Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+2]    #51 04/12/2019 21h19

Membre
Réputation :   2  

Sujet super intéressant et qui me parle sachant que je suis expatrié depuis maintenant 3 ans.

Petit point sur moi afin de comprendre comment j’en suis arrivé là et surtout répondre sur un anglais bilingue en 1 an ou 2.

Fraichement diplômé d’une école de commerce en France avec un niveau d’anglais d’un bac +5 (b1 = basique), je déchante en découvrant les joies de travailler dans une petite SSII ou je m’apparente plus à un vendeur de bétails mais un bétail humains avec les joies de connaitre le management à la Française ; lorsque nous partons  à 18h30, BONNE APRES-MIDI !

Je décide de prendre mon courage à deux mains et de partir en Irlande pour faire 3 mois de cours intensifs et de trouver un job d’Inside sales sur place.

L’école de langue me pousse à parler et à m’exprimer en anglais, et je vois vite les progrès pour communiquer avec des gens qui ont le même niveau que moi, avec les locaux, ce n’est pas pareil…

Entre temps, je commence à sortir un peu et je découvrir une Irlandaise qui ne parle pas un mot français (cette fameuse Irlandaise et maintenant ma femme). Je postule pour une société de software américaine, j’y passe 2 ans (Fermeture de la Business unit sales pour ouvrir un HUB plus attractif à Barcelone avec des salaires inférieur à 20%, je décide donc passer mon tour et de prendre le chèque de remerciement).

Je suis maintenant sur Amsterdam et toujours commercial dans l’informatique.

Mon anglais n’est toujours pas parfait et je suis loin d’être bilingue malgré ma femme qui soit natif speaker et qui ne parle pas français. J’arrive certes à comprendre ce que l’on me dit et de me faire comprendre mais pas de là à comprendre les subtiliser de la langue anglaise.
C’est limite si j’arrive enfin à comprendre et à pouvoir bien utiliser le verge to get.

L’ensemble des films que je regarde son en anglais avec les sous-titre en anglais, je continue de regarder sur YouTube des chaines pour apprendre.

Donc pour répondre à la  question « l’anglais en un an, c’est possible ? » je vais répondre que non.Après, ça dépend des individus

Enfin, je préfère l’Irlande au Pays-Bas. Les gens sont beaucoup plus easy going et ouverts d’esprits.

Hors ligne Hors ligne

 

#52 04/12/2019 21h48

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   503  

dangarcia a écrit :

Bernard2K a écrit :

Pour vous mettre devant vos contradictions. Un rentier qui prévoit de travailler au maximum, c’est fort quand même comme contradiction.

Bernard2K, j’ai eu la même réaction que vous en lisant cette phrase, et puis j’ai pris le temps de la lire jusqu’au bout et j’ai compris l’idée : l’objectif de cricri n’est semble-t-il pas de travailler par besoin financier mais pour apprendre la langue. Ok il s’est peut être mal exprimé en écrivant travailler au maximum pas de quoi fouetter un chat.

En revanche je vous rejoins sur le fait que certains chiffres ne collent pas mais notre ami est hyperactif, ça part dans tous les sens (même quand il s’agit de présenter un bilan de son patrimoine impossible d’avoir une vue complète !) mais on ne le changera pas wink

@cricri si votre objectif premier est d’apprendre la langue, avoir une activité, rémunérée ou pas, est une bonne idée, mais ce que vous devez absolument éviter c’est le contact avec la communauté française sur place. On a toujours tendance à aller vers la facilité ; si vous vous faites des amis francophones dès votre arrivée, c’est mort, vous n’apprendre jamais l’anglais wink

En effet , pour apprendre la langue ( écrit juste après avoir dit travailler un maximum d’ailleurs)

Pour les chiffres , je pense que mon patrimoine évolue très rapidement et surtout depuis 1 ans avec des ventes et emménagement dans mon nouvelles immeuble + changement de RP + aides divers anah et exceptionnelles + création d’une SCI avec scpi avec 500k dont 300k financé …

Bref je pense que c’est pour ça qu’on a du mal à suivre mais vraiment c’est carré de mon coté avec une rente à 3000 euros + 500 euros pour 3 jours d’intérim infirmier ( occupationel et garder le contact humain )

Pour les chiffres pour le loyer et les dépenses, je préfère partir bas et augmenté mon train de vie sur place si necessaire car des dépenses imprévues arrivent si rapidement !

Sinon Bernard, je suis plutôt indépendant financier que rentier ( je travaille 3 jours infirmier / mois ) vos questions ont déjà été répondu avant de les avoir posé ( le délais d’un ans évoqué avec ma femme , de travailler pour APPRENDRE , et pour " l’hyperactivité " cela ne m’a jamais vraiment posé soucis dans ma vie justement je ne m’ennuie pas )
Après l’écrit est compliqué pour moi , parfois j’ai l’impression que ce que je veux dire soit compris différemment peux être ça.

Pour revenir au sujet , le délai des un ans est surtout une volonté de ma femme , je prend ce qu’il y a à prendre !

Je pense que je confonds également le terme bilingue et parler couramment peux être ?

Mon objectif est de suivre une conversation et m’exprimer correctement.
Comprendre ce que je lis et comprendre un film ou une série entière en anglais.
Pouvoir travailler infirmier et avoir une conversation avec tout les patients ( même si c’est pas parfait)

Car je voyage de plus en plus et chaque vacance scolaire , j’aimerai partir à l’étranger avec ma famille par la suite ( on le fait plus ou moins depuis 2 ans ) .

Benodino, sympa le témoignage.

Le fait de travailler et parler anglais ne vous rend pas bilingue après toute ses années ?

Sinon c’est pour cela que je cherche une petite ville dynamique pour éviter de côtoyer des français ! J’ai noté quelques villes qq messages plus haut que je creuserai bientôt !

Dernière modification par cricri77700 (04/12/2019 21h52)


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #53 04/12/2019 22h38

Membre
Réputation :   113  

Partir sera bénéfique pour vous 4: vous vous améliorerez en anglais (certes, vous ne serez pas bilingue mais peu importe), vos enfants vont gagner en debrouillardise, en ouvertures d’esprit etc etc…

Là, où je voulais intervenir c’est sur votre patrimoine/vos revenus… Vous devriez moins donner de détails, vous n’avez rien à prouver. Votre crédibilité n’est plus à faire…

Bien à vous,

Hors ligne Hors ligne

 

#54 05/12/2019 09h27

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030  

En fait ce qui est étrange ou discutable est de considérer dès le début qu’une des clés pour apprendre la langue du pays serait d’y travailler. Vous êtes parti de ce postulat en ayant décidé de faire avec mais je pense que même en France, vous n’assumez pas complètement le fait d’arrêter tout travail salarié.
Le faire à l’étranger apporte une raison d’y retourner mais c’est se mentir.
Après libre à vous de travailler ou non, vous avez l’avantage d’être libre de ce choix et personne n’a à en juger. Simplement le discours qui a accompagné cela peut paraître contradictoire.

Une autre solution pour apprendre la langue d’un pays est l’immersion en famille. Pour un homme marié avec des enfants c’est délicat, voire inconcevable donc il faut trouver autre chose.

Beaucoup de gens s’expatrient dans des pays dans lesquels ils n’ont pas droit de travailler sans pour autant ne pas apprendre la langue, ce n’est pas fondamentalement lié.
La majorité des français qui partent dans un pays, surtout passé la trentaine, n’apprennent pas pour autant à parler mais ils ne partent pas nécessairement avec cette ambition. Je pense que du moment que vous partez avec cet objectif en tête, le fait de travailler ou non devient accessoire, le tout est de créer des relations et aller vers les gens, il existe heureusement d’autres moyens pour cela que le travail, même si le travail en est un excellent.

Hors ligne Hors ligne

 

#55 05/12/2019 12h29

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   503  

Cela dépend de chacun.
Je rédurais pas tout ce que j’ai réduis si je voulais continuer à travailler!

Pour moi une langue s’apprend en parlant.
Quoi de mieux que le travaille pour stimuler ça ? Le métier d’infirmier est un métier où on communique beaucoup.
Les associations également, je me renseigne en ce moment la dessus.

Quand j’allais en famille d’accueil , j’apprenais beaucoup plus à leurs contacts que les cours que j’avais le matin !

"Une autre solution pour apprendre la langue d’un pays est l’immersion en famille. Pour un homme marié avec des enfants c’est délicat, voire inconcevable donc il faut trouver autre chose."

Pourquoi ? Je vois plutôt du positif concernant   l’évolution de chacun .


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

#56 06/12/2019 02h02

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2742  

J’ai tout de même du mal à comprendre comment on peut être rentier, et vouloir aller s’enterrer un an en Angleterre, en plein Brexit, dans un pays où il fait mauvais temps, le coût de la vie est cher, et compte-tenu du budget prévisionnel pour le loyer, vivre soit en grande banlieue, soit dans une petite ville.

C’est bien se compliquer la vie juste pour apprendre l’anglais, et ce d’autant plus que vous (et votre famille) aurez à prendre des cours, puisque comme il a déjà été dit, l’immersion seule est très insuffisante pour apprendre une langue.

Je ne suis pas non plus sûr que des enfants si jeunes et peu préparés vivent très bien une immersion directe dans une école anglaise, et ensuite encore moins leur retour en France.

Bref, je trouve votre projet un peu curieux et utopique…

Hors ligne Hors ligne

 

#57 06/12/2019 07h20

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   503  

Je pense vraiment que c’est une bonne expérience à faire dans un pays anglo-saxons et sur une durée plus longue ( je suis entièrement d’accord que 1 ans est cours mais ma femme ne souhaite pas quitter la france longtemps et souhaite un pays proche de la france ) donc Angleterre, Ecosse , Irlande , Pays de galle ou malte !

Pour malte la vie est moins chère, donc voir les écoles privées et faire un budget dans ce pays également ( car dans une école maltaise , il parle 50% anglais et 50% maltais )

Pour les enfants , apparemment et en règle générale ils s’adaptent vite à leurs âges ( j’ai parlé du projet à leurs enseignants également)

Comme vous le dites IH , le budget prévisionnel est juste et pas encore affiné car encore au stade de projet. Car en plus du loyer , location de voiture, cours d’anglais ect …
Je regarde beaucoup les locations au royaume unis , c’est quand même assez chère !


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

#58 06/12/2019 07h57

Membre
Réputation :   32  

Il y a quand même au moins un avantage du chaos lié au Brexit pour votre projet, c’est que ça a fait plonger la livre sterling.

Vu le prévisionnel des dépenses et le durée de 1 an ou plus, il pourrait être opportun de faire des réserves au moins partielles en devises car vous faites un calcul aujourd’hui mais qui peut dire le taux de change en septembre 2020 ou 2021 (ce n’est pas un conseil d’achat je dis juste de se poser la question).

Hors ligne Hors ligne

 

#59 06/12/2019 08h06

Membre
Réputation :   17  

InvestisseurHeureux a écrit :

et vouloir aller s’enterrer un an en Angleterre, en plein Brexit, dans un pays où il fait mauvais temps, le coût de la vie est cher

Je ne vois pas en quoi on s’enterre plus à Bristol qu’à Valence en Espagne.
Pour le climat, cela dépend des goûts de chacun. Certains ne supportent plus la chaleur du sud-est de la France … Le climat du sud de l’Angleterre n’est d’ailleurs pas pire que celui de Paris.
Sur la cherté du coût de la vie, cela reste à prouver (à part pour le logement).
Et je ne vois pas l’impact du Brexit sur une période de résidence courte.

InvestisseurHeureux a écrit :

Je ne suis pas non plus sûr que des enfants si jeunes et peu préparés vivent très bien une immersion directe dans une école anglaise, et ensuite encore moins leur retour en France.

Est-ce bien pire qu’un déménagement en France ? combien d’entre vous ont vécu/ont le souvenir d’un déménagement traumatisant étant enfant ? Je conçois en revanche que les faire bouger 2 fois en un an n’est peut être pas optimal de ce point de vue …

Pourquoi ne pas mentionner les points positifs en plus de l’apprentissage de la langue: l’enseignement anglo-saxon favorise l’épanouissement personnel. Je pense que si les jeunes anglo saxons (américains mais aussi anglais) sont en général extravertis, ont une grande aisance relationnelle, c’est en grande parti grâce au modèle d’enseignement.

Dernière modification par Reitner (06/12/2019 08h08)

Hors ligne Hors ligne

 

#60 06/12/2019 12h35

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   467  

cricri77700 a écrit :

Pour malte la vie est moins chère, donc voir les écoles privées et faire un budget dans ce pays également ( car dans une école maltaise , il parle 50% anglais et 50% maltais )
[…]
Comme vous le dites IH , le budget prévisionnel est juste et pas encore affiné car encore au stade de projet. Car en plus du loyer , location de voiture, cours d’anglais ect …
Je regarde beaucoup les locations au royaume unis , c’est quand même assez chère !

Je ne comprends pas comment dans votre situation l’aspect financier puisse être une telle contrainte.

Hors ligne Hors ligne

 

#61 06/12/2019 13h04

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   503  

Je pense comprendre ce que vous ne comprenez pas dangarcia ( je ne l’ai pas vraiment écris également )

Oui financierement je peux largement MAIS :
Je ne souhaite pas touché à mon capital.

Si je touche à mon capital = moins de rente par la suite.
Je préfère bien optimiser ma gestion de patrimoine qui me permettra tout simplement d’augmenter ma rente.
Je n’épargne plus également.

J’ai 3000 euros de rente , 500 d’infirmier et ma femme gagne 900 euros. ( tout cela net d’impot )
Pour le moment ma femme pourrait garder son travail mais se n’est pas encore officiel ( voir avec son patron )
Mon salaire infirmier je n’y compte pas ( association ? )

Bref 3000 euros pour 4 en angleterre avec des frais fixe en France faut bien optimiser cela ( étant pessimiste )
Et c’est volontairement pessimiste j’ai toujours fonctionner comme ça quand je calcule un rendement ou un budget ( jusqu’à que cela soit concret ) et c’est pour cela que les " chiffres changent " sans compter l’évolution du patrimoine!

Comment je vois les choses sur le plan financier ? :

-Déterminé une ville , voir sur place ainsi que le montant du loyer + divers assurances à provisionner + coût d’une voiture.
Pour le moment je calcule 1500 euros.

Pour moi c’est la base.

Ensuite les autres dépenses fixe connu en france.
Les billets AR d’avions
Les cours d’anglais
Autre…

Tout cela à affiner.

Je suis quelqu’un qui ouvre souvent des portes et amène la réflexion au bout avant de prendre une décision, se n’est pas de l’hyperactivité ou lubie c’est une façon de penser qui m’a amené à être libre financierement également.

Il reste encore beaucoup de chemin dans cette réflexion et cela me servira sur du cours ou long terme.

C’est sur que c’est pas commun , la plupart on cette expérience étant étudiant , sans enfant , en famille d’accueil ou colocation ect …

On voit bien dans cette discution que les personnes qui on été au royaume unis ont plutôt eut une bonne expérience.
Le brexit pour quelques temps cela ne va pas changer grand chose.

Mais ce qui me fait tiquer c’est la durée de seulement 1 ans.
Et cela ressort beaucoup : en un an , c’est vraiment juste pour pouvoir apprendre correctement l’anglais.
Voir si 2 ans est possible avec madame smile


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

#62 06/12/2019 13h44

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   467  

cricri77700 a écrit :

Comment je vois les choses sur le plan financier ? :

Et comment voyez-vous les choses hors toutes considérations financières ?

À mon sens c’est la démarche la plus saine. Déterminer d’abord ce que vous voulez, ce qui vous fait envie. Voir ensuite ce que ça implique sur le plan financier. Et décider si oui ou non ça en vaut la peine.

Là on a l’impression que c’est votre patrimoine qui dicte vos choix. Est-ce bien le sens de l’indépendance financière ?

Hors ligne Hors ligne

 

#63 06/12/2019 14h14

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   503  

D’apprendre la langue , avoir une expérience supplémentaire ect dit et redit quoi !

Et par la suite on regarde sur le plan financier si c’est bon.

Je ne comprend vraiment pas votre message ?

Et bien sur que les finances dictent la plupart de nos choix de nos jours pas vous ? Vous aller vous acheter une voiture à 20 000 euros avec 10000 euros en banque par exemple ?

C’est possible avec un emprunt à la consommation.

C’est aussi possible d’acheté une voiture à 5000 et mettre 5000 de côté.

Ou une a 10000 euros et vivre à zéro a chaque fin de mois.

Chacun sa façon de voir les choses financierement parlant avec les conséquences que cela engendre par la suite !

"À mon sens c’est la démarche la plus saine. Déterminer d’abord ce que vous voulez, ce qui vous fait envie. Voir ensuite ce que ça implique sur le plan financier. Et décider si oui ou non ça en vaut la peine."

Je pense que c’est mon raisonnement également et que j’en suis sur le plan financier et voir si cela en vaut la peine !


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

#64 06/12/2019 14h34

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   233  

Juste une petite parenthèse, je trouve ça un tout petit peu paradoxale d’avoir la capacité de dégager presque 500k d’excédent net sur la rénovation d’un immeuble, en un temps record (moins de 6 mois si je me trompe pas) et d’être un peu limité par votre budget pour votre projet.

Bien sûr que la maitrise du budget est importante et c’est un challenge, je pense que vous avez besoin de challenge de toutes façons smile

Mais c’est vrai que 3k/mois pour vivre à 4 en Angleterre, ça fait un peu short.

Dernière modification par AleaJactaEst (06/12/2019 14h40)

Hors ligne Hors ligne

 

#65 06/12/2019 14h53

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   467  

cricri77700 a écrit :

Et bien sur que les finances dictent la plupart de nos choix de nos jours pas vous ? Vous aller vous acheter une voiture à 20 000 euros avec 10000 euros en banque par exemple ?

Ah, on n’a pas du tout la même conception des choses.

Si ce que je veux vraiment c’est une voiture à 20K€ je fais ce qu’il faut pour l’obtenir, oui. Je me serre la ceinture, je vends un rein, je trouve du travail, je trouve le financement d’une façon ou d’une autre. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait il y a quelques années (pas pour une grosse voiture, mais pour un long voyage) en pratique j’ai différé de quelques années le moment où je suis devenu rentier.

L’important est d’être clair sur ce qu’on veut vraiment, sur ce point votre projet me semble assez flou.

Dernière modification par dangarcia (06/12/2019 14h54)

Hors ligne Hors ligne

 

#66 06/12/2019 15h04

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   503  

Exact AEJ , le remboursement du capital + intérêt composé fera le reste.
Il ne faut pas oublier que c’est assez récent.

Dangarcia, vous oubliez que c’est en état de projet et qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour que cela se fasse , se n’est pas rien cela doit être réfléchis.
Oui tout est loin d’être carré pour le moment.

Disons que je suis en calcule de rentabilité après une visite d’un immeuble il reste encore beaucoup de travaille smile

Je pense aussi qu’on a effectivement pas la même conception.
Pour ma part se sera mes actifs qui achèteront mes passifs , loisir ect .
J’ai attendu pour faire de gros voyages ( Thaïlande en novembre par exemple ) c’est une suite logique pour ma part.

Je ne souhaite pas différer le moment d’être indépendant financierement pour un passif ou voyage car pour moi le fait d’avoir me choix et la liberté c’est le must ! smile

La richesse du monde est la multiplications des personnalités smile


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

#67 06/12/2019 17h07

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   214  

Je ne suis pas sûr que déménager au Royaume-Uni soit un bon moyen d’apprendre l’anglais.
Commencez comme un bon flemmard et restez dans votre canapé, mais mettez-vous à lire l’anglais. Que ce soit dans vos recherches sur Internet ou des romans… faites l’effort de lire les sources en anglais. Regardez évidemment tous vos films/séries/jeux vidéo/etc. en anglais exclusivement (sous-titres autorisés : en anglais).
Au début vous allez vous sentir incapable d’avancer et ça va vous demander un gros effort, mais vous en êtes capable. Et puis d’ici un an vous saurez parfaitement lire l’anglais ce qui est de loin le plus important pour la suite.

Hors ligne Hors ligne

 

#68 06/12/2019 17h43

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2742  

Reitner a écrit :

Je ne vois pas en quoi on s’enterre plus à Bristol qu’à Valence en Espagne.
Pour le climat, cela dépend des goûts de chacun. Certains ne supportent plus la chaleur du sud-est de la France …

Disons que parmi tous les retraités précoces ou digital nomads que je suis depuis longtemps sur internet ou que je connais personnellement, je n’en connais aucun qui ait choisi l’Angleterre.

Mais effectivement, les goûts et les couleurs…

Reitner a écrit :

Le climat du sud de l’Angleterre n’est d’ailleurs pas pire que celui de Paris.

En effet, et c’est aussi pour cela que les retraités précoces ou digital nomad quittent Paris, qui n’a pas grand intérêt quand on y travaille pas (mauvais temps, chère et peu agréable à vivre avec peu d’espaces verts).

Reitner a écrit :

Sur la cherté du coût de la vie, cela reste à prouver (à part pour le logement).

Mais comme le logement est le gros des dépenses, c’est donc plus cher.

Reitner a écrit :

Et je ne vois pas l’impact du Brexit sur une période de résidence courte.

Et pourtant, des français qui travaillent actuellement à Londres ne savent même pas s’ils pourront rester dans le pays ou s’ils auront le droit d’y travailler, tant les incertitudes sont élevées.

Reitner a écrit :

Pourquoi ne pas mentionner les points positifs en plus de l’apprentissage de la langue: l’enseignement anglo-saxon favorise l’épanouissement personnel. Je pense que si les jeunes anglo saxons (américains mais aussi anglais) sont en général extravertis, ont une grande aisance relationnelle, c’est en grande parti grâce au modèle d’enseignement.

Certainement, mais un enfant de 5 ans est censé apprendre à lire en anglais alors qu’il sait déjà à peine lire en français ? Quant à l’enfant de 7 ans, il apprend l’histoire anglaise au lieu de l’histoire française ?

Je ne vais pas généraliser, mais les enfants d’expatriés que j’ai fréquentés dans les villes étrangères vont dans des "lycées" français, spécialement quand ils sont en bas âge. Or, ces établissements se trouvent exclusivement dans les grandes villes, avec des loyers probablement plus élevés que le budget prévisionnel de cricri.

Bref, je continue à penser que le projet est un peu saugrenu, d’autant que l’argument principal de l’apprentissage de la langue est bancal.

Hors ligne Hors ligne

 

#69 06/12/2019 17h46

Membre
Réputation :   26  

A titre personnel je ne crois pas que cette méthode soit la plus adaptée pour apprendre une langue étrangère

Il n’y a pas d’autres solutions, à mon avis, que de parler, parler, parler et continuer à parler avec des natives. Au début c’est très dur, mais ça vient vite et c’est comme ça que j’ai perfectionné l’anglais et l’italien, tous les livres et les VO n’y ont rien fait (bien sûr il faut des bases).

Lire, regarder des films, aller sur internet de votre canapé vous permettra d’augmenter votre vocabulaire (sur le moment, car à défaut d’utilisation courante vous l’oublierez aussitôt) et de vous familiariser avec l’accent, mais sans véritable interaction vous resterez bloqué (et à l’oral vous réfléchirez en français pour traduire avec les mots, il n’y a rien de pire avec la langue anglaise).

Je rejoins l’avis contradictoire émis au-dessus sur l’image caricaturale de notre hôte de l’Angleterre. C’est un pays magnifique et je n’hésiterais pas une seconde à m’y installer si l’opportunité se présentait (il faut dire que je n’aime pas la chaleur).

(Edit c’était en partie en réponse au message de Sven)

Dernière modification par frontalier57 (06/12/2019 17h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#70 06/12/2019 19h59

Membre
Réputation :   3  

La problématique Brexit est prise étonnement à la légère.

Dans votre cas, à savoir vivre et travailler 1 année en Angleterre disons en 2021 ou plus tard.

Il faut s’assurer d’ici là que les termes de libre circulation des citoyens européens au Royaume-Uni seront les mêmes qu’aujourd’hui.
La période de transition (qui notamment garantit cette libre circulation) a été fixée dans un premier temps jusqu’au 31/12/2020. (Donc hors clous pour vous)

En effet, selon le résultat du 12 Décembre (disons les Tories!), le temps de négociations du Trade Deal va déterminer cette période de transition. Une fois prolongeable d’1 ou 2ans.
Mr Johnson est encore une fois prêt à mourir "I’d rather die in a ditch" pour ne pas changer cette date.

Bref, résider au Royaume-Uni peut devenir plus difficile qu’actuellement, surtout dans le cadre d’une simple année de découverte. Le (pre) settled Status (Statut du résident permanent) et ses 65 Livres, ne fait rire personne actuellement.

Ça n’enlève rien à ce pays que j’adore. Je reçois régulièrement des Anglais chez moi en Couchsurfing et c’est toujours le plaisir !

Mon message #16 tient toujours pour l’Irlande.
A défaut de vivre un Brexit, "l’Irish Exit" est bien plus drôle. (Rien à voir avec la politique en plus.)

Accords.

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #71 07/12/2019 19h25

Membre
Réputation :   99  

Nous avons été expatriés 5 ans aux US.

Une amie américaine professeur d’ESL en primary school (5->11 ans) m’expliquait la règle des "4" :
- il faut 4 semaines pour un enfant correctement épaulé par un prof ESL pour comprendre le fonctionnement d’une classe ;
- il lui faut 4 mois pour être à l’aise dans la classe, dans les situations les plus courantes ;
- il lui faut 4 ans pour rattraper le niveau des enfants natifs de son âge ;
- au bout de 8 ans, son cerveau est câblé pour ne plus jamais perdre l’anglais.
Ceci s’entend dans le cas où l’enfant est seul francophone dans sa classe.

Pour ma part,
- je suis partie aux US avec un très faible niveau d’anglais malgré les nombreuses années d’apprentissage scolaire. Par exemple, j’étais incapable de comprendre une chanson des Beatles, même la plus simple possible (à part Hello Goodbye) ;
- la première année a été extrêmement difficile. J’avais un calepin sur moi pour que les gens puissent m’écrire ce qu’ils avaient à me dire. Chaque sortie gênerait une grosse fatigue d’hyper concentration ;
- la deuxième année, j’ai travaillé en école américaine et j’ai pris des cours d’ESL Au bout de 2 ans 1/2, j’étais capable de comprendre ce qu’on me disait et d’exprimer une opinion relativement simple ;
- au bout de 4 ans, je rêvais la nuit en anglais.

Ça fait 8 ans que l’on est revenu. Mon aîné est toujours fluent. Mon deuxième enfant se débrouille mieux que le reste de ses potes. Il dit que c’est parce que, dès qu’il me pose une question sur un mot d’anglais qu’il ne comprend pas, je lui donne la traduction directement (j’estime qu’il a déjà essayé de comprendre par lui-même et que ça n’a pas marché).

De façon générale, nous encourageons beaucoup l’expatriation, lorsqu’on nous demande notre avis sur ce genre de projet. C’est une super ouverture.

Attention de bien rester dans la communication pour s’assurer que tout le monde y trouve son compte. Nous avons vu beaucoup de couples divorcer lors de notre expat : l’un vivait son rêve américain et l’autre vivait plutôt une grosse déprime de déraciné. Les recherches de solutions étaient complètement bancales…

Par contre, 1 an, c’est trop court. Dans notre cas, il a fallu :
- 6 mois pour nous installer : papiers administratifs, ouverture des compteurs électrique / gaz, achat de voiture, choix et inscription à la crèche, trouver les magasins pour le mieux manger, trouver les équivalence d’aliments et de médicaments, trouver la bibliothèque qui nous convenait le mieux, la piscine….
- 2 ans pour connaître vraiment bien le coin et avoir plaisir à le faire découvrir, dans ses plus belles nuances, à nos amis de passage. Il faut aussi du temps pour visiter les coins les plus beaux de votre pays d’adoption.
- Il paraît qu’au bout de 8 ans, il faut faire un choix et trancher dans le vif : soit la famille reste et prend carrément la culture du pays, soit tout le monde redéménage.

Si j’avais 1 an à passer avec ma famille, je crois que nous partirions faire le tour du monde, ou le tour de l’Amérique du Sud. Mais ça, c’est mon rêve perso !

My two cents.

🍂🍂🌲🍂

Dernière modification par Flower (07/12/2019 19h28)

Hors ligne Hors ligne

 

#72 07/12/2019 21h55

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   503  

Bonjour flower et merci pour ce retour d’expérience.

Donc dans l’idée pour vous avec votre experience le principal problème c’est la durée dans ce projet ?

Sur 3 ans par exemple vous en penserez quoi ?


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

#73 07/12/2019 22h13

Membre
Réputation :   55  

Accords a écrit :

Mr Johnson est encore une fois prêt à mourir "I’d rather die in a ditch" pour ne pas changer cette date

Désolé pour le HS, mais ne refaites pas l’histoire. La date en question lorsqu il a dit cette phrase est depuis très  largement dépassée… Il a perdu..

Pour ce qui est du Brexit, je me ferai pas trop de souci, il est très peu probable que vous soyez affecté vu la vitesse à laquelle vont les choses. Encore faut il qu il y ait Brexit…

En ligne En ligne

 

#74 07/12/2019 22h18

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   233  

Flower a écrit :

- au bout de 4 ans, je rêvais la nuit en anglais.

C’est un exemple intéressant. Personnellement je rêvais en anglais un jour sur deux en moins de 6 mois (sans être expatrié d’ailleurs, juste via internet).

Juste une petite réflexion en aparte. Dans les année 1990, on voyait celui qui était anglais fluant comme brillant, et on supposait volontiers que toutes les portes du monde professionnelle lui serait ouverte. Aujourd’hui je trouve que la réalité est bien différente.

Dernière modification par AleaJactaEst (07/12/2019 22h21)

Hors ligne Hors ligne

 

#75 07/12/2019 23h37

Membre
Réputation :   55  

Je pense que cette mentalité n’a pas trop changé.
Combien de fois ai je entendu mon entourage familial me dire que savoir parler anglais me permettrait de trouver un bon boulot . Qu’il fallait que je mette cela en avant avant tout le reste.

Dans les faits je ne connais personne autour de moi dont le niveau d’anglais a été une raison d’embauche. Il vaut mieux mille fois etre expert dans son domaine  que de parler couramment anglais.

Bref je prefere que mes enfants soient excellents en informatique, math ou toute autre matière qui les passionne plutôt qu"en anglais.

En ligne En ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur