Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Les forums seront inaccessibles mercredi 14 avril 2021 matin
pour cause de changement de serveur.

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#26 22/05/2019 19h42

Membre
Réputation :   75  

J’abonde totalement avec Surin.
Il existe des outils pour maîtriser la collecte
Par exemple :
- suspension des souscriptions
- utilisation de la limite statutaire du capital
- politique de surcote

Au contraire j’ai reçu un mail de Corum le 17 mai pour me proposer de souscrire avant l’augmentation du prix de la part…

En 2018, on peut lire sur un fil d’actualité du début d’année que la collecte sera limitée à 300M€, et au final on a 345M€ de collecte. On ne doit pas avoir la même définition du mot limite.

Depuis que je m’y suis intéressé, le prix de part est quasiment toujours décoté, même après augmentation du prix.

Force est de reconnaître que la SdG est excellente en communication, mais pour celui qui comme moi préfère des faits et du factuel a des déclarations d’intention, cela ne suffit pas.


Parrain ING : ASMYFZA

Hors ligne Hors ligne

 

#27 23/05/2019 00h38

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2331  

Vous ne pensez pas que vous êtes trompé de discussion (ici, ce nest pas la discussion sur Corum Origin) ?


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #28 27/06/2019 15h04

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1017  

Voici le classement à ce jour des 10 SCPI à la valeur d’achat inférieure à la valeur de réalisation :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9144_anr_juin19.png

Hors ligne Hors ligne

 

#29 27/06/2019 18h24

Membre
Réputation :   77  

Je constate que sur les 5 premières, 4 sont gérées par Paref. Et la situation ne va pas en s’améliorant…


Apprenez comme si vous deviez vivre toujours, vivez comme si vous deviez mourir demain.

Hors ligne Hors ligne

 

#30 02/07/2019 20h39

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1017  

En effet, voici les chiffres après la mise à jour à l’instant par Paref Gestion, si 2 de leurs SCPI progressent légèrement, les deux Cifocoma plongent et trustent les 2 premières places de ce classement à l’envers :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9144_anrjuin19.png

Dernière modification par Surin (02/07/2019 20h55)

Hors ligne Hors ligne

 

#31 03/07/2019 07h52

Membre
Réputation :   77  

Bonjour,

Pour les Cifocoma, je crains qu’elle n’aient pas fini de plonger et donc d’occuper les 1ères places de votre classement.

Le peu de fluidité du marché secondaire, couplé avec des ratios et nouvelles peu encourageants ne vont pas rassurer les associés qui préfèrent quitter le navire. Quitte à revoir à la baisse leur prix de vente pour être sûr de pouvoir vendre rapidement car les acheteurs ne se pressent pas au portillon.

Pour ce qui est de la décote sur la valeur de réalisation, cette dernière n’est peut être pas si élevée qu’annoncée dans les bulletins. Une évaluation n’est qu’une donnée indicative, à un moment donné, selon l’expert qui l’a analysé (Comme pour les diagnostics énergétiques, d’un intervenant à l’autre, l’évaluation est différente). La vraie valeur sera celle qu’est prête à mettre un acheteur potentiel si ce bien devait être vendu et, surtout, quel est son rendement potentiel et des qualités.

Vu la diminution continue des TOP et TOF des Cifocoma et renégociation à la baisse des loyers, ces biens n’ont pas un rendement si attractif et en cas de vente, il est à craindre que la SCPI n’en tire pas le prix de son évaluation.

Certaines de ces remarques, notamment concernant l’expertise des valeurs de réalisation, s’appliquent aussi à Atlantique Pierre 1. Ce qui la différencie, c’est que la part a atteint depuis plusieurs mois, une fourchette de prix d’échange sur le marché secondaire qui semble convenir aux acheteurs et vendeurs, permettant une certaine fluidité des transactions. Si demain les acheteurs venaient à manquer, tout comme pour les Cifocoma, elle verrait probablement la valeur de sa part entrer dans une spirale à la baisse, dont on ne sait quand elle s’arrêtera.

Le plus désolant et l’incapacité de Paref à valoriser ces SCPI et d’une stratégie dans l’intérêt des associés. La société de gestion me parait plus soucieuse de vouloir les regrouper à tous prix pour son confort personnel et les dernières communications, émaillées d’erreurs, la valse des actionnaires et directeurs ne sont pas rassurants. Je ne reviens pas sur les guéguerres entre CS et associés déjà évoqués dans d’autres posts sur les SCPI concernées.


Apprenez comme si vous deviez vivre toujours, vivez comme si vous deviez mourir demain.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #32 05/09/2019 10h32

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1017  

Voici une mise à jour de ce baromètre à l’envers, quand ça monte c’est pas forcément bon signe.
A noter que l’Oustal sort du classement pour laisser sa place à Fructipierre, en attendant l’annonce de l’augmentation de capital ?
Sacrées décotes sur certaines SCPI de commerce, du jamais vu à ma connaissance.
Touche-t-on le point bas ?

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9144_anr_sept_19.png

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #33 25/10/2019 15h00

Membre
Réputation :   6  

Bonjour,

Tableau intéressant, je m’étais fait le même il y a deux mois et il m’a permis d’opter pour une acquisition de parts de Actipierre 2 le mois dernier. J’espère que mon analyse [taux de rendement élevé + décote du prix de revient relativement à la VR est la bonne et que le prix sur le marché secondaire va se redresser (en même temps je ne suis pas pressé).
Je suis de près les 2 cifocoma et Capiforce Pierre tant les rendements faciaux paraissent élevés de même que leur décote.
Plus globalement, je suis sidéré de cette décote sur les SCPI à capital fixe alors que la quasi totalité des SCPI à capital variable sont surcotées (valeur de retrait supérieure à la VR).
Je pense (a tort ou à raison) qu’il s’agit d’un problème d’animation du marché secondaire et de communication de la part des sociétés de gestion (en dehors de cifocoma ou il y a réellement un problème de composition du patrimoine).
Tant qu’il y aura de décalage, je privilégierais les SCPI à capital fixe.

Hors ligne Hors ligne

 

#34 25/10/2019 15h11

Membre
Réputation :   102  

Bonjour

Je suis d’assez loin les SCPI car je n’arrive pas a me decider d’y investir apres quelques analyses.

Je suis surpris de votre reponse sur Cifocoma. vous semblez considerer un probleme structurel du patrimoine, dans ce cas pourquoi vous y interessez vous ? ( a priori elle devrait plutot converger vers la valeur d’echange que l’inverse si il y a degradation de la valeur du patrimoine)

cdt

Hors ligne Hors ligne

 

#35 25/10/2019 16h11

Membre
Réputation :   6  

Vous avez raison, ma phrase ne correspondait pas forcément à ce que je pense de Cifocoma. J’attend l’évolution du taux d’occupation et pourquoi pas encore une baisse du prix sur le marché secondaire pour me positionner. Un vrai problème de fonds, semble t’il, est l’acquisition d’immeubles à crédit amortissable de durée courte qui obère la trésorerie disponible limitant la distribution aux associés. À contrario au titre de la valorisation de la part, elle augmente au gré du remboursement de capital.
Je vais d’ailleurs me positionner sur le forum relatif à cette SCPI.

Hors ligne Hors ligne

 

#36 25/10/2019 16h28

Membre
Réputation :   31  

Bonjour,

Tableau intéressant.
Un tableau des valeur de RECONSTITUTION/ valeur de part SCPI n’aurait-il pas une pertinence aussi très forte forte, compte tenu que la réglementation oblige la société de gestion de la SCPI variable, a augmenter la valeur de la part lorsqu’elle est inférieure de 10% de cette valeur de RECONSTITUTION ?
 
Cette analyse permettrait d’anticiper les prochaines revalorisations de part, à défaut son potentiel…

Exemple: SCPI  Epargne Foncière :
Valeur de part 2019 : 810 €
Valeur de reconstitution : 896.16 à fin 2018
La valeur de la part devrait augmenter en 2020 , à défaut le potentiel est au summum

Bien à vous

Hors ligne Hors ligne

 

#37 25/10/2019 17h03

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1017  

Sur la pertinence d’un tel tableau, il suffit de regarder les SCPI du haut du classement à capital variable. Il n’y a que Epargne Foncière qui est concernée en fait, les autres présentent peu voire aucun intérêt (c’est pour ça qu’elles sont là …).

Rentavix a écrit :

Un vrai problème de fonds, semble t’il, est l’acquisition d’immeubles à crédit amortissable de durée courte qui obère la trésorerie disponible limitant la distribution aux associés

Achats devenus vacants. C’est la pire des équations : un bien acheté à crédit, à un taux élevé non renégocié, avec un locataire parti donc on se retrouve avec un patrimoine qui se dégrade en valorisation (je parle de ce qui est acheté à crédit et vacant), qui ne rapporte rien et qui coûte trop cher (emprunts à 10 ans).

Ajoutons à cela une mauvaise gestion avec un dividende maintenu trop haut trop longtemps.
Je ne parle là que de Cifocoma mais peut-être Cifocoma 2 a-t-elle trop distribué jusqu’à l’an dernier, la purge tardive à venir risquant d’être plus dure à supporter pour les associés.

Hors ligne Hors ligne

 

#38 25/10/2019 17h11

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   247  

On pourrait passer novapierre Allemagne dans les SCPI a capital fixe maintenant smile)

Hors ligne Hors ligne

 

#39 25/10/2019 17h13

Membre
Réputation :   6  

C’est très juste Surin. Attendons les commentaires de la société de gestion sur les renégociations de prêt, sur les arbitrages de patrimoine envisagés et sur l’évolution des baux.
Plus globalement sur les SCPI à capital fixe de Paref  je crois que le carnet d’ordre ne s’alimente pas fort à l’achat… les prix d’exécution devraient continuer à baisser.

Hors ligne Hors ligne

 

#40 25/10/2019 17h20

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1017  

Ca tombe bien que le Capitaine parle de NA, "sur les renégociations de prêt", je crois que Paref Gestion a d’autres chats à fouetter, surtout des commissions à engranger en vendant de la part à capital variable.
Je ne connais pas la situation de NA sur le marché secondaire et n’ai pas connaissance d’un carnet d’ordres, en tout cas il n’est pas publié.
Les nouveaux baux se font à la baisse pour les Cifocoma, parfois de manière impressionnante, il est évident que la situation de leurs SCPI à capital fixe ne va pas s’améliorer à court terme, l’hémorragie de vendeurs n’étant pas prête de s’arrêter, en plus d’une situation locative qui tarde à se redresser.

Hors ligne Hors ligne

 

#41 26/10/2019 03h58

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2331  

Rentavix a écrit :

Plus globalement, je suis sidéré de cette décote sur les SCPI à capital fixe alors que la quasi totalité des SCPI à capital variable sont surcotées (valeur de retrait supérieure à la VR).
Je pense (a tort ou à raison) qu’il s’agit d’un problème d’animation du marché secondaire et de communication de la part des sociétés de gestion (en dehors de cifocoma ou il y a réellement un problème de composition du patrimoine).
Tant qu’il y aura de décalage, je privilégierais les SCPI à capital fixe.

La grande majorité des capitaux invetsis en SCPI l’est par l’intermédiaire d’un commercialisateur, qui "conseille" l’investisseur. Ce commercialisateur perçoit une commission (d’ordre de grandeur de 5% du montant investi) en cas d’investissement dans une SCPI à capital variable, ou dans une SCPI à capital fixe à l’occasion d’une augmentation de capital, et … pas grand chose en cas d’investissement dans une SCPI à capital fixe sur le marché secondaire (qui par ailleurs est très étroit). Il n’est pas surprenant qu’il y ait peu d’acheteur sur le marché secondaire des SCPI à capital fixe.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#42 28/10/2019 09h38

Membre
Réputation :   55  

GoodbyLenine a écrit :

La grande majorité des capitaux investis en SCPI l’est par l’intermédiaire d’un commercialisateur, qui "conseille" l’investisseur. Ce commercialisateur perçoit une commission (d’ordre de grandeur de 5% du montant investi) en cas d’investissement dans une SCPI à capital variable, ou dans une SCPI à capital fixe à l’occasion d’une augmentation de capital, et … pas grand chose en cas d’investissement dans une SCPI à capital fixe sur le marché secondaire (qui par ailleurs est très étroit). Il n’est pas surprenant qu’il y ait peu d’acheteur sur le marché secondaire des SCPI à capital fixe.

C’est tout à fait exact et j’ajouterais également une autre raison, pratico-pratique : la souscription de parts nouvelles est toujours exécutée en totalité et avec certitude alors que l’achat de parts sur le marché secondaire est souvent aléatoire, tant en ce qui concerne la quantité que le prix d’exécution.

En général, un conseiller ne peut (ni ne veut) pas mettre trois mois à faire investir son client la somme qu’il désire placer.


Je suis responsable de ce que j'ai écrit. Pas de ce que vous avez compris.  :)

Hors ligne Hors ligne

 

#43 04/11/2019 13h54

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   417  

En passant sur le site de Primonial REIM ce midi, j’ai jeté un coup d’oeil rapide à la SCPI Ufifrance Immobilier. Je n’ai aucun avis particulier sur cette SCPI (c’était la première fois que j’ouvrais des documents la concernant) mais je note qu’elle pourrait parfaitement rentrer dans le classement de cette file :
* la valeur de réalisation est donnée à 193.20€ / part dans le rapport annuel 2018 (voir p. 16);
* le dernier prix d’exécution pour Octobre 2018 semblait être de 156.38€ / part.
Cela nous donne une décôte de 19.06% et positionnerait cette SCPI favorablement dans le classement de cette file.

Pour compléter brièvement mon propos :
* c’est une SCPI de bureaux (+ quelques commerces) exclusivement franciliens à capital fixe;
* la capitalisation est supérieure à 300M€;
* le TOF au 2T 2019 était de 92.9%;
* le TDVM 2018 était de 4.87% (en regardant rapidement le rapport annuel 2018, on voit que la distribution est largement couverte par le résultat courant et que le report à nouveau est assez conséquent).

Dernière modification par cat (04/11/2019 14h41)

Hors ligne Hors ligne

 

#44 04/11/2019 14h57

Membre
Réputation :   6  

Je regarde depuis peu cette SCPI. Je suis circonspect compte tenu de l’endettement massif souscrit par cette SCPI (27% de la capitalisation) et en in fine sur des durées courtes (2 ans et 3 ans). Compte tenu du différentiel taux de crédit/ rendement des actifs, c’est très relutif pour le moment. Il ne faudrait pas que les conditions de financement se tendent au moment du remboursement des prêts.
J’ai le même grief pour Primovie et Primopierre. Leur rentabilité est dopée par ces emprunts in fine massifs relativement aux anciennes SCPI à l’endettement mesuré. Leur risque en est très significativement augmenté. Il ne faudrait pas un effet ciseaux hausse des taux/baisse des prix de l’immobilier professionnel…

Hors ligne Hors ligne

 

#45 04/11/2019 15h15

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   417  

Il me semble que la problématique est un peu différente entre les SCPI à capitale fixe (Ufifrance) et variable (Primovie/Primopierre) :
* pour les scpi à capital variable, cela permet (normalement) d’être toujours en avance sur la collecte;
* pour les scpi à capital fixe, cela permet de continuer à développer le patrimoine même sans augmentation de capital.

Plus que les montants, ce sont pour ma part plutôt les durées très courtes qui me surprennent (les SCPI de Sofidy ont aussi un endettement permanent mais sur des durées bien plus longues).

Je pense néanmoins que l’on s’éloigne un peu du sujet de la file.

Hors ligne Hors ligne

 

#46 04/11/2019 18h36

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1017  

J’avoue ne pas saisir la problématique du crédit in fine dans la valorisation car que se passe-t-il lorsque l’échéance arrive ? La SCPI doit sortir plusieurs dizaines de millions d’euros d’un coup ?

Voici le classement à jour en incluant cette SCPI Ufifrance Immobilier, pour laquelle il faudrait ouvrir une discussion en partant de ces échanges : SCPI Ufifrance Immobilier vs SCPI Corum Convictions
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/9144_anr1119.png

Hors ligne Hors ligne

 

#47 04/11/2019 19h02

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   417  

Mon intention initiale était plutôt de placer Ufifrance dans le classement mais si l’on veut en parler en détails, il faudra effectivement mieux se tourner vers une file appropriée (celle que vous indiquez par exemple Surin).

Pour l’histoire des échéances de crédit in fine, j’imagine que le capital peut être remboursé :
* de manière anticipé, s’il y a des arrivées de fonds (vente de biens, forte collecte) dont on n’a pas l’usage immédiat;
* en reportant l’échéance par exemple avec un emprunt du même type (éventuellement plus long avec un meilleur taux, comme le font en permanence les foncières cotées);
* en réorientant une (bonne) partie des revenus pour régler les échéances.
ou alors dans le pire cas, la banque récupère les biens mis en garantie ;-)…

Dernière modification par cat (04/11/2019 19h04)

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur