Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#126 16/02/2021 14h03

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Je n’ai pas mentionné 2 valeurs que j’avais repérées mais que je n’ai pas achetées au final car :
- IGE+XAO : très peu liquide (cf. OPA antérieure de Schneider Electric) et gros trous dans le carnet d’ordre. Sur le coup, cela ne m’a pas inspiré, je n’ai pas posé d’ordre
- MG International : ne cote pas en continu. ; Il y a bien de la liquidité (nombre de titres échangés convenables pour faire une petite ligne) mais je n’ai jamais acheté de titres au fixing, je me suis dit qu’il fallait que je regarde s’il y a des précautions à prendre sur ce genre de titres (ce qui n’empêche pas certains titres d’avoir e des parcours exemplaires, comme Graines Volts qui ne cote en continu que depuis très récemment).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #127 17/02/2021 12h19

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Bonjour.
Clap de fin sur HRS, j’ai tout revendu pour trois raisons :
- Je ne participe pas aux IPO d’habitude (j’attends de voir la "vraie vie" de la société et pas juste les promesses faites lors de l’IPO) ; j’étais rassuré par les commentaires disant que de nombreux fonds y participeraient)
- Vu le succès de l’IPO, c’était une toute petite ligne dans mon portefeuille
- Je n’ai pas renforcé pour faire une ligne de taille plus conséquence par rapport à mes autres lignes car on a l’impression que cette valeur est traitée uniquement par des traders et pas des investisseurs (je croyais voir une action du CAC 40 quand j’ai regardé le carnet d’ordre pour passer mon ordre de vente). Les variations journalières, c’est du grand délire ; la valorisation atteinte, la stratosphère ! J’ai entendu un commentaire disant que les smalls françaises (et IPOs ?) étaient tirées à la hausse par les nombreux particuliers entrés en bourse en 2020 et qui achètent à l’aveugle ; je ne sais pas i c’est vrai ou extrapolé de ce qu’il se passe aux USA (cf. Robinhood, GameStop).

Bref, j’ai pris à la place du X-Fab : secteur porteur des semi-conducteurs, cf. les pénuries p.ex. dans le secteur automobile ; le cours a dépassé les plus hauts de 2020 et il reste de la marge sur le plus haut historique de 2018.

Hors ligne Hors ligne

 

#128 26/02/2021 19h52

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Bonjour.

Bilan de mes nombreux achats de Smalls Momentum du mois : le grand yoyo !

C’était très bien parti ; cela finit mal. Alors que le portefeuille fait +1,6% sur le mois, cette poche fait -0,6%.

On a vu un mouvement de retournement sur les small en fin de mois. Et le momentum passé fait mal dans ce cas.
Par ailleurs j’ai calculé le momentum sur 6/12/6-1/12-1 mois mais j’aurais sans doute du prendre sur 3 et 6 mois : j’ai embarqué plusieurs valeurs en forte hausse sur 12 mois mais en stagnation/baisse sur 3 mois et récemment.
Enfin je vois qu’il y a des valeurs beaucoup trop volatiles à mon goût dans cette poche.

Je laisse encore vivre un peu, mais pour l’instant je suis mitigé. Je pense que je vais commencer par revoir mon indicateur Momentum.

Hors ligne Hors ligne

 

#129 26/02/2021 20h04

Membre (2020)
Réputation :   52  

Bonjour Korben,

La baisse est forte sur mon portefeuille également. Il y a un retournement des valeurs de croissance vers la value depuis 2 semaines. En gros, tout ce qui a super bien performé sur les derniers mois est massacré. C’est tout à fait sain et ne me pose aucun problème, au contraire. Il faut en profiter pour renforcer les valeurs sur lesquelles vous avez des convictions fortes. En janvier j’était d’accord avec le sentiment global que le marché était surévalué, mais là j’ai le sentiment que l’on retrouve des valorisations tout fait acceptables pour les valeurs de croissance.


L1vestisseur

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #130 02/03/2021 08h27

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Bonjour.
J’ai mis à jour mes données de Momentum à fin février.
Pour ceux que cela intéresse, voici le Top 10% de ma base analysée (sociétés cotées à Paris), en introduisant le Momentum à 3 mois comme indiqué ci-dessus.
Je combine donc perf à 3 mois / 6 mois / 6 mois sauf dernier mois / 12 mois / 12 mois sauf dernier mois (avec des poids respectifs de 40/20/20/10/10%).

Entreparticuliers
Groupimo
Spineguard
NR21
Damaris
Azorean-Aquatic Technologies
Biophytis
Evergreen
SRP Groupe
Delfingen Industry
Dynafond
Umalis Group
Stellantis NV
Derichebourg
Groupe Cioa
AgroGeneration
Valneva
Acteos
Hydro Exploitations
Cafom
H2O Innovation Inc
Kalray
Moulinvest
Fermentalg
The Blockchain Group
Alpha Mos
Cnova NV
Guillemot Corp
Eurofins-Cerep
X-FAB Silicon Foundries
Miliboo
Krief Group
Vente-Unique.com
Streamwide
La Fonciere Verte
Amatheon Agri Holding NV
Eramet
OSE Immunotherapeutics
AB Science
Acheter-Louer
Equipements Audiovisuels &Systemes
Alveen
Focus Home Interactive
Exel Industries
Compagnie Financière de l’Ouest Africain
Groupe LDLC
Verneuil Finance
Advicenne
2CRSI
Mastrad
Metabolic Explorer
Lexibook
Bourse Direct
Orege
Dnxcorp
Balyo
Nextedia
Dolfines
I.Ceram
NSE
Akwel
Artefact
Hipay Group
AdUX
Transgene
Engie EPS
Plastiques du Val de Loire
Adthink
Wallix Group
Sofibus Patrimoine
Damartex
EOS Imaging
Beneteau
Sidetrade
Aures Technologies

Dernière modification par Korben (02/03/2021 08h27)

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #131 13/03/2021 15h11

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Bonjour.
Je publie le suivi mensuel des fonds que je suis (liste dans un post ci-dessus).

Les sociétés en portefeuille


Disparu alors que présent dans au moins 2 fonds auparavant
Orpea

Présent dans 7 fonds
Esker

Présent dans 6 fonds
(rien)

Présent dans 5 fonds
Albioma
Chargeurs
Pharmagest Interactive

Présent dans 4 fonds
Bilendi
IGE+XAO
Ipsos
Sopra Steria Group
Teleperformance

Présent dans 3 fonds
Axway Software
Bigben Interactive
Delta Plus Group
Derichebourg
Elis
Generix
Infotel
Robertet
Soitec
Trigano
Worldline

Présent dans 2 fonds
Alstom
ASM International
Ateme
Aubay
Focus Home Interactive
Groupe Guillin
Groupe LDLC
HighCo
Imerys
Kaufman & Broad
LDC
Lumibird
LVMH
Manitou
MGI Digital Graphic Technology
Plastiques du Val de Loire
Publicis Groupe
Samse
Sartorius Stedim Biotech
Schneider Electric
SII
Spie
Stef
Stellantis
Thermador Groupe
Verimatrix
Viel & Cie

Cohérence des achats / ventes ?


Cohérence à l’achat
Derichebourg
Energisme
Imerys
Ipsos
Precia

Cohérence à la vente
Carbios
Esker
Robertet
Sartorius Stedim Biotech
Soitec
Vente-Unique.com

Incohérence achat / vente
Albioma
ASM International
Bigben Interactive (mais globalement à l’achat)
BIO-UV Groupe
Focus Home Interactive
Graines Voltz
Hopscoth Group
La française de l’énergie
Lectra
Mersen
Pharmagest Interactive
STMicroelectronics
Voltalia

Commentaires sur le contexte

Les gains de productivité constants permis par les nouvelles technologies et une société plus durable vouée à consommer moins de matières premières nous permettent de penser que cette reflation manque de soutiens structurels. Nous continuons de penser que le seul moyen de générer de la performance dans la durée est d’investir à bons prix dans des sociétés qui font la preuve d’une croissance bénéficiaire durable et qui soient protégées par des fortes barrières à l’entrée.

Commentaires sur les sociétés


2CRSI (+42%), société de conception de serveurs informatiques de puissance économes en énergie : la signature d’importants contrats avec le CERN ou une grande banque française.

ABC Arbitrage, spécialisée dans les stratégies d’arbitrage de liquidité et d’arbitrage statistique a beaucoup collecté sur les derniers mois et devrait profiter d’une volatilité qui demeure conséquente due à la rotation sectorielle liée à la remontée des taux d’intérêts.

Akwel (+39%) a communiqué sur un résultat opérationnel qui sera plus élevé en 2020 qu’en 2019 alors que, au plus fort de la crise, nous aurions pu nous attendre à une très forte baisse du chiffre d’affaires et une année en perte.

Artefact a profité de sa publication démontrant une forte accélération de la croissance sur le T4 et validant ainsi la recovery du groupe.

Axway (+18,3%) : l’éditeur de logiciels a confirmé ses perspectives d’amélioration de rentabilité (marge opérationnelle désormais attendue autour de 12% en 2021), maintenant que son modèle commercial a majoritairement basculé sous forme de souscription/location.

BASTIDE LE CONFORT MEDICAL : a relevé pour la seconde fois cette année ses perspectives annuelles à la suite d’un S1 en croissance organique de +22%.

Chargeurs : après avoir révélé des chiffres records pour l’année 2020, CHARGEURS a donné des objectifs 2025 bien supérieurs aux attentes.

Cogelec est spécialisé dans la conception, la fabrication et la distribution de solutions innovantes d’interphones téléphoniques et de contrôle d’accès commercialisés principalement sous sa marque phare Intratone. Le groupe, par ses innovations, introduit des ruptures technologiques et des offres commerciales permanentes dans son marché. Cogelec est par exemple le seul à proposer une solution d’interphonie non-filaire (« Intratone ») fonctionnant avec une carte SIM similaire à un smartphone.

Delta Plus Group : fin d’année correcte ; va clôturer 2020 avec des résultats historiques malgré la crise.

Derichebourg : leader français et un des leaders européens du recyclage de métaux (ferreux et non-ferreux). Le groupe possède également une activité de services aux entreprises et au secteur publique (ex: intérim, nettoyage, etc.). Depuis 2018, le groupe a dû faire face à une baisse du prix des métaux. Néanmoins, il a réussi à maintenir ses marges et sa capacité à générer du cash. Sorti indemne de cette crise, le groupe bénéficie depuis la fin 2020 d’un rebond des cours des métaux, tiré par la demande chinoise. Le phénomène s’est accéléré début 2021 avec la réouverture des importations en Chine de métaux recyclés afin d’alimenter les fours à arc électriques qui émettent moins de CO2 que les hauts fourneaux. Ceci s’est traduit dans les chiffres du T1 avec une progression de +40% de l’activité recyclage et un EBITDA en hausse de +86%. Simultanément, le groupe poursuit sa stratégie de croissance externe avec début 2021, l’entrée en négociation exclusive avec le n° 2 français du recyclage de métaux (Ecore). Etant donné l’historique du groupe en la matière, cette opération pourrait de nouveau être fortement créatrice de valeur à la fois par un prix payé attractif et d’importantes synergies de coûts et commerciales.

Energisme (+20%), éditeur de logiciels de gestion de la performance énergétique :  accélération de sa trajectoire commerciale.

Engie EPS (+31%) : société « green » qui engrange les commandes et dont la performance boursière ne relève donc pas simplement d’un effet de mode ou d’une bulle.

ESI Group (+12,7%), éditeur de logiciels de simulation : évolution de la gouvernance qui voit le président fondateur Alain de Rouvray être remplacé par le dirigeant de la société américaine National Instruments.

Esker. Vendu car la société nous semblait bien valorisée après un très beau parcours du titre 2020.

Eurofins Scientific : l’activité liée au Covid-19 n’a représenté en 2020 que 15% de l’ensemble de ses revenus.

Groupe Crit (-6,1%) : le travail temporaire souffre.

Groupe Guillin (-5,3%) : hausse du prix du plastique.

Guerbet (-12.44%) souffre des effets néfastes du Covid-19 sur les examens et interventions Radiologiques.

IGE+XAO a vu sa marge progresser très sensiblement au cours du S2 grâce à une reprise des activités et à la réduction des charges commerciales et marketing. À moyen terme, la récurrence d’une partie de ces gains couplée à une croissance régulière (+5 +7% / an) soutenue par l’électrification des moyens de transport notamment, permettront d’atteindre une marge de 35% d’ici trois ans (vs. 29% en 2019).

Ipsos est revenu en croissance organique positive sur le quatrième trimestre ; les perspectives envisagées pour 2021 sont meilleures qu’attendues.

Lagardère (+16%) est parvenu au second semestre à quasiment stopper les flux négatifs de trésorerie de son activité de boutiques d’aéroports et de gares, malgré une chute de 66% des revenus de cette division.

LECTRA : a publié des chiffres marquant une reprise de la dynamique commerciale au T4 après neuf premiers mois difficiles sur ce plan. L’annonce de l’acquisition de GERBER, un concurrent américain a propulsé le titre proche de ses plus hauts historiques, de manière assez logique car elle est structurante à plusieurs titres. Elle permet:
1/ un quasi doublement de taille,
2/ une sensible réduction de l’intensité concurrentielle,
3/ un potentiel de synergies très important,
4/ d’utiliser un montant élevé de cash qui dormait jusqu’à présent au bilan
5/ une réduction de la sensibilité au dollar.

LNA Santé : vendu dans le contexte de rotation sectorielle.

Manutan (-5,1%) : bon T2

M6 (+18,1%) a enregistré en 2020 la meilleure marge opérationnelle de son histoire (20,5%) et qui va ainsi pouvoir distribuer un solide dividende représentant 9% de rendement.

Novacyt (-32%) : le cours du spécialiste franco-britannique des tests de diagnostic est mis sous pression par le début de la campagne vaccinale qui pourrait réduire à terme la demande pour ses tests PCR.

Orpea : discours prudent sur les variants du virus.

PCAS (+30,8%), spécialiste de chimie fine et de synthèse pharmaceutique : annonce d’importantes subventions accordées par l’Etat pour aider la France à relocaliser la production de certains principes actifs entrant dans la composition de 12 médicaments critiques.

Pharmagest : le cours du spécialiste français des logiciels pour les établissements de santé recule sous l’effet de la vente de l’intégralité de la participation (5% du capital, avec décote de 15%) de son président du directoire et fondateur. Il devrait toutefois rester en poste au moins jusqu’en 2024.

Piscines Desjoyaux : les fondamentaux demeurent très solides.

Plastivaloire (+17,7%) : bon T1 2020-21

Precia : le spécialiste des outils de pesage profite d’un excellent momentum commercial. La stratégie du groupe visant à proposer davantage de logiciels semble très prometteuse.

Séché Environnement : bénéficie de sa faible valorisation et d’un bon momentum de publications.

SII (+15,2%), société de conseil : a rebondi avec sa publication trimestrielle qui a montré la résistance de sa croissance organique (-0,5%).

Solutions 30 (-9%) : le spécialiste français des installations des nouvelles technologies voit son cours reculer dans l’attente des conclusions de l’audit externe qui doit être rendu avant la fin du premier trimestre.

Streamwide (+21.29%) : conclut un partenariat important avec la division SLC d’Airbus Defence and Space.

Synergie (-5,1%) : le travail temporaire souffre.

Tarkett : spécialiste mondial des revêtements de sols et de surfaces sportives. Majoritairement détenue par la famille Deconinck, Tarkett nous semble digne d’intérêt dans le contexte d’anticipation d’une nette reprise des activités de construction/rénovation. Sa valorisation actuelle, proche des plus bas cours historiques (environ 0,4x le C.A., 9x le ROC 2022) est aujourd’hui pénalisée à très court terme par une perspective de rebond commercial légèrement retardé et par un vent contraire lié aux prix haussiers de certaines matières premières. Mais si nous regardons à un horizon un peu lointain, celui du plan stratégique 2022, le cours actuel peut constituer une opportunité raisonnable.

Teleperformance (externalisation de la relation clients, +8,5%) : s’est mise en avant avec une croissance organique de +23,3% au quatrième trimestre et une marge d’EBITA avant éléments exceptionnels de 15,7% au second semestre, stable sur un an. La société s’est admirablement développée dans les domaines de la santé ou de la technologie faisant ainsi mieux que compenser le déclin dans les secteurs touchés par la crise sanitaire comme l’hôtellerie ou le tourisme. Teleperformance attend une croissance organique d’au moins 9% en 2021, avec une marge d’EBITA avant éléments exceptionnels de 14%.

Ubisoft (jeux vidéo, -18%) s’est replié malgré des résultats de bonne facture. Le groupe a décalé la sortie de deux jeux pour assurer leur qualité. Il va continuer à fortement investir pour nourrir son développement à moyen terme aux dépens de sa profitabilité immédiate. Nous apprécions cependant le bon positionnement du groupe sur les nouvelles générations de console, la croissance de ses activités récurrentes ainsi que le succès de ses derniers titres.

Valneva (+17%) : le spécialiste français des vaccins profite de l’exercice de l’option d’achat de 40 millions de doses de son candidat vaccin contre la COVID 19 par le gouvernement britannique Cet ajout porte les commandes britanniques à 100 millions de doses.

Verallia : fondé en 1972, est spécialisé dans la conception, la production et le recyclage des emballages en verres. La société était initialement une branche du Groupe Saint-Gobain avant de devenir un groupe indépendant en 2015. Verallia est le leader européen et le troisième producteur mondial d’emballage en verre pour les boissons et les produits alimentaires.
Ce mois-ci, Verallia a publié des résultats sur l’année 2020 supérieurs aux attentes et se montre optimiste quant aux perspectives 2021. En effet, sur l’année 2020, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 2 536 million d’euros, soit un repli limité à -1,9% par rapport à 2019, malgré un contexte de crise sanitaire et économique mondiale sans précédent. De plus, les bénéfices et la marge devraient continuer à s’améliorer grâce à la reprise des volumes, à l’évolution du mix produit vers le haut de gamme, ainsi qu’à la poursuite de son plan de performance opérationnelle visant à réduire les coûts de production de 2% par an au sein de ses 32 sites de production.
Enfin, avec la levée des mesures de confinement, nous sommes convaincus que Verallia dispose des meilleurs atouts pour retrouver en 2021 des niveaux de croissance similaires à 2019 et poursuivre son développement.

Vicat (+12%) : les résultats annuels progressent finalement de presque 20% (à taux de change constants).

XILAM : vise une croissance supérieure à 100% pour l’année prochaine, portée par un volume record de livraisons de nouvelles productions.

Hors ligne Hors ligne

 

#132 14/03/2021 11h22

Membre (2018)
Réputation :   118  

Concernant PCAS, c’est surtout la rumeur d’une mise en vente de Sequens par Eurazeo qui a engendré la hausse.
Eurazeo prépare une vente du groupe pharmaceutique Seqens, selon des sources

Hors ligne Hors ligne

 

#133 21/03/2021 13h10

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Bonjour.

Je réfléchis à mon indicateur Momentum Composite. 2 points méritent réflexion :

- Le Momentum à 12 mois (et 12 mois sauf dernier mois) va, dans les quelques mois à venir, être pollué par la période forte baisse du marché au début de la crise sanitaire. Certains titres auront très fortement baissé puis très fortement remonté. Cela les avantage par rapport à ceux ayant des réactions moins violentes.
=> Je vais neutraliser cela en ne regardant pendant quelques mois que le Momentum à 6 mois, 6 mois sauf dernier mois et 3 mois.

- Certains titres ont des parcours tellement vertigineux (on a plusieurs titres à x10 sur un an) qu’ils finissent ensuite par stagner voire perdre pas mal de terrain (plusieurs 10aines de %). Monter à bord trop tard est contre-productif (en tout cas dans les titres que j’ai achetés "pour voir" en février, c’est le cas ! Snif).
=> 2 façons de neutraliser cela :
1/ Ne pas s’intéresser au très haut du panier
(p.ex. regarder ceux classés de 80 à 95% ; mais pas le top top entre 95% et 100%, 100% étant le meilleur)
2/ Corriger en fonction de la volatilité. J’ai une source de données donnant le bêta à 3 ans ; j’aurais préféré 1 an pour l’exercice que je mène avec, mais c’est déjà cela.
Correction : lorsqu’elle est positive, je divise la performance sur la période concernée par la valeur absolue du bêta lorsqu’elle elle est > 1

Je publie 4 listes ci-après avec les données au 20/03/21 (corrigé du bêta ou pas / séparer le très haut du panier) :

Et vous, qu’en pensez-vous ?


I/ Momentum non corrigé. 100 à 95% = trop tard ?
Entreparticuliers.com
SpineGuard
Delfingen Industry
Acteos
SRP Groupe
Centrale d’Achat Française pour l’Outre-Mer
Gaussin
Amatheon Agri Holding N.V.
ADThink Media
Moulinvest
The Blockchain Group
Balyo
Derichebourg
METabolic Explorer
Fermentalg
Guillemot Corp
Enertime
GenSight Biologics
Vente-Unique.com
AgroGeneration
Alpha MOS
Bourse Direct
Miliboo
Valneva
MG International
Advicenne

II/ Momentum non corrigé. 95 à 80% = OK
Cerinnov Group
X-FAB Silicon Foundries
Lexibook - Linguistic Electronic System
Plastiques du Val de Loire
Neolife
Streamwide
Sensorion
Parrot
Orege
OSE Immunotherapeutics
Cnova N.V.
Prologue
Eurobio Scientific
Trilogiq
EOS imaging
Umanis
AKWEL
Global Bioenergies
ENGIE Eps
Memscap
Bénéteau
NSE
Artefact
Groupe LDLC
HiPay Group
Navya
Euromedis Groupe
SES-imagotag
AB Science
Touax
madvertise
Passat
EXEL Industries
Wallix Group
Focus Home Interactive
Vergnet
Biosynex
Nanobiotix
Hoffmann Green Cement Technologies
Transgene
I.ceram
MedinCell
Eo2
Compagnie Plastic Omnium
Burelle
Renault
Wedia
Atari
Damartex
Eramet
Mastrad
DNXCorp
Quadient
Prismaflex International
Métropole Télévision
Valbiotis
Abéo
HF Company
Wavestone
Nexans
Publicis Groupe
Trigano
Fountaine Pajot
AURES Technologies
ZCCM Investments Holdings Plc
Poujoulat
AdUX
Prodways Group
AST Groupe
Manitou BF
Catana Group
Jacquet Metals
Télévision Française 1
Lectra
Hopscotch Global PR Group

III/ Momentum corrigé du bêta. 100 à 95% = trop tard ?
Entreparticuliers.com
SpineGuard
Amatheon Agri Holding N.V.
ADThink Media
Centrale d’Achat Française pour l’Outre-Mer
Guillemot Corp
Gaussin
Delfingen Industry
AgroGeneration
Alpha MOS
Valneva
METabolic Explorer
MG International
Fermentalg
Bourse Direct
Streamwide
Advicenne
Acteos
OSE Immunotherapeutics
Orege
Parrot
EOS imaging
Umanis
SRP Groupe
Moulinvest

IV/ Momentum corrigé du bêta. 95% à 80% = OK
Derichebourg
Miliboo
Trilogiq
Balyo
Vente-Unique.com
Bénéteau
Eurobio Scientific
Cnova N.V.
EXEL Industries
NSE
AB Science
Focus Home Interactive
Transgene
Hoffmann Green Cement Technologies
MedinCell
Wedia
Euromedis Groupe
Atari
Quadient
Valbiotis
The Blockchain Group
DNXCorp
SES-imagotag
Memscap
HF Company
Poujoulat
Wavestone
Lexibook - Linguistic Electronic System
Publicis Groupe
Passat
AKWEL
HiPay Group
ENGIE Eps
Damartex
Videlio
PAULIC Meunerie
GenSight Biologics
Groupe LDLC
Eurogerm
Télévision Française 1
Reworld Media
Wallix Group
AURES Technologies
PCAS
Prologue
Piscines Desjoyaux
I.ceram
Manitou BF
Signaux Girod
X-FAB Silicon Foundries
ADLPartner
Sidetrade
ZCCM Investments Holdings Plc
Cast
Plastiques du Val de Loire
Trigano
Advenis
Artefact
Métropole Télévision
Nextedia
Mastrad
AST Groupe
Mr. Bricolage
Esker
Lectra
Sensorion
Carmat
Thermador Groupe
Prismaflex International
Eo2
Clasquin
LACROIX Group
Abéo
Delta Plus Group
AdUX
Touax

Hors ligne Hors ligne

 

#134 31/03/2021 20h00

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Korben, le 26/02/2021 a écrit :

Bonjour.

Bilan de mes nombreux achats de Smalls Momentum du mois : le grand yoyo !

C’était très bien parti ; cela finit mal. Alors que le portefeuille fait +1,6% sur le mois, cette poche fait -0,6%.

Bonjour.
Ce n’est toujours guère plus brillant en mars sur cette poche Smalls Momentum créée début février : +3,2% sur le mois vs +5,2% pour mon portefeuille et +6,4% sur le CAC40.

Je persévère encore au moins 2 mois, mais comme indiqué ci-dessus il faudrait a minima revoir la façon de calculer le Momentum et/ou ne pas prendre en compte les extrêmes.

Hors ligne Hors ligne

 

#135 31/03/2021 20h59

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   187  

Bonsoir Korben,

Est ce que vous ne subissez pas simplement les hasards du calendrier ?
Les valeurs qui performaient bien en 2020, ont calé ou corrigé début 2021 avec la rotation sectorielle, donc celles qui avaient un fort momentum subissent le retour de balancier ? il faudrait valider votre approche sur une longue période…

Hors ligne Hors ligne

 

#136 01/04/2021 16h16

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

On est d’accord, 3 ou 6 mois plus tôt on n’aurait pas eu ce revirement de Momentum avec le "revirement" de style Value / Growth (revirement temporaire ?).

Je savais que le Momentum joue des tours lors des retournements de marché ; là ce n’est pas un retournement global du marché, mais un revirement de style qui produit un effet similaire, même si moins marqué.
Cela me rappelle quand je faisais de la Value pure et que je me suis pris quelques Value trap.

Cela revient in fine à ce qu’on voit sur Stockopédia : avoir au moins 2 critères validés parmi Value, Quality et Momentum. D’ailleurs W. Higgons dit la même chose sur sur fonds Indépendance et Expansion quand il rappelle qu’il est certes Value mais qu’il y aussi un filtre Quality et qu’il vérifie maintenant aussi l’aspect Momentum. Et aussi la stratégie Small Value Momentum.

Quand je parle d’écarter les extrêmes du filtre Momentum, cela revient sans doute in fine à écarter les valeurs les plus chères et qui ne respectent plus du tout un critère Value (certaines ont fait des x10 l’année) ; ou quelques valeurs plutôt spéculatives, qui ne sont pas du tout Quality.

Hors ligne Hors ligne

 

#137 01/04/2021 22h28

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Je suis ébahi par la tenue de mon portefeuille ce jour !

Pour un CAC à +0,6%, mes différents portefeuilles (2 PEA, 2 PEA-PME, CTO) sont chacun entre +1,6 et +2,2% ; plus de 100 lignes, diversifiées (pour simplifier 1/3 de cycliques, 1/3 de défensif, 1/3 de neutres).
Je n’ai pas souvenir de la dernière fois que j’ai vu cela (si j’ai jamais vu cela d’ailleurs).

Et ce n’est pas un poisson d’avril !

Dernière modification par Korben (01/04/2021 22h29)

Hors ligne Hors ligne

 

#138 02/04/2021 07h34

Membre (2018)
Réputation :   59  

L’effet solutions 30 (je me suis fait la même remarque que vous sur mon propre Pea smile)?

Dernière modification par investissor (02/04/2021 07h41)

Hors ligne Hors ligne

 

#139 02/04/2021 09h12

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

+27% Solutions30 en effet.
+11% MGI Digital Graphic Technology
+10% Thermador qui avait été victime d’un gros doigt à la vente au fixing de clôture la veille et s’est plus que rattrapée le lendemain
+7% 2CRSI sur un contrat
+6% SII
+5% Derichebourg, Chargeurs
+4% Precia, Soitec, SRP, Navya, Hipay, Fnac, Dontnod
+3% Vetoquinol, X-Fab, Energisme, Bastide, EO2, Somfy, Thalès, Virbac, Vinci, Interparfums, Vente-Unique, Mersen, Dassault Systèmes

etc.

C’était Noël Pâques avant l’heure, surtout du côté des Mid & Small. Espérons qu’il n’y ait pas indigestion et retour de bâton.

Pas de quoi pavoiser non plus, mon portefeuille était en retard d’un peu moins de 2% sur le marché depuis le début d’année. Mais comme je le disais, c’est surtout cet important écart sur une journée et généralisé à l’intégralité de mes "sous-portefeuilles" qui m’a surpris.

EDIT : je rajoute les actions (+3 ETF)  en portefeuille ; tri par poids descendant au 31/03 avant la folle journée d’hier

AIR LIQUIDE
EUROFINS SCIENTIFIC
RUBIS
TELEPERFORMANCE
LVMH
ALTAREA
SCHNEIDER ELECTRIC
KERING
SANOFI
ABC ARBITRAGE
SII
TOTAL
IPSEN
STEF
DASSAULT SYSTEMES
REMY COINTREAU
HERMES
WORLDLINE
VINCI
INTERPARFUMS
CHRISTIAN DIOR
ALTEN
ESKER
DELTA PLUS GROUP
IMERYS
UNIBAIL-RODAMCO-WESTFILED
EDENRED
BNP PARIBAS
IDI
TRIGANO
THERMADOR GROUPE
PHARMAGEST INTERACTIVE
KAUFMAN ET BROAD
SWORD GROUP
MERCIALYS
BIGBEN INTERACTIVE
DANONE
THALES
PERNOD RICARD
LDC
MERSEN
ATEME
AUBAY
GROUPE FNAC DARTY
GTT
TECHNIP ENERGIES
SARTORIUS STEDIM BIOTECH
INFOTEL
FOCUS HOME INTERACTIVE
MGI DIGITAL GRAPHIC TECHNOLOGY
KORIAN
CHARGEURS
LINEDATA SERVICES
SOLUTIONS 30
GERARD PERRIER INDUSTRIE
STREAMWIDE
BIOMERIEUX
LNA SANTE
VIRBAC
ROBERTET
VETOQUINOL
DEVOTEAM
MICROWAVE VISION
ENVEA
SOMFY
ETF Lyxor Europe Health
ETF Lyxor Europe Immobilier
VERIMATRIX
SQLI RGPT
DERICHEBOURG
NEXITY
AKWEL
CLASQUIN
DONTNOD
WAVESTONE
SOITEC
UMANIS
REWORLD MEDIA
HIGH CO
BASTIDE LE CONFORT
GROUPE GUILLIN
PISCINES DESJOYAUX
GROUPE LDLC
ALBIOMA
NATIXIS
METROPOLE TV
NEURONES
IPSOS
X-FAB SILICON
VENTE-UNIQUE.COM
PLASTIQUES VAL DE LOIRE
MILIBOO
MANUTAN
PRECIA
ENERGISME
ETF Lyxor MSCI Disruptive Technology
NEOEN
ROCHE BOBOIS
2CRSI
LEXIBOOK
MOULINVEST
SRP GROUPE
VALNEVA
EO2
La française de l’énergie
GAUSSIN
AGRIPOWER FRANCE
NAVYA
OSE IMMUNOTHERAPEUTICS
HIPAY

Dernière modification par Korben (02/04/2021 09h41)

Hors ligne Hors ligne

 

#140 02/04/2021 16h27

Membre (2020)
Réputation :   48  

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #141 08/04/2021 09h47

Membre (2020)
Réputation :   48  

Bonjour Korben

Comme discuté par message privé, ci-joint une analyse financière historique rapide du titre LDC.



L’historique est très propre : le CA et l’EBIT augmentent chaque année depuis 2015 à la fois par croissance organique et externe (on voit que la trésorerie nette diminue sur la période).

Le cours de bourse ne fait pas grand chose à première vue mais quand on creuse on remarque qu’il y a eu un split de l’action par 2 (augmentation du nombre de titres en circulation en 2017). La capitalisation boursière est ainsi passée de 726 M€ à 1 700M€ aujourd’hui sur la base d’un cours de 100€.

Les ratios de valo sont raisonnables : VE / EBIT de 8x sur l’exercice 2021 qui est déjà clôturé (fin février).

Les ROE et ROCE sont bons (ils sont proches l’un de l’autre ce qui est cohérent car la société n’utilise pas le levier de la dette, vu qu’il y a une situation de trésorerie nette). Méthodologie de calcul : ROE = RN / fonds propres ; ROCE = (EBIT - IS) / (fonds propres + dette financière nette).

Notons une enveloppe annuelle de Capex industriels en augmentation sur la période. Sans avoir trop creusé, je comprends que le groupe investit à la fois dans ses outils de production pour gagner en compétitivité (40% des produits de volailles en GMS vendus en France viennent de l’étranger avec des prix très agressifs, LDC essaye de gommer cet écart de prix en gagnant en productivité) et aussi pour redresser des sociétés rachetées quand elles étaient en difficultés (notamment Doux en 2018).

Le groupe est leader en France (40% de PDM) et se développe en Pologne et en Hongrie sur la volaille.   

Il y a aussi un pôle traiteur (marques Marie et Traditions d’Asie). Récemment, le groupe a investit dans le sushis en France Le groupe LDC investit dans les corners de…

La politique de dividende est très prudente : pay out ratio inférieur à 20%. Le dividende est largement couvert par le Free Cash flow sauf en 2016.

Actionnariat familial.

J’aime bien ce titre très défensif par les temps qui courent.

Ce qui me fait davantage douter sur le titre et qui je pense m’empêchera de rentrer dessus, c’est les lobbies qui accusent le groupe de maltraitance animale concernant les volailles dans leur élevage, leur transport et les abattoirs. Cela pourrait nuire au titre à l’avenir. 

L214 épingle un abattoir du Cher après la constatation d’infractions sur le transport de dindes

Dernière modification par levovitch1988 (08/04/2021 10h06)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #142 09/04/2021 10h08

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Au-delà de la maltraitance animale, et pour élargir aussi aux produits laitiers puisque vous évoquiez Savencia comme piste d’investissement intéressante, on voit aussi apparaître des messages autour de la lutte contre les divers impacts environnementaux de l’homme (climat, perte de biodiversité, etc.) qui préconisent une nourriture basée sur les plantes.

Un bon article sur le sujet : Pourquoi notre alimentation doit absolument changer pour freiner la sixième extinction

Bill Gates, dans son récent livre "Climat Comment éviter un désastre," évoque quant à lui la solution des  burgers végétaux. Le livre évoque la société Impossible Foods ; je n’ai pas de piste française sur le sujet (j’ai pensé à la marque Sojasun, mais visiblement non liée à une entreprise cotée).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #143 13/04/2021 20h19

Membre (2020)
Réputation :   48  

J’ai lu le rapport 2019/2020 de LDC, en attendant celui de l’exercice en cours clôturé fin février 2021.

Le management de LDC a bien en tête le sujet "bien être animal" et "qualité des produits". Ils mettent en place des initiatives concrètes et investissent dans leurs actifs industriels.

Exemple :

"En cohérence avec ses actions engagées sur le maillon élevage, le Groupe poursuit ses investissements dans ses sites d’abattage pour intégrer les meilleures méthodes de protection animale
• aménagements des quais de réception (salles d’accueil abritée avec éclairage adapté et thermorégulation)
• développement de la technique d’étourdissement sous atmosphère contrôlée : depuis début janvier 2020, 46 % des poulets abattus par le Groupe en France sont étourdis de cette manière, soit 6 % de plus qu’en 2018. Le Groupe rappelle par ailleurs que 100 % des animaux abattus sur l’ensemble de son périmètre sont étourdis avant abattage.
• en 2019, des tests de mise en place de caméras, au sein de sites d’abattage, ont été réalisés"

Le groupe travaille avec 7 500 éleveurs partenaires avec lesquels ils mettent place le respect de labels BIO, Label Rouge, AOP, IGP, Certifiée ou Nature d’éleveurs, etc.

Le groupe a bien intégré la chaine de valeur, ils ne font pas que de l’abatage et de la transformation de volaille. Ils ont en effet racheté le groupe Huttepain pour intégrer l’activité la filière Amont, c’est-à-dire les métiers de l’alimentation animale, l’organisation de la production, le stockage de céréales, l’accouvage et les œufs de consommation.

Un gros boulot sur la qualité des approvisionnement des matières premières nécessaires à l’élevage est fait. En 2019 : 75 % des matières premières qui composent l’alimentation des volailles sont françaises et 82 % sont d’origine européenne

J’aime bien leur stratégie « produire localement pour vendre localement ». LDC est une belle valeur de fond de portefeuille très défensive, qui se diversifie (volailles, plats cuisinés & snacking, sushis) et qui peut croitre à la fois en organique en France (prise de parts de marché sur les volailles importées qui représentent de mémoire 40/45% du marché mais je pense que cette part va diminuer) et à l’étranger via des croissances externes.

Je pourrais initier une petite ligne dès que je touche des dividendes sur mon PEA smile J’ai investi dans Savencia mes billes récupérées de la cession de Microwave.

Vivement que je touche des dividendes pour initier une micro ligne de long terme.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #144 14/04/2021 15h47

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Bonjour.

Je n’ai pas finalisé le suivi mensuel des fonds que je suis (plusieurs rapports manquent à l’appel), mais je poste d’ores et déjà le meilleur commentaire de la situation économique / stratégie d’investissement, celui de COMGEST, en faveur des belles sociétés de qualité, à fort pricing power, non endettées.

D’excellents papiers de COMGEST sont disponibles ici : COMGEST White papers
Dont mon préféré : celui qui explique la surperformance à long terme des entreprises de qualité

Pour en revenir au commentaire de COMGEST, le voici :

Au cours des 30 années de gestion de portefeuilles d’actions de qualité croissance de Comgest, nous avons assisté à de nombreuses rotations que ce soit en faveur ou au détriment des différents types de sociétés dans lesquelles nous investissons. Ces rotations interviennent généralement à la suite de changements dans la perception de la croissance économique par le marché et s’étalent généralement sur un ou plusieurs trimestres. Le premier trimestre 2021 n’a pas échappé à la règle.
Les secteurs cycliques tels que l’énergie, les matériaux, l’industrie et les services financiers ont affiché les plus fortes progressions, tandis que la santé et la consommation non-cyclique ont été relativement faibles. Les mesures de soutien sans précédent prises par les gouvernements pendant la crise et les plans de dépenses substantiels qui en ont découlé, combinés à l’optimisme entourant les campagnes de vaccination, ont suscité l’espoir d’une reprise économique forte et durable avec à la clé la perspective d’une hausse de l’inflation et des taux d’intérêt.
Selon la théorie financière, un tel contexte tend à favoriser les entreprises de moindre qualité, cycliques et endettées et les sociétés de qualité devraient pâtir de leurs valorisations qui tiennent compte d’une croissance bénéficiaire à long terme plus élevée.
En pratique, nous pensons que les entreprises les mieux placées pour résister aux pressions inflationnistes sont celles qui jouissent d’un pouvoir de fixation des prix et que les entreprises les mieux placées pour faire face à l’augmentation du coût de la dette sont celles qui n’en ont pas.

Il est encore difficile de savoir si cette rotation cyclique se traduira par une reprise économique durable. En revanche, il apparait de plus en plus clairement que la crise a agi comme un accélérateur des tendances antérieures à la crise. Prenons l’exemple de la pénétration d’Internet. Les restrictions liées aux confinements ont créé de nouvelles habitudes de e-commerce qui devraient se traduire par une progression soutenue du recours à Internet et favoriser des entreprises telles qu’Adyen dans le domaine des paiements et des détaillants de la première heure du e-commerce comme Inditex. Cette tendance est susceptible de bénéficier à des entreprises auxquelles on ne pense pas à première vue, comme L’Oréal en Chine, qui pourraient récolter les fruits de leurs investissements passés dans le numérique. Le même raisonnement s’applique à la demande de Cloud Computing qui s’est intensifiée pendant la crise avec la montée en puissance du télétravail. Accenture, que ses clients sollicitent pour les accompagner dans leur transformation numérique, devrait bénéficier de cette dynamique.
Les crises passées en sont la preuve : les sociétés robustes le deviennent encore plus et nous pensons que cette crise ne dérogera pas à la règle. Les entreprises les plus solides profitent de la tourmente pour accroitre leurs avantages concurrentiels. Alors que certaines compagnies aériennes ont annulé leurs commandes, Ryanair a négocié un nouveau contrat à long terme avec Boeing à des prix intéressants.

Hors ligne Hors ligne

 

#145 14/04/2021 18h08

Membre (2020)
Réputation :   76  

Merci pour le commentaire et les exposés de Comgest conseillés. Très intéressant. Certes les thèses avancées ne sont pas nouvelles, mais c’est bien de se remettre ce genre de trucs en mémoire. Juste quand on a un doigt qui démange pour appuyer sur la touche sell sur un titre cher, alors que les bons titres gagnants, il faut justement les garder.

J’aime bien les fonds Comgest aussi: souvent une volatilité inférieure à l’indice de référence et souvent une performance supérieure. Autrement dit, ils font du bon boulot.

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #146 17/04/2021 15h59

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Bonjour.
Bilan des fonds que je suis pour mars.

I/ Les actions les plus détenues


Détenu par 6 fonds
Esker

Détenu par 5 fonds
Chargeurs
IGE+XAO

Détenu par 4 fonds
Albioma
ASM International NV
Bilendi
Ipsos
Teleperformance

Détenu par 3 fonds
Alstom
Aubay
Axway Software
Bigben Interactive
Delta Plus Group
Derichebourg
Generix
Infotel
Manitou
Reworld Media
Soitec
Sopra Steria Group
Spie

Détenu par 2 fonds

Accell Group NV
Delfingen
Elis
Focus Home Interactive
Groupe Gorgé
Groupe Guillin
Groupe LDLC
Groupe Sword
HighCo
Imerys
Kaufman & Broad
Lumibird
LVMH
MGI Digital Graphic Technology
Pharmagest Interactive
Plastiques du Val de Loire
Publicis Groupe
Samse
Sartorius Stedim Biotech
Schneider Electric
SII
Stef
Stellantis NV
Thermador Groupe
Trigano
Voyageurs du monde
Worldline

II/ Etude des mouvements sur 2 mois


Cohérence à l’achat
Ateme
Clasquin
Delfingen Industry
Faurecia
Graines Voltz
Hexaom
Plastic Omnium
Voyageurs du monde

Cohérence à la vente
Orange
Robertet
Soitec

Incohérence achat/vente
Accell NV
ArcelorMittal
Bastide le confort médical
Devoteam
Esker
Focus Home Interactive
LDC
Lectra
Pharmagest Interactive
Technip Energies NV

III/ Commentaires économiques


cf. le commentaire de Comgest dans un post ci-dessus

IV/ Commentaires sur les sociétés


2CRSI : a corrigé de 26% après son envol du mois dernier, en raison des difficultés d’un important client, Blade, société proposant un service de « cloud gaming ».

Accell NV : en plus d’être positionné sur le marché très porteur de la mobilité douce, le plus grand fabricant de vélos d’Europe a publié des résultats annuels très largement au-dessus des attentes.

Albioma est parvenu à enregistrer des résultats en progression malgré la crise sanitaire.

Artefact : création de valeur suite au rapprochement de Netbooster et Artefact dans le marketing digital.

ASML Holding NV : s’est appréciée à la suite de l’annonce selon laquelle Intel investirait 20 milliards de dollars dans deux nouvelles usines de puces en Arizona, dans le cadre de sa décision d’intégrer le modèle économique de la fonderie dans sa stratégie existante. Intel est un client majeur historique d’ASML et cette décision vient resserrer leurs liens. Cette démarche confère une nouvelle profondeur aux feuilles de route EUV des trois principaux fabricants de puces (TSMC, Intel et Samsung) et devrait alimenter la croissance des revenus d’ASML dans les années à venir.

Ateme (-11.97%) : alourdi par une dette nette de 3.7M€ (acquisition d’Anevia) et un effet change défavorable de 1 M€ pour l’année 2020. La société a dévoilé un plan à cinq ans qui est ressorti inférieur aux attentes du marché. À la suite de l’acquisition d’ANEVIA, le management souhaite accélérer la transition vers le modèle Saas. Si cette transformation réduit la croissance et la marge à court terme, elle va sensiblement améliorer le profil de la société grâce notamment à des facturations plus récurrentes et donc une croissance moins volatile d’un trimestre à l’autre.

Aubay est une Entreprise de Services du Numérique (ESN) française fondée en 1998. Du conseil à tout type de projet technologique, la société accompagne la transformation et la modernisation des systèmes d’information de ses clients. Aubay, qui opère en France comme en Europe, compte aujourd’hui près de 6 500 consultants. L’entreprise est présente sur tous les marchés avec une forte exposition auprès des grandes banques et principaux assureurs, mais avec près de 50% de son activité à l’international.
Au sein des ESN françaises, Aubay a moins subi le ralentissement économique que plusieurs de ses compétiteurs. En effet, sur l’année 2020, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de € 426,6M, en croissance de 2,1%, grâce à son bon mix client et à sa capacité à opérer à distance. De plus, l’excellente gestion des besoins en fonds de roulement a permis au groupe de finir l’année 2020 avec une trésorerie nette de € 44,7M contre € 11,6M l’année précédente.
La crise sanitaire est un phénomène d’accélération et d’augmentation des dépenses d’exploitation dans le digital pour les entreprises. Cette bonne dynamique permet à Aubay d’afficher des perspectives encourageantes pour l’année 2021. En effet, le groupe effectue un très bon début d’année et devrait pouvoir réaliser une croissance organique supérieure à 5% cette année.

Bastide le confort médical : groupe de prestations de santé à domicile ; sa croissance est actuellement très forte (+22%), mais sa rentabilité est légèrement sous pression (marge en baisse de 0,4%) en raison du poids accru d’équipements (Covid-19) en regard des activités de services. Outre l’excellente gestion dans un marché durablement porteur, nous anticipons sur ce titre des annonces de croissances externes, ainsi que la prochaine confirmation du gain de l’appel d’offres de l’activité assistance respiratoire pour la région de Londres.

Bel : le groupe fromager (Vache qui rit, Babybel, Kiri ou Boursin) a grimpé de 20,6% avec l’annonce d’une offre publique de rachat d’actions, suivie d’une éventuelle sortie de cote. Le prix proposé, 440 euros par action, loin des niveaux de 2016-2017 ne nous semble pas correctement refléter le redressement des marges actuellement observé.

Bilendi : clôture l’année avec un EBITDA en progression de +5%. La hausse du S2 a ainsi plus que compensé la baisse du S1. L’acquisition de DISCUSSNOW permet à BILENDI de pénétrer le marché des études qualitatives en forte croissance. Sa position de leader dans les études quantitatives devrait permettre d’importantes synergies commerciales.

Bolloré : sera bénéficiaire de la distribution à venir de titres Universal Music Group aux actionnaires de Vivendi. En outre, nous apprécions la résilience de son activité de logistique africaine dans cette période de pandémie.

Catering International Services : gère partout dans le monde des bases-vies (hébergement et restauration) pour des géants des matières premières. Très raisonnablement valorisée (6x le résultat d’exploitation 2021 en valeur d’entreprise), nous pensons que cette société pourra rapidement tirer profit du développement de nouveaux sites d’exploitation miniers et pétroliers, à la faveur du très puissant rebond des cours observé sur ces matières premières depuis quelques mois.

Clasquin : expert de la gestion des flux de logistique internationale: grâce à son savoir-faire en matière de situations complexes et à l’excellente maîtrise de ses charges, le groupe lyonnais vient de publier une marge opérationnelle record de 12,5%. Nous leur faisons confiance pour encore progresser au sein d’un marché des échanges internationaux de marchandises attendu en forte reprise en 2021 (+8%) et toujours volontiers perturbé, à l’instar du récent épisode de blocage du canal de Suez.

Cogelec : spécialiste de la conception, la fabrication et la distribution de solutions innovantes d’interphones téléphoniques et de contrôle d’accès commercialisés principalement sous sa marque phare Intratone.

CS Group (ex Communication & Systèmes) : le groupe de conseil en technologies a rebondi (+20,1%) et se prépare à dévoiler début juin la feuille de route 2024 de la nouvelle dirigeante du groupe.

Delfingen : équipementier automobiles, spécialiste de la protection des câbles électriques basé à Anteuil dans le Doubs. Confirmation de la réussite d’une acquisition stratégique menée l’an dernier (actifs européens de la société allemande Schlemmer). Par cette opération, Delfingen s’est renforcée à très bon compte chez les premiers fournisseurs respectifs de Volkswagen, Daimler et BMW.
La société bénéficie du rebond du marché automobile grâce aux véhicules électriques et hybrides (part de marché passant de 8% en 2019 à 13% en 2020). L’accroissement des volumes par câble dans ce type de véhicules et la qualité des protections à plus forte valeur ajoutée porte la croissance du CA généré par véhicule.

Derichebourg : un contexte macro-économique porteur pour les matières premières.

Devoteam : acteur clé pour jouer la dynamique sur le digital, le cloud et la cyber sécurité. Affiche un ROC en très légère baisse (-6,5%).

Esker : publication d’une perspective de croissance organique de 15% en 2021 (perspectives renforcées par les besoins en digitalisation des entreprises suite à la crise sanitaire).

EssilorLuxottica : progresse sur plusieurs fronts. La société a proposé la nomination d’un nouveau Conseil d’administration, plus respectueux de l’équilibre des pouvoirs, lors de l’Assemblée générale annuelle des Actionnaires en 2021 tandis que le président souhaite maintenir le duo actuellement en place à la tête de la direction. Nous estimons que le groupe est en mesure de faire jouer les synergies au niveau du chiffre d’affaires et du résultat net et, en parallèle, de consolider davantage le secteur de l’optique qui pèse 100 milliards de dollars. En témoignent le projet d’acquisition de Grandvision, acteur majeur de la distribution optique, et l’achat récemment annoncé de Walman Optical, qui dispose d’un réseau de 35 sites répartis à travers les États-Unis, notamment des laboratoires de surfaçage de verres de prescription.

Eurofins Scientific (+10,7%) : leader des analyses de laboratoire ; confirmation d’une belle dynamique de croissance à l’horizon 2023, indépendamment de la persistance ou non de ses activités liées au Covid-19.

Explosifs et Produits Chimiques a commencé à rebondir (+10,2%) alors qu’aucun titre n’a évidemment été apporté à l’OPA initiée par les fonds conseillés par le groupe Argos Wityu. Le prix de l’offre fixé à moins de la moitié des cours cotés ces dernières années et les excellentes perspectives liées aux plans de relance (infrastructures) et aux cours soudainement très élevés de tous les métaux miniers peuvent certainement expliquer que les actionnaires aient soigneusement conservé leurs titres.

Focus Home Interactive : a une nouvelle fois révisé ses objectifs annuels à la hausse.

Gensight : augmentation de capital dans le but d’accélérer la commercialisation en Europe et permettre une demande de mise sur le marché Américain.

GL Events (+31.41%) : poursuit son fort développement à l’international et notamment en Chine (notamment avec l’arrivée d’un nouvel actionnaire, le fonds Nexus Point, au capital de sa holding GL Events Greater China).

Graines Voltz : bénéficie toujours d’une forte demande pour les légumes et herbes aromatiques vendus en circuits courts et bio.

Groupe Crit (+17,1%) : 2020 meilleur que prévu. Devrait profiter de la reprise rapide de l’économie notamment à travers son exposition au marché Américain alors que le groupe a redimensionné ses coûts afin de faire face à la baisse d’activité.

Groupe Gorgé : décote pour ce groupe industriel qui permet de profiter de thématiques de croissance forte dans la robotique et l’impression 3D.

Groupe LDLC (-6,1%) : marché mondial des composants tendu.

Guerbet : affronte honorablement un contexte qui lui est très défavorable depuis trois ans (faible activité radiologique pendant la crise sanitaire et concurrence des génériques en Europe et aux USA). Le management a réussi à stabiliser son EBITDA sur cette période grâce à un strict pilotage des coûts. La chute du titre de 70% depuis 2018 nous semble particulièrement sévère d’autant que l’arrivée prochaine du nouveau DOTAREM laisse entrevoir un horizon plus dégagé.

Haulotte (-7.9%) : subit une chute de son activité organique et accroît son endettement.

Hexaom : développeur immobilier, spécialiste de la construction de maisons individuelles et de la promotion immobilière. Est parvenu à enregistrer des résultats en progression malgré la crise sanitaire. Profite de perspectives encourageantes et vise un milliard d’euros de chiffre d’affaires sur 2021.

ID Logistics : est parvenu à enregistrer des résultats en progression malgré la crise sanitaire.

Infotel : soutenu par de belles performances, a décidé de verser un dividende exceptionnel.

Ipsos : valorisation décotée face aux concurrents alors que la dynamique semble se redresser post crise.

LVMH : a fait état de solides résultats pour le T4. Sa division Mode & Maroquinerie, notamment, a signé une croissance organique du CA de 18%. La demande chinoise reste robuste, en particulier pour les marques de luxe les plus fortes comme Louis Vuitton dont les gains de parts de marché ont accéléré pendant la crise.

Maisons du Monde (+26%) a démontré sa capacité à gagner des parts de marché et communique sur des perspectives rassurantes, malgré un contexte encore très incertain à court terme.

Manutan (-3,8%) : bien valorisée.

Metabolic Explorer : société historiquement de R&D spécialisée dans la chimie verte, entre désormais en phase de production industrielle.

Métropole TV a poursuivi ce mois-ci son parcours haussier (+10%) alors que le nombre de prétendants au rachat du groupe s’est encore accru ces dernières semaines.

MG International (+49,5%) : bonne année 2020 ; était mal valorisé

MINT (-8%) subit sans doute le contrecoup de l’OPA avortée d’Eoden. Cette pépite reste une forte conviction du portefeuille.

Neoen : le premier producteur indépendant d’énergies renouvelables en France a récemment annoncé son ambition de doubler ses capacités de production à 10 GW d’ici 2025 (=> augmentation de capital).

Nexans (+17,3%) : câblier ; hausse dans le sillage de l’annonce de son plan stratégique.

Pharmagest Interactive : société de logiciels de pharmacie / EHPAD / hôpitaux. Est parvenue à enregistrer des résultats en progression malgré la crise sanitaire. Bien placée pour profiter de la digitalisation du système de santé avec une offre "patient centré."

Piscines Desjoyaux : la forte performance boursière a entraîné une hausse de sa volatilité. Toutefois, les fondamentaux demeurent très solides.

Plant Advanced Technologies : fondé en 2005 ; est spécialisé dans la recherche et la production de molécules rares à partir de plantes principalement à destination des cosmétiques. Cette expertise unique dans la recherche végétale confère au groupe un positionnement très premium. La cosmétique représente 80% l’activité du groupe qui vend par exemple des actifs moléculaires à Chanel pour sa gamme anti-âge « Le lift ». Le management a arrêté l’hémorragie de liquidités entrainée par les filiales pharmaceutiques et nutraceutiques qui pénalisaient le groupe ces dernières années. Le partenariat avec le groupe suisse Clariant qui compte parmi les acteurs majeurs du secteur des ingrédients devrait entrainer une croissance des ventes dès la fin de l’année ainsi qu’une réduction des coûts de mise sur le marché des molécules (de l’ordre de 50%). Les molécules Prenylium et Rootness Energize qui seront commercialisées par Clariant ont d’ores et déjà reçu plusieurs prix pour leur innovation. Les consommateurs attachent un intérêt grandissant aux compositions des produits qu’ils utilisent que ce soit dans les cosmétiques, la pharmacie ou les compléments alimentaires. Nous sommes convaincus du rôle clé de Plant Advanced Technologies dans le verdissement des ingrédients de base. Le groupe suscite d’ailleurs l’intérêt d’acteurs d’envergure tel que Clariant et Vetoquinol qui ont respectivement pris 10% et 2% du capital. Le management prévoit d’être à l’équilibre sur l’exercice 2021 et de doubler ses ventes d’ici à 2023. Le groupe a fait des partenariats sur les activités de recherche pharmaceutique et nutraceutique lui permettant de ne plus être seul à financer la R&D. Plant Advanced Technologies va progressivement passer d’un profil biotech à celui d’un producteur d’ingrédients naturels à forte valeur ajouté. De plus Plant Advanced Technologies s’inscrit parfaitement dans la thématique d’investissement ESG.

Reworld Media (+35.22%) : publie des résultats très solides pour l’exercice 2020 et bénéficie déjà des effets de l’intégration de Mondadori France. A suscité l’intérêt des investisseurs avec des résultats qui se sont révélés très solides au regard du contexte très défavorable aux dépenses publicitaires. En pro-forma, l’EBITDA est en légère progression grâce aux synergies de coûts et la génération de cash est impressionnante malgré les charges de restructuration. Un contexte plus normalisé ainsi que la non récurrence de ces coûts devraient révéler la force du modèle. Le marché semble avoir enfin pris conscience de la sous-valorisation manifeste de la société à l’occasion de ses solides résultats 2020 (légère décroissance du CA pro forma mais croissance de l’Ebitda et forte génération de trésorerie).

Samse (+12,3%) : a dévoilé d’excellents résultats (marge opérationnelle record de 4,7%), dopés par l’engouement des Français pour le bricolage et la rénovation pendant la crise sanitaire. Rendement du dividende de 5%.

Savencia (+18,2%) : était très mal valorisée.

Somfy : une position unique sur les marchés de l’automatisation de la maison à travers la domotique, favorable à la croissance pérenne.

SQLI : spécialisée (52% de son activité) dans la mise en œuvre de sites internet de e-commerce en France et en Europe. Au-delà de cette niche de marché naturellement très porteuse, nous jouons le redressement des marges des autres activités françaises, sous l’égide d’une équipe de direction récemment renouvelée.

Stellantis NV : le constructeur automobile a bénéficié de la rotation sectorielle et de l’engouement du marché pour le projet industriel du nouvel ensemble que nous estimons créateur de valeur pour les actionnaires mais pas encore suffisamment valorisé.

Streamwide (-13%) subit des prises de bénéfices après son excellent parcours ces derniers mois. Cette pépite reste une forte conviction du portefeuille.

Sword Group : société de services IT positionnée sur des marchés niches porteurs. Soutenu par de belles performances, a décidé de verser un dividende exceptionnel. Contrairement à de nombreux confrères, s’est risqué à donner des perspectives chiffrées à la fois pour 2021, mais aussi jusqu’en 2024.

Synergie (+8,7%) : a publié une remarquable marge d’exploitation de 4,1%, en baisse contenue de seulement 0,5%, malgré la chute de 17% de son activité en 2020.

Veolia : ce champion des services à l’environnement nous semble avoir une valorisation très attractive. La faiblesse du titre s’explique par l’incertitude autour de la prise de contrôle de Suez alors que nous pensons qu’une telle opération serait créatrice de valeur pour les actionnaires.

Verallia : va continuer d’améliorer ses marges grâce à la reprise des volumes de vente principalement liée à la levée des mesures de confinement.

Verimatrix : a publié un T4 en dessous des attentes dans ce contexte d’attentisme des clients ; le passage au SaaS pénalise plus qu’anticipé le rythme de croissance et de rentabilité à court terme.

Virbac : est parvenu à enregistrer des résultats en progression malgré la crise sanitaire.

Wallix : acteur dynamique profitant d’un marché de la cybersécurité en ébullition et évoluant dans une cadre règlementaire favorable.

Wedia : sort du lot avec un bond de son EBITDA de +59%.

Witbe : CA 2020 décevant.

Worldline (‐3,2%) est notamment impactée par la situation sanitaire en Europe et les confinements afférents, limitant ainsi la progression de l’activité.
==
Dans les services informatiques, les résultats d’Aubay (+15%), d’Infotel (+14%) ou encore de Neurones (+11%), illustrent la qualité avec laquelle sont gérées ces sociétés familiales. Et le discours sur les perspectives vient confirmer la forte demande structurelle dont ces acteurs bénéficient.

Hors ligne Hors ligne

 

#147 17/04/2021 16h30

Membre (2016)
Top 100 Réputation
Réputation :   187  

Ankh, le 14/04/2021 a écrit :

Merci pour le commentaire et les exposés de Comgest conseillés. Très intéressant. Certes les thèses avancées ne sont pas nouvelles, mais c’est bien de se remettre ce genre de trucs en mémoire. .

Bonjour Ankh et tout le monde

Pour rappel "m.erci" se dit +1, surtout si c’ est "très intéressant" et constitue un apport pour vous -et la communauté.

Et comment votre "m.erci" en entier n’ a t-il pas été "bloqué" ?

Pas de malentendu, aucun reproche dans mes propos , juste un clin d’ oeil wink

Mimizoé1


Parrainages Binck, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

#148 18/04/2021 14h55

Membre (2019)
Top 100 Réputation
Top 20 Portefeuille
Réputation :   227  

Bonjour.
J’ai posté ici une liste d’ETF que j’utilise sur CTO pour mon portefeuille.

J’ai repassé en revue diverses variations disponibles chez Lyxor et Amundi pour les USA concernant le S&P 500 ou le MSCI USA (donc hors Nasdaq-100) :
- outre les indices classiques, il y a des propositions avec du low volatility ou du share buyback (censés surperfromer d’après les études académiques)
- il y a du ESG / SRI (assez récent comme thème, j’ai vu plusieurs "études" disant que cela avait superformé depuis leur mise en place ; c’est sans doute en partie lié à un effet d’appel d’air, cela va-t-il durer ? Les promoteurs de ce type d’approche disent que oui)
- Et même un fonds Lyxor Core Morningstar US (basé sur un indice Morningstar à environ 700 constituants, à frais ultra bas 0,04%, mais uniquement en distribuant et à faible encours sous gestion)

J’ai comparé cela sous Quantalys. Et je vois un grand gagnant sur la période commune (depuis septembre 2018) : AMUNDI INDEX MSCI USA SRI (ACC), code ISIN LU1861136247
Cf. les graphes de comparaison ci-après.

Si certains d’entre vous ont des avis sur cet ETF, ils sont bienvenus !



Hors ligne Hors ligne

 

#149 19/04/2021 18h59

Membre (2016)
Top 100 Réputation
Réputation :   187  

Bonjour Korben

   Pour affiner les performances d’ un groupe d’ ETF/fonds, à partir des graphes, je modifie les dates et je rafraichis (à 2 ans, puis 1 ans puis 3 mois)
   Cela me permet de voir l’ évolution de l’ensemble, et non pas un global sur 3 ans; On y trouve souvent des surprises !

   De même, dans chaque fiche de titre, on y a la présentation à "3 ans" d’ office :
"Fonds versus catégorie", "composition par style/secteur…" : On peut "jouer" avec les versions à 5 ans, ou 1 an, en haut de chaque tableau..

  Quantalys est bien pour faire des comparaisons, Morningstar pour la composition par nombre et titres réels des fonds/ETF (et d’autres sites aussi, mais après inscription-gratuite)

Sur votre sélection :
1/ Attention aux ETF Lyxor, qui risquent d’ être absorbés/fusionnés/retirés… ou maintenus, suite au rachat de Lyxor ; Pas de panique, ils seront intégralement compensés (échanges de titres ou remboursement des titres retirés) ; Mais du coup, si vous vous basez sur leur composition pour votre choix, cela peut-être différent.
2/ Quel indice suit les différents ETF retenus ? Comparez sur la même catégorie : ISR, low volatilité, value, … (tant qu’ à faire, la plus performante à priori..)

3/ Sinon, pour votre question précise sur cet ETF ,
     "SRI est à la mode"- et ESG - Rrien que le mot peut attirer les novices big_smile) ;
Ce n’est pas un mal en soi, ça peut faire monter les cours, sans chercher à voir ce qu’ il y a vraiment derrière (qualité, solidité, vrai ISR) ..
Tout dépend donc si vous privilégiez la performance, ou l’ "éthique" derrière ce terme ISR (Investissement de conviction)
      Comparez donc avec tous les "USA" en SRI (ou ISR en français), ce sera plus réaliste.

Bonne recherches encore !

Mimizoé1


Parrainages Binck, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

#150 19/04/2021 20h11

Membre (2020)
Réputation :   48  

Bonjour Korben

Avez-vous du Cogelec ? Que pensez-vous de ce titre ?

Si je devais résumer ma vision du dossier en attendant d’étudier attentivement le rapport 2020 ainsi que le mémo d’introduction en bourse, je dirais que la société s’est massivement structurée pour s’internationaliser en embauchant des équipes commerciales hors de France (60+ ETP hors de France pour 4 M€ de CA en 2020).

Le CA à l’international n’a pas encore suffisamment augmenté et ne couvre pas la hausse des charges d’exploitation. L’EBITDA du groupe est cependant positif en 2019 et devrait l’être en 2020 également, mais il ne décolle pas. Il faudrait que le CA passe de 40 M€ à 50 M€ minimum pour que l’EBITDA rejoigne les 10 M€.

J’aime bien la hausse du CA récurrent (25% en 2019 puis 28% en 2020), le faible taux de churn (les clients semblent fidèles), les premiers succès commerciaux hors de France (en Allemagne, au UK et en Belgique). Il faudrait creuser le marché sous-jacent (interphonie GSM)

La marge brute étant élevée (67% au S1 2020) et la société déjà bien structurée pour absorber du CA supplémentaire, l’EBITDA pourrait augmenter fortement sur les 2/3 prochaines années.

La valeur d’entreprise est de l’ordre de 65 M€. C’est très cher si le CA ne passe pas la barre des 50 M€, mais ca peut devenir intéressant si l’activité décolle bien et que la société arrive à 60 M€ de CA !

Dernière modification par levovitch1988 (19/04/2021 20h39)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de korben"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur