Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 17/08/2019 07h13

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   122  

Nous connaissons la réponse de notre président face à la crise des gilets jaunes.
À votre avis quel sera la réponse de M. Xi face aux manifestations de Hong-Kong ?
Si vous étiez son plus proche conseiller, quel solution lui proposeriez vous, sachant les contraintes géopolitiques intérieurs et extérieurs ?

Pour ma part, j’imagine un siège poreux, la loi martiale et une coupure d’électricité.

Mots-clés : crise, hong-kong, politique, stratégie


Buy sheep, Sell deer and Give to WHO.

Hors ligne Hors ligne

 

#2 17/08/2019 07h55

Membre
Réputation :   0  

La Chine ne peut pas se permettre de "battre en retraite" à Hong-Kong dans le contexte actuel d’ opposition avec les USA. D’ ailleurs, ce que l’on qualifie de "guerre commerciale" entre les deux géants est en fait une tentative, pour les USA, de faire barrage à la Chine pour le leadership mondial.
Cette dernière est susceptible de devenir numéro un à moyen terme.
Les USA en ont pris conscience et feront tout pour sauvegarder leurs prérogatives… s’il n’est pas déjà trop tard. Ils ont la première armée du monde et la monnaie mondiale qui sert à payer le pétrole… mais jusqu’à quand ?
Constatons que les événements de Hong-Kong sont une épine dans le pied de la Chine et que cela sert bien les intérêts américains…
Le sort de ce petit territoire est d’une grande importance géopolitique.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 17/08/2019 14h56

Membre
Réputation :   15  

L’inertie du monde occidental et des donneurs de leçons de tous bords me laisse à penser que la Chine va pouvoir gérer plus ou moins en douceur les évènements de Hong-Kong.
La vraie ligne rouge pour les États Unis sera le sort de Taiwan, une vieille revendication de la République Populaire de Chine. Mais quand la Chine sera devenue la première puissance économique et militaire mondiale personne ne pourra contester ses revendications hégémoniques.
@suivre
Yg

Hors ligne Hors ligne

 

#4 17/08/2019 18h01

Membre
Réputation :   64  

Il n’existe aucune façon de s’opposer militairement à une prise de contrôle militaire de Hong Kong alors que Taïwan est beaucoup plus facile à défendre. Les USA laisseraient faire comme quand Moscou remettait de l’ordre derriere le rideau de fer. La Grande-Bretagne est hors d’état de faire quoi que ce soit.

La Chine ne chercherait à reprendre Taïwan que si elle ne craignait aucune conséquence militaire grave et pour celà il faudrait que les USA -qui sont la garantie de Taïwan contre une invasion- soient hors d’état de répliquer. On peut penser (c’est mon opinion) que la Chine attend le moment opportun voire essaye d’en créer les conditions mais elle en est encore loin.

La seule chose que la Chine risquerait en cas d’intervention à Hong Kong sont des sanctions économiques -dont elle peut bloquer le vote à l’ONU- ou et c’est  le plus grave que l’avantage comparatif de Hong Kong -et donc sa valeur économique- s’effondre.

Hong Kong sert d’interface financière entre l’économie chinoise, notamment la région cantonnaise, et les économies occidentales et le point clef de son succès est la législation d’origine britannique dans le domaine des affaires et dans le domaine civil. Il y a une combinaison de sympathie pour les milieux d’affaires (pour ne pas dire de collusion avec leurs intérêts) et d’état de droit qui est très appréciée des investisseurs occidentaux. C’est ce qui a fait le succès de la City de Londres.

Hong Kong est pour l’élite Chinoise ce que le Luxembourg est dans l’UE. Il y a beaucoup d’avantages pour une élite économique à pouvoir arbitrer entre juridictions.

La compétence des financiers Hongkongais est souvent mise aussi en exergue et il ne faut pas en douter, pas plus que de celle de la City, mais cette compétence est transférable - à Singapour ou à Shangaï.

D’ailleurs ces places font déjà une concurrence redoutable à Hong Kong qui semble globalement sur le déclin. Les troubles actuels sont peut-être, comme pour les gilets jaunes, un signe que la prospérité du territoire n’est plus ce qu’elle était et que les perspectives à moyen terme ne sont pas totalement positives. D’ailleurs il semble que Hong Kong va entrer en récession par suite des évènements.

La poule aux œufs d’or hongkongaise semble donc avoir une capacité de ponte significative mais amoindrie qui pourrait s’éteindre en 2047.

Pour éviter un arrêt trop précoce de la ponte, le PCC devrait s’appuyer sur les milieux d’affaires et les inciter  à blacklister les entreprises qui emploient ou sont dirigées par des contestataires. Quelques milliers de licenciements devraient suffire.

Probablement, il faudra aussi quelques dizaines d’arrestations, quelques centaines d’assignations a résidence pour calmer les plus excités.  De même quelques dizaines de limogeages de hauts fonctionnaires en premier lieu l’exécutif territorial pourraient aider le gouvernement,  la police et la justice du territoire à monter en compétences dans la transition vers le socialisme à caractéristiques chinoises tout en apportant au bon peuple son lot de lampistes sacrifiés.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #5 18/08/2019 01h49

Membre
Réputation :   80  

Je suis très surpris de lire deux allusions au mouvement des gilets jaunes français.

Je comprends qu’on ait une tendance naturelle à rapprocher les événements d’autres pays à ceux que nous connaissons mieux afin d’essayer de les comprendre, mais enfin, résister dans un combat perdu d’avance à un état communiste totalitaire orwellien et à ses milices infiltrées quand on est 1 million contre 1 milliard, au nom de la démocratie et de l’état de droit, c’est quand même autre chose qu’aller caillasser les vitres du Fouquet’s le samedi parce qu’on n’aime pas les riches… Quand bien même s’affuble-t-on de bonnets phrygiens.

Je pense que c’est une erreur intellectuelle profonde de comparer ces deux groupes ou de comparer Macron à Xi (!) et que nous, français, manquons parfois du sens des proportions, bien gâtés que nous sommes dans notre petite bulle.

Selon l’accord signé avec les Anglais, Hong-Kong pourra légalement être absorbé par la Chine en 2047. Si on prend suffisamment de recul, la question est donc moins l’issue que quand adviendra-t-elle.
Wong Kar Wai - 2046, Excerpt II - YouTube

Dernière modification par WayWardCloud (18/08/2019 02h30)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 18/08/2019 09h18

Membre
Réputation :   5  

WayWardCloud a écrit :

Je suis très surpris de lire deux allusions au mouvement des gilets jaunes français.
… c’est quand même autre chose qu’aller caillasser les vitres du Fouquet’s le samedi parce qu’on n’aime pas les riches… Quand bien même s’affuble-t-on de bonnets phrygiens. ]

Permettez, et sauf votre respect, de trouver pour le moins particulier votre vue du mouvement des gilets jaunes…

Et ne vous en déplaise le rapprochement des évènements n’est pas tellement hors de propos car il met en perspective la gestion de la contestation dans un ’état communiste totalitaire’ et un ’état démocratique’…
Vais pas développer en long et en large, l’idée d’ailleurs pourrait se résumer dans le célèbre trait d’humour de Coluche :
"La dictature c’est « fermez votre gueule » ; la démocratie c’est causez toujours !" (*)

(*) la version originale de la citation n’utilise pas le vouvoiement…

Bon dimanche

Hors ligne Hors ligne

 

#7 18/08/2019 10h10

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   177  

Sauf qu’en démocratie on vote et on a vu dernièrement le résultat.

Faire une analogie, même de loin, entre la situation à Hong Kong et celle que nous avons connue, est à mon avis faire preuve d’un certain égocentrisme et finalement fait fi des réels problèmes entre Chine et USA et donc mondiaux (parfaitement explicités plus haut) et encore plus du sort des habitants de Hong Kong.

C’est un travers universel que de tout regarder et analyser en fonction de ses idées et expériences et pour paraphraser le philosophe que vous citez "on a toujours l’impression d’en savoir assez, d’en comprendre assez puisque c’est avec ça qu’on se forge nos propres opinions".
Moi y compris bien entendu.

Dernière modification par bajb (18/08/2019 10h11)


"Il ne faut pas voir les héros de la coulisse. Quand ils coïncident un moment avec leur légende c'est déjà beaucoup."

Hors ligne Hors ligne

 

#8 18/08/2019 11h01

Membre
Réputation :   64  

Bien sur qu’il y a plus de différences que de points communs entre le mouvement de Hong-Kong et celui des gilets jaunes.

Je n’ai utilisé la comparaison que rhéthoriquement pour suggérer un lien possible entre le mouvement en cours et une possible perte de vitesse économique du territoire de Hong-Kong.

Cette perte de vitesse  n’est pas une évidence d’ailleurs. Les données macroéconomiques de HK sont assez exceptionnelles pour une économie développée.

Hong Kong est même un exemple pour les tenants de l’état minimal. Il faut dire que le gouvernement et les milieux d’affaires ne se sont guère préoccupés de politique sociale.

Et que la population a fait preuve d’une passivité politique à peu près complète jusqu’à récemment. Tant qu’elle s’enrichissait, tout allait bien. Sans doute devra-t’elle accepter de s’enrichir de moins en moins au fur et à mesure que la Chine digère le territoire en dissolvant graduellement l’état de droit.

Hors ligne Hors ligne

 

#9 18/08/2019 13h46

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   529  

Bonjour !

L’idée que je me fais de la situation à Hong-Kong est que la Chine (Pékin) ne peut pas baisser les bras. Parce qu’alors, d’autres tendances autonomistes se mobiliseraient. Notamment au Tibet, au Turkestan oriental, à la Mongolie intérieure, à Macao, etc.  sans oublier les peuples ouïghours ou kazakhs du Xinjiang.

Jusqu’à récemment, la Chine utilisait la stratégie du "Frapper fort", notamment au Xinjiang et plus généralement dans toutes les régions contestataires. Avec une répression très forte. Et même si une tendance récente montre une préférence pour la stratégie de "Contrôle par l’occupation", qui consiste à augmenter la proportion de la population d’origine Han (ainsi, dans le Xinjiang, on est passé de 9% en 1949 à plus de 50 % actuellement). Cette stratégie donne de "bons" résultats au Tibet.

Vis-à-vis des pays étrangers, le moindre signe de faiblesse de la Chine donnerait des idées aux républiques limitrophes d’Asie centrale, qui soutiendrait alors les mouvements autonomistes ; au Vietnam qui est en conflit larvé en Mer de Chine ; avec la Malaisie, les Philippines et Bruneï sur l’appropriation par la Chine des îles Spratleys et de la zone maritime environnante.

Bref, je pense que, tôt ou tard, la Chine va confirmer sa main-mise sur Hong-Kong.

Pour nous, petits investisseurs européens, je pense qu’il faut surveiller HSBC (le H = Hong-Kong) ; il y a un appel aux hongkongais pour retirer leur argent ; le PDG a démissionné début août, sans explications ; le cours a pas mal baissé récemment, malgré de bons résultats…

Dernière modification par M07 (18/08/2019 13h56)


M07

Hors ligne Hors ligne

 

#10 23/05/2020 18h58

Membre
Réputation :   64  

Voila, les dès sont jetés : Hongkong, victime de l’affrontement sino-américain

Je n’approuve pas le titre de l’éditorial, les USA n’ont en réalité aucun moyen de contrer la Chine à Hong-Kong, ni juridique, ni militaire. Le pouvoir idéologique nécessite que celui sur qui on l’exerce l’accepte.

Hong-Kong est juste victime du fait que le rapport de forces géopolitique a changé depuis 1997 .

En revanche, le dernier paragraphe rappelle l’illusion qui a prévalu en Occident entre la chute du Mur et celle des twin towers que la victoire dans la guerre froide signifiait la fin de l’histoire et que l’alliance du capitalisme et de la démocratie allait triompher universellement :

Le Monde a écrit :

Lorsque la Grande-Bretagne a rétrocédé Hongkong à la Chine, le 1er juillet 1997, le monde était relativement optimiste, convaincu que la Chine et l’Occident allaient se rapprocher. Hongkong devait être l’un des moyens de ce rapprochement. Un quart de siècle plus tard, c’est malheureusement l’inverse qui s’est produit. Hongkong est devenu le symbole de la difficile cohabitation entre deux systèmes de plus en plus antithétiques

Alain Peyrefitte était certes un homme politique d’un style qui n’est plus à la mode mais l’une des thèses de son fameux livre était que les Chinois n’étaient pas intéressés à la démocratie.

La Chine mène depuis 1947 une politique de puissance géopolitique classique qui finalement ressemble beaucoup à celle qu’elle suivait quand l’Empire était fort.

Je les vois bien toutefois laisser Hong-Kong vivre et prospérer un peu moins bien qu’avant en étouffant petit à petit la contestation et en évitant d’intervenir de façon trop voyante.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 23/05/2020 19h48

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   529  

Bonsoir !

Caratheodory a écrit :

La Chine mène depuis 1947 une politique de puissance géopolitique classique qui finalement ressemble beaucoup à celle qu’elle suivait quand l’Empire était fort.

Opinion confirmée par les incidents répétés entre bateaux de la Chine et du Vietnam ; par les tensions entre navires (de guerre) japonais naviguant aux abords d’îles japonaise proches des eaux chinoises et systématiquement critiqués par la Chine ; par l’extension artificielle et unilatérale de l’espace maritime chinois en Mer de Chine, via la transformation artificielles de récifs en îles (voir Spratleys) et les actions des Philippines et la position des USA. Sans oublier la mise au pas du Tibet, ou les fortes pressions contre Taïwan, pour empêcher la reconnaissance du pays, ou les ventes d’armes à cette île (voir Le Figaro).

Dernière modification par M07 (23/05/2020 19h49)


M07

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur