Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#426 26/03/2020 13h37

Membre
Réputation :   17  

Je ne résiste pas après avoir lu la liste des messages reçus par Maxicool à donner mon plus savoureux. Contexte: il s’agissait d’étudier une fable de La Fontaine en répondant à quelques questions. J’envoie les questions et la référence du texte dans le manuel. Et là une élève qui n’a pas le livre me demande de lui renvoyer sous forme PDF -elle n’a pas Word. Je lui réponds qu’avec Google, en tapotant le titre, elle la trouvera en quelques secondes.

Dernière modification par Canis (26/03/2020 13h53)

Hors ligne Hors ligne

 

#427 26/03/2020 14h28

Membre
Réputation :   5  

Caratheodory a écrit :

C’est à mon sens beaucoup plus dur pour les enseignants du primaire de passer au télétravail que dans le superieur. Et pareil au college.

Le degré d’autonomie qu’on peut supposer des apprenants n’est pas le même. Il est clair que l’enseignant de primaire doit s’appuyer sur les parents dans cette situation et ça complique forcément sa tache.

Notamment s’il opère en milieu défavorisé, avec de mauvais accès internet et logements trop peuplés. Ou quand les valeurs de l’institution ne  sont pas intégrées.

Ou tout simplement quand les parents sont en télétravail, nous réussissons à gérer 1h de cours/enfant (nous en avons 2, CP et CM2) environ, mais ce n’est clairement pas assez pour venir à bout de tout ce que la maitresse envoie.

Après, franchement, je relativise, je me dis que le principal est de continuer à maintenir un semblant de routine scolaire, je suis franchement plus inquiet des jours/semaines qui arrivent où l’on va réellement rentrer dans le dur de l’épidémie et ou nombre d’entre nous devront affronter la perte de parents ou personnes proches que de la fin d’année scolaire.

Dernière modification par Mali49 (26/03/2020 14h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#428 26/03/2020 14h36

Membre
Réputation :   36  

@olivier62
Combien gagne un restaurateur ?

Un restaurateur gagne entre 1 257 € bruts et 6 745 € bruts par mois en France, soit un salaire moyen de 3 170 € bruts par mois.

Source : FCGA, 2016

(Et un salaire moyen de 1 861€ pour un artisan.)

51% des restaurateurs ont plus de 50 ans et 85% plus de 40 ans. 
Il s’agit d’un salaire moyen mais ça donne une idée.

Pour des indépendants qui ont pris des risques financiers et qui dans la restauration travaillent soir et we qui ne doivent pas partir à la retraite à 62ans ça ne me parait pas délirant.
Et aujourd’hui, je préférerai être dans votre situation salariale que dans celle d’un restaurateur.

Mais bon je m’arrête là car si vos arguments sur le mal être des professeurs c’est qu’il faut qu’il gagne plus de "fric" parce que celui qui vends un hamburger à 15 euros en centre ville s’en met plein les poches … nous sommes au niveau maternelle du débat d’idée.

Je vous souhaite de trouver rapidement un métier qui conviendra mieux à vos aspirations, car vous ne changerez pas l’EN, ni certainement le niveau de rémunération moyen de la profession par rapport au reste du monde salarié, ni même le regard de la société sur votre métier.

Bon courage à vous.

Hors ligne Hors ligne

 

#429 26/03/2020 15h29

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

> Mali49

Nous sommes un couple d’enseignants en télétravail.
Nous avons 2 filles (8 et 11 ans) qui ont besoin d’aide, même si elles essayent d’être autonomes.

Notre rythme, c’est à peu près :

07h00 - 09h00 : télétravail comme enseignant (sans nos enfants)
09h30 - 12h00 : télétravail (avec nos enfants)
13h00 - 14h30 : télétravail comme enseignant (sans nos enfants)
14h30 - 16h30 : temps accordé à nos enfants à 100%
17h30 - 19h00 : télétravail comme enseignant (sans nos enfants)
Après 20h00 : télétravail comme enseignant (sans nos enfants) autant que nécessaire

Les journées sont bien remplies.
En, ce moment, sans exagérer, je travaille plus qu’en temps normal.

C’est vrai que ce n’est pas évident de cumuler son propre emploi et l’aide aux enfants ! Mais il faut tenir bon…

Le plus important est :
- qu’ils gardent un rythme plus ou moins régulier (peu importe le temps passé)
- d’éviter des dérives : se réveiller à 11h00, veiller jusque 22h00, sauter 1 ou 2 jours complet de travail
- prendre de mauvaises habitudes : reporter à plus tard, "j’ai le temps", "ça ne sera pas vérifié", etc

Bon courage.

Dernière modification par maxicool (26/03/2020 15h37)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #430 26/03/2020 15h56

Membre
Réputation :   6  

olivier62 a écrit :

Le restaurateur est là pour faire du chiffre, du business, du fric. Le prof, le soignant non, c’est peut etre là toute la différence que vous ne percevez pas.

J’ai assez souffert, dans l’administration également, de remarques de ce type pour ne pas vous répondre : je ne connais pas un professeur qui fasse son métier sans payé (de la même façon que je ne connaissais pas un militaire bénévole, ni ne connais de restaurateur qui nourrisse gratuitement), idem pour les soignants. NB: cela n’exclut pas que certains fassent une part de bénévolat.

D’ailleurs rares sont les professeurs/militaires/restaurateurs/soignants/etc. qui ne se plaignent pas de leurs salaires/soldes/recettes après taxes/honoraires ou salaires et indemnités/etc. trop bas par rapport aux pénibilités/risques/horaires/charge de travail/etc. de leur métier, plus ou moins publiquement.

Tout métier est noble, chacun fait son métier pour en vivre et pour rendre service aux autres. Chacun met le curseur où il veut entre conscience professionnelle et argent reçu, en fonction des contraintes du métier. Dans tous les métiers, certains ne chercheront que le profit au détriment des parties prenantes quand d’autres auront une conscience professionnelle très aiguë.

Cela dit, certaines professions sont clairement moins reconnues que d’autres par la société et les professeurs sont probablement dans le bas du tableau. Mais opposer les professeurs aux restaurateurs n’a pas de sens, je pense que rares sont les restaurateur qui se lanceraient dans la restauration sans une certaine passion pour le métier et désir de prendre soin de ses clients, de même pour les professeurs avec la passion d’enseigner et de voir cette lueur de compréhension apparaître chez ses élèves.

Hors ligne Hors ligne

 

#431 26/03/2020 16h16

Membre
Réputation :   5  

maxicool a écrit :

> Mali49

Nous sommes un couple d’enseignants en télétravail.
Nous avons 2 filles (8 et 11 ans) qui ont besoin d’aide, même si elles essayent d’être autonomes.

Notre rythme, c’est à peu près :

07h00 - 09h00 : télétravail comme enseignant (sans nos enfants)
09h30 - 12h00 : télétravail (avec nos enfants)
13h00 - 14h30 : télétravail comme enseignant (sans nos enfants)
14h30 - 16h30 : temps accordé à nos enfants à 100%
17h30 - 19h00 : télétravail comme enseignant (sans nos enfants)
Après 20h00 : télétravail comme enseignant (sans nos enfants) autant que nécessaire

Les journées sont bien remplies.
En, ce moment, sans exagérer, je travaille plus qu’en temps normal.

C’est vrai que ce n’est pas évident de cumuler son propre emploi et l’aide aux enfants ! Mais il faut tenir bon…

Le plus important est :
- qu’ils gardent un rythme plus ou moins régulier (peu importe le temps passé)
- d’éviter des dérives : se réveiller à 11h00, veiller jusque 22h00, sauter 1 ou 2 jours complet de travail
- prendre de mauvaises habitudes : reporter à plus tard, "j’ai le temps", "ça ne sera pas vérifié", etc

Bon courage.

Merci,

Je dérive peut-être un peu du sujet initial de la file, mais pour ma part, depuis une semaine et demi les journées ressemblent à çà :

07h30 - 13h00 : télétravail
13h00 - 13h45 : repas
13h45 - 19h00 : télétravail

Travaillant au service Informatique d’une entreprise agro-alimentaire nous avons subi du jour en lendemain une annulation massive des commandes de la restauration (Type Eurest, Sodexho, Courtepaille et compagnie…) avec des retours de marchandises en pagaille pour causes de plateformes logistiques fermées ou autres… et en parallèle une augmentation massive des commandes de la grande distribution. Et oui, toutes les personnes qui ne peuvent plus manger à l’extérieur doivent manger chez eux..

Vous imaginez bien que les produits destinés à la restauration ne sont pas les même que ceux destinés à la grande distribution, et aussi ce sont des produits périssables.

Ajoutez à cela que le mot d’ordre de la direction est qu’il faut "quoiqu’il en coûte" que l’approvisionnement des magasins soit effectué et qu’il n’y ait surtout pas de rupture alimentaire, lettre du ministère comptant sur notre professionnalisme à l’appui …

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/14237_lettre1.jpg

8<--------------------------- snip

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/14237_lettre2.jpg

… il n’y pas vraiment d’autre choix que de faire face au mieux et prendre les problèmes les uns après les autres. Vu la pagaille dans les supermarchés, je n’imagine même pas la situation si l’approvisionnement en nourriture venait à défaillir.

Je me force de temps à autre à prendre 1h pour les enfants, mais j’avoue que j’ai plus envie de faire une partie de Uno avec elles que des devoirs.

Ma compagne est un peu plus disponible mais comment dire .. moins psychologue, ce qui fait qu’après quelques temps, j’entends que ça monte en pression, et cela ne me semble pas être idéal pour les apprentissages.

On est d’accord sur le fait qu’il est important d’essayer de garder un rythme, le notre est à peu près d’ 1h de "scolarité" par jour du lundi au samedi. Et nous essayons de prioriser les points ou nous sentons le plus de difficultés chez nos enfants (ce qui ne facilite pas la tâche avouons le !)

Bref, tout ça pour dire que chacun porte sa croix et que ce moment est compliqué pour tout le monde (à part pour mon voisin qui enchaine tondeuse, taille bordures et autres engins sonores depuis plusieurs jours :-)
Mais si chacun y met peu du sien, on devrait y arriver !

Bon courage à tous

Hors ligne Hors ligne

 

#432 26/03/2020 22h57

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   133  

Faith a écrit :

olivier62 a écrit :

Le prof, le soignant non, c’est peut etre là toute la différence que vous ne percevez pas.

C’est tout le paradoxe: en ce moment, beaucoup d’organisations de profs/soignants revendiquent que leur métier n’est plus sensé être un sacerdoce.
Moi je suis plutôt de votre avis sur ce point, mais il semble qu’il n’y ait plus beaucoup de nouveaux volontaires pour le voir de cette façon.

En tant qu’infirmier du secteur public on m’a proposé 1600 euros net avec deux dimanche travaillés  après 21 ans d’expérience, sachant que j’ ai eu un poste en 2002 qui était payé bien plus. Cette évolution salariale rapportée au coût de la vie (sans parler de l’inflation de charge de travail "complexe", c’est à dire souvent de l’administratif destiné surtout à apaiser n+1 que le patient) est complètement défavorable et déséquilibrée.
Quand on voit depuis des années se déverser des flots d’argent pour financer de plus en plus de cadres etc… coûteux et dont l’utilité est parfois, dira-t-on euphémiquement, difficile à identifier, ça donne juste l’impression qu’on est considèrés pour quantité négligeable voire qu’on se fout de nos g…..!(cf mon post plus haut pour le descriptif de mes conditions de travail exaltantes).
Donc ce n’est pas qu’on ne veut pas être altruistes, ni qu’on n’a plus de vocation, c’est juste qu’on voudrait la même chose que tout le monde : vivre décemment et sentir que notre travail est reconnu et considéré. Et le salaire est un symptôme de cela.
Quelqu’un qui est mal payé et qui vit mal, ne peut pas s’occuper bien des autres éternellement.
Que ceux qui ont un discours sur nos vocations montrent l’exemple et donnent des heures non payées, et l’on verra si leur vocation, ils ont envie de la vivre trente ans comme ça !

Hors ligne Hors ligne

 

#433 26/03/2020 23h18

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   506  

Lausm a écrit :

c’est juste qu’on voudrait la même chose que tout le monde : vivre décemment et sentir que notre travail est reconnu et considéré.

Je comprends tout à fait.
Mais soyons clairs: ce que vous voulez est ce que "tout le monde" veut… mais que peu de monde obtient. Vivre décemment, c’est déjà subjectif, mais la reconnaissance et la considération… c’est totalement personnel. Dans notre entreprise, le salaire est bon, pas de soucis là dessus, mais si on devait en plus espérer reconnaissance et considération, on serait tous en dépression !

Vous ne pouvez avoir les deux (enfin, difficilement), et c’est la seule chose dont je parlais précédemment: si vous voulez négocier votre salaire et vos conditions de travail comme n’importe quel employé, laissez tomber reconnaissance, vocation et reconnaissance.

Mais faites un choix, ne restez pas dans l’entre deux: métier lambda ou vocation. Pas métier à vocation, car vous n’y trouverez que déception.

M’enfin, ce n’est que mon avis de vieux salarié désabusé (pas besoin d’être dans l’humanitaire pour avoir eu sa vocation détruite chez son employeur…)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#434 27/03/2020 09h04

Membre
Réputation :   75  

Lausm a écrit :

Donc ce n’est pas qu’on ne veut pas être altruistes, ni qu’on n’a plus de vocation, c’est juste qu’on voudrait la même chose que tout le monde : vivre décemment et sentir que notre travail est reconnu et considéré.

Ça tombe bien, à 1600 euros, vous gagnez plus que 97% des hommes et des femmes dans le monde (et vous êtes proche du salaire médian français soit 50% de la population). Vous ne vivez effectivement pas comme tout le monde, vous faites partis des ultra riches. Lien
La France est la 4ème puissance mondiale sur 194 pays, pas mal non ?

Je ne pense pas que notre niveau de consommation est soutenable pour ce siècle. Il me semble que la réalité va nous imposer de penser autrement qu’en "droit" à gagner (consommer) plus.

Dernière modification par traz (27/03/2020 09h08)

En ligne En ligne

 

[+2 / -1]    #435 27/03/2020 09h50

Membre
Réputation :   0  

Cette haine de tirer vers le bas, ce mépris… incroyable et très représentatif de la france.
Je prone depuis le début des conditions correctes pour tout le monde (un agriculteur qui ne se verse ps de salaire c’est normal ? non…) et je me fais flinguer.
Sinon je suis plutot dans les décroissants que dans les autres en terme de style de vie, effectivement le niveau de consommation et de pollution n’est pas tenable.

traz a écrit :

Lausm a écrit :

Donc ce n’est pas qu’on ne veut pas être altruistes, ni qu’on n’a plus de vocation, c’est juste qu’on voudrait la même chose que tout le monde : vivre décemment et sentir que notre travail est reconnu et considéré.

Ça tombe bien, à 1600 euros, vous gagnez plus que 97% des hommes et des femmes dans le monde (et vous êtes proche du salaire médian français soit 50% de la population). Vous ne vivez effectivement pas comme tout le monde, vous faites partis des ultra riches. Lien
La France est la 4ème puissance mondiale sur 194 pays, pas mal non ?

Je ne pense pas que notre niveau de consommation est soutenable pour ce siècle. Il me semble que la réalité va nous imposer de penser autrement qu’en "droit" à gagner (consommer) plus.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #436 27/03/2020 10h03

Membre
Réputation :   13  

@olivier62: Je ne peux pas mettre de -1 car je n’ai pas encore assez d’ancienneté, donc désolé pour ce message qui pollue la file mais : arrêtez de vous victimiser à chacun de vos message, il n’y a aucune haine dans le message de traz ou dans ceux des autres intervenants. Je n’ai vu personne ici être "contre" les professeurs, nous vous disons juste qu’il faut relativiser et que votre profession n’a pas le monopole du malheur (je dirais même loin de là).

Oui être prof n’est pas toujours facile, mais comme la plupart des métiers. Il y a pleins de métiers sous-payés par rapport à leur niveau d’étude, ou de métier fatiguant/prenant… Je ne vois pourtant pas ces personnes se faire passer en victime à longueur de temps sur ce forum. (phrase éditée suite au message de maxicool)

Je respecte profondément le métier de professeur qui est absolument nécessaire à notre société, par contre je ne comprendrais jamais cette attitude de certains profs. (je dis bien certains, car j’en connais d’autres qui sont très heureux de leur métier, et qui s’ils en connaissent les défauts, savent aussi que peu/pas de métiers n’en ont pas)

Dernière modification par Kromoz0hm (27/03/2020 10h30)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #437 27/03/2020 10h22

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

Je ne vois pourtant pas ces personnes créer un sujet sur ce forum et s’y faire passer en victime à longueur de temps.

Avez-vous vérifié si ce sont des enseignants qui ont créé ce topic, comme vous l’insinuez, pour "pouvoir se plaindre", comme vous dites ?
Je vous affirme que NON.

Dernière modification par maxicool (27/03/2020 10h24)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #438 27/03/2020 10h47

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   220  

Effectivement, le métier d’enseignement est difficile et mal apprécié de beaucoup de citoyens. Et vital à notre société paisible et éduquée.

Bon maintenant, fini de rire. On en peut plus des crétins qui ne veulent pas bosser. Mes beaux-parents ne supportent plus les devoirs. Reprenez les gosses. Svp.

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #439 27/03/2020 10h48

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   133  

Cher KromozOhm: sur ce forum, avec toute la diplomatie dont je puisse faire état, je vois parfois des discours qui ne fleurent pas l’empathie, mais la prétention à connaître des situations qui de toute évidence n’ont jamais été vécues ni approchées que de façon très conceptuelle.
Je peux vous assurer que la réponse faite ci-dessus ne me fait pas sentir un énorme respect pour la condition dont j’ai fait part.
Quand je vois les risques que je prends parfois, le stress et la solitude dans laquelle on le vit parfois, c’est aux antipodes des engueulades parce qu’on a foiré une vente ou raté des objectifs financiers.
C’est facile de parler de victimisation, de toute évidence vous ne savez pas de quoi il s’agit.
Ça me rappelle mon premier jour en service de médecine pneumo, où j’ai fini à 22 h au lieu de 20h,et où l’interne m’a laissé faire les annonces des deux, décès que je me suis enquillés aux familles seul. Tout seul. J’ai pété le burn out trois mois après. C’est dur de rentrer dans des chambres où les familles vous posent des questions sur le diagnostic de son parent cancéreux alors que vous êtes entouré de médecins irascibles qui ne vous disent rien. C’est qui qui est en première ligne ? Vous avez envie de vivre ça tous les jours ?
La reconnaissance pour l’ego, ça fait bien longtemps qu’on s’en fout un peu. Quand je parle de reconnaissance, je parle de celle de ce qui est. De juste voir quelqu’un et ce qu’il fait et cesser de croire que ça sort du chapeau naturellement. C’est le fruit d’un apprentissage, d’une pratique et même si on aime ça, et bien on a envie d’être payé le juste prix. Point.
Etre payé 1600 balles comme psychologue en Ehpad après 21 ans d’expérience, après tout ce serait aussi faire partie des ultra riches. Non ? Vous trouveriez cela décent au regard du coût de la vie ?
Quand je lis les patrimoines et salaires de nombres d’intervenants qui se permettent ce genre de réflexion, je me demande juste si eux, ils accepteraient le même genre de condition de travail pour 1600 balles.
Si la réponse est oui, alors j’accepte pleinement la réflexion.
Si la réponse est non, alors c’est que la médiocratie proposée n’est pas la solution.

En Suisse, on peut bosser comme infirmier pour plus de 4000 francs suisses mensuels. Et je pense avec de vraies conditions décentes, pour l’avoir vécu. Au bout de trois mois on a généré plus de 1000 francs suisse de formation finançable, même si on vient de France.
En France même pas en rêve. En rêve très, très lointain !
Quand je parle de mon salaire à mon voisin anglais qui me dit qu’au Royaume Uni on paie les infirmières deux fois plus, et que celles payées en gériatrie sont mieux payées encore, ça montre autre chose de la considération portée aux métiers de l’humain.

De toutes façons concernant la santé, Veran, quand il était rapporteur de la secu pour le financement de l’hôpital, à dit que c’était un problème d’organisation et qu’il n’y avait pas d’autres besoins. Sarkozy avait dit exactement la même chose il y a dix ans, mais personne ne s’en rappelle, mais je trouvais ça d’un déni profond de la situation.
Donc rien n’a changé, et pour avoir côtoyé des travailleurs sociaux ils souffrent des mêmes maux.

Quand on croit que les métiers de l’humain ne valent rien, on a le résultat en fonction et ce n’est pas victimiser que de le dire.
Mais c’est à mon avis exactement la même chose que croire que ce que fait une femme au foyer est normal et ne coute aucun effort: quand on a l’habitude de mettre les pieds sous la table et d’être servi, on ne sait pas ce que ça fait. Et j’ai l’intime conviction que la surreprésentation féminine dans ces métiers, et le fait qu’ils soient liés à des fonctions archetypalement "féminines" (l’accueil, le soin, l’éducation, le bien-être, la nourriture, etc…), conditionne complètement le regard porté dessus et la rémunération qu’on considère devoir leur donner, pour ceux qui en sont en charge.

Mais si vous trouvez cela normal, vous trouverez normal d’avoir des prestations à la baisse. On a le monde qu’on mérite.
Et tout ce à quoi on assiste en ce moment montre quelles sont les conséquences que ça engendre.

Ps: désolé pour les incises de professionnel de santé hors sujet, mais le point commun est qu’on travaille avec et pour des êtres humains et que ces métiers ont de nombreuses zones tampons.

Dernière modification par Lausm (27/03/2020 10h51)

Hors ligne Hors ligne

 

#440 27/03/2020 12h00

Membre
Réputation :   13  

Cher Lausm,
Mon message s’adressait plutôt aux professeurs de cette file, et à aucun moment je n’ai cherché à minimiser les difficultés d’un métier, mais plutôt à leur conseiller d’arrêter la surenchère de leur malheur par rapport aux autres professions. Quand je disais d’ailleurs qu’il y avait pire conditions de travail que les leurs, infirmier me venait à l’esprit, et votre poste me le confirme. Mais il y a des tas d’autres professions qui manquent de reconnaissance, de salaire, qui ont des conditions de travail difficiles, et sur le point d’actualité qui sont très impactés par la crise actuelle. Je ne les vois pourtant pas dire que leur malheur est pire que celui des autres.
Encore une fois je ne cherche pas à dénigrer le métier de professeur que je respecte profondément, mais seulement l’état d’esprit de certains qui pensent avoir la pire des situation et que ça n’existe pas dans d’autres métiers / dans le privé (alors que les exemples de techniques de management honteuses, de conditions de travail inacceptables et autres harcèlements moraux y sont légions)

Sinon par rapport à votre comparaison avec la Suisse, je vous conseille de regarder ce que représente un salaire de 4000F en Suisse où le coût de la vie est beaucoup plus cher (spoiler, c’est pas beaucoup mieux qu’un SMIC français). Après ça va bien sûr dépendre si ce chiffre est net ou brut, et peut-être que le reste des conditions de travail est meilleur. Mais le simple chiffre de 4000F est vraiment à prendre avec des pincettes.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #441 27/03/2020 12h28

Membre
Réputation :   41  

Je pense que le problème principal c’est la revendication.

Nos gouvernants ont réussi à monter les gens les uns contre les autres. Faire en sorte qu’ils se jalousent et se jugent pour éviter toute revendication. Ceux qui sortent du lot sont vite jugés et rabaissés par les autres pour ne pas faire de vague.

Je pense tout simplement que c’est une réaction humaine pour se déculpabiliser de notre manque de courage. Quand un plus costaud nous insulte on aura plus tendance à faire la sourde oreille ou a dire que c’est un idiot pour soulager notre conscience que de lui rentrer dedans. Mais c’est tout simplement qu’on a pas le courage de lui rentrer dedans car ça peut faire très mal.

Si un salarié se plaint de ses conditions, les gens auront toujours tendance à dire que c’est pire ailleurs, que ce n’est pas justifié…. Les gens font cela pour masquer leur propre couardise. ils ont peur car cela les renvoi à leur propre médiocrité d’accepter cela.

Ils préfèrent niveler vers le bas en jalousant le voisin qui a mieux plutôt que d’avoir le courage d’aller réclamer mieux.
En quoi le fait qu’un salarié revendique de meilleur conditions nuirait il aux autres ?


Il faut remettre les priorités à leur place .Il faut réaliser que l’on est sur Terre pour un temps limité, on peut mourir du jour au lendemain. Notre système nous impose de passer la grande majorité de ce temps si précieux à faire des boulots inintéressants, peu gratifiant et mal payés. C’est tout à fait normal que l’on veuille le meilleur (argent, conditions, reconnaissance, temps). Je trouve cela tout à fait justifier, sinon à quoi bon vivre.

A en écouter certains il faudrait se résigner à avoir une vie médiocre avec un boulot chronophage qui nous déplait et gagner juste assez d’argent pour survivre. Pour moi, cela voudrait dire que l’on accorde aucune valeur à notre vie et que l’on manque de courage et d’empathie.

Dernière modification par gandolfi (27/03/2020 12h31)

Hors ligne Hors ligne

 

#442 27/03/2020 12h53

Membre
Réputation :   0  

Je vais retenir le message de Gandolfi, qui a bien compris le fond de ma pensée.
Aimons nous les uns les autres, souhaitons le meilleur pour nous et vos voisins (de galères).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #443 27/03/2020 13h14

Membre
Réputation :   36  

@Gandolfi

Bof, ce site est plein d’intervenants qui ont choisi de faire autrement, Gunday, Surin, Neo, Cricri, Dangarcia, Elodie01 … et sont source d’inspiration.

A chacun de choisir son métier ou sa vie selon ses aspirations. On peut se tromper, il faut juste avoir le courage de l’accepter et de faire autre chose.

Certains, même dans l’enseignement public vivent bien leur métier, du moins ceux que je connais.

Par ailleurs j’ai des amis enseignants très très bien payés …  Ils ont fait de belles études (contrairement à moi) et travaillent dans l’enseignement supérieur privé et je suis bien content pour eux.
A chacun de faire ses choix.

Si vous êtes plus heureux de vous battre contre l’Education Nationale ou le système c’est aussi un choix acceptable, mais vivez le bien alors.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #444 27/03/2020 20h13

Membre
Réputation :   75  

Lausm a écrit :

Etre payé 1600 balles comme psychologue en Ehpad après 21 ans d’expérience, après tout ce serait aussi faire partie des ultra riches. Non ? Vous trouveriez cela décent au regard du coût de la vie ?

Je ne sais pas si gagner 1600 euros par mois est normal ou indécent. Je gagne, pour ma part, 1350 euros net pour un 70% en tant comme psychologue dans un Ehpad après 7 ans dans la même boîte. Je suis évidemment passé à 100% depuis le virus et dépasse désormais allègrement les 35 heures. Les heures sup ne seront pas payées car je suis au forfait (sans RTT).

Je n’adhère pas à ces propos :

gandolfi a écrit :

Si un salarié se plaint de ses conditions, les gens auront toujours tendance à dire que c’est pire ailleurs, que ce n’est pas justifié…. Les gens font cela pour masquer leur propre couardise. ils ont peur car cela les renvoi à leur propre médiocrité d’accepter cela.

Ils préfèrent niveler vers le bas en jalousant le voisin qui a mieux plutôt que d’avoir le courage d’aller réclamer mieux.

Ce n’est pas l’argent que je gagne qui fait que j’ai une vie (ou que je suis) médiocre ou non (je prends ce propos très agressif, évidemment, pour moi). Je dépense peu, suis en montagne tous les we pour faire de l’escalade, et j’arrive à mettre de l’argent de côté pour mon PEA chaque mois. Je n’ai pas l’impression de manquer. Je suis même étonné que l’état compense dès que mon salaire baisse trop (prime d’activité) et suis effaré de sa richesse et de sa générosité.
Je trouve votre propos très méprisable, c’est ce que l’on gagne qui fait que l’on est médiocre ou non ? C’est le fait de ne pas "réclamer" qui ferait que l’on est couard et donc médiocre ?

Certains se pensent pauvres et geignent alors que nous n’avons jamais vécu aussi richement et avec un tel confort. Travaillant en Ehpad, je peux vous dire que nos aïeux ne vivaient pas comme nous il y a 70 ans et qu’actuellement, la plupart des gens sur la terre ne vivent pas non plus comme nous vivons aujourd’hui. Dire cela n’est pas une opinion, c’est factuel.

Je ne vous interdit pas de geindre sur votre situation, mais je trouve que ce n’est pas très décent. Ces plaintes transpirent l’envie et la jalousie (et la haine) de ceux qui gagnent et consomment plus, tout le monde n’est pas dans cette logique là. Par ailleurs, je ne pense pas que cette position psychologique soit très constructive et saine. Caliméro ne semble pas un personnage très heureux et épanoui. Geindre, c’est se faire victime d’un système qui nous dépasse et c’est chercher à se faire plaindre, comme un enfant. C’est le contraire de l’action, et de tout ce qui pourrait permettre d’être l’acteur de sa vie.

De toute façon, je pense que la période faste que nous vivons ne sera pas éternelle. Je pense que la société de consommation ne sera qu’une parenthèse de l’histoire, de 100 ans peut-être, et que nous vivrons ensuite très différemment (je suis un jancoviciste).

Ma manière de penser ne m’empêche pas d’investir dans de nouvelles études pour augmenter mon salaire et avoir un travail qui m’intéresse plus. Je reprends une formation l’année prochaine pour cela.

Désolé pour le hs.

(modif pour une coquille).

Dernière modification par traz (27/03/2020 22h55)

En ligne En ligne

 

[+1 / -2]    #445 27/03/2020 23h01

Membre
Réputation :   41  

@traz
C’est bien. Vous êtes content de votre vie. Vous estimez avoir le salaire que vous méritez et que la société dans laquelle vous vivez est riche et généreuse pour vous.
Je suis très heureux pour vous et je le pense.

Vous prenez votre situation et vous la généralisez pour minimisez les propos des autres.
Il faut accepter que tout le monde ne soit pas aussi doué que vous qui en gagnant 1350 euros par mois arrivez à  payer pour vos enfants (vêtements, cantine, trajets, soins…) ,  vos frais d’essence, votre loyer, le crédit de la voiture, les assurances, la nourriture, l’eau, l’électricité, la mutuelle, internet et  que vous mettez en plus de l’argent sur votre PEA.

- Mais alors quel est votre intérêt à intervenir dans ce topic sur le métier de prof des écoles ?
- Quelle est votre motivation à commenter chaque propos d’enseignant pour dire que c’est injustifié et les traiter de pleurnichards et d’indécents ?
- Vous aller sur chaque file consacré à des métiers pour dénigrer les gens qui se plaignent de leur conditions de travail en leur disant qu’ils sont méprisables ? Ou bien vous vous le permettez uniquement pour les fonctionnaires ?

C’est si dur pour vous d’accepter que des gens puissent se sentir dénigré dans leur travail, insuffisant payé et qu’ils puissent le revendiquer ?

@barns
je vais essayer de lire les profils des personnes cités. Je suis toujours curieux de connaitre le choix de vie des gens du forum.

Pour ma part je parle des conditions de travail des enseignants car j’en suis un depuis pas longtemps. J’ai travaillé dans le privé avant dans de très grosses boites. J’y étais très mal payés également malgré mon Bac+8 et sans possibilité d’évolution.
Je suis effaré du traitement que je subis depuis que je suis fonctionnaire. Quand j’ai calculé que je toucherai 900 euros par mois à la retraite malgré mon soi-disant statut nanti de fonctionnaire à bac+5, catégorie A, j’ai alors décidé d’en faire une force pour m’inscrire sur ce forum et trouver des moyens alternatifs pour investir et envisager l’avenir.

Dernière modification par gandolfi (27/03/2020 23h10)

Hors ligne Hors ligne

 

#446 27/03/2020 23h46

Membre
Réputation :   75  

gandolfi a écrit :

- Mais alors quel est votre intérêt à intervenir dans ce topic sur le métier de prof des écoles ?
- Quelle est votre motivation à commenter chaque propos d’enseignant pour dire que c’est injustifié et les traiter de pleurnichards et d’indécents ?
- Vous aller sur chaque file consacré à des métiers pour dénigrer les gens qui se plaignent de leur conditions de travail en leur disant qu’ils sont méprisables ? Ou bien vous vous le permettez uniquement pour les fonctionnaires ?

Je ne commente pas chaque propos d’enseignant. J’ai posté un unique message sur ce fil de 18 pages puis je vous ai répondu. Et comme vous avez le droit d’exprimer vos émotions et vos sentiments, j’ai aussi le droit d’exprimer les miens et de réagir à la discussion, sans devoir me justifier. Ce forum et ce fil n’appartiennent pas aux enseignants et il me semble que j’apporte des éléments supplémentaires à la réflexion. Si vous refusez tout ce qui ne va pas dans votre sens, votre pensée va vite tourner en rond.

Par ailleurs, j’ai réagi à votre propos affirmant que les personnes qui raisonnaient comme je venais de le faire étaient médiocres et couards, ce qui m’était évidemment directement adressé, bien que vous ne m’ayez pas cité. Je critique des propos (et pas des personnes), et vous m’insultez. De mon côté, j’ai dit que vos propos étaient méprisables, pas vous, personnellement. Ça, je n’en ai aucune idée, car je ne vous connais pas.

Par ailleurs, je n’ai pas dit que je trouvais mon salaire idéal. J’ai écrit que j’allai reprendre des études pour obtenir un travail plus intéressant et pour gagner davantage. Non car je veux consommer plus, mais parce que je veux mettre de l’argent de côté pour un jour, peut-être, me libérer du travail.

J’arrête mon explication de texte (un comble sur ce fil !) et ne vous importunerai plus.
Si ça vous fait du bien de geindre sur un forum, donnez vous en à cœur joie.

En ligne En ligne

 

[-1]    #447 28/03/2020 17h20

Membre
Réputation :   37  

Soit dit en passant, il semble que certains enseignants aient encore du travail à fournir pour améliorer leur orthographe.

PS : à la personne m’ayant mis un -1 pour cette remarque en se référant à une clause de la charte, je ne puis que lui conseiller Optique 2000, puisque la dite charte conseille également de ne pas cocher la case "orthographe" de façon routinière, en laissant passer des énormités de conjugaison.
Si la charte dit de surveiller l’orthographe, et si le fait de mentionner les contre exemples est contraire à la charte, il faut d’urgence en référer aux matheux qui savent éradiquer ce genre de contradiction interne.
Je prends tout de même cet énervement avec philosophie, en sachant que tôt ou tard les JO agrandiront le podium car il sera peu convenable de stigmatiser ceux qui, aujourd’hui, n’y trouvent pas leur place.
On exige la perfection des médecins, des médias, des gouvernants, mais signaler une imperfection d’un quidam moyen est sacrilège. Soit, et MDR.

Dernière modification par Deb67 (28/03/2020 21h23)

Hors ligne Hors ligne

 

#448 28/03/2020 18h39

Banni
Réputation :   0  

maxicool a écrit :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/4246_sibeth.jpg

Formulation exacte :

"Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser toute la France pour aller récolter des fraises gariguettes."

Pour la postérité, excuse ou non !
Quand on parle du "manque de reconnaissance" et du "mépris de la profession", voilà un sacré lapsus révélateur de la part du gouvernement !

Et si vous préférez entendre cette dame de vive voix, c’est possible aussi.

Je fais appel à mes souvenirs : le dernier gouvernement à avoir envoyé aux champs les enseignants, c’était au Cambodge et il s’agissait du régime génocidaire de Pol Pot !

Bon, Sibeth Ndiaye est encore jeune ;peut-être n’a-t-elle jamais entendu parler de Pol Pot.

Hors ligne Hors ligne

 

#449 28/03/2020 21h15

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

Barns,

Je pense que vous n’avez pas compris les propos dune partie des intervenants (enseignants) de ce topic…

Personnellement, je ne me considère pas comme mal payé, j’aime globalement mon travail de prof (en ayant conscience de ses avantages et de ses inconvénients). Par moment, je me dis que découvrir autre chose me tenterait bien. Mais le lendemain, je me dis qu’etre prof, c’est pas mal quand même.

Par contre, ce qui m’exaspère sur ce topic, c’est le jugement porté par certains sur la profession, qui l’idealisent et ne voient que les bons côtés… et qui affirment que leur jugement est forcément objectif.
Alors qu’ils n’ont jamais enseigné de leur vie…

Je rappelle juste une chose : les concours sont ouverts à tous, alors n’hésitez pas à les passer ! Et même si vous n’avez pas le niveau master pour les passer, sachez qu’en tant que contractuel, on vous recrutera sans problème !

Dernière modification par maxicool (28/03/2020 21h18)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#450 28/03/2020 23h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   274  

Je vais tenter de donner mon point de vue d’ex futur enseignant (dans le supérieur) sur la ’condition’ de professeur des écoles aujourd’hui (et c’est sans fard ni esprit polémique, comme je le pense et après relecture de la file) :

- Un métier important (comme tant d’autres)
- Un métier exigeant (sans doute plus que d’autres et moins que d’autres)
- A travail égal, des rémunérations inférieures à la plupart des autres pays de l’OCDE (sources : cf. cette file), avec un statut protecteur
- Un employeur qui prend des libertés en termes de RH (euphémisme ; mais ça, tout enseignant le savait en principe avant de s’engager, il suffit de lire les journaux ou d’avoir exercé comme contractuel de l’État, comme votre serviteur)
- Ont toujours leur emploi (au 28/03/2020)
- [expérience perso] Font ce qu’ils peuvent (et pour ce que j’en vois à titre perso, le font très bien) en période de Covid pour assurer la continuité des enseignements
- Seront (en principe) payés à la fin du mois
- Seront (sans doute) payés fin avril et fin mai (après, sans doute aussi mais dans le monde où l’on vit, allez savoir les sacrifices qui seront demandés…)

Tout pris en compte, pas des privilégiés, pas à plaindre particulièrement.

Dernière modification par carignan99 (28/03/2020 23h53)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur