Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Sondage 

Résultat du sondage :

Le 26 mai, vous votez…


pas (= abstention)

13% - 35
blanc ou nul

1% - 4
France insoumise

2% - 6
Renaissance (LREM, Modem)

40% - 104
Prenez le pouvoir (Marine Le PEN / RN)

7% - 20
Une des listes "gilet-jaune"

0% - 0
Ext.-droite (reconquête, ligne claire, royaliste)

0% - 0
Ext. gauche Lutte ouv., communistes révolutionnaires…

0% - 0
Les européens (UDI)

2% - 6
Envie d'Europe écologique et sociale (PS)

2% - 7
Le courage de défendre les français Dupont-Aignan

2% - 7
Lutte ouvrière – Contre le grand capital, le camp des t

0% - 0
Pour l'Europe des gens, contre l'Europe de l'argent(PC)

0% - 0
Ensemble pour le Frexit (UPR)

4% - 11
Printemps européen (Benoît Hamon Génération.s)

0% - 1
Union de la droite et du centre (Les Républicains)

8% - 22
Une liste écologiste (EELV, MEI…)

9% - 23
Une autre liste

3% - 8
Nombre de votants : 254

[+1]    #1 04/05/2019 10h42

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   159  

À chacune des dernières élections, nous avons eu droit à un fil consacré (dont la modération assure la clôture avec celle du scrutin). C’est désormais presque une tradition !

Pour mémoire, aux dernières présidentielles, les investisseurs heureux ont votés comme suit :

Marine LE PEN    7%
Emmanuel MACRON 41%
Benoît HAMON    2%
Jean-Luc MÉLENCHON 11%
François FILLON 25%
Philippe POUTOU 0%
Jacques CHEMINADE 0%
Jean LASSALLE 1%
Nicolas DUPONT-AIGNAN 3%
François ASSELINEAU 4%

L’arrêté du 3 mai 2019 fixant les listes candidates à l’élection des représentants au Parlement européen des 25 et 26 mai 2019 ayant été publié : je vous propose un sondage pour voir si nous sommes représentatifs de la population ou si des tendances se dégagent.

Comme d’habitude, Wikipédia suit de prêt l’évolution des résultats des sondages d’opinion

Je m’excuse pour les regroupements foireux que j’ai dû faire mais le forum me limite à 20 choix possibles (sur les 33 listes proposées) donc j’ai dû faire des regroupements plus ou moins discutables et tronquer des noms…

Dernière modification par Gog (04/05/2019 11h09)

Mots-clés : politique, sondage, union européenne, élections

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 04/05/2019 16h14

Membre
Réputation :   44  

J’ai répondu "abstention". J’avais demandé à mon député d’ouvrir sur sa page FB un débat au sujet du 80 km/h. Il ne l’a pas fait, en conséquence moi j’ai fait ce que je lui avais promis, en lui envoyant ma carte d’électeur déchirée.
Déjà avec le 130, le 110, le 90, le 70, le 50, le 30 il est fréquent de ne plus savoir dans quelle zone on se trouve, mais alors insérer en plus du 80 là-dedans, c’est un pur délire ! La vérité c’est qu’on avait fini par respecter beaucoup mieux ces limitations, de sorte qu’elles ne leur rapportaient plus assez.
Pour que je vote à nouveau Macron, il faudrait arrêter cette connerie, et aussi arrêter de lécher le cul des chasseurs.
En plus j’en ai un peu marre de voter pour des gens qui n’en feront qu’à leur tête une fois élus.
Ce que je veux désormais, c’est de voter pour (ou contre) des projets clairement définis.

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #3 04/05/2019 20h04

Membre
Réputation :   26  

Deb67 a écrit :

Pour que je vote à nouveau Macron, il faudrait arrêter cette connerie, et aussi arrêter de lécher le cul des chasseurs

Bonjour,

Je suis chasseur.

Nous représentons plus d’un million d’électeurs.

Je connais et respecte bien plus la nature que 99.99% des écologistes, des citadins, où je ne sais qui encore qui n’a jamais  mis un pied dans une domaniale.

Nous travaillons avec les restaurateurs (vive le bio :-)), les paysans, les autorités administratives pour la régulation des espèces.

Quand vous devrez vous battre avec votre assurance parce que votre voiture sera considérée comme épave suite à votre accident sur la route avec un sanglier ou qu’ils viendront saccager votre joli jardin nous en reparlerons.

Je ne vous mets pas de - 1 vous et vos propos orduriers ne le méritez même pas.

Dernière modification par frontalier57 (04/05/2019 20h05)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 05/05/2019 07h50

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2749  

Sous réserve des prochains débats, EELV car l’écologie est un sujet qui fait sens au niveau européen, et j’apprécie le parcours de Yannick Jadot.

Ils ont également déjà un groupe à l’assemblée, alors que les alliances que devra faire la liste LREM ne m’ont pas paru claires.

frontalier57 a écrit :

Quand vous devrez vous battre avec votre assurance parce que votre voiture sera considérée comme épave suite à votre accident sur la route avec un sanglier ou qu’ils viendront saccager votre joli jardin nous en reparlerons.

Cet argument montre que vous n’avez pas compris.

C’est d’imaginer que certaines personnes puissent éprouver un plaisir en traquant et tuant (ah, j’oubliais qu’il fallait utiliser le terme "prélever") un animal qui n’a rien demandé, qui nous dégoutte.

Et pire quand on sait qu’environ 1 quart des animaux tués proviennent d’élevage ! Et on voit ces pauvres faisans ou perdrix hébétés au bord des routes, peu habitués à la vie sauvage.

Mais on peut compter sur les "amoureux de la nature" pour leur tirer dessus, puis ensuite partager sur les réseaux sociaux leurs photographies d’animaux ensanglantés avec leur fusil posant fièrement à côté.

Passons également sur les accidents (personnellement j’ai plus peur de me prendre une balle un dimanche matin d’octobre, que du sanglier sur ma voiture ; quant à mon jardin, il s’en remettra), la période de la chasse en France la plus longue d’Europe, le fait que la majorité des français soit contre la chasse, etc.

Hélas, il semble que ce sujet reste à un niveau national et ne soit pas abordé au niveau européen.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #5 05/05/2019 09h15

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   127  

Surement LREM, pour la continuité avec mon vote précédent à la présidentielle.

Concernant la chasse, il y a un monde entre celui qui tue " pour le plaisir" et celui qui tombe une bête une fois dans l’année pour remplir son congélateur de bonne viande l’hiver et qui n’y retourne plus de la saison.. Je préfère largement manger une viande qui a été chassée et abattu avec respect qu’une viande d’élevage achetée au supermarché du coin qui a été élevée et  abattue dans les conditions que nous connaissons tous..
Je trouve aussi cela beaucoup moins malhonnête de tuer sa propre viande que de laisser des industriels le faire .. Comme cela on respecte beaucoup plus ce que l’on mange..
Pour moi si on arrive pas à tuer un animal pour s’en nourrir, on en mange pas smile (et actuellement je suis végétarien car je ne peux ni élever mes poules ni chasser ma viande).

Je compte passer mon permis de chasse dans les années à venir car cela fait parti intégrante de mon projet de semi-autonomie à moyen/long terme..

Dernière modification par Rossox (05/05/2019 09h20)


Youtube : Julien destruction nuisibles - Parrainage : Bourse Direct / Binck

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 05/05/2019 12h57

Membre
Réputation :   81  

Concernant la chasse et pour s’en tenir à l’objet de ce forum : sans chasse plus d’investissement forestier à cause des cervidés ( c’est déjà très, très limite dans beaucoup d’endroits).
Les chasseurs indemnisent les dégâts agricoles ( Abattages et dégâts de sangliers : état des lieux par département) : 30 M€ / an et cela devient de plus en plus difficile.
Dans bien des départements, la chasse au sanglier n’est en réalité jamais fermée car après la saison officielle il est nécessaire d’organiser des battues administratives. ( Le "lobby" des chasseurs n’y est pour rien : c’est une nécessité économique. )
Il n’y a pas besoin de lâcher de grand gibier ( ce serait d’ailleurs en général interdit) puisqu’il faut plutôt gérer l’abondance que la rareté.
En fait, c’est ceux qui n’y connaissent rien qui ont les avis les plus tranchés. C’est aussi un symptôme de la fracture entre les différents territoires. Chez nous, en automne et en hiver ( à part la courte période des champignons) il n’y a personne dans les bois à part ceux qui y travaillent et les chasseurs.
Pendant 2 mois, les gens de la ville arrivent et en deux mois, ils ont tout compris et nous expliquent ce qu’on doit faire.
C’est chez eux qu’il n’y a pas d’animaux mais c’est nous qui ne devons pas les chasser, c’est chez eux que l’air est pollué mais c’est nous qui ne devons pas utiliser de gasoil, c’est chez eux que tout est bétonné mais c’est chez nous qu’il ne faut pas couper d’arbre …
Alors, j’ai envie de dire :" Allez regarder Bamby au cinéma et foutez-nous la paix ! "

Dernière modification par toufou (05/05/2019 17h08)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 05/05/2019 13h46

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2251  

Perso ma réfléxion avant ces élections européennes porte surtout sur 3 points :

1) Je suis libéral : je considère que la France a fort besoin de réformes profondes, et d’une réduction de la sphère publique et de la charge fiscale qui l’accompagne. C’est essentiel à sa compétitivité, à l’emploi, à sa capacité de garder ou d’attirer des talents. Mais je pense profondément qu’un libéralisme sans conscience ni valeurs est une impasse, morale et politique. On ne peut pas gouverner la France comme une boutique, mais tenir compte de l’équilibre complexe des désirs, des valeurs et des résistances de son peuple : "la politique de la France ne se fait pas à la corbeille" (De Gaulle). La droite porte des valeurs - l’attachement à la Nation, à une identité, à une histoire, à des valeurs. La gauche aussi - la passion de l’égalité. Ces valeurs sont aujourd’hui niées par le pouvoir, le "en même temps" s’est transformé en "ni ni". Or, ces valeurs, qui ont longtemps structuré le débat politique, sont aussi le ciment qui préserve l’unité de la Nation : "Le désir du privilège et le goût de l’égalité, passions dominantes et contradictoires des Français de toute époque." (De Gaulle) A nier ces sentiments profondément ancrés dans la psychologie du peuple, on finit par le provoquer, par attiser des conflits et des haines. Et par ne plus pouvoir réformer.

2) Le pouvoir actuel souhaite délibérément structurer le débat politique comme une opposition entre "progressistes" et "nationalistes", c’est-à-dire entre les gagnants et les perdants de la mondialisation. C’est une opposition mortifère pour notre pays, (a) parce qu’elle aggrave des tensions sociales déjà vives dans notre pays, et (b) parce que la règle de la démocratie est l’alternance : il est profondément malsain qu’un pouvoir élu sur une base très étroite (et par ailleurs détentrice de l’essentiel des pouvoirs économique, culturel et médiatique) se perpétue indéfiniment en jouant sur la division des oppositions et sur l’hystérisation du débat politique. Je comprends bien l’intérêt pour le pouvoir à mettre en valeur le FN comme principale force d’opposition - car cela permet des seconds tours confortables - mais cette stratégie cynique est profondément nocive pour le pays.

3) L’ambition d’une Europe fédérale, empiétant sur les souverainetés nationales, et par ailleurs toujours plus bureaucratique et technocratique, est contraire à la volonté des peuples européens. On essaie de nous l’imposer depuis trop longtemps, avec la subtilité d’un vendeur de lessive. Là encore, la logique purement économique veut s’imposer sans tenir compte des sentiments nationaux, des particularités et de l’histoire de chaque pays. Perso je considère que le Brexit est le résultat d’une UE inefficace et bureaucratique, et non d’un peuple britannique légitimement attaché à son identité et à sa liberté (des sentiments nobles qui nous valent une dette historique envers ce peuple). Non contents de ce désastre, ses responsables voudraient continuer dans la même voie, histoire sans doute de pousser d’autres peuples aux mêmes extrêmités. Il faut au contraire trouver la voie vers une Europe des Nations, respectueuse des identités et des cultures, et avant tout orientée vers l’efficacité. Le principe de subsidiarité (selon lequel les responsabilités doivent rester aux pays si c’est l’échelon le plus efficace), pourtant inscrit dans le Traité européen, me semble depuis trop longtemps nié au profit d’un fédéralisme tenant plus de l’idéologie que de la logique.

Pour toutes ces raisons, je voterai pour la liste menée par le talentueux Bellamy, qui me semble avoir le discours le plus cohérent et équilibré sur ces points, en espérant que cela soit le début d’un renouveau démocratique, et le début de la fin pour ceux qui se complaisent dans l’affrontement mortifère entre les "gentils" gagnants de la mondialisation et les "méchants" perdants.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 05/05/2019 16h57

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2364  

@Scipion8 : Pour réagir à vos 3 points argumentés dans le message #19

1) Depuis plusieurs décennies, il me semble avoir été démontré que, ni la droite avec des valeurs du genre "attachement à la Nation, à une identité, à une histoire, à des valeurs" (pour autant que ce soient vraiment ses valeurs), ni la gauche avec des valeurs du genre "passion de l’égalité" n’ont réussi, ni à réconcilier la nation (droite comme gauche ont surtout réussi à disloquer leur camp, et à y faire monter des antagonismes), ni à mettre en oeuvre les "réformes profondes" avec "une réduction de la sphère publique et de la charge fiscale qui l’accompagne" que vous qualifiez de "essentiel à sa compétitivité, à l’emploi, à sa capacité de garder ou d’attirer des talents". Même quand des politiques (de droite comme de gauche) modérées ont été tentées, pour entamer de telles réformes, ça a surtout généré des réactions du genre "vous trahissez votre camp", ou "ce n’est pas assez" (ou "et Moi je perds ceci/cela ce qui est inacceptable"), avec toutes les "boules puantes" associées.
Je ne pense pas que ce soit parce qu’on nierait des sentiments profondément ancrés dans la psychologie du peuple (qui sont très variées, et qui d’ailleurs ne me semblent pas plus niées par le pouvoir actuel que par les précédents), qu’on verrait ses actions comprises comme des provocations, et qu’on attiserait des conflits et des haines.   
Quand il y a des aspirations trop divergentes au sein du "peuple" (et encore plus quand il y a trop de "chacun pour soi"), aucun pouvoir n’est en mesure de les satisfaire de manière même partielle. Au mieux peut-il proposer des compromis en s’efforçant de convaincre qu’ils permettent d’avancer sans trop perdre de l’idéal (souvent utopique) qu’on espérait. Et tout pouvoir est largement condamné à être impopulaire. 

2) Ce n’est pas "le pouvoir actuel" qui a choisi son adversaire au second tour des élections présidentielles, ni le parti qui est donné en tête aux élections européennes dans les sondages (et qui est arrivé en tête aux précédentes élections européennes). N’est-il pas de la responsabilité des autres partis de moins se diviser, de s’accorder sur une plate-forme commune, large, sur des listes fédérant une large part du spectre électoral, de faire taire une bonne partie des petites ambitions personnelles, s’ils veulent apparaitre comme des alternatives crédibles, et des adversaires légitimes du pouvoir actuel (ceci encore plus avec les institutions de la 5ème République en France) ?

La règle de la démocratie est certes l’alternance. Mais pour que cette dernière se produise (notons d’ailleurs que le pouvoir actuel n’est en place que depuis 2 ans, et son mandat actuel devrait durer 5 ans : l’absence d’alternance sur une durée aussi courte a rarement pu être raisonnablement  interprétée comme une menace envers la démocratie…), il est nécessaire que les opposants actuels construisent un projet alternatif crédible et rassemblant suffisamment de supports, donc en faisant les compromis indispensables, et pas que chaque individu avec un peu d’ambition privilégie son propre agenda.

N’inversez pas les responsabilités !

3) L’Europe ne fera probablement jamais les choix que la France toute seule souhaiterait, pas plus que les choix que n’importe quel autre pays souhaiterait (pas plus que les Auvergnats -par exemple- n’ont pu imposer tous leurs choix à la France). Quand on est plusieurs, il faut tenir compte de l’avis des autres, et faire des concessions parfois importantes (ou alors il faut asservir tous ces autres, mais ce n’est pas ici une alternative envisageable). Quand il y a des domaines où il s’avère impossible de faire les concessions requises, il faut les exclure de ce qui est mis en commun.
Faire coordonner les domaines mis en communs, ceux pour lesquels des compromis satisfaisants ont pu être trouvés (par les politiques des différents pays, même si parfois ils ne l’assument pas devant leurs propres peuples…), par des gestionnaires techniques (ce que d’aucun appelle des "bureaucrates", laissant souvent croire à une foule de fonctionnaires peu efficaces, quand toute cette bureaucratie européenne comporte moins de fonctionnaires que la seule ville de Paris qui n’a que 2M d’habitants), n’est sans doute pas le choix le plus mauvais pour être "avant tout orientée vers l’efficacité" (dans les domaines où on est d’accord).
S’il n’est pas possible de s’accorder pour avoir un pouvoir politique exécutif plus fort au niveau de l’Europe (avec ce que ça impliquerait comme renoncement de souveraineté), le mode de fonctionnement actuels n’est pas si mal (et il a permis beaucoup de réalisations déjà), et les parlementaires européens élus prochainement y ont leur rôle…


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 05/05/2019 21h34

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2251  

@Dez67 : Je suis comme vous d’origine espagnole (d’une vague antérieure, au 18e siècle - les Français manquaient d’expertise pour l’artisanat du cuir), comme vous j’ai travaillé en Allemagne (pendant 10 ans, dans une institution européenne) ; ma compagne est lituanienne et travaille en Belgique pour une autre institution européenne. Et je suis Français de toutes mes fibres, je me définis comme tel et non comme Européen.

On peut éventuellement le regretter, mais c’est le cas d’une très large majorité des Européens : ils vibrent beaucoup plus au son de leur hymne national qu’aux accords de l’Ode à la joie. Ils sont attachés, par le coeur et par les tripes, à l’histoire de leur pays, à sa culture, à sa langue, à ses traditions. Et ce sentiment national est partagé autant par ceux qui y ont enterré des générations d’ancêtres que par les nouveaux venus.

Il est significatif que vous parliez du peuple européen, alors que je parlais des peuples européens. Les historiens et sociologues qui partent à la recherche du peuple européen finissent par conclure qu’il est introuvable ou qu’il n’existe pas (ici ou ).

Faire de la politique, c’est partir du monde réel, du monde tel qu’il est - pas du monde tel qu’on voudrait qu’il soit, que ce soit pour des raisons philosophiques ou économiques. Aujourd’hui, les peuples européens expriment, chaque fois qu’on veut bien leur donner la parole, une forte critique d’une Europe jugée trop bureaucratique et insuffisamment démocratique. C’était le cas des Français lors du référendum de 2005 (je précise que j’avais voté oui) et des Britanniques en 2016 (je souhaitais évidemment un vote Remain). Penser que la bonne réponse à ces critiques et inquiétudes est de transférer la souveraineté nationale à des leaders aussi charismatiques et inspirants que M. Juncker ou M. Van Rompuy, c’est - comment dire ? - complètement à côté de la plaque, à mon avis.

Je peux attester qu’au sommet des institutions européennes on est bien conscient de ce déficit démocratique. Ainsi, pendant la Grande Crise, nous avons dû raisonner "à Traités constants" pour réaliser les grandes réformes nécessaires (comme l’Union Bancaire), alors que des changements des Traités auraient été parfois fort nécessaires - parce qu’en haut lieu on considère politiquement impossible de faire approuver une réforme des Traités par tous les pays de l’UE. Le déficit démocratique de l’UE se traduit ainsi par une rigidité totale de ses textes constitutionnels, source d’inefficacité.

Il faut à mon sens trouver une voie vers une Europe véritablement démocratique, une Europe des Nations, qui n’ait plus peur de se confronter directement aux peuples. Tant que ce ne sera pas le cas, l’UE sera toujours plus perçue comme une bureaucratie oppressante, et ses empiètements sur la souveraineté nationale seront insupportables pour la majorité des gens.

De Gaulle a écrit :

Dante, Goethe, Chateaubriand, appartiennent à toute l’Europe, dans la mesure même où ils étaient respectivement et éminemment Italien, Allemand et Français. Ils n’auraient pas beaucoup servi l’Europe s’ils avaient été apatrides et s’ils avaient pensé, écrit, en quelque ‘espéranto’, ou ‘volapük’ intégrés.

@GBL : Le débat, et l’alternance, gauche / droite est (était ?) un processus dialectique, traduisant bien les passions "dominantes et contradictoires" des Français - le peuple, et chaque individu, portant ces désirs contradictoires. Même de droite, je peux comprendre (et même partager) la passion pour l’égalité traditionnellement portée par la gauche.

Le nouveau clivage qui oppose les "winners" qui ont tout (l’argent, la supériorité morale caractéristique du camp du bien, porteur du "progrès", l’influence culturelle et médiatique) et les "losers" qui ne comprennent rien au monde nouveau (et qu’on présente aimablement, dans le discours médiatique dominant, comme des "nationalistes", voire des "fascistes", des "ringards", des idiots etc.) ne peut être que destructeur. Il est profondément contraire à l’idée républicaine de fraternité.

Je ne partage à peu près rien des idées (si je puis dire) du FN, mais je comprends parfaitement les inquiétudes, la colère et la révolte que le vote FN exprime. De même je comprends bien les préoccupations légitimes qu’un vote pour La France Insoumise exprime. Au lieu d’antagoniser et d’humilier ces gens, il faut écouter leur colère et y donner des réponses concrètes. Le clivage gauche / droite avait au moins le mérite de canaliser ces sentiments populaires, alors qu’aujourd’hui tous ceux qui votent FN, LFI, autres votes protestataires, ou s’abstiennent par dégoût, ont la certitude qu’ils ne seront jamais entendus. Notre démocratie est malade et on aggrave la situation quand on s’accroche au pouvoir par toutes sortes de basses manoeuvres (il n’y a pas eu d’alternance en 2017, hein, les juges et les journalistes ont bien travaillé, et il n’y a pas de raison de ne pas remettre le couvert en 2022).

Sur l’Europe, si le "compromis" offert aux Britanniques a été rejeté par leur peuple, c’est probablement que ce n’était pas le bon. Quand on commence à exclure (surtout des nations aussi fondamentales pour l’identité européenne), ce n’est jamais bon signe, et ça ressemble fort au début d’un délitement. Il faut vraiment trouver une autre voie pour l’UE, sur la base d’un vrai mandat démocratique.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 12/05/2019 09h45

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   649  

Pour une vue synthétique rapide des positions des principaux candidats aux questions clés du scrutin https://www.lefigaro.fr/assets/infograp … nnes_2019/ un bon point de départ, pour donner ensuite envie d’en savoir plus.

Dernière modification par DDtee (12/05/2019 09h49)


Ceux qui dansent sont pris pour des fous par ceux qui n'entendent pas la musique (Nietzsche)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 16/05/2019 20h44

Membre
Réputation :   61  

Il est intéressant de constater que dans ce tableau le RN aurait dû occuper la 6ème place devant Générations et le PS mais qu’il est relégué à la 8ème place, derrière ces deux partis. Cela embête t-il nos amis défenseurs des droits des animaux de montrer que le RN soit plus "progressiste" sur ce sujet que le PS qu’il leur faille bidouiller leur tableau ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 16/05/2019 21h35

Membre
Réputation :   18  

Dans le même genre, de l’association Bloom: BLOOM Evaluation des députés européens

Toujours intéressant d’y jeter un oeil même s’il s’agit évidemment des députés sortants actuels.


"There is no way to Happiness, Happiness is the way.."

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 17/05/2019 10h47

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

InvestisseurHeureux a écrit :

Selon L214, concernant l’éthique animale, une synthèse des votes des députés sortants selon les partis politiques et thématique :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/ … eennes.gif

Les explications complètes sont ici : Européennes 2019 - Politique & animaux

Un truc rigolo: le classement est notamment fait à partir d’une recension des votes au Parlement européen dont la source est bien indiqué … mais inaccessible (ex. illustratif concernant le vote sur le transport des animaux en dehors de l’UE Votewatch). On est donc prié de croire L214 sur parole.

Mais passons. Donc sous le vernis d’un algorithme, on aboutit aux conclusions suivantes:
- LFI, EELV adorent les animaux (agissent pour les animaux)
- Urgence écol. DLF, Géné S, PCF, Les Patriotes aiment les animaux (penchent pour les animaux)
- L’UDI, le RN, LO, L’UPS et l’UPR n’aiment pas les animaux (penchent contre les animaux).
- LREM et LR détestent les animaux (agissent contre les animaux)

Une labellisation qui ne veut évidemment rien dire - à le lire, c’est tout juste s’il ne faut pas comprendre que LREM et LR votent des textes qui rendent obligatoire la maltraitance envers les animaux.
Et dont la sémantique reflète une vision du monde où il y a les gentils et les méchants. Avec des méchants vraiment très très méchants.

Dommage parce que L214 m’était sympathique quand ils se contentaient d’être une association, au regard du chouette boulot d’investigation et d’alerte qu’ils font sur les abattoirs.

Mais leur extraordinaire niveau d’intolérance devient affligeant et ils se transforment bien gentiment en parti politique (de nature extrémiste). En ne lésinant pas sur les poncifs et en classant le monde entre les gentils et les méchants: on est pour ou contre les animaux.
N’importe quoi.

Dernière modification par carignan99 (17/05/2019 11h26)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #14 17/05/2019 12h15

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2251  

Bonjour Twanou, je sais que ce sentiment européen est populaire en Belgique (j’y ai de nombreux amis et collègues, ma compagne y réside, je suis à Bruxelles en ce moment).

Ne m’en voulez pas trop, mais à mon avis la raison fondamentale de la popularité de ce sentiment européen en Belgique, c’est la tension entre les communautés wallonne et flamande, qui fragilise beaucoup le sentiment d’appartenir à un même peuple, à une même Nation. La Belgique souffre de cette division et voit dans l’Europe un moyen de la dépasser. C’est peut-être une bonne idée pour la Belgique, mais sans doute moins pour d’autres nations bien plus à l’aise dans leurs baskets. Ce n’est pas parce que 2 personnes sont dépressives dans un appartement que l’on doit mettre tout l’immeuble sous Prozac.

Perso, je pense qu’une communauté nationale doit savoir dépasser ses divisions, ses conflits, et trouver une identité à la fois unique et rassembleuse. Au 13e siècle les croisés de « Saint » Louis ont peut-être fait brûler quelques-uns de mes ancêtres cathares. Mes grands-parents se faisaient taper sur les doigts à l’école s’ils osaient parler la langue du foyer (l’occitan). A maintes reprises dans l’Histoire des Français ont été persécutés pour leur foi religieuse. La France a aussi été un pays esclavagiste.

Le chemin a été difficile, mais nous avons trouvé un modèle, qui certes n’est pas parfait et doit sans cesse se renouveler, mais qui permet à chacun, quelles que soient ses origines ou sa foi, de se sentir (un peu) champions du monde tous ensemble, et tous ensemble de se sentir tristes quand Notre-Dame brûle ou quand des attentats nous frappent. Ce sont ces sentiments partagés, heureux ou tristes, qui forgent une nation.

Mais ces sentiments partagés ne le sont que parce qu’ils ont leurs racines dans une histoire (avec ses noirceurs mais aussi ses moments de gloire), dans une culture, dans des traditions, dans une langue magnifique. Les nouveaux arrivés s’intègrent en faisant leur tout cet héritage. Et la République a les bras larges : la liberté, l’égalité, la fraternité sont des valeurs universelles, mais elles aussi sont la promesse que fait la France à chacun de ses enfants.

La France n’est pas un « petit pays » : c’est un grand pays, dont le modèle intégrateur a une vocation universelle. Je suis très fier d’être Français (désolé de confirmer le cliché). Mais quand je me dis fier d’être Français, ce n’est en rien une marque d’arrogance ou de mépris envers d’autres : j’aime la France comme j’aime ma mère, c’est un sentiment de chance et de bonheur.

Ce sentiment du cœur et de la raison, on ne le décrète pas – même par Directive européenne. Je peine à dire quelle est l’identité de l’Europe. Face à des abus contre les droits de l’homme dans le monde, je suis fier de voir nos soldats intervenir (comme dans le Sahel), alors que l’Allemand moyen voit toute utilisation extérieure des forces armées comme immorale. Sur le niveau des services publics et des impôts qui leur sont associés, les peuples européens ont des préférences très différentes. Nos billets de banques ne figurent ni personnages européens célèbres (il y a pourtant pléthore) ni même des ouvrages remarquables existants : on préfère y dessiner des bâtiments imaginaires, sans histoire et sans âme – belle allégorie de l’UE qu’on nous propose.

Bref, il n’y a à mon sens ni sentiment national européen, ni modèle européen – pour encore quelques décennies, ou quelques siècles. Vouloir l’intégration européenne à tout prix, dans une stricte logique économique, c’est heurter des sentiments nationaux non seulement bien ancrés mais aussi et surtout précieux.

Perso, ce que j’aime en Belgique ce n’est pas le gloubiboulga multiculturel qui me donne parfois le sentiment d’être dans un aéroport sans âme. C’est au contraire la belgitude, l’histoire, la culture et les traditions belges, les centres-villes médiévaux de Bruges et de Gand, le charme des accents wallons et l’identité flamande, Brel, les BD et tout le reste.

Vouloir sacrifier toute cette richesse pour une construction bureaucratique sans âme, où l’on parle anglais ou quelque autre esperanto, c’est à mon avis une impasse, politique et morale. En revanche, il faut bien sûr œuvrer à une UE plus efficace sur des dossiers clefs de coopération où l’échelon national n’est pas optimal.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 17/05/2019 12h17

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   572  

carignan99 a écrit :

Quel idéal propose l’Europe?

Pouvoir peser dans le monde plutôt que de se faire ballotter par les géants actuels et futurs (USA, Chine, Inde, peut-être la Russie si elle redécolle, l’Amérique du sud ou l’Afrique s’ils s’unissent)

La France toute seule, c’est une puissance commerciale et politique qui s’amoindrit. Les français ont-ils quoique ce soit à gagner à ne pas s’entendre avec ses voisins (et donc faire des concessions) pour parler d’une voie unique face aux puissances mondiales ?

Scipion8 a écrit :

La France n’est pas un « petit pays » : c’est un grand pays, dont le modèle intégrateur a une vocation universelle. Je suis très fier d’être Français (désolé de confirmer le cliché). Mais quand je me dis fier d’être Français, ce n’est en rien une marque d’arrogance ou de mépris envers d’autres : j’aime la France comme j’aime ma mère, c’est un sentiment de chance et de bonheur.

J’aime la France et sa culture.
Mais j’ai les yeux ouverts: elle ne pèse plus grand chose.

Je rêve d’une France puissante… et je sais qu’elle ne le sera qu’au sein de l’Europe: là où sa voix pèsera dans les décisions.
Les multinationales écouteraient une Europe unie, pas la France dans son coin.

Dernière modification par Faith (17/05/2019 12h21)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 17/05/2019 18h40

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2749  

carignan99 a écrit :

Mais passons. Donc sous le vernis d’un algorithme, on aboutit aux conclusions suivantes:
- LFI, EELV adorent les animaux (agissent pour les animaux)
- Urgence écol. DLF, Géné S, PCF, Les Patriotes aiment les animaux (penchent pour les animaux)
- L’UDI, le RN, LO, L’UPS et l’UPR n’aiment pas les animaux (penchent contre les animaux).
- LREM et LR détestent les animaux (agissent contre les animaux)

Une labellisation qui ne veut évidemment rien dire - à le lire, c’est tout juste s’il ne faut pas comprendre que LREM et LR votent des textes qui rendent obligatoire la maltraitance envers les animaux.

Lors de la dernière loi sur l’agriculture, la RM pouvait voter les mesures contre l’élevage en cage des poules pondeuses, contre la castration à vif des porcelets, contre le broyage des poussins mâles, et pour le contrôle vidéo dans les abattoirs : tout a été rejeté.

Donc on peut tout à fait affirmer qu’il y a des partis qui agissent pour les animaux et d’autres non. Just the facts.

C’est vous, et seulement vous, qui avez fait un lien manichéen entre le fait d’aimer/détester les animaux et les lois qui sont votées ou souhaitées, et ensuite le reprochez à L214 !

Je pense que cette association dérange car elle nous culpabilise tous sur notre responsabilité indirecte vis-à-vis de la souffrance animale. Pour réduire la dissonance cognitive et continuer à manger des hamburgers dans la bonne humeur, on va ensuite chercher des explications douteuses contre L214 ou sur des détails liés à L214.

-

Enfin, quand on voit le lobbying qui a été fait pour l’utilisation du glyphosate, on se dit que finalement, s’il pouvait y avoir une peu plus de lobbying pour le bio, les animaux ou l’écologie, ce serait peut-être pas si mal…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 17/05/2019 19h51

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

L214 se décrédibilise tout seul, avec une approche extrême et contre productive. je vote LREM ou LR, donc (conséquence logique) j’agis contre les animaux … Restons sérieux.

Sinon, je ne comprends pas bien le lien avec les propositions: je coche LREM et tous les thèmes (animaux de compagnie etc.) et j’ai le message suivant: Aucune prise de position référencée avec ces critères
Pourtant, il devrait en apparaitre au moins deux (source: L214).

Il doit y avoir un bug.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 17/05/2019 23h43

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   535  

Bonsoir !

Entendu de la bouche de Bernard Mabille, à propos des élections européennes :
- "Loiseau tête de liste, ça donne des envies d’ouverture de la chasse"
- "Il faut dire à Loiseau que, pour cette élection, c’est cuit, cuit, cuit !"

Dernière modification par M07 (18/05/2019 09h42)


M07

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #19 18/05/2019 09h58

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   159  

Point de vue méthodologique, je cherche à me baser sur les votes de sortants selon le groupe parlementaire pour me faire mon idée. En effet, je n’ai aucune confiance dans les promesses.

J’attire également l’attention de ceux qui voudraient se baser sur les votes des sortants à bien faire attention à la source de l’information. En effet, au parlement, il est possible de corriger son vote (sans impact sur le résultat du scrutin)… il est donc possible de dire avoir voté dans un sens tout en ayant fait le contraire… et il semblerait qu’en France, nous ayons des spécialistes :

Which MEPs ‘corrected’ their votes the most (and the least)? :

votewatch.eu a écrit :

Three French MEPs are at the top of the list: Brice Hortefeux (Les Républicains) has used this mechanism almost 292 times in the current EP term. The likely better known left-wing leader Jean-Luc Mélenchon has used it 266 times in his 3 years of mandate (as he left the EP in 2017) – Mélenchon topped this list by far while he was still an MEP. Another Les Républicains MEP, Rachida Dati, comes third, with 198 ‘corrections’.

Quand je lis qu’on peut "se tromper de bouton" ou ripper sur le boîtier plus de 200 fois en trois ans, je voudrais prendre la précaution de voter pour une liste ayant pris la précaution de mettre à l’écart tout(e) candidat(e) ayant des problèmes de motricité fine…

Dernière modification par Gog (18/05/2019 10h24)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #20 25/05/2019 11h21

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2749  

Ça sent un peu l’excuse, vous ne trouvez pas ?

Ça prend 1 heure tous les 5 ans d’aller voter pour les élections européennes.

Mais c’est encore trop dur pour les gens, avec un taux de participation aux alentours de 40%.

Ils préfèrent se plaindre qu’on ne prend jamais en considération leur avis, ou que la campagne n’a pas été à la hauteur, ou patati patata. Toujours des excuses !

Si le parlement européen ne servait à rien, pourquoi il y aurait tant de lobbies à Bruxelles : Bruxelles, capitale des lobbys

Ici vous avez la liste des prérogatives du parlement de l’UE :
Européennes 2019 : les pouvoirs du Parlement européen - Les pouvoirs du Parlement européen - Dossier d’actualité - Vie-publique.fr

Valéry Giscard d’Estaing a 93 ans. On l’entend un peu ces jours-ci, mais pas forcément pour le mieux…

Le parlement européen va s’organiser entre grandes alliances, dont vous avez une projection ici selon les sondages :


Source : À quoi ressemblera le futur Parlement européen ?

Quand vous votez pour une liste française, vous votez indirectement pour une de ces alliances.

Bref, arrêtez de pleurnicher et allez voter ! ;-)

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #21 25/05/2019 13h03

Membre
Réputation :   97  

Afin de diminuer drastiquement ce temps de recherche, Le Monde a publié un article analysant (assez objectivement) les votes des députés européens au cours des 5 dernières années en 10 catégories : environnement, économie, sécurité, etc.

Elections européennes 2019 : comment ont voté les 82 eurodéputés français depuis 2014 ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #22 25/05/2019 15h34

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   130  

Pour revenir au sondage, il peut être intéressant de comparer les réponses avec celles concernant le premier tour de la présidentielle de 2017.

Tout d’abord, 209 réponses au moment où j’écris contre 781 il y a deux ans. Comme je n’ai pas l’impression que la fréquentation du forum ait diminué depuis 2017, il semblerait que les IH soient, comme l’ensemble des Français, beaucoup moins intéressés par les élections européennes que par l’élection présidentielle, élection phare de la Vème République.

En 2017, le trio de tête était formé par Macron (loin devant avec un score de 41 %), Fillon (25 %) et Mélenchon (11 %), Le Pen n’étant que quatrième avec 7% et Asselineau arrivant cinquième avec 4 % (bien au-dessus de son score national de 0,92 %).

En 2019, LREM est très largement en tête avec 44 % (+ 3 % par rapport au score de Macron, comme quoi il n’a peut-être pas forcément déçu dans tous les milieux…), LR et le RN étant deuxièmes ex aequo avec 8 % pour chacune des listes. La liste EELV arrive quatrième avec 6 %, celle de l’UPR cinquième avec toujours 4 % tandis que LFI s’effondre avec 2 % (un effet du bannissement des multiples pseudos de Stokes ? smile).

Outre le fait que les IH penchent très majoritairement à droite et surtout au centre droit (ce qui n’est pas forcément une grande surprise) et soient toujours beaucoup moins enclins, en comparaison avec l’ensemble des Français, à voter pour le RN, ce qui peut a priori sauter aux yeux (mais est-ce pour autant une réalité ?), en regardant l’évolution 2017-2019, c’est un transfert de voix de droite (- 17 % pour LR sur la période) vers LREM, quand certains déçus du "macronisme" (plutôt d’anciens électeurs de gauche) se tourneraient cette fois vers EELV.

Mon "analyse" ne vaut que ce qu’elle vaut (c’est-à-dire pas grand chose) mais il sera quand même intéressant de voir si c’est une tendance qui se confirmera demain soir au niveau national.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #23 25/05/2019 21h16

Membre
Réputation :   21  

Gog a écrit :

C’est pas le temps que ça prend d’aller voter. C’est le temps que prend tout le travail de recherche, d’investigation et de recoupement qu’il est nécessaire de faire pour voter en connaissance de cause.

Pour gagner du temps, je peux vous proposer cet outil Avec quelle liste vos idées matchent-elles le plus?

Je l’ai utilisé, et le résultat collait parfaitement avec le vote que j’envisageais.


Iuva te et caelum te iuvabit

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #24 26/05/2019 08h04

Membre
Réputation :   31  

Vous pouvez aussi voter en fonction de la "qualité" des affiches :
Mon analyse décalée des affiches réussies ou ratées des européennes | Le Huffington Post

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Discussions similaires à "Élections européennes de 2019"

Discussion Réponses Vues Dernier message
71 6 340 24/11/2020 22h47 par Lausm
813 101 842 15/03/2021 21h08 par Caratheodory
10 2 014 05/01/2021 11h44 par Spotlight

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur