Informations À propos…   Chercher Cherchez sur le site, les forums et nos screeners :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#76 30/12/2019 04h26

Membre (2014)
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Entreprendre
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   445  

Je comprends le raisonnement de vos amis mais je n’y adhére pas. Ce n’est pas à l’enfant de "payer" les inégalités de coût de l’enseignement du système d’éducation. Les parents sont là pour accompagner l’enfant dans une scolarité qui leur est propre et qui doit leur permettre un épanouissement futur dans leur travail/vie.

J’ai fait une école d’ingénieur gratuite logé en internat (coût ridicule à l’époque). J’ai 2 sœurs qui ont fait des écoles de commerces payantes avec logement en ville. J’aurai trouvé malsain d’accepter une somme d’argent en compensation. Il me semble qu’il ne faut pas tout réduire à l’argent, surtout au sein de la famille.

En poussant le raisonnement un peu vers l’absurde, les parents doivent-ils aussi compenser la différence de rémunération des enfants?


Faire et laisser dire

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #77 30/12/2019 20h06

Membre (2014)
Réputation :   204  

Gardons nous de tomber dans le jugement trop rapidement. Les modes de fonctionnement des familles sont très variés, c’est aussi ce qui fait la richesse de la chose. La façon la plus concrète d’aider Flower est effectivement de relater ce que nous avons vécu (et nos conclusions).

J’y vais donc de ma légère contribution ;-D - dans la veine de carignan99 évoquant à juste titre la différence entre équité et égalité.
Si je commençais par la fin je dirais que les parents doivent réfléchir en termes de résultats plutôt que de moyens, s’agissant des études supérieures.

J’ai eu la chance de pouvoir faire des études d’ingénieur longues avec séjourS à l’étranger pour ensuite décrocher un diplôme reconnu sur le marché du travail. Résultat des courses, 10 ans plus tard je gagne à ce jour 2 ou 3 fois plus que l’ensemble de ma fratrie réunie. Toutefois, les rôles auraient tout à fait pu être interchangés. C’est aussi moi qui est ai le plus travaillé les étés pour payer une partie (sommes toute modeste in fine) des études et frais associés. J’ai aussi toujours réfléchi à la meilleure solution de financièrement parlant dans mon parcours (pour ne pas "dilapider l’héritage avant l’heure" en quelque sorte). Pour autant, avec le recul, la fratrie n’a jamais eu à évoquer ces différentes dépenses et autres aventures qui étaient propres à chacun. C’est aussi, comme l’évoque carigan99, une partie de l’éducation et des valeur à transmettre aux enfants.

Maintenant, de l’autre côté il y a aussi des familles qui doivent subvenir aux besoins d’une fratrie nombreuse et douée dont les membres partent en école de commerce et/ou en hôtellerie (des cursus qui laissent les parents assez rapidement exsangue). Il est tout à fait possible alors que des arbitrages soient nécessaires, et là j’avoue que ça doit être assez compliquer à gérer.

Dans cette discussion, j’aime à croire que nous souhaitons voir comment, en tant que parent, se "couvrir" du risque que nous n’arrivions pas à faire face aux besoins des enfants. En fin de compte il y a quand même un compte de résultat du foyer…
Probablement que partir sur une baseline de 50k€ par enfant permet de voir venir et de répondre à la grande majorité des cursus (j’avais vu le nombre exact sur une étude HSBC, il faudrait que je retrouve). De toute façon, ce n’est qu’assez tardivement que l’enfant engagera réellement le train sur les rails sur un cursus diplômant. Avant cela c’est assez hasardeux de se prononcer.
J’en veux pour preuve:
- Le petit de Iqce destiné à la médecine et qui finalement se retrouve en business school
- Le petit qui ne jure que par une école militaire ou publique et qui se retrouve non classé et qui doit se retourner dans l’année vers un autre débouché
- Celui qui plaque tout après 4 ans à la fac pour aller faire un CAP
- Celui qui fait HEC en alternance (donc finalement un coût très limité pour les parents)
- Celui qui misait tout sur ESSEC en alternance et qui finalement ne peut le faire qu’en formation initiale (situation inverse de celle du dessus et autrement plus coûteuse)

Il faut aussi probablement garder cela en mode boîte noire (qui semble être l’avis des précédents intervenant), s’agissant finalement de la mission des parents et n’ayant pas de compte à rendre sur l’emploi des ressources du foyer).
La finalité, ce que l’enfant peut attendre de ses parents, c’est un support, moral, psychologique et financier dans son projet "raisonnable" de diplomation.

Très intéressé par vos autres avis messieurs dames.


Bien à vous, Dooffy

Hors ligne Hors ligne

 

#78 30/12/2019 20h22

Membre (2014)
Top 20 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 10 Crypto-actifs
Réputation :   626  

Flower a écrit :

L’idée est donc de faire des donations aux enfants, donation plus élevée pour le 1er, un peu moins élevée en pour le 2ème et basse pour le 3eme. Je précise que le climat familial est bon, classique : tout le monde est content de se retrouver / de prendre des nouvelles de chacun.

Ça ne me serait pas venu à l’esprit de réfléchir comme ça… Mais on n’y est pas encore… Qu’en pensez vous ?

Je dirais que si chaque enfant a fait ce qu’il voulait faire comme études sans que les parents ne pose de véto, alors tous les enfants sont à égalité. A partir de ce point, aucune raison d’avantager l’un ou l’autre sur la base des études suivies.

Mais contrairement à lachignolecorse:

lachignolecorse a écrit :

En poussant le raisonnement un peu vers l’absurde, les parents doivent-ils aussi compenser la différence de rémunération des enfants?

Je serais au contraire tenté de faire une différence de traitement si l’un des enfants a un significativement moins élevé que les autres (avec leur accord) ou si l’un connait une période de chômage, etc…


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur