Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+1]    #26 13/06/2019 17h09 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   163 

@Frédéric:

Voici le message d’origine de Valdec pour comprendre l’origine de la discussion:
Rentier : que faire une fois rentier ? (3/3)

Valdec a écrit :

Du coup je réfléchis à réduire dans quelques années mon rythme professionnel. N’ayant pas pour l’instant comme objectif de rester mon domaine d’activité actuel je me posais la question de savoir si certains d’entres vous ou autour de vous avaient pensé à devenir instituteur ou professeur. Pour en avoir quelques-uns dans mon entourage et ayant pendant longtemps voulu faire ce métier je me dis que ce pourrait bien être un moyen efficace pour atteindre mes objectifs.

Qu’en pensez-vous?

Vous comprendrez ainsi mieux ma réponse: oui, la profession est d’un accès aisé en reconversion, mais tout sauf tranquille, contrairement à l’image qui lui est collée.

Merci à Flower pour son excellent message de synthèse sur la profession.

Dernière modification par Trahcoh (13/06/2019 17h11)

Hors ligne

 

#27 13/06/2019 17h16 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   711 

Ah oui, OK, je comprends mieux ! M.erci pour la précision.
Pas certain que ce soit une super idée pour "une vie de rentier tranquille" das ce cas. Mais chacun voit midi à sa porte, comme on dit…


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne

 

#28 13/06/2019 17h51 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   275 

Trahcoh a écrit :

@Aleajactaest et Isild

Pas besoin d’études supérieures pour enseigner dans le primaire.

Qui peut passer le CRPE (concours professeurs des écoles) ?

Bonsoir Trahcoh,

C’est aussi le cas dans le secondaire. Les mères ou pères de trois enfants et les sportifs de haut niveau sont dispensés de diplôme pour passer le CAPES.
Mais les CAPES et le CAPE sont loin d’être faciles et notamment pour le concours de professeur des écoles, les épreuves en maths sont souvent déterminantes car pas évidentes du tout.

Hors ligne

 

[+8]    #29 13/06/2019 17h52 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   204 

LoopHey a écrit :

Franchement, l’avènement de Hugues Capet dans les années 900, on s’en tape non ?

J’isole cette phrase parce qu’elle me semble bien résumer la tonalité de votre post.
Ma réponse : ben non, on ne s’en tape pas, pour plein de raisons. Je les partage avec vous, en vrac :

1. Connaître l’histoire de son pays participe à créer un sentiment d’appartenance (certains parleront de citoyenneté). Quand ce dernier se délite, ça mène à des incivilités et les incivilités à l’insécurité etc.

2. Apprendre l’histoire de son pays et du monde est nécessaire pour comprendre le monde qui nous entoure, y compris sur des sujets ’chauds’ et d’actualité. En plus, ça évite parfois de dire des bêtises.

3. Apprendre par cœur les grandes dates historiques, des poésies, la géographie, des cours de sciences naturelles ou que sais-je encore fait travailler la mémoire, la muscle.

4. L’école (primaire, collège) n’est pas une usine à ingénieurs ou à techniciens. Elle est là pour équiper les enfants de savoirs de base et fondamentaux, qui leur permettront de se développer plus tard, y compris au plan professionnel.

5. Imaginez que vous soyez invité à diner chez votre patron et celui-ci est féru d’histoire. La discussion dérive sur ce sujet. Si vous n’êtes pas capable à minima de la suivre dans les grandes lignes ou d’y participer, la seule chose que vous gagnerez est de passer pour un gland.

D’ailleurs, on peut déplorer que les filières techniques n’aient pas assez d’enseignements généralistes (maths, histoire etc.). Parce que derrière, ça empêche bien souvent ces gamins de revenir dans une filière universitaire par exemple. Mais bon, ça, c’est un autre débat.

Dernière modification par carignan99 (13/06/2019 18h39)

Hors ligne

 

[+1]    #30 13/06/2019 18h11 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   72 

Cette discussion, fort polémique, me semble quelque part vouée à l’échec.

Mais j’apporte ma pierre à l’édifice avec une ambiance musicale que probablement beaucoup d’entre vous connaissent déjà : Les Fatals Picards   La Sécurité de l’emploi avec paroles - YouTube
mais comme souvent, les paroles sont assez justes.

Si je puis me permettre de relancer LoopHey, si vous êtes si mécontent des profs, je suppose que lorsque vous aurez des enfants, vous ne profiterez pas de la gratuité de l’enseignement public et du financement du privé sous contrat mais au contraire ferez vous même l’instruction à la maison ou via un professeur particulier pour votre descendance ?

Hors ligne

 

#31 13/06/2019 18h51 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   74 

"Le plus beau métier du monde" … un film hommage que j’apprécie toujours autant à cette profession souvent caricaturée !

j’ai eu la chance d’avoir des enseignants marquants à peu près tout le long de ma scolarité.

le premiers fut mon père, instit de campagne en classe unique, dont j’étais l’élève h 24 tous les jours de l’année, ce dont je me serai parfois bien passé… mais de très bons souvenirs au final : il est en retraite depuis 35 ans ( ce que je nous souhaite tous !) et ne passe pas une semaine sans évoquer lors de rencontres fortuites de bons moments avec ses anciens élèves qui visiblement ont gardé un plutôt bon souvenir eux aussi.

au collège, j’ai eu un prof d’anglais qui nous parlait autant de ses voyages perso aux USA en français que de ses cours (dans mon souvenir du moins..) il m’a contaminé et j’ai plaisir à échanger avec lui, de mes voyages cette fois : la première fois que j’ai vu une photo de séquoia geant en Californie avec une cadillac  passant au milieu, c’était pendant son cours… magique et niveau motivation, on a pas fait mieux !

au lycée, un prof passion en Term qui arbitrait en ligue2 les week-ends : j’aurai aimé lui montrer ce que je suis devenu, mais il est décédé d’un cancer encore en activité bien avant mon éclosion pro. notre ancien CPE me disait récemment que 3 jours avant son décès en mai, il était là entre 2 chimios car il "avait encore des trucs à transmettre aux gamins avant les exams..", sans doute le type le plus passionnant que j’ai eu, parti trop tôt.

le dernier de mes anciens profs encore en activité à ma connaissance prend sa retraite en juin : nous gardons le contact via réseaux sociaux. il me disait lors des voeux en janvier sa hâte de tirer sa révérence pro, l’évolution des mentalités actuelles (élèves,parents, culte du tout dû..) l’exaspérant.
Loin d’être un aigri, sic, il m’expliquait avoir montré à ses élèves ma publication FB où j’exultai comme un gamin lors de l’achat de ma première 911 : cette petite réussite est aussi un peu la sienne, je ne suis pas certain d’ailleurs que ses élèves aient retenu le message travail et assiduité qu’il voulait leur donner sur ce qu’il m’en a dit.

cette petite brochette pourrait être encore bien plus conséquente, tant je pense qu’il reste heureusement des profs passionnés … et passionnants !

En ligne

 

#32 13/06/2019 20h29 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   17 

Il n’est pas certain que la discussion soit vouée à l’échec.

Le témoignage des deux professeures des écoles devrait être soigneusement lu.

Le sentiment qui s’y exprime permet de comprendre les difficultés de recrutement qu’on observe de plus en plus.

Et d’une certaine façon le discours anti-profs qui s’est exprimé corrobore aussi leur témoignage sur la relation avec certains parents d’élèves.   

Il y a plusieurs façons d’élever le débat à ce stade.

Hors ligne

 

[+1]    #33 13/06/2019 20h45 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   97 

Trahcoh a écrit :

@Aleajactaest et Isild

Pas besoin d’études supérieures pour enseigner dans le primaire.

Qui peut passer le CRPE (concours professeurs des écoles) ?

C’est la même chose pour la plupart des concours de la fonction publique.

Après, "avoir la possibilité de s’inscrire" et "être admis au concours" sont quand même deux choses différentes.

Hors ligne

 

#34 13/06/2019 20h55 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   163 

lemouz a écrit :

… si vous êtes si mécontent des profs, je suppose que lorsque vous aurez des enfants, vous ne profiterez pas de la gratuité de l’enseignement public …

Je suis très surpris de lire ce genre de chose sur ce site. L’école publique gratuite ?

A+
Zeb

Hors ligne

 

[+2]    #35 13/06/2019 21h02 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   

Bonsoir à tous,

Cela fait plaisir de voir que j’ai quelques collègues parmi les investisseurs heureux.
Pour ma part, j’enseigne la physique-chimie et je corrobore tout ce qui a pu être dit par les "insiders" de l’éducnat.
Devenir enseignant est une sorte de parcours du combattant, il faut avoir le concours, mais le pire vient après: l’ESPE (ou l’IUFM pour les anciens).
En effet, la titularisation est loin d’être automatique et elle me paraît plus difficile à obtenir que dans bien d’autres corps de fonctionnaires.

Hors ligne

 

#36 13/06/2019 21h59 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   

lemouz a écrit :

Si je puis me permettre de relancer LoopHey, si vous êtes si mécontent des profs, je suppose que lorsque vous aurez des enfants, vous ne profiterez pas de la gratuité de l’enseignement public et du financement du privé sous contrat mais au contraire ferez vous même l’instruction à la maison ou via un professeur particulier pour votre descendance ?

C’est oublier un peu vite que c’est nous qui payons pour cette vaste blague !

Hors ligne

 

[+1]    #37 13/06/2019 22h22 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   

Double6 a écrit :

C’est oublier un peu vite que c’est nous qui payons pour cette vaste blague !

Le mot blague est effectivement le mot qui convient, les diplômes délivrés dans le secondaire n’ont aucune valeur, ce ne sont que des certificats de présence qui ne certifient plus le moindre niveau.
Les enseignants sont les premiers à s’en plaindre mais ce ne sont ni les enseignants, ni leurs syndicats qui décident contrairement à ce que pense l’anti-prof de base.
C’est toute la technostructure qui est devenue folle et qui a détruit l’enseignement dans ce pays.
Aujourd’hui, la principale préoccupation de la technostructure est de cacher ce qu’ils ont fait, alors on propose des sujets indigents aux examens nationaux, mais cela s’avère insuffisant face à la grande faiblesse des candidats, il faut en plus noter large, très large sous le joug des IPR(inspecteur pédagogique régionaux) et des commissions d’harmonisation.
Des lois liberticides ont aussi été votées pour faire taire les enseignants dans le package bien mal dénommé "l’école de la confiance" (l’école de l’esbroufe, plutôt! C’est très Orwellien,l’école de la confiance).

Hors ligne

 

[+2]    #38 13/06/2019 22h40 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   208 

LoopHey a écrit :

C’est justement ça le problème. Maintenant on fait du général partout et les élèves, à la sortie de l’école ne savent rien faire. C’est édifiant, les jeunes sont paumés, paumés d’apprendre des choses totalement inutiles. Et puis les profs, ne connaissent même pas comment une entreprise tourne. Comment voulez vous les aider dans leur choix ? C’est tout le système qui est mauvais.…..

Aujourd’hui, je suis ici, à vouloir devenir rentier, hors système, ne regarde plus la TV, ne crois parfois plus les médecins qui disent qu’il faut opérer alors qu’en réalité non (réalité c’est du vécu). Alors, s’il vous plait, ne me la faites pas, il faut taper dans la fourmilière une bonne fois.

LoopHey, que des jeunes soient paumés, ne sachent pas faire grand choses malgré des études supérieures est une chose mais pourquoi diable voulez vous que tout tourne autour de l’entreprise ?
Sur ce forum c’est certes logique mais vous verrez en vieillissant l’importance de la culture.

Personnellement je suis maintenant rentier (ce que vous voulez devenir) et croyez moi, le luxe actuel que je perçois dans ma situation est de prendre du temps pour de l’inutile. J’y prend gout….

En tout cas je côtoie quelques gamins comme vous dites, que l’on peut qualifier de paumés, que certains peuvent qualifier d’idéalistes,… mais certains intellectuellement me bluffent,  culturellement me bluffent, ont développés une curiosité qui me bluffe, ont un regard sur notre société qui me bluffe, ont un regard sur l’autre qui me bluffe….

Parfois je préfère des peaumés, et en tout état de cause, les jeunes paumés cultivés je les respecte ….

Crown

Dernière modification par Crown (13/06/2019 22h41)

Hors ligne

 

#39 13/06/2019 22h48 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   17 

Vous payez en tant que contribuable pour que fonctionne une institution d’instruction publique.

Qu’elle ne fonctionne pas optimalement est une litote.  Mais si vous voulez qu’elle fonctionne mieux il ne va pas falloir se contenter de dire que c’est une vaste blague. Il va falloir travailler en tant que citoyen à la redéfinir et pour cela il faut l’étudier aussi sérieusement que l’IH conseille d’étudier une société dont on souhaite acheter des actions.

Faites vos devoirs, la aussi!

Hors ligne

 

#40 14/06/2019 08h15 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   17 

zeb a écrit :

lemouz a écrit :

… si vous êtes si mécontent des profs, je suppose que lorsque vous aurez des enfants, vous ne profiterez pas de la gratuité de l’enseignement public …

Je suis très surpris de lire ce genre de chose sur ce site. L’école publique gratuite ?

A+
Zeb

J’aime beaucoup votre retour pourtant passé inaperçu. Bref.

J’ai l’impression que ce forum passe son temps à décrire les minorités de bon profs, je parle des 80% restant. Quoi qu’il en soit, l’expérience que j’ai pu vivre, est une honte. Et ça vous ne me l’enlèverai pas.

Les jeunes paumés m’attriste, vous ils vous amusent. J’ai deux amis d’enfance, perdus entre la vie d’adulte et d’ado. Ils errent la semaine, boivent le weekend pour essayer d’oublier leurs problèmes. Ils ne savent littéralement pas quoi faire. Donc non, désolé, moi ça ne m’amuse pas.

Je vois que quand nous pensons différent, les montagnes se dressent. Big Up Bernard 2K, frustration quand elle nous tiens.

Dernière modification par LoopHey (14/06/2019 08h28)

Hors ligne

 

#41 14/06/2019 09h00 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   20 

Je pense qu’il faut un peu de mesure, on peut vraiment dire qu’il y a quelques excellents profs, quelques profs qui sont des tocards et la grosse majorité qui fait son travail. Le problème c’est qu’on retient surtout les tocards ! Et pour les autres, ils font le métier comme ils peuvent ou comme ils ont l’impression de le faire mais ça n’est pas lié à la profession c’est lié à la personne. C’est compliqué de prendre du recul sur nous, pourtant c’est aussi l’intérêt de la philosophie.

Je partage l’avis sur les livres des années 1700, je milite pour lire entrevue (ça existe encore ?) voir de regarder des films … enfin de la téléréalité.

L’éducation nationale est à réformer mais les profs aussi ! Une majorité de prof estime faire son travail mais c’est une remarque très personnelle, l’image est à réformer aussi. Les profs bossent plus de 18h par semaine, c’est un fait mais pourquoi ne pas demander de la présence aux profs dans les établissements.
Si un prof veut organiser une sortie, c’est la croix et la bannière (autorisation, financement) tout le monde le sait… combien tente d’en organiser ?

Mon père est prof, donc à défaut de connaître parfaitement le milieu, j’ai une certaine connaissance, j’ai fait pion aussi (ou assistante sociale ou prof ou conseiller d’orientation ou psy big_smile )

Hors ligne

 

#42 14/06/2019 09h31 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   72 

LoopHey a écrit :

zeb a écrit :

lemouz a écrit :

… si vous êtes si mécontent des profs, je suppose que lorsque vous aurez des enfants, vous ne profiterez pas de la gratuité de l’enseignement public …

Je suis très surpris de lire ce genre de chose sur ce site. L’école publique gratuite ?

A+
Zeb

J’aime beaucoup votre retour pourtant passé inaperçu. Bref.

Ne passant pas ma vie sur le forum, je ne peux répondre dans l’immédiat.

Oui, je considère que l’école publique est gratuite. Quand vous actez l’entrée de votre progéniture dans un établissement public, il ne vous faut pas sortir d’argent. Alors oui, bien évidemment, nous payons via les impôts.Gratuit ne signifie pas "ayant un coût nul". Si vous décidez de faire l’instruction à domicile, pensez-vous pouvoir récupérer votre quote-part des impôts affectés à l’Education Nationale (que je proposais récemment de renommer en Enseignement National) ?
C’est en ce sens que j’ai utilisé le mot gratuit.

Tous les profs ne sont pas bons, loin de là. Une des maitresses de mon enfant a tendance à politiser certaines remarques (incitation à la grève des parents/élèves -tellement plus pratique pour ne pas faire grève soi-même-, "le foot féminin est mieux que le foot masculin" - ah bon ? sur quels critères _…) auprès d’enfants n’ayant pas les moyens d’assimiler/critiquer/édulcorer/comprendre ce genre de propos. Auprès de pré-ados de 10-13 ans, ca se discuterait mais à è ans….c’est de la propagande).
D’un naturel très réac sur l’autorité de l’enseignant, je suis le 1er à fustiger les parents tout-puissants qui font autant de mal à l’Education Nationale que les profs "mauvais".

Hors ligne

 

#43 14/06/2019 09h43 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   11 

petit HS :

Il y a une chose dont je me souviens et qui me dérange rétrospectivement : vous souvenez vous du référendum concernant le traité de maastricht ? Il s’était accompagné d’une campagne pro-oui et pro-CEE dans les écoles primaires à l’époque (j’étais en CM2). On avait eu tout un cycle en géographie sur les 12 pays d’europe, et le pourquoi il fallait voter oui. Ca coche pour moi toutes les cases de la propagande.

Hors ligne

 

[+2]    #44 14/06/2019 10h02 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   49 

Pour les personnes qui estiment que les enseignants n’ont (quasiment) que des avantages, je vous invite fortement à vous inscrire sans plus tarder au concours. Pour rappel, sous réserve d’avoir le niveau d’étude requis (master 2 dans le second degré), vous pouvez passer le concours pour devenir enseignant et ainsi profiter de ces avantages. A vous les vacances scolaires et le "mi-temps" payé à temps plein. Vous vous rendrez alors compte que la réalité est légèrement différente. Il est également possible de devenir vacataire, sans avoir à passer le concours, et de débuter ainsi dès le mois de septembre si vous le souhaitez.
Force est de constater que ce n’est en tout cas pas la tendance, puisqu’il y a chaque année moins de candidats aux concours, et que de nombreux postes ne sont pas pourvus (plus de postes que de candidats en mathématiques par exemple depuis quelques années…).
Une partie des gens, car il est important de ne pas généraliser, sont donc envieux de ce métier et ces avantages, mais personnes ne veut le faire. Pour rappel, une enquête menée en 2012 révèle que le temps de travail des enseignants est de 40h/ semaine environ (41h pour les agrégés, 39h30 pour les certifiés), et que 20 jours de vacances sont consacrés en moyenne au travail (source : Temps de travail des enseignants : pour en finir avec les fantasmes)

Si vous estimez, et c’est votre droit, que le système éducatif est mauvais, il est tout à fait possible de s’investir en tant que parent d’élève dans les CA, les conseils d’école, ou même en tant que représentant des parents d’élèves dans les instances nationales pour faire évoluer les choses. Ou vous engager en politique pour faire valoir vos idées pour l’Ecole. Ou d’inscrire vos enfants dans le privé.

Evidemment qu’il y a des enseignants qui sont des tocards. Tout comme il y a de mauvais médecins, de mauvais ingénieurs, de mauvais CGP, de mauvais commerçants, etc. Il y a aussi beaucoup de gens biens parmi les enseignants qui ne sont pas membres de ce forum (sic!). Des gens qui s’investissent énormément dans leur boulot, qui refusent de faire grève lundi (épreuves du bac) pour ne pas pénaliser leurs élèves. Car la réussite des élèves est une priorité pour l’immense majorité des enseignants, au détriment parfois de leur propre intérêt (appel à la grève lié à des réformes importantes en cours).

Pour en revenir à la question initiale concernant la reconversion dans les métiers de l’enseignement, évidemment qu’il faut le faire si cela vous intéresse, si vous pensez avoir cette vocation. Mais ne surtout pas lancer dans ce projet pour viser le "confort" du métier, car vous risquez de vite déchanter. Le taux de démission dans le cadre de reconversion, en particulier pour les professeurs des écoles, est assez impressionnant.
Le nombre de gens biens, et qui s’y sentent bien, est aussi impressionnant au demeurant.

Hors ligne

 

[+1 / -4]    #45 14/06/2019 10h27 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   17 

Mais ça paye pas. Voila pourquoi personne n’y va.

N’êtes vous jamais posé la question, pourquoi le corp médicale Suisse est si excellent ? Car ça paye.
Pourquoi les Universités Américaines sont si réputés ? car les enseignants sont bien payés.

Pour avoir des élites, il faut les payer. Encore faut-il les aimer nos élites…

On lève ici, encore un problème fondamental Français. Le travail ne paye pas. Liberté, égalité, fraternité.

Dernière modification par LoopHey (14/06/2019 10h32)

Hors ligne

 

#46 14/06/2019 10h54 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   49 

Evidemment que la paie n’attire pas. Ce n’est pas nouveau, et cela tend à s’aggraver depuis le gel du point d’indice dans la fonction publique (c’est le cas de tous les fonctionnaires) depuis une décennie. Evidemment qu’il faudrait rehausser les salaires et ainsi attirer des candidats de qualité. Evidemment que la plupart des "talents" vont privilégier d’autre filières plus rémunératrices, et cela est compréhensible. Mais il existe aussi des personnes qui, en leur âme et conscience, font le choix d’exercer ce métier car ils ont cette vocation de faire réussir les autres. De faire réussir vos enfants, nos enfants. Et qui méritent le respect.

Même si le modèle suisse (et luxembourgeois) est évidemment une exception, y compris chez les enseignants, je ne pense pas que cela soit uniquement lié à la peur des élites. Il est plutôt ici question de contraintes budgétaires. Vous avez 1 300 000 personnels dans l’Education Nationale. Je vous laisse faire le calcul, en y incluant les charges employeurs, d’une augmentation de 20% des enseignants par exemple. Le contribuable que nous sommes en verrait les conséquences assez rapidement. Evidemment que l’on pourrait réduire le nombre de personnels, pour mieux les payer. Il doit y avoir de nombreuses sources d’économies possible. Mais cela aurait des conséquences importantes dans les territoires. Accepteriez-vous par exemple de véhiculer chaque matin votre enfant sur 15km ou plus pour l’emmener dans une école maternelle ?

Enfin, pour l’anecdote, les enseignants au Luxembourg, qui sont formés pour la grande majorité dans les Universités françaises profitant ainsi de la gratuité des études, gagnent trois plus que les enseignants français. Ils sont donc ensuite très bon (source OCDE), après une formation française, et une paie luxembourgeoise.

Dernière modification par dalki (14/06/2019 11h05)

Hors ligne

 

#47 14/06/2019 11h04 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   17 

Merci à Dalki et aux autres intervenants qui donnent/ont donné leur avis sur mon message initial.

Comme je l’indiquais je me pose la question d’une reconversion dans l’enseignement depuis plusieurs années et ce ne sera de toute façon pas avant plusieurs années également.

La raison première de ce choix, bien que cela n’ait absolument rien de définitif ni d’acté à l’heure actuelle, est basée sur l’intérêt que je porte à la profession depuis tout petit, et cela en partie grâce à quelques très bons instituteurs et professeurs que j’ai pu croiser pendant ma scolarité. Lorsque j’étais en prépa je me suis inscrit aux concours de l’ENS et ai été admis. J’ai choisi une voie différente mais déjà à l’époque c’était une orientation que j’envisageais.

Je n’envisage pas ce domaine d’activité par fainéantise, mais le rythme de travail y serait quoiqu’il en soit plus faible que ce que je vis actuellement. Parmi mes amis et connaissances qui sont enseignants, la majorité admet bien volontiers que leur rythme de travail est plus tranquille que ce qui peut se voir dans bon nombre d’autres domaines, hormis peut-être en dehors de certaines boîtes comme EDF, SNCF ou d’autres.

Les chiffres de l’enquête mentionnée sont très éloignés de ce que je peux entendre autour de moi de la part des enseignants même. Mais même en supposant que les chiffres de cette enquête soient corrects, 40h par semaine est loin d’être insurmontable, d’autant plus qu’une partie de ces heures (préparation des cours, correction des copies) peut être faite à des moments choisis par l’enseignant. Et pour ce qui est des vingt jours de vacances à priori consacrés au travail, ça en laisse encore beaucoup plus que mes cinq semaines annuelles smile

Si je ne franchis pas encore le pas c’est parce que je dois garder mon emploi actuel encore quelques années pour pouvoir préparer sereinement mon avenir espéré de rentier. L’enseignement serait ensuite envisagé dans le but de maintenir une activité, plaisante je l’espère, quitte à abandonner tranquillement et sans crainte s’il s’avérait que je n’y trouvais pas mon compte.

Hors ligne

 

#48 14/06/2019 11h07 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   20 

LoopHey a écrit :

Mais ça paye pas. Voila pourquoi personne n’y va.

N’êtes vous jamais posé la question, pourquoi le corp médicale Suisse est si excellent ? Car ça paye.
Pourquoi les Universités Américaines sont si réputés ? car les enseignants sont bien payés.

Pour avoir des élites, il faut les payer. Encore faut-il les aimer nos élites…

On lève ici, encore un problème fondamental Français. Le travail ne paye pas. Liberté, égalité, fraternité.

Mouais, les enseignants américains sont bien payés car la scolarité coûte un bras wink et non l’inverse.
Pour les salaires, si c’était le cas, nos chercheurs seraient mauvais car très mal payés et pourtant ils restent (dans la majorité, et ceux qui partent le font par manque de moyen et pas à cause du salaire)

Hors ligne

 

#49 14/06/2019 11h18 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   268 

Valdec a écrit :

Lorsque j’étais en prépa je me suis inscrit aux concours de l’ENS et ai été admis.

N’êtes-vous pas alors fonctionnaire (ou en disponibilité)?
Si c’est le cas, c’est plus simple pour vous de devenir enseignant sans nécessairement passer par la case concours.

Hors ligne

 

#50 14/06/2019 11h21 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   434 

dalki a écrit :

Il est plutôt ici question de contraintes budgétaires. Vous avez 1 300 000 personnels dans l’Education Nationale. Je vous laisse faire le calcul, en y incluant les charges employeurs, d’une augmentation de 20% des enseignants par exemple. Le contribuable que nous sommes en verrait les conséquences assez rapidement. Evidemment que l’on pourrait réduire le nombre de personnels, pour mieux les payer. Il doit y avoir de nombreuses sources d’économies possible.

Il semblerait qu’un des problèmes majeurs de l’éducation (et de secteur de la santé) est une trop grande administration, au détriment du nombre d’enseignant.
Une solution envisagée par certains serait de sabrer l’administratif au profit des enseignants.

Hélas, même cette solution génère une levée de bouclier de la part des enseignants eux-mêmes. Exemple: la suppression de certains postes de direction en école primaire pour confier la charge aux équipes de direction des collèges proches. Mon frère, instituteur, est archi-contre cette proposition pour de nombreuses raisons valables de son point vue… mais qui ne font que bloquer toute évolution

En parallèle, il se plaint aussi de la baisse régulière de son salaire: oui, baisse car a priori malgré le gel du point, son salaire net a baissé plusieurs années de suite (CSG et quelques autres évolutions que je n’ai pas suivies).
Métier difficile et de moins en moins pourvu.

J’avais entendu il y a longtemps que l’éducation suivait des cycles passant du public au privé régulièrement: le privé comme solution pour les cancres, puis pour les élites, puis pour tout le monde… puis pour les cancres, etc…
Nous sommes peut-être simplement en train de changer de cycle. Espérons que les enseignants du privés puissent prendre le relai si le public ne tient plus le coup.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech