Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS    Cherchez sur le site et les forums :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Screeners actions Consultez l’analyse graphique et les dividendes de HAN-GINS Tech Megatrend Equal Weight UCITS ETF - Accumulating sur nos screeners actions.

#1 30/04/2012 11h35

Membre (2012)
Réputation :   1  

Activités de la société

Itesoft est spécialisé dans l’édition et l’intégration de logiciels de traitement automatique des documents papiers (formulaires, bordereaux, chèques, questionnaires, etc.) et numériques (formulaires Internet, courriers électroniques, etc.). Le CA par activité se répartit comme suit :

- vente de logiciels (64,5%). Le groupe assure parallèlement la rédaction des cahiers des charges, le paramétrage et l’installation des produits, la formation des utilisateurs, etc. ;

- prestations de maintenance (32,6%) ;

- négoce de matériel informatique (2,9%) : notamment de scanners .

La répartition géographique du CA est la suivante : Royaume Uni (9,9%), Allemagne (2,1%) et autres (89%) .
0.88€ de dividende prévu au versement en mai soit un peu plus de 31%…je joins le bilan ci-après:

Bilan Comptable Itesoft
que pensez-vous de ce small caps?

Message édité par l’équipe de modération (22/10/2020 12h33) :
- modification du titre ou de(s) mot(s)-clé(s)

Dernière modification par inepsie (30/04/2012 11h37)

Mots-clés : ite, itesoft, logiciel


Possibilité parrainage ING FORTUNEO

Hors ligne Hors ligne

 

#2 30/04/2012 11h42

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 10 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3310  

Le principe du forum c’est que vous donniez votre analyse et ensuite nous échangeons. :-)

VOUS, qu’est-ce que vous fait vous intéressez à cette valeur ? A combien la valorisez-vous ?


Rapport Gérants : imiter les meilleurs gérants de fonds

Hors ligne Hors ligne

 

#3 30/04/2012 12h05

Membre (2012)
Réputation :   1  

Je mise sur la solidité de sa situation financière 10.1m€ de capitaux propres et trésorerie nette de dettes de 9.2m€ soit une valorisation de 19.3m€….la société est encore sous valorisée avec une capitalisation boursière de 15.35m€ (à peu près 25% de décote).Bonne perspective de croissance en 2012 avec notamment la croissance du’cloud computing’ (service informatique à distance)en France et récente signature de protocole entre Orange,Thales, Dassault Systèmes et l’Etat.La société a pour objectif de proposer des services sécurisés de «cloud computing» aux entreprises et aux administrations françaises.
L’institut Gartner a relevé ses prévisions de ventes dans le monde. Il estime que le marché devrait progresser de 9,5% en 2011, à 268 MdUSD. Le segment du «SaaS» devrait poursuivre son développement et croître de 20,7% cette année pour représenter 12,1 MdUSD. Ce créneau devrait générer 21,3 MdUSD de revenus en 2015. Son succès tient à sa plus grande souplesse que la licence, en recourant à des solutions souvent présentes sur Internet, qui ne sont plus installées sur l’ordinateur de l’utilisateur.
Inconvénients:baisse du CA de 11% à l’international avec disparités par exemple repli d’activité en Allemagne mais 14% de croissance au Royaume-uni…
-conjoncture attentiste due à l’élection présidentielle.
-titre au plus haut à 3 ans (2.80€:dopé par l’effet d’annonce du dividende ) mais cotait plus de 4€ entre 2004 et 2005….

Dernière modification par inepsie (30/04/2012 12h23)


Possibilité parrainage ING FORTUNEO

Hors ligne Hors ligne

 

#4 30/04/2012 14h33

Membre (2011)
Réputation :   96  

La répartition du capital ne donne pas envie : le patron possède 55%, le flottant est à 17%.
Le reliquat est entre les mains des cadres dirigeants, des salariés + autocontrôle.

PS : Inepsie, vous avez un faux air de Bernard Tapie, je trouve…

Dernière modification par Motus (30/04/2012 14h34)


À la bourse tu as deux choix: t'enrichir lentement ou t'appauvrir rapidement. Benjamin Graham

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #5 11/08/2020 22h48

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

Bonjour,

ITESOFT est un éditeur de logiciel de dématérialisation. La société est surtout présente en France avec un CA 2019 de 23,6M€ et possède une filiale en Angleterre.

Le Chiffre d’affaire se décompose en 4 activités :
- licences perpétuelles : la société va sa solution logicielle et va l’installer sur site chez le client. La vente de nouvelle licence est les contacts avec de nouveaux clients et la vente de nouvelles licences auprès de clients existants (nouvelles fonctionnalités ou hausse des volumes traités). Historiquement jusqu’à 2017, la société vendait environs 5M€ de licences / an.

- maintenance : Cette activité est croissance régulière grâce à l’apport chaque année de nouveaux clients / nouvelles licences. L’activité est également fortement margée.

- prestation : service informatiques réalisé ponctuellement selon cahier des charges du client qui adapte son logiciel à ses spécificités. L’activité nécessite l’intervention d’ingénieur R&D et est donc moins margée. Ce segment est en décroissance lente mais régulière (les clients historiques ont déjà adaptés leur logiciel à leurs contraintes propres).

- saas : revenus réguliers et à forte marge, lancée en 2017



Malgré une faible croissance sur la dernière décennie (voire une quasi stabilité après retraitement de la petite acquisition W4 et l’inflation), le mix de CA s’est fortement amélioré avec une forte hausse des revenus réguliers et à haute marge.



Itesoft a amorcé sa transition vers le modèle saas en 2017. Cela s’est traduit par une baisse des ventes des licences perpétuelles (5M€ en 2017 et seulement 3,5M€ en 2019). En parallèle, Itesoft est parvenu à atteindre une ARR (annual recuring revenu) saas de 2,1M€ en base annuelle à fin 2019.
Etant donné que les coûts d’exploitation sont stable, cela pénalise fortement l’ebitda à court terme (14% en 2017 à 7% en 2019).

Politique dividende et rachat d’actions :
la société a historiquement retournée la majorité des profits via dividendes et rachats d’actions (la société contrôle actuellement 5,21% de son capital). Avant la transition saas, le dividende était aux alentours de 0,15€/action ce qui représenterais 4,5% sur la base du cours actuel.
Le dividende a été coupé en 2019 en lien avec la baisse ponctuelle des cash flow lié à la transition saas. La politique de dividende devrait pouvoir être rétablie en 2021 lorsque la transition saas sera effective.

CA S1 2020 :
l’activité à très bien résisté en affichant un recul contenu de 11%. Ceci est très honorable car en ligne avec d’autres sociétés saas à forte croissances tels qu’Easyvista (qui est actuellement sous OPA).
Dans le détail, la vente de licence s’est éffondrée à -80% à cause des mesures sanitaires qui ont empêché à la fois les démarches commerciales (salons) et le déplacement sur site client pour l’installation des licences.
A contrario, le CA saas a triplé porté par les contrats signés l’année dernière et la signature de nouveaux contrats au S1.
La maintenance et les prestations sont en légère décroissance (-4%).

Perspectives 2020 :
lorsque la situation sanitaire sera sous contrôle, l’activité commerciale pourra reprendre ainsi que la vente des licences perpétuelles ou l’accélération de l’ARR saas. Ceci couplé avec la hausse inertielle du CA saas devrait permettre de limiter la décroissance de CA sur l’exercice.

Perspectives MT :
l’essor du modèle saas permettra une forte hausse du CA et une remontée des marges aidée par une La stabilité des coûts et la croissance du CA saas à forte marge brute permettra une forte remontée de la rentabilité. Je table sur un retour à 14% en 2021 (qui correspond au niveau historique pré saas) avant de monter vers 17% en 2020.

La valorisation me semble intéressante puisque la capitalisation est inférieure à 20M€ avec un ratio VE / CA à 0,80x, particulièrement faible pour le secteur et la nature du CA à forte marge et récurrent. Par ailleurs, la valorisation semble actuellement intéressante par rapport à l’historique de la société.


A titre de comparaison, voici la valorisation d’Esker, concurrent de la société :

On notera que la valorisation d’Esker était en ligne avec celle d’ITESOFT en 2015 / 2016. Depuis, Esker a affiché une croissance beaucoup plus importante et mérite naturellement une prime sur Itesoft. ceci dit, l’écart entre les deux société est difficilement explicable. Soit Esker est largement sur évalué, soit Itesoft est largement sous-évalué. Je pense qu’il y a un peu des deux… je trouverais plus raisonnable un EBITDA 2020 de 15x pour Esker et de 10x pour Itesoft (niveau de 2015 / 2016 avant la transition saas). En toute rigueur, le modèle saas devrait mériter une prime par rapport à l’historique de valorisation. Je pense qu’une valorisation à 12x EBITDA est tout à fait envisageable sur le marché actuellement mais je préfère rester pour le moment conservateur et considérer seulement 10x EBITDA.
Ceci impliquerait un objectif de cours de 8€ pour itesoft contre 3,46€ actuellement (soit un upside de 130%).
Le potentiel me semble intéressant dans la mesure où la thèse dépend de la transition saas déjà largement amorcée et devrait être moins dépendante de la macro économie.

Risques
- non alignement des intérêts du PDG avec les minoritaires, le PDG a effectué une vente à soi même de la filiale Yooz en 2015. Ceci pourrait se matérialiser avec une offre d’OPR au rabais. Cependant, cela ne serait pas forcément la fin du monde car il y aura toujours une petite prime proposée. En cas d’offre manifestement sous évaluant la société, je saurais contester le prix auprès de l’AMF.
- crise sanitaire se muant en grave crise financière (scénario pour l’instant écarté grâce à l’activisme des états et banques centrales…)
- pertes de parts de marché comme dans toute activité concurrentielle. Le secteur logiciel est traditionnellement plus protégé étant donné les coûts importants de changement de logiciel pour les clients.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par oliv21 (11/08/2020 22h52)


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#6 12/08/2020 08h19

Membre (2014)
Top 20 Année 2022
Top 20 Année 2021
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   483  

Au premier regard, Itesoft m’a l’air d’être un de ces nombreux éditeurs qui vivotent avec quelques succès commerciaux.

Mais ils n’arrivent pas à « scale » comme disent les Venture Capitalists.

Oui le Saas déprime les marges ops mais ça ne doit pas affecter la marge brute et aussi proposer une croissance plus forte.

De ces points de vue, Itesoft n’a rien à voir avec Esker, boite qui devrait voir ses marges monter vers 20-25% après la transition vers un modèle Saas

EDIT
J’ai consulté les chiffres.
La boite se traine depuis 10 ans.
Le CA en 2008 était de 19m€ et seulement 4m€ de plus 11 ans plus tard.
Marge brute stable à 30%.
Cette entreprise a un modèle trop capitalistique. DSO à 200 jours! Cash conversion de plus de 120jours!
Ils ont besoin d’un BFR énorme donc ils ne peuvent pas croitre vite.

Sur Esker, on a plus que triplé les ventes et la GM monte vers les 50% (encore basse cela dit). DSO de 75 jours mais qui baisse.

Donc ITESOFT pourrait être un bon coup "value" avec une valo qui remonterait sur de bons résultats mais la boite ne m’apparait toujours pas comme un champion caché.
S’ils devaient croître plus vite, ils auraient besoin de s’endetter ou de faire une AK.

Dernière modification par kiwijuice (12/08/2020 08h48)


Patron d'un cabinet CGP

Hors ligne Hors ligne

 

#7 12/08/2020 09h20

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

1. Je ne crois pas qu’Itesoft se transforme du jour au lendemain en champion saas du secteur. Je dis simplement qu’ils sont en train d’achever cette transition saas qui devrait leur permettre de faire remonter sensiblement leurs marges après 3 exercices en demi teinte au niveau de l’opérationnel (moins de vente de licences perpétuelles, souscription abonnement saas qui ne génèrent pas encore du CA).

2. La seconde thèse du dossier est le revalorisation des multiples. Je ne prétends pas qu’Itesoft doive être valorisée au même niveau qu’Esker mais l’écart de valorisaton est IMO beaucoup trop important. En 2015 / 2016, Esker et Itesoft étaient valorisés au même multiple. Depuis Esker a énormément monté pendant qu’Itesoft baissait.
Actuellement à 6x EBTIDA estimatif 2021, Itesoft me semble particulièrement sous valorisé que ce soit vis à vis de son propre historique (cf pic de valo à 10x EBITDA en 2016) ou en relatif par rapport à Esker qui côte à 30x sont EBITDA 2021…

Cette situation me rappelle ma thèse sur Focus qui, vers 20€, se traitait avec une décôte beaucoup trop importante par rapport aux concurrents. Depuis, le cours a partiellement rattrapé son retard avec un x2 sur 3 mois, bien aidé il est vrai par des chiffres au Q1 meilleurs qu’escomptés…

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#8 12/08/2020 09h44

Membre (2014)
Top 20 Année 2022
Top 20 Année 2021
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   483  

Je vous dis simplement que je pense que c’est un coup boursier pas une position de LT. Mais vous tournez pas mal vos positions donc ça devrait vous convenir.

Sur les marges, je pense que le risque est de les voir rester basses encore 1-2 exercices, le modèle SaaS induit beaucoup de coûts supplémentaires en amont.

Je ne comparerais pas avec Esker - cette boite a atteint sa vitesse de libération et a les moyens de sa croissance.

Sur Itesoft, je crois qu’ils n’ont pas les moyens de la transition vers le SaaS. C’est très gourmand en capital puisqu’au lieu de se faire payer d’avance pour un an, on se fait payer en 12 traites.
Vos chiffres de CA pour 2021-2022 m’apparaissent du coup trop haut. Sauf à lever de la dette, mais alors le profil de risque augmente et/ou le dividende sera coupé.


Patron d'un cabinet CGP

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 12/08/2020 12h04

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

1. Je ne cherche pas vraiment à "faire de coup" ou "spéculer". Je constate juste que la société subi une décôte tant au niveau historique qu’en comparable alors qu’une grande partie de ses problèmes sont derrière elles (2018 et 2019) et que 2021 devrait être bien meilleur.
Je ne fais pas par ailleurs pas spécialement tourner mon portefeuille. Mes positions sont en général sur plusieurs années (2 / 3 ans) en lien avec le développement de ma thèse.
Je ne suis pas assez intelligent pour déterminer les croissances à l’infini des sociétés dite de croissance. Il m’apparaît au contraire très spéculatif de payer des multiples stratosphériques comme actuellement sur Esker sur la base d’espérances résultats potentiels à LT.

2. les marges ont DEJA baissé depuis 2018 à cause de la baisse de commercialisation de nouvelles licences perpétuelles. Le dividende a DEJA été coupé en 2019.
Concernant la transition du CA, il faut noter que les licences sont PERPETUELLES ce qui signifie que le CA produit est purement additionnel et viendra agrandir la base installée. C’est grâce à cette croissance marginale du parc que la maintenance augmente lentement mais régulièrement.
Les doutes concernant la transition saas sont donc très largement exagérés puisque la perte de CA ne concerne que les nouveaux clients et qu’il n’y a pas de pertes de CA licence si les clients historiques passent à la solution cloud !
2021 devrait au contraire profiter de l’essor du CA Saas. La bourse ne regarde pas l’historique mais les perspectives…

3. Dans le détail de mes prévisions pour 2021 :


- maintenance : hausse continue du CA portée par l’augmentation du parc d’abonné
- saas : Sachant l’ARR est déja à 2,3M€ au S1 2020 et que la société avait réussi à produire 1,4M€ de nouveaux abonnements saas en 2019, je pense tout à fait atteignable un CA saas à 3,7M€ en fin 2021 (2,3+1,4=3,7) soit dans 18 mois.
- licence : baisse continue des NOUVELLES licences PERPETUELLES dans la lignée de la transition saas des NOUVEAUX CLIENTS
- prestation : baisse du CA dans la lignée de l’historique

4. Je suis preneur de toute autre suggestion si vous trouvez d’autres sociétés avec :
- CA récurrent 65 à 70%
- marge ROC > 12% (mon estimation pour 2021)
- secteur en croissance
(sans pour autant considérer des croissances à l’infini très optimistes comme pour beaucoup de valeurs de croissance)
- valorisation abordable avec des ratios VE/ROC vers 6x et VE/EBITDA vers 5x

Dans le secteur logiciel, Linedata pourrait coller à cette description mais j’ai des doutes sur la tendance LT de croissance de leur secteur. Les banques / sociétés de gestion sont déja équipées de leur logiciel et ont tendance à faire pression sur les prix. Leur secteur me semble beaucoup plus mature que la dématérialisation sur lequel Itesoft est positionné. Ceci dit, je trouve que sur 24€, Linedata est un investissement décent mais avec moins de potentiel qu’Itesoft.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 03/10/2020 11h58

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

Résultats semestriels 2020
Rapport Semestriels 2020

A retenir :
- résultats à l’équilibre, en amélioration p/r au S1 2019 qui était en forte perte, aidé par la baisse des dépenses marketing et de la sous-traitance
- CAF au plus historique pour un S1 à +761k€
- impact devise (baisse GBP) pour 300k€
- très forte remontée de la trésorerie à 7,85M€ (vs une valorisation proche de 20M€ …)
- abonnement saas (ARR) à +130% !
- très fort impact de la crise sanitaire sur les nouvelles licences perpétuelles (arrêt des démarches commerciales et l’impossibilité d’installer les licences chez les clients)
- revenus récurrents à 72% du CA au S1 (vs 59% au S1 19), forte amélioration à la fois portée par la hausse de +6% des revenus récurrents et la baisse des revenus non récurrents (nouvelles licences)
- exercice des stocks options à 3,20€ au printemps 2020 (alors que le cours a plafonné vers 3,00€ au début d’année avant de descendre vers 2,20€ pendant la crise covid …), bizzare, bizzare ?

Analyse :
1. On commence à voir la progression des revenus saas qui permettent de maintenir la société dans le vert malgré la crise covid. Lorsque la crise sanitaire sera levée, la vente des nouvelles licences, quasiment gelée actuellement, pourra reprendre (même si le trend LT reste une baisse structurelle avec la transition vers le saas).
2. Excellente performance au niveau de la génération de trésorerie (CAF au plus historique sur 5 ans) ET au niveau recouvrement créance client (baisse structurelle en lien avec la réduction des revenus non récurrents).
3. L’exercice des stocks options à un cours supérieur au cours de bourse est très troublant. Cela peut s’expliquer par la très faible liquidité du titre et la difficulté pour acquérir ces titres directement sur le marché sans provoquer une forte revalorisation des cours.
4. La société côte à seulement 0,75x le CA… largement en deçà des multiples du secteurs (vers 2,5x le CA) et son plus proche comparable (Esker à 7,0x CA)
5. Amélioration structurelle du mix vers plus de revenus récurrent porté par le cloud se poursuit

1 + 2 + 3  +4 : toutes les planètes (saas, génération cash, insider à l’achat, valorisation au plus bas) semblent s’aligner pour une revalorisation du titre … voire une possible OPA.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#11 05/10/2020 11h58

Membre (2020)
Réputation :   57  

Oliv21 => la transition vers un business model de licences vers du SaaS a été initiée en 2018 afin d’augmenter la part des revenus récurrents. Concrètement, quels impacts financiers a-t-on sur le P&L de la société selon vous pendant cette période de transition, notamment sur l’évolution de l’EBITDA entre 2018 et 2019 (on passe de 2,6 M€ à 1,8 M€ sur la période).

J’aimerais en effet comprendre si la forte baisse de l’EBITDA est bel et bien liée en majorité à cette transition de business model (et donc qu’on retrouvera des niveaux d’EBITDA > 10% à terme) ou alors si elle est très problématique car davantage liée à des sujets structurels. A première vue, je dirais que la transition a un impact direct sur le chiffre d’affaires global car, à chaque nouvelle affaire ou renouvellement de contrat, le chiffre d’affaires global diminue puisque le client ne paye pas tout en one shot (licence) mais paye de manière régulière des petits montants (abonnements SaaS). En revanche, les charges d’exploitation elles ne baissent pas, ce qui mécaniquement diminue l’EBITDA. Un recul de 0,4 M€ du CA en 2019 expliquerait donc 0,4 M€ de recul d’EBITDA (sur un recul total de 0,7 M€). Le solde (0,3 M€) est lié à des hausses de charges de personnel (recrutement de 3 ETP en net). C’est ma lecture mais votre analyse sur le sujet m’intéresserait.

Quand je regarde les chiffres sur 2019, je note que le chiffre d’affaires maintenance ne diminue pas mais augmente, ce qui est très positif. La baisse du CA licences est bien entendu pas entièrement compensée par la hausse du CA abonnements SaaS. Un autre constat c’est que la société accélère ses investissements. Les investissements se lisent à la fois dans le tableau de flux (+0,4 M€ d’investissements en 2019 vs 2018, ce qui génère davantage de dotations aux amortissements dans le P&L et donc dégrade l’EBIT) et dans l’EBITDA (une partie des investissements sont des frais de personnel).

En termes d’actionnariat, le flottant se situe autour de 20%. Didier Charpentier a 63 ans. Il peut encore rester opérationnel quelques années mais il devrait y avoir un sujet transmission de la société à moyen terme puisqu’il détient, au travers du Holding CDML, près de 70% des parts.

La société a de belles références clients (cf page 29 du rapport annuel 2019), et sur un nombre important de verticales.

Dernière modification par levovitch1988 (05/10/2020 12h04)

Hors ligne Hors ligne

 

#12 05/10/2020 12h31

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

L’impact du saas sur la vente des licences est d’environ 1,8M€ (5,300 en 2017 vs 3,500 en 2019) ce qui s’est traduit par une baisse directe de l’EBITDA de 1,9M€ car les autres charges sont restées constantes.
l’ARR est en forte augmentation … mais la progression en terme de CA saas est plus lente et subit un décalage des quelques mois / années.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#13 06/10/2020 16h41

Membre (2016)
Réputation :   88  

Bonjour Oliv21
--> Pouvez vous détailler votre cacul de la trésorie à 7.85M€ ?
Pour ma part je note (en lisant rapidement le RFS) 8147K€ en page 14 dont 7M€ correspondent à des produits constatés d’avances, et sont d’ailleurs positionnés en dette dans le bilan

Dans mon optique habituelle, j’aurai tendance à retenir une tréso à 1.1M€.. aller disons 1.5M€ si je retiens à l’inverse les charges constatées d’avance

--> la génération de cash est bien présente mais liée en grande partie, comme vous l’avez dit, au recouvrement des créances client pour 7.2M€ et donc au changement de modèle.
Mais, à mes yeux cette génération ne va pas se poursuivre éternellement, le poste client étant à 5.3M€..

Bien cordialement

Hors ligne Hors ligne

 

#14 06/10/2020 17h44

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

J’ai calculé la trésorerie à partir du bilan : trésorerie - dette CT - dette LT. J’ai pas intégré les charges constatées d’avances. Mon calcul reste assez proche du détail donné par la société.
Les chiffres du S1 intègrent traditionnellement l’encaissement des factures de l’année n-1. Cela réduit mécaniquement et provisoirement le BFR de la société.
Dans mes calculs, j’ai considéré une trésorerie retombée à 3M€ pour le calcul de la VE fin 2020.

Il ne faut pas perdre de vue la "big picture" en se focalisant sur la saisonnalité du BFR.
- Le BFR devrait rester saisonnier mais sera en amélioration progressive grace à l’évolution progressive des revenus (moins de prestations, moins de licences, plus de saas)
- la CAF du S1 est au plus haut historique depuis 5 ans. Même s’il y a surement une partie qui est du à une baisse des charges de marketing et sous-traitance, c’est quand même pas si mal étant donné la conjecture, non ?

Itesoft n’est surement pas la meilleure société growth du secteur logiciel. Mais à seulement 0,7x les ventes, on ne peut pas lui en demander autant…

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#15 07/10/2020 11h18

Membre (2020)
Réputation :   57  



Pour celles et ceux intéressés par la valeur.

Comme le dit Oliv21, ce n’est pas un champion growth du secteur du logiciel. Cependant, j’apprécie énormément la forte progression de la part du CA récurrent depuis 2012.

La société a subi des gros swings de Free Cash Flow sur la période, à cause de grosses variations de son BFR d’exploitation (principalement lié au poste clients). De 2012 à 2017, la société a toujours eu un poste clients élevé (entre 8 M€ et 15 M€). Je pense que la volonté du management de passer progressivement à un mode abonnements SaaS est liée à 2 raisons principales: la première c’est d’augmenter bien sûr la récurrence du business (et donc améliorer la visibilité de l’activité) et la seconde c’est de mieux contrôler son BFR d’exploitation (et donc améliorer la régularité des Free Cash Flow). En effet, le mode de facturation abonnements permet je pense de mieux transformer le CA en cash que la licence facturée en one shot au client.

A terme, cette société pourra facilement générer 3 M€ d’EBITDA par an (soit un niveau comparable à celui de 2016 / 2017, avant bascule progressive vers le SaaS) et 2 M€ de Free Cash Flow. La conversion de l’EBITDA en Free Cash Flow sera bien plus évidente car peu de Capex (historiquement, environ 0,5 M€ par an puisque la R&D est principalement passée en charges d’exploitation dans les charges de personnel au dessus de l’EBITDA) et meilleure stabilité du BFR d’exploitation grâce à un modèle SaaS. Sur la base d’un Free Cash Flow de 2 M€, la moitié pourrait être versée en dividende et cela correspondrait à un dividende de 16 centimes par action.

En termes de valorisation, on devrait terminer 2020 avec au moins 3 M€ de trésorerie nette (sans compter les 380k titres auto détenus). La valeur d’entreprise (en prenant en compte les titres auto-détenus) serait donc autour de 15 M€, ce qui est faible pour une société qui à terme pourrait générer 2 M€ de Free Cash Flow annuel.

Anecdote : Itesoft a gagné en 2020 en finale face à Esker un beau contrat avec LIDL pour dématérialiser les factures (solution Cloud), grâce à une offre jugée plus performante (notamment dans la reconnaissance des champs HT et TTC) et plus sécurisée. Cela montre que l’offre d’Itesoft n’est pas à la ramasse par rapport aux champions du secteur.

Oliv21 => le principal risque mis en valeur sur le rapport 2019 est un risque lié à l’évolution des nouvelles pratiques.

"Les modifications de plus en plus rapides des pratiques personnelles et professionnelles (explosion de
l’utilisation des terminaux numériques mobile notamment, objets connectés, …) peuvent représenter un
risque pour ITESOFT : les technologies de capture de documents numériques et des métadonnées
associées (mail, SMS…) ne sont pas les mêmes que celles utilisées pour les documents papier, et de
nouveaux concurrents peuvent émerger rapidement en se spécialisant sur ces supports.
Par ailleurs, la Commission Européenne encourage les états membres à mettre en avant la facture
électronique non signée depuis plusieurs années, et travaille actuellement à la mise en œuvre d’un
standard européen de facture électronique incluant des métadonnées. Il est clair que le jour où cette
pratique se répandra (que nous estimons à quelques années au plus) les technologies de lecture
automatique n’auront plus d’utilité puisque les données contenues dans le document seront
directement accessibles. L’Etat Français met en place le portail Chorus qui rend obligatoire le règlement des fournisseurs de l’Etat (grandes entreprises) par facture électronique depuis du 1er Janvier 2017. C’est une promotion importante de cette nouvelle approche « dématérialisée à la source », dans laquelle la part de l’OCR diminue et disparaitra à terme. Elle doit se généraliser entre 2017 et 2020 à tous les fournisseurs de l’Etat, des collectivités territoriales et des établissements publics"

Quelle est votre compréhension / opinion sur ce risque ? J’ai pourtant l’impression qu’Itesoft développe récemment des solutions qui permettent de traiter des documents provenant pas uniquement du papier mais de nombreux de canaux tels que les emails.

Hors ligne Hors ligne

 

#16 07/10/2020 12h03

Membre (2016)
Réputation :   88  

Hors ligne Hors ligne

 

#17 07/10/2020 22h28

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

1. Au delà des multiples de valorisation VE/EBITDA 2022, vers 4 à 5x, très faible dans l’absolu pour une société capex light, il faut surtout se rappeler que le CA est devenu beaucoup plus stable / récurrent.

2. la transition vers les factures matérialisé peut être une source d’inquiétude mais comme indiqué dans l’article de gdauph, la transition sera assez longue en pratique et pas uniformisée au niveau international. Les grands comptes devraient continuer à avoir besoin de logiciel pour gérer les factures, au delà de la simple comptabilisation de la TVA. Si cela devait réellement être la fin de la dématérialisation, j’imagine qu’Esker ne coterait pas à plus de 30x EBITDA et au plus haut historique…

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #18 11/10/2020 11h51

Membre (2020)
Réputation :   57  

Le groupe ITESOFT avait une activité nommée YOOZ qui vendait des solutions en SaaS (déjà à l’époque) à des petits clients (PME et experts comptables) là où ITESOFT vendait plutôt des licences à des clients un peu plus gros. Les deux activités étaient organisées sous forme de Business Unit distinctes et faisaient l’objet de publication de données financières distinctes.

Il s’est avéré que YOOZ générait 1,2 M EUR de CA et un EBIT déficitaire de - 1,4 M EUR en 2014. Mais YOOZ connaissait une très forte croissance de son activité. Le groupe ITESOFT a cédé en décembre 2014 le fonds de commerce YOOZ qui pesait sur la rentabilité du groupe. Jusque là, rien de "choquant". Sauf que le groupe a vendu pour 2 M EUR le fonds de commerce de YOOZ à une société détenue par le holding personnel de l’actionnaire majoritaire d’ITESFOT (CDML). Je ne trouve ca pas très "propre" vis-à-vis des actionnaires minoritaires d’ITESOFT.

J’ai voulu allé regarder les comptes de YOOZ sur societe.com pour voir où en était la société aujourd’hui, mais les comptes ne sont pas disponibles. Il est possible que YOOZ se soit fortement développé …

Aux actionnaires d’ITESOFT : connaissiez-vous ce fait ? Qu’en pensez-vous ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #19 11/10/2020 16h15

Membre (2016)
Réputation :   88  

Bien vu
Selon leur blog, YOOZ c’est 50% de croissance par an..
Yooz Société | Dématérialisation des documents P2P

Hors ligne Hors ligne

 

#20 12/10/2020 16h29

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

J’ai déjà mentionné cet "épisode YOOZ" dans ma présentation. La vente à soi même du PDG est souvent (toujours ?) suspecte. Cela a surement "découragé" certains fonds et anciens actionnaires d’Itesoft.

Cela reste néanmoins du passé. L’affaire a été bouclé il y a maintenant 5 ans. Le plus important et la thèse reste axé sur la transition saas largement engagée… alors que la valorisation se traite toujours proche des multiples les plus bas historiques.

IMO, le plus gros risque actuellement serait une OPA CT à brix bradé. Cependant, l’affaire sera beaucoup plus difficile que Yooz étant donné qu’elle implique :
- l’accord de l’AMF sur un prix
- l’apport des actionnaires à l’offre.
Etant donné la large sous valorisation, je ne serais pas forcément mécontent s’il y a une offre un peu en deçà de mon objectif "raisonnable" de 8,00€.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #21 12/10/2020 17h34

Membre (2016)
Réputation :   88  

Merci Oliv21 pour vos apports.
Pour ma part, j’hésite (cela se sent je pense smile)

D’une part
--> le secteur me paraissait déjà très porteur avant la Covid, mais cela s’est encore accentué depuis.. ainsi au siège de ma société, les comptables étaient obligés de venir durant le confinement, certaines tâches administratives n’étant pas automatisées.

--> le produit semble top. Ce n’est pas moi qui le dit mais la DAF de LIDL (merci pour l’info Levovitch)
Youtube Lidl
Cette interview est très bien faite, et à elle toute seule me donne l’envie de participer à cette aventure

D’autre part
--> avec ce secteur et ce produit, je ne m’explique pas que le CA reste flat. Je pense que je ne dois pas être le seul étant donné le cours de bourse d’ailleurs. Je fais abstraction de l’éventuel impact de la migration vers le Saas.. les sociétés que j’ai un peu suivi par le passé sans y avoir mis un copec (Prodware / Easyvista) m’ayant laissé une opinion mitigée sur ce point.

--> si la croissance n’est pas au rendez vous et que la rentabilité n’est pas très forte, j’aurais tendance à valoriser cette entreprise comme n’importe quelle autre avec une logique du genre EV/FCF
Je n’ai pas creusé plus que cela non plus mais en regardant les FCF sur 5 ans dans le tableur de Levovicth, on est sur FCF probablement entre 0.5 et 1M€.
Et en regardant la trésorerie, je continue à penser que le gros de la trésorerie dans les caisses provient de produits constatés d’avances, de dettes vis à vis des clients et ce n’est donc pas une trésorerie nette (au même titre que les avances sur contrat de Gevelot par exemple)

Bref pour moi c’est à son prix aujourd’hui, c’est même cher si ça stagne, mais avec leur produit ça ne devrait pas stagner!

Dernière modification par gdauph (12/10/2020 18h01)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #22 12/10/2020 18h26

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

Quelques observations :
1- on peut éventuellement retraiter les avances pour le calcul de la DFN mais je ne trouve pas que cela soit judicieux / nécessaire étant donné que ces avances sont établies sur une activité récurrente et en augmentation. En pratique, il n’y a aucune raison que ces avances diminuent (ce qui pèserait sur la trésorerie).

2- le CA est ponctuellement sous pression due à la transition saas.

3- Depuis 10 ans, l’activité récurrente (principalement maintenance et maintenant saas) est en croissance dans l’absolu (6,6M€ en 2019, 14,2M€ en 2019) et en relatif p/r au total du CA (33% en 2010, 60% en 2019). Je conviens toutefois que la croissance reste très modérée pour une société de logiciel.

4. La marge devrait fortement augmenter dans les prochaines années avec la transition saas (déja bien expliqué ci-dessus et dans la lignée des autres sociétés de logiciel qui ont effectué cette transition).

5. Je ne prétends pas que ce soit l’affaire du siècle avec un potentiel de muti bagger basé sur une hyper croissance de LT. Je pense seulement que la valorisation est exagérément basse considérant la mue progressive de la société vers une activité fortement récurrente et la recovery des marges (cf mes multiples actuels des sociétés de logiciel qui ont "explosés" sur la dernière décennie).


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#23 22/10/2020 09h24

Membre (2012)
Top 20 Expatriation
Top 5 Actions/Bourse
Réputation :   679  

OPA sur Dalet, un autre éditeur de logiciel français… avec une offre qui me parait vraiment basse…
Le secteur est différent d’Itesoft mais cela montre bien l’énorme sous valorisation actuelle de ce genre de société (nano + france + transition saas …).
Apres les rachats de plusieurs éditeurs (Cameleon, Coheris, Horizontal, Ateme, Dalet, …), Itesoft reste la toute dernière cible avec Wedia…

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


"Espérez le meilleur, préparez le pire et attendez vous à être surpris" @StockPick_fr

Hors ligne Hors ligne

 

#24 09/02/2021 12h00

Membre (2016)
Top 20 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   1372  

Itesoft a publié son CA annuel le 21 janvier.

Ca annuel en repli de 11.9% à 20.8 M€.

Le SaaS est en croissance de 80% sur l’année et représente 8.6% de l’activité contre 4.2% en 2019.
Les revenus récurrents (SaaS + maintenance) représentent 70.7% du CA (vs 60%) et est en croissance de 3.5%.
En base annuelle, l’ARR SaaS est de 2.9 M€ vs 2.2 en 2019 (+32%).

Sur la seconde période de l’année, Bastide Medical, Circet Esp ou Matuvie ont rejoint les nombreuses entreprises qui ont choisi l’offre SaaS d’ITESOFT pour son coût attractif, la simplicité de son déploiement ainsi que la richesse fonctionnelle de sa solution de digitalisation des processus liés à la facture.

Après deux trimestres consécutifs marqués par l’épidémie de Covid-19 et les mesures de confinement associées, ITESOFT a enregistré un retour de la croissance de son chiffre d’affaires licences au dernier trimestre confirmant la reprise progressive des investissements des donneurs d’ordres après plusieurs mois d’attentisme.

Prochaine publication : résultats de l’exercice 2020, le 15 avril 2021, après clôture de bourse

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par bibike (09/02/2021 12h00)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect Linxea

Hors ligne Hors ligne

 

#25 15/04/2021 20h23

Membre (2016)
Top 20 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 20 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   1372  

Résultats annuels après le CA en janvier.

Les classiques économies* de charges en 2020 permettent d’augmenter la marge d’EBE et de maintenir celui ci à 1,8 M€ malgré la baisse du CA.
*charges externes, marketing, sous-traitance, départ de deux directeurs…
Baisse du ROC à 0,2 vs 0,5, du fait de la hausse des amortissements et provisions, sans doute impactés par la provision pour risques et charges liée aux deux départs précités…
RNPG en perte de 0,6 vs un bénéfice de 0,4.

Dernière modification par bibike (15/04/2021 20h23)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect Linxea

Hors ligne Hors ligne

 

Screeners actions Consultez l’analyse graphique et les dividendes de HAN-GINS Tech Megatrend Equal Weight UCITS ETF - Accumulating sur nos screeners actions.

Discussions similaires à "itesoft : logiciels de dématérialisation et d'automatisation des processus métier"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur