Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Screeners actions Consultez la fiche de Maisons du Monde sur les screeners actions de l’IH.

[+3]    #1 08/11/2019 14h48

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   129  

Je viens de prendre une petite position sur MDM suite à l’avertissement sur résultats il y a quelques jours, et j’en profite pour initier un fil sur cette valeur.

La société a été crée en 1996, et la première boutique en ligne a été lancée en 2006 avec un catalogue de meubles et d’objets de décoration.

En 2013, 80% de MDM a été acheté par le fonds américain Bain capital sur une base de valorisation de 680M, pour un CA sur l’exercice de 560MEUR et un EBITDA de 65M (850 / 65 = > x10).

En 2016, lors de l’IPO, la valorisation de la société a été de 769M, sur une base de CA 2015 de 722M, d’EBITDA 2015 de 95M et 20M au Q1 2016, valeur de titre 17EUR.

En 2018, le CA a atteint 1.143M avec un EBITDA de 144M.

Au cumul Q3 2019, le CA est de 847M en forte progression par rapport à n-1, une grande partie de la croissance provenant de l’acquisition de Modani, une chaine d’ameublement américaine.

Dans un contexte d’incertitudes suite à cette acquisition, et notamment un profit warning sur la marge (12.5% vs 13% attendue) suite à 7M de coûts de développement supplémentaires pour l’ouverture de nouveaux magasins aux US, le cours est aujourd’hui +/- 12EUR ce qui se traduit par une valorisation autour des 550M.

Par ailleurs, un des indicateurs clefs qui me rend un peu optimiste, est la part croissante des ventes en ligne qui a atteint 25% au Q3 2019.

En relisant le document de l’IPO, je peux lire que:
- l’objectif de CA 2020 était fixé entre 1.300 et 1.400M ce qui me parait possible
- la cible des 25% de CA en ligne prévue en 2020 est déjà atteinte
- le CA de 50% à l’international en 2020, on est à 47%

A part Le Groupe a pour objectif de maintenir une marge d’EBITDA au-dessus de 13% des Ventes sur toute la période, on est sur un trend rassurant je trouve, je pense donc qu’il existe un potentiel d’appréciation du titre à moyen terme, raison pour laquelle j’ai investi.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par maxlille (08/11/2019 14h53)

Mots-clés : bourse, e-commerce, maisons du monde, mdm

Hors ligne Hors ligne

 

#2 08/11/2019 18h19

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   606  

Quelques notes rapides sur la société après un petit 1/4 d’heure sur le dernier RA et le RS1:

Ils ont pour objectif un CA de 1,25 Mlds environ pour une marge d’EBITDA à 12,5 soit 156 millions.
La marge op sera probablement inférieure à celle de l’an dernier (9,5%), donc un EBIT de 100 millions ça serait déjà pas mal.
300 millions de dettes financières quand même.
La capi est à 550 millions à 12 euros.
Les ratios sont pas encore hyper attractifs pour du retail.

La marge est encore élevée et pourrait facilement diminuer.
Les stocks sont plutôt à la baisse ce qui est rassurant, après c’est le S2 qui sera juge de paix.


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne Hors ligne

 

#3 18/12/2019 11h25

Membre
Réputation :   9  

Bonjour a tous,

Je vois que peu de monde suive cette valeur de la cote francaise.

Comme la dit maxlille dans son post, la société est arrivée sur le marché parisien en 2016 avec un prix de l’offre fixé à 17 Euros par action. L’intérêt manifesté par les investisseurs était légitime au vu d’un bel historique de croissance reposant sur un renouvellement continu des collections, un nombre élevé d’ouvertures de nouveaux magasins, un fort levier opérationnel conduisant à de bons résultats… Grâce à la pertinence de son modèle économique, Maisons du Monde misait pour la période 2017-2020 sur une croissance annuelle des ventes de 12% à 14% avec une marge d’Ebitda supérieure à 13%. Fin 2017-début 2018, le titre était recherché en se rapprochant des 40 euros. On avait à l’époque une belle valeur de croissance.
Premier petit grain de sable l’an dernier avec un environnement commercial difficile en France du fait du mouvement des gilets jaunes. Net ralentissement du rythme de croissance à +7,4% sur l’ensemble de l’exercice… L’Ebitda a légèrement reculé à 13,3% vs 13,7% en 2017 avec l’augmentation des dépenses marketing. Afin de diversifier son empreinte géographique, Maisons du Monde a pris pied aux Etats-Unis avec le rachat de la chaîne de magasins d’ameublement Modani. Cette opération a donné lieu à quelques déboires sur les chiffres du premier semestre 2019 avec une hausse imprévue des dépenses pub et logistique [les magasins étaient a l’abandon depuis des mois…]. De plus, Maisons du Monde a choisi de réduire ses stocks en effectuant davantage de promotions. En conséquence, la marge d’Ebitda s’est limitée à 8,1% au 30 juin contre 9,5% précédemment.
Sanctionnée directement par les marchés -15% lors du passage au stand…

J’anticipe sûrement un peu mais pour moi la recovery est en cours pour 2020/2022.

Je pense que l’environnement commercial en france et aux US sera positif pour MDM en cette fin d’année et j’espère qu’il le restera jusqu’au élections US.
Ce qui pourrait permettre à MDM selon sa feuille de route 2024, de maintenir sa marge d’Ebitda autour de 12% et faire croître son résultat net de 10%.

Je me suis positionné peu être un petit peu tôt [PRU 12.5], mais je pense que l’annonce du CA 2019 debut 2020 peu être le catalyseur de la remontée de MDM.
Elle peu aussi redescendre a 10 selon l’environnement économique du moment …
A voir…

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#4 14/01/2020 10h48

Membre
Réputation :   29  

L’action baisse toujours, elle n’a jamais été si basse. Cours divisé par 3,5 en 2 ans.
Si le dividende est le meme que l’an passé, le rendement est de 4%.

Quel est l’élément qui fait que le cours baisse autant?
Depuis plusieurs je me rejouis en pensant au slogan de l’IH, chouette je peux racheter à vil prix, mais le doute commence à se faire fort!

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#5 14/01/2020 11h00

Membre
Réputation :   60  

Bonjour,

Je n’ai pas creusé spécifiquement le dossier, mais quelques éléments de réflexion:
- c’est une small cap (la plupart ont été malmenées en 2019, à l’exception de quelques beaux dossiers de croissance…)
- c’est cyclique
- le retail est malmené en général (même s’ils font aussi du e-commerce), on parlait de fnac darty sur le forum encore récemment.
- D’après les dernières publis, leurs marges semblent avoir déçu les attentes (peut être le point le plus important?).

C’est peut être une opportunité de rentrer sur le titre ou de renforcer, je ne sais pas. Perso sur ce genre de dossier, j’attendrais que la tendance baissière s’arrête, quitte à rater le point bas…

Bonne journée !

Hors ligne Hors ligne

 

#6 14/01/2020 11h47

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   194  

Je regarde aussi.

Ce qui me chiffonne:
- les magasins français sont en perte de vitesse. Slide 49 de la presentation CMD, ils montrent les effets de leur programme de ravalement de magasin ou de changement d’emplacement. Effets très faibles. Ravaler un vieux magasin ne fait faire que 10% de bond de CA tandis que doubler la surface commerciale n’augmente les ventes que de 46%.
Et ça doit être les meilleurs résultats! Clairement l’effet de mode MdM est passé en France. 
- ils ont beaucoup augmenté les prix ces dernières années (effet à la Pandora?) - je trouve que c’est devenu cher pour la qualité proposée.
- j’ai rien compris à l’acquisition aux USA. Modani ne me semble pas du tout dans l’esprit MDM et a des reviews désastreuses.

Dernière modification par kiwijuice (14/01/2020 13h19)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #7 16/01/2020 03h18

Membre
Réputation :   10  

Bonjour,

Je suis le dossier avec curiosité. Je viens d’en acheter quelques actions.
En effet la tendance ne semble pas bonne mais… le directeur financier vient d’acquérir des titres juste avant la période de publication à 2 reprises.
En toute logique il connait les résultats 1 mois à l’avance, au moins la tendance. Donc soit il est très mauvais soit on peut s’attendre à un rebond substantiel du titre à la fin du mois.
verdict le 31.

edit : pour les liens , on les trouve facilement sur zonebourse à maisons du monde.

www.zonebourse.com/MAISONS-DU-MONDE-278 … tion-1.pdf

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par jmborg (21/01/2020 00h05)

Hors ligne Hors ligne

 

#8 16/01/2020 07h43

Membre
Réputation :   42  

Bonjour jmborg.

Auriez-vous un lien concernant les acquisitions de titres par le directeur financier s’il vous plait ?


Parrain Boursorama :)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 16/01/2020 08h03

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   129  

Sur Google nom du daf et AMF on tombe dessus

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 16/01/2020 08h18

Membre
Réputation :   9  

Il en a pris 3000 à 12.4 => 37 200€
Ce n’est pas non plus une somme extravagante.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 16/01/2020 08h21

Membre
Réputation :   42  

Mer*ci Maxlille,

C’était surtout pour rappeler que la charte nous encourage à publier un lien en appuis de nos propos smile

D’accord avec Crashray, rien de fou pour le DAF.

Dernière modification par Aigri (16/01/2020 08h22)


Parrain Boursorama :)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 16/01/2020 08h54

Membre
Réputation :   29  

Calendrier financier | Corporate Maisons du monde

Le site a été mis à jour, point sur l’année 2019 prévu le 30/01/2020, avec logiquement les résultats du T4.

Le 13 janvier, le directeur financier en achète de nouveau 3000 actions.

Au total, 7000 actions avec ce premier achat en novembre 2019, et celui de décembre mentionné précédement, pour un montant total de 85530 euros.

Avec une publication le 30 janvier, et un achat d’action par le DAF 17 jours avant, (15 jours étant la limite d’après le Guide relatif à la prévention des manquements d’initiés imputables aux dirigeants des
sociétés cotées
de l’AMF), le DAF semble croire à des bons résultats pour la fin d’année.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 30/01/2020 18h05

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   129  

La communication du CA 2019 vient de tomber

- CA +10.3% sur 2019 vs 2018
- 41 ouvertures et 14 fermetures
- Marge EBIDTA conforme à l’objectif communiqué fin 2019 (12.5%)

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par maxlille (30/01/2020 18h05)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 11/03/2020 15h32

Membre
Réputation :   29  

Les résultats de l’année seront publiés ce soir après bourse.
Plusieurs autres nouvelles importantes: Maisons du monde a pour ainsi dire un actionnaire de référence, avec le fond Teleios qui possède 13,3% du capital (le second actionnaire était Sycomore Asset Management avec deux fois moins de parts.

Par ailleurs, Maisons du monde a annoncé des changements au sein du conseil, et Teleios est intervenu (ou plutot, Teleios a dit savoir que des changements étaient prévus et a demandé à ce que les actionnaires soient consultés).

Teleios s’inquiète de performance opérationnelle, la communication auprès des investisseurs et la gouvernance et reproche le désintêret vis à vis des actionnaires.

La présence d’un actionnaire qui puisse se faire entendre et défendre les intêrets des actionnaires (enfin en premier lieu les siens!) me semble une bonne nouvelle, la communication n’était pas fameuse et je pense que Teleios a raison en disant que les actionnaires n’ont plus confiance. (voir lien Zonebourse cité dans le premier paragraphe)

Autre lien:
Activist Teleios seeks Maisons du Monde talks over board moves - letter | Nasdaq

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#15 12/03/2020 10h27

Membre
Réputation :   27  

Teleios est un fond activiste qui a mon avis, va profiter de la forte baisse générale actuelle et des soit disant reproches faits au management (je ne porte pas de jugement, ni dans un sens ni dans l’autre) pour augmenter rapidement et à très bon compte, sa participation dans l’entreprise.

Avec presque -12%, la déstabilisation en cours semble efficace.
Si le niveau de 13.3% est celui atteint le 06/03 au soir, il lui manquait à cette date environ 765.000 titres pour franchir le seuil des 15%.
Avec les volumes échangés durant les quatre premiers jours de cette semaine, il n’est pas impossible qu’une nouvelle déclaration AMF soit bientôt effectuée.

Je vais commencer à m’intéresser à cette affaire.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #16 27/03/2020 13h49

Membre
Réputation :   27  

C’est fait:
Nouvelle déclaration: 15.31% le 19/03 6.925.156 titres.
Le rythme moyen d’acquisition a été 69.500 titres/j de bourse entre le 17/02 (position à 11.15%) et le 08/03 (position à 13.3%).
Le rythme moyen d’acquisition a été de 100.000 titres/j de bourse entre le 08/03 et le 19/03.
Au rythme actuel, on pourrait être à 20% dans un mois environ.

Je pense que Teleios a davantage d’idées que simplement donner des conseils au management ….

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #17 28/03/2020 17h13

Membre
Réputation :   27  

L’inspecteur la Bavure (appréciation positive ? de simouss) a continué son enquête sur MdM:

Concernant la montée en puissance de Teleios au capital, ce dernier a franchi les étapes suivantes:
- de 5.29% le 27/09/2019 à 11.15% le 17/02/2020. Les achats de Teleios ont représenté 10% des transactions sur la valeur pendant cette période.
- de 11.15% à 13.30% le 06/03/2020. Les achats de Teleios ont représenté 23% des transactions sur la valeur pendant cette période.
- de 13.30% à 15.31% le 19/03/2020. Les achats de Teleios ont représenté 19% des transactions sur la valeur durant cette période.
Le rythme d’achat est donc élevé et sans doute accéléré par la baisse normale de l’action, à cause des évènements récents et sans doute conjuguée à une baisse orchestrée pour acheter moins cher.

Concernant Teleios, il s’agit d’un fonds activiste suisse qui s’est déjà intéressé, entre autres à Charles Voegele (habillement en Suisse) et Kongsberg (pièces automobiles, Norvège).

La tactique utilisée, tant avec Voegele, Kongsberg et maintenant MdM est toujours la même:
- les sociétés sont identifiées comme "sous évaluées" (lire mal gérées),
- Teleios veut y introduire des administrateurs "chevronnés" sensés apporter leurs expertises pour améliorer la situation et "la valeur de l’entreprise pour ses actionnaires".

Teleios est entré chez Voegele en 2014 et est monté à 15% du capital en 12/2015.
Voegele a refusé l’activisme de Teleios qui s’est retiré en 02/2016, en cédant ses actions au groupe italien d’habillement OVS, sans doute avec une grosse perte.
Ce dernier a lancé une OPA en 04/2016 a un cours très bas, n’a pas réussi à redresser l’entreprise qui a été liquidée.
Pour bien connaître le secteur de l’habillement, je pense que Voegele faisait déjà partie en 2014 des perdants, face aux Zara et autres et que la mission que s’était fixée Teleios était une mission quasi impossible, ce qui est une faute de sa part.

Kongsberg a accepté l’offre "d’assistance" de Teleios (volontairement ou de force ?, Teleios étant monté en 12/2018 à 23% du K et devenu l’actionnaire de référence) .
Les résultats 2018 et 2019 ont montré une nette amélioration à la fois du CA et du résultat net, mais au prix de lourds investissements, d’une croissance de la dette et d’un free cash flow négatif.
Avant l’arrivée de Teleios l’entreprise s’étiolait (CA) et son résultat commençait à devenir négatif.
Les récents évènements imprévisibles la mettent en danger de manque de trésorerie et depuis un mois son cours a presque été divisé par trois (!) ce qui est quand même beaucoup, même pour un équipementier auto.
A mon avis, dans ce cas et à l’heure actuelle, Teleios a plutôt manqué de chance.

Concernant MdM et plus particulièrement l’évolution de son cours de Bourse:
- introduction en 05/2016 à 17€, après une augmentation de capital de 160 millions € et la cession par son actionnaire principal Bain/Magnolia (90% du K) et son fondateur principal Xavier Marie (5%) de la moitié de leurs parts.
- ensuite, très rapidement dès que la période de rétention de 180 jours est passé, ils continuent de s’alléger vers 25€ (31/10/2016 Bain/Magnolia = 31.24% et Marie vends plus de 1 million de titres à 25€).
- enfin en 03/2017 Bain descend à 15.77%, puis Bain et Marie finissent de tout vendre en 04 et 05/2017 entre 29 et 33€, soit presque au plus haut, bonsoir et merci !
- le cours reste encore élevé pendant encore un an avant de commencer son repli de 36€ à fin 05/2018 jusqu’à 12€ à fin 02/2020 (division du cours par trois !), en faisant abstraction de la nouvelle chute autour de 8€ que l’on attribuera aux conséquences à venir de la fermeture temporaire actuelle des magasins.

Que penser finalement de MdM ?
- La croissance du CA se fait davantage par l’ouverture de nouveaux magasins que par une meilleure exploitation des magasins existants:
    - en global: +26.1% en 2016, +14.6% en 2017, +10.0% en 2018, +10.3% en 2019
    - MAIS en like-for-like: +14.7% en 2016, +7.4% en 2017, +3.1% en 2018, NC en 2019
    - et on notera que de 2016 à 2018 le pourcentage de ventes internet est passé de 19% à 23%, ce qui (sauf erreur de ma part) améliore artificiellement la comparaison like-to-like
    - => la vente en magasins s’essouffle
    - => l’achat de Modani fait partie d’une fuite en avant
- La marge brute est au taquet (de 67.1% en 2016 à 66.1% en 2018 du PV HT, NC en 2019 ventes en promotions/soldes comprises) soit un coefficient multiplicateur moyen TTC/HT de 3.6 donc probablement de 4 avant promotions.
On notera une petite baisse de cette marge brute (effet de mix produits ou pourcentage plus élevé de ventes promotionnelles ?, le prix de vente théorique des marchandises vendues (*) n’étant pas publié).
- Le pourcentage d’EBITDA / CA s’effrite régulièrement: 13.9% en 2016, 13.7% en 2017, 13.3% en 2018, 12.5% en 2019, une faible contribution de Modani étant invoquée pour 2019.
- Il en est de même de l’EBIT.

Enfin le point le plus important me semble le suivant:
Cette société a bénéficié d’un effet de mode (ou de nouveauté ou de coup de coeur) et du boum de l’immobilier qui s’est traduit par une augmentation significative des déménagements, donc des achats de meubles et d’accessoires.
Quand sera-t-il si ces deux boosters des ventes régressent ?

Ma vision est donc très mitigée et je souhaite bien du plaisir à Teleios et de la ténacité au management de MdM.
Le 12/03/2020 je disais "je vais commencer à m’intéresser à cette affaire". Le cours actuel me semblant quand même particulièrement bas, je viens de rentrer très modestement et peut être uniquement à court terme depuis ce vendredi 27/03….

(*) prix théorique de vente des marchandises vendues = prix de vente avant remise. Il permet de calculer une marge théorique qui, comparée à la marge réelle, permet d’apprécier le poids des ventes à prix réduit par rapport au total.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Jbpv (28/03/2020 17h18)

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #18 30/03/2020 15h03

Membre
Réputation :   27  

Impact dévastateur possible d’un taux de marge brute très élevé en cas de baisse du CA

La structure du compte d’exploitation d’une société comme MdM se caractérise par un taux de marge brute très élevé, de 67% environ.
Toute baisse du CA fait économiser le prix d’achat des marchandises vendues (33% du CA HT), mais aussi perdre les 67% qui doivent nourrir les frais fixes et variables … et le résultat avant impôt.

A partir du document de référence 2018, page 174, j’ai essayé de simuler un compte d’exploitation 2018 (le détail de 2019 n’est pas encore disponible) dans l’hypothèse d’une baisse du CA annuel total de 15% cette année là, soit une diminution de 1.143.138 K€ à 971.667 K€:
- deux mois de fermeture des magasins (16.7% de l’année), CA internet également impacté (plus de livraison possible de l’ameublement, moins d’achats d’articles de décoration). J’ai donc considéré -arbitrairement- que si on pourrait avoir, dans la même année, un différé puis un rattrapage d’achats de biens d’équipements des ménages "indispensables" comme par exemple des frigos et TV tombés en panne, il n’en serait pas de même pour l’assortiment des produits vendus par MdM; les 15% de ventes perdues ne seraient pas rattrapées.
- la clientèle de MdM subirait le choc des évènements (chômage partiel), ce qui aurait un impact sur son pouvoir d’achat sur le reste de l’année.

J’ai considéré que la marge brute resterait constante à 67%, ce qui est peut être un peu optimiste (pas d’augmentation des offres de déstockage)
Pour les charges, j’ai considéré que:
- les frais de personnel diminueraient proportionnellement au CA, c’est à dire que le chômage partiel serait totalement pris en charge par l’Etat, sans complément versé par l’entreprise mais avec une économie probable de l’absence d’un intéressement.
- MAIS les loyers, locations, entretien, assurance, pub et impôts locaux seraient au même niveau (un différé de paiement des locations par un bailleur ne signifie pas une annulation, pas d’existence d’une variabilité des loyers en fonction du CA ?).
- les autres charges externes (dont frais de transport, etc ..) diminueraient proportionnellement au CA.

=> l’EBITDA (rappel 2018 revu) passerait de 13.1% à 10%
=> le RO courant passerait alors de 108.203K€ (9.5%) à 56.501K€ (5.8%).

Les autres produits et charges diminueraient proportionnellement au CA, mais le résultat financier serait inchangé (coût de la dette essentiellement).

Au final le Résultat avant impôt 2018 plongerait de 94.162K€ (8.2%) à 43.168K€, soit 4.4% du CA.

A noter que la structure du compte d’exploitation 2018 est un peu plus favorable que celle de 2019 qui n’est pas encore connue dans le détail.
Oddo a publié  pour 2020 (le 12/03/2019) un EBITDA révisé à 10.5% (je serais probablement à 9% à partir d’une extrapolation des chiffres de 2019 et des prévisions 2020) et un BPA en baisse de 38% qui me semble optimiste.
Le cash flow libre est négatif, même en l’absence de dividende …

Conclusion:
Les sociétés comme MdM dont la structure du compte d’exploitation s’appuie sur une marge brute très élevée et des charges d’exploitation importantes ET en grande partie fixes sont très sensibles aux conséquences des évènements actuels sur leur CA.
C’est aussi le cas de sociétés comme LVMH ou Kering, par exemples, mais la solidité du bilan de ces dernières n’a rien à voir avec celle de MdM.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #19 30/03/2020 18h45

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   144  

Bonne analyse m.erci.

Rajoutez à cela le fait que MdM tourne normalement en BFR négatif, et que la situation actuelle va fortement se drégrader pendant tout le confinement, avec des fournisseurs que MdM paye certainement à 30 jours, mais des ventes qui ne se feront pas pendant plusieurs semaines.

Hors ligne Hors ligne

 

#20 31/03/2020 17h35

Membre
Réputation :   27  

Complément suite à la remarque de tcheco

Toujours en utilisant le document de référence 2018 (celui de 2019 n’est pas encore disponible),le niveau de stock au 31/12/2018 était de 241.229K€ contre 159.713K€ au 31/12/2017, la forte augmentation était justifiée par des commandes avancées à cause du nouvel an chinois (qui était fixé au 05/02/2019 cette année là).
En 2020, la date du nouvel an chinois a été le 25/01/2020. On peut donc penser que la même politique de commandes avancées a été suivie.

Rotation des stocks:
Elle est sans doute variable durant l’année.
Le prix d’achat des marchandises vendues a été en 2018 de 376.751K€ (page 174), soit un calcul grossier de niveau de stock de 7,7 mois de vente environ à cette date.

En 2020, outre un problème de BFR à cause de la faiblesse des ventes au début 2020 alors que les entrées de marchandises doivent être payées, on remarquera page 215 que la quasi absence de provision pour dépréciation des stocks au 31/12/2018 (0.2% de leur valeur) est justifié comme suit:
"Le faible niveau de provision s’explique par l’écoulement de marchandises à un prix supérieur au coût d’achat".

Evidemment avec un taux de marge de 66%, la liquidation des "rossignols" pourra encore se faire dans l’avenir au dessus du prix d’achat, mais cette liquidation se substituera alors largement à des ventes au prix catalogue et impactera alors la marge brute comptable.
Ouh là là !

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #21 31/03/2020 18h01

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   144  

En complément Jbpv,

Sur 2020 je suis d’accord avec vous, les marges et le RN devraient souffrir.

En revanche, si la société survit en 2020 (je pense que ça sera le cas), alors il faut, je crois, réfléchir sur le plus long terme à la valorisation de la société.

En effet, si on considère que la valeur d’une entreprise se calcule en discountant ses cashflow futurs (à un taux qui nous apparaît comme suffisamment important pour avoir une marge de sécurité), alors le fait que l’année 2020 est à jeter à la poubelle n’a pas une incidence matérielle sur le calcul de la valorisation intrinsèque de la société.

==> En conclusion, si la société survit et que les marges reviennent à la normale en 2021 et après, le cours actuel reste une belle opportunité.

Hors ligne Hors ligne

 

#22 01/04/2020 12h32

Membre
Réputation :   27  

Stock:
Par rapport à mon message précédent, je corrige un peu ma vision pessimiste sur l’évolution des stocks d’une année sur l’autre, sans aucune dépréciation:
31/12/2016 171.066K€
31/12/2017 159.713K€
31/12/2018 241.229K€
31/12/2019 204.000K€ ? non encore connu mais évalué à partir de la présentation des résultats 2019 (page 23) en supposant que l’amélioration du free cash flow de 37,4M€ à fin 2019 est totalement dû à une baisse du niveau des stocks à cette date.
L’évolution des stocks sur plusieurs années reste néanmoins élevée.

Goodwill:
Aucune dépréciation de l’évaluation des écarts d’acquisition n’est effectuée: la méthode des flux de trésorerie devrait, à mon avis, avoir rendu plus prudent le management dès la clôture 2018.
On remarquera la différence entre la page 213 du document de référence 2017 et la page 238 similaire de 2018:
La phrase "Nous avons également comparé la valeur de l’entreprise résultant du test de dépréciation avec la capitalisation boursière au 31/12/2017" a disparu dans le document 2018:
il est vrai que la capitalisation boursière s’appuyait fin 2017 sur un cours au plus haut à 38€ et à fin 2018 sur un cours à 17€ …

Si l’évaluation du goodwill lié à la Marque, magasins et acquisitions est discutable dans un sens comme dans l’autre, on remarquera que les coûts de développement des logiciels informatique sont passés en investissements et non en charges, ce qui serait fiscalement correct pour une entreprise maintenant en période de croisière et qui n’a pas vocation à les vendre. Les "nouveaux développements" ne sont que des adaptations ou de la maintenance.
Or les logiciels investis ont représentés 2503K€ à fin 2016, 3662K€ à fin 2017, 5113K€ à fin 2018 et sans doute encore plus à fin 2019 (voir page 23 de la présentation 2019, le CAPEX passe de 45,8M€ à fin 2018 à 60,9M€ à fin 2019, dont 12M€ d’informatique).
Ce dernier point concernant les logiciels n’est qu’un détail qui, à mon sens, est caractéristique d’une certaine attitude (voir conclusions).

Conclusions:
- Plus je regarde les comptes, plus je deviens méfiant vis à vis d’une présentation des comptes qui cherche à maximiser le résultat comptable au dépens de la prudence.
- J’avoue ne pas comprendre l’attitude de Teleios qui se renforcerait -officiellement- dans le seul but d’obtenir une voix au chapitre dans la gestion de cette entreprise et dont il semble que c’est la vocation en tant que "fond activiste" (contrairement à d’autres fonds qui visent une opération capitalistique).

Dernière modification par Jbpv (01/04/2020 12h34)

Hors ligne Hors ligne

 

#23 01/04/2020 19h35

Membre
Réputation :   49  

Bonjour,

Si le goodwill n’est pas déprécié c’est que les tests d’impairments réalisés ne le justifie pas; ce genre d’élément est revu avec attention par les auditeurs et nous pouvons espérer qu’ils fassent correctement leur travail.

En ce qui concerne les coûts de développement logiciels, c’est une pratique courante de les capitaliser et de ne pas les passer en charge. Je ne vois pas vraiment ou est le problème, sans compter que vu la croissance des charges que vous décrivez je doute qu’il ne s’agisse que de maintenance, sans compter que les normes comptable interdisent de capitaliser des coûts de maintenance informatiques.

Bref, je vous trouve un peu dur avec le management sur la base des éléments que vous apportez.

Hors ligne Hors ligne

 

#24 02/04/2020 10h54

Membre
Réputation :   27  

Si le goodwill n’est pas déprécié c’est que les tests d’impairments réalisés ne le justifie pas; ce genre d’élément est revu avec attention par les auditeurs et nous pouvons espérer qu’ils fassent correctement leur travail

Oui, bien sûr, mais les indices de tassement des performances des magasins (voir posts d’autres intervenants) devraient inciter à la prudence.

En ce qui concerne les coûts de développement logiciels, c’est une pratique courante de les capitaliser et de ne pas les passer en charge. Je ne vois pas vraiment ou est le problème, sans compter que vu la croissance des charges que vous décrivez je doute qu’il ne s’agisse que de maintenance, sans compter que les normes comptable interdisent de capitaliser des coûts de maintenance informatiques.

Pour des logiciels achetés, je suis d’accord, mais la frontière entre travaux pour soi-même, amélioration d’applications existantes et maintenance est ténue et les auditeurs suivent souvent les déclarations du management.
"Le problème", en maximisant le CAPEX est d’augmenter artificiellement le résultat MAIS au dépens de la trésorerie.
J’ose espérer qu’avec l’accumulation des impondérables qui frappent le commerce, la Société aura la sagesse de renoncer, cette année au versement d’un dividende.
Néanmoins je crains -qu’au mieux- une augmentation de capital devienne nécessaire.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #25 03/04/2020 14h14

Membre
Réputation :   27  

La dichotomie entre les perspectives, à mon sens peu brillantes de MdM et l’intérêt manifesté par Teleios qui se renforce rapidement au capital continue à me faire travailler sur ce dossier.

Un capital éclaté


Rappelons qu’après l’introduction en Bourse en 2016, le retrait de TOUS les anciens actionnaires s’est effectué (dans d’excellentes conditions) en 2017 et début 2018.

A fin 2018, le document de référence ne mentionne qu’un actionnaire, Blackrock (le plus gros fonds au monde) à plus de 5% (5.01%) du capital.
Trois déclarations ont été publiées en 2019 (la dernière à la baisse à 4.83% le 21/02/2019).
En 2020, Blackrock a déclaré plusieurs fois des petites positions en vente à découvert.
Ces déclarations devant refléter une position nette (longue - courte), Blackrock ne serait plus actionnaire.

Il est probable que Sycomore (2.98% au 18/05/2018 et 5.06% au 12/02/2019) était à fin 2018 quelque part entre ses deux valeurs.
La dernière déclaration de Sycomore fait état d’une position à 7.15% le 01/04/2019.

La dernière déclaration de The Capital Group était une baisse à 4.98% le 20/11/2018.

La dernière déclaration de FMR (Fidelity) était une baisse à 4.88% le 31/07/2018.

On peut consulter les positions des fonds et institutions sur Morningstar, mais ce n’est pas fiable.

Avec 15.31% déclarés le 19/03/2020, Teleios est devenu l’actionnaire de référence de MdM.

Weinberg Capital, qui était à 1.14% le 04/04/2019 a déclaré le 10/03/2020:

Maisons du Monde shareholder Weinberg Capital on Tuesday told Reuters it backed activist Teleios in urging the French furniture and decor company to seek support from major shareholders before announcing any board appointments.
“We think the main issues that need to be addressed are to improve the governance, investor communication and disappointing performance,” said Philippe de Verdalle, partner at Weinberg.
French institutional investor Weinberg Capital Partners, which has 1.5 billion euros ($1.70 billion) in assets under management, holds 2% of Maisons du Monde shares. ($1 = 0.8806 euros) (Reporting by Maiya Keidan; editing by Carolyn Cohn)

Nous avons donc maintenant (au moins) deux actionnaires à plus de 17.5% du capital, au total, qui peuvent maintenant influencer sérieusement et dans le même sens l’avenir de MdM, le reste du capital restant très éclaté

Un bilan fragile


Le BFR de l’exploitation en fonctionnement NORMAL est structurellement négatif (souligné post #19):
Exemple à fin 2018:
Créances clients et autres créances (page 176): 83.547K€ (voir détail page 215)
Dettes fournisseurs et autres dettes (page 177): 250.940K€ (dont 50% fournisseurs, voir détail page 226)
Mais après au moins deux mois d’arrêt de l’activité ?

Le Goodwill à fin 2018 (368.449K€) représente 30% du total du bilan.
Le goodwill est-il à risque? | Allnews
Ce site donne une moyenne de 3% à 4% pour les société du SToxx Europe 600.
Pour des sociétés prestigieuses on trouvera comme chiffres: LVMH = 17%, Hermes 0%, Richemont 11%.
Rappelons que le Goodwill est un actif immatériel, volatil en cas de difficultés, quasiment non monétisable et que les "impairment tests" conduisant à la baisse du Goodwill sont une charge dans l’année correspondante, donc une baisse de résultat net ….

Le plus important: l’endettement net était de 185,5M€ à fin 2018, avec un ratio de levier financier confortable de X1,2 (ratio dette/EBITDA).
Rappelons que les lignes de crédit (en renouvellement et taux, voir pages 221 et suivantes) sont liées à ce ratio.
Que ce passera-t-il si l’EBITDA plonge en 2020 ?
L’Etat cherche actuellement à protéger les entreprises et les salariés, pas les actionnaires !

Un futur scénario à la KCOM ?


UK. British pension fund USSL to buy telecom co KCOM for 504 mln pounds > Pension Policy International
www.theregister.co.uk/2019/04/25/one_of … ider_kcom/

Pour résumer, cet extrait:

The deal comes after KCOM issued a profit warning late last year that was followed by a string of management changes, including replacement of its chief executive and finance chief.
Europe-focused activist Teleios Capital, KCOM’s largest stakeholder with a 16.1 percent holding, welcomed the offer. It said it was in discussions with the management over the last two years around strategic alternatives, including a sale.

La vente s’est effectuée avec une prime de 34% / dernier cours de bourse.

Je vous laisse à vos réflexions et commentaires.

Hors ligne Hors ligne

 

Screeners actions Consultez la fiche de Maisons du Monde sur les screeners actions de l’IH.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur