Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+2]    #501 14/06/2021 16h20

Membre
Réputation :   55  

Bonjour

"…ASML et sa maison mère ASM…"

ça a dû m’échapper mais je ne crois pas à ce lien entre ces deux sociétés

Cordialement

Hors ligne Hors ligne

 

#502 14/06/2021 16h25

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   565  

Effectivement ASM et ASML n’ont plus aucun lien depuis longtemps

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #503 16/06/2021 08h18

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

NOUVELLES THEMATIQUES D’ACTUALITES DU PORTEFEUILLE VRAC 1000


C) Génomique synthétique :


On connaît un peu la biologie synthétique qui consiste à reproduire ou détourner les mécanismes du vivant pour un usage de production. C’est une domaine aux contours assez flous.

La génomique synthétique va plus loin dans le démiurgique : il s’agit de recréer la vie dans ses composantes de base (ADN, ARN) pour la mettre à notre service.

L’actualité la plus évidente est représentée par les vaccins à ARNm de Moderna (MRNA) et BioNtec (BNTX), mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Les outils de fabrication de gènes se développent depuis une bonne trentaine d’années, mais commencent seulement maintenant à atteindre le stade industriel. D’où depuis 4 ou 5 ans un bouillonnement de startups qui lèvent des fonds considérables.



Elles se rachètent entre-elles, s’espionnent ou se vendent à de plus gros industriels de la génétique… ou d’autres domaines, car les applications sont infinies :





Cette carte du marché des applications industrielles de la biologie synthétique, très partielle, date déjà de plus de 2 ans (fin 2018)… Une éternité ! Mais elle permet d’identifier des entreprises avec de l’  « ancienneté » dans le domaine. Elle exclut les startups travaillant sur les technologies sous-jacentes et se concentre spécifiquement sur les entreprises dans les domaines industriels et commerciaux en dehors des thérapies de santé traditionnelles et des aliments alternatifs.

Elle ne mentionne pas non plus les applications de stockage de données, pas encore opérationnelles mais rendues indispensable par l’incapacité (tant physique qu’économique) très prochaine des industriels du stockage numérique à faire face au flux de données exponentiel (en Millions de Peta-Octets PB).



Il peut être intéressant aussi de les classer non seulement par le champs d’application, mais aussi par le niveau du produit recherché dans la chaine traductionnelle..

* ADN & ARN : qui sont ensuite envoyées à un organisme hôte pour transcription et traduction dans les thérapies géniques. Ou encore utilisées directement dans le stockage de données
* Protéines, enzymes et anticorps (produits directs de la traduction de l’ADN et de l’ARN). Nécessitent l’ingénierie de l’expression des gènes (il faut imaginer le code génétique correspondant à la protéine qu’on veut obtenir..).
* Métabolites, Molécules et Polymères : Nécessitent en plus la maitrise des voies post-traductionnelles.
* Cellule entière : Nécessite une ingénierie complexe des régulation de multiples voies biologiques et fonctions cellulaires.



Mais il faudrait aussi distinguer entre les processus qui partent du stade ADN (synthèse génomique) et ceux qui se contentent de synthétiser par ingénierie moléculaire des enzymes ou molécules, voire de simplement les sélectionner par screening dans des bases de données.

       ACHATS :     


1) Développeurs de plateforme :


J’avais déjà acheté Twist Bioscience (TWST en G100), startup californienne créée en 2013 par la française Emily Leproust, qui a révolutionné l’échelle de la synthèse d’ADN en utilisant des matrices de silicium plutôt que des puits de culture.

Je surveille une éventuelle IPO du français DNA Script qui fait de la synthèse d’ADN sur puce de silicium comme Twist, mais avec des méthodes enzymatiques et pas chimiques, ce qui réduit le risque d’erreur dans la constitution des fragments.

Molecular Assemblies, a également développé une plateforme de synthèse enzymatique de l’ADN.Il n’est pas coté, mais j’ai décidé de m’y exposer avec Codexis (CDXS), spécialisée dans l’amélioration des enzymes à usage industriel grâce à l’IA et qui a un  partenariat fort (et une participation) avec Molecular Assemblies.

Codex DNA, Inc. (DNAY) a annoncé son IPO imminente. Je me jetterai dessus dès que possible. C’est une filiale de Synthetic Genomics, la société privée des grands précurseurs Craig Venter, Hamilton Smith et Daniel Gibson.

2) Prestataires généralistes :


J’ai également investi dans 2 entreprises plus généralistes (Tests et Analyses génomiques) mais avec une forte composante de génomique synthétique :

D’une part, trois grandes sociétés de services biologiques, le français Eurofins Scientific (ERF), l’américain Danaher (DHR) et le chinois Genscript Biotech Corporation (HK:1548) ont des filliales consacrées aux prestations de synthèses de gènes, respectivement Eurofins Genomics, Integrated DNA Technologies et Bestzyme. Mais ce ne sont que des activités parmi d’autres pour ces géants. J’ai cependant décidé d’acheter Genscript (FRA:G51) qui a la meilleure dynamique, au-delà des prestations liées au covid. (J’ai déjà Eurofins en CV100).

D’autre part, Illumina (ILMN), qui fut la star du séquençage (analyse génomique) a perdu ce statut ces deux dernières années avec des résultats qui plafonnent et une concurrence qui innove plus vite qu’elle. Il faut dire que sa stratégie de croissance externe a été bridée par les régulateurs qui l’ont empêché de racheter Pacific Bioscience en 2018. Mais, la société a une forte base de clients et a entrepris d’inverser la tendance avec de nouveaux séquenceurs qui cassent les prix. Et surtout, en ce qui me concerne, elle accumule des participations (Illumina Ventures) dans pas mal de sociétés dans le domaine de la synthèse (comme du séquencage) de l’ADN à commencer par Twist Bioscience et DNA Script et elle a fondé la DNA storage Alliance avec Microsoft, Western Digital et Twist

3) Applications :


J’ai dernièrement acheté Gingko Bioworks (via la SPAC SRNG) qui propose aux entreprises d’externaliser leur production de substances à base d’ADN synthétique. Gingko Bioworks conçoit sur ordinateur, un programme génétique qu’elle met en oeuvre après s’être fournie auprès d’entreprises comme Twist Bioscience (c’est leur plus gros client). Elle a créé également ses propres filiales applicatives.

a) SANTE : Dans ce domaine j’ai envisagé, avant de renoncer, deux biotech :

Synlogic Therapeutics (SYBX) qui développe des microbes conçus pour délivrer des composés thérapeutiques à l’intestin. Mais les essais cliniques ne sont pas assez avancées, je surveille.

Precigen (PGEN), restructuration de Intrexon. Mais je ne suis pas sur que le recentrage sur la santé à la sauce Kirk (le majoritaire, avec sa société de venture Third Security) soit bien en faveur de l’actionnaire….

Dans les vaccins j’ai bien sur en G100 Moderna et BioNTech

b) BIOMATERIAUX : dans ce domaine on est encore le plus souvent dans le domaine de la biologie synthétique non génomique, à quelques exceptions près.

Comme par exemple Impossible Foods (IPO envisagé dans l’année) qui pourrait s’appuyer sur l’ADN synthétique pour produire un équivalent de l’hémoglobine et rendre sa viande artificielle saignante.

J’ai envisagé Zymergen (ZY) IPO en avril dernier a développé une plateforme de SynBio avec IA et robotique et  biofermentation devant permettre de passer rapidement à un stade de production industrielle de produits chimiques, cosmétiques etc.  Pour l’instant, ils ont produit un film polymère utilisable en électronique, mais pas encore de production industrielle… A voir plus tard.

Les producteurs d’enzymes, comme le danois Novozymes A/S (NZYM) ou le batave DSM (DSM), sont bien sur en première ligne. Et des producteurs d’alternatives biologiques aux carburants et plastiques comme LanzaTech (on attend toujours une IPO…), Amyris (AMRS), Gevo (GEVO) ou Carbios (ALCRB) sont passionnants, mais on sort de mon sujet de la génomique synthétique.

       *****************

NOUVELLE SPAC VERTE A PARIS


Sans rapport avec le sujet, mais puisque j’y suis, annonce ce matin du lancement d’une SPAC sur Euronext dans le secteur de la transition énergétique.

Agefi-Dow Jones a écrit :

Le PDG de Direct Energie Xavier Caïtucoli, le banquier d’affaires Erik Maris et le fonds d’investissement Eiffel Essentiel SLP ont annoncé mercredi leur intention de créer "dans les prochains jours" un véhicule d’investissement coté, ou Spac, baptisé Transition, afin de réaliser une ou plusieurs acquisitions dans le secteur de la transition énergétique.

L’objectif du Spac, dont Xavier Caïtucoli sera le PDG, est "de construire un nouvel acteur majeur, diversifié et intégré sur la chaîne de valeur, qui saura répondre aux enjeux et changements du secteur de l’énergie des trois prochaines décennies", selon un communiqué envoyé par la société.

Le Spac Transition a vocation à être coté à la Bourse de Paris, sur le compartiment professionnel du marché réglementé d’Euronext Paris.

"Transition a pour ambition de lever un montant proche de 200 millions d’euros", a indiqué une source proche du dossier à l’agence Agefi-Dow Jones.

Dernière modification par CroissanceVerte (16/06/2021 09h17)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+5]    #504 20/06/2021 15h55

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

            Les avatars verts du dieu plastique             


               Livre 2 : Cycles de renaissance               


Un nouveau culte se fait jour autour du plastique depuis quelques années, c’est celui des recyclages.

Chapitre 1 : Prosélytisme et denier du culte


En Europe, 42 % des déchets d’emballages plastiques sont recyclées chaque année , ce taux n’est que de 26% en France et 15 % aux Etats-Unis. Notre gouvernement a pourtant fixé un cap : 100% des plastiques recyclés en 2025…
L’objectif européen est plus réaliste, mais la cour des comptes européenne vient d’exprimer des doutes aussi bien sur les chiffres actuels (une nouvelle comptabilisation pourrait faire chuter le taux de recyclage européen actuel à 29%) que sur la trajectoire…



Pour inciter au recyclage (et financer le plan de relance…) le Conseil européen a pris des mesures d’urgence le 21 juillet 2020. Parmi les premières d’entre elles : une taxe au poids sur les déchets d’emballage en plastique non recyclés, de 80 centimes par kilo, dégressif pour les pays les moins riches. Elle devrait être appliquée depuis le 1er janvier 2021. En fait on ne sait pas encore qui va payer…

On voit certes partout des étiquettes annonçant que nos emballages ou autres produits sont recyclables… Mais encore faudrait-il que :
* le(s) recyclage(s) soit réellement possible, techniquement efficace, et économiquement viable.
* la collecte des déchets et la couverture en sites de recyclage soient assez développés.
* la demande en plastique (particulièrement à usage unique) ne progresse plus de façon exponentielle… Sinon, il est évident que la production de plastique fabriqués avec des combustibles fossiles (« Vierge !») restera mathématiquement toujours très supérieure à celle du plastique recyclé !

Chapitre 2 : Les castes


Il convient d’abord de distinguer les différentes classes de plastiques, qui vont avoir des capacités de recyclage très différentes.



Notons qu’outre leurs positions dans la roue de la transmigration, certaines classes sont  mal placées dans l’échelle d’une potentielle dangerosité : avec le code de recyclage 3 (PVC) ils peuvent relarguer des phtalates, avec le code 6 (polystyrène) ils peuvent lessiver du styrène, avec le code 7 (« autres ») ils comprennent souvent des bisphénols - tous produits qui ont été reliés à l’infertilité, à diverses pathologies infantiles, au cancer du sein et de la prostate.

Chapitre 3 : Recyclages et Dé-cyclage


Différents niveaux - et techniques – de recyclage peuvent être imaginés.



Les classes de plastiques ne sont pas égales devant ces types de recyclage



Enfin il s’agit dans la grande majorité des cas d’un « décyclage » : dans son cycle de réincarnation le plastique est souvent dé-valorisé en devenant d’une qualité inférieure…  Tout vertueux qu’il soit, le cycle n’en est pas moins entropique.

Chapitre 4 : Les chapelles :


     Recyclage mécanique :


C’est le recyclage dit « facile », qui devrait pouvoir s’appliquer à 50 % des plastiques (les thermoplastiques). Il représente actuellement 99 % du recyclage.
Les déchets plastiques, après démantèlement et broyage, sont triés avec des technologies basées sur des différences de densité, de propriétés magnétiques, électrostatiques ou spectroscopiques (UV/Vis, IR ou RX), d’hydrophilie.
La régénération mécanique combine plusieurs techniques de type broyage, lavage, séchage, densification, micronisation, granulation, compoundage, …
Les entreprises de collecte et gestion des déchets sont les officiants de ce premier recyclage.
Dans ce domaine, des progrès sont attendus par des remontées au niveau des plasturgistes (intégrations dans les emballages de nouveaux colorants noirs et de traceurs pour faciliter le tri, substitution de produits multicouches par un produit monocouche) et du tri.

     Recyclage chimique par solvant :


Basé sur la solubilité du polymère dans certain type de solvant qui élimine les impuretés qui restent après un tri strict en amont (Seuls les plastiques homogènes sont recyclables, et avec des contraintes techniques relativement élevée). Des polymères de qualité quasi vierge sont récupérés comme précipités.
Les plus avancés semblent être : PureCycle Technologies (PCT),
ainsi que les non-cotés CreaSolv (DE), APK – Newcycling (AUT), Polystyvert (CAN), Ineos (DE), PolystyreneLoop, Worn Again, Fraunhofer Creasolv…

     Recyclage chimique par dépolymérisation :


Les polymères sont reconvertis en monomères ou oligomères à l’aide de chaleur et de solvant qui peut être de l’eau (hydrolyse), de l’alcool (alcoolyse), un glycol (glycolise) ou des amines (aminolyse).
Les plus avancés dans cette voie pourraient être : Loop Industries (LOOP), Nan Ya Plastics Corporation (1303.TW), Itochu (ITOCY),
et les non cotés : Jeplan (JP), IONIQA (NL), GARBO (IT), Sopraloop R&D (FR), GR3N (SZ), IFPEN Axens (FR), RAMPF Eco, CuRe Technology (NL), PerPETual Global Technologies, Tyton Biosciences, BP Infinia, Far Eastern New Century, H&S Anlagentechnik, Fraunhofer ICT…

     Recyclage « biologique » enzymatique :


La découverte de bactéries capables de dégrader le plastique a donné lieu au développement de méthode de recyclage utilisant leurs outils : les enzymes. C’est une forme de recyclage chimique par dépolymérisation mais avec des spécificités qui la distingue (l’espoir en particulier de parvenir à un procédé à température ambiante, ce qui n’est pas encore le cas).
Le prophète en la matière est Carbios (ALCRB).

     Recyclage thermochimique - Pyrolyse :


Dégradation thermique des plastiques en monomères. La sélectivité et le rendement peuvent être optimisés en utilisant un catalyseur approprié. Le procédé est énergivore et un post-traitement peut être nécessaire selon les contaminants.
Les plus avancés dans cette voie pourraient être : Agilyx AS (AGLX.OL) mais aussi Quantafuel ASA (QFUEL.OL) associé à BASF (BAS), Arkema (AKE) et d’autres grands chimistes…
et les non cotés : Pyrowave (CA), Plastic energy (SP), Recycling technologies (UK), ResPolyflow (USA), PHJK (FI), Nexus (USA), Enval (UK), Fuenix (NL), ReNew ELP (UK), MMAtwo, GreenMantra Technologies, Carboliq, BioCellection…

     Recyclage thermochimique – Gazéification :


Les déchets plastiques sont gazéifiés en gaz de synthèse (CO et H2) en présence de vapeur ou d’air. Le procédé est évidemment énergivore,  et de grandes structures sont nécessaires, avec de nombreux fitres de purification des gaz.
On peut citer Enerkem, Lahti gasifier, Texaco, Corenso.

     Recyclage hérétique : de plastique à carburant :


Une interprétation courante mais particulièrement fautive de la notion de recyclage chimique consiste à attribuer cette qualification aux techniques de conversion de plastique en carburants alors qu’il devrait avoir l’acception d’ « aboutir à un produit similaire à l’original ».
Dans le cas d’une conversion en carburant, ce dernier est plus contaminé par des résidus solides et autres dioxines que le diesel normal. De plus évidemment, non seulement son usage est producteur de CO2, mais le processus de conversion lui même est extrêmement énergivore.

Ce n’est même plus du décyclage, mais une spirale infernale, peut-être pire encore que l’incinération directe du plastique..



Chapitre 5 : Œcuménisme


Etant données les spécificité de chacune de ces méthodes de recyclage, il semble évident que toutes devront être utilisées, ainsi que d’autres encore émergentes, si nous voulons optimiser le recyclage.



D’autre part, il sera sans doute nécessaire d’arbitrer entre les technologies et les destinations finales (End-of-Life EoL) des plastiques dégradés en fonction des enjeux environnementaux privilégiés : Pollution, Climat…



Chapitre 6 : Inquisition et Apostats


Le recyclage (particulièrement chimique par purification ou dépolymérisation, qui est le plus noble car peu énergivore et donnant parfois des plastiques recyclés non dégradés) est un saint graal depuis des décennies. La difficulté technique des processus rend les investissements dans ce domaine un peu hasardeux.

Même si les activités de ces derniers mois sont prometteuses, les résultats industriels se font attendre : Sur les 37 usines de recyclage chimique proposées aux États-Unis depuis 2000, seules trois sont opérationnelles à ce jour et aucune n’a jamais réussi à produire du plastique recyclé à l’échelle commerciale.  Il est douteux de toutes façons que les technologies de recyclage chimique puissent résoudre le problème du plastique.

C’est au point que le conclave de Greenpeace en vient à perdre la foi face aux manoeuvres du tentateur démoniaque American Chemistry Council, en déterminant que :
* Moins de 50 % des projets US figurant sur la liste de recyclage « avancé » de l’ACC sont crédibles, le reste était soit une conversion en combustible (ce qui n’est pas du recyclage), soit du trompe l’œil.
* Ces projets crédibles auraient une capacité totale de traitement de seulement 0,2% des déchets plastiques générés aux USA en 2017.
* Environ un tiers de l’ensemble des projets de recyclage proposés est peu susceptible d’être industriellement viable à terme.
* Sur les 506 M$ d’argent publique investi dans ces projets, près de 90 % sont allés à des projets de valorisation des déchets pour produire des carburants et des produits chimiques pour l’industrie pétrochimique.


Ces difficultés tant techniques que financières conduisent même parfois certaines entreprises à céder à la tentation, abjurant par appât du gain non seulement leurs convictions de croisés de la transition verte, mais aussi leur respect de la loi, comme on en voit d’autres dans les énergies renouvelables, par exemple.

Ainsi la compagnie italienne de bio-plastiques Bio-On Spa a fait faillite en janvier 2020 après un rapport de Quintesssential Capital Management pubilé en juillet 2019. Ex-licorne cotée à la bourse italienne depuis 2014, Bio-On prétendait commercialiser des résines polyhydroxyalcanoates (PHA), un polyester biodégradable fabriqué par fermentation bactérienne. Les comptes étaient faux et la production à peu près inexistante…

Un nouveau vadeur s’est auto-proclamé pourfendeur en chef des apostats de la croissance verte dans une chasse aux sorcières effrénée:  Hindenburg Research.
Après ses allégations assassines sur SkySolar (fév 2019), Bloom Energy (sept 2019) ou Ideanomics (juin 2020), il se fait connaître en septembre 2020 avec un rapport inquisitorial contre Nikola (NKLA) qui se révèle en grande partie vrai. Depuis, il s’est attaqué aux constructeurs de véhicules électriques Kandi (nov2020) et Lordstown motors (mars 2021) et au producteur d’EnR Ormat (mars 21, qui aurait utilisé la corruption en Afrique).

Et enfin Hindenburg Research s’attaque aux sociétés de recyclage du plastique peu après leurs IPO :

Loop Industries (LOOP, décembre 2020) dénonçant l’incapacité de la société à produire de la valeur pour les actionnaires, accusant la société de fraude.

Pure Cycle (PCT, mai 2021), fusion avec la SPAC Roth CH Acquisition I (ROCH) (ne pas confondre avec Pure Cycle PCYO) avec comme principaux arguments :
Pas d’études publiées dans des revues évaluées par des pairs.
Déclarations d’anciens employés sur le fait que les dirigeants de PureCycle fondaient leurs projections financières sur des suppositions farfelues.
Les dirigeants de PurCycle ont collectivement mis six sociétés en bourse puis en faillite, dont plusieurs sociétés « vertes » (AgCert dans le recyclage d’excréments de porc, TyraTech dans la lutte contre les insectes, PetroAlgae dans la transformation des algues en carburant).
Le procédé de Pure Cycle, issu de brevets de déchets de Procter & Gamble (PG), exigerait pour recycler le polypropylène par un processus de purification, que les déchets ne soient pas contaminés, ce qui est rarement le cas.
L’installation de phase II a déjà été retardée à deux reprises.


Ces cibles sont faciles de part leurs activités récentes, l’effervescence financière autour de la Croissance Verte, leur cotation boursière dans un contexte heurté et parfois associée à des SPAC. Les activités de recyclage chimique sont également fragiles par la difficulté de la recherche associée et la pression en tenaille des industriels et des pouvoirs publics.

Ils peut donc tout à fait y avoir des fraudes réelles et il faut les débusquer, mais il ne faudrait pas casser l’élan de ce domaine important pour notre avenir sous prétexte qu’un procédé industriel n’a pas encore l’efficacité que l’on aimerait qu’il ait. On a déjà vu des excommuniés réhabilités par l’histoire…

On l’a vu, il y a encore très peu de croyants dans le recyclage qui aient décidé de prononcer leurs vœux boursiers pour se financer de façon plus équilibrée que par la prébende d’industriels orientés ou les indulgences d’états versatiles et peu regardants. Il n’est pas sur qu’une chasse aux sorcières indiscriminée sur les nouveaux arrivants nous aide à maitriser le culte du plastique.

Amines.

Dernière modification par CroissanceVerte (20/06/2021 16h44)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #505 23/06/2021 08h14

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

POINT D’ÉTAPE DU DÉGONFLEMENT VERT : J+4 MOIS


        Stabilisation ?


Les valeurs en forte PV que j’avais en portefeuille G100 et que j’ai vendu en février par prudence, je les ai racheté vers le 20 mai, il y a un mois en espérant voir une stabilisation de leur correction.
Depuis, malgré de fortes oscillations résiduelles, ces valeurs sont à nouveau en plus value, ce qui me semble effectivement signaler (et espérer) un point bas. C’est surtout vrai pour les valeurs américaines (bien qu’il y ait une certaine disparité entre elles). Pour les européennes, il y a toujours des baisses sensibles.



Plus spécifiquement, si l’on compare au bilan du mois dernier #463 :
40 % sont restés à peu près stables ou en léger progrès, et …
… Dans l’Hydrogène : forte baisse de McPhy, remontée d’AFC et FulCell et surtout Ballard, Plug et Bloom.
… Dans les Producteurs : reprise de Transalta, Copel, Innergex, rechute d’Albioma.
… Dans les Solaire : Très forte reprise de Generac et Enphase, un plus modérée pour  SunRun , SolarEdge, Sunnova et Jinkosolar. Rechute de Dako.

Parmi les plus régressifs (retour sur les cours d’il y a un an) on a toujours : Nel, Copel, Albioma, et Neoen, mais par contre Orsted et Innergex sortent de l’ornière et Ballard s’est fortement repris.

        Différenciation? L’exemple de l’hydrogène


Sur un an, les différentes valeurs de l’hydrogène  ont eu des comportements sensiblement différents : Parfois avec des bulles extrêmes au début de 2021 comme Plug Power (PLUG) et FuelCell (FCEL), des bulles moins marquées pour d’autres, voire invisibles pour une petite valeur comme le suédois PowerCell (27W), ou une alternance de hausses et de baisses pour son compatriote Nel (D7G)



Mais si l’on regarde la corrélation sur un an (donc hors les amplitudes), elle est simplement extrêmement géographique.



On distingue ensuite au second ordre une relation d’une part entre les américains (au sens de continent) Ballard, Plug et FuelCell avec McPhy et Nel, et d’autre part une liaison entre ITM Power, les deux nordiques et le canadien Ballard. Relations qui pourraient aussi bien évoquer des relations commerciales que, plus probablement, des inclusions dans les mêmes fonds…
Mais pas d’effet métiers : les fabricants d’électrolyseurs McPhy, Nel et ITM ne sont guère corrélés.

En fait,  sur une échelle de temps plus courte de 2 ou 3 mois, on peut voir à partir de l’été 2020 jusqu’en novembre deux blocs continentaux assez homogènes qui répondent à des annonces de relance verte ayant chacune leur spécificités.



Puis en décembre/janvier une percolation dans le mouvement de bulle.



Jusqu’à obtenir une indifférenciation totale de part et d’autre du pic de la bulle 15 janvier / 15 mars



Sur le dernier trimestre (depuis le 15 mars) le dégonflement conduit progressivement à une re-différentiation des lignes et un retour aux blocs nationaux.



On a bien eu, au-delà des amplitudes de hausse liées à des facteurs parfois extra-économiques, un comportement de bulle où toutes les valeurs ont bougé en même temps. Depuis quelques semaines on commence à voir un comportement plus individualisé qui donne à penser que les caractéristiques idiosyncratiques redeviennent importantes dans les performances.
Il n’en reste pas moins que toutes ces entreprises restent et resteront liées par la dynamique de la relance verte, et plus spécifiquement pour mon exemple, les plans hydrogène. Mais les blocs continentaux se remettent en place ne serait-ce que par la différence de dynamique des économies EU et US et la différence de lenteur administrative de mise en place de ces plans.

        THEME D’ACTUALITE


Dans le cadre de la réorganisation du portefeuille VRAC en thèmes d’actualités, il y a donc bien sur une actualité qui  me tient à cœur : c’est ce dégonflement de la bulle des énergies vertes !
J’ai souvent dit ma confiance dans la forte croissance à venir des ces valeurs EnR pour cause de transition énergétique à marche forcée et à financement assuré. La vitesse excessive (pour diverses raisons) de leur valorisation de décembre à février a logiquement donné lieu à une correction, mais je trouve celle-ci également excessive. Dans le cadre de ce qui semble être une stabilisation, j’ai donc décidé d’inclure de telles valeurs dans le portefeuille VRAC en cours de restructuration.

Comme j’ai employé une majeur partie du résultat des ventes des lignes du CTO pour les valeurs de santé, il y avait un reliquat en PEA et j’ai donc commencé par les valeurs européennes. Bien sur, certaines d’entre elles sont déjà en portefeuilles CV100, voire également en G100, il s’agira donc de renforcements supplémentaires opportunistes.

McPhy : J’ai profité de la chute de la semaine dernière, lorsque le marché s’est montré surpris d’apprendre que l’entreprise n’escomptait pas une grande progression de son CA cette année, les commandes « tardant à se matérialiser compte-tenu de l’attentisme de certains acteurs économiques dépendant de mécanismes de financement publics". Et du fait que la « gigafactory » d’électrolyseurs du groupe ne sera opérationnel qu’en 2024 (ils viennent seulement de sélectionner un site à Belfort)… Toutes informations pourtant évidentes ! Il faut dire que McPhy était l’une des entreprises de l’hydrogène qui s’était le moins dégonflé. On la voyait d’ailleurs faire bande à part dans les tableaux de corrélations. Par contre elle vient d’annoncer un nouveau site de production grenoblois dès l’année prochaine pour ses stations à hydrogène.

Nel ASA : Celui que je considère depuis longtemps comme le meilleur concurrent dans le domaine, de par son ancienneté et de par sa sous-valorisation chronique par rapport à McPhy et ITM, a entamé son dégonflement précocement dès le début de l’année, et a atteint ce mois-ci un plus bas sur un an à sous les 17 NOK. Il faut dire que l’entreprise avait déjà participé à la bulle Nikola (dans laquelle il a des participations) l’été dernier, qui l’avait ramenée au même niveau. Nel est pourtant bien placé pour être le premier à produire des électrolyseurs à haute dose avec l’ouverture imminente de son usine norvégienne. Ses participations dans Nikola et Everfuel pèsent sur ses comptes, mais pourraient bien le soutenir dans l’avenir à mesure de leurs redressements spécifiques.

Everfuel : Justement, la filiale de Nel pour les stations à hydrogène développe patiemment son réseau en scandinavie. Introduit en bourse à l’automne dernier, il a un peu joué de la bulle mais s’est stabilisé depuis trois mois déjà sur les 70 NOK.

PowerCell : Le suédois est l’un des rares acteurs européens du versant piles à combustibles de l’hydrogène. Son cours est l’un de ceux qui ont le plus régressé : retour au niveau de début 2020 (pas très loin du plus bas du krach) sous les 180 SEK ! Il a pourtant commencé à déployer ses moteurs dans l’automobile (camions poubelles) et la marine…

Pour finir provisoirement avec l’hydrogène, j’ai souscrit à l’IPO d’Hydrogène de France.

Et en dehors de l’hydrogène, j’ai pris une ligne de Scatec ASA, pour poursuivre mes courses scandinaves.
J’ai sauté sur l’occasion de la spectaculaire chute d’Energisme pour prendre un ticket sur un malentendu !

j’ai manqué le point bas à 32€ de Neoen mais ne désespère pas l’y voir revenir dans les jours qui viennent.
Idem Solaria Energia y Medio Ambiente à 14€.
Voltalia est également sous surveillance pour cause de valorisation raisonnable.
Albioma poursuit sa glissade, je l’attends en bas.

Sur les bornes de recharge électriques : Fastned, Alfen et Compleo ont déjà bien remonté, j’hésite. J’ai pris une petite cuiller de DBT en pariant sur leur réorientation sur la valeur ajoutée par croissance externe et malgré leurs résultats calamiteux et leur plan de financement leonin.

Dernière modification par CroissanceVerte (23/06/2021 08h35)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#506 24/06/2021 11h21

Membre
Réputation :   3  

En relation avec votre petit article sur le plastique, il semble qu’il y ait ce matin de bonnes nouvelles pour Carbios:

Première bouteille entièrement recyclée par le procédé enzymatique..

L’Oréal, PepsiCo et Nestle sont sur le coup.

Prudence toutefois car l’échéance de mise effective sur le matché paraît assez lointaine (pas avant 2025).

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #507 24/06/2021 12h39

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   628  

@CroissanceVerte : Vous n’aviez pas mentionné la polonaise Mo-BRUK dans votre poste sur le recyclage. Elle vous intéressera peut-être, elle est en excellente santé financière (0 dettes, grosses marges, croissance organique régulière > 10%) et commence à se lancer dans la croissance externe, je crois que c’est un dossier avec du potentiel smile

Dans le même genre j’aimerais aussi beaucoup acheter Orzeł Biały mais elle ne cote qu’à Varsovie sad

Dernière modification par doubletrouble (24/06/2021 12h40)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#508 24/06/2021 15h26

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   139  

En effet, Mo-BRUCK a de belles marges qui pourraient financer de la croissance.

Quand à la cotation de Orzeł Biały, spécialiste du recyclage de produits à base de plomb,  on peut aussi la mettre en PEA via SAXO.
Sans vouloir rentrer dans de grandes analyses techniques, il peut être utile aussi de regarder le graphique des prix depuis 2008.

Dernière modification par Aigri (24/06/2021 15h28)


Donne un cheval à celui qui dit la vérité, il en aura besoin pour s'enfuir.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #509 27/06/2021 09h38

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

                      HEBDOMA-VERT                   


LES NOUVEAUX VERTS


         IPOs :


Groupe Casol (MLCAS : Euronext Access Paris) Entreprise Toulousaine de rénovation énergétique de l’habitat.

Bon Natural Life Ltd (BON : NASDAQ) Suppléments alimentaires naturels chinois.

Hexicon AB (HEXI : Nasdaq First North GM) société suédoise d’ingénierie de plates-formes éoliennes.

Alternus Energy Group Plc (ALT : Euronext Growth Oslo) Développeur et opérateur solaire.

Xpeng (XPEV), le constructeur d’EV chinois, va se coter à Hong Kong en plus de ses ADS à NewYork.

          SPACs :


Artius Acquisition Inc. (AACQ) a approuvé son rapprochement avec Origin Materials (ORGN), fabricant de matèriaux alternatifs à partir de CO2.

Northern Genesis Acquisition Corp. (NGAB) va fusionner avec Embark Trucks société de technologie de transport routier autonome.

CITIC Capital Acquisition Corp. (CCAC)
va fusionner avec Quanergy, fabricant de lidar

Decarbonization Plus Acquisition Corporation III (DCRC) va fusionner avec Solid Power, fabricant de batterioes, déjà financé par Ford et BMW.

Broadstone Acquisition Corp. (BSN) va fusionner avec Vertical Aerospace,  constructeur d’avions à décollage et atterrissage verticaux électriques (eVTOL)

           RUMEURS :


Le fabricant de batteries suédois Northvolt envisage une IPO pour financer de nouvelles gigafactories.

Le producteur d’énergie par biomasse portugais Greenvolt (filiale du groupe agronomique Altri) va être coté pour s’étendre au solaire et à l’éolien.

                  **************

LES CHAMPIONS VERTS


Cette semaine, le podium des performances de valeurs vertes est… français !

(1) Transition Evergreen (+76,9%) après sa fusion avec la holding Evergreen,

(2) Hopium (+57,5%) après la présentation de son prototype de voiture à hydrogène,

(3) Carbios (+17,5%) après la production de ses premiers flacons en plastique recyclé…

                  **************

VERT-BATIM


Le 18 juin lors de la table ronde Ifpen sur les conditions du déploiement de l’hydrogène dans le mix énergétique, Adamo Screnci,  Vice-Président hydrogène de TotalEnergies a dit :

« L’hydrogène s’inscrit totalement dans la stratégie de TotalEnergies »

« Aujourd’hui, 99,5 % de l’hydrogène est consommé là où il est produit. Pourtant le transport du gaz coûte beaucoup moins cher que de transporter de l’électricité »

La mobilisation de la France pour l’hydrogène décarboné est passée de 100 millions en 2018 à 7 milliards en 2020. « on peut encore refaire x70 ! ».

« Nous voyons l’hydrogène comme le GNL de demain ».

Dernière modification par CroissanceVerte (27/06/2021 09h44)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #510 28/06/2021 14h18

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

        TRANSITION EVERGREEN     
          On abat les cartes.         


La partie accélère pour l’action du non coté vert : Fusion le 21 juin et augmentation de capital aujourd’hui…

En mars 2020 : j’ai identifié la holding Evergreen et son projet lors de l’OPA lancée sur Digigram.

J’ai accumulé les jetons dans le sillage de l’OPA et à son prix (1,03€) pour aboutir à 12500 en juillet 2020…
Au culot, en misant sur le fait que même si l’apport des activités de la holding Evergreen à la coquille vide  que devenait Digigram (qui prenait le nom d’Evergreen SA) allait entrainer une forte dilution, la valeur des actions risquait de fortement progresser de par la qualité de ces actifs et l’alignement des intérêts des gestionnaires (OPA à près de 70%) avec les actionnaires.

Suivent des mois d’observation…

En février 2021, sur un bruit d’Investir, la partie est relancée. S’ensuit un pic à x7 puis une stabilisation dans un canal x3 / x4, alors que la société avançe la publication des résultats (forcément mauvais puisque encore vides) comme pour bloquer un bluff…

Le 21 juin, la fusion a finalement lieu.
Du même coup, la société devient Transition Evergreen (EGR), un fonds d’investissement alternatifs (FIA) « le 1er véhicule d’investissement coté en France dédié à la transition écologique et la réduction de l’empreinte carbone ».
Les 2,1 millions d’actions sont devenues 29,6,millions à valeur nominale 0,5€.
51,5 % détenues séparément par 6 dirigeants, et 48,5 % de flottant.
L’action a recommencé à grimper jusqu’à x6,7…

Ce jour le 28 juin, Transition Evergreen  annonce une augmentation de la mise (capital), ouverte à tous : 55,6 M€ (extension à 63,9 M€) à 3,00 € par action représentant une décote faciale de 45,95% par rapport au cours du 24 juin (ou 56,5 % par rapport à vendredi).
1 DPS par action détenue, et souscription à titre irréductible possible de 5 actions pour 8 DPS.
Les dirigeants et autres fonds ont exprimés leurs intentions de souscription pour 35 % du montant de l’émission.
Clôture le 22 juillet.
Le cours redescend évidemment.

Je vais payer pour voir en souscrivant à l’augmentation de capital (cela va impliquer de vendre des lignes du PEA) au-delà des DPS, même si je crois à une sur-souscription, ce qui pourra empêcher les titres réductibles d’être servis.

Ceci ne constitue pas un conseilde jeu.


Les cartes de Transition Evergreen :


Le portefeuille de la société était constitué en 2020 de 4 thèmes de participations :

1) Evergaz : 1er acteur indépendant français du Biogaz créé en 2008. Développe, construit, finance et opère des sites de méthanisation de moyenne puissance ; à ce jour quatorze centrales biogaz en Europe (dont neuf en France) pour près de 30 Mégawatts de capacités électriques installées. Prévision de rachat d’un opérateur allemand cet été pour presque doubler la capacité

2) Everwatt : Holding spécialisée dans l’aménagement énergétique des territoires au travers de l’efficacité énergétique, la migration vers les énergies renouvelables, les technologies de stockage et la compensation carbone.

3) Everwood : Holding de la filière bois et forêts, structurée autour de quatre expertises : la détention d’actifs forestiers, l’ingénierie forestière, l’exploitation du bois et la fourniture de produits bois transformés et enfin la vente de crédits carbone. Everwood dispose de cinq implantations en France et dix-neuf entrepôts utilisés pour les activités e-commerce.

4) Compose , une chaîne de restauration rapide écoresponsable.
La Paper Factory, concepteur d’écoemballages de luxe.

L’augmentation de capital - en plus des acquisitions allemandes d’Evergaz et d’opérations de Everwood et Everwatt en préparation - va permettre d’ouvrir un 5ème thème dans le secteur de l’hydrogène, en prenant une participation dans la société Safra qui conçoit, fabrique et commercialise une gamme complète d’autobus urbains électriques et à hydrogène sous la marque Businova.

Dernière modification par CroissanceVerte (28/06/2021 15h22)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#511 02/07/2021 12h39

Membre
Réputation :   49  

Bonjour CV,

Evergreen procède à une augmentation de capital 8 DPS pour 5 actions nouvelles à 3€… Alléchant.

Vous souscrivez ?

Le potentiel paraît prometteur… Merci pour cette trouvaille et le partage.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #512 02/07/2021 15h12

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

CARNET DE BORD DU VAISSEAU DE MES ENTREPRISES :
          JUIN 2021 : RETOUR DANS L’ESPACE ?               


                                                                                         Commander Stock au rapport                               



       Résumé des épisodes précédents :     


Après 10 mois de poussée stratosphérique, mon vaisseau s’était retrouvé en apesanteur (+36,7%) le 15 février, à la faveur de la bulle (pas seulement verte). Même si la descente subséquente ne fut pas agréable, le plus dérangeant a été l’incertitude de ces quelques mois de retombée chaotique :



J’ai tenté de suivre une stratégie de descente qui faisait consensus : Values et Cycliques, mais la rotation s’est révélée plus virtuelle que réelle, et le retour à la Value fut plus un rattrapage qu’un changement de paradigme.
J’avais visé une zone d’atterrissage qui faisait consensus : L’Asie (la Chine en particulier), mais la rotation, trop rapide, l’avait déjà fait passer !

Cet incident de marché qui aurait pu me ramener les pieds sur Terre, en me sevrant de l’adrénaline du bull market, n’a finalement pas changé mes convictions, même si mes choix de lignes dans ces facteurs qui ne me sont pas familiers n’étaient à l’évidence pas optimaux.

Il n’empêche que le moteur Croissance Verte baignait dans le négatif depuis 3 mois
Au final, j’ai eu la chance de voir redémarrer les moteurs Croissance (y compris verte) avant de me crasher, relançant le vaisseau dans l’espace proche des plus haut de l’année.…

Mais en application du principe de relativité, cette remise sur l’orbite de février a surtout été le fait de boosters non-conventionnels sur lesquels il me faudra revenir…

D’autre part, il faut rester conscient de la présence persistante des forces ennemies – pandémie relancée par variant delta, menace d’ inflation de l’univers, déséquilibres planétaires, bulles gravitationnelles locales – qui n’attendent que l’occasion d’interrompre à nouveau mon voyage vers la frontière de l’infini…

       Re-synchronisation des performances mensuelles :   




Le moteur principal G100 est le premier représentant de ce facteur de croissance:



Comme il constitue 65 % du portefeuille global, sa performance est dominante dans la propulsion. Ses trois composantes Techs, Verts et Divers (santé, luxe, espace et holdings) furent exceptionnellement synchrones ce mois-ci.

Par contre, sa composante PEA a été totalement inefficace jusqu’à cette dernière semaine ou elle a été animée par une seule valeur (EGR)… Une certaine remise à plat sera nécessaire ici.
Autre remise en question : J100 le jumeau virtuel de G100 qui a bien aidé à sa mise au point les premiers mois de sa mise en service en identifiant des arbitrages à réaliser, semble à bout de souffle. Sa performance YTD est de près de 20 points inférieure à celle de G100 et les suggestions qu’il a délivré ce mois ci ont un indicateur de momentum limité : PayPal, Natera, Li Auto et Nuvve. Seules certaines valeurs de technologie pourraient être intéressants, mais ils étaient déjà programmés pour la prochaine fournée des thématiques d’actualité de VRAC : Elastic, Crowdstrike et Innodata

Le moteur secondaire CV100, quant à lui, émerge enfin cette dernière semaine de ses trois mois de plongée dans les abysses des performances négatives ! Pour l’instant, à défaut de soutenir beaucoup la poussée générale, il pourrait cesser de la handicaper…



L’analyse de ses benchmaks internes indique bien que ce sursaut de dernière minute (en espérant qu’il soit durable) est bien le fait de valeurs EnR impliquées dans la bulle et son dégonflement (à commencer par le TOP5 qui rebondi 3 fois plus que CV100) mais pas toutes, puisque seule la poche historique ENER1 est concernée, et donc le solaire plutôt que l’hydrogène.



Pour aider le moteur principal - et pallier à la faiblesse alors persistante du moteur Vert -  j’avais décidé en début de mois de restructurer le propulseur provisoire VRAC pour l’équilibrer en thèmes de Technologie et de Santé. Juste à temps, semble-t-il ! D’autres thèmes vont suivre, dont la cyber-protection évoquée plus haut. En fait, ce portefeuille VRAC est en train de se transformer en benchmark interne réel cette fois du G100, mais avec des thématiques légèrement décalées…



Cependant, en prenant en compte la relativité, le différentiel de performance apporté par cette restructuration ne représente que 0,6 % de celle du portefeuille global (dont VRAC ne constitue que 9%).

       Groupes thématiques :         


G100 : Aucun thème négatif ! La performance est spatiale (et réseaux), mais solidité aussi des outils de santé, des semi-conducteurs, de la tech publicitaire et des verts (Energie et Consommation, l’Environnement redevenant désespérément plat).

CV100 : très fort rebond du solaire et des économies (isolation) et retour aux affaires de Nikola.

VRAC : Excellente entrée en lice de la santé mentale et de la génomique synthétique. Un peu plus mitigé pour les semi-conducteurs (outil et nouvelle génération) surtout comparé aux géants du domaine abrités dans G100, l’automobile est l’un des rares thèmes value/cyclique qui se maintient, mais seulement grâce aux VE chinois …


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#513 02/07/2021 15h30

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2289  

@CroissanceVerte : Bravo pour cette belle performance. Une question me taraude : "Global", c’est une enveloppe à part ou c’est le portefeuille global ? Dans le second cas, comment le portefeuille global peut-il parfois avoir une performance supérieure à celle de toutes les enveloppes (CV100, G100, VRAC) - par exemple en janvier ou en mai ? Intuitivement, la performance du portefeuille global ne devrait-elle pas être plus ou moins la moyenne pondérée des performances des 3 enveloppes (pas exactement, si on calcule un TRI et que les apports varient selon les enveloppes) ? Ou bien "Global" intègre-t-il d’autres enveloppes ?

Dernière modification par Scipion8 (02/07/2021 15h31)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #514 02/07/2021 16h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

Bonjour @Scipion8

Effectivement le portefeuille Global rassemble les 4 portefeuilles CV100, G100, VRAC,… et Spéculatif.

Ce dernier est la soupape qui est issue de la réserve de cash que j’ai gardée au printemps 2020 (après fermeture de tout apport en G100 et CV100) en prévision d’une seconde jambe jamais arrivée et que j’investis depuis l’été dernier dans des spéculations à taille variables parfois très momentum ou bien de forte conviction..

Les plus grosses furent par exemple SunPower l’an dernier en CTO, cloturée, et Evergreen, toujours en cours en PEA (même si j’ai parfois réservé des lignes de ces valeurs dans les autres : par exemple 2500 actions EGR sont attribuées à G100 et 10000 à Spéculatif).

Les plus récentes, en CTO, sur Xebec et Envirosuite après des baisses subites excessives à mon goût et qui se sont interrompues sur des stoploss que je remonte régulièrement à la hausse. (Mais ces opérations ponctuelles ne concernent pas les lignes originelles de Xebec et Envirosuite qui sont dans CV100 depuis l’origine).

Il recueille aussi les dividendes des autres (qui sont donc sans dividende réinvesti car cela me poserait des problèmes technique pour les reporting virtuellement séparés).

Il a une performance généralement supérieure aux autres (pas toujours…) et représente actuellement près de 9% du Global.

Lorsqu’il a largement dépassé cet ordre de grandeur, j’en ai utilisé une partie de décembre à mars pour créer le portefeuille VRAC (puisque je ne fais toujours pas d’apport depuis février 2020).

En raison de ces entrées et sorties fréquentes dans ce portefeuille je n’en fais pas le calcul de performance propre (trop compliqué) mais je signale les opérations que j’y fais.

Je m’apprête d’ailleurs à restructurer le portefeuille VRAC en vendant des valeurs PEA qu’il contient pour me permettre de participer à l’AK d’Evergreen  (en Spéculatif).
D’autre part je vais employer des fonds du CTO de Spéculatif (qui sont actuellement inemployés : pas de spéculation motivante) pour créer d’autres thèmes d’actualité, destinés à VRAC.
Cela implique que je ne pourrai plus suivre la performance de VRAC depuis le début de l’année puisqu’il ne sera plus à enveloppe fermée.
Il renaîtra sans doute à la rentrée avec un suivi ré-initialisé (et un autre nom).

Pardon pour le manque de clarté de ma méthode.

Dernière modification par CroissanceVerte (02/07/2021 16h30)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#515 02/07/2021 23h52

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

HEBDOMA-VERT


LES NOUVEAUX VERTS


IPOs :


Eco Wave Power Global AB (WAVE : NASDAQ) (transfert depuis ECOWVE : Nasdaq First North Growth) Energie houlomotrice suédois.

OX2 AB (OX2 : Nasdaq First North GM) Eolien terrestre suédois ( 2 GW).

Gigante Salmon AS  (GIGA : Euronext Growth Oslo)Elevage de saumons Norvégien.(le 5 juillet)

E-Pango S.A. (ALAGO : Euronext Growth Paris) Acteur de l’optimisation du système électrique, en développant la flexibilité de la demande et en favorisant l’équilibre offre/demande au niveau local, régional et national. (le 12 juillet)

Clean Industry Solutions Europe AB (CISH : Spotlight Stock Market Sweden)(Suède) Holding qui détient Industrial Solar et SolarSpring en Allemagne. Technologies solaires pour le traitement de l’eau  dans l’industrie. (le 12 juillet)

Énogia (ALENO : Euronext Growth Paris) Systèmes de conversion chaleur-électricité (ORC) et compresseurs d’air pour piles à combustible à hydrogène. (le 14 juillet)

Future Biogas Group Plc (Londres AIM) Producteur de biogaz au Royaume-Uni.

Vow Green Metals AS (Euronext Growth Oslo) Recyclage de la biomasse et production de biocharbon pour l’industrie métallurgique.

SPACs :

Pas de nouvelle annonce mais deux confirmations avec

Evgo (EVGO : NASDAQ), réseau de recharge rapide de véhicules électriques (VE) est coté après sa fusion avec Climate Change Crisis Real Impact I Acquisition Corporation (CLII)

Electric Last Mile Inc. (ELMS : NASDAQ), fabricant de véhicules électriques (VE), après sa fusion avec Forum Merger III Corp. (NASDAQ:FIII)

LES CHAMPIONS VERTS :


Cette semaine, le podium des performances de valeurs vertes est… scandinave, avec un jeu de chaises musicales dans l’hydrogène :

Le suédois PowerCell Sweden AB (+10.4%) a vendu sa participation dans la coentreprise Hyon créée en 2017 avec Nel (+6,4%) et Hexagon Purus (+25,2%) la filiale mobilité hydrogène et électrique de Hexagon Composites (+11%). À la suite de cela, la holding verte Saga Pure ASA (+2,6%) a pris une participation de 29% dans Hyon pour étendre ses solutions d’hydrogène maritime. PowerCell pense être plus efficace seul pour investir le marché hydrogène Norvégien.

A cela s’ajoutent :
Hynion AS (+32,8%) stations hydrogènes norvégiennes qui profitent de la nouvelle.

Kyoto Group (+19,5%), stockage thermique de l’énergie.

Eolus Vind AB (+8%) qui vient d’acquérir 260MW d’éoliennes conjointement avec Hydro REIN.

et le sus-cité Eco Wave Power Global AB dont la cotation hier sur le NASDAQ a triplé le cours suédois…


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#516 04/07/2021 09h33

Membre
Réputation :   49  

Bravo pour cette belle performance !

Je n’arrive pas à comprendre comment vous arrivez à une telle performance malgré votre forte exposition verte, SPAC et tech  et la correction depuis février.

J’avoue avoir encore du mal à visualiser concrètement vos portefeuilles et leurs lignes😅 pourriez-vous partager les lignes avec pondération pour plus de clarté ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #517 04/07/2021 20h24

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   565  

CV : j’ai un peu du mal à réconcilier la performance YTD de G100 avec le portefeuille détaillé dans ce message :
Portefeuille d’actions de CroissanceVerte p.18
Plus de la moitié de ces valeurs ont une performance YTD inférieure à la performance du portefeuille, et pour certaines négatives voire très négatives (notamment les vertes, qui logiquement étaient surpondérées en début d’année vu leur progression en 2020)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #518 05/07/2021 21h20

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

CARNET DE BORD DU VAISSEAU DE MES ENTREPRISES
JUIN 2021 :  BOOSTERS SPECIAUX ET PERFORMANCES


Comme promis dans la première partie du reporting, et comme réclamé par @peakykarl et @corran, entre autres :

Mais en application du principe de relativité, cette remise sur l’orbite de février a surtout été le fait de boosters non-conventionnels sur lesquels il me faudra revenir…

Je reviens donc sur la performance qu’aurait du avoir le portefeuille G100 (et le portefeuille Global par voie de conséquence) :

Si je prends les lignes du portefeuille aujourd’hui avec leurs pondérations, et que je calcule sa valeur au 31 décembre dernier, j’obtiens une performance YTD de +12 %.

Le fait que de nombreuses lignes (38%) aient une performance négative (jusqu’à -60%) est  compensé par des valeurs très positives dans l’histogramme des PV YTD.

On peut également noter qu’un certain nombre de valeurs EnR sont revenues à l’équilibre, et également que pas mal de grosses pondérations sont en forte plus value (assez logiquement).
Hors graphe on trouve même des (multi) baggers : Inotiv, Bionano Genomics et surtout Evergreen (j’y reviendrai).



Il faut noter cependant que par rapport au récapitulatif du portefeuille en date du 4 avril,
5 % des lignes ont été arbitrées, et un peu plus encore entre le début de l’année et le 4 avril.

Cela ne devrait pas bouleverser l’ordre de grandeur : seulement un tiers de la performance réellement obtenue !

TELEPORTATION :


Le plus important facteur de sur-performance du portefeuille ce semestre a été une opération de « téléportation » :  un quart du portefeuille G100 à été vendu haut en février et racheté bas en mai.
Plus spécifiquement :
Autour du 20 février, j’ai procédé à un allègement - de moitié ou plus - de 25 valeurs en forte plus value (#398) :
* Vertes en CTO (Tesla, Ballard Power Systems, Bloom Energy, FuelCell Energy, ITM Power, Plug Power, Sunnova, Enphase Energy, SolarEdge, JinkoSolar, Beam Global, Daqo New Energy, SunRun, SunPower).
* Vertes en PEA (McPhy, Fastned, Varta, Alfen, Carbios)
* Tech-Santé en CTO (Nano Dimension, Pacific Bioscience of Californie, Bioanalytical Systems, Fulgent Genetics, Simulations Plus, Twist Bioscience).

Soit 25 % des lignes du portefeuille, et cela a conduit à un niveau de liquidités de 25 % malgré l’allègement seulement partiel, du fait que ces lignes étaient en forte plus value et donc forte pondération dans le portefeuille.

Entre la vente et le rachat (a priori) définitif autour du 17 mai, 3 mois plus tard, ces lignes ont perdu encore plus de 35 % en moyenne, ce qui signifie que G100 aurait été à peine positif YTD de +1,9 % à ce moment là au lieu d’être en fait à +12,7 %.

On trouve ici un autre tiers de la performance.

ENERGIE CINETIQUE: ALLERS-RETOURS & REBOND


De plus, depuis ce rachat, ces valeurs ont repris en moyenne +31% (deux fois plus que les autres lignes), ce qui est pris en compte dans la simulation de performance…  Sauf qu’elles ont été renforcées lors du rachat par rapport à leurs valeurs d’origine, grâce à une augmentation du cash disponible provenant d’aller-retours spéculatifs.

J’ai en effet réalisé pas mal de ces opérations au cours de ce semestre. Toutes n’ont pas été des réussites, mais elles ont tout de même sensiblement fait progresser le cash.

* Dans le portefeuille spéculatif, ce qui a permis au Global de rester accroché à G100 malgré la performance nulle de CV100.

* Mais aussi à l’intérieur de G100 : lignes BONUS (pour les grandes gagnantes Up Fintech, Magnite, Pyrogenesis, Sundial Growers, Marathon, Riot, Gevo, Metabolic Explorer, Navya, et première tentative de rachat de verts sur rebond en mars).

J’attribue ainsi le troisième tiers de la performance au cumul de ces gains spéculatifs et de leur amplification par le rebond des lignes vertes ces 6 dernières semaines (le gain obtenu par défaut via la téléportation étant lui aussi amplifié).

Dernière modification par CroissanceVerte (06/07/2021 07h35)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#519 06/07/2021 10h39

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   260  

@CroissanceVerte je dois avouer que j’arrive aux limites extrêmes de mon cerveau.

Je vous souhaite sincèrement encore de très belles réussites et encore m-erci pour les belles valeurs découvertes grâce à vous.


"Il ne faut pas voir les héros de la coulisse. Quand ils coïncident un moment avec leur légende c'est déjà beaucoup."

En ligne En ligne

 

#520 07/07/2021 11h40

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

Mouvements estivaux :


1) De la place en PEA :


Comme annoncé, dans le but de participer le plus efficacement possible à l’augmentation de capital de Transition Evergreen - et, d’une pierre deux coups, réagir à la faible performance du PEA – j’ai vendu pas mal de lignes depuis quelques jours au gré de la volatilité :

En G100 : Ferrari, The block Chain, Hydrogen Refueling, Bio-UV Group.
Ce qui pourrait me permettre de doubler (pour 5/8ème avec les DPS et le reste à titre réductible si servi) la ligne de 2500 actions EGR attribuée à G100.

En VRAC : Viel, Imerys, Tharisa, Jacquet Metal, Constellium, Renault, Volkswagen, Akwel, Plastivaloire, SMCP, Ryan Air, Amadeus, EDF, et les verts acquis un peu trop tôt (quoique déjà en PV) : McPhy, Everfuel, Scatec, Energisme, Hydrogène de France, DBT.
En Spéculatif : Kumulus Vape.
Ce qui, avec le cash encore en PEA Spéculatif me permettra (si servi) de doubler également la ligne de 10000 EGR attribuée à ce dernier.

Certaines de ces valeurs pourront être rachetées éventuellement plus tard, après la (en cas de) réussite de cette opération spéculative.

2) Evergreen en CTO :


J’ai étendu cette opération Evergreen au CTO (spéculatif). Pourquoi ne pas le faire profiter lui aussi de la culbute que j’anticipe ? Et puis c’est là qu’il reste des fonds en l’absence de spéculation (et si ça, ce n’est pas de la spéculation ?). Comme je ne crois pas que les demandes de souscription libre seront servies, j’ai décidé d’acheter 8000 actions Evergreen sur le marché (entre 3,4€ et 3,7€ soit 20 % au dessus de l’AK) avec tout le cash encore disponible en CTO Spéculatif après les achats listés ci-dessous en thèmes d’actualité ces dernières semaines.

3) Renforts en CTO des thèmes new-ex-VRAC :


Santé Mentale :


* Little Green Pharma (LGP:ASX), du côté du cannabis, sur un signalement de @corran.

* Cassava (SAVA), pris finalement sans attendre. Comme @corran, à nouveau, me l’a fait remarquer :  il est bien possible qu’il ne redescende pas !

* Marinus Pharma (MRNS). Un pari sur une seule molécule, la ganaxolone, qui semble aide à lutter contre l’épilepsie et diverses dépressions (post-partum…). Sortie de phase 3 dans les mois à venir pour certaines applications. Je m’y retrouve en bonne compagnie avec Michael Burry et @PoliticalAnimal .

* GH Research plc (GHRS) J’ai failli acheter après son IPO irlandaise la semaine dernière, pour rejoindre Atai Life Science (ATAI) en PEA. Ils développent une forme de 5-MeO-DMT, drogue psychoactive très puissante (à l’origine issu du venin de crapaud du désert de Sonora) contre la dépression résistante au traitement. Mais ils sont seulement en début de phase 2, c’est un peu tôt, et ils font face à la concurrence de Beckley Psytech (non coté) déjà bien avancé… Je sursois.

Biologie synthetique :


Intellia Therapeutics (INTLA) : Résultats prometteurs de la phase 1 du NTLA-2001, une paire de brins d’ARN messager entourés de nanoparticules lipidiques (LNP) pour le traitement par re-programmation de cellules afin de traiter une pathologie rare du foie. C’est une technique qui pourra s’appliquer à beaucoup d’autres pathologies sans trop de difficulté. Mais ce n’est qu’une phase 1. Ils viennent de faire encore une grosse AK et en feront d’autres…  Je sursois.

D’autres biotechs m’attirent comme Beam Therapeutics, qui vient de conclure un beau contrat de recherche avec Apellis… Mais il faut que je me maitrise : Je sais d’expérience et de notoriété publique que mon tropisme vers les biotech est dangereux pour mes performances… Donc finalement rien dans ce thème.

4) Nouveau thème d’actualité : Cybersécurité


J’essaierais de détailler plus tard mes choix dans ce domaine foisonnant que je connais assez mal !

J’ai acheté pour l’instant en CTO : Docusign (DOCU), McAfee (MCFE), SentinelOne (S), Fortinet (FTNT), CrowdStrike Holdings (NET), Palo Alto Network (PANW), Dynatrace (DT) aux USA, le britanique Darktrace (LON :DARK), ainsi que deux petits australiens spéculatifs : archTIS Limited (ASX:AR9) et Tesserent Limited (ASX:TNT)

Et en PEA, je prévois d’acheter lorsqu’il sera à nouveau en fonds : Wallix (ALLIX), Elastic (ESTC), les rattrapages possibles Atos (ATO) et  Verimatrix (EPA :VMX) et le petit espagnol spéculatif FacePhi Biometria (EPA :ALPHI).


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #521 11/07/2021 07h26

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

******** HEBDOMA-VERT **********


Les nouveaux verts :


IPOs :


Biotalys (BTLS : Euronext Brussels) Entreprise de technologie agricole (AgTech) qui vise a développer des bio-fongicides et bio-insecticides pour la protection des cultures et des aliments. Le 5 juillet.

Salmon Evolution ASA (SALME) Encore un producteur de saumons norvégien, transféré sur Euronext Growth Oslo le 9 juillet.

Greenvolt (GVOLT : Euronext Lisbon) Producteur d’énergie par biomasse portugais (filiale du groupe agronomique Altri) qui veut s’étendre au solaire et à l’éolien. Le 15 juillet.

Hydrogen One Capital  (HGEN : London Stock Exchange) : Fond d’investissement dans l’hydrogène vert anglais. Le 27 juillet.

Kuniko (KNI : ASX) Compagnie minière respectueuse des critères ESG dans l’extraction de Cobalt, Nickel et Cuivre en Norvège. Le 23 aout.

Reculs :


Blue Elephant Energy, le gros développeur et exploitant d’EnR allemand qui devait faire son IPO a finalement préféré vendre une participation de 15% à Athos, le véhicule de la famille Struengmann pour 75 M€.

SPACs :


Athena Technology Acquisition Corp. (ATHN) s’associe à Heliogen, fournisseur d’énergie solaire dont Bill Gates est l’un des actionnaires.

Dans le cadre d’une demande croissante en Imagerie satellitaires environnementale, je citerai également : dMY Technology Group, Inc. IV (DMYQ) qui va fusionner avec l’américain Planet Labs, et CF Acquisition Corp. V (CFV) qui va fusionner avec  l’argentin Satellogic.

Enfin les SPACs verts s’installent bien en Europe avec la cotation sur Euronext Amsterdam le 30 juin de Climate Transition Capital Acquisition 1 (CTCA1).

Rumeurs :


Argo AI, l’entreprise de Véhicules Autonomes soutenue par Ford  et Volkswagen préparerait une IPO (ou une fusion SPAC).

Polestar, le constructeur de Véhicules Electriques haut de gamme appartenant à Geely et Volvo pourrait fusionner avec la SPAC Gores Guggenheim Inc (GGPI)

****************************

LES CHAMPIONS VERTS


En cette semaine volatile, les champions verts ont des records très fragiles :

En Suède, Hybricon Bus Systems (8R4.F, +59 %), développeur de bus électriques, en a vendu 2 à Transdev…

Aux USA, Ascent Solar Technology (OTCMKTS: ASTI, +39%), le petit producteur de capteurs solaires souple que j’avais évoqué en début d’année lors de sa renaissance avec la prise de participation de TubeSolar, annonce de bons résultats (pas difficile à partir de pas grand-chose) et une étude du Centre Aérospatial Allemand pour utiliser leur technologie dans des voiles solaires pour l’exploration spatiale…

En Norvège, Airthings (AIRX, +23%), le fabricant de capteurs pour la qualité de l’air bénéficie d’une recommandation positive…

En Espagne, c’est une mine d’Uranium qui obtient l’autorisation d’exploitation pour Berkeley Energia (BKY cotée à Londres, +19 %)…

En France : NamR (ALNMR, +13,5%), rebond mardi pour la société de logiciels pour la rénovation géo-energétique après la baisse qui avait suivie ses débuts en bourse le 15 juin (reco d’Eric Lewin ?)…

******************************

LA CONTROVER(T)SE DE LA SEMAINE : NUCLÉAIRE VERT ?


La dispute de Tartuffes pour inclure ou pas le nucléaire dans la taxonomie verte européenne atteint un point d’orgue.
Les politiques essaient de refiler la patate chaude de la responsabilité de la décision à divers groupes d’experts.

La situation est pourtant simple : Si la priorité est la réduction des gaz à effet de serre, le nucléaire est objectivement et indubitablement indispensable. Point.



Quand au fameux critère du DNSH (« Do Not Significant Harm ») il est inévitablement relatif (le risque absolu n’est pas mesurable), et par comparaison aux millions de morts provoquées par les énergies fossiles, le nucléaire est largement le plus sur moyen de produire de l’énergie.



Le réel risque des déchets - qui faisait de moi un anti-nucléaire au siècle dernier -  est potentiel et lointain, alors que le changement climatique est tangible et urgentissime.

Ces tergiversation purement politiques restent très européo-allemandes.  Selon le World Nuclear Association, on compte actuellement 441 réacteurs en fonction, pour une puissance  installée de 392 GW. 60 réacteurs sont en construction (66 GW), 99 sont en planification avancée ou commandés et 325 sont proposés. La Chine qui veut augmenter de 40% sa puissance nucléaire d’ici à 2025 et l’Inde qui planifie de tripler son parc nucléaire pour 2030 n’ont pas d’états d’âmes.



***************

DU COTE DU PORTEFEUILLE :


Mauvaise semaine : baisse de -2,1 % (contre -0.5% pour le CAC40, -0,1 % pour le S&P500, -0.05% pour le Nasdaq100, et  0,4 % pour le CW8). Et c’était bien pire jeudi. La volatilité est le prix de la performance, j’assume.
D’autant que cela reflète aussi le cours d’Evergreen qui est descendu à peu près au prix de l’AK (3€). J’en profite pour amplifier l’opération en mode quitte ou double. Pour cela j’ai vendu en G100 :

Des lignes en faiblesse récurrente : Pushpay, Electro Optic Systems, Resmed.

Des lignes acquises trop haut avant baisse : Pubmatic, Digital Turbine, Loral space.

Des valeurs de croissance en forte baisse (qui reviendront en portefeuille dès que possible) : Pyrogenesis, Bionano Genomics, Pacific Bioscience, Twist Bioscience.

Et les chinois Alibaba, Tencent (et son interface européenne Prosus) en reprise en main politique.


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#522 15/07/2021 22h28

Membre
Réputation :   1  

Voici une vidéo de la très jeune société Genvia. 

Conférence de lancement

A partir de 1heure 6 minutes jusqu’à 1heure 10 minute, il montre le laboratoire du CEA qui fabrique un "stack". Ce "stack" peut fonctionner comme électrolyseur ou générateur d’énergie.

Hors ligne Hors ligne

 

#523 17/07/2021 07h19

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

********* HEBDOMA-VERT *********


Les nouveaux verts :


IPOs :


BioFish Holding AS (BFISH : Euronext Growth Oslo) Encore un producteur de saumons.

SPACs :


CBRE Acquisition Holdings, Inc. (CBAH) va fusionner avec la société  Altus Power, développeur et opérateur de parcs solaires ( 265 MW actuellement)

Ivanhoe (IVAN) va fusionner avec le fabricant de batteries pour véhicules électriques SES, spin-off du MIT et dans lequel GM, Hyundai et Geely investissent.

Reinvent Technology Partners Y (RTPY) va fusionner avec Aurora la société de Véhicules Autonomes qui a racheté Uber ATG - la division de conduite autonome d’Uber - en décembre et le fabricant de lidars OURS Technology. La société a déjà un partenariat avec Denso et Toyota pour fabriquer une flotte de VA.

Rumeurs :


Next.e.GO Mobile SE, constructeur allemand de petits véhicules électriques, cherche à se coter via une SPAC ou une IPO.

Raízen, le producteur brésilien de biocarburants, joint-venture entre Royal Dutch Shell et Cosan, prépare une IPO.

LES CHAMPIONS VERTS :


Il a fallu aller en dénicher en extrême orient…
GCL New Energy (0451 : HongKong, +19%)
Daiseki Eco Solution (1712 : Tokyo, +12%)

LA SURENCHERE VERTE DE LA SEMAINE


La Commission européenne a proposé son paquet climat « Fit-for-55 », qui vise à réduire de 55 % les émissions de gaz à effet de serre de l’Europe.

La mesure la plus spectaculaire est la fin des voitures thermiques neuves en 2035, accompagnée de la promesse d’un point de recharge électrique tous les 60km et d’une station hydrogène tous les 150km. La consommation de biocarburants avancés et d’hydrogène augmenterait respectivement de 2,2 % et de 2,6 % et l’on commence à s’attaquer à la combustion de bois et d’agro-carburants.

La plus controversée est une extension du marché carbone aux importations (d’acier, aluminium, ciment, engrais, électricité) et aux transports aériens et maritimes est prévue avec élimination progressive des quotas gratuits. Un mécanisme de « compensation » aiderait les pays à faible PIB et les ménages.

Du point de vue énergétique, le plan prévoit un nouvel objectif de 40% d’EnR dans le mix européen en 2030, contre 32 % précédemment, et 20 % aujourd’hui. Cela implique une augmentation annuelle de 1,1 % d’utilisation d’EnR dans les secteurs industriel et habitat et une augmentation de 1,5 % des économies d’énergies annuelles. Pour y parvenir, la croissance de la production éolienne et solaire, encore trop lente,devrait tripler !

Ce plan rend déjà obsolète la loi climat et résilience que le gouvernement français veut faire adopter !

DU COTE DU PORTEFEUILLE :


Encore une mauvaise semaine : baisse de -4,1% (contre -1,1% pour les indices et -0,2% pour le CW8).
Décidément, j’ai encore pris une vessie pour un vaisseau, et il lanterne !
La tentative d’échappement a fait long feu.
Nous sommes retombé sur une orbite basse (YTD +23%) et avons régressé d’un mois…
La situation est bien trop turbulente pour que j’ose une quelconque téléportation.

Je me contente donc de continuer à charger la chaloupe de Transition Evergreen à l’approche de l’échéance : achats entre 3 et 3,08€ avec les résultats des ventes d’une grande partie de l’ancien portefeuille VRAC, lignes dont la perspective de gain à court terme me paraît loin de celle d’Evergreen, surtout dans la conjoncture actuelle…

FINANCE : vente de HDFC Bank Limited, Wells Fargo, Signature Bank, ZK International Group.
      Ne restent que Société Générale et Pax Global Technologies
MATERIAUX : Freeport-McMoRan, Energy Fuels, Lynas Rare Earth, Red Rivers Resources, Impala Platinium, Trinseo, United States Steel Corporation, Advance Nanotek, ArcelorMittal.
      Ne restent que Ossisko Gold, 2 daubasses et Flat Glass Group..
AUTOMOBILE : General Motors, Arrival, Tata Motors.
      Ne restent que NIO, BYD, D’Ieteren, Hexcel, Magna et une daubasse.
CONSOMMATION : Ambev, BAIDU, Kadokawa.
      Ne reste que Hugo Boss.
VOYAGES : Carnival, United Airlines, Fosun Tourism Group, Nippon Yusen
UTILITIES/ENERGIES : Assystem, Nel, PowerCell, Beijing Enterprise Holdings
      Ne restent que China Longyuan Power et Azure Power Global.
Je n’ai pas touché aux thèmes d’actualités (Semi-conducteurs, Santé mentale, Génomique Synthétique, Cybersécurité), ni à l’immobilier.

Après cet arbitrage, les lignes Evergreen (en PEA et CTO) représentent 15 % du portefeuille global.

Dernière modification par CroissanceVerte (17/07/2021 07h53)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#524 17/07/2021 09h01

Membre
Réputation :   49  

Bonjour CV,

Décidément c’est énorme pari sur Evergreen… 15% de votre PTF cela représente 150k€ ? 😮

C’est sûr qu’elle semble avoir un beau potentiel…

Freeport McMoran, Texas Pacific Land et crowdstrike sont chères mais semblent en avoir sous le pied encore…

Le pari sur l’argent compte tenu du fort potentiel sur les panneaux solaires peut être intéressant surtout dans un contexte inflationniste… Avez-vous des valeurs en vue ?

Dernière modification par peakykarl (17/07/2021 09h03)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #525 23/07/2021 20h51

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391  

wink wink wink Le jeu de l’été wink wink wink


Anticipation des luttes et lutte contre les anticipations…


Qui est qui ?



Un indice ? Trois en fait. Un indice de reproduction, un indice de température et un indice des prix…

Comparaison n’est pas raison et en jouant sur les échelles, on fait dire un peu ce qu’on veut à une courbe.
Certes.
Mais pas tout à fait.
Ici, chacune sur sa durée, la courbe MONTE sur la fin ! Incontestablement…

La semaine dernière, j’évoquais le paquet climat « Fit-for-55 » de la commission européenne et ses objectifs inatteignables dans la trajectoire actuelle.
Deux autres incitations la même semaine, dans des domaines différents, m’ont semblé de la même famille (tout en abhorrant le relativisme, mon esprit est ainsi fait qu’il met tout en parallèle…) :
* La Fed a encore répété que l’inflation croissante aux USA ne sera que temporaire.
* Le président Macron a annoncé l’extension prochaine du pass sanitaire. (SVP, si vous désirez réagir à cet aspect particulier, merci de le faire sur la très active file ad hoc. Ce n’est pas le sujet ici…)

A l’origine de ces trois interventions, ces trois courbes croissantes représentant l’inflation, les contaminations, et le réchauffement. Pour chacune, des modèles récents prévoient une brutale accélération. Chacune représente un danger mondial d’ordre différent (économique, sanitaire, climatique) mais aux répercussions importantes dans la vie quotidienne de la population.

Les institutions en charge de ces dossiers ont donc fait des propositions pour tenter de casser cette dynamique. Et cela passe par une difficile gestion des anticipations de la population.

Il y a les anticipations laxistes, qui estiment par exemple qu’on a le temps de prévenir la crise climatique et qu’on a bien d’autres priorités ; ou bien qu’un bon coup d’inflation fera du bien à la résorption de la dette.

Il y a les anticipations auto-réalisatrices, qui pourraient par exemple faire croitre l’inflation à un rythme spirale insoutenable.

Il y a les anticipations floues, qui font que dans le doute, par exemple, il vaut mieux maintenir l’épidémie à un bas bruit, au prix de contraintes de plus en plus pesantes.

Il y a les anticipations catastrophistes, imaginant par exemple que les contraintes sanitaires sur la liberté vont conduire à la dictature, ou bien que le point de basculement climatique est déjà passé et qu’on est foutus…

Il y a les anticipations complotistes, qui se vautrent avec délice dans les biais cognitifs et les contradictions en contestant les faits établis.

Et le mélange de tout ça fait que, dans un monde hyper connecté où les anticipations se diffusent à grande vitesse (et d’autant plus vite qu’elles sont erronées), lutter contre elles devient de plus en plus essentiel.
Or lutter contre une anticipation, surtout dans l’urgence, entraine souvent à utiliser des techniques de manipulation de l’opinion, ce qui renforce la défiance envers les instances de décision, et donc les pires anticipations !

Au bout du compte, la lutte contre les anticipations pourrait faire oublier l’anticipation des luttes pourtant essentielles dans lesquelles nous sommes plongés…

Bref, finalement, le jeu n’est pas si amusant que ça…

sad sad sad Désolé sad sad sad




Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de croissanceverte"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur