Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#51 16/10/2020 06h55

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   624  

Très intéressant tout ça !
Oui, le suppléant est très intéressant, j’espère que la banque ne fera pas des siennes au cas où !
Et il faut que j’élargisse le sujet pour les autres types d’empêchement. J’avais en tête le mandat de protection future, il faut que j’approfondisse.

Je vais en profiter pour revoir mes statuts maintenant que j’ai un peu plus de recul (par exemple, clarifier les droits et devoirs de l’usufruitier vers nu propriétaire)

Je vais creuser cette histoire d’AG versus "décision collective des associés"  ; j’avais bien mis des votes par "tout moyens" ; je ne sais plus trop comment j’avais formulé ça. J’ajoute ça sur ma to do !

Hors ligne Hors ligne

 

#52 28/11/2020 00h25

Membre
Réputation :   30  

Bonsoir à tous et à toutes

Merci pour la discussion suppléant, bon à prévoir.

Quand on souhaite cotiser au plafond SS pour sa retraite (41136€ annuel), pouvez vous me confirmer si j’ai fait les bonnes simulations.

ça demanderai un coût global annuel pour la SASU de 55840€ (soit 32300€ net avant impôts bien sur)

Sauf erreur de ma part si on peut c’est la somme qu’il faudrait se verser jusqu’à avoir 25 années cotisées au plafond SS.

Pour la partie retraite complémentaire je séche, on cotise sur les 41136€ mais on peut souscrire en sus à des contrats en partie ou totalement déductible des charges de la société comme pour la santé-prévoyance ?

Merci d’avance, Amicalement.


carpe diem

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #53 28/11/2020 08h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   307  

@stef8080,

ci joint le simulateur que j’utilise pour ma part :simulateur paye et charges

votre approche me semble la bonne sur la retraite. Pas d’avis sur la complémentaire étant en sarl…

Dernière modification par serenitis (28/11/2020 08h28)

Hors ligne Hors ligne

 

#54 30/12/2020 20h49

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2224  

Par rapport à la question de fructif, qui est en gros : si le Président est empêché temporairement ou durablement (et notamment s’il décède), comment faire en sorte que la société ait toujours un dirigeant, pour prendre les décisions, signer les chèques, etc. ?
Nous avons vu deux solutions :
- le directeur général. Prévu par les statuts, ses pouvoirs sont généralement un peu moindres que ceux du président, mais ça permet déjà de continuer à fonctionner. Problème : il est DG tout le temps, pas seulement quand on aurait besoin de lui pour l’intérim.
- le Président suppléant. C’est vraiment la solution idéale pour le besoin envisagé. Pour bien faire, les statuts doivent prévoir ce suppléant, dire qui l’élit et pour combien de temps (logiquement : élu par les mêmes que le président et pour la même durée), définir précisément les cas d’empêchement où il est appelé à remplacer le président, et la durée de son mandat d’intérim, qui devrait être quelque chose comme : si empêchement définitif, durée de 2 ans, ou jusqu’à la fin du mandat en cours si c’est plus de 2 ans. (ça laisse le temps de résoudre la succession). Si empêchement temporaire, jusqu’à à la fin de l’empêchement sans pouvoir dépasser une durée de 2 ans.

J’ajoute une troisième solution sur laquelle je suis tombée en parcourant le "mémento sociétés commerciales" des éditions Francis Lefebvre : élire comme Président de la SAS une personne morale, en l’occurrence une SARL qui possède deux gérants (ou plus). La ruse, c’est qu’une SARL peut avoir plusieurs dirigeants, au contraire d’une SAS qui ne peut avoir qu’un président.
Ainsi, chacun des gérants de la SARL a tous les pouvoirs du Président, de facto. Donc, en cas d’empêchement d’un des gérants, l’autre a toute lattitude pour reprendre les manettes sans nécessiter aucune formalité. Problème : comme le DG, le second gérant est gérant tout le temps et pas seulement en cas de besoin d’intérim. Autre problème : qui dit seconde personne morale dit seconde comptabilité à tenir, AG annuelles à faire, etc. Autant pour une SAS avec un CA de quelques millions d’euros par an ou plus, ça peut se justifier, autant pour une petite entreprise, c’est un peu trop complexe et coûteux.

Dernière modification par Bernard2K (30/12/2020 22h54)


Mes deux formations : "rentier immobilier en un clin d'œil" et "marchand de biens en claquant des doigts".

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #55 04/01/2021 14h02

Membre
Réputation :   51  

Bonjour à toutes et à tous,

Je souhaitais partager mon retour d’expérience sur la création d’une SASU, peut-être qu’il vous sera utile. J’étais auparavant autoentrepreneur (services autour des nouvelles technologies) et mon activité s’est bien développée. Je prévois d’investir un peu pour me développer et il me fallait donc une structure un peu plus carrée, avec notamment la possibilité de gérer la TVA

J’ai souscrit à l’offre Sérénité de Captain Contrat le 2 décembre (517€ HT) et ai reçu mon Kbis définitif (avec numéro d’immatriculation attribué)  le 28 décembre. Je suis plutôt satisfait de leur accompagnement, le processus est bien fléché et leur support est réactif.

J’ai rencontré deux petits points de blocage qui ont rallongé la procédure.

D’une part, j’avais commencé une ouverture de compte chez Qonto pour pouvoir effectuer mon dépôt de capital (Boursorama, ma banque principale, propose un compte professionnel mais qui ne permet pas le dépôt de capital). Pour des raisons inconnues, je n’ai pas pu terminer la vérification d’identité : mes selfie ont été refusés deux fois. Je suis donc passé chez Shine qui m’a ouvert le compte sans difficulté (20 jours calendaires entre la demande initiale et le compte fonctionnel).

D’autre part, j’ai fait la découverte de l’article L.224-1 du code de commerce.

L.224-1 du code de commerce a écrit :

La dénomination sociale d’une société par actions ne peut être constituée exclusivement d’un nom patronymique.

J’avais en effet donné mon nom de famille comme raison sociale. Les statuts et le certificat de dépôt avaient été fait avec mon nom et ont été rejetés par le greffe du Tribunal de commerce. J’ai dû en demander des nouveaux, avec une autre raison sociale (sans surcoût de la part de Captain Contrat et de Shine, mais avec quelques jours de délai).

Enfin, une bonne surprise a été de voir que le règlement de ma copropriété autorisait un usage commercial de quelques lots, dont le mien. La question de la domiciliation a été résolue assez vite.

Il me reste désormais à me mettre à la comptabilité avec probablement Quickbooks et je serai paré !


Parrainage : Binance (-5% de frais), Just Mining (8€ en BTC pour 100€ d'achat), Ledger (20% de promo)

Hors ligne Hors ligne

 

#56 04/01/2021 18h47

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   606  

Et Captain Contrat n’a pas vu que vous aviez commis cette erreur ? Leurs juristes et experts ne s’en sont pas rendu compte ?

Dernière modification par Oblible (04/01/2021 18h48)


Parrain Interactive Brokers ( par MP ) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #57 04/01/2021 19h19

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2224  

Bonjour nuitnoire. Merci pour votre retour d’expérience.

Je relève que votre confiance dans les solutions "internet" vous a déjà fait commettre deux boulettes.

Avec le procédé que j’ai décrit, mes interlocuteurs, à la CCI puis au greffe, m’auraient mis en garde d’emblée sur ce problème de l’utilisation du seul nom patronymique.

Je disais aussi, si l’on souhaite s’assurer d’une bonne rédaction des statuts, que la meilleure solution est sans doute l’expert-comptable. Là aussi, un expert-comptable vous aurait évité cette boulette.

Or, vous projetez de continuer "Il me reste désormais à me mettre à la comptabilité avec probablement Quickbooks et je serai paré !"

Sur ce sujet, je préfère vous mettre en garde : la comptabilité ne s’apprend pas en claquant des doigts. Il y a des aspects conceptuels qui sont loin d’être évidents (par exemple : tel achat : charge courante, ou stock, ou immobilisation ?) ; il y a les aspects pratico-pratiques (par exemple : quel numéro de compte pour tel achat ? Ou encore : attention à bien distinguer la TVA sur les charges courantes et la TVA sur les immobilisations).  Mais connaître uniquement les aspects pratico-pratiques façon recette cuisine peut amener à des erreurs car on ne comprend pas vraiment ce que l’on fait.

Pourquoi Quickbooks ? Est-ce qu’il correspond à votre besoin ? Qu’a-t-il de mieux que la concurrence ?

Est-ce qu’il vous permettra de vous passer d’un expert-comptable ? Probablement non.

En tout cas, en réaction à cette phrase, je vous dis : faites gaffe à la croyance en l’"outil magique". Aucun logiciel ne permet de faire très facilement sa compta alors que les autres ne le permettraient pas (les développeurs des autres logiciels ne sont pas stupides non plus). Dans tous les cas, un logiciel reste un outil, qu’on utilisera d’autant mieux qu’on comprend ce qu’on fait.

Si vous voulez apprendre à faire votre comptabilité, vous auriez sans doute intérêt à lire un ou deux bouquins d’introduction à la comptabilité (ou à suivre un MOOC ou une formation plus classique). Notez que quand on dit "compta", la compta que vous avez besoin d’apprendre, c’est la compta dite "générale" ou "financière" (par opposition à la comptabilité "analytique" ou "de gestion" qui sert notamment à contrôler ses coûts de revient et qui est un outil d’optimisation de la gestion, pas obligatoire). D’une certaine façon, je ne peux que vous y encourager car, en tant que chef d’entreprise, le plus tôt vous aurez des bonnes notions de compta, le mieux vous vous porterez ; et comme vous êtes encore jeune, vous devriez apprendre assez vite alors qu’à 40 ans passés c’est plus dur. Mais connaître la compta et être capable de faire sa saisie comptable n’empêche pas d’avoir un expert-comptable pour valider les comptes annuels, mais aussi comme ressource et comme garde-fou.

Dernière modification par Bernard2K (04/01/2021 21h24)


Mes deux formations : "rentier immobilier en un clin d'œil" et "marchand de biens en claquant des doigts".

Hors ligne Hors ligne

 

#58 05/01/2021 09h22

Membre
Réputation :   51  

Bonjour Obible, Bernard2K et les autres,

Concernant vos questions :

Obible a écrit :

Et Captain Contrat n’a pas vu que vous aviez commis cette erreur ? Leurs juristes et experts ne s’en sont pas rendu compte ?

Non, le point a été soulevé par le greffe, une fois que tous les documents ont été soumis… Captain Contrat a donc produit des statuts avec mon nom patronymique puis Shine a fait produire une attestation de dépôt en lui emboîtant le pas.

Captain Contrat semble être un type de "startup" assez courant : proposition de valeur intéressante, gros effort sur l’interface graphique et service client perfectible (dans mon cas, largement offshoré visiblement). Ce qui me surprend plus est la passivité de la banque, l’attestation est produite par un notaire et mon cas de figure est simple à détecter.

Bernard2K a écrit :

Pourquoi Quickbooks ? Est-ce qu’il correspond à votre besoin ? Qu’a-t-il de mieux que la concurrence ?

J’ai fait un petit benchmark, en prenant notamment conseil auprès des personnes de mon entourage qui ont des besoins et problématiques proches. J’ai conscience qu’il n’existe pas d’outil magique et une solution SaaS semble être un bon compromis coûts/temps/efficience.

Bernard2K a écrit :

Est-ce qu’il vous permettra de vous passer d’un expert-comptable ? Probablement non

Je ne m’interdis pas de recourir à un expert-comptable, notamment pour des besoins ponctuels d’accompagnement. Je m’en suis jusqu’à présent passé pour deux principales raisons.

La première est le coût : à mon niveau, le retour sur investissement d’un expert-comptable me semble pour le moment limité. Je peux néanmoins me tromper, mes problématiques évolueront et, à un moment, on ne peut pas tout faire soi-même.

L’autre raison est liée à votre remarque.   

Bernard2K a écrit :

D’une certaine façon, je ne peux que vous y encourager car, en tant que chef d’entreprise, le plus tôt vous aurez des bonnes notions de compta, le mieux vous vous porterez

Je pense que la comptabilité est une compétence importante à avoir. J’ai déjà eu des cours (basiques) à l’école, vais m’autoformer et aurai l’occasion de découvrir les aspects pratiques que vous mentionnez très rapidement. Encore une fois, je ferai très certainement appel à un expert-comptable pour valider que mes comptes vont dans la bonne direction.

Dernière modification par nuitnoire (05/01/2021 09h22)


Parrainage : Binance (-5% de frais), Just Mining (8€ en BTC pour 100€ d'achat), Ledger (20% de promo)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #59 05/01/2021 10h20

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2224  

Très bien de vouloir progresser sur la compta. Prévoyez du temps et une certain obstination maintenue sur la durée, jusqu’à ce que vous ayez votre saisie comptable réalisée et qu’elle vous satisfasse. Attention aux découragements (abandonner temporairement), car après il faut tout reprendre du début et on finit par en faire une montagne, alors que la compta n’est pas un sujet insurmontable, c’est même relativement simple, pourvu que l’on s’y mette sérieusement et avec constance.

L’expert-comptable n’acceptera pas juste de vous donner des conseils. Soit il valide vos comptes annuels (alors que vous faites la saisie courante), pour un coût annuel quelque part entre 1000 et 4000 € pour une société commerciale, et il vous donnera un certain nombre de conseils et remarques à cette occasion, soit il refusera de s’occuper de vous. C’est en tout cas ce que j’ai compris de ceux que j’ai pratiqués. Ca vient de l’encadrement légal de leur profession : ils prennent une responsabilité envers les entreprises dont ils s’occupent, et cet engagement est formalisé par une lettre de mission. Ensuite, une fois qu’ils sont engagés, leurs conseils sont "gratuits" dans une certaine mesure car intégrés dans la mission de base (c’est d’ailleurs un point à bien convenir avec eux dès le début : jusqu’à où est-ce inclus dans la mission de base, et à partir d’où me facturerez-vous des heures en plus ?). Ca explique qu’ils ne peuvent pas donner seulement quelques conseils.

Ne pas oublier non plus qu’un expert-comptable est là aussi pour les coups durs. Un vrai expert-comptable vous soutient pendant un contrôle fiscal (ou Urssaf ou autre) ou encore si vous passez au tribunal de commerce. Du coup, notez aussi qu’un vrai expert-comptable refuse de s’occuper d’un business qu’il sent "louche" : il doit être capable de défendre son client donc il doit y avoir une confiance réciproque.

Vu l’enthousiasme que vous avez sur les solutions internet, je vous mets en garde sur les "expert-comptables internet". Tout ce que j’ai lu comme retour d’expérience indique que des petites mains font de la saisie au kilomètre, qu’elles changent souvent et qu’il n’y a donc pas de continuité de l’interlocuteur, et que la surpervision de l’expert-comptable est inexistante en pratique. Par exemple, un LMNP a vu ainsi sa compta de l’année être entièrement saisie au 31/12 de l’année. Cela produit certes le bon résultat fiscal (quoi que avec une telle saisie à la vitesse de l’éclair il y a probablement des erreurs), mais cela revient à caricaturer la comptabilité en une simple liste d’additions et de soustractions. Or, la comptabilité a un rôle d’information pour le chef d’entreprise et pour les tiers (banque, impôts…). Le fait de dater les opérations est une obligation légale et c’est aussi utile, en pratique, pour pouvoir dégager une analyse temporelle (par exemple CA mensuel vs charges mensuelles, pour chaque mois de l’année).
Le pire est que ce client semblait globalement content. Les gens se contentent parfois de bien peu ; on dirait qu’ils abaissent leur niveau d’exigence parce que c’est une solution internet pas chère. Or, si le low cost se traduit par du low quality, le rapport qualité/prix n’est pas meilleur. Du coup, cette offre est juste inacceptable, car la compta en général et les Impôts en particulier n’acceptent pas l’à-peu-près. Du low-cost qui peut coûter très cher au final, quand on se prend un redressement fiscal pour une erreur qui aurait pu être évitée d’emblée.

Dernière modification par Bernard2K (05/01/2021 10h27)


Mes deux formations : "rentier immobilier en un clin d'œil" et "marchand de biens en claquant des doigts".

Hors ligne Hors ligne

 

#60 05/01/2021 10h34

Membre
Réputation :   14  

Bonjour,
pourquoi ne pas envisager une formation DIF  compta?

Hors ligne Hors ligne

 

#61 08/01/2021 02h53

Membre
Réputation :   2  

Bernard2K a écrit :

4) Banque pour dépôt des apports en numéraire du capital social

Pour mémoire, ce dépôt peut être fait auprès d’une autre personne habilitée, un notaire par exemple, mais dans le cas le plus courant, ça va être une banque.
Il est plus pratique, à beaucoup de points de vue, d’aller dans une grande banque commerciale avec pignon sur rue.
Prenez rendez-vous avec un conseiller bancaire spécialisé comptes professionnels. Demandez par avance les pièces à amener. Outre les pièces classiques (justificatif de domicile, avis d’imposition, justification des revenus des 3 derniers mois, carte d’identité que votre banque a peut-être déjà si vous êtes client à titre particulier), vous aurez besoin d’un exemplaire de votre projet de statuts, non signés (d’où l’importance que le point 3) soit avant le point 4)), et d’un business plan comportant un prévisionnel de résultats (un document rudimentaire peut suffire, sauf si vous voulez aussi emprunter auprès de cette banque auquel cas il faudra un document plus chiadé).
Et bien sûr, vous avez besoin de pouvoir apporter le montant du capital social, par virement ou par chèque. (Pour une SAS, c’est au moins 50 % du capital qui doit être apporté ("libéré") à l’ouverture ; mais sauf cas particulier je ne vois pas l’intérêt de prévoir un capital élevé, si on ne peut pas l’apporter, donc moi j’ai libéré d’emblée 100 % du capital).
Vous repartez de ce rendez-vous avec une "attestation de dépôt des fonds" qui est un sésame très précieux pour la suite.

A propos des tarifs du dépôt de capital social, pour être passé par là récemment si vous faites la chasse aux économies et que vous êtes en prospection pour une une banque pro ou encore si la votre vous facture cette opération, il y a quelques optimisations pour minorer le tarif en passant par ces organismes:
- La Banque des territoires (Caisse des Dépôts) = solution gratuite mais il ne faut pas être pressé (délai d’obtention de 3 semaines selon le site, pas de transmission dématérialisée du dossier de demande ou de l’attestation de dépôt donc tout se fait par courrier, dépôt des fonds uniquement par chèque de banque et impossibilité de faire un virement). Bref beaucoup d’inconvénients mais le seul avantage de cette solution est qu’elle est GRATUITE
- Pour un capital social <= 4000 € ce que j’ai trouvé de moins cher c’est la Sogexia = frais de 1,25 % de la somme déposée par exemple 25 € pour 2000 € de capital. Tout se fait en ligne et est dématérialisé
- A partir de 4000 € = Qonto facture un forfait de 50 € (69€ chez Shine mais avec obligation d’abonnement et engagement d’un an) quelque soit le  montant du capital. Tout se fait en ligne et est dématérialisé

Pour ma part je suis passé par la Sogexia car j’étais pressé et que c"était le plus intéressant vu mon capital social. J’ai obtenu mon attestation de dépôt 48h00 après transmission des documents directement sur le site de la banque. Un compte au nom de la future société est systématiquement ouvert mais les virements sortants et la clôture du compte sont gratuits.

Je tiens aussi à souligner la qualité du travail de synthèse effectué dans le premier message!


Parrainage: Yomoni (50 ou 200€ filleul)/ Wesave: AGEB77/ ING Direct: JKBENCN/ Altaprofits et Boursorama: par MP

Hors ligne Hors ligne

 

#62 08/01/2021 09h59

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   606  

Vu que j’allais prendre Qonto comme banque principale pour ma SASU, le dépôt du capital a été gratuit.

Dépôt de Capital SASU ? Création de Société SASU ? Qonto


Parrain Interactive Brokers ( par MP ) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

#63 08/01/2021 10h15

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2224  

@Tikok : Je suis étonné que vous disiez que le dépôt de capital puisse être payant. En toute logique, on fait le dépôt de capital dans la banque où l’on va aussi ouvrir le compte courant. Cette banque vous accueille donc à bras ouverts et le dépôt de capital est gratuit. En tout cas c’est ce que j’ai expérimenté avec une agence classique du réseau bancaire classique.

Après, ça coûte : 21 € par mois ! Plus des frais divers et variés. Il est clair qu’une banque classique, en dur, est coûteuse à l’usage pour un compte pro. Mais pas à l’ouverture ; pas la mienne en tout cas.

Dernière modification par Bernard2K (08/01/2021 10h15)


Mes deux formations : "rentier immobilier en un clin d'œil" et "marchand de biens en claquant des doigts".

Hors ligne Hors ligne

 

#64 08/01/2021 12h33

Membre
Réputation :   2  

Oui c’est parfois payant, il faut voir les conditions tarifaires de la banque consultée. Par exemple à la Banque Postale l’opération coûte 90 €! Souvent l’attestation est offerte dans le cadre de la relation commerciale et donc non facturée, mais il n’y a pas d’obligation et cela dépend de la politique commerciale de la banque et de l’interlocuteur.

En ce qui me concerne, j’ai procédé ainsi car je suis pressé et que je créé une société qui rachète une structure par le biais d’un emprunt bancaire. Je suis en phase de prospection au niveau des banques et les fonds seront transférés dans la banque qui m’accordera l’emprunt. En attendant pour avancer dans mon opération, il fallait que la société soit créée bien que je ne sache pas encore par quelle banque le compte sera domicilié.

Ce sont les solutions les plus simples, les plus rapides et les moins onéreuses pour celui qui n’a pas encore choisi sa banque professionnelle d’après mes recherches que je vous ai présenté.


Parrainage: Yomoni (50 ou 200€ filleul)/ Wesave: AGEB77/ ING Direct: JKBENCN/ Altaprofits et Boursorama: par MP

Hors ligne Hors ligne

 

#65 09/01/2021 12h33

Membre
Réputation :   30  

Bonjour, merci pour les  informations précieuses de cette file.

Pour le compte pro, j’ai pris ma banque de détail ( CA brie-picardie), aucun frais (ouverture-dépôt des fonds, attestation nantissement) et une offre de bienvenue pendant deux ans avec carte bancaire, 10€ par mois la 1ére année, 15€ la 2éme. 
A renégocier ensuite selon son chiffre d’affaire, ça va…

Amicalement.


carpe diem

Hors ligne Hors ligne

 

#66 09/01/2021 12h47

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   606  

Ils ne prennent pas de commissions de mouvement ?


Parrain Interactive Brokers ( par MP ) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

#67 10/01/2021 18h39

Membre
Réputation :   30  

Bonne question, j’ai fait peu d’opérations sur mon compte pro depuis l’ouverture début mars 2020 (virements vers mon compte titre, achat par CB de quelques bricoles sur amazon-top office, paiement par chèque du comptable)

Aucun frais sur ces opérations à ce jour mais pas beaucoup de mouvements.

Amicalement.


carpe diem

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #68 26/02/2021 12h42

Membre
Réputation :   6  

Petit retour d’expérience dans le cadre de la création de ma société.

J’ai rédigé seul mes statuts, ce n’est pas forcément simple mais pour une SASU cela n’a rien de compliqué. On peut trouver des exemples sur internet mais aussi dans des livres. J’ai une grande expérience dans la rédaction de contrat, cela m’a bien aidé.

Mon livre de chevet pour cet année sera "guide pratique de la SAS et de la SASU" au édition Eyrolles.
Le livre explique beaucoup d’aspect de la SAS dans le détail et fournit en ligne des exemples de documents dont les statuts. Le livre n’est pas parfait mais pour 29€, c’est un investissement justifié.

Le "memento de la SAS/SASU" collection les guides RF, est aussi intéressant, plus documenté, il est plus difficile d’approche mais permet d’approfondir certains points (beaucoup de référence juridique). Un peu plus cher à 53€, ce n’est pas mon premier achat, mais il est intéressant.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #69 05/06/2021 13h08

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2224  

Je reviens sur la question de fructif, qui est en gros : si le Président est empêché temporairement ou durablement (et notamment s’il décède), comment faire en sorte que la société ait toujours un dirigeant, pour prendre les décisions, signer les chèques, etc. ?
Nous avons vu trois solutions :
- le directeur général. Prévu par les statuts, ses pouvoirs sont généralement un peu moindres que ceux du président, mais ça permet déjà de continuer à fonctionner. Problème : il est DG tout le temps, pas seulement quand on aurait besoin de lui pour l’intérim.
- le Président suppléant.
- élire comme Président de la SAS une personne morale, en l’occurrence une SARL qui possède deux gérants (ou plus). La ruse, c’est qu’une SARL peut avoir plusieurs dirigeants, au contraire d’une SAS qui ne peut avoir qu’un président.

Il y en a une quatrième :
- Le mandat à effet posthume. D’après "Quai des notaires", c’est LA solution pour que l’entreprise continue à tourner après le décès du chef d’entreprise : Comment assurer la survie de mon entreprise si je décède ? Si c’est la solution la plus courante et recommandée, c’est quand même bizarre qu’on n’en ait pas parlé avant ! Peut-être parce qu’on est dans le fil sur la création de SAS, donc on cherche la solution à mettre dans les statuts dès le début (notamment le président suppléant, qui doit être prévu par les statuts) ; tandis que le mandat à effet posthume est quelque chose qu’on établit et qu’on signe a posteriori ; cela ne change rien aux statuts.

Dernière modification par Bernard2K (05/06/2021 13h14)


Mes deux formations : "rentier immobilier en un clin d'œil" et "marchand de biens en claquant des doigts".

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #70 05/06/2021 15h43

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   606  

Je viens d’aider ma femme à créer sa SASU et l’immatriculation est devenue encore plus simple et entièrement en ligne, elle n’a eu à se déplacer nulle part :
J+0 : rédaction de statuts standards
J+0 : dépôt du capital chez Qonto par virement
J+2 : réception de l’attestation de dépôt du capital
J+3 : immatriculation directement sur infosgreffe ( Acces formalite ) : il suffit de cocher les différentes cases, rentrer les informations nécessaires et le formulaire M0 est automatiquement rempli.
Infogreffe vous donne accès à leur partenaire pour l’annonce légale, qu’ils vont automatiquement récupérer ( le prix d’une annonce légale de création de SASU est devenu fixe, il ne dépend plus du nombre de lignes, inutile d’aller le faire ailleurs )
J+4 : la société a été immatriculée
J+5 : réception du K-Bis, libération du capital et activation du compte pro

Dernière modification par Oblible (05/06/2021 15h45)


Parrain Interactive Brokers ( par MP ) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

#71 07/06/2021 02h20

Membre
Réputation :   2  

Je viens d’apprendre que le dépôt de capital social est possible (à priori gratuitement!) à la CARPA en passant par un avocat. Voir ce lien Dépôt de capital social à la CARPA.

Je pense que c’est une solution à explorer par ceux qui n’ont pas encore de banque pour leur société en formation mais ont fait appel à un avocat.

C’est toujours bon à savoir!


Parrainage: Yomoni (50 ou 200€ filleul)/ Wesave: AGEB77/ ING Direct: JKBENCN/ Altaprofits et Boursorama: par MP

Hors ligne Hors ligne

 

#72 07/06/2021 11h07

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2224  

Attention quand même au fait que l’avocat est (en général et à ma connaissance) le plus cher pour la création de société (par rapport au notaire et à l’expert-comptable). D’autant qu’il annonce souvent ses tarifs uniquement pour la rédaction des statuts, auxquels il faut ajouter les frais de publication ; alors que le notaire et l’expert-comptable annoncent généralement un tarif "tout compris".


Mes deux formations : "rentier immobilier en un clin d'œil" et "marchand de biens en claquant des doigts".

Hors ligne Hors ligne

 

#73 07/06/2021 14h24

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   263  

Bernard2K, le 05/06/2021 a écrit :

Je reviens sur la question de fructif, qui est en gros : si le Président est empêché temporairement ou durablement (et notamment s’il décède) ….

Outre la partie légale (qui a le droit de), sur une entreprise "solitaire", il y a un point à traiter qui souvent ne l’est pas : qui sait ? qui peut savoir ? qui a accès aux informations ?

l’entrepreneur qui travaille seul et essentiellement en numérique … compta déléguée ou non, en cas d’indisponibilité longue voire de décès, quid de l’activité non encore facturée ? Quid de l’information "le comptable est …" si seul le consultant connait l’identité du comptable ou les identifiants pour se connecter ? idem pour le compte bancaire, l’assurance (cas d’un accident, comment on contacte l’assureur quand l’assuré est dans le coma ?) Quid d’accéder aux mails pour prévenir de l’accident ou suivre les messages entrants (factures par exemple, échéances, ….)

Idem avec un épargnant / investisseur / rentier en fait.

Sur un exercice en solitaire, que ce soit professionnel, patrimonial, le tout numérique, le chiffrement partout, les mots de passe complexes gérés par des outils dédiés (keepass par exemple), les sauvegardes chiffrées …

Qui a fait l’exercice de se demander comment un héritier potentiel ou un ayant droit ou même simplement un ami qui dépanne pouvait ne serait-ce que savoir qu’un compte bancaire en ligne existe, qu’une assurance existe, qu’une activité réalisée mais non facturée existe, qu’une activité réalisée mais non délivrée existe, qu’un portefeuille (banque, titre ou autre) américain, suisse, anglais, chinois existe, qu’un ordinateur est le seul point d’accès à l’ensemble des données nécessaires pour …

Hors ligne Hors ligne

 

#74 08/06/2021 16h28

Membre
Réputation :   2  

Bernard2K, le 07/06/2021 a écrit :

Attention quand même au fait que l’avocat est (en général et à ma connaissance) le plus cher pour la création de société (par rapport au notaire et à l’expert-comptable). D’autant qu’il annonce souvent ses tarifs uniquement pour la rédaction des statuts, auxquels il faut ajouter les frais de publication ; alors que le notaire et l’expert-comptable annoncent généralement un tarif "tout compris".

Oui je n’en disconviens pas. L’avocat est sûrement la solution la plus onéreuse et en tout cas revient à bien plus cher que le fait de tout faire soi même, sans compter l’expérience acquise à titre personnel. J’ai aussi constaté qu’ils ont la fâcheuse tendance à annoncer des tarifs hors taxes, on découvre que la TVA s’applique à réception de la facture…

Ma remarque était destinée à ceux qui doivent impérativement avoir recours aux services d’un avocat pour de bonnes ou de mauvaises raisons (exigence du vendeur par exemple). Dans la mesure où il faut payer l’avocat, si cela n’alourdit pas la douloureuse, autant lui demander de s’en charger!


Parrainage: Yomoni (50 ou 200€ filleul)/ Wesave: AGEB77/ ING Direct: JKBENCN/ Altaprofits et Boursorama: par MP

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur