Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+1]    #1 30/01/2019 15h51

Membre
Réputation :   1  

Bonjour,

Je m’appelle Aurélie, j’ai 33 ans et mère de deux enfants.

Je me permets d’ouvrir ce sujet car je me trouve en pleine réflexion, notamment sur mon avenir.

J’ai eu mon premier enfant à 18 ans et mon second à 26 ans, toujours avec le même homme. Aujourd’hui je suis séparée de cet homme.

Sans emploi, j’entame une formation pour devenir chauffeur taxi la semaine prochaine, autant vous le dire, je suis actuellement au rsa et je n’ai aucune épargne, je n’ai jamais travaillé de ma vie, j’ai pris mon temps pour m’occuper de mes enfants.

Aujourd’hui, je cherche une stratégie pour éviter le pire et me retrouver sans rien à l’âge De la retraite.

J’aimerais avoir votre avis sur la stratégie que vous auriez adoptée si vous étiez à ma place.

Je m’interesse à l’investissement immobilier depuis peu, même si ma situation ne me le permet pas, j’envisage très sincèrement d’être rentière une fois ma situation professionnelle améliorée.

Pensez-vous qu’il est trop tard ?

Merci

Dernière modification par Aurelie1919 (30/01/2019 15h54)

Mots-clés : retraite, stratégie, travail

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #2 30/01/2019 16h06

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   462  

Tout d’abord, vous avez toute ma compassion. Dans une société plus juste, le temps que vous avez investi en prenant soin de vos enfants devrait autant être pris en compte pour le calcul de votre retraite que le temps passé par une autre femme à travailler, mais passons.

Je vous conseillerais en premier lieu de prendre rendez-vous avec une assistante sociale pour être sûre que vous percevez bien toutes les aides auxquelles vous pouvez prétendre. Vous êtes dans une situation particulièrement périlleuse, tout est bon à prendre, et il n’y a pas de honte à avoir.

En second lieu, connaissez-vous via le réseau scolaires des parents qui auraient besoin de garder des enfants en bas âge pendant la journée ? Celà pourrait vous apporter immédiatement un revenu complémentaire sans nécessiter d’investissement de votre part. En quelque sorte, capitaliser sur votre expérience et réseau existant.

En troisième lieu, savez-vous que les assistantes maternelles bénéficient d’une fiscalité très avantageuse ?
Les impôts des assistantes maternelles, un des avantages de ce métier

J’ai bien conscience qu’être mère est déjà un travail difficile sans devoir en plus garder les enfants des autres, mais celà me paraît une piste plus rassurante et lucrative que de vous lancer directement dans une profession dans laquelle vous n’avez pas (pour l’instant) d’avantage compétitif. Vous pourriez envisager ça une fois votre situation financière plus solide ?

EDIT : il n’est jamais trop tard !

Dernière modification par doubletrouble (30/01/2019 16h11)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

En ligne En ligne

 

#3 30/01/2019 16h54

Membre
Réputation :   79  

Il n’est jamais trop tard.
En plus des conseils (excellents) de doubletrouble, je vous dirais : surtout ne restez pas seule dans votre coin. Soyez curieuse et essayez de rencontrer des gens positifs qui réussissent, ils ont plein d’idées à partager.

Hors ligne Hors ligne

 

#4 30/01/2019 17h40

Membre
Réputation :   48  

Bonjour,
A priori, dans ce cas de figure, le jugement de divorce doit prendre en compte le choix du couple de ne pas avoir fait cotisé Madame. Etiez-vous mariée ? Avez-vous obtenu un dédommagement ? Si non, le mal est fait malheureusement.

Je rejoins l’idée du travail d’assistante maternelle même si vos enfants sont déjà grands.

Bon courage à vous,
Adrien

Hors ligne Hors ligne

 

#5 30/01/2019 18h56

Membre
Réputation :   1  

toufou a écrit :

Il n’est jamais trop tard.
En plus des conseils (excellents) de doubletrouble, je vous dirais : surtout ne restez pas seule dans votre coin. Soyez curieuse et essayez de rencontrer des gens positifs qui réussissent, ils ont plein d’idées à partager.

Il est très difficile de faire de nouvelles rencontres, qui plus est de personnes qui sont positifs et qui ont pleins d’idées, je ne sais pas où les rencontrer, de plus, je pense que ces personnes sont plus envieuses a rencontrer des personnes qui leur ressemble.

Non, je n’étais pas mariée, c’est difficile de s’en sortir, j’espère ne pas être condamnée à vivre cette situation financière catastrophique

Dernière modification par Aurelie1919 (30/01/2019 19h00)

Hors ligne Hors ligne

 

#6 30/01/2019 19h09

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   153  

Bienvenue.

Vous avez raison de vous préoccuper de votre "employabilité", c’est une superbe démarche de reprendre une formation : nous avons coutume d’écrire ici qu’il faut savoir investir son argent mais aussi investir en soi.

Aurelie1919 a écrit :

Sans emploi, j’entame une formation pour devenir chauffeur taxi la semaine prochaine

Je vous avoue que je suis assez sceptique. Avez-vous vérifié, par vous-même, qu’il y a des débouchés ? Entre la concurrence des VTC et la régulation par le système des plaques, je ne sais pas si c’est facile d’avoir une activité derrière.

Qu’avez-vous comme acquis ? Bac ? autre ?

Dernière modification par Gog (30/01/2019 19h12)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 30/01/2019 19h19

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   253  

Bonjour, taxi n’est pas un métier d’avenir; on teste les voitures autonomes et c’est compliqué d’y rentrer.

Les emplois de bureau c’est presque cuit sans aucune expérience. Une formation professionnelle (n’ hésitez  pas a la payer) sur travail manuel ou humain de proximité me semble un bon plan. Boucher/santé/forêt/entretien de logements etc

Hors ligne Hors ligne

 

#8 30/01/2019 23h17

Membre
Réputation :   79  

Il est très difficile de faire de nouvelles rencontres, qui plus est de personnes qui sont positifs et qui ont pleins d’idées, je ne sais pas où les rencontrer, de plus, je pense que ces personnes sont plus envieuses a rencontrer des personnes qui leur ressemble.

Je sais que c’est ce que vous ressentez et c’est pour cela que je vous l’ai dit.
Mais il ne faut pas se mettre de barrières. Sans vous connaitre, c’est difficile de donner des conseils mais il faut chercher du coté des activités qui vous plaisent, il y a d’autres personnes qui ont les mêmes gouts ( activités sportives, associatives, etc…). Il faut parfois sortir de sa zone de confort mais il est important d’avoir un réseau de connaissances. On croit souvent qu’il faut souffrir pour réussir, c’est un vieux complexe judéo-chrétien; en fait, il suffit de rencontrer le maximum de gens et de copier ceux qui réussissent mais le plus souvent c’est un plaisir.
Les personnes positives sont en général faciles d’accès et prêtes à rendre service, c’est cet état d’esprit qui les rends positives.
Faites une formation sans trop vous poser de question, ça vous donnera des idées, taxi ( mais la licence, hum…), ambulancier ? autre chose ?
Lisez "père riche, père pauvre", ça vous inspirera.

Hors ligne Hors ligne

 

[-1]    #9 31/01/2019 02h18

Membre
Réputation :   13  

Aurelie1919 a écrit :

Aujourd’hui, je cherche une stratégie pour éviter le pire et me retrouver sans rien à l’âge De la retraite.

Bonjour Aurélie,

Stratégie old school mais pragmatique : chercher et sélectionner un homme bon, honnête et surtout riche, puis mariez-vous (sans contrat). Comme disaient nos aïeux, les sentiments viennent avec le temps.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 31/01/2019 05h04

Membre
Réputation :   3  

Bonjour,

Désolé pour votre situation qui n’est pas enviable.

En dehors des conseils déjà donnés par d’autres membres de rencontrer des gens ayant des centres d’intérêts en commun, via par exemple des associations sportives ou culturelles municipales qui sont souvent très peu chères pour les gens non-imposables, voici quelques conseils financiers.

Pour votre malheur, vous êtes dans le pays qui couvre le mieux ces cas là. Une bonne assistance sociale saura vous obtenir les aides auxquelles vous avez droit : allocation logement, allocation parent isolé, RSA, CMU,  etc…
Il faut s’inscrire à Pôle Emploi, même si vous n’êtes pas indemnisée, cela donne d’autres avantages (formation, gratuités,…).

Il faut voir si votre niveau d’études peut mener à des emplois bien rémunérés, ou si il y a peu à espérer au delà du SMIC.
Il existe des emplois d’auxiliaire de vie scolaire pour les enfants handicapés : c’est payé au SMIC horaire, mais il y a les vacances scolaires et c’est complété par la prime d’activité. Il faut être préalablement inscrit à Pôle Emploi.

Ce n’est que quand vous aurez accumulé une réserve financière suffisante que vous pourrez investir, ça va donc prendre plusieurs années avant d’y arriver, et ça ne sera donc que dans un second temps.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #11 31/01/2019 06h34

Membre
Réputation :   5  

doubletrouble a écrit :

Tout d’abord, vous avez toute ma compassion. Dans une société plus juste, le temps que vous avez investi en prenant soin de vos enfants devrait autant être pris en compte pour le calcul de votre retraite

Ma mère c’est occupé de 2 enfants tout en travaillant, la mère de ma femme dont le père est mort tres tôt c’est occupé de 3 enfants tout en travaillant.

Faire une pause de 1 ou 2 ans quand les enfants sont très jeunes d’accord.

Mais faire une pause de 15 ans c’est un confort et un choix de de vie, et non un travail qui mérite d’être reconnu par pôle emploi.

Hors ligne Hors ligne

 

#12 31/01/2019 07h08

Membre
Réputation :   38  

Bonjour,

Tout d’abord je vous félicite pour votre démarche quant à la venue sur notre forum. Cela démontre une certaine envie de vouloir vous en sortir. C’est déjà mieux que pas mal de personnes que je connais…

Pour répondre à vos questions, quelques remarques…Cela ne va peut-être pas vous aider mais bon:

- Alors il n’est jamais trop tard pour s’en sortir, et sur le principe, il vaut mieux commencer à 40 qu’a 60.

- cependant, au vu de votre situation, il faut d’abord commencer par investir dans un travail même payé au SMIC. Le but étant de pouvoir épargner une partie de votre salaire (le livre « pere riche père pauvre » préconise 10% si mes souvenirs sont bons). Comme écrit par d’autres, réfléchissez bien sur ce que vous voulez faire.. le prix à payer pour être taxi est très élevé, la concurrence VTC et avec les autres taxis est forte, et les horaires à rallonges pour obtenir un salaire décent me paraisse non pas incompatible mais disons délicat avec votre situation de femme seule avec 2 enfants.

- le « ticket d’entree » en immobilier est assez élevé (frais de notaire). Même si vous arrivez à emprunter à 110% (emprunt des FDN et frais annexes), ce qui n’est pas sûr vu votre profil (la banque évalue le rapport risque pris / bénéfice) il vous faut quand même un minimum d’argent de côté pour palier aux charges, travaux, impayés ou autres vacances locatives….

je ne dis pas que vous n’y arriverez pas, mais je pense que la première chose à faire est de
1- trouver un travail
2- afin de pouvoir épargner une partie de celui-ci (épargne de précaution pour vous dans un premier temps, puis épargne dans le but d’investir dans un second temps)
3- et ensuite penser investissement

Le livre de notre hôte peut être également une bonne lecture…

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #13 31/01/2019 07h51

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   462  

@Risitas : une maîtresse de maison (ou un homme au foyer), rien qu’en préparant les repas et en gardant les enfants, fait bien souvent économiser l’équivalent d’un SMIC à son foyer. Et réaliser ce travail journalier, car oui le travail existe même sans un contrat et une fiche de paie, est tout sauf un confort.

Interrogez-vous sur cet étrange jugement de valeur selon lequel une femme qui travaille est supérieure à celle qui prend soin de sa famille : la raison pour laquelle il vous a été inculqué c’est que celle qui travaille génère un revenu imposable, majoritairement réinjecté en assistante maternelle / plats préparés industriels ou restau / et autres services financialisés. Si notre système soutient le pseudo-féminisme en vigueur ce n’est pas par bonté d’âme, mais parce qu’il a rendu tout un pan de l’économie jusque là informel quantifiable, financialisable et taxable. Tout le monde y gagne, sauf vous.

Vous pensez sérieusement que les couples avec enfants dont les deux parents sont salariés à plein temps ont une meilleure qualité de vie que les familles où l’un des conjoints peut s’occuper du foyer ?

Bref, je ne parlais aucunement d’un droit au chômage (ça fait partie de l’univers du salarié), mais un droit à la retraite serait tout à fait légitime et réellement féministe.

Pour finir, si vous pensez réellement que prendre soin de son foyer est un pur "confort", pourquoi refuser de le donner à ceux qu’on aime et regarder avec tant de dédain ceux qui peuvent l’avoir ? On approche du syndrôme de Stockholm, là.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

En ligne En ligne

 

#14 31/01/2019 08h09

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2059  

Vous vous définissez négativement : ne jamais avoir travaillé.  Définissez-vous positivement :
niveau d’études
savoir-faire (au pluriel)
centres d’intérêts, goûts, envies
sports et autres activités pratiqués même si c’est le passé
Expériences pseudo professionnelles, type job d’été, aide à un pro de la famille, y compris ce que vous faites comme mère.

Dernière modification par Bernard2K (31/01/2019 08h18)


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 31/01/2019 08h19

Membre
Réputation :   5  

@Doubletrouble

Vous me faites dire beaucoup de chose que je n’ai pas dit, je ne trouve pas ça très correct.

"une maîtresse de maison (ou un homme au foyer), rien qu’en préparant les repas et en gardant les enfants, fait bien souvent économiser l’équivalent d’un SMIC à son foyer."

Les couples dont les deux parents travaillent nourrissent aussi leurs enfants et les gardent.

"Interrogez-vous sur cet étrange jugement de valeur selon lequel une femme qui travaille est supérieure à celle qui prend soin de sa famille"

Je ne pense pas qu’une femme qui travaille soit supérieure à une femme au foyer, je pense juste qu’une femme qui dépend financièrement d’un homme prend un risque en cas de divorce, de nombreuse femme dans ce cas la se sont retrouvé bloqué avec un mari qui les trompait car elle ne pouvait pas partir financièrement.

Sur un forum ou l’on cherche tous l’indépendance financière ça ne me parait par être une insulte que de parler d’indépendance vis à vis de son conjoint. J’en suis désolé si ça a été pris comme tel

"Vous pensez sérieusement que les couples avec enfants dont les deux parents sont salariés à plein temps ont une meilleure qualité de vie que les familles où l’un des conjoints peut s’occuper du foyer ?"

Je ne vois pas à quel moment j’ai dis quelque chose qui se rapprochait de cette phrase la.

"Pour finir, si vous pensez réellement que prendre soin de son foyer est un pur "confort", pourquoi refuser de le donner à ceux qu’on aime et regarder avec tant de dédain ceux qui peuvent l’avoir ? On approche du syndrome de Stockholm, là."

Je n’ai rien refuser à personne et il n’y a aucun rapport avec un syndrome de Stockholm, j’ai juste dit que c’était un choix et que ça ne méritait pas d’être reconnu par pôle emploi.

Dans tous les cas je ne veux pas polluer son topic, des bons conseils ont tout de même étaient donnés, je pense que le plus important c’est de se renseigner sur la bonne formation qui vous permettra de trouver un emploi stable, si vous souhaitez investir derrière ça rassurera toujours votre banquier

Hors ligne Hors ligne

 

#16 31/01/2019 08h33

Membre
Réputation :   110  

Pour répondre à la question de départ d’Aurelie, pour investir (en immobilier tout du moins), il faut un CDI pour avoir une capacité d’emprunt. À partir de là, on peut réfléchir à un plan de bataille. Sans CDI, ni patrimoine et sans être étudiant, il est impossible d’avoir un crédit.

Dans votre profil, il y a un top élément : vous avez 33 ans. C’est idéal comme âge pour investir.

Bien à vous,

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 31/01/2019 08h55

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   476  

Il faudrait connaitre vos relations avec vos parents si ils peuvent vous aider.

Quel est votre niveau d’études ?

Visez comme cela à été dis plutôt un job alimentaire pour vous remettre en selle avec un CDI à la clé.

Le CNAM permet de reprendre des études pour les salariés.

Laissez tomber le taxi , c’est pas la bonne direction en terme de stabilité pour investir , il faut du CDI.

Envisagez de refaire votre vie pas forcement simple à 33 avec des adolescents

Trouver un job à 1.200 sera un bon départ mais très difficile car vous allez perdre toutes les aides et ceci peut être un frein à la motivation
Peut importe , il faut repartir dans une dynamique positive

La vie n’a pas pour vocation d’être vécu sans rien faire , avoir des projets et des objectifs donnent un sens à la vie et permette de se réaliser

Bon courage et persévérez


Rentier profitant tranquillement de la quiétude de la vie entre soleil et montagne

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #18 31/01/2019 13h59

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   172  

Bonjour Aurélie1919

Bienvenue sur le forum!
Je me permets de vous répondre, parce que j’ai aussi 33 ans (1985?), et que je suis une fille. Et qu’il manque de réponses féminines.

La première question que je vais vous poser concerne le moyen de garde des enfants : grand-parent ? soeur ? et mode de garde des enfants : garde alternée avec le père ?

Ensuite, quelle est votre formation actuelle ? Bac ? Et quels étaient les métiers que vous envisagiez à l’arrêt de vos études ?
Seriez vous prête à reprendre des études ? (cours du soir, cned, formation avec pôle emploi…), et quel temps seriez vous prête à consacrer: 1h/jour pendant 2 ans ? 8h/jour mais pendant 6 mois ?

Vous souhaitez travailler mais dans quel but ? uniquement avoir un salaire pour ouvrir vos droits à la retraite ?
Dans ce cas, plein de boîtes recrutent sans formation, " vous débutez dans la vie active"
Quel est votre horizon pour trouver un boulot : immédiatement ? ou dans quelques mois le temps d’avoir la qualification nécessaire ?
Vous avez un secteur précis qui vous tente ?

Dans la vie, tout est question de CHOIX.

Risitas a écrit :

doubletrouble a écrit :

Tout d’abord, vous avez toute ma compassion. Dans une société plus juste, le temps que vous avez investi en prenant soin de vos enfants devrait autant être pris en compte pour le calcul de votre retraite

Ma mère c’est occupé de 2 enfants tout en travaillant, la mère de ma femme dont le père est mort tres tôt c’est occupé de 3 enfants tout en travaillant.

Faire une pause de 1 ou 2 ans quand les enfants sont très jeunes d’accord.

Mais faire une pause de 15 ans c’est un confort et un choix de de vie, et non un travail qui mérite d’être reconnu par pôle emploi.

Chacun est libre de faire ses CHOIX. Faire un enfant est un CHOIX (en tout cas en France). Faire des études est un CHOIX.
Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix, mais chaque choix implique des conséquences, qu’on ne peut pas nier ensuite.
Pour ma part, j’ai CHOISI de faire des études longues. Et quand mes copines du lycée ont fini leurs BTS, ont eu leurs premières paies, leurs premiers appartements, puis se sont mariées, et ont fait des enfants, je n’avais toujours pas fini mes études. Et autant vous dire que j’étais verte de jalousie de les voir sortir tous les week-ends quand je passais les miens à bosser. Mais c’était mon CHOIX.
Maintenant, c’est " tout de façon /t/oi /t/u comprends pas", quand on évoque nos boulots/ paie (environ 2800€ en temps partiel) . Mais c’était bien leurs CHOIX.

Mon compagnon est employeur. Il a recruté une femme célibataire avec un enfant.
Quand celui-ci est malade, elle le prévient qu’elle ne viendrait pas pour le garder. Forcément, il apprend ça le matin même et cela complique son organisation.
Mais je lui dis que si on était séparé, je serai dans la même situation… Aucune famille proche, si l’école me le prend pas, et que la nounou est pas prévenue/disponible, je ne peux pas aller au boulot.

Avez vous quelqu’un qui puisse " prendre le relais" s’il y a un enfant malade ?

Je raisonne pour un " petit" enfant ( le mien vient d’entrer en maternelle), mais votre aîné est déjà au lycée. Il va d’ici quelques années passer en étude supérieure. Qu’a t-il envie d’étudier ?
Votre ex conjoint va t-il aider pour les frais qui ne manqueront pas d’arriver s’il décide d’étudier à plusieurs km de chez vous, voire à l’autre bout de la France ? ( appartement, transport, repas, …).

Pour l’investissement locatif, je vous conseille d’avoir une solide épargne de précaution dans un premier temps. Ne serait-ce que pour rassurer la banque qui va vous prêter. Et sans revenu, le prêt ne va pas vous être accordé.
Prenez le temps de consolider votre situation. Peut-être allez vous changer de ville/département au gré de vos emplois, ou des études de votre ainé.
Vous aurez ensuite le temps d’étudier le marché immobilier, et voir si cela vous tente encore.

Dernière modification par amoilyon (31/01/2019 14h04)

Hors ligne Hors ligne

 

#19 31/01/2019 14h54

Membre
Réputation :   10  

@amoilyon
Vous mentionnez la notion de "choix" en supprimant pleinement les facteurs environnementaux, qui sont pourtant largement déterminants sur ce qui semble être une décision, en apparence, prise en pleine conscience.
Vos amis titulaire d’un BTS ont possiblement reproduit inconsciemment des schéma sociaux. La notion de choix est très subjective.
Faire des études n’est pas qu’un choix, il faut le pouvoir, surtout lorsque l’on parle de diplôme très rémunérateur. Il faut bien sur joindre ces facteurs aux ressources  intra-personnelles.

Mais cela ne répond pas au sujet…

Concernant la situation décrite, j’ai beaucoup de demandes locatives de femmes seules. Ces dernières ont un profil financier similaire au vôtre, c’est à dire souvent 2-3 enfants, pas de revenus.
Avec 2 enfants, toutes aides cumulées (RSA, APL, ALS, AF..). Vous devriez être proche de 1600€/mois. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à vous renseigner chez une assistante sociale pour ne rien louper.

Aussi, j’ai remarqué que nombre de personne ayant votre profil et ayant annoncé vouloir retravailler, sont finalement restés dans un état de "stase". Bloqué entre l’idée de retravailler pour une misère (+ toutes les contraintes compréhensibles) et l’idée de rester chez soit pour pratiquement les mêmes revenus.
J’ai en tête l’exemple d’une femme plus âgée que vous qui a commencé sa reprise de vie "active" par… une activité sportive de groupe. Ce récréant ainsi un nouveau réseau, se synchronisant à nouveau avec le rythme et les discussions de salariés. ça vaut ce que ça vaut..

Quoi qu’il arrive, bravo pour votre initiative de reprise.

Hors ligne Hors ligne

 

#20 31/01/2019 15h22

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1002  

Joris54 a écrit :

Avec 2 enfants, toutes aides cumulées (RSA, APL, ALS, AF..). Vous devriez être proche de 1600€/mois.

Il est souvent préférable de sourcer ce genre d’affirmation ou insinuation à laquelle on ne croit pas en première lecture svp.

Hors ligne Hors ligne

 

#21 31/01/2019 15h27

Membre
Réputation :   10  

Je me base sur les documents physiques et j’ai reçu à plusieurs reprises. J’espère que cela n’a pas été perçu comme une provocation.
En guise de bonne foi et puisque je ne peux vous copier les documents de mes locataires, je vais chercher les liens des différentes informations.

Dernière modification par Joris54 (31/01/2019 16h12)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #22 31/01/2019 15h30

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2865  

Surin a écrit :

Il est souvent préférable de sourcer ce genre d’affirmation ou insinuation à laquelle on ne croit pas en première lecture svp.

Voir mon message : (117/120) Situation économique de la France et avenir de la France

RSA mère isolée avec 2 enfants + APL + prime de rentrée scolaire 2 enfants + prime de Noël 2 enfants on s’en approche.

Et dans certaines villes vous avez aussi les transports gratuits, y compris le train.

C’est tout le problème : aucun intérêt à travailler au SMIC dans ces conditions, vous perdez une partie des aides et vous avez des frais de garde d’enfants supplémentaires.

Il faut donc reprendre des études et viser un emploi avec une rémunération supérieure au SMIC, comme il a été conseillé dans cette file.

Il est prématuré à ce stade de penser à des investissements (immobilier ou financier), il faut d’abords investir dans soi-même et améliorer son employabilité.

Attention également aux changements de situation : quand les enfants sont grands, vous avez une baisse drastique des aides. Et si eux-mêmes sont en difficulté ou seulement au SMIC (donc ne pouvant pas vraiment vous aider financièrement), vous risquez de vous retrouver dans une situation bcp plus difficile qu’aujourd’hui.

En ligne En ligne

 

[+4]    #23 31/01/2019 15h54

Membre
Réputation :   10  

J’allais justement citer votre message, j’ajoute quelques sources puisque c’est ce qui est demandé.

- RSA 2 enfants: 981,86 euros ou 1.179,10 euros (si isolé).
Revenu de solidarité active : 550,93 euros en juin 2018 | Net-iris
- APL: 407€ (295€ personne seule + 58€ enfant 1 + 58€ enfant 2)
APL : calcul et montant de l’aide personnalisée au logement
- Allocation familiale: 131€ Montants 2018-2019 des allocations familiales et autres prestations familiales

Soit 1519€/mois ou 1717 si isolé. Il manque une petite aide dont j’ai oublié le nom (peut être ALS, je ne sais plus), + les primes exceptionnelles (rentré scolaire et autres). Et le compte est bon.

En province, dans les petites villes avec faible loyer (500€ pour un F4), il est même possible de vivre tout à fait normalement. (Quitte à m’attirer les foudres).

Mon intervention sur la somme approximative de 1600€, était avant tout pour s’assurer que l’auteure du post ait en main toutes les cartes.

Dernière modification par Joris54 (31/01/2019 16h02)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #24 31/01/2019 16h10

Membre
Réputation :   12  

Je ne pense pas qu’avec 1600eur et deux enfants, avec un loyer de 500eur, on vive "confortablement".

Je plains les gens dans cette situation, que ceci soit bien clair.

Simplement, on vit mieux que:

-la majorité des pays de l’hemisphere sud
-la vaste majorité des gens du monde entier dans la "meme situation"
-un couple travaillant 50h par semaines au debut du siècle dernier ( donc pas au moyen age)

Il faudrait quand meme ne pas l’oublier á l’heure où certains estiment qu’il n’y a pas encore assez de redistribution en France.
Sachant que ceux qui tirent la charrette ont pour la plupart, soit marre de tirer, soit des envies de partir du pré.

Dernière modification par jean (31/01/2019 16h12)

Hors ligne Hors ligne

 

#25 31/01/2019 16h30

Membre
Réputation :   30  

jean a écrit :

Je ne pense pas qu’avec 1600eur et deux enfants, avec un loyer de 500eur, on vive "confortablement".

Je plains les gens dans cette situation, que ceci soit bien clair.

La réflexion était sans doute à comparer avec Paris ou autres grandes villes.
Après on dira vivre mieux, plutôt que confortable.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur