Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+1]    #1 31/12/2018 08h20

Membre
Réputation :   88  

Bonjour à tous,

En ces temps incertain en France, le débat est vif dans ma famille et je me suis aperçu que nous n’avions pas tous le même processus pour choisir un candidat d’un parti politique. Et j’ai même constaté une absence totale de processus pour certains membre, ce qui m’a particulièrement choqué. Nous sommes pour certains, je n’espère pas la majorité, sur l’émotionnel, le ressenti, le subjectif alors que j’ai tendance à être factuel dans mes analyses (voir mes posts sur la politique de Trump vs Obama).

Ce sujet n’a pas pour but de critiquer votre choix politique, mais ce veut être un partage de méthodologie au même titre que le partage sur vos choix de méthodologies boursières.

Je vous partage un exemple afin d’avoir votre opinion si ce processus vous semble cohérent.

Constat de base: un petit candidat dans une formation à peu de chance d’en sortir vainqueur si son temps de parole est inférieur aux grosses formations de type UMP, PS, FN et FI

Distribution du temps de parole et pluralité
La figure ci-dessous présente la distribution des temps de parole pendant la campagne, tel que relevés par le CSA (les temps de parole sont comptabilisés du 14 avril au 23 mai 2014) :

Relation entre temps de parole et résultat final
L’incroyable corrélation entre temps de parole et résultats aux élections

On observe que le PS et l’UMP ont monopolisé à eux deux plus de 40 % du temps de parole. Les 6 listes ayant obtenu des élus (UMP, PS, FN, EELV, FdG, UDI) ont, elles, bénéficié de plus de 80 % du temps de parole. Au total, les 2/3 des listes ont dû se partager seulement 10 % du temps de parole. Le rapport entre le temps de parole du plus médiatisé (l’UMP, avec 31h37min59s) et du moins médiatisé (Communistes, avec 4min20s), est de 1 seconde pour 438 – c’est-à-dire 1 seconde pour 7min18s, ou encore 1 jour pour 1 an 2 mois et 11 jours – fait tourner la tête.



Temps de parole et score : une corrélation effrayante



La figure ci-dessus présente sur un même graphique les scores des différentes listes ou candidats (en pourcentage des suffrages exprimés) en fonction de leur portion de temps de parole (en pourcentage) pour les élections européennes (carrés bleus) et la primaire de la présidentielle de 2012 (triangles rouges).

On observe qu’en moyenne, plus un parti est médiatisé, plus il obtient un score important. [Mise à jour 17/07/2015 : La corrélation est statistiquement très significative, la p-value étant inférieure à 2×10-17.] Cette corrélation est très forte : une ligne parfaite aurait un coefficient de 100 %, celle-ci a un coefficient de 90 %.

De plus, la relation est quasiment identique entre les élections européennes et présidentielles, malgré des différences énormes en terme d’enjeux et de nombre de candidats.

En échelle linéaire (c’est-à-dire qui garde les proportions), cette relation ressemble au graphique ci-dessous, avec en gris une estimation (à la louche) des scores minimum et maximum pouvant être obtenus en fonction du temps de parole. On observe ici que moins une liste (ou un candidat) est médiatisée, moins elle a de chance de s’éloigner de la ligne rouge. Ainsi, les partis très peu médiatisés ont une chance infime de dépasser un score médiocre et d’obtenir des élus.

Seule exception j’ai envie de dire est le parti d’Emmanuel Macron avec la République en Marche.



Ovni politique sur le plan des grandes formations mais qui a bénéficié d’une très forte exposition médiatique. Comment a-t-il bénéficié de cette exposition ? Quand on sait que la plupart des médias appartiennent à une trentaine de personnes, on peut se questionner…





Une trentaine de personnalité ont donc un pouvoir très important sur l’orientation des rédactions, et du courant médiatique. Cela influence d’autant plus ma décision, car si je vote pour un candidat j’ai envie qu’il gagne. Le voir perdre d’avance est déjà pour moi une humiliation, mais je dois sûrement travailler sur ce côté-là de ma personnalité.

Partage de ma méthodologie avec l’exemple de Jean Luc Mélenchon, France Insoumise.

Je juge avant tout les hommes plus que le parti politique lui-même car je trouve beaucoup d’incohérence entre la personne et ce qu’il représente. Macron placé à gauche dans l’échiquier politique alors que dès sa prise de fonction sous Hollande et son ancien poste chez Rothschild, nous avions déjà la de grosses incohérences.



Ensuite, je me pose 4 questions:

Est-ce que cette personne est cohérente dans son parcours ?
Est-ce que cette personne est ou semble honnête ?
Cette personne parle-t-elle avec franchise ? nous n’avons pas à faire à un professionnel de la communication c’est à dire le recours à l’utilisation d’un langage très technique, usage à outrance de la PNL et autres artifices ?
Est-ce que cette personne a gagné décemment sa vie ? pas d’enrichissement personnel et abus de biens sociaux. J’estime en effet qu’une carrière politique est un acte de foi comme celui d’un prêtre ou d’une bonne sœur d’église. La cause du peuple est plus importante que ma personne. Si on veut gagner de l’argent on va dans la privée ou on investit sur ces deniers personnels.

Si j’ai un NON, je mets de côté pour investigation. Si j’ai deux NON, je banni à vie cette personne de l’échiquier politique.

Je regarde en premier le parcours via sa fiche wikipedia,
Jean Luc Mélanchon

Est-ce que cette personne est cohérente dans son parcours ?
On apprend ensuite qu’il est de la mouvance Communiste - Troskiste. Il est donc socialiste mais communiste ce qui me semble être déjà une première incohérence. Pas que j’ai un avis particulier pour l’un des groupes mais quand on dit bleu un jour et rouge le lendemain c’est problématique de suivre pour une personne lambda. Peut-être est-ce due tout simplement à mon niveau d’histoire qui ne permet pas de comprendre comment on change d’une mouvance à une autre.

Dans cette branche trotskiste il est d’obédience lambertiste
Pierre_Lambert_(homme_politique)
On apprend ce qui est intéressant que cette branche a été dissolu par le parti communiste car ils envoyaient des tracts appelé " défaitisme révolutionnaire " aux soldats pendant la seconde guerre mondiale. Cela vaut à Pierre Lambert d’être exclu de la CGT comme « hitléro-trotskiste ».

Trotskistes_durant_la_Seconde_Guerre_mondiale

La Résistance trotskiste occupe une place à part car elle ne participe pas à l’élan nationaliste qui anime toutes les résistances et refuse le travail commun avec les courants « bourgeois » de la Résistance,
De Gaulle était régulièrement qualifié au printemps 1944 d’agent de la City et de l’impérialisme britannique.
Quand on sait que De Gaulle payait lui-même ses frais de bouche, il a de quoi s’égosiller…
l-irreprochable-morale-du-general-de-gaulle
"Chez le général, ce que j’ai admiré, c’est que cet homme vivait de façon spartiate à l’Elysée et quand il ne recevait pas pour la République, tout le reste était comptabilisé à part et était payé par lui" explique Michel Jobert. "Alors, je dis ça aux Républicains, à la République, je n’en ai pas vu un autre faire ça et pour moi, c’est un sujet d’admiration."

Deuxième incohérence dans le choix de la mouvance initiale et la participation dans le parti socialiste de la part JLM.

Est-ce que cette personne est ou semble honnête ?
Accusations de népotisme
Dans un entretien au magazine Capital publiée le 22 mars 2017, Christian Schoettl, maire centriste de Janvry (Essonne), accuse Jean-Luc Mélenchon de népotisme pour l’embauche en décembre 2009 de sa fille Maryline comme agent administratif par le conseil général de l’Essonne, où Mélenchon siégeait jusqu’en 2004185,186. Le maire de Janvry accuse aussi Jean-Luc Mélenchon d’« avoir toujours fait preuve de désinvolture avec l’argent public », notamment pour la signature d’un marché public de 94 671 francs (soit 18 489 euros) passé en 1998 avec une entreprise, pour la conception artistique d’une carte de vœux, sans pour autant contester la légalité de cette décision.

Assistants parlementaires européens
En juillet 2017, à la suite d’un signalement de la députée européenne FN Sophie Montel, le parquet de Paris élargit son enquête pour « abus de confiance » sur les assistants parlementaires européens à Jean-Luc Mélenchon et à trois de ses anciens assistants parlementaires193. Jean-Luc Mélenchon est soupçonné d’avoir embauché des assistants au Parlement européen qui auraient en fait travaillé pour le Parti de gauche194. Jean-Luc Mélenchon porte plainte pour « dénonciation calomnieuse »195.

Deux affaires qui ne sont pas franchement reluisantes.

Cette personne parle-t-elle avec franchise ?
De ce côté-là, cette personne n’a pas sa langue dans sa poche et se sert allégrement des médias pour jouer sur la corde révolutionnaire. Cependant, cela lui revient en boomerang comme lors de la récente perquisition du procureur sur certains emplois fictifs ou encore la rencontre avec le chef de l’état Macron à Marseille sur le vieux port



Est-ce que cette personne a gagné décemment sa vie ?

Membre du parti socialiste depuis 1976
Conseiller municipale, Conseiller General puis Sénateur en 1986.
Il a donc bénéficié depuis 1986 des avantages incroyables de ce statut a seulement 35 ans.

Carte SNCF prépayée, qui donne accès à tout le réseau ferroviaire en première classe.
Forfait de 40 allers-retours en avion.
Carte nominative offrant un accès gratuit à tous les transports parisiens.
L’enveloppe transport se monte à 13 505€ par sénateur.

Salaire: 7142,75€ par mois imposable depuis la dernière loi de finances, adoptée en décembre 2017.  Autre enveloppe que se voyaient allouer les sénateurs, au même titre que les députés : l’indemnité représentative de frais de mandat, ou IRFM. Érigée en symbole du train de vie privilégié des élus, cette enveloppe de 6037 euros net mensuels et non imposables devait leur permettre de couvrir diverses dépenses.

On a donc une personne qui vante des politiques économiques telles que Cuba et le Venezuela et qui d’un autre côté s’est servi allègrement dans le pot de confiture depuis 1986.

Le candidat de la France insoumise a déclaré un patrimoine de 1,13 million d’euros.
Cette personne a touché environ 11500 euros net d’impôt par mois depuis 30 ans et son patrimoine est seulement de 1M€. Soit nous avons à faire à un très mauvais gestionnaire et dans ce cas-là, je crains pour mon pays, soit il y a un loup et je dois me méfier.

Mediapart indique de son côté que sur 20 ans, cela représente environ 2,76 millions d’euros. .
Il n’est pas le premier, Macron et Fillon ont également sous-estimés leurs patrimoines de façon importantes durant la dernière campagne au vue de leurs rémunérations passées.

Troisième incohérence

Jean Luc Mélenchon, le millionnaire des insoumis.

D’autres affaires fâcheuses
Patrimoine
En 2010, Jean-Luc Mélenchon réalise une plus-value avec la vente de sa permanence parlementaire à Massy. Selon Capital, Il aurait utilisé ses indemnités représentatives de frais de mandat de sénateur, soit 6 109,89 euros versés par mois en supplément de son salaire de parlementaire, pour financer, via une société civile immobilière, l’achat de cette permanence. Cette pratique est alors légale, mais interdite à partir de 2015.

C’est légal mais si elle a été interdite en 2015 c’est que désormais considéré comme une prise illégale d’intérêt.

Conclusion
Vous en conviendrez que ce personnage politique a été banni de mon échiquier.
J’applique cette règle pour l’ensemble des candidats.

Choisir c’est renoncer

Bonne année à tous, au plaisir de vous lire.

Carabistouilles

Dernière modification par Carabistouilles (31/12/2018 08h22)

Mots-clés : choix, france, politique

Hors ligne Hors ligne

 

#2 31/12/2018 10h18

Membre
Réputation :   64  

Plutôt que de vous répondre, je pose une question aux modérateurs : n’est-on pas (malgré le fil conducteur mettant en parallèle le choix d’un bulletin de vote et celui d’un investissement) dans le hors-sujet vis-à-vis des finalités du forum, d’autant plus qu’il s’agit de la section "Stratégies d’actifs" et non de "café du commerce" euh "salon des gentlemen" ?

Les discussions politiques sur des thèmes rebattus et inévitables (naguère la présidentielle de 2017, bientôt l’européenne de 2019) c’est une détente sympa que je ne trouve pas polluante, ce genre de fil me fait un peu tiquer.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 31/12/2018 11h36

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   243  

Bonjour les IH,

Assez d’accord avec Gilles pour que cette discussion soit changée de file. Cela n’a pas grand chose à voir avec la stratégie d’actif, ou alors c’est de manière très capillotractée.

Sur le fond de la discussion, j’ai personnellement pris plaisir à parcourir l’argumentaire…mais je ne pense pas que, même présenté ainsi de manière rationnelle, lire cela fasse significativement changer l’opinion de beaucoup de personnes. Car:
- soit on porte intérêt à la chose politique: alors, à moins de vivre dans une grotte, on a eu l’occasion de voir / entendre les reportages sur le politicien choisi (que ce soit la scène désormais collector de Melenchon qui fait semblant de vouloir enfoncer une porte, quel bel acteur!, que ce soit le président qui se propose de traverser la rue pour trouver un job (provoc moi ?) ou encore l’inénarrable Marine le soir du débat du 2éme tour (c’était pas son jour))…donc on s’est déjà fait son opinion.
- soit on ne s’y intéresse pas, ou plus exactement on a déjà plein d’autres centres d’intérêt…et alors on ne va pas porter beaucoup d’attention à cette discussion.

Au final, cette file peut être soit distrayante, soit ignorée…comme les discussions sur le zinc du café du coin. Encore en phase avec Gilles sur ce point!

Bonne préparation de réveillon!

Hors ligne Hors ligne

 

#4 03/01/2019 06h35

Membre
Réputation :   88  

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour vos messages positifs sur ce post et tient à clarifier mon propos. Le café du commerce est à l’opposé de ce post car j’essaie d’y apporter de la rationalité alors qu’on est plutôt dans l’émotionnel dans ce que vous me dites.

Si une personne a changer de parti, c’est un fait.
Si une personne à volontairement omis une somme compte tenu de son salaire passé sur la déclaration de ses biens: c’est un fait ou alors une interrogation à émettre ?
Si j’écris que cette personne est nulle, je suis dans l’émotionnel et je ne pense avoir été sur ce terrain là.

Pour revenir à l’élection d’un candidat. Je rajouterai un thème crucial qui est la notion de famille. Pouvons-nous s’affranchir du socle familiale ? C’est difficile, il y a un lien de filiation indéniable et une pression relativement forte.

Et vous, voterez-vous comme vos parents ?

Pourtant l’enjeu est crucial, le patron d’anticor fait une analyse juste. Le milieu politique est grandement corrompue et la justice assez inégalitaire dans ses verdicts. On le voit dans l’affaire Cahuzac ou Balkany. Pourtant certains hommes politiques traversent les élections sans aucun problème malgré des fraudes avérés et répétés, ce qui je trouve assez affligeant et nivelle vers le bas le rapport aux hommes politiques. Je le cite:" Nous avons les politiques que nous méritons".



Le but de ce poste c’est de comprendre votre méthodologie, ce que vous retenez d’un homme que ce soit son parcours, ses idées, et qu’est ce qui fait pencher la balance dans l’urne.

Difficile de repérer qui dit vrai tant les stratégies en communication sont importantes. On a affaire à des personnes sur-entrainés, qu’on peut qualifier de sportif en communication.

Vous tapez dans google formation communication en relation publique / politique, il y a du monde… et ces gens s’entraînent depuis 20/25 ans donc les ficelles et les statistiques ils les connaissent mieux que nous.

Pour finir, je regrette que ce poste tombe dans la partie salon des gentlemen & ladies car ce poste se veut l’exact opposé du café du commerce. On parle bien de stratégie Macroéconomique de la France et la partie politique y est régulièrement débattue.

La règle d’or de ce sujet est simple, il est crucial de revenir aux faits rien que les faits.

Ce qui est le plus navrant c’est qu’en faisant cette méthodologie avec Jean Luc Mélenchon, j’ai commencé à le faire pour d’autres de gauche à droite et que j’arrive avec beaucoup de NON, ce qui m’attriste.

Cdlt,

Carabistouilles

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur