Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#401 25/03/2020 22h04 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   497 

maxicool a écrit :

Formulation exacte :

"Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser toute la France pour aller récolter des fraises gariguettes."

Aujourd’hui, mercredi 25 mars, de nombreux enseignants ne travaillent effectivement pas.
Ceux sans affectation bien sur, mais également ceux qui n’ont pas de cours le mercredi, comme par exemple beaucoup de professeurs des écoles.

GoodbyLenine a écrit :

surtout qu’il peut être interprété de manière particulière par des personnes qui ont parfois tendance à se considérer comme des Calimero,

Calimeros très habiles pour sur-interpréter n’importe quel propos.

Calimeros qui ont compris "demander à tous les enseignants, qui aujourd’hui ne travaillent pas".
On notera la virgule que j’ai du rajouter, seul moyen de faire croire qu’elle parle de la totalité des enseignants et pas des seuls enseignants qui ne travaillent pas aujourd’hui.

Le pire étant qu’elle ait dû s’excuser juste parce que la machine médiatique du buzz tourne à fond, et non parce qu’elle avait tort.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne

 

#402 25/03/2020 22h09 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   

Faith, vous croyez réellement que les enseignants n’ayant pas cours ne travaillent pas ?

Hors ligne

 

#403 25/03/2020 22h13 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   803 

Faith,
Vous devriez postuler au poste de porte parole du gouvernement. Il sera peut-être bientôt libre…
Vous savez jouer sur les mots. Vous avez les qualités nécessaires pour la fonction.


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

En ligne

 

#404 25/03/2020 22h15 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   497 

Deneb a écrit :

Faith, vous croyez réellement que les enseignants n’ayant pas cours ne travaillent pas ?

Je viens de parler à mon frère, professeur des écoles et à la maitresse de mon fils.
Leur charge de travail est infime par rapport à la charge de travail normale. En particulier ce mercredi.

Mais je suppose que pinailler sur les termes est un grand plaisir pour la plupart des intervenants de cette file. En particulier ceux qui en profitent pour faire dire à une secrétaire d’état ce qu’elle n’a pas dit.

maxicool a écrit :

Faith,
Vous devriez postuler au poste de porte parole du gouvernement. Il sera peut-être bientôt libre…
Vous savez jouer sur les mots. Vous avez les qualités nécessaires pour la fonction.

Je ferais un très mauvais politicien car je n’aime par casser du sucre sur le dos de personnes dont le seul tort est de ne pas penser comme moi

Dernière modification par Faith (25/03/2020 22h15)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne

 

#405 25/03/2020 22h24 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   803 

Pinailler sur les termes, oui, c’est ce que vous faites… Elle a utilisé le terme "enseignant" dans sa globalité.
Si elle pensait "professeur des écoles au repos", il suffisait qu’elle utilise ces termes là, tout simplement…

Dernière modification par maxicool (25/03/2020 22h24)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

En ligne

 

#406 25/03/2020 22h30 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   497 

maxicool a écrit :

Elle a utilisé le terme "enseignant" dans sa globalité.

Elle a dit UN.
N’importe quel professeur des écoles vous dira que UN n’a pas le même sens que LES (ou AUX dans la phrase en question).

Et des enseignants réservistes, il y en a de tous les niveaux, pas seulement à l’école.

Dernière modification par Faith (25/03/2020 22h36)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne

 

#407 25/03/2020 22h57 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   803 

Ok. Vous avez raison…
Je n’ai pas envie de me prendre la tête.
Bonne soirée.


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

En ligne

 

#408 25/03/2020 23h32 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   12 

J’ai mal compris ou elle a suggéré que des fonctionnaires pourraient aller travailler dans le privé, en tant qu’ouvrier agricole ? J’imagine que c’est en tant que bénévole car un enseignant ne peut exercer n’importe quelle activité à cause de son statut.

Hors ligne

 

#409 25/03/2020 23h48 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   133 

C’est parce que le ministre de l’agriculture a annoncé que de nombreux emplois dans l’agricole allaient être dispos très bientôt, ce me semble, de par le manque de saisonniers étrangers.

Dernière modification par Lausm (25/03/2020 23h51)

Hors ligne

 

[+4]    #410 26/03/2020 00h14 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   255 

Désespérant, dégoutant, indécent.

La France est confinée.
Le monde est en confinement ou y entre.
Des gens n’arrivent plus à respirer parce qu’une saloperie de morpion (ou virus, je sais pas) leur colle aux poumons.
Des personnels soignants, des pompiers, des éboueurs, des femmes de ménage, des caissières etc. (j’en oublie, désolé) de 18 à 75 ans (ou plus) s’exposent. Leurs proches flippent.
Des milliers de gens (centaines de milliers?) se sont fait lourdés aujourd’hui et hier et avant hier parce que leur boite ne peut plus les payer. Les autres flippent : est-ce que j’aurai toujours mon job demain? Est-ce que ma boite va couler? Est-ce que l’État pourra toujours me payer?
L’économie mondiale est à l’arrêt.
Des boites (TPE, PME, pourquoi pas des grandes entreprises) ne savent pas comment payer les salaires dans quelques jours. Ni leurs emprunts ni leurs cotisations ni leurs impôts demain, dans une semaine, dans un mois, dans trois mois, peut être pour l’année qui vient.
Des artisans, commerçants, petits patrons, intérimaires, contractuels ont vu leurs revenus passer à 0.

Et 2-3 forumeurs trouvent le moyen de monter en épingle la déclaration d’une porte-parole (qui certes n’a jamais été très compétente mais là n’est pas la question) pour enfoncer un peu plus le clou de la victimisation corporatiste.

Allez, mettons tout le monde d’accord : la porte-parole du gouvernement déteste les enseignants et les méprise. Comme d’ailleurs la totalité de la population, qui pense que les instituteurs et les enseignants (et l’ensemble des fonctionnaires) sont des fainéants. Ah ben non, en fait. La population, elle a d’autres chats à fouetter que de savoir si les instits ils bossent ou pas.

Vous avez des préoccupations bien étranges.

Allez, je vous laisse vous plaindre et vous lamenter.
Je vais me coucher et vous promet de ne plus intervenir dans vos passionnants échanges.

Dernière modification par carignan99 (27/03/2020 00h19)

En ligne

 

#411 26/03/2020 02h24 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   53 

La politique constante du MEN depuis 40 ans, réforme après réforme, a été de baisser le niveau, pour réduire les inégalités et lutter contre la selection.

C’est vrai que c’est embêtant des élites trop intelligentes, c’est fatigant à suivre. Le système hospitalier ne pourrait pas gerer 40 millions d’entorses au cerveau simultanées.

Il faut donc voir la bien prénommée porte-parole du gouvernement comme un succès brillant de cette politique de longue haleine.

Hors ligne

 

#412 26/03/2020 07h20 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   88 

carignan99 a écrit :

Vous avez des préoccupations bien étranges. Allez, je vous laisse vous plaindre et vous lamenter.

Effectivement, c’est la seule et unique file de discussion du forum dédiée à un métier bien précis, sans lien direct avec le thème du forum.

Hors ligne

 

#413 26/03/2020 08h01 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   803 

Au lancement de ce topic l’année passée, j’étais un peu dans le doute et j’avais écrit :

Je me demande ce que peut apporter un tel sujet au forum (mis à part des malentendus ou des tensions entre membres)… mais bon, c’est autre débat ;-)

Chacun sera juge de l’intérêt d’un tel topic.

On pourrait en lancer un sur chaque profession, où chacun viendrait donner son avis (sans pour autant la connaitre bien sûr), mais avec ses certitudes (car le frère de son voisin a un copain qui l’exerce et il m’a dit que…).

Chacun serait alors le "Caliméro" de l’autre (comme certains forumeurs aiment l’annoncer pour les enseignants). Chacun serait sûr d’avoir le meilleur avis ou/et la vérité absolue.

Ces topics "spécial profession" seraient idéaux pour améliorer l’ambiance d’un forum consacré aux investissements !

> Carignan

Désespérant, dégoutant, indécent.

Vous parlez bien de l’intervention de la porte-parole du gouvernement, j’espère ;-)

Dernière modification par maxicool (26/03/2020 08h04)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

En ligne

 

#414 26/03/2020 08h19 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   32 

@Maxicool,

Je vous invite à lire le témoignage de Caratheodory L’enseignement supérieur en France pour constater qu’heureusement certains vivent mieux leur métier d’enseignant que les derniers intervenants de cette file.

Je fais le pari que des files de témoignages ouverts aux infirmières, policiers, agriculteurs, artisans … seraient aussi triste à lire.
Cela vous permettrait peut être de relativiser votre situation.

A mon avis, le choix de l’enseignement est porté par des valeurs d’humanismes et un certain idéalisme.

La réalité, c’est que l’éducation traditionnelle perds de sa valeur dans la société actuelle avec de nouvelles ressources de transmission du savoir, les mutations de la société et qu’il est utopiste de croire que les enseignants changeront l’EN.

Donc il y un décalage entre les attentes et la réalité de l’enseignement aujourd’hui. Malheureusement il faut s’adapter.

C’est plus difficile qu’avec mon métier d’entrepreneur, où l’on sait d’avance que l’on va prendre des coup, que l’on sera seul et qu’il faudra en permanence s’adapter à un environnement changeant.

Dernière modification par Barns (26/03/2020 08h59)

En ligne

 

#415 26/03/2020 09h30 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   

Il ne faut pas prendre la mouche une nouvelle fois, mais ça a été dit !
L’exemple aurait pu être "Nous n’entendons pas demander à un restaurateur qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des restaurants, de traverser toute la France pour aller récolter des fraises gariguettes."  J’aurais aimé voir la réaction des restaurateurs !
Mais étrangement, non ! Tout est résumé et prouvé en une phrase sur le mépris envers les enseignants…
Je trouve ça triste surtout d’en arriver là.

maxicool a écrit :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/4246_sibeth.jpg

Formulation exacte :

"Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas, compte tenu de la fermeture des écoles, de traverser toute la France pour aller récolter des fraises gariguettes."

Pour la postérité, excuse ou non !
Quand on parle du "manque de reconnaissance" et du "mépris de la profession", voilà un sacré lapsus révélateur de la part du gouvernement !

Et si vous préférez entendre cette dame de vive voix, c’est possible aussi.

Hors ligne

 

#416 26/03/2020 09h45 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   497 

olivier62 a écrit :

J’aurais aimé voir la réaction des restaurateurs !

Une réaction totalement neutre.

Le patron de ma femme tout comme ma femme elle-même n’en ont rien à faire qu’on "ne lui demande pas d’aller à l’autre bout de la France".
Eux s’inquiètent bien davantage de la survie du restaurant, de quand ils vont pouvoir reprendre le travail, combien de clients fidèles auront déserté. Ils s’inquiètent aussi de savoir combien ils auront d’argent à la fin du mois (pas trop ma femme qui bénéficiera du chômage partiel), et je suis convaincu que si son patron a entendu parler de ramasser des fraises, ça lui a peut-être donné l’idée de chercher un job d’appoint, parce qu’il est jeune papa et que si son restaurant fait faillite, il est mal.

Voilà comment réagissent probablement les restaurateurs. Et soyons sincères, je pense que c’est également ainsi que réagissent l’immense majorité des enseignants.
La prochaine fois que je parle à ma famille, je leur demanderai, ça fera un sujet de discussion !


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne

 

#417 26/03/2020 10h55 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   53 

C’est à mon sens beaucoup plus dur pour les enseignants du primaire de passer au télétravail que dans le superieur. Et pareil au college.

Le degré d’autonomie qu’on peut supposer des apprenants n’est pas le même. Il est clair que l’enseignant de primaire doit s’appuyer sur les parents dans cette situation et ça complique forcément sa tache.

Notamment s’il opère en milieu défavorisé, avec de mauvais accès internet et logements trop peuplés. Ou quand les valeurs de l’institution ne  sont pas intégrées.

Un point positif qui n’a pas été relevé est que les enseignants n’ont plus pendant le confinement  à se coller à la gestion de la discipline en classe et que c’est aux parents d’y gouter un peu.

****

La culture des enseignants est différente dans le supérieur.

Déjà, les services d’enseignement en presentiel sont beaucoup moins lourds. Ce point mériterait un développement qui n’appartient pas à cette file. Mais c’est un paramètre essentiel. 

Le fait de ne pas avoir de supérieur hiérarchique change le rapport au travail.

Un  inspecteur n’etant pas ramené à la réalité du terrain devant une classe peut facilement devenir une plaie pour les professeurs des écoles dont il s’occupe et qu’il ne voit que très rarement. Et saper leur motivation.

Mismanagement par un N+1 distant - et incompétent. La pire combinaison.

D’autre part, comme leurs enseignants, les établissements publics (et privés) du supérieur ont beaucoup plus d’autonomie, c’est à dire d’expérience pour se débrouiller seuls pour tout.
La crainte numéro 1 dans une université est de passer sous la tutelle rectorale car c’est la garantie d’être dirigé de façon contre-productive.

Les écoles, collèges et lycée étant sous tutelle rectorale, ils sont forcément très contraints.

****

Le concept-clé qui ressort dans mon analyse par comparaison est celui d’autonomie. Pour les établissements, pour les enseignants, pour les élèves.

L’autonomie des établissements du supérieur ne va pas sans immenses inconvénients comme le temps infini  que les profs passent dans des réunions peu productives. A faire de la micropolitique. Ou parfois même de la  politique tout court.

J’ai une décharge importante pour mes taches administratives et ca coute definitivement de l’argent au contribuable.  Un directeur d’école primaire n’a que tres peu de décharge.

Je ne sais pas s’il serait intéressant de rendre plus autonomes les écoles, collèges ou lycées. Les lycées ont peut être la taille critique. Ca n’est probablement pas le cas pour les écoles primaires/maternelles.

Le degré d’autonomie des établissements de l’EN est en tous cas selon moi une des questions de politique educative  que le confinement fait ressortir.

Une autre façon d’arriver à cette conclusion est de constater que la tutelle est manifestement complètement hors sol. Dans ces conditions l’auto-organisation par le bas est une option assez naturelle.

Hors ligne

 

#418 26/03/2020 11h04 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   497 

Caratheodory a écrit :

C’est à mon sens beaucoup plus dur pour les enseignants du primaire de passer au télétravail que dans le superieur.

Les professeurs des écoles dont j’ai entendu parler ont comme tâche d’envoyer un mail chaque matin avec les exercices et la correction + appeler de temps en temps les parents pour vérifier si c’est pas la cata (j’ai reçu 1 appel qui a duré 30s depuis le début du confinement).
Les enfants en difficulté nécessitent sans doute des appels plus réguliers, ce qui doit constituer l’essentiel de leur tâche. Même si c’est relativement "facile", cela doit donner une impression d’impuissance assez pénible pour les enseignants investis dans leur travail (Isild avait mentionné le problème de la maltraitance par exemple)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne

 

#419 26/03/2020 11h50 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   

Je me permets de répondre comme un citoyen lambda anti-prof.

Allez ils pourront devenir plombier tous ces restaurateurs qui coulent ! Si ça ne marche pas ou plus il faut savoir changer de direction, personne ne les a obligés a devenir restaurateurs après tout ! Et puis c’est pas compliqué, un livre de recettes, une émission de Lignac et je fais pareil, comme je suis bon, pour les soutenir je vais applaudir a mon balcon tous les soirs à 20h30, 20h étant déjà pris pour les soignants.

Sinon, vous savez que certains parents qui doivent aider les enfants à faire "la continuité pédagogique" ne savent pas lire eux mêmes ? vous confondez individualisme/capitalisme et mission de service public, souvent sociale même… Le restaurateur est là pour faire du chiffre, du business, du fric. Le prof, le soignant non, c’est peut etre là toute la différence que vous ne percevez pas.

Faith a écrit :

olivier62 a écrit :

J’aurais aimé voir la réaction des restaurateurs !

Une réaction totalement neutre.

Le patron de ma femme tout comme ma femme elle-même n’en ont rien à faire qu’on "ne lui demande pas d’aller à l’autre bout de la France".
Eux s’inquiètent bien davantage de la survie du restaurant, de quand ils vont pouvoir reprendre le travail, combien de clients fidèles auront déserté. Ils s’inquiètent aussi de savoir combien ils auront d’argent à la fin du mois (pas trop ma femme qui bénéficiera du chômage partiel), et je suis convaincu que si son patron a entendu parler de ramasser des fraises, ça lui a peut-être donné l’idée de chercher un job d’appoint, parce qu’il est jeune papa et que si son restaurant fait faillite, il est mal.

Voilà comment réagissent probablement les restaurateurs. Et soyons sincères, je pense que c’est également ainsi que réagissent l’immense majorité des enseignants.
La prochaine fois que je parle à ma famille, je leur demanderai, ça fera un sujet de discussion !

Dernière modification par olivier62 (26/03/2020 11h53)

Hors ligne

 

#420 26/03/2020 11h56 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   255 

Caratheodory a écrit :

C’est à mon sens beaucoup plus dur pour les enseignants du primaire de passer au télétravail que dans le superieur. Et pareil au college.

Je pense que les deux doivent faire preuve d’adaptation sur le plan technique.

Pour mes enfants (primaire) et au début, c’était des plaquettes à télécharger sur le site de l’école. On passe maintenant à une ou deux classes virtuelles par semaine. Bref, leurs instits apprennent en marchant et c’est très bien ainsi.

Mon épouse, responsable d’une section à l’Université, c’est un peu pareil. Avec quelques particularités. D’abord, les étudiants sont par nature plus autonomes que des enfants en bas âge. Mais il y a ceux qui ne possèdent pas d’ordinateur personnel ou bien qui le partagent avec leurs proches - autant ma fille de 4 ans peut s’en passer, autant un étudiant a des examens à passer, critiques pour son futur. D’autres n’ont pour connexion que leur téléphone portable. Donc les cours sur plateforme virtuelle, c’est pas possible en l’état. Par contre, les enseignants ont reçu pour instruction de coucher par écrit leurs cours - on en revient aux bons vieux polycops smile

Mais on fait avec et ils essayent de trouver du matériel pour ceux qui n’en ont pas (il semblerait que la région ou le département, je ne sais plus puisse prêter des ordinateurs). Les journées sont aussi occupées à gérer (autant que puisse se faire) le rapatriement des Erasmus et stagiaires bloqués à l’étranger (la Fac est responsable d’eux, quasiment au même titre, si ce n’est au même titre, qu’un contrat de travail). Ça c’est un peu plus délicat.

Dernière modification par carignan99 (26/03/2020 15h39)

En ligne

 

#421 26/03/2020 12h06 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   497 

olivier62 a écrit :

Le restaurateur est là pour faire du chiffre, du business, du fric.

Le restaurateur est aussi là pour faire un métier qui l’intéresse, pour passer son temps de travail (soit la plus grande partie de sa vie) avec des employés/collègues qu’il apprécie, dans une ambiance de travail donnant envie aux clients de revenir, tout en fournissant un service qui satisfasse les autres.
Les quelques patrons que ma femme a eu n’hésitaient pas à la ramener eux-même à la maison les jours de grève, à payer le taxi quand il la libèrent trop tard, à lui accorder des primes non-demandées, mais aussi à s’intéresser à la famille, à donner des petits cadeaux aux enfants des employés, etc…
Vous ne voyez que le fric, c’est bien mal connaitre le sujet, et très méprisant.

olivier62 a écrit :

Le prof, le soignant non, c’est peut etre là toute la différence que vous ne percevez pas.

C’est tout le paradoxe: en ce moment, beaucoup d’organisations de profs/soignants revendiquent que leur métier n’est plus sensé être un sacerdoce.
Moi je suis plutôt de votre avis sur ce point, mais il semble qu’il n’y ait plus beaucoup de nouveaux volontaires pour le voir de cette façon.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne

 

#422 26/03/2020 12h08 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   32 

olivier62 a écrit :

vous confondez individualisme/capitalisme et mission de service public, souvent sociale même… Le restaurateur est là pour faire du chiffre, du business, du fric. Le prof, le soignant non, c’est peut etre là toute la différence que vous ne percevez pas.

Pour cette partie du message je suppose que vous répondez selon vos convictions personnelles.

La majorité des restaurateurs font un métier qu’ils aiment pour nourrir les gens. Certains ayant moins de réussites sont à la course à l’argent pour payer leurs charges. La majorité des restaurateurs ne vivent pas mieux qu’un enseignant ! Le fric pour le fric est une caricature que je rencontre rarement autour de moi.
Cela peut s’appliquer aux revenus la majorité des artisans, donnez nous des chiffres qui prouvent le contraire.

Concernant les soignants, mon médecin généraliste roule en Q5, mon dentiste en Porsche et mon voisin cardiologue à la plus grande maison du quartier  …

J’ai par ailleurs cru comprendre que la revalorisation salariale était une préoccupation majeure des enseignants, ils veulent plus de fric comme vous dites  !

Dernière modification par Barns (26/03/2020 12h18)

En ligne

 

#423 26/03/2020 13h08 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   803 

> Barns,

N’oublions pas que les enseignants du supérieur représentent une part minime du corps professoral dans sa globalité.   

Il est utopiste de croire que les enseignants changeront l’Education Nationale.

Tout à fait d’accord. Les enseignants ne sont que de simples exécutants au service du Ministère, ils sont là pour faire "fonctionner" la machine et appliquent simplement les ordres venant d’en haut (appliquer les réformes, etc).
Cela fait bien longtemps que le terrain n’est plus (ou peu) écouté par la hiérarchie.

> Caratheodory

Je confirme le degré d’autonomie des apprenants. Voilà quelques exemples de demande / réaction de la part des élèves ou de leurs parents. Chacun jugera.

Bonjour Monsieur voici mon résumé du chapitre sur la guerre froide.
Il est en plusieurs parties car je n’ai pas d’ordinateur alors j’ai du le faire sur mon téléphone. Cordialement.

-

Bonsoir
Je viens de recevoir votre mail , on arrive à  se connecter , on essaye de suivre au jour le jour , mais quelques fois on n’arrive pas à se connecter,ou on rame à cause du debit aujourd’hui pour xxxxx on a copié ce soir le cour en emc , et xxxxx  a réussi à tout recopier ses cours à ce jour, on va vous envoyer soit par ent soit sur cette adresse mail le devoir demandé

-

Pour le cours sur la décolonisation je n’ai pas tout car mon ordinateur n’arrive pas ouvrir toutes les pièces jointes

-

xxxxxx est à jour malgré de gros problèmes de connexion effectivement. La direction du collège a fait parvenir à chaque parent un lien et des codes pour se connecter directement à Pronote (mais, dans ce cas, on n’a pas accès à la messagerie).
Ce qui n’est pas évident non plus est de trouver les infos (chaque professeur utilise des endroits différents sur pronote).

-

xxxxxx arrive à suivre le programme sans trop de problème.
Il s’est juste posé un souci pour son DS qu’il a fait sur son téléphone mais ça s’est avéré compliqué dans la pratique…: aucune photo n’apparaissait, quand aux cartes il n’était pas assez précis pour le placement des villes avec son doigt et le logiciel lui comptait faux à tout…
Quand je suis rentrée du boulot, je l’ai retrouvé en pleurs…

-

Merci de vos attentions, vos cours sont très clairs et bien fait ! Mais en début de semaine passée, la connexion a été très difficile (depuis vendredi ça va mieux) d’où xxxxx a pris du retard pour effectuer le travail demandé.
Merci de continuer d’envoyer  par mail, le travail.

-

Bonjour , nous avons rattrapé tout ce qui avait à faire . Par contre nous rencontrons un problème il nous est impossible d’imprimer qu’oit que ce soit . J’ai donc effectuer oui cela a l’oral avec xxxxx . Je ne sais pas si cela peut suffire . Les leçons sont qu’à à elle a jour comme j’ai pue . Nous rencontrons également dés difficulté de connexion pour le ds . Comment procéder ?

Etc.

-

Je pourrais en poster des dizaines…

Allez, je vous quitte. J’ai du boulot.


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

En ligne

 

[+2]    #424 26/03/2020 13h20 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   53 

Il est parfaitement clair que les enseignants travaillent pour être rémunérés.

Ils trouvent comme les autres des satisfactions dans l’exercice de leur fonction et aussi des frustrations.   

Il est en revanche à peu près impossible de comprendre leur rôle social et économique si on ne considère comme importants que les mécanismes de marché. L’illusion fondamentale de notre temps est que seule l’entreprise crée la richesse.

Hors ligne

 

#425 26/03/2020 13h24 → Le métier de professeur/e des écoles (professeur, professeure, école)

Membre
Réputation :   

Avec le dessert a 8 euros, le hamburger a 15e dans certaines brasseries (de province) c’est pas pour faire du fric ? Après je ne suis pas là pour tirer sur ceux qui vivent bien, le sujet est plutôt que justement tout le monde puisse bien vivre de son métier (agriculteurs etc…) avec une juste reconnaissance.
Sinon, un médecin généraliste, un dentiste, ce sont des indépendants, ils ne sont pas dans la fonction publique… donc même combat qu’un restaurateur ;o) Le cardiologue peut être en clinique (donc même combat que le restaurateur) ou à l’hôpital et là il a un salaire fixe. Je reprends ce que l’on a pu me dire sur ce fil, libre à vous ensuite de reprendre vos études et de devenir l’une de ces professions si vous jugez qu’ils vivent mieux que vous.

Barns a écrit :

olivier62 a écrit :

vous confondez individualisme/capitalisme et mission de service public, souvent sociale même… Le restaurateur est là pour faire du chiffre, du business, du fric. Le prof, le soignant non, c’est peut etre là toute la différence que vous ne percevez pas.

Pour cette partie du message je suppose que vous répondez selon vos convictions personnelles.

La majorité des restaurateurs font un métier qu’ils aiment pour nourrir les gens. Certains ayant moins de réussites sont à la course à l’argent pour payer leurs charges. La majorité des restaurateurs ne vivent pas mieux qu’un enseignant ! Le fric pour le fric est une caricature que je rencontre rarement autour de moi.
Cela peut s’appliquer aux revenus la majorité des artisans, donnez nous des chiffres qui prouvent le contraire.

Concernant les soignants, mon médecin généraliste roule en Q5, mon dentiste en Porsche et mon voisin cardiologue à la plus grande maison du quartier  …

J’ai par ailleurs cru comprendre que la revalorisation salariale était une préoccupation majeure des enseignants, ils veulent plus de fric comme vous dites  !

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Faites un don
Apprendre le bonheur