es titres", maintenant, c’est "tiens, un intérêt sur le collatéral, qui représente la même chose qu’avant, mais ça n’est plus de l’argent que je t.e donne pour ça, c’est techniquement la rémunération du collatéral que t.u as reçu sur t.on compte contre les titres".

Il doit d’ailleurs y avoir une explication quelque part de cette modification par IB, mais je ne la connais pas.

Pour le taux de SHLD, je ne sais pas non plus, c’est assez cinglé quelque part, mais c’est du pain béni pour les gens qui sont long… Ou alors on peut partir dans une grosse théorie du complot qui est que SHLD vaut effectivement BEAUCOUP et que c’est pour inciter un maximum de monde a louer leurs titres avant un passage de quasi rien à BEAUCOUP d’un soir à un matin et un coup "à la banque nationale Suisse" ou tout le monde se fait avoir.

C’est pas pour faire peur aux gens qui louent, d’ailleurs je n’y crois pas trop moi-même à cette éventuelle explication, mais je la mentionne parce qu’elle n’est pas absolument 100% impossible. De là à y croire, c’est une autre histoire, mais chacun voit. Si vous avez peur, c’est désactivation de la location de titres et pas d’usage de marge (et passer à coté d’une superbe rémunération).

Dernière modification par Mevo (08/03/2017 20h57)

Hors ligne

 

#3033 08/03/2017 21h02 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   344 

Pour ceux qui ont peur du short squeeze, ils peuvent aussi prendre quelques options call à 2 ans, à strike 15 ou 20 $ donc pas chères. Si SHLD monte à 40 $ dans la journée ils feront x30 avec leurs options.


Investisseur deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#3034 08/03/2017 21h29 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   381 

JL, là je suis pas totalement sûr, mais j’aurais tendance à penser que le risque est sans doute approximativement le même. Je ne sais pas ce qui se passe exactement si une grosse partie des vendeurs d’options se font margin caller et qu’il y a un gros défaut: Qui est responsable et qui doit payer ou ne pas payer, et qui subit les éventuelles conséquences, je ne sais pas, il faudrait que je recherche.

Si, imaginons quelque chose de purement hypothétique, SHLD ouvre demain matin à $200 parce que, par exemple, le bilan de Sears Re est publié et tout le monde se rend compte que c’est de l’or en barre.

Si les shorteurs n’ont pas assez d’argent pour couvrir la différence sur leurs positions, alors ceux qui (vous) ont vendu des CALLs sont sans doute en majorité dans la même situation (c’est d’ailleurs en partie les même). Certains vendeurs de CALLs ont peut-être l’action prête à être livré (ils ont fait un "covered call"), mais il y a fort à parier que beaucoup sont "naked short" du CALL.

En général, la théorie sur les options, c’est que tout passe par un organisme qui centralise, et il y a d’habitude une répartition "équitable" entre les parties: Par exemple, quand des options sont exercées avant maturité, c’est reparti entre les shorts sur ces options, et il est supposé y avoir un "tirage au sort" pour savoir qui doit livrer et qui non.

Mais bref, dans une situation pareille, je suppose que les longs de CALLs pourraient se faire avoir, dû au défaut des vendeurs de CALLs de l’autre coté. Est-ce que le broker des vendeurs de CALLs doit couvrir (dans la limite de ses capacités si c’était vraiment quelque chose de gros) ? Je ne sais pas. Est-ce qu’il y a un "fond" de couverture ou quelque chose pour pallier à une telle situation ? Je ne sais pas non plus.

La seule solution "sûre" semble être de détenir l’action et de ne pas la louer, je n’en vois pas d’autre. Un CALL me semble tout aussi risqué que de louer.

Mais bon, tout ça, c’est vraiment un plan sur la comète. Mais pour y réfléchir de manière théorique, c’est éventuellement intéressant.

EDIT: Et encore, si on voulait réellement être prudent, il faudrait carrément être au nominatif, parce qu’il y avait des histoires de shorts SANS location de titres derrière. Je ne sais pas si ce sont des choses qui se font encore mais ça existait 10 ans en arrière et ça faisait pas mal de grabuge. Il était question de faire en sorte que la pratique n’existe plus. Je ne sais pas de ce qu’il en est dans la réalité aujourd’hui.

Dernière modification par Mevo (08/03/2017 21h34)

Hors ligne

 

#3035 08/03/2017 22h33 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   77 

J’ai retracé l’historique des taux d’emprunt de SHLD depuis que je loue mes titres sur IB :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2024_shld_lending_fees.png
La hausse du 01/03/2017 est vraiment impressionnante !! Le taux a tout simplement doublé du jour au lendemain !!

Hors ligne

 

#3036 08/03/2017 23h29 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   381 

Oliv21, vous vous fiez sur vos relevés d’IB pour la location effective de vos titres ? Parce qu’il y a une chose que je ne comprends pas trop: Au 6 janvier 2017, si vous remontez plus haut dans la file, nous discutions du fait que TWS indiquait un taux supérieur à 60%. Et j’ai bien vu moi-même ce taux dans TWS, or il n’est pas refleté sur votre graphique. A moins que ça n’ait rebaissé très rapidement ensuite (je n’ai pas suivi) ? Peut-même avant la fin de la journée ?

A ce soir, j’ai bien vu 107,7% comme le mentionne JL, qui est maintenant devenu 108,38%, et je vois aussi que 84% du float est shorté !!?! On va y arriver aux plus de 100%…

A noter qu’il existe une file (partie d’ici bien évidemment) au sujet du short et de la location de titre. J’y m’y étais d’ailleurs un peu écharpé avec "Rodéo" sur le fait que le nombre de shorts était en théorie illimité:

Mevo a écrit :

En fait, je crains que le problème ne soit simple: Vous voulez démontrer quelque chose que vous croyez, mais …. qui est faux:

Rodeo a écrit :

Je veux juste tempérer ce qui est dit plus haut dans la file (rien à voir avec la fin de votre message). Ca peut laisser croire que le mécanisme de prêt (ou plutôt le short) va permettre de multiplier les actions en circulation/les positions à l’infini.

(Attention la crise cardiaque) Oui, ça pourrait laisser le croire … parce que C’EST LE CAS ! Pour être totalement honnête, je ne le réalise moi-même pleinement que maintenant, grâce à vos messages, donc merci.

Rodeo a écrit :

Tout cela reste contraint par le nombre total réels d’actions.

Et … non ! ;(

Rodeo a écrit :

Ca ne se multiplie pas à l’infini, et il me semble que vous ne pouvez pas, au total,  avoir plus de positions shorts qu’il n’y a d’actions de la société.

Et, re-attention à la crise cardiaque …. SI ! ;(

La file est ici: (2/3) Prêt de titres : avantages et inconvénients, quels courtiers ?
Et la pratique va visiblement rejoindre la théorie…

Hors ligne

 

#3037 09/03/2017 12h56 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Administrateur
Réputation :   1625 

Sears a publié son T4-2016 : http://seekingalpha.com/pr/16766317-sea … 16-results

Encore $607 M de pertes (avec toutefois $409 M de dépréciations d’actifs) ou $5,67 par action, pour ce qui est normalement le meilleur trimestre de l’année.

Ventes à périmètre comparable sur le trimestre (l’indicateur clé d’un distributeur) :

as well as a 10.3% decline in comparable store sales for the quarter

Mais comme les pertes sont "volontaires", tout va bien…

Hors ligne

 

#3038 09/03/2017 13h02 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   37 

Bonjour,

C’est un peu réducteur:

Il y a beaucoup d’initiatives et de partenriats dans ce communiqué du T4 2016

pele mele
programme de réduction de coûts
partenariat uber
partenariat carte bancaire
refinancement endettement
lancement de nouvelles offres commerciales
deploiement du programme de reduction de cout
programme de cession immobilier pour 1 Md$
etc…

c’est trés loin d’une société en quasi faillite

Message édité par l’équipe de modération (09/03/2017 13h18) :
- suppression de la citation du message immédiatement précédent : MERCI de respecter la Charte !


Parrain: Yomoni code EMMANUEL07, ALTAPROFITS et INTERACTIVEBROKERS

Hors ligne

 

#3039 09/03/2017 14h02 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Administrateur
Réputation :   1625 

Le truc, c’est que chaque trimestre, chaque année, c’est la même chose : des pertes, des pertes, encore des pertes, mais toujours des "initiatives" et des promesses.

Je crois que l’on peut revenir en arrière dans la file de discussion et on trouvera exactement le même échange. En son temps, c’était Serge qui était prompt à nous expliquer comment derrière les résultats pourris, il y avait des améliorations significatives…

Mais si le CA comparable n’augmente pas, tout ça c’est du "vent"…

Maintenant, encore une fois, je suis actionnaire indirect de Sears via CBL & Associates, dont je souhaite que Sears s’en sorte par le haut (et aussi pour les différentes parties prenantes, évidemment). Mais j’ai vraiment de plus en plus de mal à supporter les "mensonges" d’EL et je m’étonne presque de l’absence de class action contre ce monsieur.

Hors ligne

 

#3040 09/03/2017 15h13 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   381 

InvestisseurHeureux a écrit :

Mais j’ai vraiment de plus en plus de mal à supporter les "mensonges" d’EL et je m’étonne presque de l’absence de class action contre ce monsieur.

La "discussion" sur Sears (comme bien d’autres, je commence même à me demander si ça n’est pas toujours le cas) tourne en rond, c’est toujours la même chose, et chacun campe fermement sur son idée sans être prêt à s’ouvrir éventuellement aux éléments apportées par les autres.

Mais il y a juste une chose: Cette histoire d’attaquer en justice un dirigeant lorsque les choses ne vont pas comme les gens aimeraient. Je vois cette idée assez régulièrement, surtout dans les commentaires sur SeekingAlpha, et ça m’étonne toujours un peu comme réaction. SUR QUELLE BASE ??? Etre mauvais n’est pas illégal. Quant à prouver que EL mentirait effectivement sur certains éléments par rapport a ses "promesses", ça relève de l’absolument impossible (il le sait de toute façon, et lorsque vous écoutez, vous êtes supposés le savoir également)

Il y a des choses illégales (déclarer des chiffres différents de la réalité pour ARCP à l’époque par exemple, c’était pourtant vraiment pas loin), d’autres non, de la même manière qu’il y a des choses factuelles et des choses sujettes à opinion. Je crois qu’il faut bien faire la différence entre les 2.

Dernière modification par Mevo (09/03/2017 15h14)

Hors ligne

 

#3041 09/03/2017 15h35 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   142 

Mevo a écrit :

Mais bref, dans une situation pareille, je suppose que les longs de CALLs pourraient se faire avoir, dû au défaut des vendeurs de CALLs de l’autre coté. Est-ce que le broker des vendeurs de CALLs doit couvrir (dans la limite de ses capacités si c’était vraiment quelque chose de gros) ? Je ne sais pas. Est-ce qu’il y a un "fond" de couverture ou quelque chose pour pallier à une telle situation ? Je ne sais pas non plus.

Un CALL me semble tout aussi risqué que de louer.

non je ne pense pas.

Car de ce que j’ai compris les toutes les options US sont compensées au sein de l’OCC qui porte le risque de contrepartie en jouant le rôle de garant ultime.
Donc le risque c’est si l’OCC explose, cela pourrait arriver uniquement dans un scénario cata qui dépasse SEARS.

Pour moi un short squeeze avec PB sur la location de titres est donc beaucoup plus probable cependant cela est dur à estimer evidement et reste peut etre trés faible… (j’en sais rien)

désolé pour la forme de mon message, je réponds rapidement et j’essaierai de l’éditer plus tard

Pour revenir à l’OCC, il gère tout en central: quand une options est exercée va décider aléatoirement qui va être assigné, décide des mofis a apporter ou pas lors de coporate actions etc..

OCC a écrit :

A World Class Clearing Organization

OCC, founded in 1973, is the world’s largest equity derivatives clearing organization. OCC is dedicated to promoting stability and financial integrity in the marketplaces that it serves by focusing on sound risk management principles. By acting as guarantor, OCC ensures that the obligations of the contracts it clears are fulfilled.

theoptionsguide.com a écrit :

Once an option is sold, there exist a possibility for the option writer to be assigned to fulfill his or her obligation to buy or sell shares of the underlying stock on any business day. One can never tell when an assignment will take place. To ensure a fair distribution of assignments, the Options Clearing Corporation uses a random procedure to assign exercise notices to the accounts maintained with OCC by each Clearing Member. In turn, the assigned firm must use an exchange approved way to allocate those notices to individual accounts which have the short positions on those options

Option Exercise & Assignment Explained | The Options & Futures Guide

voir aussi cette slide:
Do Options Carry Counterparty Risk? | Stock Options Channel

Dernière modification par Q2000 (09/03/2017 15h36)

Hors ligne

 

#3042 09/03/2017 16h04 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   381 

Q2000, je suis bien d’accord avec tout ça, que j’ai d’ailleurs dit:

Mevo a écrit :

la théorie sur les options, c’est que tout passe par un organisme qui centralise, et il y a d’habitude une répartition "équitable" entre les parties

Il s’agit effectivement de l’OCC pour le marché des options US. Par contre, je ne savais pas si cet organisme se portait lui-même garant ou non (s’il passait les défauts directement). Votre citation indique qu’ils se portent bien garants, donc très bien.

La véritable question qui se pose alors maintenant est: Quelle est la capacité financière de l’OCC, à comparer avec l’open interest des CALLs sur SHLD et la différence entre les strikes et un prix jusqu’auquel on estime que SHLD pourrait éventuellement monter.

En clair: Avec le nombre de CALLs ouverts sur SHLD et leurs caratéristiques, est-ce que l’OCC peut garantir ? En ont-ils les moyens ? Ou non ? (Sachant que les comptes des vendeurs des options y passeront d’abord)

De l’autre coté, les brokers des shorts garantissent normalement aussi les positions shorts de leurs clients, et les brokers qui louent les titres de leurs clients garantissent normalement aussi cette partie (enfin je crois pour tout ça, je suis pas 100% sûr). Il faudrait regarder les chiffres d’où on serait le mieux couvert. Est-ce en achetant des calls (et en vendant le put équivalent alors pour avoir une position comparable à long+location), ou en louant ses actions ? Qui a plus d’argent pour couvrir ? Les gros brokers des shorts ou l’OCC ? J’en sais rien pour ma part. Je reste dans l’idée que le risque doit grosso modo se valoir au final.

Resterait à savoir si les brokers doivent couvrir les options avant que l’OCC ne couvre par dessus, ou si le risque incombe directement à l’OCC, ce que je ne sais pas non plus.

Bref, il y a toute une étude à faire éventuellement sur le sujet si quelqu’un veut s’y intéresser. Peut-être même qu’une telle étude existe déjà, il faudrait chercher. Mais tout ça, c’est en considérant l’explosion du prix de SHLD du jour au lendemain possible … Je suis sûr que certains trouveront l’idée fort saugrenue au vu de leur opinion sur SHLD wink

EDIT: J’ai regardé de manière rapide, voici les comptes 2016 de l’OCC:
occ-2016-annual-report.pdf

L’OCC a un fond de garantie pour couvrir les défauts de 6,9 Milliard à fin 2016

Comptes OCC 2016 a écrit :

OCC maintains a clearing fund to cover possible losses in the event of a default by a Clearing Member, bank or a securities or commodities clearing organization. The clearing fund size is established at an amount to be sufficient to protect OCC from loss under simulated default scenarios

A noter que d’après ce que j’en comprend, le broker couvre en 1er et s’il fait ensuite défaut (=les clients n’avaient plus assez d’argent, puis le broker n’avait pas assez d’argent), c’est l’OCC qui prend en charge et l’OCC a actuellement 6,9 milliard pour le faire.

Point important également, d’après ce que je comprend de quelques très rapides recherches, la location de titres passerait elle aussi par des chambres de compensation avec le même type de garantie (mais est-ce le cas de toutes les locations de titres, ou seulement en inter-brokers mais pas lorsque c’est en interne chez un broker, je ne sais pas, il faudrait aussi rechercher plus). Donc la garantie supplémentaire que vous pouvez avoir sur les options, vous l’avez visiblement aussi du coté location de titres.

Rsterait à sortir la calculatrice pour comparer ces 6,9 milliards au nombre de CALLs ouverts sur SHLD, je regarderais éventuellement plus tard.

Dernière modification par Mevo (09/03/2017 16h39)

Hors ligne

 

#3043 09/03/2017 17h27 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Banni
Réputation :   381 

JeromeLeivrek et Q2000 (après je vais me calmer, parce que quasi un message sur 2 est de moi):

Après quelques recherches, il semblerait que vous AYEZ RAISON dû à un point: Si vous utilisez les options, vous passez à priori FORCEMENT par une chambre de compensation (l’OCC pour les options US), alors que ça n’est pas forcément le cas pour la location de titres. Il se PEUT que la location passe par une chambre de compensation, mais ça n’est pas garanti.

L’OCC fait aussi de la location de titres et prétend que entre 10 et 15% du marché de la location de titres US passe par eux (The Role of Central Clearing and How it Could be Applied to Securities Lending) Lorsque vos titres ont été loués par l’intermédiaire d’une chambre de compensation, vous bénéficiez du fond de garantie de la chambre, comme c’est le cas pour les options.

Point intéressant, la plateforme "AQS" de location de titres qui était anciennement disponible par IB est en fait gérée par l’OCC, donc quand vous louiez vos titres manuellement avec IB avant sur AQS, vous étiez couvert par l’OCC ce que je ne savais pas. Sauf que AQS chez IB, c’est fini: Louer ses actions : prêt de titres boursiers…

Il semblerait qu’Eurex, qui propose aussi des services de "clearing" pour la location de titres, essayerait de pousser l’idée d’une compensation centrale obligatoire pour la location de titres. Cela résoudrait cette question du risque de la location qui ressort régulièrement sur cette file, mais ça n’est pas effectif à aujourd’hui.

Il reste que les brokers des loueurs ET des emprunteurs de titres garantissent à priori la location, donc le risque est réduit à ce niveau, mais il manque éventuellement la protection supplémentaire du fond de garanti d’une chambre de compensation.

Bref, si vous voulez avoir une sécurité supplémentaire, comme ça avait déja été mentionné plusieurs fois, vous pouvez alors vendre vos actions et acheter un CALL tout en vendant un PUT (même échéance / même strike) à la place. Ca revient au même, vous touchez les frais de location (qui seront dans ce cas fixés à l’avance pour toute la durée jusqu’à échéance) et vous bénéficierez du fond de garantie de l’OCC, qui avec ses 6,9 milliards a LARGEMENT de quoi voir venir au vu du nombre d’options en circulation sur SHLD (si il y avait un problème sur SHLD seul et non sur tout le marché globalement)

Dernière modification par Mevo (09/03/2017 17h28)

Hors ligne

 

#3044 10/03/2017 13h27 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Bonjour
Lueur d’espoir: la marge bute a certes baissée à 21.2% et les SGA augmentés à 27.6%, mais le plan de réduction des SGA à 1 milliards de dollars devraient représenter une baisse du taux d’environ 5 points dès 2018, soit un taux de 22.5% environ. Si SYW fonctionne mieux et que les coûts continue de baisser, on espère que la GM > SGA d’ici 2019-2020…
Allez j’attends le rapport annuel avec impatience.

Dernière modification par Lionel (10/03/2017 13h30)

Hors ligne

 

#3045 10/03/2017 16h23 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   37 

Une petite lettre aux actionnaires et ca repart: +18% pour SHLD


Parrain: Yomoni code EMMANUEL07, ALTAPROFITS et INTERACTIVEBROKERS

Hors ligne

 

#3046 10/03/2017 18h10 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   184 

Et + 43% pour les options Call sears strike 10 échéance janvier 2019


La finance est l'art de faire passer l'argent de mains en mains jusqu'à ce qu'il ait disparu.Robert W. Sarnoff

Hors ligne

 

#3047 15/03/2017 00h07 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   164 

Petite surprise côté Insider : Berkowitz s’est renforcé à hauteur de 2.5M $
SEC FORM
            4


Il a investit autant sur SRG quelques jours plus tôt.
SEC FORM
            4


Malgré les rédemptions qui pèsent sur Fairholmes, il profite de l’absence de restriction d’insiders pour se renforcer.

On verra bien dans quelques mois/années si ça relevait de la folie ou bien du génie.

Hors ligne

 

#3048 15/03/2017 07h58 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   61 

Il ne me semble pas l’avoir vu mentionné ici, mais visiblement, le fond de F. Chou aurait reduit sa position dans SHLD l’année dernière:
Feb 14, 2017 - Francis Chou Buys Valeant Pharmaceuticals International, SandRidge Energy, Sells Sears Holdings, BP PLC - GuruFocus.com


Be the change that you wish to see in the world

Hors ligne

 

#3049 15/03/2017 11h24 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   118 

Vous pouvez lire des mots justes et concis de F. chou dans sa lettre annuelle.
Chou America Management Inc

Il dit que la thèse repose de plus en plus sur shopyourway et que cela devient assez spéculatif. Je pense qu’il y a d’autres business profitables dans Sears. Mais il ne faudrait pas que Lampert les liquide tous pour shopyourway.

Hors ligne

 

#3050 15/03/2017 15h39 → Sears : un mini Berkshire Hathaway ? (action, berkshire hathaway, buffet, sears)

Membre
Réputation :   

Il ne dit pas vraiment ça…
Il dit que a moins qu’on lui montre que SYW génère du cash, alors il ne voit pas pourquoi les investisseurs le valoriserait plus que 0.

Il dit aussi que son évaluation iniciale de SHLD à plus de 50USD/share était sans doute trop optimiste.
Cependant, à 9USD, il pense que SHLD reste sous évalué.

In July 2015, Sears Holdings Corporation (SHLD) announced that it closed its rights offering and sale leaseback
transactions with Seritage Growth Properties ("Seritage"), a newly formed, independent, and publicly traded real
estate investment trust ("REIT").
In the transaction, Sears sold 235 Sears- and Kmart-branded stores to Seritage, along with Sears’ 50 percent
interests in joint ventures with each of Simon Property Group, Inc., General Growth Properties, Inc. and The
Macerich Company. The three entities combined hold an additional 31 Sears Holdings properties. Based on our
rough estimate, this represented less than 25% of the company’s real estate assets and Sears Holdings received
aggregate gross proceeds from the transaction of $2.7 billion.
However, from our perspective, the most important thing that has happened is that Seritage is now a public
company and when its stock trades daily, we have a more reliable way of assessing the real estate value in SHLD
indirectly. We also know that pre-Seritage and post-Seritage, the profile and the quality of the properties that is held
in Seritage and SHLD is roughly the same.
Considering SHLD’s brand collections and what we believe to be the value of the SHLD real estate portfolio (based
in part upon our analysis of the Seritage valuation over the reporting period), it may appear that at the year-end price
of $9.29 for Sears (about $994 million in market capitalization), the company is severely underpriced. However,
given the company’s net debt of approximately $4 billion, pension deficit of about $2 billion, and the enormous
losses it has taken to date to transform its business from a brick and mortar business to an asset-light business, we
believe that the intrinsic value of SHLD may have been severely eroded (notwithstanding its real estate and brand
portfolio). It is hard to evaluate what kind of value you can assign to company’s “Shop Your Way” program even though management has poured billions of dollars into it. From management’s perspective, they can argue that
“Shop Your Way” could be worth more than the capital invested. However, unless it generates significant amounts
of cash or cash earnings relative to the capital invested, it is doubtful if it could be worth anything. It is hard to
foresee why investors will give a similar valuation of Amazon.com to “Shop Your Way” even though Sears’
membership program has some characteristics similar to Amazon Prime. In conclusion, even if you take the best
case scenario and “Shop Your Way” turns out to be profitable, it could be a Pyrrhic victory.
In hindsight, our initial assessment of Sears being worth more than $50 per share a few years ago was most likely
too optimistic. This is taking into consideration that we received roughly $13 per share in distribution from various
spin-offs and later receiving proceeds from selling them into the stock markets. Nevertheless, we believe that the
stock may still be cheap at the current valuation, albeit not at the level that we initially anticipated"

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech