Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#476 24/05/2021 23h14

Membre (2021)
Réputation :   6  

Merci pour votre réponse CroissanceVerte.
Je vais voir pour vous répondre mais je ne suis pas sur de le pouvoir.

Par exemple pourquoi choisir Teradyne plutôt que Applied Materials qui elle me semble croitre plus vite ?
Et bien parce que les robots collaboratifs sont la prochaine étape aussi bien l’industrie que pour l’armée (robot et drone). Bien que maintenant que j’y pense le robot létal ne devrait pas rentrer dans mes critères.
J’investis depuis peu et j’essaie de le faire au gré de mes lectures et du feeling, mais la quantité d’informations dont vous disposez m’impressionne, comme le délestage de la dette sur Maxeon.
Et aussi je manque de temps, je suis dans les couches … en ce moment.

A moi de vous dire que je n’investirai pas sur Daqo pour 3 raisons :
- Biden a dit que le plan infrastructure profitera aux entreprises américaines.
Ce n’est pas pour rien que Heidelbergcement vend ces cimenteries aux US
- il a reçu un rapport entre ces mains sur le travail forcé des ouïghours dans les usines de polysilicium du Xinjiang. Et il a clairement dit ce qu’il en pensait. Je viens de regarder la perf au premier janvier, je ne comprends pas que le marché n’ai pas intégré ce risque.
- Si le rapport dit vrai moralement ce n’est pas possible d’y investir.  Alors que dire du critère ESG ?

Hors ligne Hors ligne

 

#477 25/05/2021 09h37

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  

       HDF Energy : Belle IPO d’un producteur français d’électricité par l’Hydrogène       


Investir, le 25 mai a écrit :

HDF Energy, spécialiste des infrastructures de production d’électricité grâce à l’hydrogène, annonce aujourd’hui l’approbation de son document d’enregistrement auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), première étape de son projet d’introduction en Bourse sur Euronext Paris.

Crée en 2012, HDF Energy explique développer, aux côtés de partenaires, des projets de construction de centrales de forte capacité (multi-mégawatt) produisant de l’électricité à partir d’hydrogène vert ou décarboné.

La société a notamment annoncé la construction d’une usine en Nouvelle Aquitaine qui doit être dotée d’une capacité de plus de 100 mégawatts et être livrée en 2023. Cette usine représente un investissement de 20 millions d’euros.

La société a par ailleurs indiqué viser un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros à l’horizon 2025 pour une marge brute d’exploitation (Ebitda) de 35%.

Entreprendre.fr, le 7 mai a écrit :

L’usine de Ford Blanquefort, près de Bordeaux, qui confectionnait des boîtes de vitesses pour le constructeur américain, va être transformée en un site de production de piles à combustible.

Soutenu par la région Nouvelle-Aquitaine, ce projet d’usine devrait voir le jour en 2023 et sera mené par l’entreprise Hydrogène de France (HDF Energy). Une centaine d’emplois seront créés pour l’occasion sur l’ancien site industriel. Pour la PME bordelaise spécialisée dans les centrales électriques à hydrogène, c’est l’occasion de créer une usine, unique en Europe, qui fabriquera des piles à hydrogène pour l’industrie.

Techniques-ingenieur, le 5 mai a écrit :

Deux entreprises françaises, Atos et HDF Energy, développent une solution complète pour alimenter des datacenters avec de l’hydrogène généré par des énergies renouvelables. De son côté, Microsoft réfléchit à utiliser des piles à hydrogène pour remplacer les générateurs diesel de secours de ses centres de données.

Pour Microsoft, l’intégration de différentes énergies renouvelables et de piles à hydrogène lui permettrait de relever le double défi qu’il s’est fixé : être non seulement neutre en carbone d’ici à 2030, mais aussi éliminer de 2030 à 2050 autant de carbone qu’il en a émis au cours de son histoire.

Mais deux entreprises françaises sont plus ambitieuses que Microsoft. Atos et HDF Energy (fabricant de piles à combustible à forte puissance) ont pour objectif la mise en opération, dès 2023, d’un premier datacenter fonctionnant à l’hydrogène vert.

« Avec Atos, nous avons le projet de remplacer les générateurs diesel, mais aussi d’aller au-delà pour travailler sur des systèmes intelligents de fourniture d’électricité voire même de s’interfacer avec des énergies renouvelables et stocker de l’énergie pour la nuit. Pour faire de l’alimentation continue sur plusieurs jours, nous raisonnons plutôt en smart grid car la pile à combustible ne suffira pas à remplacer la ligne électrique. Une énergie retrouvable sera connectée directement au datacenter et lorsqu’elle n’est pas disponible, nous compenserons avec la pile à combustible et un stockage en hydrogène », nous explique Benoît Fournaud, directeur études et projets d’Hydrogène de France (HDF).

Atos concevra et fournira le matériel, les logiciels et les services d’intégration qui permettent d’exploiter l’électricité produite à partir d’hydrogène vert, en s’appuyant notamment sur des technologies d’intelligence artificielle (IA) pour optimiser la consommation.

HDF Energy apportera la centrale électrique fournissant une électricité prévisible et stable grâce à des piles à combustible de forte puissance alimentées par cet hydrogène vert, issu de parcs photovoltaïques ou éoliens.

« Nous sommes en train de valider notre design de piles à forte puissance de 1,5 mégawatt [Microsoft utiliserait des piles destinées à la mobilité, NDLR] pour produire en série dans une usine à Bordeaux. Nous serons opérationnels en 2023 pour fournir des piles qui peuvent répondre aux besoins des datacenters », précise Benoît Fournaud.

Dernière modification par CroissanceVerte (25/05/2021 09h38)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#478 26/05/2021 21h40

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  

ça chauffe pour les majors !…


Dans la même journée :

Un fond activiste mène une fronde contre l’absence de politique climatique d’Exxon et obtient de remplacer plusieurs administrateurs.

En AG de Chevron une proposition demandant à ce que l’entreprise réduise les émissions de gaz à effet de serre de ses produits a recueilli 61% des votes malgré l’opposition du conseil d’administration.

Un tribunal hollandais ordonne à Shell de diminuer drastiquement ses emissions de CO2.

Greenpeace publie une série documentaire sur les stratégies d’influence contestées de Total, à quelques jours d’une AG où sa résolution climat risque d’être jugée insuffisante.

Dernière modification par CroissanceVerte (26/05/2021 22h45)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #479 27/05/2021 07h14

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  

            Les avatars verts du dieu plastique             


                Livre 1 : Un culte qui a dégénéré                 

 

Nos parents l’ont porté aux nues… Nos enfants le voue aux gémonies !

Son substantif évoque le polymorphisme, son adjectif l’adaptabilité, son féminin l’esthétique…

Pendant plusieurs décennies le plastique fut une matière miracle, capable de  remplacer les matériaux tels que le bois, le métal, le verre ou les tissus naturels…

Il est devenu indispensable dans de très nombreux secteurs.



Mais le culte a dégénéré : à la fin des années 70 est venue l’ère du jetable… La production a explosé.



C’est ainsi qu’une religion entraine le monde vers l’enfer : l’industrie du plastique a de plus en plus d’impact sur la crise écologique.

Cela concerne particulièrement les océans dans lesquels la pollution par des débris visibles double maintenant tous les dix ans, et pas seulement dans les 5 vortex que l’on appelle le 7ème continent car aucun n’est épargné, à commencer par l’arctique..



Des millions d’animaux marins en meurent chaque année.
Au rythme actuel, en 2050, le poids de plastique dans l’océan dépassera celui de la faune ! Ces déchets mettent plusieurs centaines d’années à se décomposer… en microparticules qui ne sont pas bio-dégradables !

Il y a des micro-particules partout, dans l’eau du robinet comme dans celle des bouteilles, dans l’air comme dans la mer. Nous en ingérons 5g par semaine et ne savons pas quels en sont les effets. Par contre les effets des additifs au plastique comme le bisphénol ont été démontrés dans la perturbation endocrinienne et le cancer.

Mais le plastique a aussi un effet important sur la crise climatique: au rythme de croissance actuel, l’industrie de production du plastique pourrait rapidement représenter 10 % du total des émissions de gaz à effet de serre… Et c’est sans compter le fait que la décomposition des déchets plastiques en produit beaucoup aussi, et que l’on commence à soupçonner que les microparticules ont un effet délétère sur les micro-organismes marins responsables de l’absorption du CO2 par l’océan…

Il est donc indispensable de maitriser la prosélytisme de cette religion du plastique, dont les effets, même quand ils sont « gérés », produisent des dégâts importants (décomposition et échappement des décharges, production de gaz à effet de serre par incinération). Et ce n’est pas seulement le fait des pays en développement…



Certainement aidés par le blocage de l’importation des déchets plastiques par la Chine, l’Europe a donc adopté en 2019 la EU SUP Directive (EU Single-Use Plastics Directive), les USA le Break Free from Plastic Pollution Act, et même la Chine a décidé de supprimer les sac plastique d’ici 2022.



Malheureusement, ses thuriféraires profitent de la crise sanitaire (qui à fait augmenter de 10% les déchets plastiques ménagers et hospitaliers) pour activer leurs lobbies sous prétexte que le plastique a sauvé le monde de la pandémie !

Qui sont ils ? Environ 300 entreprises de production de polymères, dont les 20 principaux pétrochimistes et géants de la chimie qui produisent la moitié du plastique de la planète.



Leur lobbying est d’autant plus efficace que 30 % d’entre eux appartiennent aux états sur lesquels ils font pression (moyen-orient, Chine, Inde,…) !

On comprend bien que les pétroliers, dont les perspectives dans la fourniture d’énergie et de carburant commencent à s’amenuiser, aient tout intérêt à renforcer ce débouché des hydrocarbures (qui pourrait en représenter 50 % d’ici 50 ans)…
Pour eux comme pour les géants de la chimie, le double langage est la norme et, tout en poussant à la production et à la consommation, ils prétendent agir dans le sens d’une circularité vertueuse en développant des recherches et des acquisitions dans les domaines du recyclage ou des alternatives renouvelables au pétrole.
L’ampleur de ces efforts est clairement minimal.



Mais si chiches ou hypocrites que puissent être leurs investissements dans ces domaines, il n’en reste pas moins possible qu’il en naisse de vraies solutions ! Nous en reparlerons…

Quoi qu’il en soit, la seule bonne politique serait d’inverser la pyramide de gestion du plastique en commençant par empêcher son utilisation quand il n’est pas indispensable (emballages, vêtements, etc.), puis revenir à un usage multiple, comme au bon vieux temps. Seulement en troisième rang envisager un (véritable…) recyclage des déchets. A la limite, incinérer pour produire de l’énergie, avec précautions et en sachant que la rentabilité en est très faible. Et au pire envisager un stockage précautionneux du reliquat.



Mais ce qui intéresse commercialement les producteurs, c’est bien sur d’abord le plastique à usage unique, d’où leur greenwashing orienté vers le recyclage plus que le ré-emploi.

Et ils sont malheureusement suivis en cela par les fidèles du second cercle dans la chaine de valeur : les grandes marques de produits de consommation, leurs principaux clients, qui emploient de très nombreuses tactiques pour éviter de changer leur usage du plastique tout en ayant l’air de s’en préoccuper.



A la limite, on peut se demander si ce ne sont pas les petits pure-players de l’emballage plastique qui font le plus d’effort pour suivre les recommandations supra-nationales, et réformer leurs productions dans le sens d’un réemploi le plus vertueux possible. Il faut dire qu’ils sont talonnés par les producteurs d’emballage en carton ou en verre…

Cela pourrait-il expliquer la grande plasticité boursière du secteur, qui va d’une entreprise éternellement sous-valorisée oscillant entre value et GARP comme Guillin (ALGIL)… Jusqu’à une vieille valeur de croissance renaissant de ses cendres (avec une performance boursière étourdissante en 2020) sous le nom de Tupperware (TUP) ?

Cependant, si leurs tentatives sont peut-être plus sincères, elles se heurtent elles aussi au gros problème du recyclage que j’examinerai dans la suite…


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #480 28/05/2021 15h15

Membre (2014)
Top 50 Réputation
Top 10 Vivre rentier
Top 5 Crypto-actifs
Top 10 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   610  

Je suis votre portefeuille avec intérêt, aussi j’espère que vous m’excuserez pour cet aparté:

CroissanceVerte, le 27/05/2021 a écrit :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/ … ique_3.jpg

Lorsque que ces chiffres énormes apparaissent, les gens imaginent qu’il y a une zone de la taille de la Mongolie sur laquelle on pourrait presque marcher sur le plastique.
Petit éclaircissement sur ces valeurs:
80.000 tonnes de plastique sur 1.6M de km², ça fait:
80.000.000.000g sur 1.600.000.000.000m² soit 1 gramme de plastique en suspension sur une colonne d’eau de 30m de profondeur faisant 4.5mx4.5m à la surface

Un sac plastique faisant 5g, il faut une zone de 100m² sur 30m de profondeur pour récupérer une masse de plastique équivalent.

Edit: Bien sûr une faute peut s’être glissée dans ces calculs. N’hésitez pas à corriger le cas échéant

Dernière modification par Faith (28/05/2021 15h24)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #481 28/05/2021 17h29

Membre (2019)
Réputation :   27  

Vous relativisez les chiffres donnés par Croissance Verte, et, en effet, votre post est factuel : 1 g de plastique dans 30m x 4,5m x 4,5m soit 607,5m3 d’eau, ça fait peu de plastique par rapport à la quantité d’eau en effet.

Mais, au final, c’est surtout parce qu’il y a beaucoup d’eau, ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas beaucoup de plastique.
Par exemple, ça en fait beaucoup plus par rapport à la quantité d’êtres vivants dans les océans.

On peut également relativiser l’a variation du taux de plastique :
1 g de plastique pour 607,5 m3 d’eau, c’est (à la louche) 2 fois plus qu’il y a 20 ans ; 3 fois plus qu’il y a 30 ans et 10 fois plus qu’il y a 50 ans.
Et je ne parle pas de l’augmentation du taux depuis 100 ans qui n’est pas définissable mathématiquement. Pourtant, 100 ans est une échelle de temps infime par rapport aux cycles géologiques. Difficile de prévoir les conséquences…

On peut également relativiser en se disant qu’il faut seulement (chiffres non contractuels mais c’est pour l’idée) 1g de Novitchok ou de Cyanure par litre de sang pour tuer un être humain… Cela ne rend pas le Novitchok ou le Cyanure moins nocif.

Mon idée ici n’est pas de dire qu’on va tous mourir à cause du plastique dans les océans ; mais je pense juste que votre post tente de relativiser un problème qui ne le mérite pas.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #482 28/05/2021 17h44

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  

Bonjour @Faith
Vous avez bien sur raison, ça se saurait si on pouvais aller se balader sur le "7ème continent" ! Mais ça va toujours mieux en le disant …
Et c’est vrai que les "vues d’artistes" et l’envie de frapper les esprits pour stimuler les consciences peuvent conduire à des représentations peu réalistes, comme des photos hors contexte issues d’embouchures de fleuves pollués.

Les auteurs de l’étude originale ont défini la zone polluée dans le vortex, ou "gyre", à partir d’un kg de plastique par km2, soit 1mg/m2, ce qui n’est pas très spectaculaire.

Dans les 1.6 millions de km2 correspondants, ils ont ramassé une moyenne de 50 kg par km2, ou, effectivement, 5g pour 100m2.
Statistiquement, il doit donc bien y avoir des zones, au centre des gyres avec une forte concentration, peut être 100 fois plus (1 sac au m2 ?), mais pas au point de marcher dessus…

Sans être un spécialiste de la question, il me semble que cette étude porte sur les déchets flottants (ramassage par chaluts "Manta", et images aériennes pour les gros débris) et pas sur 30 m de profondeur.

Quoi qu’il  en soit, leur modèle semble montrer qu’au delà de cette quantité considérable de déchets flottants plus ou moins visibles (et déjà très dangereuse pour la faune et la chaine alimentaire), 100 fois plus sont probablement déposés dans les sédiments, les canyons sous-marins, et absorbés par la faune…

Dernière modification par CroissanceVerte (28/05/2021 17h46)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #483 29/05/2021 07h19

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  



Je commence avec un peu d’avance (mais la séance du 31 se fera sans les USA…) le reporting des portefeuilles.
Le mois était mal parti, dans la lignée des précédents, mais l’on assiste à un retour in extremis de la performance grâce à cette dernière semaine. Ça fait du bien, mais ce rebond est encore bien trop fragile pour le croire acquis.

Le portefeuille Croissance Verte CV100 reste d’ailleurs négatif, avec peu de thèmes en hausse franche.



VRAC100 progresse légèrement, malgré la faiblesse persistante moyenne de ses valeurs asiatiques (et leur grande volatilité : elles trustent les Tops comme les Flops!) et des utilities de l’énergie, et la rechute de l’automobile et ses équipementiers.



Par un paradoxe apparent, ce sont les valeurs Vertes de G100 qui soutiennent la performance de ce dernier, Mais c’est grâce à la stratégie du  rachat des lignes EnR il y a 10 jours, les amenant à +8,6 % sur le mois au lieu de -3,7 % si elles avaient été présentes dans le portefeuille depuis le début du mois !
Les thèmes Divers sont en légère hausse (par le luxe et le vol réussi de Virgin Galactic) et la Tech rechute…



Le bonus du mois provient du…

Portefeuille spéculatif +13 %


Très bon mois (grâce aux rebonds de Xebec et Envirosuite) pour ce portefeuille spéculatif (représentant 8 % du global) regroupant le cash et les opérations spéciales hors des 3 grands portefeuilles G100, CV100 et VRAC.

Ce mois-ci, j’ai essayé de ne pas m’éparpiller et d’éviter les impulsions en me concentrant sur des convictions.

Les grosses positions (38 % chacune du portefeuille aujourd’hui) : Evergreen (en PEA +230 % en 10 mois, mais stable ces derniers mois en attendant la fusion prévue le 26 juin) et Xebec (en CTO +29 % depuis 15 jours) qui courent.

A côté de ça j’ai consacré les 10 % de cash du portefeuille à quelques aller-retour successifs (pas plus d’un en PEA et un en CTO simultanément) sur des convictions :

En PEA :  Neoen (MV -6 %, à contre-temps), puis Median Technologies (PV +12% en une semaine) et finalement souscription à l’IPO Kumulus Vap.

En CTO : PlugPower (PV +0,8 %, trop tard, ou trop tôt !) puis Envirosuite (suite à la remise en cotation le 26 mai après l’AK à 0,085AUD, presque au plus bas du krach… +29 % en 3 jours pour l’instant, position maintenue).

Quand aux lignes à plus long terme, les deux SPAC (5 % du portefeuille) sont en attente.
SilverSpike (SSPK) conviction tech-cannabis,en baisse depuis février (plus que +23 % de PV), mais la fusion avec WM Holding n’aura lieu qu’après le 10 juin…
Soaring Eagle (SRNG) nouvelle conviction santé (Gingko Bioworks) à 0 %.

Et pour être complet, il faut citer les quelques petites lignes survivantes (8 % du portefeuille, en légère baisse globale sur le mois) de l’ex-portefeuille Véhicules Autonomes dépecé à la création de VRAC100 ; lignes que j’ai eu envie de garder par rapport aux thématiques…
* Micro-processeurs / automobile : NXP Semiconductors (NXPI) +20% pour l’instant, ON Semiconductors (ON) + 7 %, Renesas Electronics (RNECY) -11%.
* Photonique et AI : Himax Tech (HIMX) +50 %, Lumentum Tech (LITE) +19% mais après avoir été vendue en perte puis reprise, Cerence (CRNC) -4 %.
Toutes ces lignes sont un fourre-tout qu’il va falloir réorganiser. J’attends le débouclage des grosses spéculations Evergreen et Xebec, potentiellement cet été, pour le faire.


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#484 30/05/2021 18h08

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  




ENERGIES RENOUVELABLES : -4,8 %


En forme : isolation et bois.

Steico : Les constructions bois en hausse, le prix du bois en hausse, les incitations à l’isolation thermique en hausse, et une tentative d’OPA sur Recticel en cours…

Moulinvest : Nouvelles capacités de production et prix du bois en hausse : on anticipe des resultats records en juin !

Aspen Aerogel : Hausse technique du fait de l’annonce le 29 avril de résultats Q1 décevants : CA en légère baisse et pertes doublées à -6,3 M$, attribuée par l’entreprise (outre la covid) à une hausse des investissements. Le cours a chuté au 1er mai pour se reprendre largement ensuite. Il est vrai que la ré-orientation vers les batteries et VE (« des tests avec 20 entreprises du secteur » pourrait  justifier des frais… ainsi que les procès qui se poursuivent, pays par pays (dernièrement l’Italie) contre les entreprises utilisant les contrefaçons chinoises…

En panne : L’hydrogène, où la liquidation se poursuit malgré le rebond de la dernière semaine.

Nel malgré la commande par H2 Energy de 2MW d’électrolyseurs et l’annonce du développement de centrales solaire-hydrogène intégrées avec First Solar.

ITM Power malgré la création d’une entité (ITM Motive) pour développer les stations service à hydrogène et la vente d’électrolyseurs à Linde.

Ballard Q1 CA-26 %, malgré l’annonce d’un partenariat avec Linamar  (LIMAF) pour développer des piles à combustible pour véhicules légers et celle de la licence de fabrication de pilse par la française HDF (future IPO) dans l’ancienne usine Ford de Blanquefort…

GESTION DE L’ENVIRONNEMENT : -2,9 %


En forme :

Augean PLC : le 26 mai, on a appris que Morgan Stanley Infrastructure Partners étudiait une éventuelle prise de contrôle d’Augean…

Derichebourg : H1 CA +26,7 %, EBITDA +88,8 %, résultat net +229 %…

Xebec Adsorption : Récupère heureusement de sa chute après de malencontreuses erreurs de bilan, a priori sans conséquences…

En panne

Sharps Compliance L’embellie de cours après l’annonce des résultats le mois dernier n’a pas durée…

Metabolic Explorer : Grave fuite de HCl dans l’usine de sa nouvelle acquisition auprès d’Ajinomoto à Amiens.

Vow ASA : H1 CA-20 % EBITDA-28 % (ralentissement de l’après-vente sur les navires de croisière). Mais carnets pleins pour la reprise…

CONSOMMATION : -3,1 %


Nikola : Q1 : perte nette de 14 cents (-2c) deux fois inférieure aux attentes. Trésorerie toujours proche du milliard de $. Recentrement (exit  les véhicules sportifs et les camions utilitaires) par la nouvelle direction sur les poids lourds à batteries(5 prototypes en service avant l’été) et à piles à hydrogène et sur les infrastructures de ravitaillement en hydrogène (accord avec TravelCenters of America (TA) pour installer des stations sur deux sites en Californie à partir de 2023).

Beyond Meat : A commencé par baisser en début de mois à cause d’une perte Q1 plus importante que prévue, mais a fortement rebondit sous l’action de Reddit, qui a pris pour cible les vadeurs qui shortent 25 % du capital…

Smurfit Kappa Q1 CA +7 %

En panne :

Tesla : Inquiétudes sur le marché chinois, et palinodie Muskienne sur le bitcoin.

Zoono : volatile , pour la moindre nouvelle on a une forte hausse suivie d’une plus forte baisse… Fatigant.

Svenska Cellulosa : Les ventes ont baissé et le prix du papier grimpe.

PERFORMANCES BRUTES

(par rapport aux pru)

La plus value potentielle du portefeuille Croissance Verte perd 11 points à +121%. Ce mois-ci, la baisse est générale dans les trois poches :+172% pour l’Energie Renouvelable, +69% pour le Gestion de l’Environnement, la Consommation tombant à +121%.

Le bouquet de baggers descend à 37 (-4). Le podium est occupé par :  Tesla (+885%), Daqo (+607%), et le retour inatendu de Plug Power (607%)
31 lignes en plus value de 50 % à 99 %
6 lignes en moins value : Ormat (-15%), Saxlund (-14%), Ecoslops (-11%), American States Water (-8%), Envirosuite (-8%) et Zoono Group (-46%).

BENCHMARKS



Le portefeuille CV100 (-3,8%) est largement battu ce mois-ci encore par les benchmarks externes : CW8 (+0,4%), etc…

Il bat de justesse les bench-marks internes (sous-portefeuilles) : ENER (-4,8%), TOP5 (-6,3%)
et CV40 (-4,1%).

Et cette fois, contrairement aux mois précédents, pas de  complémentarité des poches ENVI / ENER qui sont toutes deux en baisse…

Dernière modification par CroissanceVerte (30/05/2021 20h21)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#485 31/05/2021 11h38

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  




Tendance DIVERS


En forme :

Virgin Galactic : Il a suffii d’un vol réussi… Mais avec la division par 4 du cours depuis février, il faudra vraiment que les vols commerciaux débutent pour se rattraper.

Median Technologie : Le 11 mai une analyse argumentée et un relèvement drastique de la recommandation de la part de Midcap Partners. Les résultats scientifiques patiemment accumulés ne peuvent que lui donner raison , encore le 25 mai la pre-annonce de résultats sur le poumon.

Kering : Tourne toujours autour de Richemont et se désengage toujours de Puma.

En panne :

Twist Bioscience : Des pertes Q1 légèrement supérieures à ce qui était attendu. Mais la trésorerie et la valorisation restent hautes.

Maxar Technologies : Q1 CA +2,9% et en perte, alors qu’on attendait un CA bien meilleure et des bénéfices ! Espérons que les lancements de satellites WorldView Legion  cette année le relanceront.

EOS : sanctionné pour perte sous-jacente de 14,2 M$ et une perte d’exploitation de 29,9 M$, due au retard pris pendant la covid dans les commandes et livraisons de systèmes de défense, et malgré un récent accord avec Diehl Defence qui le met en position de fournir les armées européennes.

Tendance TECH


En forme :

Freelance.com : Q1 CA+43%, rapprochement avec Helvetic Payroll.

Brainchip : cotation sur l’OTCQX américain.

Nvidia : Q1 CA+84 %, bénéfice +106 %.

En panne :

Pubmatic : Malgré un Q1 CA à +55%, rentable, croissance prévue du deuxième trimestre de 70 à 75% par rapport au deuxième trimestre 2020. Certes il y a beaucoup de shorteur, mais ce nombre a beaucoup baissé. Alors ?..

Izea : Q1 CA+13% EBITDA stagnant…

Afterpay : Dans le mouvement de baisse de la Tech malgré d’excellents résultats en avril, mais soumis à l’offensive commercial de PayPal.

Tendance VERTS :

(à part les valeurs déjà traitées dans le reporting CV100)

En forme :

Fastned : Partenariat avec Tesla pour créer le plus grand hub de recharge d’Europe.

En panne :

Hydrogen Refueling Solutions : Peut être l’effet nouveauté s’estompe-t-il, ou bien l’avis de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST) qui déconseille la voiture à hydrogène dans l’immédiat pour les véhicules individuels ?

PERFORMANCES BRUTES

(par rapport aux pru)

Sur les 100 valeurs du portefeuille généraliste :
32 (-12) baggers. Forte baisse du à la vente / rachat des valeurs d’EnR. Le podium reste toujours occupé par : Fulgent (+811%) et Tesla (+847%), et Median Technologies (+818%) repasse devant AfterPay.
29 (-1) lignes en plus value de +50 % à +99 %
Toujours 11 lignes en moins value , victimes de la liquidation Verts/Techs.

BENCHMARKS :


Sur le mois, la sur-performance de G100 par rapport aux benchmarks externes (indices et ETF world) provient clairement exclusivement de la manœuvre tactique de rachat des valeurs vertes qui avaient été vendues en février puis rachetées / revendues en mars et avril. Sans cela, il aurait fini le mois dans le rouge une fois encore, comme CV100, emporté par la baisse globale mensuelle des Verts et des Techs.

Cela ne concerne guère le PEA, qui a sur-classé le CW8 tout au long du mois.

Pour ce qui est des benchmarks internes :

CV100 est donc largement battu et VRAC100 nettement devancé.



Le portefeuille virtuel jumeau J100 a une performance mensuelle très infèrieure à G100 sans tenir compte de l’opération tactique ou des pondérations (la comparaison ici est faites ligne à ligne équipondérées, sans arbitrage) dans la plupart des thèmes sauf :

* La Communication avec Gravity, FuboTV et T-Mobile.
* Le luxe, J100 étant entrainé par Hugo Boss (déjà en VRAC100), mais les valeurs de G100 ne déméritent pas.
* La Tech Pub (américaine), qui est sinistrée dans les deux portefeuille, le moins pire de J100 aurait été Bambuser (+1 %). Seul CM.com a soutenu G100.
* La consommation Verte avec Beyond Meat (volatile et déjà en CV100) et Good Natured Products (qui m’appelle depuis longtemps), mais je garde toute confiance en Metex, Carbios et Fermentalg.

La faiblesse de J100, qui a bien perdu de son momentum et ne joue plus le rôle de lièvre, m’incite à envisager de le remplacer.


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#486 01/06/2021 01h47

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 5 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Crypto-actifs
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   618  

Sur Pubmatic la lock-up period expire lundi prochain ; j’imagine que les shorteurs s’attendent à une nouvelle pression à la baisse sur le titre. Personnellement j’en profite pour renforcer à bon compte

Hors ligne Hors ligne

 

#487 01/06/2021 06h58

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  





* BANCAIRES :


Les cours des bancaires progressent fortement grâce à la hausse des taux d’emprunts provoquée par les anticipations d’inflation :
France : de +3,3 % pour Viel (Q1 CA -9,4%, mais hausse de Bourse Direct) à +11,2 % pour SocGen (rebond plus net qu’attendu des résultats).
USA : Wells Fargo (+ 3,7%) poursuit la course en tête à +56 % YTD, mais c’est JP Morgan (+6,8%) qui mène le mois. Les exceptions sont logiquement les banques contrariantes Signature Bank (crypto-monnaies, -0,7 %) et SVB Financial (techs, qui gagne néanmoins 1,9%).
Asie : Tir groupé à +8,8 % pour le chinois Pax Global Tech, et la banque indienne HDFC qui essaye de s’imposer dans la banque d’investissement pour profiter des liquidité accordées aux entreprises.

* MATERIAUX :


Thème très contrasté avec une forte progression des valeurs américaines …
A commencer par Osisko Gold qui me plait de plus en plus : +16,2% (Q1 CA + 35 % en royalties et +17 % en « streaming »). Osisko vient de prendre 13 % de Carbon Streaming corp., pour une exposition au marché des crédits carbone !
Mais le vainqueur du mois est Energy Fuels (+17,8%) - dont les pertes ont pourtant augmenté - qui profite de l’anticipation de hausse de l’Uranium et des notations d’analystes.
Freeport-McMoran (+13,3%) Q1 CA + 73 %, qui transforme largement des pertes antèrieures en bénéfices.
A ces américains s’ajoute (+16,7%) une daubasse australienne dans l’étain, le cuivre, et qui nous offre maintenant des actions dans une autre entreprise dans le Nickel ! Et une autre daubasse, de royalties, qui gagne +4,3 %.
Les autres minières baissent sans excés (pour des minières…).

* MATERIAUX INDUSTRIELS :


Thème tout aussi contrasté que le précédent, avec :
3 fortes hausses Constellium +15,2% (malgré Q1 CA-7 %, EBITDA -18 % dus au ralentissement de l’aeronautique… qui repart), US Steel (+12,7%, enfin) et ArcelorMittal +11,3% (Q1 CA+8.8 %, Ebitda x3) qui profitent de la demande croissante en métaux. De même d’ailleurs que Jacquet Metal (+4,7%).
Le chimiste Trinseo, +4,9%, trace imperturbablement sa route  (Q1 CA+28 %, EBITDA épatant, integration de l’activité PMMA d’Arkema, annonce d’une usine de recyclage de polystyrène en Belgique).
2 baisses : Advance Nanotek (acquisition sentimentale irraisonnée), et surtout Kraton dont l’augmentation de 20 % des prix de ses résines et huiles bio-sourcées (pin) à compter du 1er juin vont faire remonter les marges, mais pour ce qui est des ventes ?
A noter que ZK International serait également en forte baisse s’il n’avait pas été vendu par stop-loss au début de la crise crypto.

* FONCIERES :


Baisse des foncières spécialisées Hannon Armstrong (parcs solaires…) et Innovative Industrial (cannabis), ainsi que de la daubasse HongKongaise, Mais belle hausse des autres, à commencer par la chinoise Hopson Dev +10,7 %, toujours sur ses bons résultats, et notamment Klépierre +7,2 % malgré la révision à la baisse de ses perspectives.

*COMMUNICATION :


Secteur tout rouge. Discovery et Viacom vendus sur stoploss (et pas racheté cette fois!) en profitant de la hausse très provisoire à l’annonce de la fusion Discovery-Warner. Vraiment trop d’incertitudes, et de méconnaissance de ma part … A reconsidérer.

* LOISIRS / AERIEN :


En vert, à commencer par Fosun tourism (Thomas Cook, Club Med,…) +20 %, les touristes chinois et les occidentaux vaccinés réservent !
Croisière de concert : Carnival (+5,7%) et Nippon Yusen (+ 3,7%) qui dépassent les +40 % YTD. Amadeus +8,9 % redémarre avec les vaccins malgré le repli de 51 % du CA et de 85 % de l’EBITDA !
United Airlines + 7,3 %, optimiste, prévoit un retour à 80 %, relève ses guidances et offre des vols gratuits à 5 vaccinés.
Seul Melco rechute de -10,9 % malgré la réouverture des casinos de Chypre, suite à un vaste programme de départ volontaire à Macao…

*ENERGIE :


Un seul positif : Assystem à +7,5 % (Q1 CA+4,1% porté par le nucléaire, prévisions 2021 confirmées CA+6 %). Mais l’endettement reste élevé.
Non, en fait deux : Beijing Enterprise se reprend à +3 %.
Le reste en rouge, dont l’indien Azure Power vendu par stop-loss et Enel Americas qui n’en est pas loin…

*AUTOMOBILE :


Dans ce secteur, trois lignes ont été vendues par stop-loss ces deux derniers mois (Navya, Gaussin et Workhorse). Restent :
* Renault, sur lequel pèsent les pertes de Nissan.
* VW qui se remet de son poisson d’avril.
* GM, le grand gagnant à +45 % YTD.
* Nio que j’ai failli vendre mais qui pourrait profiter des ennuis de Tesla et qui vient de ralonger son contrat de fabrication auprès de JAC pour une production annuelle de 250000 VE. Premières ventes hors Chine (en Norvège) en septembre…
* BYD Company qui progresse de + 11,7 % et a déjà commencé ses ventes hors Chine : utilitaires en Australie, SUV en Norvège et bientôt bus en Suède…
* Tata motors qui se reprend - comme d’autres indiens - à +12,3 %, malgré une perte nette d’un milliard de $ au Q1. Mais c’est une réduction de la perte, son CA est à +42 %, et la restructuration de Jaguar landrover semble en bonne voie.
L’expérience d’un mixte EV / OEM classiques a fait long feux à part la Chine et Arrival (partenariat avec Uber)…

* EQUIPEMENTIERS :


Xin Point Holdings vendu sur stop loss.
Akwel, Q1 CA quasi stable sous les attentes dégringole de -14,5 %, décevant après son  année 2020.
Nidec baisse de -4,4 % après l’annonce du départ de son président fondateur.
Plastivaloire -5,1 % : Trimestre en retrait mais semestre en hausse et bonne perspectives si les USA repartent comme attendu.
Par contre :
D’ieteren +6,7% de plus en plus suivi.
Hexcel + 5,4 %, malgré Q1CA-43 %, mais pertes réduites…
Magna, +6,5%, Q1 CA+18 %, bénéfice x2…
Et le vainqueur avec +11,7 % est une daubasse.

*CONSOMMATION :


Secteur en forme en occident avec
Hugo Boss +20,6 %. Q1 CA-10 % mais reste en bénéfice, contrairement aux attentes. Rumeurs de rachat par LVMH.
Ambev +24,5 %. Q1 CA+29 %, EBITDA +24 %, malgré des effets de change fluctuant entre les pays d’Amérique du sud.
Macy’s +10,3 % : Forte reprise des ventes avec la réouverture des boutiques. Bénéfices au lieu de la perte attendue.
SMCP +6 % : Q1 CA -2,1% (-0,6%  organique), mais +92,6% en Chine (et +26% par rapport à 2019), et e-commerce +38,9%.
Wayfair +3,7 % : Q1 CA +49 %
Capri Holdings+3 % : Q1 CA constant mais e-commerce en forte hausse.
C’est plus compliqué en Asie (e-commerce) :
Vipshop vendu par stop-loss. CA en ligne mais prévisions décevantes.
Rakuten -10 %. CA +18 %Plombé par la forte perte de l’activité mobiles.


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #488 02/06/2021 11h52

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  

      IPO vertes       


Hgears (HGEA : Frankfort) Fabricant allemand de transmissions et autres systèmes mécaniques pour la mobilité et l’outillage, particulièrement électriques.

namR (ALNMR : Euronext Paris) Plateforme big data / IA de suivi des rénovations énergétiques territoriales.

SPAC :


Decarbonization Plus Acquisition Corporation II (DCRN) va fusionner avec le fabricant de chargeurs EV australien Tritium.

RUMEURS :


Thyssenkrupp (TKAG.DE) envisageait une IPO ou un accord avec une SPAC pour son activité hydrogène, coentreprise avec l’italien De Nora (DENR, 34 %), nommée Thyssenkrupp Uhde Chlorine Engineers (TKUCE), plus grand fournisseur mondial de la technologie de membranes chlore-alcali pour électrolyseurs.

   Revue de presse : Secteurs en panne verte   


Bromma, l’équivalent suédois de l’aéroport d’Orly va fermer ses portes. Paralysé par le Covid-19, mis à mal par le flygksam, ce mouvement qui consiste à boycotter l’avion pour des raisons écologiques… l’aéroport n’est plus viable économiquement. Bromma devient ainsi le symbole des menaces qui pèsent sur le secteur aérien à l’heure du changement climatique, alors qu’en France le gouvernement a mis un coup d’arrêt à l’extension de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.
(Abandon aussi de l’extension de Londres Heathrow).

On commençait à se demander si le secteur aérien  n’atteignait pas le « peak plane », avant même la covid

Eviter les vols de plus de 6 heures est l’un des 3 actes individuels les plus efficaces que l’on puisse faire pour l’environnement.

Les vols courts sont de plus en plus remis en cause (par des gouvernements comme par des entreprises) au profit des liaisons terrestres.

Les voyages d’affaires entrent dans un cycle de diminution et le modèle de réseau en étoiles des grandes compagnies n’est clairement plus adapté.

La croissance économique va reprendre. Aéroports, compagnies aériennes et constructeurs y participeront. Mais, malgré les projets d’avions « verts » à hydrogène, ils pourraient bien avoir atteint leur plafond d’activité… Les 2 prochaines années le diront. Parier sur eux sur le long terme pourrait être particulièrement risqué.



Reuters a écrit :

Le directeur général de l’Association internationale du transport aérien (IATA) a exprimé des doutes sur les objectifs d’Airbus concernant la production d’avions de ligne, qui lui paraissent trop optimistes. Le constructeur aéronautique a dit la semaine dernière envisager de multiplier par près de deux la production de ses monocouloirs les plus vendus d’ici le milieu de la décennie, par rapport aux niveaux actuels plombés par la crise.
"Attendons de voir, parce que de toute évidence, il y a une énorme divergence entre ce que les constructeurs disent qu’ils vont produire et ce que les compagnies aériennes décident d’acheter", a déclaré à Reuters Willie Walsh, ancien directeur général d’IAG, maison mère de British Airways. "Vous savez, leur activité, c’est de vendre. Je ne pense pas qu’il y aura un besoin pour tout ce qu’ils produisent", a-t-il ajouté.


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #489 11/06/2021 09h53

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  

RECHERCHE ROTATION DESESPEREMMENT


          A) Bilan Quinquamensuel SECTORIEL en VRAC


A l’approche de la mi-2021, je ressens le besoin d’un petit bilan d’étape.
D’abord à propos de la « rotation » sectorielle annoncée à la fin de l’an dernier et qui devait stresser les portefeuille à défaut d’en éventuellement bouleverser les stratégies.
J’avais exprimé mes doutes à plus d’un titre quant aux notions de secteur, et donc de rotation sectorielle et les pièges qu’elles recèlent lorsqu’il s’agit d’en tirer une stratégie. Conscient du peu de valeur de mon opinion de néophyte, j’ai néanmoins voulu expérimenter un portefeuille qui en applique une.

QUE DISENT LES PERFORMANCES SECTORIELLES :

Sur un an, les secteurs du S&P500 ont accélérés ou ralentis, mais, à l’exception du toujours erratique secteur Energie, aucun croisement spectaculaire n’apparait, la croissance générale étant toujours au rendez-vous. Seule la Finance en jaune semble avoir changé de vitesse grâce aux anticipations d’inflation.



QUE DISENT LES VARIATIONS DE PERFORMANCES SECTORIELLES ?

Peut-être cette rotation se cache-t-elle au deuxième ordre ?
La visualisation du changement de performance (et non de la performance elle-même) des différents secteurs d’un quadrimestre à l’autre montre encore des variations plutôt synchronisées, à quelques exceptions près : 



Après la remontée de performance générale du printemps-été 2020, la fin d’année a assisté à une correction qui a fait dire à beaucoup qu’il s’agissait des prémisses d’une rotation sectorielle… Il s’agissait à mon sens tout simplement d’un rattrapage, la preuve en est la corrélation inverse de ce changement de performance Q3 par rapport à l’amplitude de baisse de janvier à avril 2020 !



Depuis le début de l’année 2021, les secteurs les plus en retard à l’origine (Energie, Finance) ont poursuivi sur la lignée de leur croissance de performance importante pendant que pour les secteurs faiblement touchées début 2020 cette croissance était très faible, la performance elle-même restant forte pour l’Industrie et les Matériaux et faible pour les autres.
Seuls les secteurs Communication et Immobilier ont eu à nouveau une forte croissance de performance après leur correction du Q3 2020. Je n’y vois pas une rotation…

QUE DISENT LES ETF A STRATEGIES SECTORIELLES ?

Même si j’ai déjà indiqué l’extrême difficulté d’implanter une stratégie de rotation sectorielle de portefeuille, on pourrait se dire que des ETF qui prétendent le faire devraient faire mieux que les 14 % du S&P500 (très techno), voire les 17 % du CAC40 (très cyclique). J’ai donc jeté un œil à de tels ETF, par exemple :

SZNE (+19 % YTD) qui est basé sur une rotation annuelle : De novembre à avril, les 100 lignes sont issues de la Conso Discret., Industrie, Matériaux et Techno, et de mai à octobre il est rebalancé sur la Consommation de base et la Santé !

SECT (+15 % YTD) : Fond de fonds sectoriels (actuellement 18 % Tech, 13 % Finance, 11 % Santé, 8 % Value, 7 % Small cap, etc…)

FVC (+14 % YTD) Prends de façon equipondérée les 5 ETF sectoriels ayant le meilleur momentum dans leur bibliothèque (actuellement Transport, Industrie, Conso Discret et 2 Techno…).

AESR (+12 % YTD) Fonds de 8 à 10 fonds sectoriels sur- ou sous-pondérés en fonction du cycle économique et des conditions de marché (?). Actuellement 30 % de S&P500, 20 % de Techno, 11 % de Conso Discret et de Finance, 9 % de Santé…

D’autres, comme CAPE ou EEH (+16 % YTD), synthétiques, visent à suivre les 4 ou 5 secteurs ayant le meilleur momentum, avec un rebalancement quotidien.

Bref, une performance guère différente des indices. J’ai noté en passant que ces ETF (pour ceux qui sont assez vieux) affichaient des performances déplorables sur ces dernières années, à part peut être SZNE (mais il a à peine trois ans)…

Ce que j’ai également pu remarquer, c’est que la plupart sur-pondèrent actuellement la Technologie et la Santé, ainsi que parfois la Consommation discrétionnaire, au moins autant que la Finance, et que peu se lancent sur les Matériaux, et personne sur l’Energie… Sachant qu’ils sont tous basés d’une façon ou d’une autre sur du momentum, et parfois sur une « réflexion macro-économique » (peu explicitée), on peut en déduire que ces diverses méthodes ne semblent pas détecter une flagrante rotation (à part une rotation annuelle wink ? ).

QUE DISENT LES PERFORMANCES DE VRAC ?

A défaut d’implanter une stratégie de rotation, j’avais décidé d’appliquer une stratégie de couches additives en créant, à côté des portefeuilles vert CV100 et diversifié G100, un portefeuille VRAC30 de 30 valeurs Value, Rattrapages, Asiatique ou Cycliques au 1er janvier, augmenté à 100 valeurs VRAC100  le 15 mars.
Je n’ai donc pas vu de rotation… Mais un rattrapage me suffisait pour valider cette tentative !
Il a eu lieu, et est encore en cours sur nombre de valeurs, à défaut de l’être sur les secteurs GICS ou autres qui n’ont toujours pas beaucoup de sens statistique pour moi.. Même les thèmes (sous-secteurs) que j’avais sélectionné se sont révélés très hétérogènes (mais c’était un peu volontaire).



Face aux secteurs qui entrainent le S&P500 depuis le début de l’année, mon thème Finance sur-performe légèrement, l’Immobilier sur-performe plus nettement, l’industrie (automobile et équipementiers dans mon cas) tient son rang, et les matériaux ont un peu plus de mal.
Mes choix de Consommation (basique + surtout discrétionnaire) l’emportent très largement sur la faible progression de ces secteurs combinés dans le S&P500. Par contre je me fais laminer dans la Communication et un peu aussi dans les Utilities.
Globalement, on va dire que ce portefeuille suit à peu près les indices (VRAC30 = CW8 YTD). Ce pourrait être une satisfaction mais je considère que c’est très insuffisant pour l’effort déployé (et très inférieur à la performance de mon navire amiral G100, donc coût d’opportunité).

        B) Bilan Quinquamensuel FACTORIEL en VRAC


A défaut de rotation sectorielle claire, une rotation factorielle paraît plus évidente, le Growth cédant la place au Value, bien que là aussi, il y ai pas mal de biais possibles qui rendent difficiles l’interprétation en termes de rotation.

QUE DISENT LES PERFORMANCES ?
Dans une acception assez standard du value, on a effectivement une croissance des performances des titres Value de 19 % (pour les small caps, et + 17 % pour le S&P500).
Mais pas de baisse des Growth : simplement un ralentissement.



En fait, les Value ont clairement profité de quelques liquidations de Growth depuis février après l’année folle. Mais il s’en faut encore beaucoup pour qu’elles rattrapent leur retard accumulé depuis le krach…



Et plus encore pendant les 10 dernières années… Si cela devait se concrétiser, le potentiel est considérable, car on a peine à croire en une chute comparable des valeurs de croissance !



QUE DISENT LES PERFORMANCES DE VRAC ?

Les lignes Value stricto-sensu du portefeuille VRAC100 (au nombre de 17) ont une performance YTD de +14 %. C’est un peu plus faible que le portefeuille entier, que les indices, et que le portefeuille Daubasses (+17%) à qui j’ai emprunté certaines de ces lignes…

Il faut dire que même dans une période qui leur est propice, les value peuvent prendre du temps avant d’atteindre leur juste valorisation. Ces 5 mois sont certainement trop courts pour conclure sur le bien-fondé de ces lignes. Et si ce rattrapage des Value semble bien réel, reste à savoir s’il va se poursuivre, même en cas de reprise des Growth (lorsque les inquiétudes sur l’inflation seront intégrées).

            C) Bilan Quinquamensuel Géographique en VRAC


L’idée dominante en 2020 était que la Chine (et l’Asie en général) avait moins souffert de la crise sanitaire et allait sortir plus rapidement que les autres de la crise économique.

J’étais peu exposé à l’Asie dans mon portefeuille, avec 10 lignes sur 170  : 3 japonais et 1 chinois en CV100 et 1 japonais et 6 chinois en G100. Au total, le japon représentait 0,9% de mon portefeuille global et la Chine 4,4%.
En étendant à la zone APAC, on pouvait ajouter 8 australiens, sans dépasser au total les 10 % d’exposition…

En constituant VRAC j’ai sélectionné un tiers de lignes APAC : 4 indiennes, 6 japonaises, 6 australiennes ou sud-africaines, et surtout 16 chinoises. J’approche ainsi des 20 % de lignes APAC au total, ou 14 % sans l’Australie.

QUE DISENT LES PERFORMANCES ?

En bourse, la première place de la Chine dans le rebond était réelle jusqu’en février, mais….



Un faisceau de problèmes ont cassé cette dynamique :

* Une quatrième vague de la pandémie en Asie, due à de nouveaux variants plus contagieux, à l’incompétence de certains gouvernements (Inde), un peu de relâchement des comportements et le retard général dans les programmes de vaccination (Japon, Taiwan).

* Les craintes d’inflations en Chine (tout comme l’impact mondial possible d’une inflation aux USA) et une concurrence croissantes sur des matières premières ou l’acier.

* Des relations de plus en plus tendues avec l’occident comme avec les APAC développés (Japon, Australie), tant sur l’origine du virus que sur la technologie, ou les investissements boursiers.

* Une reprise en main brutale des BigTech chinoises par le PCC.

Pour l’Inde (en bleu) le choc du nouveau variant semble finalement ne pas brider la résilience de l’économie et leur bourse fait jeu égal avec la moyenne mondiale (MSCI ACWI en rouge).
Par contre Japon (en vert) et Chine, tant pour les bourses intérieures de Shanghaï et Shenzen (CSI300 en brun) que pour les valeurs accessibles aux investisseurs extérieurs, ADR ou HongKong (en jaune) décrochent complètement ces dernières semaines.

QUE DISENT LES ETF ASIATIQUES ?

Sur les 50 ETF suivant exclusivement les actions asiatiques les premières places sont trustées par le marché indien (et 2 sur Taiwan). Quant aux autres ils ont réalisé une performance YTD inférieure aux 16% des indices mondiaux.

QUE DISENT LES PERFORMANCES DE VRAC ?

En YTD, les valeurs APAC de VRAC100 se maintiendraient (si elles avaient toutes été achetées au 1er janvier) à +19%, distancées par les valeurs américaines (+27%) et légèrement en avance sur les valeurs EURO (+17%), mais c’est seulement grâce à l’avance acquise en début d’année : leur contribution des ces deux derniers mois est négative !

Parmi elles les japonaises seraient à +33 % (bien au-dessus des 2 % du MSCI Japan… Merci les Value), les indiennes 21 % (contre 12 %) et les australiennes et minières sud-africaines +22 %, alors que les valeurs chinoise seraient à +12 %, certes au dessus du 0 % du MSCI China, mais en dessous du portefeuille.

          D) Conclusion Quinquamensuelle


Je comptais patienter 6 mois pour faire un bilan semestriel, mais ce portefeuille ne me satisfait décidément pas :

* La répartition sectorielle n’est pas justifiée, ni dans le cadre d’une rotation (Utilities trop tôt, Communication trop hétérogène), ni a fortiori dans le cas de son absence (Tech et Santé).

* J’ai un biais d’impatience (déformation d’investisseur momentum) que je me sais capable de combattre sur des convictions, ou si la proportion de lignes concernées n’est pas trop importante, ce qui n’est pas le cas ici (un tiers des lignes en moins value). De plus certains choix de momentum l’ont perdu et n’ont plus de raison d’être.

* La trop forte symétrie artificiellement apportée par mes Tocs (10 thèmes de 10 valeurs equiréparties chacune dans 3 zones) n’est pas très efficace : elle n’est représentative de rien. Certaines valeurs ont été apportées un peu artificiellement, alors que d’autres n’ont pas été sélectionnées par manque de place (dire que j’avais présélectionné AST Groupe en France et Hovnanian aux USA pour une reprise de la construction…).

* Près de 10 % des lignes ont été vendues par stop-loss -20 %, sans stratégie claire de rachat.

Finalement, j’ai éliminé en plus un bon quart des lignes restantes :

          Bancaires :
BNP: moins de potentiel rattrapage que SocGen.
JP Morgan : idem pour Wells Fargo.
CR Lqnguedoc : Vqlue trqp ?
SVB Financial Group : Je vais plutôt directement faire entrer de la tech.

           Minnerais :
Je garde tout pour un secteur chaud.

           Materiaux industriels :
Orion Engeneered Carbon : ex-momentum sans conviction.
Kraton corp : idem
ZK International : J’avais racheté après sa chute (et sa vente par stoploss). Je vais garder mais pas dans cette catégorie, même s’ils ont remporté le mois dernier un beau contrat d’infrastructure de transport de gaz en Chine, c’est leur activité blockchain qui drive bien sur le cours…

         Foncières:
Belle thématique de rattrapage qui en a encore sous la pédale… Je garde tout.

         Communication :
Secteur que je ne sais pas gérer, entre les value traps potentielles françaises et la guerre du streaming américaine. Je ne vais garder par conviction que les asiatiques Baidu et Kadokawa.

         Loisirs / aérien :
Rattrapage de court terme potentiel encore cet été, mais fragile et pas de long terme. Je réduis la voilure : exit TUI et Aena  (aéroport qui aura du mal a remonter), Expedia et Melco (Je ne comprends pas pourquoi il ne décolle pas avec la clientèle chinoise captive à Macao. Trop de dettes sans doute).

         Utilities de l’energie :
Exit EDP Renovavais et Enel Americas (les verts encore à la peine et pas le meilleur potentiel), Enel ainsi que les américains Nextera Energy et The AES Corp.
Je garde Assystem pour le nucléaire et EDF et Engie pour parier sur des restructurations réussies…
Je garde aussi les asiatiques : Azure Power Global avait été vendu par stoploss. J’ai racheté sous les 19$ en pariant sur la résilience du marché indien et la reduction de CO2. Je garde aussi pour cette dernière raison China Longyuan Power et Beijing Enterprise.

          Automobile :
Secteur passionant. Je n’ai simplement pas racheté les trop spéculatifs Navya et Gaussin, ainsi que Workhorse (la spéculation pure c’est un autre portefeuille).

          Equipementiers :
Exit Valeo. Je laisse pour l’instant leur chance aux Value Akwel et Plastivaloire.
Exit Regal Beloit’s, Nidec et Xin Point Holdings (déjà vendu par stoploss, par manque de maitrise du sujet.

          Consommation :
Exit Danone, Capri, Macy’s, Wayfair , Lovisa, Rakuten, dont je ne sais pas déterminer le potentiel. Vipshop pas rachetée. Je ne garde en fait que les trois paris gagnants pour l’instant et qui semblent avoir encore du potentiel : Hugo Boss (OPA?), SMCP et Ambev (reprise sud-américaine qui finira par arriver).

et j’ai acheté à la place des thèmes d’avenir en Tech et Santé. Le temps de mettre mes notes en ordre et je vous raconte…


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#490 11/06/2021 14h14

Membre (2019)
Top 5 Crypto-actifs
Réputation :   89  

Bonjour CroissanceVerte,

J’ai vu passé un article ce matin sur le projet français qui teste les vols à carburants d’aviation durable (SAF - sustainable aviation fuels) :
Airbus/ Safran/ Dassault Aviation, sur un VOLCAN

Avec une réduction des émissions de CO2 estimée à 80% par rapport au kérosène sur l’ensemble du cycle d’utilisation, on peut comprendre l’intérêt voir le caractère essentiel pour réussir à décarboner l’aviation, notamment en attendant que les projets de développement d’avions à hydrogène aboutissent (ou non).

Ces SAF proviennent de la biomasse si j’ai bien compris (fabrication à partir d’huiles végétales, de cuisson, algues, résidus de bois, etc.) et peuvent être mélangés avec du kérosène.
L’objectif étant évidemment de réduire la part kérosène progressivement, il se pose la question de l’utilisation à grande échelle de ce type de carburant.

Aujourd’hui les SAF représentent une paille dans l’utilisation globale des carburants par l’aviation, et même si certains pays ont des objectifs ambitieux (30% de SAF à horizon 2030 pour les pays nordiques), j’ai du mal à voir s’il est possible d’arriver à produire les millions de tonnes de SAF nécessaires :
- à prix compétitif (aujourd’hui c’est 4-5 fois plus cher que du jet fuel)
- sans dommage écologique collatéral (forêts, terres arables, etc.).

Côté production, il y a des acteurs green comme le finlandais Neste (finlandais) ou l’américain Gevo (que vous avez déjà mentionné sur cette file), mais aussi des pétroliers / pétrochimistes comme Royal Dutch Shell ou TotalEnergies (qui fournit le SAF pour le projet français VOLCAN sus-mentionné), qui vous intéresseront moins je présume.

Que pensez-vous de cette filière et de son avenir?


Parrainages Coinbase - Binance - Maiar - FTX

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #491 13/06/2021 14h07

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  

LES NOUVEAUX VERTS EN BOURSE :


IPO VERTES :

Green Hydrogen Systems A/S (GREENH : Nasdaq Copenhague), fabriquant d’ électrolyseurs pour hydrogène.

Aker Carbon Capture ASA (ACC : Euronext Growth Oslo / AKCCF : OTCQX) change de compartiment.

SPAC :

Broadstone Acquisition (BSN) va fusionner avec le constructeur d’avions à décollage et atterrissage verticaux électriques britannique Vertical Aerospace.

Zanite Acquisition Corp (ZNTE) va fusionner avec Eve Urban Air Mobility, la filiale d’Embraer de véhicules à décollage et d’atterrissage vertical de véhicules électriques.

Decarbonization Plus Acquisition Corp III (DCRC) veut fusionner avec la société de fabrication de batteries solides Solid Power.

Kensington Capital Acquisition Corp. II (KCAC) va fusionner avec le fournisseur de bornes de recharge pour véhicules électriques espagnol (VE) Wallbox.

RUMEURS :

Le fabricant d’éoliennes Siemens Gamesa et le fabricant espagnol de tuyaux et d’installations en acier Daniel Alonso veulent faire coter leur coentreprise (32/68) Windar, qui fabrique des tours pour éoliennes.

Le spécialiste allemand du vélo en ligne Bike24 veut obtenir une cotation sur le marché réglementé de la Bourse de Francfort.

COURRIER DES LECTEURS


Bonjour @Ririsama

Sur les carburants d’aviation durable (SAF), c’est bien sur une voie à explorer, et l’équipe de choc (Airbus, Safran Dassault, Total) constituée pour aborder le problème du 100 % est encourageante.

Reste que je partage vos doutes.
Pour l’instant, la France ne va rendre obligatoire l’incorporation que de 1% de SAF dans tous les vols au départ du pays en 2022, un taux qui montera à 2% en 2025 et 5% en 2030…
Considérant de plus que 1% de SAF "représente en gros 100 millions d’euros de charges en plus pour les compagnies aériennes opérant sur le territoire français. Cela signifierait cinq dollars de plus par prix de billet d’avion" selon M. Pouyanné, CEO de Total.
En enfin, bien sur, il faudra s’assurer que les bio-carburants de première génération seront exclus…


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #492 13/06/2021 15h02

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 10 Expatriation
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Actions/Bourse
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 20 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Réputation :   735  

Bonjour @CroissanceVerte, je ne sais pas si Wind Catching Systems est sur votre radar ?

Windcatching

J’ai acheté 10000 actions North Energy pour investir indirectement dans la pétrolière canadienne Touchstone Exploration et une exposition bonus à Reach Subsea, mais ce n’était pas le seul bonus : ils ont dans leur portefeuille une participation dans WCS dont j’ignorais l’existence jusqu’à ce que l’entreprise fasse du bruit la semaine dernière : Cette étonnante structure géante veut concurrencer les éoliennes offshore (lien en français)


Parrain Boursorama : RAPR4174, Crypto.com+Curve ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+5]    #493 13/06/2021 18h31

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  

NOUVELLES THEMATIQUES D’ACTUALITES DU PORTEFEUILLE VRAC 100


J’ai donc décidé début juin, après élagage, de compléter le portefeuille VRAC100 Value / Rattrapage / Asie / Cyclique avec des thématiques d’Actualité dans des secteurs qui ne correspondent pas vraiment avec ce que l’on attend traditionnellement de la phase actuelle du cycle : la Technologie et la Santé.

A) Les semi-conducteurs :


L’indice SOX des semi-conducteurs surclasse depuis 5 ans les indices (S&P500 ou Nasdaq composite par exemple). Mais l’écart s’accroît nettement depuis un an.



Les applications se répartissent en 1 tiers pour les ordinateurs, 1 tiers pour la communication sans fil, et 1 tiers pour le reste. Creating portfolios with purpose | E*TRADE Financial



L’actualité dans ce thème est bien sur la pénurie qui touche constructeurs automobiles (et autres produits de consommation) et la prise de conscience subséquente de la fragilité d’un ecosystème basée sur un fournisseur (TSMC) largement dominant basé à Taiwan.



J’ai abordé ce thème par trois biais :

1) Les fournisseurs d’outils de fabrication :


Outils qui seront indispensables à la construction de mega-usines de semi-conducteurs en cours de conception aux USA, en Europe et au Japon (et éventuellement en Chine s’ils peuvent échapper à l’embargo américain) :

Le hollandais ASML (ASML) pour la lithographie.
Le Singapourien Kulicke and Soffa Industries (KLIC) pour les outils d’assemblage.
Ichor Holdings, Ltd. (ICHR) pour les systèmes de fluides dans la fabrication des semi-conducteurs.
Le japonais Shinko Electric Industries (FRA:SKS)  pour le packaging.

2) Des fabricants de semi-conducteurs pour la mobilité :


J’avais déjà trois rescapés des véhicules autonomes : NXP Semiconductors (NXPI), ON semiconductors (ON) et Renesas Electronics Corp (FRA:NEN), principal fabricant japonais de semi-conducteurs pour la mobilité (30% du marché mondial des microcontrôleurs automobiles). Renesas est l’un des responsables de la pénurie actuelle après l’incendie d’une usine fin mars, mais fortement soutenue par Toyota est récemment recapitalisée , elle est en train de racheter l’allemand Dialog Semiconductor (DLGS).

J’ai ajouté Elmos semiconductors (FRA:ELG), fabricant allemand de semiconducteurs et de capteurs.

Je surveille PTK Acquisition (PTK) qui va fusionner avec le fabricant de semi-conducteurs basé en Israël Valens qui produit des semi-conducteurs pour l’électronique grand public et commerciale, et est en transition pour fournir des solutions à l’industrie automobile.

3) Enfin, des start-ups créant les processeurs AI de demain :


De plus en plus d’applications sont basées sur de l’Intelligence  Artificielle (AI), mais ces applications  tournent actuellement sur des GPU classiques. Des puces de plus en plus spécialisées seront indispensables et ce marché sera le relais.



Face aux grands acteurs de l’industrie et aux GAFAM dont ce sont des thèmes de recherche parmi d’autres, une opportunité s’est ouverte pour les nouveaux arrivants , qui multiplient actuellement les levées de fondsde Venture Capital aux USA comme en Chine.



Parmi les rares qui ont pour l’instant décidé de sauter le pas de la cotation en bourse, j’ai acheté : Kalray (ALKAL).
J’avais déjà Brainchip en G100.

Je surveille : ACE Convergence Acquisition Corp. (ACEVU) qui va fusionner avec Achronix Semiconductor

4) Applications AI :


Non sans liens avec cette mouvance AI des semi-conducteurs, ce sont les processeurs dédiés à l’analyse d’image :
J’avais déjà Himax Technologies (HIMX)

Et j’ai ouvert cette poche aux technologies qui y sont associées :
* Photonique : Lumentum (LITE), autre rescapé des véhicules autonomes.
* Interfaces de communication : Cerence (CRNC), idem.
* Interfaces de visualisation : Vuzix (VUZI) et ses lunettes de réalité augmentée en forte diffusion dans les services de sécurité aux USA.

Je surveille Ambarella (AMBA) que j’avais vendu il y a quelques mois.


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#494 13/06/2021 20h30

Membre (2010)
Top 100 Réputation
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   223  

Aux côtés d’ASML vous pouvez ajouter deux autres Hollandais, fournisseurs d’outils de fabrication ,
ASM International NV  et BE Semiconductor Industries NV.

Hors ligne Hors ligne

 

#495 13/06/2021 22h22

Membre (2019)
Réputation :   18  

Un avis sur l’introduction en Bourse d’Hydrogène De France (HDF Energy, de code ISIN FR0014003VY4 et de code mnémonique HDF), prévue le 24 juin ?
Pionnier (encore un) dans le développement d’infrastructures permettant la production d’électricité continue ou à la demande à partir d’hydrogène issu d’énergies renouvelables (éolien ou solaire), le groupe vise une augmentation de capital de 100 millions d’euros (via l’émission de 3,7 millions d’actions nouvelles, qui fait de cette introduction en Bourse une des plus grosses de l’année) et la cession de 1,2 million d’actions existantes (à hauteur de 32 millions d’euros).

Dernière modification par bubulle (13/06/2021 22h23)

Hors ligne Hors ligne

 

#496 14/06/2021 11h36

Membre (2021)
Réputation :   9  

Les dirigeants de RUBIS y croient en tout cas parce qu’ils s’associent à HDF capitalistiquement et opérationnellement. Rubis apporte sa connaissance des marchés africains et ultramontains. De son côté, HDF apporte à Rubis des perspectives de développement dans la distribution d’hydrogène.

Ca me semble être une démarche intelligente.

Il y a aussi McPhy dans le secteur de la distribution de l’hydrogène. Mais s’il fallait investir dans l’hydrogène, pourquoi pas ce projet là. A regarder.

Hors ligne Hors ligne

 

#497 14/06/2021 12h30

Membre (2020)
Réputation :   3  

Bonjour Croissance verte,

Qu’elle la date du document des estimations de croissance su secteur semi-conducteur? Si elle est de 2017 ou avant, ne doivent-elle pas être revues à la hausse? En effet, l’accélération de la digitalisation, (du à l’épidémie) ne pouvait être prévue à cette date. Qu’en pensez-vous? Cordialement.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #498 14/06/2021 15h05

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  

NOUVELLES THEMATIQUES D’ACTUALITES DU PORTEFEUILLE VRAC 100


B) La santé mentale :


Les troubles de santé mentale pourraient toucher une personne sur quatre à un moment ou un autre de leur vie. Chaque année, ils coûtent à l’économie mondiale plusieurs milliers de milliards de dollars.

La dépression toucherait près de 300 millions de personnes dans le monde. Les anti-dépresseurs (maintenant un équilibre de diverses hormones dans le cerveau, à commencer par la sérotonine) ont apporté un progrès considérable. Ils sont cependant loin d’avoir touché toute la population concernée, pour diverses raisons : manque de connaissances, stigmatisation sociale, coût, méfiance envers la pharmacologie, mais aussi leurs limites d’efficacité et d’innocuité. Le marché plafonne ainsi sur les 15 milliards de $, à cause aussi de l’expiration progressive de nombreux brevets.

Il y aurait un lien étroit entre la solitude, la dépression, l’alcoolisme les overdoses de drogue et les suicides. Suite à la COVID, toutes ces affections ont fortement augmenté (+ 42% d’overdoses aux USA). On peut y relier aussi le fameux stress post-traumatique (PTSD).

Quant aux pathologies psychotiques, dont la prévalence serait d’environ 3 %, les traitements sont relativement efficaces mais restent centrés sur la même voie métabolique depuis des dizaines d’ années même si la seconde génération est amplifiée.

Enfin, les atteintes neurologiques liées à l’âge, à commencer par Alzheimer, sont un enjeux grandissant dans une population tant occidentale que chinoise vieillissante.

1) Biotechs :


Investir dans les biotechs est risqué de par leur taux d’échecs et la durée des études, et c’est particulièrement vrai de celles qui travaillent sur les troubles mentaux.  Beaucoup sont intéressantes et ont parfois de riches pipelines, comme NRx Pharmaceuticals, Neurocrine Biosciences, Acadia Pharmaceutical, Minerva Neurosciences

Je n’ai finalement tenté que Karuna Therapeutics (KRTX), malgré l’étroitesse de son pipeline. Par contre il est très avancé, avec plusieurs phases 3 sur leur produit KarXT (agoniste de la muscarine) sur des aspects de la schizophrénie. Après une récente AK, elle dispose d’assez de fonds pour tenir un an malgré l’accélération des dépenses récentes avec la finalisation de diverses études.

Du côté de la maladie d’Alzheimer, l’accord de la FDA octroyé la semaine dernière à Biogen est bien trop bancal et le cours devrait redescendre. Par contre il a donné des ailes à Cassava Sciences (SAVA) et Annovis Bio (ANVS) avant que j’ai pu en sélectionner un ! Comme leurs résultats cliniques ne tomberont sans doute que l’année prochaine, je vais les laisser retomber aussi sans les quitter de l’œil…

J’ai également tenté la biotech australienne Bionomics (BNO) qui a un pipeline dans le cancer mais surtout dans le traitement des désordres mentaux associés au stress post-traumatique (phase IIb avec Fast Track de la FDA) avec un fort investissement du canadien Novamind et de l’allemand Atai dans ses recapitalisations.

2) Medtech :


Neuronetics (STIM) a développé un traitement de stimulation magnétique transcrânienne non médicamenteux et non invasif pour le trouble dépressif majeur (TDM).

Son concurrent israélien Brainsway (BWAY) me donne moins confiance.

3) Thérapies et plateformes numériques :


Les grands de la télémédecine Teladoc ou Amwell (coté depuis septembre) proposent des services de télé-psychiatrie. Mais pour aller vers plus spécialisé, j’ai acheté ces derniers jours :

Lifestance (LFST) IPO il y a quelques jours.

Hudson Executive Investment (HEC), SPAC qui va fusionner avec Talkspace (TALK).

J’avais auparavant acheté Cogstate (CGS), CRO (prestataire de recherche clinique) australien qui propose également une plateforme de tests et une banque de données et va aussi être coté aux USA.

4) Cannabis :


La covid est-elle la raison pour laquelle on a vu depuis l’an dernier les cours des entreprises liées au cannabis exploser (à nouveau, après l’emballement de 2018) ? Pas seulement bien sur ! Il faut y ajouter plus surement l’élection de Biden qui a fait augmenter les perspectives de légalisation globale, et une spéculation WallStreetBet en février… Malgré tout, la légalisation avance aux USA (et progresse doucement dans les esprits en Europe), le thérapeutique (CBD) ouvrant la voie au récréatif (THC). La poussière étant un peu retombée, j’ai choisi parmi les nombreux acteurs :

Tilray (TLRY), Géant après sa fusion avec Aphria

J’aurais volontiers pris Trulieve, l’un des seuls producteurs déjà bénéficiaire, qui plus est américain au lieu d’être canadien, mais DeGiro ne le propose pas.

Terrascend (FRA:TED) le petit qui monte, filliales diversifiées, implanté aux USA.

Creso Pharma (ASX:CPH) la biotech australienne pour l’aspect clinique.

Qui viennent s’ajouter à SSPK (fusion avec weedmap) et IIPR (foncier du cannabis), déjà en portefeuille

5) Psychédeliques :


Parralèlement au renouveau de l’intérêt pour le cannabis, on a vu fleurir en 2020 les entreprises de « traitements psychédéliques » qui reprennent les bon vieux LSD, psylocibine, kétamine et autres drogues 60’s dans des protocoles supervisés ayant pour objectif de traiter la dépression et les adictions à l’alcool et aux opioïdes, tout en apaisant des douleurs. Et les cliniques correspondantes poussent comme des champignons wink
J’ai choisi :

Mind Medicine (MINDMED) est impliqué dans le développement de drogues psychédéliques qui traitent la toxicomanie et la maladie mentale. Trois thérapies assistée par le LSD sont en phase 2a l’un est destiné aux troubles anxieux, l’autre au sevrage aux opioïdes, et le troisième pour le trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité chez l’adulte. MindMed a récemment annoncé la création d’une division de thérapie numérique.

Compass Pathways (CMPS) a développé une formulation exclusive de psilocybine synthétique, COMP360, est administrée en conjonction avec un soutien psychologique. COMP360 a été désigné thérapie révolutionnaire par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour la dépression résistante au traitement.

Field Trip Health Ltd. (FTRP:TOR) possède plusieurs cliniques employant de faibles doses de kétamine associées à la psychothérapie pour traiter la dépression et l’anxiété. La kétamine est principalement utilisée pour réduire l’adiction aux analgésiques, mais elle est maintenant étudiée comme traitement de la dépression majeure. En mars 2019, la Food and Drug Administration des États-Unis a approuvé le spray nasal Spravato (eskétamine) de Jensen, en association avec un antidépresseur oral, pour le traitement de la dépression résistante au traitement.

J’achèterai dès que son IPO sera réalisée :
Atai Life Sciences B.V. (ATAI), société allemande soutenue par l’investisseur milliardaire Peter Thiel,qui vise une valorisation d’environ 2,3 milliards de dollars. La startup de biotechnologie, qui explore l’utilisation de traitements psychédéliques pour les troubles de santé mentale, a déclaré qu’elle prévoyait de vendre environ 14,29 millions d’actions à un prix compris entre 13 et 15 dollars par action. La société a construit un pipeline de 10 programmes de développement et de six technologies habilitantes, chacun soutenu par son développement interne et son infrastructure opérationnelle. L’une de ses sociétés, Recognify Life Sciences, a lancé un essai de phase 2a aux États-Unis. La société prévoit de lancer un essai de phase 2 pour un autre programme en 2021 et trois autres essais de phase 2 pour d’autres programmes en 2022.

Dernière modification par CroissanceVerte (14/06/2021 15h15)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #499 14/06/2021 15h39

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 5 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Crypto-actifs
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   618  

CV : la raison pour laquelle les valeurs cannabis ont explosé en fin d’année dernière est que la plupart ont passé leur point mort et affichent désormais une belle rentabilité ; Trulieve est loin d’être le seul à gagner de l’argent. En fait, à part Tilray, tous les MSOS en ont gagné dès le second semestre, et la liste est longue : GTII, Harvest Health, Terrascend, Curaleaf, Cresco Labs, Ayr Wellness, 4Front, Planet 13.
Ayr Wellness est la plus rentable, GTII la plus grosse après Tilray
Les perspectives de croissance due à un environnement réglementaire favorable donnent des ratios très raisonnables.
Par ailleurs, si on veut se positionner sur Trulieve, il faut actuellement acheter Harvest Health, qui fait l’objet d’une OPA 100% en actions de la part de Trulieve ; le cours actuel fait ressortir une décote de 8% par rapport à la parité retenue.
En Australie vous avez aussi Little Green Pharma, qui a été retenue par l’ANSM en France pour les premiers essais thérapeutiques du cannabis.

La remontée de SAVA précède l’annonce de Biogen, je ne suis pas sûr qu’elle redescende beaucoup d’ici le nouveau point d’étape.

Je suis aussi de près Compass Pathways et l’IPO d’Atai

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #500 14/06/2021 16h10

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   489  

COURRIER DES LECTEURS


Bonjour chers amis

@pvbe
Je n’ai indiqué que mes achats, le paysage est bien sur plus fourni. Il fallait bien choisir. Surtout qu’ASML et sa maison mère ASM se marquent à la culotte… Peut être un petit retard de cours pour ASML, et plus pointu techniquement ? BESI me semble avoir un peu moins de moat.

@bubulle
Comme je l’indiquais le mois dernier, #477, HDF Energy me semble une belle IPO, avec de beaux projets d’intégration technologique. Ce ne sont pas des inventeurs (Ballard conçoit les piles) mais semblent être de bon ingénieurs. C’est ce qu’il nous faut pour répondre aux plans hydrogène.

@anita6521
Je ne suis pas sur que l’hydrogène soit la première préoccupation de l’Afrique, mais je reconnais qu’il peut y avoir un sens à cette collaboration avec Rubis.
Pour ce qui est de McPhy, elle est suivie sur cette file depuis longtemps #56. Ils ont leurs propres électrolyseurs et pourraient peut être faire un peu plus de marge qu’HDF ? Mais ils n’ont pas le même métier.

@silersac
Effectivement, les estimations de croissance datent de 2018, mais ce qui m’intéressait c’était le différentiel de perspectives entre les puces classiques et les puces IA, et ce différentiel ne s’est surement pas réduit.

@corran
Thanks pour les infos précises. Votre connaissance des différents marchés fait ma joie admirative.
Bonne info pour Harvest Health, je vais sans doute y aller. EDIT : ZUT, pas accessible non plus !
La remontée de SAVA a effectivement commencé le mois dernier suite à une subvention du NIH pour préparer sa phase 3. Comme elle n’a pas été attribuée au hasard, c’est certainement bon signe, mais les études cliniques sont longues… Enfin, j’espère simplement pouvoir la capturer plus bas dans quelques mois…

              **********************************

Je vais profiter de ce 500ème message pour mettre à jour l’index en tête de file, ce sera plus simple pour ceux qui veulent voir si un sujet a été traité.

Gracias à tous mes visiteurs !

Dernière modification par CroissanceVerte (14/06/2021 16h54)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de croissanceverte"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur