Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+6]    #476 29/04/2020 12h19

Membre
Réputation :   6  

Bonjour à tous
Je sais que je ne vais pas me faire beaucoup de copains aujourd’hui…
Mais en tant que prof de collège (math), et bien moi, je suis dégouté de ne pas pouvoir reprendre rapidement (la classe virtuelle 21.5 h par semaine, ça me saoule…) !
J’ai 1 classe de 6e (youpi, je peux peut-être reprendre le 18 mai) et 4 classes de 4e et 3e (mauvaise pioche, c’est foutu jusqu’au 2 juin, minimum…)
Si on est sérieux à lire certains, on ne reprend jamais…
Bah oui, le COVID va nous accompagner pendant 18 mois, donc on reste confiné jusque-là ?
Pour pas grand risque pour les élèves car à ce jour, pour rappel, 2 morts uniquement chez les moins de 25 ans.
Enfin, les profs ne sont pas plus stupides que les soignants, que diable !
On va faire les gestes barrières, on va porter un masque (obligatoire au collège contrairement à ce que certains écrivent bêtement…) et on fera attention !
Courage, si on s’y met tous avec intelligence, on doit s’en sortir (pour rappel, la Suéde n’a même pas confiné…) !
Arrêtons de ronchonner constamment et de nous trouver des excuses, c’est usant…
Bonne journée

Hors ligne Hors ligne

 

#477 29/04/2020 13h33

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   884  

Votre message ne correspond pas à la réalité. Vous pouvez avoir votre avis sur la question mais il est faux et inutile de prétendre "Si on est sérieux à lire certains, on ne reprend jamais… ", qui a parlé de cela même ici sur le forum ?
Le gouvernement a décidé de laisser les parents choisir. C’est louable, pour ceux qui le peuvent, de pouvoir continuer l’école à la maison, ça veut dire une reprise en septembre. Tout le monde part du principe que c’est en mai, éventuellement en juin ou en septembre qu’il faudra retourner à l’école.

Concernant l’hygiène, un soignant dont c’est le métier est forcément mieux sensibilisé qu’un enseignant. Je suis désolé mais même si je compte sur la présence d’esprit de ces personnes et leur bon sens, tous les gestes barrières et interactions avec les enfants sur tous les protocoles à mettre en place sont nouveaux, dès lors je ne suis pas pressé de voir mes enfants revenir et préfère attendre que cela soit bien éprouvé.
Non pas que je préfère que d’autres essuient les plâtres mais la progressivité me parait essentielle pour une reprise dans de bonnes conditions, cela veut dire avec peu d’enfants dans un premier temps.
Les enseignants et leur équipe ont pu se familiariser en petits groupes (j’espère pas plus) avec les enfants des soignants, ils pourront continuer cet apprentissage avec des groupes que l’on va petit à petit étoffer.
Il serait dangereux et inutile de reprendre trop vite avec trop de monde à la fois.

Dernière modification par Surin (29/04/2020 17h51)

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #478 29/04/2020 14h11

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   122  

gandolfi a écrit :

C’est effarant de voir… Bien sur il ne faut pas parler de toutes ses aberrations, tous ces risques que l’on fait courir aux élèves, enseignants, personnels de mairie, parents, grands parents mais larmoyer sur le plus beau métier du monde, le lien social, la cantine, le décrochage scolaire en …..maternelle.

J’ai presque la larme à l’œil pour les enseignants en vous lisant. Je vois bien que vous avez à cœur les intérêts des enfants et de votre employeur. Je pense surtout moi qu’il y a les discours et la réalité. Le gouvernement met en place des mesures qui ne seront pas toutes tenables mais qui feront "au mieux".

La réalité c’est que la France ne peut pas redémarrer convenablement sans l’ouverture des écoles. Donc oui, les enseignants vont faire garderie mais on peut aussi se dire, qu’ils vont faire leur métier d’enseigner à leurs élèves (ce pour quoi nous les payons). Personnellement, je considère que les enseignants doivent enseigner et le feront mieux que la majorité des gens surtout quand on est en télétravail à côté. Qu’enseigner en visio est une hérésie surtout si on peut couper la caméra pour ne pas surcharger le réseau. Je suis actuellement une formation continue en visio. Déjà que des adultes ont du mal à accrocher/se motiver pour faire ces cours alors un ado de 15 ans…

Vous minimisez le lien social et l’impact que cela a sur les gens. Ma nièce de 4 ans demande quasiment tous les jours pourquoi elle ne peut pas sortir, voir sa copine, etc…

On rappellera que les fonctionnaires ne sont pas au chômage partiel… Si on commence par vous ôter 15% de votre salaire + une incertitude de retrouver votre boulot, vous seriez peut-être plus motivé pour mettre fin à ces mesures. Notamment si on enlève 15% et qu’une hausse de l’impôt suit. De plus, les parents qui vont laisser leur enfant par choix ou par obligation vont aussi s’exposer au virus et on entend peu de gens du privé râler à ce sujet.
Ne pas aller travailler pour garder ces enfants, c’est la balance entre risquer la maladie de son enfant (rare) ou récupérer 15% de son salaire + tenter de sauver les meubles de la boite dans laquelle on travaille qui est peut-être en difficulté et qui va peut-être vous licencier en fin d’année… Donc aller travailler pour vous comme pour nous, c’est tenté de préserver l’économie.

Si cela vous semble risqué pour votre santé, ne venez pas tout simplement ou démissionnez. Mais à quel moment estimerez-vous être en sécurité ?

Les mesures globales tiennent compte - à mon avis - de la meilleure manière d’assurer l’économie tout en minimisant les risques pour la santé. Ces deux objectifs sont pas forcément synergiques d’où les mesures parfois étranges.

Hors ligne Hors ligne

 

#479 29/04/2020 15h12

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   188  

C’est un sujet de discussion difficile qui est abordé là et je salue Kabal pour sa réponse.

Je fait partie de ces gens qui considèrent la fonction publique par le prisme de valeurs parmi lesquelles l’engagement au service de l’État et des citoyens.
Pas à tous les prix, certes, mais prendre conscience de l’apport que l’on peut avoir individuellement par son action dans une telle crise ne me semblerait pas totalement incongru.
À l’impossible nul n’est tenu dit-on avec quelques facilités, mais considérer que tout est toujours impossible et discutailler à l’infini des risques -bien compris- plutôt que chercher, comme beaucoup le font, des solutions tenables et parfois très inventives ne revient-il pas à se calfeutrer sous un parapluie trop administratif ?

Hors ligne Hors ligne

 

#480 29/04/2020 15h37

Membre
Réputation :   6  

Un très bon article dans Les Echos !

Coronavirus : « Renvoyez vos enfants à l’école » | Les Echos

Pour info, je suis prof dans le secondaire et mon épouse est professeure des Ecoles.

Dernière modification par Nickpeps (29/04/2020 15h42)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #481 29/04/2020 15h39

Membre
Réputation :   44  

gandolfi a écrit :

- Tout ce petit monde sera confiné dans une petite salle de classe toute la journée. Petit calcul : 1 metre de distanciation par élève (tout en sachant que 1 mètre de distance c’est plus un chiffre symbolique que la vrai distance de sécurité). Cela fait 4m2 par élève. Donc 15 élèves plus le prof = 16x4 = 64 m2. (en Allemagne on accorde au prof une surface de 8m2 au lieu de 4m2)
Il reste encore à soustraire les meubles types armoires, étagères, bibliothèques, la distance au tableau et la distance entre la personne au tableau et le premier rang. Cela fait encore bien 5m2. Donc un classe de 69m2 minimum pour 15 élèves.
Ma classe fait environ 30m2, donc je peux accueillir théoriquement 5 élèves.

Faites un plan à l’échelle et placez vos élèves…
Vous trouverez l’erreur de votre raisonnement qui considère les murs comme contagieux.

J’ai été voir votre présentation. Vu votre âge et votre salaire, je suppose que vous n’êtes pas dans l’éducation nationale depuis longtemps. Vous me rappellez ma femme il y a 10 ans. L’éducation nationale n’a jamais été dirigée par le ministre. La seule chose qu’on vous demande, c’est de ne pas contredire les consignes par écrit directement à l’inspection en les qualifiant d’idiotes. Pour le reste, vous faites ce que vous voulez… Tout le monde s’en fout!

Hors ligne Hors ligne

 

#482 29/04/2020 16h04

Membre
Réputation :   41  

Du bons sens et de la mesure mais j’y vois encore une opposition/comparaison privé public.

- Pourquoi toujours vouloir comparer ? Pourquoi quand quelqu’un dénonce ses conditions il faut absolument essayer de minimiser ces propos et le comparer à ceux qui sont moins bien lotis ?

Cela revient à toujours chercher le nivellement par le bas et à empêcher toute revendications. C’est triste car je pense que c’est par cet état d’esprit que nous perdons chaque année nos acquis sociaux.

On l’a bien vu pour les retraites
Dès que les uns se plaignent de perdre un acquis  les autres comparent et  s’offusquent car ils n’en ont pas profité. Puis quand viendra leur tour de perdre un acquis les premiers feront de même. Par ce cercle vicieux on perdra tout petit à petit et cela n’engendrera que de la jalousie et de la colère.

Je comprends tout à fait que les écoles doivent réouvrir mais ce n’est pas une priorité ni une nécessité à mes yeux. Ce qui me parait le plus vital justement c’est plutot de ré-ouvrir les commerces, les restaurants et toutes les entreprises libérales ou les gens n’ont aucun revenus du fait de l’arrêt de leur activité. Ces personnes qui sont dans une grande détresse à devoir payer un loyer pour leur commerce alors qu’aucun revenu ne rentre. Ces gens là ne sont pas empêché d’ouvrir à cause des écoles.

Les écoles c’est simplement une garderie et une excuse pour supprimer des chômages partiels. C’est absurde de dire qu’il y a un décrochage en maternelle. En primaire les conséquence sont très faibles étant donné la redondance des enseignements d’une année sur l’autre. Au contraire en collège et surtout lycée il y a des enjeux beaucoup plus importants et des échéances mais cela semble secondaire… car les élèves sont assez grands pour rester tout seul à la maison.

@Kabal : Je comprend votre nièce de 4 ans qui se languit de retrouver ses copines. Mais elle se languit surement d’aller au cinéma, au parc, au zoo, voir sa grande cousine confinée, sa grand mère…. Ce n’est pas à cause de l’école qu’elle ne voit pas ses amis ou qu’elle reste à la maison.

Je vous rappelle que les enseignants font du travail à distance donc ils sont payés tout comme les personnes du privé qui télétravaillent. Je peux vous dire que c’est très chronophage. On ne leur fait pas une fleur. Là on leur demande de faire du présentiel avec tous les risques que cela comporte et en plus du distanciel pour les élèves qui ne pourront pas venir à cause de convenance personnelle ou surtout parce que les effectifs sont très réduits.

Mais une fois de plus on compare des choses qui n’ont pas de rapport. Les gens en chômage partiel ne le sont pas, pour la très grande majorité, à cause des fermetures d’écoles mais à cause de la fermeture de leur entreprise.

Alex1978 a écrit :

Faites un plan à l’échelle et placez vos élèves…
Vous trouverez l’erreur de votre raisonnement qui considère les murs comme contagieux.

Je n’ai rien inventé, je ne fais que reprendre les préconisations d’autres pays comme la Belgique ou l’Allemagne.

Kabal a écrit :

Si cela vous semble risqué pour votre santé, ne venez pas tout simplement ou démissionnez. Mais à quel moment estimerez-vous être en sécurité ?

La seule solution que vous proposez est donc la démission étant donné que le ministre supprime le droit de retrait ? Donc tout travailleur qui est contraitn d’être mis en danger devrait simplement se taire et démissionner ?

Je m’estimerai en sécurité quand on arrêtera de me raconter des salades et minimiser mes risques.
- Enfants non porteurs du virus (Allez le demander aux profs bénévoles tombés malades en gardant les enfants de soignants)
- Gestes barrières impossible à respecter pour des enfants entre 3 et 12 ans.
- Aucun masque pour des enfants entre 3 et 12 ans.
- Restauration dans les classes.
- Confinement toute la journée dans une classe exiguë alors qu’ils n’ont aucune protection et ont un comportement à risque.
Allez travailler au bureau avec vos collègues sans qu’ils ne portent aucun masque et qu’en plus ceux ci viennent tout toucher, se moucher et éternuer sur vous. Je pense que vous verrez les choses autrement.

Participez à la collectivité c’est ce que font les enseignants toute l’année mais qu’on les traite de fainéants, nantis ou râleurs quand ils dénoncent de telles conditions je trouve cela assez méprisant et hypocrite.
Mais je ne me fait pas d’illusion je sais très bien que mes propos ne trouveront aucun écho. Je ne cherche pas cela d’ailleurs. C’est juste pour faire avancer cette file avec des remarques des personnes qui vivent cela sur le terrain.

Dernière modification par gandolfi (29/04/2020 16h11)

Hors ligne Hors ligne

 

#483 29/04/2020 16h05

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   220  

Quand on est nosophobe, le mieux c’est de se mettre au RSA et rester chez soi.

Si un médecin avait peur des maladies, je pense qu’on lui dirait d’arrêter et de consulter un psychiatre.

Que les profs ne s’inquiètent pas trop, les glandeurs qui souhaiteront rester à la maison garder les enfants seront nombreux. Il suffira de faire des attestations. Les bons à rien seront bien trop contents de continuer à glander à la maison, payés par les travailleurs et les entreprises qui n’ont pas encore fait faillite.

Hors ligne Hors ligne

 

#484 29/04/2020 16h47

Membre
Réputation :   29  

gandolfi a écrit :

C’est absurde de dire qu’il y a un décrochage en maternelle.

FAUX !

Au contraire, les 5 premières années de la vie sont fondamentales pour l’acquisition du langage. A tel point qu’on pense qu’il y a une forte corrélation entre le nombre de mots maîtrisés en fin de maternelle et tout le parcours qui suivra.

L’école maternelle est donc un outil fondamental de développement des enfants des milieux modestes. Et en ce sens, en laissant ces enfants loins de l’école, vous leur ôtez toute chance de monter dans l’ascenseur social.

Un petit lien pour soutenir mes propos (il doit y avoir mieux mais je n’ai pas cherché longtemps) :
L’apprentissage du français à l’école maternelle, un enjeu scolaire et social de taille

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #485 29/04/2020 17h16

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   122  

gandolfi a écrit :

Je comprends tout à fait que les écoles doivent réouvrir mais ce n’est pas une priorité ni une nécessité à mes yeux. Ce qui me parait le plus vital justement c’est plutôt de ré-ouvrir les commerces, les restaurants et toutes les entreprises libérales ou les gens n’ont aucun revenus du fait de l’arrêt de leur activité. Ces personnes qui sont dans une grande détresse à devoir payer un loyer pour leur commerce alors qu’aucun revenu ne rentre. Ces gens là ne sont pas empêché d’ouvrir à cause des écoles.

Honnêtement, je ne sais pas quoi vous répondre tellement nous vivons pas dans le même monde.
Le chômage partiel a été mis en place pour sauvegarder les entreprises. Il était nécessaire ou c’était le véritable chômage pour 10M voire plus de français voire de la faillite en chaîne des entreprises.
Maintenant, il y a deux types de personnes confinés avec enfant (hors inactif) :
1) les télétravailleurs qui travaillent + font l’école en même temps dans des conditions déplorables (donc tout le monde est à la même enseigne). On leur demande de faire leur job + le votre. Et ils le font avec plus ou moins de réussite et de stress mais je n’ai pas vu des légions de parents dans la rue. On se plaint tous, on en a marre mais on fait avec.
2) les chômeurs partiels qui eux ne travaillent pas et donc garde leurs enfants. Leur situation est certes enviable si on oublie qu’ils ont peut-être une entreprise en faillite ou en difficulté ou dans un secteur en déshérence total dont la principale préoccupation c’est de se nourrir jusqu’à la fin de l’année ou de payer leur crédit RP avec déjà 15% de salaire en moins.

Les deux veulent retrouver leur travail hein ! Et pas juste faire garder leurs enfants… Pour revenir, pas de miracle, il faut des écoles. Si on ne les ouvre pas, les parents continueront à faire cela. Donc le travail se fera en mode dégradé voire très dégradé. Voire s’arrêtera si les entreprises ferment.

Pour les commerces, restaurants et autres, ils font partie de la catégorie n°2 pour certaines. Ils reprennent comment sans l’école ?

gandolfi a écrit :

Les écoles c’est simplement une garderie et une excuse pour supprimer des chômages partiels. C’est absurde de dire qu’il y a un décrochage en maternelle. En primaire les conséquence sont très faibles étant donné la redondance des enseignements d’une année sur l’autre. Au contraire en collège et surtout lycée il y a des enjeux beaucoup plus importants et des échéances mais cela semble secondaire… car les élèves sont assez grands pour rester tout seul à la maison.

L’enseignement n’est-il pas répété pour faire entrer les choses surtout à un âge aussi jeune pour des bases qui vont les suivre toutes leurs vies. S’il y a une période à ne pas rater c’est le primaire non ? Sinon comment feront-ils après ? La maternelle, la priorité est le langage et la proximité hors du cercle familial (qui ne produit pas d’effort car il comprend bien son enfant) est salutaire pour les enfants. Un bon enseignant en maternelle est indéniable. Ma nièce est suivi par une enseignante à la retraite et c’est clairement indispensable.

Pour ma part, je rejoins Range19 ce qui nous oppose ce n’est pas public/privé. C’est bien la relation du fonctionnaire avec son employeur l’Etat et la notion de service/engagement attendu. C’est justement quand cela est nécessaire que cet engagement doit être au plus fort. Bien sur qu’il n’y a aucun droit de retrait pour les enseignants. Les politiques ne peuvent pas se le permettre et les enseignants ont par le passé montrer leur capacité de nuisance (grève annuelle ou bi-annuelle qui leur vaut une partie de la mauvaise réputation qu’ils ont). Allez demander aux militaires, policiers, soignants, éboueurs, etc… s’ils ont un droit de retrait ?

En dehors de cela, il faut bien sur que vous et les enseignants preniez vos dispositions pour vous protéger au mieux comme le font tout le monde. Mais vous n’aurez jamais une protection parfaite.

gandolfi a écrit :

La seule solution que vous proposez est donc la démission étant donné que le ministre supprime le droit de retrait ? Donc tout travailleur qui est contraitn d’être mis en danger devrait simplement se taire et démissionner ?

C’est marrant que vous ayez lu la partie qui vous arrange. Ne vous présentez pas. Vous êtes fonctionnaire, on vous tapera sur les doigts et basta. Sinon, démissionnez oui si vous estimez que votre vie est engagé. Personne n’est tenu de subir justement. Il vous revient d’être acteur de votre vie et c’est pas en pleurant que cela va arriver. Vous souhaitez des choses impossibles : geste barrière dès 3 ans, masque dès 3 ans, Mais bien sur ! Restauration dans les classes, c’est faisable avec un minimum d’hygiène. A la maison, plein de gens font travailler leur enfant sur la table à manger…

A noter que je comprends votre questionnement qui est celui de tout le monde. L’Etat va m’obliger à aller sur le site de mon entreprise (même si mon employeur m’autorise le télétravail), en prenant la L13 du métro parisien (pour ceux qui connaissent…) alors que je ne suis pas fonctionnaire. Je bénéficie d’une dérogation qui prendra fin le 11 mai. Si je n’y vais pas, mon entreprise perdra une part significative de CA et licenciera. Selon vous, je dois exercer mon droit de retrait ? démissionner ou y aller ?
Seulement, je ne peux le faire que 1) les écoles ouvrent ou 2) si ma femme arrête complètement de travailler (donc chômage partiel donc -15% de revenu)
Votre dilemme est un peu le même. En allant à l’école, vous vous exposerez. Vous prendrez peut-être des risques mais aiderait les restaurants et les commerçants à ouvrir. Vous serez au service de la nation. Vous achèterez peut-être des masques avec vos propres deniers.

Hors ligne Hors ligne

 

#486 29/04/2020 19h30

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

Kabal,

dans votre description des "catégories de travailleurs"

1) les télétravailleurs qui travaillent + font l’école en même temps
(…)
2) les chômeurs partiels qui eux ne travaillent pas et donc garde leurs enfants.

dans la catégorie 1, vous intégrez les enseignants qui ont eux mêmes des enfants ou non ?

Parce qu’il peut y avoir des enseignants qui ont des enfants, trop jeunes pour se garder eux-mêmes. S’il n’y a pas de cantine, pas d’accueil périscolaire, pas de transport scolaire adapté, comment peuvent-ils faire pour aller garder les enfants des autres (les travailleurs de vos 2 catégories) s’ils doivent garder les leurs ?
Si vous avez la solution, je suis preneur ;-)

Dernière modification par maxicool (29/04/2020 19h34)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#487 29/04/2020 20h02

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   122  

Ce serait hypocrite de dire qu’ils ne sont pas dedans. Bien que sans doute mieux adapter

Ils feront comme les autres non ? La cantine doit être assuré sinon ça n’aurait aucun sens. Les transports ils se débrouilleront comme les autres.
Le périscolaire, je n’ai pas de réponse mais j’imagine qu’ils se débrouilleront ?

Comment feront les éboueurs et les policiers, les soignants, les commerçants, les travailleurs lambda comme moi ? Pour la plupart, ils se débrouilleront avec les cartes qu’on leur donne.

Hors ligne Hors ligne

 

#488 29/04/2020 20h52

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

Je peux vous certifier qu’il y n’aura pas de cantine dans les établissements scolaires (du moins dans les collèges et lycées).
Je prends une petite marge d’erreur, je dirais "certain à 95%". Ca sera sandwich ou plat froid pour tous les élèves, à déguster sur une table de classe avec distanciation.

Pour le reste, je ne sais pas. On verra bien en allant !


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#489 29/04/2020 21h21

Membre
Réputation :   41  

Vous avez raison, la situation est très complexe et il faut bien démarrer quelque part. Personne n’est égal par rapport à sa situation perso ou son boulot.

Ce que je trouve le plus triste c’est de lire que les parents font le boulot des enseignants. Un enseignant est il à ce point remplaçable et sans aucune valeur ? A écouter les parents, les médias n’importe qui peut enseigner ou donner son avis sur le programme et la pédagogie.  C’est très propre à la France je pense.
Cela arrange bien nos politiques qui occupent l’espace médiatique. Vous voulez faire passer une loi ? facile, on va évoquer les bienfaits de la dictée tous les jours ou de la semaine des 4 ou 5 jours. Et là vous aurez des débats interminables de (pseudo)spécialistes, des interviews de parents, de délégués de pédiatres….. Vous etes tranquille pour faire ce que vous voulez car cela tournera en boucle. Cela occupera les gens et les enseignants qui se prendront la tete à triturer le moindre propos, à l’occasion cela les montera les uns contre les autres.

Personne n’irait dire au boucher, médecin, pilote d’avion, restaurateur, banquier comment faire son métier ni n’aurait le culot de dire qu’il peut faire ce métier sans formation. Par contre pour les enseignants cela ne gène personne. Tout le monde à son mot à dire et se pose en spécialiste. C’est dire à quel point ce métier semble n’exiger aucune compétence ni formation.

Quoique vous en pensiez les enseignants travaillent en télé-enseignement depuis le confinement et se démènent à trouver des supports et mettre en place tout un système qui n’a jamais été pensé ou mis en place par l’Education Nationale. Sans aucune formation tout le monde s’est plongé dedans du jour au lendemain. Moi meme qui travaille sur OneNote avec mes élèves ai du tout créer de A à Z. Toute l’organisation pédagogique à repenser, tout le logiciel à configurer pour qu’il soit le plus simple possible à aborder par les enfants.  Les visio tous les jours, la correction des multiples devoirs malgré la dématérialisation, tous les cours à réécrire adapté… L’enseignement est assuré mais de manière différente.

Mais tout cela est considéré comme un travail inutile ou n’est pas considéré comme un travail du tout. On dirait que les élèves n’ont reçu aucun enseignement depuis des mois.

Dire qu’un élève de primaire va louper sa scolarité car il continuera en distanciel encore 1 mois et demi c’est vraiment de la mauvaise foi. Surtout quand on connait le travail qui est effectué au moins de Juin en général (fete de l’école, révisions, sortie scolaire, lassitude des élèves…) et ne parlons pas des collègues lycées qui sont  quasiment fermés fin mai pour cause de Brevet ou BAC. On veut donner beaucoup d’importance et aggraver la situation pour mieux culpabiliser.

Hors ligne Hors ligne

 

#490 30/04/2020 00h11

Membre
Réputation :   64  

@gandolfi: Le taux de décrochage scolaire durant le confinement est entre 5 et 8 % nationalement.
Décrochage scolaire et confinement

Pour moi, c’est ça le problème et je crains que vous ne le sous-estimiez. Certains parents n’ont pas pu aider (ceux qui ne parlent pas bien français par exemple). Comme vous l’observez, les disparités des conditions de confinement selon les familles sont énormes.

Les autres parents ont pu aider mais ont souffert et ils n’auront pas mieux fait que vous au contraire.  Peut-être comprendront ils mieux les difficultés du métier?

Les profs qui ont voulu faire leur travail au mieux ont du se débrouiller seuls ou avec l’aide des collègues et ont eu des temps de préparation qui ont explosé. Ils se sont autoformés dans l’urgence et s’en sont bien sortis à ce que j’ai pu entendre.

Certains ont moins fait d’efforts. Pour autant, il peut y avoir des excuses, comme être en télétravail avec des enfants de 3 ans et 6 ans, le conjoint étant au boulot….

En revanche, il y a une chose évidente que je n’ai pas entendu dire: si on demande aux profs de faire des cours à l’école en petit groupe (dans des conditions qui promettent d’être compliquées) ils ne pourront pas continuer la charge du travail du distanciel de la même façon qu’aujourd’hui.

Dernière modification par Caratheodory (30/04/2020 00h12)

Hors ligne Hors ligne

 

#491 30/04/2020 04h48

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

Je pense aussi qu’il ne faut pas se fourvoyer…
Même en enseignement classique (en présentiel), le taux de "décrochage" (encore faudrait-il préciser ce que l’on entend par ce terme*) est au minimum de 5/8%.
Un enseignant affirmant intéresser et faire réussir 100% de ses élèves (ou à parvenir à les rendre attentifs à 100%) serait bien prétentieux !
En tout cas, personnellement, je n’arrive pas à ces 100%. Chapeau à ceux qui y parviennent !

* Cette statistique serait, à priori, basée sur la connexion aux plateformes éducatives comme Pronote, l’ENT, etc.
 
A l’identique, quel manager, gérant par exemple un petit groupe de 30 salariés, peut prétendre tirer le maximum de 100% de son équipe, dans toutes circonstances ? 
Respect à ceux qui y parviennent.

Comme je le précisais sur ce post, il est impossible de faire l’unanimité.
Si vos enfants ont des profs d’Histoire-Géo qui décrochent eux-mêmes et "ne font rien", petit coup de pub, vous pouvez utiliser ce site, vous y trouverez des cours en ligne, plus ou moins adaptés à Ma classe à la maison.

--

En revanche, il y a une chose évidente que je n’ai pas entendu dire: si on demande aux profs de faire des cours à l’école en petit groupe (dans des conditions qui promettent d’être compliquées) ils ne pourront pas continuer la charge du travail du distanciel de la même façon qu’aujourd’hui.

E. Philippe la bien dit mais à mots cachés.
Dans son discours de mardi, il dit bien (je le cite) :

Les enfants devront pouvoir suivre une scolarité soit au sein de leur établissement scolaire, dans la limite maximale de 15 élèves par classe, soit chez eux, avec un enseignement à distance qui restera gratuit bien évidemment, soit en étude, si les locaux scolaires le permettent, ou dans des locaux périscolaires mis à disposition par les collectivités territoriales si elles le souhaitent, pour des activités de sport, de santé, de culture ou de civisme.

Il ne semble pas s’être interrogé sur la faisabilité de son scénario (assurer les cours en présentiel dans les établissements et assurer les cours en distanciel, qui sont plus chronophages que les autres).
Si les enseignants n’assurent pas les deux, on risque d’entendre une partie de la population râler sur "ces profs qui ne font rien" (assez classique) qui, en plus, "ont tous eu une prime de 1000 euros" (ce qui est faux).

Je vais encore m’attirer les foudres d’une partie des membres du forum avec cette vision des choses, mais bon, il s’agit de mon impression (qui peut être fausse, je l’admet).
Et si mon impression est fausse, tant mieux pour le corps enseignant ;-)

Dernière modification par maxicool (30/04/2020 05h21)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #492 30/04/2020 09h32

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   122  

gandolfi, le 29/04/2020 a écrit :

Ce que je trouve le plus triste c’est de lire que les parents font le boulot des enseignants. Un enseignant est il à ce point remplaçable et sans aucune valeur ? A écouter les parents, les médias n’importe qui peut enseigner ou donner son avis sur le programme et la pédagogie.  C’est très propre à la France je pense.

Navrez de vous l’apprendre mais c’est le cas. Les parents ont du pallier à l’enseignement. Ré-expliquer ce que les enfants n’ont pas compris lors du cours, faire les devoirs envoyés par les enseignants. Il faut voir que certaines cellules familiales ne peuvent pas apporter cette aide et que les cours en visio sont inadaptés à la majorité des élèves pour enseigner.
Justement, personne ne dit que c’est facile de vous remplacer et d’ailleurs personne ne le souhaite. C’est juste vous qui vous victimisez. Les parents voient bien que l’enseignement en confinement soit mets en lumière leur propre lacune et incapacité à aider correctement leur enfant soit que la visio n’est pas à la hauteur d’un cours en présentiel. 

gandolfi, le 29/04/2020 a écrit :

Personne n’irait dire au boucher, médecin, pilote d’avion, restaurateur, banquier comment faire son métier ni n’aurait le culot de dire qu’il peut faire ce métier sans formation. Par contre pour les enseignants cela ne gène personne. Tout le monde à son mot à dire et se pose en spécialiste. C’est dire à quel point ce métier semble n’exiger aucune compétence ni formation.

Exactement mais chacun d’eux rend des comptes à ces clients. Et les parents sont forcément impliqués car on touche à leur progéniture et à l’avenir de leurs enfants. A cela, je remarque aussi que les premiers à critiquer le système et la pédagogie sont les enseignants eux mêmes. Donc quand on critique autant l’Education Nationale, il ne faut pas s’attendre à ce que vos clients soient eux-mêmes satisfait. Comme je vous l’ai déjà dit, les enseignants se tirent une balle dans le pied eux-mêmes (grève + critique ouverte).

Le reste ne vaut même pas la peine de répondre tellement c’est du blabla. La plupart des PME ont fait aussi des efforts pour équiper, configurer, apprendre à travailler à distance, voire repenser leur business model pour s’adapter. Vous n’avez fait que la même chose, rien d’exceptionnel donc. Cela est considéré comme normal en cette période. Personnellement, je n’en attendais pas moins de l’EN.

Maxicool a écrit :

Je peux vous certifier qu’il y n’aura pas de cantine dans les établissements scolaires (du moins dans les collèges et lycées).
Je prends une petite marge d’erreur, je dirais "certain à 95%". Ca sera sandwich ou plat froid pour tous les élèves, à déguster sur une table de classe avec distanciation.

Les collégiens et les lycéens sont en capacité de manger pendant 1 mois et demi des sandwich ou salade. Si j’avais un collégien, je serai ravi de le préparer chaque jour vu que cela normaliserait la vie à tout le monde. Et ce ne serait qu’une adaptation mineure de mon point de vue.

Hors ligne Hors ligne

 

#493 30/04/2020 10h16

Membre
Réputation :   64  

Tout dépend en effet de la définition du décrochage et de la comparaison à la situation normale. Je crains qu’il ne s’agisse ici de l’absence complète de toute activité scolaire.

Il n’existe pas à ma connaissance de métrique reconnue par le MEN de l’implication scolaire d’un élève (*). Le bulletin de notes en est une approximation mais il mesure aussi les attentes des profs.

N’ayant pas mieux, je vais donner une évidence anecdotique dénuée de toute valeur statistique. J’ai skypé samedi avec une membre de la famille qui est professeure des écoles. Elle a une classe de CE2 avec 27 élèves, classe dont elle est très contente. Il y a 1 élève (3.7% de l’effectif) dont elle n’a pas de nouvelles.

(*) Mon esprit potache m’incite tout naturellement à imaginer une telle métrique un peu comme l’échelle des notations des obligations. Si vous êtes BB- vous êtes certes junk mais un cas moins desesperé qu’être en CC- ou en D. Ce qui serait vraiment amusant  serait de faire un exposé présentant cette idée à un colloque de sciences de l’éducation devant Philippe Meirieu. Il n’y a aucune chance que ça arrive mais ce serait plus amusant encore que de supputer les probabilités de la chute du capitalisme sur un forum de rentiers.
L’autre possibilité est d’utiliser une échelle qui irait de A a AAAAA comme pour les andouillettes.

Hors ligne Hors ligne

 

#494 30/04/2020 10h50

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

Oui, pas évident d’avoir un indicateur fiable du "décrochage" !

J’ai aussi fait mes petites statistiques (sur la participation de mes élèves aux DS Quizz en ligne) :

6ème 1 : 3 évaluations (1 DM + 2 DS)

- DM : 23 retours sur 29 : 79%
- DS1 : 27 retours sur 29 : 93%
- DS2 : 26 retours sur 29 : 90%

6ème 2 : 3 évaluations (1 DM + 2 DS)
3 élèves 100% non-connectés dans la classe (pas de téléphone, pas de PC)

- DM : 18 retours sur 26 : 69 %
- DS1 : 23 retours sur 26 : 88%
- DS2 : 23 retours sur 26 : 88%

6ème 3 : 3 évaluations (1 DM + 2 DS)
1 élève 100% non-connecté dans la classe (pas de téléphone, pas de PC)

- DM : 18 retours sur 27 : 67%
- DS1 : 26 retours sur 27 : 96%
- DS2 : 25 retours sur 27 : 93%

3ème 1 : 4 évaluations (1 DM + 3 DS)

- DM : 28 retours sur 29 : 96%
- DS1 : 28 retours sur 29 : 96%
- DS2 : 26 retours sur 29 : 90%
- DS2 : 27 retours sur 29 : 93%

3ème 2 : 4 évaluations (1 DM + 3 DS)

- DM : 27 retours sur 29 : 93%
- DS1 : 29 retours sur 29 : 100%
- DS2 : 29 retours sur 29 : 100%
- DS2 : 24 retours sur 29 : 83% (DS la veille des vacances)

3ème 3 : 4 évaluations (1 DM + 3 DS)
2 élèves en classe-relais & foyer "non-connecté" dans la classe

- DM : 25 retours sur 28 : 89%
- DS1 : 27 retours sur 28 : 96%
- DS2 : 25 retours sur 28 : 90%
- DS2 : 26 retours sur 28 : 93%

De mon point de vue, c’est logique de perdre quelques élèves sur 30 par classe.


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #495 30/04/2020 11h20

Membre
Réputation :   20  

Bonjour

A la lecture du message précédent, il semble qu’il y ait des disparités importantes selon les établissements.

Je prends l’exemple de ma compagne qui est professeur de lettres modernes au collège.

Elle travaille à 60% dans un collège public "normal".

Sur ses deux classes de quatrième, soit un total de 54 élèves, 14 lui ont rendu leur rédaction (le seul devoir qu’elle a demandé de lui renvoyer) et 3 élèves lui ont spontanément envoyé des exercices (elle avait seulement proposé aux élèves intéressés de les lui envoyer s’ils voulaient de l’aide/une correction individuelle).

Sa Principale l’a appelée juste avant les congés pour lui proposer de dispenser des cours - moyennant rémunération supplémentaire - durant la 2e semaine de vacances pour un groupe d’élèves en difficulté (une dizaine à choisir par ses soins).

Elle a accepté, a sélectionné un premier groupe de dix élèves pour leur demander s’ils étaient intéressés. Elle n’a eu aucun retour. Puis un seul retour (positif) sur le second groupe de dix élèves. Les parents ont été mis en copie de ce second envoi. Le projet de cours de soutien a été abandonné.

Depuis le début du confinement, soit depuis le 16 mars, je pense qu’elle a dû passer une dizaine d’heures à mettre ses cours en ligne (hors correction des 14 rédactions). Rien de plus.

Elle met ses cours en ligne et n’a jamais eu aucun retour, aucune question.

Voilà son expérience du travail à distance.

Elle est en est très contente.

Hors ligne Hors ligne

 

#496 30/04/2020 11h40

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   220  

J’ai 1 enfant au collège, et 1 en primaire.

Le suivi en primaire est réalisé par mail, très efficace. Travail envoyé très régulièrement. Parfait pour le fonctionnement à domicile.

Le suivi au collège, si il existe, passe par la base ENT. Je suis incapable de vous dire ce qu’a fait mon fils en 6 semaines. Les 2 premières semaines, la base était inaccessible aux parents. Au cas ou cela serait faisable, je n’ai aucune formation sur l’utilisation du ENT, je serai donc incapable de suivre si besoin. Mon enfant m’informe que certains professeurs ne donnent pas de nouvelles, d’autres ne corrigent pas les copies envoyées. Le collège m’a appelé pour savoir si mon enfant faisait bien le travail requis. J’ai répondu que je n’en avais aucune idée, et qu’il fallait le contacter pour avoir cette information.

A ce jour, j’ai reçu environ 10 messages de l’ENT de la part du collège en 6 semaine. Vu que les enfants doivent avoir environ 10 professeurs, cela peut donner une idée de la qualité du suivi des cours du collège au domicile.

J’en ai reçu une trentaine d’une seule enseignante de l’école primaire, à titre de comparaison.

Je pense que ce système de communication au collège est pour beaucoup dans vos constats d’échec.

Je précise que mon enfant au collège est en tête de sa classe, et a été formé par nos soins à l’autonomie dans son travail personnel.

édit: remplacement de CNED par ENT, erreur de ma part.

Dernière modification par Trahcoh (30/04/2020 15h40)

Hors ligne Hors ligne

 

#497 30/04/2020 12h30

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   506  

Trahcoh a écrit :

Le suivi en primaire est réalisé par mail, très efficace. Travail envoyé très régulièrement. Parfait pour le fonctionnement à domicile.

Un bémol toutefois: les devoirs des élèves du primaire reposent exclusivement sur le suivi des parents. Sans parents derrière, l’enfant de primaire ne peux ni apprendre ni s’améliorer. Les parents doivent gérer le planning, la dictée des exercices, leur correction, l’assistance en cas de difficulté…
Les mails quotidiens et les appels hebdomadaires de la maitresse ne sauraient pas compenser l’absence des parents, alors qu’au collège la simple bonne volonté de l’enfant doit lui permettre de ne pas couler complètement (je n’ai pas dit réussir…)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#498 30/04/2020 12h56

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

Frontalier 57

Mon collège est aussi un "collège public normal" (sous-entendu, il y a bien pire, il y a bien mieux aussi). Il recrute en partie (pour 15%) sur une quartier "Politique de la ville" (ZUS) mais il y a une grande mixité sociale.
Le collège fait partie d’une grande cité scolaire de +4000 élèves (Collège + LG + LT + LP).

Pour garder contact, pour ma part, c’est :

- explications et lien vers le cours en ligne (diaporama animé) dans le cahier de textes numérique
- l’équivalent par mail (adresse mail des parents et/ou de l’élève)
- un diaporama animé par heure de cours
- des DS sous forme de quizz
- de temps en temps, des exercices ramassés et corrigés
- échange par mail ou via l’onglet communication de l’ENT

C’est fastidieux mais la grande majorité des élèves suivent (statistiques ci-dessus).
Mais ça me donne 2 fois plus de boulot qu’en temps normal.

Dernière modification par maxicool (30/04/2020 12h57)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#499 30/04/2020 13h24

Membre
Réputation :   17  

frontalier57 a écrit :

Bonjour

A la lecture du message précédent, il semble qu’il y ait des disparités importantes selon les établissements.

Je prends l’exemple de ma compagne qui est professeur de lettres modernes au collège.

Elle travaille à 60% dans un collège public "normal".

Sur ses deux classes de quatrième, soit un total de 54 élèves, 14 lui ont rendu leur rédaction (le seul devoir qu’elle a demandé de lui renvoyer) et 3 élèves lui ont spontanément envoyé des exercices (elle avait seulement proposé aux élèves intéressés de les lui envoyer s’ils voulaient de l’aide/une correction individuelle).

Sa Principale l’a appelée juste avant les congés pour lui proposer de dispenser des cours - moyennant rémunération supplémentaire - durant la 2e semaine de vacances pour un groupe d’élèves en difficulté (une dizaine à choisir par ses soins).

Elle a accepté, a sélectionné un premier groupe de dix élèves pour leur demander s’ils étaient intéressés. Elle n’a eu aucun retour. Puis un seul retour (positif) sur le second groupe de dix élèves. Les parents ont été mis en copie de ce second envoi. Le projet de cours de soutien a été abandonné.

Depuis le début du confinement, soit depuis le 16 mars, je pense qu’elle a dû passer une dizaine d’heures à mettre ses cours en ligne (hors correction des 14 rédactions). Rien de plus.

Elle met ses cours en ligne et n’a jamais eu aucun retour, aucune question.

Voilà son expérience du travail à distance.

Elle est en est très contente.

Votre femme devait avoir des fiches toutes prêtes car en ce qui me concerne, il me faut une heure ou presque (chercher le texte, taper les questions, la correction et les commentaires) pour chaque heure de cours. Cela va un peu plus vite en grammaire. Et je ne parle pas du temps de correction.  Heureusement d’ailleurs que tous les élèves ne me renvoient pas leur devoir car cela me prendrait des heures chaque jour. Or, je dois de mon côté, outre la préparation, dispenser des cours à mes propres enfants et gérer l’intendance à la maison (cuisine, ménage).
Si j’étais un peu provocateur, je dirais que si l’on m’avait laissé le choix, rétrospectivement, j’aurais préféré ne rien faire et me retrouver au chômage partiel car la période est très dure. Enseigner à distance me prive du seul plaisir de ce métier: le contact avec les élèves. Il ne me reste que les aspects pesants, mise à part la discipline.

Hors ligne Hors ligne

 

#500 30/04/2020 19h06

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   188  

Je suis très étonné que peu d’enseignants utilisent les plateformes numériques de travail en situation normale. Elles favorisent le travail de groupe, le travail collaboratif et sont favorables à l’amélioration de la  qualité des supports pédagogiques.
Mises en oeuvre il y a plus de 10 ans dans les filières tertiaires du secondaire et BTS, elle permettent à aux enseignants et élèves/étudiants de prendre de saines habitudes d’échanges documentaires et de travaux, leur principal défaut tenant à ce que l’on voit clairement qui ne bosse pas (pas toujours les élèves d’ailleurs… ces outils informatiques sont de vrais mouchards).

Ces outils obligent à une certain travail sur le contenu à des années lumières des piteux envoi d’emails avec exos scannés à l’arrache. L’email n’est pas un bon outil pédagogique.
Le confinement aura certainement permis à beaucoup de s’approprier des outils inconnus ou peu maîtrisés jusque là qui favoriseront la qualité de leur production ; l’habitude des échanges et contributions partagées qui normalement permet de ne pas augmenter la masse de travail (grâce à l’échange de contenus pédagogiques avec les collègues grâce aux banques de leçons, exercices, corrigés etc que l’on peut mettre en place ).
Ils permettent aussi de rester proche de ses élèves/étudiants avec des solutions de corrections collectives et individualisées grâce aux messageries, forum et tchat par exemple.

Pour former les étudiants et collègues, nous avions au tout début le facilement exploitable Agora Project dont je vois qu’il existe encore. Très intuitif avec un bon mode op.
ici : Agora Project

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur