Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#326 15/01/2021 08h53

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   429  

Allers-Retours solaires pour passer le mauvais temps :


Un mois que ça me démangeait, en voyant le cours de l’équipementier solaire Renesola (SOL) alterner fortes hausses et baisses !

Petite réminiscence de ma martingale des biotech… Je sais bien que ça ne marche pas sur le long terme, mais ponctuellement, sur un malentendu…

Alors j’ai commencé lundi à faire des aller retour journaliers. En fin de journée : achat lundi après une baisse, vente mardi après une hausse, rachat mercredi, revente jeudi… Si ça baisse aujourd’hui, je rachète en fin de journée, sinon lundi ? Toujours les rachats avec Stoploss au cas où…

Ça durera ce que ça durera, +30 % pour l’instant, en attendant de voir le vent tourner ?


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

En ligne En ligne

 

#327 15/01/2021 15h59

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   603  

C’est vrai que l’évolution du cours sur les 2 derniers mois, et depuis le 1er janvier, laisse pantois.
Autant jusqu’à l’automne c’était presque de la value, autant là on s’éloigne du rationnel

Hors ligne Hors ligne

 

#328 16/01/2021 06h35

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   429  

                  MACRO-TENDANCE DE LA SEMAINE :                 


La grande industrie française acte son basculement dans un nouveau monde ! Verbatim :

AUTOMOBILE :

plan renaulution

« Nous passerons d’une entreprise automobile travaillant avec la technologie à une entreprise technologique travaillant avec des voitures » (Luca de Meo, DG de Renault).

«L’entreprise technologique Tesla ne devient pas un constructeur automobile, ce sont les constructeurs automobiles qui doivent devenir des entreprises technologiques » (CroissanceVerte, forumeur).

Renault veut se doter d’une « Software République », faisant travailler un millier d’ingénieurs avec un groupe de partenaires du secteur numérique. « Parmi les membres fondateurs nous avons de grandes entreprises telles que Orange, Atos, Dassault systèmes et ST Microelectronics. Et ce n’est que le début » (Luca de Meo, directeur général de Renault).

« En réalité, Renault s’est déjà placé dans le ciseau de Google depuis cet été avec un contrat cloud sur plusieurs années pour tous les process industriels d’un côté, et maintenant … »(CroissanceVerte, forumeur).

« En 2022, Renault va lancer Mylink. Nous serons le premier constructeur à apporter les services de Google à des véhicules sur un marché de masse. Avec Google Maps, la navigation sera personnalisée selon les destinations fréquentes des utilisateurs, y compris des fonctionnalités améliorées pour les véhicules électriques. Les utilisateurs auront accès à leurs applications préférées sur Google Play et pourront contrôler les fonctionnalités en main libre par la voix » (Luca de Meo, directeur général de Renault).

« Gageons que la prochaine étape de la dépendance passera par le véhicule autonome de Google : Waymo. Sur le même modèle, Volkswagen s’est engagé avec Amazon par le cloud AWS et ne tardera pas à adopter Zoox. Quand à Apple, il pourrait sortir sa voiture électrique puis autonome (projet Titan) avec Hyundai…» (CroissanceVerte, forumeur).

ENERGIE :

Total clash avec les pétroliers américains

«Nous nous sommes engagés à nous assurer, de manière transparente, que les associations professionnelles auxquelles nous adhérons portent des positions et des messages alignés avec ceux du Groupe dans la lutte contre le réchauffement climatique » (Patrick Pouyanné, PDG de Total)

En conséquence Total se retire de American Petroleum Institute (API), actant son désaccord sur plusieurs points (émissions de méthane, soutiens aux véhicules électriques, tarification du carbone, engagement en faveur de candidats contre l’Accord de Paris).

« Total est donc pour la suppression des émissions de gaz à effet de serre, la taxe carbone, les Véhicules Electriques et Joe Biden… Total espérait avoir assez de temps pour renoncer progressivement aux Energies fossiles sans braquer les soutiens qui lui restent et détruire son actif industriel, mais maintenant il faut se dévoiler. Avoir un pied sur l’accélérateur et un pied sur le frein est une technique de conduite sportive qu’il faut savoir bien doser… » (CroissanceVerte, forumeur)

Dans la même semaine : Total acquiert Fonroche Biogaz et devient le leader français du gaz renouvelable. Total et Engie s’associent pour développer le plus grand site de production d’hydrogène vert sur électricité 100 % renouvelable en France. Total et 174 Power Global vont développer ensemble 1,6GW de projets solaires et de stockage d’énergie au Etats-Unis.

                  MICRO-TENDANCE DU SOIR :               


Hier c’était l’Espace qui s’envolait, aujourd’hui, c’est le Vert qui rougit !

Plus précisément les Energies Renouvelables…



J’en profite pour racheter du Renesola, on verra si ça remonte lundi !



TOP DU JOUR : Global Bioenergies (ALGBE) +17%


Global Bioenergies libère son premier lot commercial d’isododécane renouvelable de qualité cosmétique et précise son usage dans le domaine du maquillage longue durée, en projetant notamment de créer une nouvelle marque.

FLOP DU JOUR : SolarEdge Technologies (SEDG) -15,84%


Tesla commercialise son propre onduleur, alors qu’il se fournissait jusqu’alors chez Delta et SolarEdge …

Dernière modification par CroissanceVerte (16/01/2021 07h26)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

En ligne En ligne

 

#329 16/01/2021 08h30

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Expatriation
Top 20 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Réputation :   643  

C’est assez terrifiant cette avancée rampante de Google, Amazon et Apple jusque dans les voitures grand public. Il va devenir de plus en plus difficile de préserver un modicum de vie privée.

J’ai largué Total car je trouvais leur transformation trop lente comparée à Equinor, mais finalement je reviendrais peut-être dessus. Pour l’instant je privilégie plutôt l’infrastructure gazière en Pologne et Lithuanie qui a la particularité d’être hostile à Gazprom et de privilégier l’import de LNG Norvégien ou Américain. Pour Nordstream 2, finalement j’ai capitulé et acheté la très chère Verbund. La combinaison d’une infrastructure hydroélectrique de premier rang et du hub stratégique de Baumgarten pour le gaz naturel est très intéressante.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#330 16/01/2021 19h30

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   603  

Pas très surpris de voir Solaredge dégonfler. Indépendamment de l’annonce de Tesla, au-delà de $300 il n’y avait plus les fondamentaux derrière. J’ai vendu les 3/4 de ma position entre le 11 décembre et la semaine dernière, toujours au-dessus de 300, et pour la dernière à 369.
Il m’en reste encore 2. Je suis à l’achat autour de 200-220.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 3   [+7]    #331 19/01/2021 13h50

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   429  

Véhicule Autonome : d’un vert à l’autre.


A l’occasion des annonces de Renault - et inspiré par le Barjo -  j’ai décidé de mettre en ordre mes notes sur les VA (Véhicules autonomes).

Point de vue écologique ou « Les androides rêvent-ils de moutons électriques ? »


Malgré des polémiques récurrentes et sensationnalistes, il est établi que les (VE) véhicules électriques sont verts (en termes de bilan carbone d’abord, mais aussi de pollution, construction comprise).

Par contre, ils sont souvent associés à la notion de VA, or il n’y a pas de rapport clair entre les deux ! Au contraire, les VE ont une autonomie limitée alors que les VA, pour être utiles commenceront par être des transports de marchandises, des véhicules partagés ou des taxis destinés à rouler toute la journée. Les VA pourraient donc commencer par être des véhicules hybrides…
Parmi les avantages annoncés des VA, il y a bien sur la réduction des accidents. Mais les VA ont-ils une valeur ajoutée verte?

VERT :


Mode de conduite optimisé donc économe en carburant.

Réduction du nombre de voitures personnelles (une voiture par famille, ou véhicules partagés).

Pas de problèmes de parking (GPS et communication avec l’environnement) ou de maraude. Réduction des embouteillages.

PAS VERT :


Augmentation considérable des équipementsdans la voiture (électronique) et en dehors (transmetteurs, infrastuctures adaptées).

Croissance exponentielle des données (40 Teraoctets pour huit heures de trajet) et donc de l’énergie nécessaire pour son traitement (mais les dernières études limite la perte à moins de 4 %).

Facilité de conduite d’où peut-être un usage plus fréquent, et extension à des usager non conducteurs (enfants, personnes âgés, …).

Les trajets n’étant plus du temps perdu (on peut travailler ou se distraire pendant que le véhicule conduit) ils pourraient être volontiers plus longs (habitation plus éloignée du lieu de travail par exemple).

Conduite plus sure donc éventuellement à plus grande vitesse et donc plus consommatrice.

Bref : Ecologiquement, on ne sait pas si les VA seront verts… Les usages qui en seront fait en décideront…

Point de vue technique : ou «En attendant l’année dernière»


Les composants spécifiques d’un véhicule autonome sont :

1) Des capteurs de l’environnement immédiat : caméras, radars, lidars (mesures laser) et la mise en forme des données mesurées.
Etant donné leur complémentarité, la plupart des systèmes intégrés de VA combinent ces trois types de capteurs (voire d’autres plus spécifiques : IR, audio, etc.). Quelques uns essaient de se passer de LIDARs (Tesla).



2) Un système de communication permettant aux véhicules d’échanger des informations entre eux.
avec les infrastructures et les piétons: Vehicle-to-Everything (V2X) et CVIS (Cooperative Vehicle Infrastructure System).

3) Des processeurs permettant de traiter ces ensembles de données en temps réel.

4) Un logiciel embarqué qui utilise l’ensemble de ces données pour faciliter (ADAS : aide à la conduite), voire prendre en charge la conduite.



Il va sans dire que le développement des VA à son stade ultime pose de nombreux problèmes :

Technologiques, bien sur, et la complexité (et les investissements nécessaires) seront exponentiels avec le niveau d’autonomie.

Réglementaires : A partir du niveau 3, La législation doit évoluer. C’est commencé aux USA et en Chine, essentiellement pour l’instant sur les autorisations de tests.

Pratiques : Les infrastructures routières devront être adaptées, voire à terme la structure urbaine, ce qui représente un cout considérable.

Commerciaux : Outre d’obtenir la confiance des consommateurs, le surcout actuel de 50 000€ nécessaire pour autonomiser une voiture devra être énormément réduit.

Les accidents de Tesla et de Uber en 2018 ont passablement rafraichi les enthousiasmes et les évolutions sont devenues plus prudentes.

D’ores et déjà, les investissements ont flambés, même les plus riches sont obligés de lever des fonds (Alphabet a ouvert le capital de Waymo il y a un an) et les constructeurs se regroupent ce plus en plus.

Enfin, la crise sanitaire a mis en pause un certain nombre de projets de développement.

Il semble que pour les voitures particulières, les constructeurs risquent d’en rester pendant longtemps à des aides à la conduite de plus en plus sophistiquées, le marché du 100 % autonome semblant réservé à des véhicules exploités par des entreprises de transport.

Bref : Techniquement, pour les VA, tous les feux ne sont pas au vert.

Point de vue financier : ou « Le bal des schizos»


L’AV n’est peut-être pas écologique, mais son écosystème est riche !



Et encore ce schéma est partiel et date de de plus d’un an, ce qui est beaucoup dans ce domaine aux mutations, rachats, et fusions très rapides.
On pourrait aussi étendre l’écosystème aux acteurs Chinois (qui interagissent aussi avec les occidentaux).



Mais s’il y a autant d’acteurs, c’est que le marché semble considérable, dépassant les 1000 milliards d’euros en 2040.



Et le mieux, c’est que ça pourrait être gagnant-gagnant!



Bref : Les VA, à défaut d’être verts, pourraient rapporter beaucoup de billets verts (de 100€ bien sur!).

Points de vue boursier ou « Les joueurs de Titan»


VISION :


Ambarella (AMBA) a racheté VisLab en 2015
Novanta (NOVT)
Himax Technologies (HIMX) Fabricant de puces taiwanais, créateur de composants de vision et visualisation pour la plupart des smartphones et lunettes 3D.
LightPath Technologies (LPTH), composants optiques de la vision par ordinateur.
Cognex Corp. (CGNX), acteur historique de la vision par ordinateur.
CyberOptics Corp (CYBE), ses solutions de contrôle de fabrication sont très répandus parmi les fabricants de puces variés.
Sony (SNE) développe des caméras avec AI intégrée.

Et du non (plus) coté : Omnivision Group, racheté par Will Semiconductors (SHA:603501) ;
Movidius racheté par Intel ; Perceptron vient d’être racheté par le suedois Atlas Copco (ATCO) ; Nauto.ai ; AIMotive, …

A noter que les acteur de la vision sont souvent aussi impliqués dans des projets de biométrie. Ainsi ils peuvent être controversés et sont en train de perdre leurs clients chinois (Hangzhou Hikvision, Dahua, …) à cause des embargos américains sur les investissements sensibles.

RADARS :


Essentiellement des entreprises privées, dont : Arbe Robotics, Echodyne, Smart Radar System, ou Astyx, allemand du radar, privé (45 % détenu par ZF), collaboration avec Analog Devices.

LIDARS :



C’est dans le domaine des Lidars que l’on trouve le plus grand nombre d’entreprises et les plus gros investissements, car ce sont les technologies les plus récentes et on peut y choisir un grand nombre d’options de développement différentes (longueurs d’onde, mécanismes de balayage, types de formes d’onde, options laser, modalités de détection).

Velodyne lidar (VLDR) après fusion avec la SPAC GRAF Industrtial corp., Baidu compte parmi ses investisseurs. Contrats avec Ford et Hyundai. A déjà un  activité LIDAR sur des robots.
Luminar (LAZR) après fusion avec la SPAC GMHI, partenariat avec Volvo.
Innoviz (INVZ), Lidar israélien qui va être coté par fusion avec la SPAC Collective Growth Corp (CGRO), a parmi ses investisseurs SoftBank, Magna et Aptiv. Contrat avec BMW.
Aeva (AEVA), bientôt fusionné avec la SPAC Interprivate Acquisition corp. (IPV). Contrat avec Porsche, VW, et ZF.
Ouster va fusionner avec la SPAC Colonnade Acquisition Corp. (CLA).
Indie Semiconductors (INDI) bientôt fusionnée avec la SPAC Thunder Bridge Acquisition II (THBR).
TriLumina, racheté en novembre par Lumentum Technologies (LITE), qui collabore avec Apple.

Je citerai également des sociétés privés qui pourraient bien devenir cotées vu l’engouement pour ces technologies chez les SPACs : Aurora, AEye, Quanergy, Kodiak Robotics, Ike Robotics, Robosense, Cepton Technologies et Hesai (investisseur principal : Baidu) en Chine.
Uber (qui avait racheté Otto) a revendu sa branche VA à Aurora (privée) en contrepartie de 25 % de la société. Aurora a également acheté Blackmore et développe son propre Lidar.

Yandex : LIDAR développés en interne, partenariats avec Hyundai et Uber.
Zoox (racheté par Amazon) utilise des LIDARs de tierce parties
Waymo (Google) LIDAR développés en interne.
Cruise Automation (devenu filiale de General Motors) a acheté Strobe et essayé de piquer Zoox à Amazon
Argo-AI, qui a acheté Princeton Lightwave a été racheté par Ford et Volkswagen a égalité.

EQUIPEMENTIERS AUTOMOBILES :


Certains ont un développement de LIDAR en cours, mais la plupart sont surtout des intégrateurs qui utilisent des capteurs et technologies tierces et les assemblent sous leur couche logicielle :

Continental AG (ETR:CON), investisseur dans AEye
Denso Corp (TYO :6902, DNZOY) investisseur dans TriLumina
Valeo (FR), qui est commercialement le plus avancé puisqu’il diffuse déjà en quantité son propre lidar.
Aptiv (APTV) spinoff de Delphi Technologies, joint venture Motional avec Hyundai,
Bosch (BOSH) : Collaboration avec Daimler et Nvidia.
Magna (MGA) Equipementier géant canadien qui a développé un système basé sur les LIDAR Innoviz et de la vision par ordinateur développée en interne
Veoneer (VNE) équipementier auto suédois spécialisé VA (spin off de l’équipementier Autoliv), Collaborations avec Velodyne et Qualcomm. Contrats avec Geely et Volvo (joint venture Zenuity).
Visteon Corp. (VC)
Mobileye (systèmes avancés d’assistance à la conduite : ADAS) a été racheté par Intel (INTC) qui l’associe avec le fabricant de puces de vision par ordinateur Movidius pour son système intégré. Contrats avec BMW, Fiat Chrysler, Nissan et Nio.

V2X :


Pour ce qui est des technologies V2X, elles sont partiellement dépendantes du déploiement de la 5G et des IoT. Plus spécifiquement, les acteurs sont des géants des télécommunication et du numériques AT&T, Intel, IBM, Qualcomm, Verizon, Alphabet… ainsi que des startups non cotées (Cohda Wireless, V2X Network, …). On pourrait citer également des sociétés de services à distance comme Sirius XM Holdings (SIRI)

Un autre enjeu important du V2X est la constitution et la mise à disposition en temps réel de contenus. C’est en particulier le cas de la cartographie (GIS : Geographic Information Systems) dont les acteurs cotés sont : Trimble (TRMB), TomTom NV (AMS:TOM2), NavInfo (002405.SZ), Alphabet, Microsoft, Apple, Intel,… Les non cotés : The Sanborn Map Co., Civil Maps, CARMERA Inc., Civil Maps, DeepMap Inc., HERE Global BV (racheté par Daimler, BMW et Audi).

SEMICONDUCTEURS :


Des fabricants de semiconducteurs développent des puces et systèmes dédiés aux VA :

Des grands pluralistes : Qualcomm (QCOM), Nvidia (NVDA), Intel (INTC), Analog Devices (ADI), Infineon (ETR:IFX).

Et des plus petits et plus spécialisés :
NXP Semiconductors (NXPI) : processeurs et systèmes intégrés de radars et radio IoT, ADAS
12 % du marché radar. 48 % de ses activités consacrées à l’automobile.
ON Semiconductors (ON) 30 % de son activité pour l’automobile. Collaboration avec la startup coréenne SOS Lab dans les Lidars.
Renesas Electronics corp. (TYO:6723, RNECF) majoritairement dans l’automobile.
Et enfin des développeurs de puces d’intelligence artificielle embarquée comme Brainchip (fournit Valeo) ,…

Sans oublier la connectique adaptée, avec TE Connectivity (TEL, qui a racheté l’allemand First Sensor) en particulier :



VEHICULES SPECIALISES :


Pour les véhicules individuels, on a vu les investissements et contrats de la plupart des constructeurs automobiles (OEM).

Pour les navettes, curieusement, les seuls indépendants que j’ai trouvé sont les petits français Navya (NAVYA, capteurs Velodyne) et Gaussin (ALGAU, également des utilitaires). Plus des non cotés, au cas où… : Easymile, Milla, Ridecell. Local Motors (projet collaboratif), et 2Getthere (acheté  par l’équipementier Allemand privé ZF Friedrishafen que l’on retrouve souvent dans le domaine…). Nuro.ai. Qui a développé un vehicule de livraison autonome

Pour les camions : Embark, Kodiak, Gatik, TuSimple et Plus (camions autonomes chinois) pour les indépendants non cotés et des projets chez Aurora, Waymo (Alphabet), Amazon, UPS, FedEx, Daimler, Volvo et Navistar.

POINT DE VUE UBIK’ITAIRE : « LES MACHINES A ILLUSIONS ».


En point d’orgue, j’ajoute le petit point de vue paranoïaque qui semble indispensable aujourd’hui dans toute problématique : Les géants du numérique et les VA.

« On » veut nous faire croire qu’adopter le VA est un pari pascalien gagnant-gagnant. Le raisonnement est à l’évidence biaisé, on l’a vu au début : dire à la fois que la productivité des travailleurs va augmenter (en travaillant pendant le trajet) et que l’on va économiser du carburant est simplement contradictoire, par exemple.

Mais plus largement, en fait, la mutation annoncée du modèle de l’industrie automobile n’est pas tant liée au changement de carburant vers l’électrique comme on le dit souvent (en liant toujours VE et VA) qu’à l’imposition comme d’une évidence du modèle technologique, même si l’on devait ne jamais arriver au 5 ème niveau…



Et la transformation des OEM en entreprises technologiques a plus de chances de se faire au bénéfice des GAFAMT qu’au leur propre puisqu’ils vont leur déléguer ce qu’ils ne savent pas faire.



Qu’il finisse par être ou non autonome, le véhicule va d’abord être « simplement » connecté, ce qui implique d’être un peu plus encore lié aux réseaux d’infotainment des géants du numérique, puis plus généralement à leurs écosystèmes (medias, payement, localisation, identification, communication, etc…). Le pied dans la porte ; le smartphone au carré. Et finalement la domination sur la MaaS (Mobility as a Service) comme sur les autres aaS. Et la même chose en Chine : Baidu, Alibaba, Tencent, avec un contrôle étatique accru…

Personnellement, je crois que le concept de VA est superflu. Mais du point de vue du petit investisseur, comme du géant ubiquitaire, il va être juteux.
Je suis tenté de revenir sur Navya (et regrette de ne pas avoir cru en Gaussin), mais surtout j’aimerais créer une poche spéculative VA avec Ambarella, Himax Technologies, IPV (Aeva), CGRO (Innoviz), Lumentum Technologies, NXP Semiconductors, ON Semiconductors, Renesas Electronics, Aptiv, et peut-être Valeo et Veoneer.

EDIT : Ce jour 19 janvier :

Reuters a écrit :

Le constructeur automobile américain General Motors (GM) et sa filiale Cruise ont conclu un partenariat stratégique de long terme avec Microsoft , destiné à accélérer la commercialisation de véhicules autonomes.

Le groupe informatique va investir plus de 2 milliards de dollars (1,65 milliard d’euros) dans Cruise, valorisant la division spécialisée dans la voiture autonome de General Motors à 30 milliards de dollars.

La filiale d’Alphabet , Waymo, qui travaille à la conception de ce type de véhicule, est valorisée à un peu plus de 30 milliards de dollars, selon le site PitchBook, et Argo AI, la start-up soutenue par Ford Motor et Volkswagen , à 7,25 milliards de dollars.

Cruise compte utiliser la plate-forme d’informatique dématérialisée Azure de Microsoft pour ses véhicules.

En Bourse, GM gagnait 7,08% à 53,51 dollars vers 15h25 GMT après un pic historique à 54,42.

L’action du constructeur automobile s’était distinguée mardi dernier avec un gain de 6,3% après avoir annoncé son entrée dans le secteur en pleine croissance des véhicules de livraison électriques.

Dernière modification par CroissanceVerte (19/01/2021 16h51)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

En ligne En ligne

 

Favoris 1   [+1]    #332 19/01/2021 20h24

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   603  

Etonnant de ne voir apparaître Cerence nulle part dans votre belle prose smile
J’ai récemment fait des emplettes dans le secteur, Lumentum & Ambarella ce jour (avant de vous lire), ON Semi et Cognex la semaine dernière
On n’y pense pas forcément, mais tous ces véhicules connectés avant d’être autonomes auront besoin de mémoire dans/en plus de leur SoC, du coup Micron rentre à mon sens dans l’écosystème. Et, si on veut voir loin, Weebit Nano

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+3]    #333 19/01/2021 21h15

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   429  

TENDANCES DU SOIR :


                Feu d’artifice dans le portefeuille :               


Ça part en vert dans tous les sens :

+37 % Izea Worldwide qui devient déjà bagger mensuel (comme le mois dernier) !
La plateforme d’influenceurs a remporté un contrat à sept chiffres d’un retailer Fortune 100, déjà client fidèle , après les annonces de deux nouveaux contrats Fortune 10 et une semaine après l’annonce d’un Q4 à +48% et des reservations depuis le début de l’année qui dépassent le total de janvier et février 2019 combinés.

+21% Tencent Music Entertainment Group achète la plateforme audiobook Lazy Audio.

+27% Stable Road / Momentus et +12 % Maxar profitent encore de l’annonce de lancement du nouvel ETF spatial d’Ark.

+15 % SunPower et +16 % Ballard, +10 % Plug Power, +15 % Daqo New Energy et +5 % ITM Power : mon Top5 2021 reprends ce qu’il avait perdu en fin de semaine dernière et revient à +46 % depuis le début de l’année !

Et côté Santé, Twist Bioscience (+13%) a signé deux nouveaux contrats de recherche de molécules thérapeutiques.

Un peu de rouge à -5 % : Global bioenergie et The blockchain group qui consolident…

                Pêche au VA à l’épuisette :               


J’ai craqué, comme annoncé, et j’ai engagé tout le cash restant pour constituer un portefeuille VA (Véhicules Autonomes) en posant des épuisettes (surtout en PEA, parce qu’en CTO il fallait les attraper au vol).

J’ai en particulier profité du -13 % de Lumentum Technologies (LITE) suite à l’annonce de l’achat de Coherent (en cash et actions) qui va renforcer l’entreprise de photonique dans les secteurs de la micro-électronique et de l’aérospatial. Cela fait suite, bien sur, au rachat annoncé il y a deux mois du fabricant de Lidars TriLumina, qui a motivé mon achat.

En CTO j’ai donc pris également les deux SPAC de lidars IPV (pour Aeva) et CGRO (pour l’israélien Innoviz). J’espère que la fusion ne va pas les faire dégringoler. Si j’en juge par mes statistiques sur les 2 précédentes fusions SPACs de lidars comparables l’an dernier : Velodyne est revenu au cours de la fusion et Luminar cote 17 % au dessus, tous deux après avoir continué à grimper pendant une semaine après la fusion avant de retomber… Je tenterai peut-être le coup de revendre au bout d’une semaine de fusion pour racheter plus bas les mois suivant ?

J’ai pris également deux acteurs de vision par ordinateur :

Himax Technologies, développeur Taiwanais, Q3 a +46 %. Propose en plus des capteurs camera intelligent des systèmes de visualisation cockpit pour l’instrumentation virtuelle.

Ambarella, qui s’est fait un nom il y a quelques années en équipant les GoPro, a depuis developpé de nouvelles puces de vision avec IA intégrée qui sont recherchées par les constructeurs de robots et AV, particulièrement chinois. Le CA du Q3 a baissé de 17% mais la marge brute a fortement augmenté.
Tous deux ne sont pas très chers bien qu’ayant grimpé de respectivement +195 % et +66 % depuis le début 2020.

J’ai ajouté des fabricants de puces plus orientés IA et aide à la conduite (ADAS) en temps réel : ON semiconductors (collaboration avec la startup coréenne SOS Lab dans les Lidars, expertise dans les réseaux embarqués), le japonais Renesas Electronics (collaboration avec Microsoft dans les VA) et, en PEA, le concepteur hollandais de puces NXP semiconductors, spécialisé dans l’électronique automobile ADAS, dans les réseaux radio IoT et les radars.

Cerence, pour l’interface homme-VA, que @corran m’a rappelé.

Deux équipementiers pour compléter en CTO (pourquoi pas en PEA, je ne sais pas ?) :

Aptiv PLC, domicilié en Irlande, spinoff de Delphi Technologies, qui a créé  une joint venture (Motional) avec Hyundai et vient de dévoiler une nouvelle génération de plateforme ADAS.

L’équipementier suédois Veoneer (spin off d’Autoliv) qui a des collaborations avec Velodyne et Qualcomm, une joint venture (Zenuity) avec Volvo et des contrats avec Geely.

Et un troisième en PEA, le bien connu Valeo qui est (entre autres) le seul fournisseur actuel en quantité de lidars.

Et enfin les deux petits fabricants de navettes et d’utilitaires VA : Navya et Gaussin, en espérant qu’il leur reste un peu de potentiel après leur année démentielle.

Elles complèteront la ligne Général Motors du portefeuille VRAC qui a gagné 9 % aujourd’hui à l’annonce du deal avec Microsoft pour les VA.

@corran :


Vous avez raison, j’avais oublié Cerence : la société est trop belle pour ne pas la citer. Grace à votre rappel, je me la suis achetée, du coup !
Pour la mémoire, cela s’éloigne de la problématique stricto sensu de mon exploration (mais bien vu la collaboration avec Renesas).
Nous sommes d’accord (comme sur bien d’autres points smile ) que l’occasion sur Lumentum était trop belle aujourd’hui !

EDIT :

Mise à jour derniers cours
Revente Renesola, +10% sur cet aller-retour, on verra demain si ça baisse pour racheter.

Dernière modification par CroissanceVerte (20/01/2021 05h26)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

En ligne En ligne

 

[+1]    #334 19/01/2021 21h42

Membre (2019)
Réputation :   5  

Avez-vous regardé STMicroelectronics (EPA:STM) ? Notamment l’offre Advanced Driver Assistance Systems Ils proposent des caméras et radars.

Hors ligne Hors ligne

 

#335 19/01/2021 22h56

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   603  

Ambarella j’ai pris le temps d’étudier le dossier car les chiffres des dernières années ne font pas envie, mais clairement ils sont en train de se réinventer positivement. Je pense que leurs errances passées avec GoPro pèsent encore sur la valo, du coup ça reste encore intéressant malgré le quasi doublement en 2 mois.

Idem Cerence, d’ailleurs, qui reste étonnamment abordable. Je ne sais pas pourquoi je n’en ai pas pris plus en novembre, mais du coup la ligne est déjà grosse, donc pas encore candidate à un renforcement.

Bien d’accord avec vous sur Lumentum, c’était déjà cadeau avant la baisse d’aujourd’hui, là c’était royal.

Dernière modification par corran (19/01/2021 22h58)

Hors ligne Hors ligne

 

#336 20/01/2021 10h25

Membre (2015)
Top 50 Réputation
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Immobilier locatif
Réputation :   430  

Merc.i ; le marché du VA est énorme, je ne sais pas si le timing est bon, mais belle clairvoyance !

Edit : en revanche je suis plus circonspect sur Valéo pour Lidar ; j’aurais pensé de prime abord à Thalès qui à un simili "moat" en matière de radar, qui ira sans soucis sur du métro RER train autonome (de l’avion ?) de par son coeur de métier actuel…

Voiture connectée | Thales Group
Trains autonomes : quels seront les avantages pour les usagers ?
Thales veut renforcer la confiance sur la voiture autonome - Sciences et Avenir

re edit : du coup "actionnaire Thalés"

Dernière modification par Iqce (20/01/2021 11h18)


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

#337 20/01/2021 11h53

Membre (2018)
Réputation :   59  

Pour les Lidars, vous avez aussi une small caps française qui en fait: Lumibird (SensUp: Transcending laser-based electro-optical systems).

Concernant NXP, ils ont pris 10% du capital d’une micro-cap française appelée Kalray, qui développe des processeurs pour tout un tas de choses dont la voiture autonome, et qui a de grosses ambitions:

Le français Kalray, futur Tesla des processeurs ?

A la poursuite de NVidia

Hors ligne Hors ligne

 

#338 20/01/2021 12h23

Membre (2015)
Top 50 Réputation
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Immobilier locatif
Réputation :   430  

Il y a un paradoxe avec Kalray (?) : ils sont prometteurs mais avec un chiffre d’affaire "ridicule" alors qu’il faut tenir sur du MT voir LT pour percer dans le VA (Nota : je tente d’exprimer ma crainte de manière synthétique).
Du coup Thalés ou Valèo semblent plus rassurants, surtout après l’envolée du cours de Kalray en totale anticipation de résultats (demain) forcément peu folichons.


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #339 20/01/2021 14h41

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   603  

Kalray ce ne sont vraiment pas les résultats de maintenant qu’il faut regarder, mais le potentiel si vraiment leur technologie aboutit. C’est à considérer comme une biotech, et l’imprimatur de NXP est rassurante.
Or, si celle-ci aboutit, malgré l’envolée des 2 derniers mois, la société reste très très peu chère avec une cap à 260M€.

Dernière modification par corran (20/01/2021 14h41)

Hors ligne Hors ligne

 

#340 22/01/2021 10h49

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   429  

*******   Petite histoire à partager au coin du solaire   ********


Lors d’une séance ennuyeuse comme la pluie, telle que la saison d’hiver en amène parfois sur euronext, les jeunes investisseurs ESG se groupèrent autour du vieil homme qui surfait paresseusement sur Bloomberg.
Ils quémandèrent : « Papy CroissanceVerte, raconte nous une histoire ! »
« Si vous voulez, jeunes gens» leur concéda-t’il.
Ils s’installèrent confortablement autour de l’écran et il commença…


    *********

Il était une fois, dans le royaume de lumière du roi Osram, un nouveau né nommé TubeSolar.

Son père, donc, le roi Osram Licht AG (OSR), prince de Sylvania, un temps sous la régence de Siemens (SIE), avait divorcé en 2016 de sa filiale d’éclairage Ledvance, qui l’a donc quittée pour rejoindre le chinois MLS (002745.SZ).
Lui-même, Osram, finit par se rendre face à l’offensive de l’autrichien ams AG (AMS) l’été dernier suite à une guerre avec Bain Capital, mais ceci est une autre histoire.

Osram et Ledvance avaient donc une usine de tubes fluorescents à Augsburg. L’activité baissant, il fut envisagé de fermer l’usine, mais ses ingénieurs proposèrent d’exploiter des brevets de modules photovoltaïques : des assemblages de tubes en verre tapissé de cellules photovoltaïques à couches minces (CIGS).
Ces modules semi-transparents et perméables peuvent être utilisés pour l’agriculture en protégeant les plantes du rayonnement solaire et réduisant la demande en eau dans les régions sèches tout en produisant de l’énergie, en plus d’une installation simple et économique.

Osram et Ledvance cédèrent donc les brevets et l’usine à une entreprise qu’il fut décidé de nommer TubeSolar AG (9TS) et de proposer sur le marché libre de Düsseldorf le jour de la Saint Valentin l’an dernier…
La semaine suivante éclatait la grande tempête ! Mais le nouveau né plaisait tant que son cours bondit d’1,80€ à 4€ en un mois pendant que le marché plongeait !

Depuis, il a encore doublé de taille jusqu’à l’automne dernier où il s’est stabilisé, avec une augmentation de capital d’un million d’€ et une cotation à Frankfort.

Mais le jeune TubeSolar, malgré son succès, se sentait seul.

    *********

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’océan, une société vivotait depuis 15 ans en fabricant des capteurs et chargeurs photovoltaïques (couches minces CIGS) souples et portables pour l’armée et les randonneurs du Colorado : Ascent Solar Technologies, Inc. (ASTI).

Après une première année en fanfare sur le marché secondaire OTC son cours avait décru et elle s’était endormi.
Il y a 10 ans, un capital aventurier, TGF Radiant Group, avait tenté de réveiller la belle en prenant 41 % du capital, mais la sommeil fut le plus fort et elle s’enfonça inexorablement, s’endettant, accumulant les hypothèques sur son usine qu’elle n’a jamais exploité entièrement et finissant par la vendre en 2019 en prévoyant de louer des locaux pour l’activité résiduelle.

Son cours aboutit l’an dernier à l’infamant dix millième de $ le titre, valorisée loin derrière son chiffre d’affaire pourtant réduit à moins d’un million de dollars…

Jusqu’à l’automne dernier où la bonne fée Crowdex Investment Llc fut créé ex nihilo pour en prendre le controle à hauteur de 91 %, avant de préparer également en janvier une prise de participation de 15 % et des commandes de la part de… TubeSolar qui avait enfin trouvé l’âme sœur !

L’allemand doublait ainsi sa source d’approvisionnement CIGS et son marché. Et c’est ainsi qu’à Noël dernier la valeur du titre Ascent Solar, de son côté, se mit à remonter, multiplié par 280 …

    *********

Une cloche tinta derrière l’écran. Le vieil homme s’étira et dit :
« Bon il est temps pour vous d’aller arbitrer»
« Mais papy CroisanceVerte, que leur est-il arrivé ensuite ? » s’écrièrent-ils.
« Mais ensuite c’est demain ! Nul ne connaît la suite de l’histoire : C’est vous qui l’écrirez en investissant ou pas en eux… »

Le vieil homme se tourna vers son écran, ouvrit une fenêtre et leva les sourcils qu’il avait broussailleux : son portefeuille venait de passer à sept chiffres.
« Il n’est vraiment pas de séance trop terne qui ne puisse retrouver une saveur à un titre ou par un autre ! » s’écria-t-il in petto et dans sa barbe. « Pour moi qui aime les nombres ronds, c’est de bon augure au seuil d’une année qui s’annonce difficile… »

Il se tourna à nouveau vers les jeunes investisseurs qui se levaient paresseusement.
« Quelle leçon avez vous retenu de cette histoire ? »
« Que c’est sous les radars que volent les meilleurs ortolans !» proposa le stock-picker.
« C’est souvent vrai».
« Que de divorces émergent parfois de fructueux spin-off ?» suggéra l’analyste.
« Cela arrive ».
« Que même des cours ridiculement faibles peuvent remonter !» s’écria le spéculateur.
«Ce sont là de bonnes leçons. J’en ai une dernière pour vous :
En bourse, les meilleurs histoires n’ont pas de FIN ! »


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

En ligne En ligne

 

[+1]    #341 22/01/2021 11h51

Membre (2017)
Top 20 Réputation
Top 5 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   2331  

Bonjour CroissanceVerte,

Bravo, c’est une performance incroyable d’avoir construit un portefeuille de 1M€ à partir d’un apport d’environ 300k€ (si je comprends bien le graphique dans un de vos points précédents), en si peu de temps (environ 1 an). Sur cette période je pense que vous détenez peut-être le record mondial (si j’exclus les portefeuilles cryptos, bien moins viables) - même les fonds ARK, à la performance explosive sur la période récente, sont très loin derrière.

J’ai pour habitude de classer les gens plus intelligents que moi en 2 catégories : (1) ceux que je comprends (ils sont juste un peu plus clairvoyants, rapides, réactifs, audacieux, etc. que moi) et (2) ceux que je ne comprends pas. Vous êtes clairement dans la seconde catégorie.

Cette file est très intéressante et fourmille d’idées de stock-picking (je vous en ai d’ailleurs piqué quelques-unes), mais à mon sens il y a de gros "angles morts" qui, perso, bloquent largement ma compréhension. Je pose donc des questions sur ces angles morts, parce que je ne pense pas être le seul que ça interroge, libre à vous de répondre ou pas :

1) Quel est votre levier ? C’est une dimension essentielle (si ce n’est LA dimension essentielle) de la prise de risque dans un portefeuille diversifié comme le vôtre (ou le mien). Vous ne faites pas d’apport mais vous renforcez sans cesse (sans pour autant liquider bcp de lignes) ? Vous utilisez donc le levier ? A quel point ? Si 1M€ est la valeur nette de votre portefeuille, quelle est la valeur brute ? Avez-vous une cible ou une limite sur le levier ? Perso, j’ai un levier de 1,38 sur mon portefeuille IB et 1,19 sur mon portefeuille global, et aux niveaux actuels de valorisation des marchés je ne suis pas serein sur ce niveau d’utilisation du levier.

2) Quel est votre broker? Là encore, ce point très pratique m’interroge, car à la lecture de votre file on a l’impression que vous avez un accès très large aux marchés internationaux (plus encore que par Interactive Brokers, j’ai l’impression), et j’imagine par ailleurs que ce broker offre des conditions favorables sur l’utilisation de la marge.

3) Votre gestion n’a-t-elle pas un coût fiscal élevé ? C’est la question que je me pose toujours quand je vois sur les forums des gestions très actives, avec de nombreuses rotations. Dans votre cas, non seulement vous faites beaucoup de rotations, mais les PV sont très importantes : le frottement fiscal de cette approche (hors PEA) doit être énorme ?

4) Quelles sont vos sources pour votre stock-picking ? Il faut comprendre mon incompréhension totale : qu’un paisible retraité de la Côte d’Azur (no offense), se présentant comme novice en bourse, déniche, après quelques mois d’apprentissage, une microcap américaine confidentielle (moins de 100M$ de capi), comme Bioanalytical Systems, avant qu’elle explose en bourse, c’est juste incompréhensible si vous n’expliquez pas comment vous l’avez trouvée. (Alors qu’elle avait, comme de nombreuses autres "pépites" de votre portefeuille, échappé à mon criblage pourtant systématique de la cote.) Je comprends que vous faites une étude de certains secteurs, que vous partagez d’ailleurs généreusement ici, mais vous n’expliquez jamais les sources que vous utilisez.

5) Utilisez-vous un screener et si oui, avec quels critères ? Cette question rejoint la précédente. Je comprends bien que votre portefeuille présente de forts biais sectoriels, mais y a-t-il d’autres critères ? J’ai l’impression que vous utilisez une approche momentum (plutôt que croissance) mais vous ne le dites pas : est-ce bien le cas ? c’est-à-dire que vous utilisez un screener avec un filtre momentum et ensuite vous appliquez vos filtres sectoriels, correct ?

6) Comment trouvez-vous de l’information sur des entreprises hors des sphères francophone et anglophone ? Je pourrais poser la même question à Vauban sur ses entreprises nippones, à Doubletrouble sur ses scandinaves ou à Corran ? Perso, je suis très à l’aise pour trouver des infos sur les entreprises américaines et britanniques, puisque l’anglais est ma langue de travail, et je me débrouille sur les cotes allemandes et suisses, pratiquant l’allemand depuis mes années à Francfort. Mais je galère absolument pour avoir une idée précise sur des small caps scandinaves, hollandaises, etc. - des pays dont je ne pratique pas la langue. Quand on pratique un stock-picking strictement quantitatif, ça va encore, car il suffit de regarder les chiffres, mais pour un stock-picking "qualitatif" comme le vôtre je ne comprends pas (mais je ne comprends pas non plus pour Vauban ou Doubletrouble - pour Corran, je comprends mieux, son stock-picking est plus quantitatif, comme le mien).

7) Considérez-vous vos entreprises (notamment "vertes") comme des investissements de long-terme ? Êtes-vous confiant sur leurs perspectives de long-terme ou êtes-vous prêt à les liquider au moindre petit retournement de tendance ? Je pose cette question parce que je trouve qu’il y a un contraste frappant entre, d’une part, une claire vision fondamentale sur les secteurs, et, d’autre part, une propension à larguer des lignes dès qu’elles cessent de s’envoler (i.e. une approche momentum). Perso, la raison principale pour laquelle je suis beaucoup moins investi que vous sur les valeurs "vertes", malgré un potentiel de croissance, est que beaucoup ne sont pas profitables, et pour certaines sans perspective claire de profitabilité. Aujourd’hui elles sont portées par la vague, mais je ne suis pas du tout convaincu par les fondamentaux, c’est-à-dire la capacité de ces entreprises à créer de la valeur (par des profits) pour leurs actionnaires. Cette situation n’est à mon sens pas comparable à celle des entreprises du SaaS, pour lesquelles il y a une trajectoire bien connue d’accès graduel à la profitabilité. Cela dit, pour l’instant, clairement le marché vous donne raison et me donne tort, donc bravo !

Voilà, ces questions recouvrent mes principaux points d’incompréhension sur la gestion de votre portefeuille. Quoi qu’il en soit, bravo pour vos résultats extraordinaires, et pour le partage que vous en faites ici !

Dernière modification par Scipion8 (22/01/2021 12h56)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #342 22/01/2021 12h51

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   603  

Je ne peux pas répondre pour CV mais comme c’est une problématique intéressante et que cette discussion est très suivie, dans mon cas :

- Polyglottisme, français-anglais-italien-espagnol-néerlandais, cela me donne accès à 90% de la côte occidentale

- Filtres momentum 6 mois ou YTD par pays, beaucoup plus efficace qu’un screener quantitatif pour filtrer le bon grain de l’ivraie et repérer ce qui est bullesque de ce qui ne l’est pas ; pas faisable sur le marché US du fait de la taille de la cote, du coup méthode infra

- Top-flop journalier (marche bien pour Stoxx 600/SDAX/MDAX/TecDax/SRD/Mid&Small et l’Australie sur marketindex)

- Coup d’œil aux sociétés du secteur d’une entreprise que j’ai regardée (très facile via l’onglet société sur zonebourse)

- Fil d’actualité zonebourse/marketscreener

- Reportings des fonds que je suis (small cap Europe principalement et fonds actifs monde très performants)

- Si une société m’intéresse, j’ai maintenant pris l’habitude de regarder quels fonds ou ETFs sectoriels/smarts la possèdent, et je regarde ce qu’il y a d’autre dedans

- "Serendipity", en tapant des mnemo ou noms d’entreprise dans la barre de recherche zonebourse pour une recherche précise, je tombe sur des entreprises au nom ou mnemo proche que je vais du coup regarder

- Spécifique à la cote américaine, ce que j’ai fait en novembre : pendant la saison des résultats, prendre le earnings calendar du jour sur seekingalpha et cliquer sur TOUTES les entreprises ; filtre graphique sur 1 an/5 ans (il y a des ratés : j’ai éliminé magnite comme ça pour l’acheter 3 fois plus chère en début de mois) puis étude de la publication et vérification de l’historique de croissance sur zonebourse

Ce que j’évite : seekingalpha, fool, Twitter, WSB. C’est le royaume du bruit et du stock pumping.

Dernière modification par corran (22/01/2021 20h20)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #343 22/01/2021 16h24

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   429  

Bonjour @Scipion8

Je vais essayer de répondre à chacun de vos angles morts, mais je crains de vous décevoir car mon approche est souvent très peu rationnelle au regard de la votre et ils risque d’en être peu éclairés !
Tout d’abord, relativisons : au moins 2 des fonds ARK ont fait mieux que moi cette année, et depuis aout 2019, départ de mes investissements, le plus ancien ARKK a fait +229 % soit 10 point de plus que moi, sans levier (je crois?).

1) Mon levier. Là c’est simple et clair : je n’en ai pas utilisé sauf une fois - et c’est ce qui a fait la différence - c’était le BX4 pendant la liquidation de mars. Mais peut-être est-ce que j’emploie abusivement le terme de levier ? C’est un ETF à levier mais peut-on considérer que j’ai utilisé du levier dans mon portefeuille en l’achetant comptant sans emploi de la marge ? Je n’était pas assez à l’aise avec la bourse pour en employer et c’est toujours un peu le cas.

Je n’ai fait qu’un apport, c’était en février. Depuis avril, il n’y a plus d’entrée de cash dans mes 2 principaux portefeuille (1 entrée = 1 sortie). Il n’y a que dans le portefeuille spéculatif (8 % du portefeuille) - qui abrite le cash et les dividendes - que c’est plus brouillon. C’est la dedans que j’ai pioché dernièrement pour créer les portefeuilles VRAC et AV. Si vous avez l’impression que je renforce sans cesse c’est que je ne suis pas clair dans mes reportings !

2) Mon Broker est Degiro (et Bourse direct en PEA). Il est possible que ce qui vous donne l’impression que j’ai accès à des marchés exotique est qu’il peut m’arriver de citer en watch-list des titres sans vérifier que j’ai la possibilité de les acheter (mais c’est aussi pour ça que ce sont des watch-lists). Chez Degiro, je leur ai fait par exemple ajouter à leur plateforme l’australien Advance Nanotek Limited (ANO) parce que je ne le trouvais même pas à Francfort.

3) Pour ce qui est du frottement fiscal, vous touchez là un point délicat :

Pour 2019 il n’y en a guère eu vu ma piètre performance (+8 %, essentiellement en PEA). Mes nombreux arbitrages de l’époque se sont annulés entre PV et MV.

Pour 2020 ça va être une autre paire de manche, ne serait-ce que pour le BX4 !

Par contre en termes de rotations, je n’ai guère fait qu’une douzaine de ventes par mois depuis la stabilisation de mars, et généralement de valeurs ayant eu une plus value faible ou négative (je laisse grimper les PV efficaces), donc en termes de stratégie de gestion « normale » (hors BX4) je pense que cela serait raisonnable.

Par contre c’est une question qui me trotte dans la tête depuis des mois : que peut signifier de mesurer une performance si on n’y intègre pas la fiscalité ? Ma performance 2020 en sera clairement amputée quand je devrai payer ; et selon la somme, vais-je liquider le portefeuille spéculatif ou payer hors portefeuille et dans ce cas comment réintégrer cette somme en performance ?

4) Les sources de mon stock picking ne sont pas clairement définies. Il y a de nombreuses analogies avec ce que décrit @corran :
Au départ : l’actualité (sites standards en vrac : broker, investir, Yahoo finance, CNN, … et des sites non boursiers d’actualités vertes ou sur une thématique qui retient mon attention), les IPO, les tops/flops quotidiens, à l’occasion le contenu d’ETF.
Et l’actualité des mes valeurs.
Et surtout je suis attentif à toute référence même ténue à une société inconnue.
Enfin il y a comme dit @corran le « serendipity », le hasard qui fait apparaître un nom auquel ma curiosité ne peut résister.
Je n’ai pas de tabou a priori. Nulle capitalisation n’est trop petite, nulle situation trop périlleuse, nulle activité trop bizarre pour que je m’y intéresse, ne serait-ce que parce qu’elle peut me conduire à une autre plus intéressante.

La plupart du temps je trouve un bout de fil minuscule et je tire dessus, passant de manière effrénée et arborescente d’un site à un autre au gré des liens et des légers changements de mots clés, prenant au fil du processus des fragments de notes. Le problème est que je me trouve bien incapable à l’issue du processus de recenser les pages qui m’ont servi, à moins de faire une fastidieuse remontée dans l’historique.

Je vais prendre deux exemples simples :

Le premier, que vous citez, est Bioanalytical Systems (BASI). Lorsque je l’ai achetée - en décembre d’après les archives – je ne sais plus comment je l’ai trouvée, mais rétrospectivement je peux sans risque de me tromper attribuer le déclic au fait qu’elle venait de faire +150 % en 3 mois avant de consolider à +100 %. Sachant qu’en plus elle était dans une thématique qui m’intéresse il n’en fallait pas plus pour que je me plonge dans son histoire. Je ne dis pas que j’ai été envoutée par ses difficultés récurrentes, en particulier de management. Mais son localisme assumé, ses efforts de restructuration avec les services CRO d’Inotiv, sa croissance externe et ses ambitions m’ont plu.

L’autre c’est la dernière société dont j’ai parlé : TubeSolar AG (9TS). Je ne l’ai pas acheté (plus de cash) mais elle me plait. Pour la trouver je suis passé par Ascent Solar Technologies, nanocap qui avait fait +50 % de mardi à mercredi et qui portait un nom qui ne pouvait que m’attirer : « Solar ». En la regardant de plus près j’ai vu qu’elle avait un nouvel investisseur du nom de TubeSolar. Et ensuite, l’histoire, l’histoire…

Jamais 2 sans trois : l’exemple de Clarivate (CCC) société de gestion d’information scientifique et de brevets qui me plait beaucoup par son moat mais dans un secteur qui finalement rapporte moins que je l’avais espéré, ce qui m’a fait le revendre récemment. Je l’avais trouvé dans ma recherche d’entreprises vertes par confusion avec une entreprise de même mnemonique qui faisait du charbon actif : Calgon Carbon Corp (CCC) qui en fait s’est révélée avoir été retirée de la cote après avoir été rachetée par le japonais Kuraray…

5) Vous l’avez bien compris, pas de screener à proprement parler si ce n’est un momentum brouillon : tops / flops quotidien, hebdomadaire, mensuel, trimestriel… Et ensuite la thématique. Mais il arrive que ce soit l’inverse et c’est une recherche d’entreprises de technologie de la communication européenne, puis le momentum qui m’a fait débusquer Lleidanetworks, CM.com et TIE Kinetix qui, si j’avais cherché le momentum d’abord, ne seraient peut-être pas apparues.

6) Pour ce qui est des sphères hors franco-anglophones (les deux seules langues que je pratique hors Google), vous surestimez encore une fois mes compétences.

Les seuls zones que je prospecte sont celles où l’anglais est courant (Scandinavie et Pays-Bas). Lorsqu’il n’est pas employé, il me faut une forte motivation pour m’accrocher, voir le danois Saxlund dont le site m’a plu et qui me déçoit depuis !
De même quand je fais un incursion ailleurs c’est avec souffrance, voire par exemple Biosearch en Espagne et la laborieuse traduction du site et du rapport depuis l’espagnol avec Google.
Ne parlons pas de l’Asie où j’ai plusieurs fois exposé  mes difficultés à trouver de l’information (entre autre) et quand je me force à y investir, cela tient plus du pile ou face que d’autre chose.

7) Sur les entreprises vertes, j’ai d’emblée soigné ma « propension à larguer des lignes dès qu’elles cessent de s’envoler », comme vous le dites très justement, en verrouillant le portefeuille Croissance Verte CV100 : je ne me donne pas le droit d’y toucher ! Je garde d’autant plus confiance en lui que les entreprises que j’y ai installé ont un pru assez ancien pour que leur performance extraordinaire depuis lors puisse être amoindrie sans que dans l’absolu le portefeuille soit perdant. (La crise de mars l’a simplement remis à zero sur 6 mois).

Je crois que l’exubérance de certaines parties de ce marché tient au fait que les prévisions de demande excèdent tellement l’offre que peuvent proposer ces entreprises actuellement qu’on leur attribue d’office des capacités de croissance gigantesques, faute de concurrence assez large. Selon les cas, ce sera une prophétie auto-réalisatrice ou un dégonflement de bulle. Mais je crois dans le maintien de cette demande et en misant assez large sur le marché, j’espère avoir les gagnants sur le long terme.

Je me suis accordé le droit de larguer les entreprises qui ne s’envolent plus dans le portefeuille généraliste G100 en essayant de le maitriser (maximum 1 rotation annuelle complète), ce qui n’est pas toujours facile.
Plus le temps passe, plus je constate que la performance de G100 est identique à celle de CV100 malgré tous mes efforts pour le dépasser… Larguer les fusées qui s’essoufflent ne semble donc pas être une bonne stratégie de sur-performance. J’en cherche une autre.
Je ne crois pas à un retournement de tendance (rotation aux dépend du vert) mais je n’y toucherai pas plus dans un prochain krach que je ne l’ai fait lors du précédent.

Mais les deux portefeuilles reflètent bien ma confiance sur les perspectives long terme thématiques, mais pas obligatoirement idiosyncratiques, pour reprendre un terme que vous m’avez appris à utiliser (et j’espère le faire à bon escient).

Comme je vous le disais ma stratégie est très loin d’avoir la clarté et la cohérence que peut avoir la votre et que j’admire énormément. Je n’ai pas de doutes sur le fait qu’elle en est plus risquée et que ma performance cette année sera bien moindre que celle de l’an dernier (dont je suis le premier stupéfait).


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

En ligne En ligne

 

Favoris 1   [+3]    #344 22/01/2021 17h35

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Expatriation
Top 20 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Réputation :   643  

@Scipion8 : Je vais probablement vous décevoir aussi pour mes sélections Scandinaves, il y a une bonne part de lectures éclectiques et de sérendipité comme le dit si joliment Corran.

Par exemple, ma découverte d’Aqualis Braemar est liée au hasard : à l’époque je cherchais des boîtes de pharma Européennes capables de fabriquer leurs propres API, et après avoir fouiné un peu partout j’ai trouvé la perle Vistin. Excité par la découverte, et comme j’aime connaître à fond mes pépites, j’ai trouvé Aqualis en remontant l’écheveau de son histoire :

p.12 Portefeuille de titres vifs, or physique et valeurs exotiques de Doubletrouble

Mais pourquoi est-ce que je m’étais mis en tête de "chercher des pharmas capables de fabriquer leurs APIs" ? Une fantaisie en fait. Une sorte de thèse macro amusante, en imaginant les disruptions possibles avec la réponse politique inédite face au virus et leurs conséquences sur différents secteurs. A l’époque je me suis aussi intéressé avec plus ou moins de bonheur à la logistique alimentaire (NTS +58%, Total Produce +57%) et pétrolière (Hunter, un "échec" cette fois puisque j’ai presque crapoussiné avec une MV de quelques %). Donc comme CroissanceVerte, j’explore souvent suivant des thèmes, mais à la différence de lui, il est fort probable que je trouve souvent de belles choses "par erreur" en suivant parfois une thèse stupide ou tirée par les cheveux à la base smile

Ce hasard et cette stupidité sont aussi vertueuses dans le sens où j’ai (re)découvert ArcticZymes, qui me semble un pure player très intéressant, simplement à cause du nom amusant qui ressortait dans le menu déroulant de Shareville.no quand j’allais voir Aqualis. Le plus drôle, c’est que je connaissais ArcticZymes sous un autre nom (tout aussi ridicule), quand elle s’appelait encore Biotec Pharmacon, mais je l’avais oublié depuis.

Je me balade aussi beaucoup non seulement sur shareville.no, mais surtout les forums finansavisen.no (à force je commence à comprendre un peu le norvégien, qui ressemble pas mal à l’allemand/anglais au final), les forums italiens finanzaonline.com (ambiance un peu plus HFR), des blogs un peu au hasard (je me souviens d’un irlandais très intéressant qui avait fait une sorte d’inventaire "value" de la cote de Dublin*), le blog de défense allemand augengeradeaus.net, meretmarine.com, et une sorte de revue de presse assez aléatoire quotidienne (les "metablogs" américains metafilter.com [1] (gauche) et zerohedge [2] (droite) sont pratiques par exemple pour balayer rapidement le point de vue des deux camps). J’aime particulièrement chercher des points de vue contraires et les confronter, ou lire un article qui bouscule mes convictions, puis laisser percoler tout ça pour en tirer une sorte de synthèse intuitive.

Je ne sais plus qui m’avait comparé à un cochon truffier et je trouve l’image assez correcte (et flatteuse) : je me balade au hasard dans la futaie jusqu’à ce que je hûme les effluves subtils mais capiteux de la truffe ; je fouis la terre avec excitation tout autour, tombant parfois au hasard sur de savoureux tubercules. Il y a une bonne part de chance, d’intuition et d’émotions viscérales dans ma "méthode", si l’on peut appeler ça une méthode. J’ai toujours été une dilettante, je ne cherche pas à lutter contre ça, je serais triste à faire un DCA sur un ETF World, alors que je m’amuse à découvrir la structure "secrète" de notre économie dans les liens que tissent entre elles et avec nous toutes ces sociétés cotées et leur impact sur nos vie. Avouez-le, vous ne voyez plus le logo TORK dans les toilettes de votre COGIP du même oeil si vous connaissez Essity smile

PS: J’espère que Vauban donnera aussi sa méthode, personnellement je m’étais tapé les rapports de SAN Holding et Sun Life en Japonais et c’était trop d’efforts pour faire ça régulièrement, surtout que Google Translate donne des résultats trop mauvais pour être paresseux.

* PPS: retrouvé : The Great Irish Share Valuation Project | Wexboy

PPPS :

[1] J’ai découvert Stora Enso en me documentant sur le cross laminated timber après avoir lu ça dans le train :
Surrounded by giant slabs of cross-laminated timber | MetaFilter

[2] J’aurais pu me faire une belle PV si j’avais acheté Avon Rubber quand elle a été mentionnée sur ZeroHedge, sauf que je n’achète pas d’actions anglaises en PEA…

Dernière modification par doubletrouble (22/01/2021 18h03)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #345 22/01/2021 20h13

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   603  

Itinéraire d’un enfant gâté stock-picking égaré

Tout à l’heure je regarde mes valeurs européennes à la clôture et j’en vois une avec un décrochage assez violent (Ideagen Plc). Je vais donc voir sur www.hl.co.uk s’il y a eu une trading update qui pourrait l’expliquer (les boîtes anglaises sont très chiantes pour ça, elles ne respectent aucun calendrier traditionnel, leurs dates de clôture et leurs annonces sont toujours random). Rien du tout, juste hier une annonce de changement de participation à la baisse d’un asset manager, Liontrust Asset Management. Mais, quand même, ces gens possèdent encore 14% de la boîte après la vente, il y a donc quelqu’un chez eux qui a une grosse conviction, et il se trouve que je la partage, allons par conséquent voir qui sont ces gens qui ont des bonnes idées.

J’atterris sur la page où ils listent leurs fonds, et je commence à regarder les fact sheets des fonds où je pourrais trouver des inspirations ("growth", "opportunities", "smaller companies"). Je ne vois que des trucs moyens, jusqu’à tomber sur Global smaller companies, qui affiche un beau +39% en YTD Nov 2020. Dedans, des têtes connues (Rapid7, Fiverr, Trex, Workiva, Varonis) et un "Kingsoft Cloud Holdings", complètement inconnu au bataillon, mais bon il y a cloud dedans.

Direction zonebourse, shit le cours prend 12% aujourd’hui, allons voir vite fait le dernier quarter. Ok ça croît très vite, ce n’est pas encore rentable, il y a quelques red flags (boîte chinoise, gross profit ridicule pour du cloud), allez prenons-en 2 pour pouvoir la suivre, on verra bien la prochaine publication, au pire je mangerai des pâtes pendant 3 jours.

Je continue à regarder les fonds Liontrust, rien de bandant, mais au détour d’une présentation de fonds je lis que Liontrust est cotée à Londres. Tiens tiens.

Retour sur zonebourse, dézoom à 5 ans sur le graph et voilà ce que je vois :



Là, les $$$ commencent à s’afficher dans les yeux, confirmons avec la gueule de l’historique des comptes :



nuf said, lundi matin à la première heure elle sera mienne.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #346 22/01/2021 21h47

Membre (2019)
Réputation :   51  

Nous avons quasiment le même chemin de pensée sur la recherche et Zoom dézoom.
J’ajouterai également une pincée de "je sens , je sens pas ".

J’ai découvert le site tipranks en plus de zonebourse.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 3   [+4]    #347 23/01/2021 09h07

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   429  

Sur la performance :


Croyez-moi, j’ai au moins autant que vous besoin de comprendre les raisons de ma performance ! (Et pardon pour ceux que cela ennuie). Aidé par vos questions, j’ai tenté de la décomposer un peu plus finement en reculant dans le temps :

1) Post krach:


Depuis le 1er avril, la performance de mon portefeuille a été de +124 %.

Cette performance est sensiblement la même dans chacun des portefeuilles, ce qui signifie que j’aurais eu la même si j’avais tout investi en buy&hold CV100 ou en mixte G100 (60 % de lignes buy&hold qui n’ont pas changé et 40 % momentum qui ont été arbitrées au moins une fois).
Le portefeuille Spéculatif (8 % du global) a eu une meilleure performance depuis juillet (date à laquelle il est devenu spéculatif) mais était resté cash d’avril à juillet (à part une ligne Novacyt) ce qui lui donne quasiment la même performance que les autres.

Cette performance est en bonne partie imputable aux valeurs de mobilité et énergie renouvelables présentes aussi bien dans CV100 que dans G100. Elle est bien supérieure à celle du NASDAQ100 (+72%) mais largement inférieure aux fonds EnR et innovations : L’ETF ICLN a gagné sur la même période 207 %, l’ETF ARKK 210 % et le fond BNP Paribas Energy Transition 279 %.

2) Krach :


BX4 de mars : La plus value sur le BX4 (60000 €), en lui appliquant les 124 % à partir d’avril, représentait fin 2020 15.5 % du portefeuille.

Apport de février : Sur les 97000 € d’apport en février, 30 000 ont été investi immédiatement et les 67000 € restant investis en BX4, puis fin mars dans les valeurs du portefeuille, en représentant 17,5 % en fin d’année.

Au total, les deux coups de chance (gros apport investi dans le creux après multiplication par le BX4) correspondent à 33% du portefeuille au 31 décembre qui, sans eux, aurait valu 577000€.

3) Sur 2020 :


Si je fais l’approximation que les 30000 d’apport dépensés en février faisaient partie du portefeuille initial de l’année, celui-ci valait donc : 236 000 + 30 000 = 266 000 €

La performance annuelle « hors chance » est donc de : +117 % sur l’année 2020.

Cela correspond à mon stock-picking et est assez cohérent avec mon Top5 2020 (+106%) ou la poche CV40 (+87%).
La sur-performance d’environ 20 points provenant essentiellement, une fois encore, des valeurs de mobilité et énergie renouvelables.
Sur l’année, l’ETF ICLN a fait +133 % , l’ETF ARKK +148 %, le fond BNP Paribas Energy Transition +188 %.

Sur les sources :


Les sites qui reviennent souvent dans mon historique sont :

Généraux : zonebourse, finance.yahoo, investorideas. Investopedia, money.cnn, fool, isabelnet, biopharcatalyst.
Hotcopper et smallcaps pour l’Australie

Verts : irena-media, greentechmedia, formule-verte, journal-enr.org, novethic.

IPO : IPOScoop et spacinsider (USA), ipohub (europe, scandinavie), smallcaps (australie).

Dernières IPO vertes :


Climate Change Crisis Real Impact I (CLII) va fusionner avec la société de chargeurs EVgo .

MPC Energy Solutions N.V. (MPCES) distributeur d’EnR Norvégien (Euronext Growth)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

En ligne En ligne

 

[+1]    #348 23/01/2021 11h43

Membre (2019)
Réputation :   51  

Bonjour Croissance verte

Merci pour ce retour sur ces différents points !

ICLN a eu raison de la poche CV sur la fin ?
Pourquoi ne pas en avoir pris ?

Sur la stratégie BX4 bravo, car j’ai plus brûlé du cash qu’autre chose , idem avec le VIX.

J’avoue avoir du mal à suivre la composition de vos portefeuilles notamment le PEA. Quelle est la composition de votre PEA ?

Nous avons tous deux les mêmes brokers , BD pour le PEA et Degiro pour le CTO et j’ai été étonné de voir plusieurs titres cités mais non référencés sur Degiro. Je comprends mieux que ceux-ci font en faite partie de votre buy list.

Hors ligne Hors ligne

 

#349 27/01/2021 10h17

Membre (2019)
Top 50 Réputation
Top 5 Portefeuille
Réputation :   429  

automobile-propre a écrit :

source

Le Président américain récemment élu a annoncé que l’ensemble de la flotte du gouvernement fédéral allait verdir. Celle-ci compte 645 000 véhicules, parmi lesquels on trouve 245 000 voitures particulières. Le service postal en détient 225 000, tandis que les 173 000 véhicules restants appartiennent à l’armée. L’ensemble de cette flotte deviendra 100 % électrique dans les prochaines années.

« Le gouvernement fédéral possède également une énorme flotte de véhicules », a déclaré le 46e président des États-Unis. « Nous allons les remplacer par des véhicules électriques produits en Amérique, par des travailleurs américains, et l’on va créer des millions d’emplois dans le secteur de l’automobile et des énergies vertes. Nous aurons des véhicules neutres en carbone. Et réunis, ces investissements seront les plus importants en infrastructures et dotations depuis la Deuxième Guerre mondiale. »

On doit pouvoir mettre en relation cette déclaration et le bond de quelques cotations :
Workhorse (WKHS) +30 %, Arcimoto (FUV) +13 %, Ayro (AYRO) +18 %, Hylion (HYLN) +13 %, Lordstown Motors (RIDE) +14 %, TPGY (future EVBox) +21 %, CLII (future Evgo) +12 %, NBAC (future Nuvve) +27 %. Et même Nikola (NKLA) + 24 % !

Dernières IPO vertes :


Spartan Acquisition Corporation II (SPRQ) va fusionner avec Sunlight Financial (SLF) une plateforme de financement solaire résidentiel, dans le cadre d’un accord de 1,3 milliard de dollars

Shoals Technologies Group (SHLS), fabricant de composants pour les panneaux solaires et les Véhicules Electriques.

Hydrogen Refueling Solutions (HRS) : Spécialiste grenoblois (comme son nom ne l’indique pas) des stations à hydrogène. Euronext Growth.

Dernière modification par CroissanceVerte (27/01/2021 14h16)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

En ligne En ligne

 

#350 27/01/2021 15h09

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   603  

C’est ce jour-même pour Shoals et mon ordre est prêt smile

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de croissanceverte"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur