Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#501 01/05/2020 13h24

Membre
Réputation :   17  

C’est sur qu’en étant médecin , au vue des risques sanitaires , je ne comprends pas le  choix du gouvernement d’ouvrir en priorité des crèches, maternelles et primaires. En effet, les jeunes enfants ne respecteront jamais des gestes barrières et le risque pour les enseignants et les autres élèves sera important…
Le plus judicieux aurait été de faire le même choix que Monaco - d’abord les lycées, ensuite Collèges et puis les autres, et la reprise que pour les classes charnières .

À la différence de la France, les lycéens reprendront les cours en premier à Monaco - Nice-Matin

Hors ligne Hors ligne

 

#502 01/05/2020 14h21

Membre
Réputation :   15  

Peut être le gouvernement a t’il fait ce choix sur la base de données concernant le coronavirus et la contagiosité des enfants?

Coronavirus sur l’enfant

qui laisserait penser que les enfants sont moins sensibles au coronavirus , et plus ils sont jeunes moins ils le sont .
J’ai bien dit peut être hmm

J’ai travaillé à Monaco (40 000 habitants) et j’habite toujours à côté. Je ne suis pas convaincu qu’ils aient les mêmes schémas et préoccupations économiques que nous. Par ailleurs ils ont par nature (et par contraintes) un civisme que je ne retrouve pas vraiment dans les Alpes Maritimes. Mais je trouve effectivement que leur idée de faire entrer en priorité ceux qui sont susceptibles de respecter les gestes barrières et qui ont des examens à passer procède d’une certaine logique.
Je suppose que dans votre pratique quotidienne vous devez être au contact de patients qui se satisfont mal des incertitudes et à qui il n’est pas simple de faire admettre que  "dans l’état actuel des connaissances on peut envisager … ". L’avenir nous dira si les choix qui sont fait ont été pertinents. Je suppose qu’ils doivent prendre en compte la sécurité de tous (enseignants, enfants) et les contraintes économiques en naviguant un peu à vue.
Bon courage pour votre pratique quotidienne qui ne doit pas être de tout repos en ce moment , même si les Cotes d’Armor sont en vert wink

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #503 01/05/2020 15h22

Membre
Réputation :   77  

On va être plus brutal.

Monaco ne participe pas à la production économique de base. 

Les seules activités économiques qu’on peut déceler à Monaco sont la promotion et la spéculation immobilières,  l’évasion fiscale et la consommation discrétionnaire (incluant casino, spectacles dont sport,  tourisme et restauration).

Il s’agit d’une économie rentière qui vit comme un symbiote de l’économie européenne.

En raison de ces caractéristiques, la politique sanitaire de Monaco peut être plus luxueuse que celle de la France.

Hors ligne Hors ligne

 

#504 01/05/2020 16h21

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   912  

Je suis en phase avec Caratheodory.

Le plus judicieux aurait été de faire le même choix que Monaco - d’abord les lycées, ensuite Collèges et puis les autres, et la reprise que pour les classes charnières .

Le choix français est de relancer l’économie le plus rapidement possible (objectif très louable), donc de remettre les français à leur poste de travail le plus rapidement possible, donc de les libérer de la garde de leurs plus jeunes enfants (sous entendu, les plus âgés peuvent se garder eux mêmes).
C’est davantage un choix économique qu’un choix sanitaire ou éducatif.

En tant qu’investisseur, ça me convient tout à fait.
En tant qu’enseignant, je suis plus dubitatif mais mes enfants retourneront à l’école et au collège dès que cela sera possible (et moi également).

Dernière modification par maxicool (01/05/2020 16h22)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#505 01/05/2020 18h40

Membre
Réputation :   6  

Encore un article dans Les Échos pour rassurer les parents qui hésiteraient encore !

Ecole : une reprise à haut risque ? | Les Echos

Pour rappel, celui d’il y a quelques jours…

Coronavirus : « Renvoyez vos enfants à l’école » | Les Echos


Pour info, je suis prof dans le secondaire et mon épouse est professeure des Écoles.

Hors ligne Hors ligne

 

#506 01/05/2020 18h56

Membre
Réputation :   17  

Ce qui me pose problème surtout est que l’avis du gouvernement n’est jamais très clair.
Il fallait dès le début dire que le retour des plus jeunes à l’école c’est un choix purement économique, point, le reste on ne prend pas en compte.
Et ne pas avancer des arguments comme justice sociale, lutte contre décrochage scolaire, lutte contre inégalités d’accès au numérique , enfants des cités sensibles etc.
En plus, le Président de la République a d’abord annoncé des dates différentes, par exemple les lycéens devaient reprendre le 25 mai, les Collèges - le 18 etc. Changement total quelques jours après.
Difficile , en tout cas pour moi, d’avoir confiance dans ces conditions, j’ai du mal à suivre la logique.

Hors ligne Hors ligne

 

#507 02/05/2020 09h29

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   190  

J’ai eu dans ma jeunesse une assez longue expérience des colonies de vacances, classe de neige, de mer, centre aérés sans parler ultérieurement de mon métier d’enseignant (secondaire et supérieur).

Depuis, je crois dur comme fer à la nécessité de sortir les gosses de chez eux ; tous les enseignants ne sont pas parfaits, mais les familles sont pour certains enfants des lieux hautement délétères et l’école - à tous niveaux- le havre de paix nécessaire.
Le confinement n’a pas du arranger les choses.
Je n’oublierai jamais cette petite fille de 4 ans en colo maternelle au milieu des années 80 qui nous avait fait comprendre ce que son papa lui faisait..
De manière générale les gamins de 4 à 6 ans avaient des retards psychomoteurs et de langage très importants.
Les institutions dont l’école n’ont pas que des qualités, mais elles offrent des vigilances particulières qui, même si insuffisantes, sont de nature à protéger les enfants contre bien des maux.

Alors l’économie, oui, mais l’enseignant a d’autres arguments à considérer.

Je parle d’une époque que je regrette où je travaillais avec des instits qui, fort heureusement, ne comptaient ni leurs heures ni ne se retranchaient derrière des règlements pour arrêter à midi pétante de bosser.

Anecdote du jour : le maire a tenté d’organiser une réunion sur la réouverture des écoles cette semaine. Tout le monde était OK sauf les "professeurs des écoles"  qui ont rétorqué d’attendre car "ils sont sur leur temps de vacances"…

Dernière modification par Range19 (02/05/2020 10h46)

Hors ligne Hors ligne

 

#508 02/05/2020 13h22

Membre
Réputation :   77  

Dans ce choix de réouvrir les écoles il y a des motivations économiques, pédagogiques (non, on ne fait pas aussi bien qu’en présentiel même si le prof se défonce, même avec des élèves autonomes), sociales (cf post de Range 19) et politiques (l’Etat à l’obligation légale  de ne pas tolérer la déscolarisation complète avant 16 ans. Ni en principe la scolarisation en décrochage, il doit devant cette situation -qu’il faut constater- offrir des solutions de formation adaptées à l’élève.  ).

Il y a plusieurs logiques contradictoires qui sont en jeu que le gouvernement n’ose pas expliciter et entre lesquelles il faut arbitrer.  Ce n’est pas propre à ce gouvernement. Tous ses devanciers sont à un moment donné tombés là-dedans.

Il est certain qu’il va y avoir des problèmes lors de l’exécution du plan.

On a le droit d’être dubitatif sur les actes du gouvernement. Il n’a clairement pas surperformé dans le dialogue social ni dans la politique de santé ni dans la réforme du lycée. Ils ont fait un choix, ils en prennent la responsabilité et ils en assumeront les conséquences politiques voire pénales. En tant que fonctionnaires on est obligés de suivre sauf exception prévue par la loi. C’est la définition de fonctionnaire.

Ensuite, il y a le dialogue social, les syndicats, etc… Mais ça fait partie du retour à la normale de retrouver les collègues (et les élèves) pénibles.

J’ai eu à participer activement à la gestion du problème des examens universitaires au cours du mois d’Avril. Ce n’est vraiment pas un problème  difficile à côté de la réouverture d’une école primaire ou d’un collège en situation de crise sanitaire. Pourtant, la phase exploratoire a été pleine de polémiques et ma conclusion est: il n’y a pas de bonne solution quand le contexte est dégradé. On a mis des rustines qui tiendront sans doute jusqu’à Septembre. En attendant il faut maintenant préparer Septembre. Et j’observerai de près comment les ecoles et collèges s’en dépatouillent.

Les procédures habituelles de la fonction publique sont inopérantes dans le contexte présent (même quand tout va bien elles sont à la peine) et seule l’approche bottom-up (c’est à dire en laissant emerger des solutions locales) peut marcher quand il n’y a pas de planification a priori. L’intégration, la remise en ordre si vous voulez,  ne pourra se faire qu’après.

Range19 a écrit :

Anecdote du jour : le maire a tenté d’organiser une réunion sur la réouverture des écoles cette semaine. Tout le monde était OK sauf les "professeurs des écoles"  qui ont rétorqué d’attendre car "ils sont sur leur temps de vacances"…

Il va falloir, je pense,  pour le gouvernement renoncer à la réforme des retraites pour restaurer le minimum vital de confiance dans la fonction publique. Le bon moment pour l’annoncer sera le discours de politique générale du successeur d’E. Philippe à Matignon.

Le problème du président n’est plus de réformer, ou de préparer sa réélection, son problème est de transmettre un outil en état de marche au successeur.

Seul le successeur d’E. Macron aura la légitimité pour ouvrir le dossier de la réforme de la fp enseignante.

Dernière modification par Caratheodory (02/05/2020 13h56)

Hors ligne Hors ligne

 

#509 02/05/2020 17h04

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   190  

Le rétablissement de la confiance en la fonction publique n’est malheureusement pas gagné s’agissant de l’enseignement et n’a pas grand sens à voir à mes yeux avec le gouvernement actuel nui le précédent.
J’y vois une évolution majeure des mentalités qui touche tous les métiers "sacerdoces".

Exemple vécu il y a une bonne quinzaine d’années déjà, toujours dans mon bled : alerte météo, la préfecture demande aux directeurs d’école de faire rentrer les enfants chez eux. Les "professeurs des écoles" ont mis les gosses dehors sous des bourrasques glaciales et une neige abondante sans se préoccuper de quels parents avaient pu arriver ou pas, plantant hors de l’école des gamins -dont des CP- sans se poser de questions…  pour vite rentrer chez eux sans regarder dans le rétro.
J’exècre cette fonction publique là.

Hors ligne Hors ligne

 

#510 04/05/2020 22h19

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   131  

Premier mail de mon côté pour la ré ouverture de l’école maternelle et primaire de mon village.

Ouverture uniquement le matin, désinfection l’après midi. Pas de cantine, ni de périscolaire. 15 élèves maximum. Échelonnement des arrivées et des sorties, avec présence des policiers municipaux aux horaires pour éviter les rassemblements.

Questionnaire en ligne pour recenser le nombre de parents qui souhaitent remettre leurs enfants à l’école, s’ils sont capables de faire l’éducation à domicile et s’ils font partie des prioritaires ( attestation des 2 employeurs des parents, personnel soignant, personnel de la commune, personnel qui travaille avec des enfants et qq autre catégories).
Suite au retour du recensement, nous aurons de nouvelles infos.

Je ne vois pas comment des parents qui travaillent, comme nous le faisions auparavant, de 9h à 19h, puis le cherchions chez la nounou à 19h45, peuvent s’organiser.
Cela voudrait dire que je dois déposer mon enfant à l’école (heure classique: 8h35-8h45) donc mettons 9h, et venir le chercher à 11h45 ( heure classique), mais si mon rdv de sortie est fixé à 11h30. Il est donc 2h30 à l’école.
Pour ma part, je bosse à 45min de chez moi, je vais donc au travail pour une heure le matin ?

Je ne vois pas comment ce " retour à l’école" peut mettre les parents au travail…

En ligne En ligne

 

#511 05/05/2020 00h32

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   236  

Les écoles n’y sont pour rien. Les mesures d’hygiène qui leur sont imposées ne permettent pas un fonctionnement normal.

Tant que le principe de précaution prévaut, aucun espoir d’amélioration.

Hors ligne Hors ligne

 

#512 05/05/2020 09h13

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   188  

amoilyon, le 04/05/2020 a écrit :

Pour ma part, je bosse à 45min de chez moi, je vais donc au travail pour une heure le matin ?

Vous oubliez le télétravail, qui est possible sans les enfants à la maison, mais pas quand ils sont là. Cela va décoincer pas mal de monde au moins partiellement.
Mais Trahcoh a raison sur le reste.

En ligne En ligne

 

[+3]    #513 06/05/2020 10h36

Membre
Réputation :   4  

Trahcoh, le 12/06/2019 a écrit :

Si vous cherchez un job nécessitant peu de qualifications, chronophage et mal payé, c’est instituteur qu’il vous faut.

Pour être professeur il faut plus de qualifications, mais vous aurez le plaisir de profiter de votre temps libre à corriger des copies en plus de préparer les cours.

Mais en contrepartie vous aurez la satisfaction d’enseigner à des jeunes que vos cours n’intéressent pas.

Même à 60 € de l’heure je refuse de le faire. Trop stressant.

Pour revenir au sujet (qui n’est pas le coronavirus, mais le métier de professeur), je vous propose mon retour d’expérience.

J’ai été professeur de mathématiques en Lycée avant de devenir actuaire.

Je vous propose un petit comparatif sur ces deux métiers :

Etudes :
Professeur : à l’époque il m’a fallu faire un master de maths enseignement. Beaucoup de maths assez peu d’enseignement. Suivi d’un concours CAPES/AGREG. Le CAPES s’apparente de plus en plus à un diplôme qu’a un concours et il n’est pas très difficile de l’obtenir (avec les notes que j’obtenais aux écrits j’aurais pu obtenir le CAPES sans faire les oraux….).

Actuaire : concours / Admission sur titre à l’entrée des écoles. Je pense que le concours est plus facile que celui d’une école de rang A type Mines/Ponts si on est bon en maths.
Globalement l’école n’est pas très difficile mais il y a néanmoins de la sélection chaque année et des personnes virée à cause de leurs notes. Le mémoire de fin d’études est en revanche beaucoup plus sérieux que ce qui se fait en école d’ingénieur / fac classique. L’admission à l’institut des actuaires dépend du mémoire qui doit être un minimum innovant.

Salaire :
Professeur : j’étais à environ 27K bruts / an. Ma copine a réussi à monter à 2500€ net /mois avant impôts en faisant beaucoup d’heures sup à une époque, mais elle était au bord du burn out…

Actuaire : j’ai été embauché en sortie d’école à 45K bruts/an. Deux ans plus tard ma boîte me proposait 70K bruts en fixe pour que je reste, mais j’ai opté pour un poste en compagnie moins payé (65K de package, mais en ajoutant les divers avantages je pense que le package global est supérieur).

Précarité de début de carrière :
Professeur : Globalement en début de carrière on se retrouve souvent dans des régions que les autres ne veulent pas. Dans mon cas j’étais affecté à la frontière Suisse. Un couple de prof avec un salaire de prof Français à la frontière Suisse, c’est compliqué pour le logement…
Mais la précarité des jeunes profs peut être bien pire car les mutations dépendent d’un barème absurde (d’où un nombre élevé de "faux" pacs). Ma belle sœur s’est ainsi retrouvée "TZR" (remplaçante) en région parisienne. On lui annonce fin Août que son établissement de rattachement se trouve au Sud de Paris (à Juvisy). Elle prend donc un appartement à côté (avec les difficultés que l’on connaît pour se loger en région parisienne quand on a un salaire de prof…). Finalement début Septembre on lui annonce qu’elle effectuera un remplacement à Argenteuil…. Soit à près de 2H de transports en communs.
Elle fait ainsi 3h30/4H de transports par jours pour aller enseigner à de jeunes délinquants à Argenteuil (il y aura plusieurs agressions durant l’année…). Bien sûr, on ne lui annonce pas jusqu’à quand cela va durer, elle garde ainsi son logement, et sera finalement affectée à Argenteuil jusqu’à fin Mai (impossible de changer de logement dans ces conditions…).

Actuaire : lorsque j’ai débuté j’étais consultant. Le consultant c’est un peu le remplaçant/débutant de l’EN. Il est envoyé en mission partout faire le sale boulot, sa boîte gagne 1000-1500€/jour sur son dos et il ramasse les miettes. J’ai ainsi été envoyé faire des missions parfois loin de chez moi, parfois des missions où il était difficile de travailler moins que 8h-21h tous les jours…
Néanmoins, j’ai toujours eu la reconnaissance de mon employeur : frais de repas payés, frais de taxis payés lorsque l’on fini trop tard, frais d’hôtels même pour les missions qui finissent vraiment tard… Et négociation de primes également (en général on arrivait à obtenir 2000-4000 € pour 2/3 mois de mission un peu difficile, des miettes certes, mais une sensation de reconnaissance quand même).

Nivellement par le bas:
Professeur :
Le manque de candidats au concours conduit inexorablement à un nivellement par le bas.
Je ne dis pas que les candidats sont tous des génies, loin de là. Beaucoup (moi y compris) ne sont pas faits pour le métier. Mais au moins la plupart ont un certain niveau en maths.
Aujourd’hui on embauche énormément de contractuels, qui pour beaucoup n’ont que très peu de connaissance mathématiques. Ma copine me racontait que dans son établissement des collègues à elle, profs de maths ne connaissaient pas la différence entre réciproque et contraposée ! Elle m’a également montré des corrections fausses de certains de ses collègues contractuels de maths. Elle est au collège…

Actuaire :
L’émergence des facs d’actuariat et le besoin important d’actuaire fait baisser le niveau. Néanmoins, le titre d’actuaire garanti un certain niveau de connaissance académique. L’institut des actuaires veille sur la taille de ses promotions et le manque d’actuaire est comblé en partie par des polytechniciens / centraliens qui ont un niveau académique correct. De ce fait je trouve la situation plutôt équilibrée.

Reconnaissance sociale:
Professeur : la reconnaissance sociale est déplorable. Je l’explique plus haut en partie via l’afflux de contractuels au niveau théorique très faible et également par le fait que les professeurs certifiés/agrégés qui eux ont un niveau théorique correct n’ont pas forcément été formés sur l’aspect pédagogie (nous n’avions quasiment aucune formation sur ces sujets à l’époque). Or pour être un bon prof il faut les deux : le bagage technique et la capacité à transmettre. On a donc pas mal de mauvais profs qui rendent l’image générale mauvaise. A cela s’ajoute la jalousie des personnes par rapport aux vacances (ce qui est absurde car comme dit plus haut, le concours est très simple, donc au lieu de se plaindre, il suffirait de le passer…).

Actuaire :
L’actuaire est vu comme quelqu’un dont la parole compte. Il a rapidement accès à des personnes très haut placées au sein de grandes banques/assurances, avec un salaire globalement assez bon.

Horaires :
Professeur : 18 h de présence devant élève a minima (en pratique plutôt 20 je pense avec le manque de personnel). Les horaires hors classe dépendent très fortement de l’investissement et de l’efficacité du prof. Ma copine s’investit beaucoup, je dirais qu’elle fait l’équivalent d’un travail de cadre à 40h/semaine. Il est possible de faire (beaucoup) moins, surtout avec l’expérience.

Actuaire :
Là aussi c’est très variable. Je dirais qu’il est difficile de faire beaucoup moins que 9h-18h, certains font beaucoup plus. En tant que consultant, certaines missions nécessitaient de faire 8h-00h pendant 6 jours consécutifs. Les heures sups ? A partir de 11h travaillées dans la journée. Beaucoup de collègues font autour de 50-60h par semaine. Avec l’expérience les horaires s’allongent. Lorsque je regarde l’agenda de mon N+2, il n’y a pas beaucoup de trous entre 8h et 20h…

Congés :
Prof : je pense que tout le monde connaît.
En revanche, je pense que c’est un peu illusoire. En effet, je connais peu (ou très peu) de profs qui ne travaillent pas pendant leurs congés. Je ne dis pas qu’ils font de grosses semaines. Mais je connais des actuaires qui ne posent pas la semaine de Noël ni celle du 15 Août et on ne considère pas qu’ils ont deux semaines de congés, pourtant le prof travaille sûrement plus pendant les vacances de la toussain que l’actuaire la semaine du 15 Août.

Actuaire : j’ai environ 9/10 semaines de congés. Je ne m’en plains pas.

Dernière modification par lllll (06/05/2020 10h43)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #514 07/05/2020 11h08

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   190  

Les news du jour : 4 instits sur 5 de mon bled ont peur donc l’école devrait restée fermée.

Les hussards de la République seraient-ils devenus les froussards ?

Hors ligne Hors ligne

 

#515 07/05/2020 11h24

Membre
Réputation :   11  

Bonjour Range19,

La peur n’est pas un motif pour ne pas ouvrir l’école. Il y a un droit de retrait? C’est peut être la mairie qui ne veut pas ouvrir et qui a peur ou les conditions ne sont pas réunis pour accueillir les enfants dans des conditions sanitaires satisfaisantes…

Pour ma part, je trouve que c’est le flou, soit on oblige a ouvrir les écoles partout en y mettant les moyens ( matériels et humains pour la désinfection par exemple ) soit on ouvre pas du tout. Mais là, on laisse la possibilité a beaucoup trop de monde de donner son avis ( mairie, Prefet, instits….).

On va donc ce retrouver la semaine prochaine et les suivantes devant des inégalités d’accès a l’école sur le territoire sur des critères plus ou moins subjectifs…

Le ministère a oublié que ce n’est pas en sortant un protocole sanitaire très strict qu’on allait aider les écoles a rouvrir surtout si tout le monde fuit ces responsabilités…

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur