Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#51 30/12/2018 18h01 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   14 

Le prix inférieur ne m’a pas l’air d’être si rare.
Nous avions découvert, grâce à Booking, c’est vrai, un gîte magnifique où nous sommes retournés l’année suivante. Lors de papotages pendant le séjour ils nous avaient mentionné la commission élevée, en disant qu’évidemment ils préféraient les réservations directes.
La deuxième année j’ai donc fait écho à leur ballon d’essai en réservant directement et en suggérant que nous pourrions partager avec eux la différence non payée à Booking.
Nous n’en avons plus parlé (exprès, pour ne pas être lourds), et à la fin du séjour notre note faisait état d’une ristourne substantielle !
C’est à regret que, pour des raisons évidentes, je ne mentionne pas ces gens charmants et bien policés, mais de toute façon ils n’en ont pas besoin…

Hors ligne

 

[+1]    #52 30/12/2018 18h22 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   477 

stokes a écrit :

Une seule solution pour ce type de commerce : la taxation forfaitaire du chiffre d’affaires réalisé dans le pays.

Stokes, est-ce que ca n’existe pas déjà ? Ca s’appelle la TVA. Le problème de "qui paye" est plus psychologique qu’autre chose: Si Amazon se fait taxer de x% sur son CA et le répercute dans la commission et ses propres prix de vente, ca revient au final grosso modo au même.

stokes a écrit :

Moi, je ne désespère pas, cher IH, que vous deveniez non pas gilet jaune mais communiste

Sans méchanceté aucune (vraiment rien de négatif dans mon propos), c’est un peu ce à quoi m’a fait penser le message initial. Quand on en vient à vouloir fixer (limiter, en l’occurrence) les prix des autres, c’est bien l’idée du communisme qui me vient. Maintenant, je suis loin de penser que tout soit bon dans la concurrence, ca a aussi des aspects négatifs.

InvestisseurHeureux a écrit :

Je pourrais aussi dire qu’Amazon peut du jour au lendemain vous couper votre compte vendeur sous divers prétextes et bloquer le versement de l’argent qu’il vous doit.

IH, pour la blague entre nous, sans vouloir déclencher de "conflit" ou quoi que ce soit, et sans aucune animosité de ma part, cette mention m’a personnellement beaucoup fait sourire wink
[Je profite juste de ce message pour le dire: Ca fait longtemps que je n’ai plus vu de file clôturée sur le forum, et je vous en félicite !]

Vous ne répondez pas quant à la grande distribution, et ca peut se comprendre: Vous n’avez pas été personnellement impacté/impliqué à ce niveau. Ca me parait totalement naturel de voir davantage ce qui nous concerne. Mais je crois que c’est (et surtout était) bien pire pourtant !

Avant, les commerçants (et industriels/producteurs) avaient le même genre de problèmes vis à vis de la grande distribution. Ensuite, les boutiques en brick et mortar ont eu les même soucis vis à vis du commerce en ligne (qui n’avaient de loin pas les même charges qu’eux, et pouvaient donc vendre moins cher). Vous avez même peut-être personnellement participé à ce phénomène et fait pester des commerces physiques. Et maintenant les vendeurs en ligne ont ce soucis vis à vis d’Amazon. Rien de bien "nouveau", malheureusement.

Je vois pas mal de choses à dire sur le sujet, dont surtout des plus constructives. Je poste déjà ce message comme ca par manque de temps. Je comprends bien le sentiment et la problématique (enfin, je peux essayer, quoi), mais je ne suis pas sûr que la démarche soit la bonne. Surtout que ca risquerait exactement d’asseoir le monopole. Et il y a aussi un aspect "je veux, mais je ne veux pas payer". Si on prend pour comparaison les REITs et les malls. Ce serait un peu le commerçant qui veut aller dans le mall premium super bien placé où il y a énormément de traffic et où les ventes se font. Alors il y a bien des malls moins haut de gamme où c’est moins cher, mais ca marche moins bien. Idée: Appeler à forcer les malls premiums à baisser leurs loyers parce que c’est trop cher. Certains pourront également trouver que l’idée aurait parfaitement un sens ici aussi.

Dernière modification par Mevo (30/12/2018 18h24)

Hors ligne

 

#53 30/12/2018 18h29 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2079 

Mevo a écrit :

Vous ne répondez pas quant à la grande distribution, et ca peut se comprendre: Vous n’avez pas été personnellement impacté/impliqué à ce niveau. Ca me parait totalement naturel de voir davantage ce qui nous concerne. Mais je crois que c’est (et surtout était) bien pire pourtant !

N’y voyez en effet pas de malice, comme vous l’indiquez, je ne parle que de ce que je connais. Ledep pourrait sans doute nous en dire, sur les pratiques de la grande distribution.

Mevo a écrit :

Avant, les commerçants (et industriels/producteurs) avaient le même genre de problèmes vis à vis de la grande distribution. Ensuite, les boutiques en brick et mortar ont eu les même soucis vis à vis du commerce en ligne (qui n’avaient de loin pas les même charges qu’eux, et pouvaient donc vendre moins cher). Vous avez même peut-être personnellement participé à ce phénomène et fait pester des commerces physiques. Et maintenant les vendeurs en ligne ont ce soucis vis à vis d’Amazon. Rien de bien "nouveau", malheureusement.

Effectivement, je ne le nie pas. S’ajoute toutefois dans le cas présent une dimension fiscale supplémentaire.

Hors ligne

 

[+1]    #54 30/12/2018 18h31 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   14 

Stokes a écrit :

je ne désespère pas, cher IH, que vous deveniez non pas gilet jaune mais communiste

Auquel cas ce terme pourrait à nouveau être mis au pluriel.  :-)

Hors ligne

 

#55 30/12/2018 18h34 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   39 

Deb67 a écrit :

La deuxième année j’ai donc fait écho à leur ballon d’essai en réservant directement et en suggérant que nous pourrions partager avec eux la différence non payée à Booking.

Comme je ne suis pas juge au TCO je ne condamnerai personne.

Je me demande seulement quels sont les autres engagements ou obligations auxquels se soustraient ces sympathiques commerçants. Quelle est leur limite?

Hors ligne

 

#56 30/12/2018 18h41 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   99 

Ça relève du civil et ne concerne qu’eux et les fournisseurs (booking.com etc.), qui ne sont pas les clients.
Quand vous parlez de démarche "illégale" (ce qui en général sous-entend "relevant du pénal", ou tout du moins "interdite par la loi"), vous exagérez largement. Cette démarche du client est parfaitement légale et ne contrevient à aucune obligation contractuelle, et l’acceptation par l’hôtelier peut être un manquement à son contrat ce qui, vu la situation David vs. Goliath, n’appelle pas vraiment de critique.

Dernière modification par sven337 (30/12/2018 22h49)

Hors ligne

 

#57 30/12/2018 18h42 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   112 

Les pratiques commerciales des géants du net ne sont pas toutes très fair play.

Une des "promesses" de départ de l’internet pour les petits commerçants, c’était la fin de l’intermédiation. un "level playing field", sans intermédiaire, où chacun pouvait avoir son site internet et être trouvé par les gens via des moteurs de recherche.

Avec de plus en plus de marchands, les comparateurs de prix se sont lancés (kelkoo et autres du même type).

Ensuite Google a volontairement déréférencés les comparateurs de prix en créant google shopping. cf Comment Google a asphyxié les comparateurs de prix européens et Google mène encore la vie dure aux comparateurs de prix

Malgré une condamnation lourde de google, le mal est fait et Google a réussi à faire passer le message que la recherche de produits commerciaux sur son moteur seraient faites à ses conditions (on est loin de la recherche "algorithmique" simple ou alors l’algorithme inclue le chiffre d’affaire que google peut faire sur chaque lien shopping)

Hors ligne

 

#58 30/12/2018 19h15 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   14 

Je ne connais pas le détail de la vie et de la comptabilité de ces personnes, mais pour les avoir fréquentées deux fois pendant des semaines, cela m’étonnerait qu’elles soient malhonnêtes.
Je trouve que leur petite cachoterie vis à vis de Booking est vénielle, comparée au manque de transparence de ce genre de grosse boîte.
D’ailleurs, si leur marge brute était à ce point calculée honnêtement en tenant simplement compte de leurs charges, comment expliquer une croissance aussi rapide confinant au monopole ?

Hors ligne

 

#59 30/12/2018 19h18 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   62 

Avec cette file (entre autre), on se rend compte que l’Europe est une colonie numérique des américains…

Quasiment toutes les données personnelles des Européens sont sur des plateformes américaines et elles ne servent que leurs intérêts.

Hors ligne

 

#60 30/12/2018 19h26 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   206 

@Pierrot31 : Oh, si ce n’était que numérique…

Hors ligne

 

#61 30/12/2018 20h04 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   39 

sven337 a écrit :

Ça relève du civil et ne concerne qu’eux et les parties tierces concernées, qui ne sont pas les clients.

N’importe quoi.

Deb67 a écrit :

Je ne connais pas le détail de la vie et de la comptabilité de ces personnes, mais pour les avoir fréquentées deux fois pendant des semaines, cela m’étonnerait qu’elles soient malhonnêtes.

C’est vous même qui rapportez avoir loué une chambre moins chère qu’au prix booking.com.
Si ces gens se sont engagés par contrat à ne pas le faire, mais qu’ils le font tout de même, comment pouvez-vous les qualifier d’honnêtes?

Dernière modification par Yonz (30/12/2018 20h23)

Hors ligne

 

#62 30/12/2018 20h15 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   

Je vais prendre l’exemple de la Fourchette (Groupe Tripadvisor).

Je vais relativement souvent au restaurant (au moins 1 fois par mois), et je passe le plus souvent par la Fourchette, cela permet de bénéficier de promotion (20,30,40 ou 50%) et également de cumuler des Yums (qui permettent de bénéficier d’une réduction de 10 ou 25 euros selon le nombre de points).

Jusqu’à présent, un grand nombre de restaurateurs permettaient de bénéficier de cette promotion Yums, depuis septembre, le nombre de restaurateur acceptant les Yums, a très nettement baissée. J’ai eu l’explication par un restaurateur.

Jusqu’à septembre, la  réduction de 10 ou 25 euros était payée par la Fourchette (seule la TVA restait à payer au restaurateur). Depuis septembre, c’est le restaurateur qui paye la réduction de 10 ou 25 euros, d’où une baisse importante de restaurant proposant cette offre.

Toujours la même technique, toujours le même piège. Oui, on peut parler de mafia.

Dernière modification par Tomalegrand (30/12/2018 20h20)

Hors ligne

 

#63 30/12/2018 20h31 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   39 

Ok là on touche le fond.

Le forum IH a parfois des allures de rond point GJ. Tout fout le camp.

IH : quel est la valeur ajoutée de ce message ? Personne ne vous oblige à participer à la discussion…

Dernière modification par Yonz (30/12/2018 20h33)

Hors ligne

 

#64 30/12/2018 20h40 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   

Yonz a écrit :

Le forum IH a parfois des allures de rond point GJ. Tout fout le camp.

Les gilets jaunes ne disent pas que des bêtises.

Après si vous trouvez normal, que des sociétés avec un cash énorme, restent en déficit pendant de très nombreuses années, le temps de poser leur piège, empêchant tout retour en arrière pour le client (Restaurateur, Hôtelier…), et ponctionnant des sommes importantes juste pour une mise en relation.

Uber qui prend 23%, alors que les mecs ne s’en sortent pas, ça ne me plait pas spécialement.

Hors ligne

 

#65 30/12/2018 22h05 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   

Pierrot31 a écrit :

Quasiment toutes les données personnelles des Européens sont sur des plateformes américaines et elles ne servent que leurs intérêts.

Et ça commence tôt. Amazon a fait les yeux doux à l’éducation Nationale. L’idée ? On fait passer des évaluations nationales à nos chères têtes blondes, en CP. Aux enseignants le devoir de remonter toutes les données vers le National. Mais qui a empoché le marché du stockage des données ? Amazon. Il en a fallu de peu pour que les données soient non seulement stockées par Amazon mais deviennent effectivement sa propriété.

Qu’est ce qu’Amazon peut faire de millions de données sur le niveau de lecture des petits français ? Perso, j’ai plein d’idées… Que ce soit dans l’étude des grands nombres, ou dans la recherche des profils très atypiques.

Hors ligne

 

#66 30/12/2018 22h22 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   476 

Tomalegrand a écrit :

Après si vous trouvez normal, que des sociétés avec un cash énorme, restent en déficit pendant de très nombreuses années, le temps de poser leur piège

C’est un modèle de croissance permis par les marchés financiers et les AK mais il est probable que les clients ne se rendent pas compte de ce financement "déloyal" vis à vis des commerces n’y ayant pas accès.

Un peu HS mais je souhaitais vous partager cette petite aventure dont je n’ai pas encore trouvé l’explication.

En consultant ma liste d’objet en favoris sur Amazon, en cliquant sur un des objets en question le message suivant m’est apparu.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_amazon.jpg

On m’a effectivement offert le dit objet quelques jours plus tard. La personne qui l’a acheté l’a fait de chez elle, dans une autre ville, avec son IP.

J’avoue ne pas comprendre du tout comment Amazon a pu faire un tel rapprochement ? Notre IP est-elle inclue dans un lien que l’on partage ?

J’ai récemment pris connaissance de l’existence la loi Lang, sur le prix unique des livres neufs en France (avec une variable de -5% permise, que la Fnac utilise si on commande sur le web avec retrait en magasin).

Donc en tout cas sur ce type d’objet en tant que consommateur nous n’avons pas l’excuse "Amazon est le moins cher", le prix est censé être identique partout, même en librairie physique (potentiellement à 5% près mais personnellement sur mes tests, Amazon ne les appliquait pas).

Dernière modification par bibike (30/12/2018 22h23)


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

#67 30/12/2018 22h27 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   160 

Le nom+adresse de livraison je pense
Dans un lien il n’y a pas d’IP

Hors ligne

 

#68 30/12/2018 22h38 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   476 

La personne en question n’a pas la même nom et a livré chez elle dans une autre ville smile


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

#69 30/12/2018 22h59 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   14 

Yonz a écrit :

sven337 a écrit :

Ça relève du civil et ne concerne qu’eux et les parties tierces concernées, qui ne sont pas les clients.

N’importe quoi.

Deb67 a écrit :

Je ne connais pas le détail de la vie et de la comptabilité de ces personnes, mais pour les avoir fréquentées deux fois pendant des semaines, cela m’étonnerait qu’elles soient malhonnêtes.

C’est vous même qui rapportez avoir loué une chambre moins chère qu’au prix booking.com.
Si ces gens se sont engagés par contrat à ne pas le faire, mais qu’ils le font tout de même, comment pouvez-vous les qualifier d’honnêtes?

Le n’importe quoi est bien léger : ce contrat privé avec Booking n’est pas d’ordre public, et à aucun moment le client ne s’engage à ne pas tenter une réservation directe.

Ensuite vous confondez honnêteté et abnégation (ou soumission). Autant vous prévenir : si vous me volez 100 €, je n’aurai aucun scrupule à vous en piquer 30 à la première occasion, et sans culpabiliser.

BulleBier a écrit :

Le nom+adresse de livraison je pense
Dans un lien il n’y a pas d’IP

Je suis d’accord, et sauf exception nos IP sont dynamiques, ils changent tous les 3 jours environ.

Seul le couple (date+heure, IP) permet de remonter à la personne, car, de par la loi, il est obligatoirement archivé par le FAI (pendant au moins 1 an, de mémoire). MAIS ce dernier ne le révélera qu’à la justice.
La révélation, un beau jour, d’un accès par qui que ce soit d’autre créerait un *énorme* scandale, quasi fatal dans un domaine où la confiance est essentielle.

Dernière modification par Deb67 (30/12/2018 23h13)

Hors ligne

 

#70 31/12/2018 02h47 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1632 

bibike a écrit :

La personne en question n’a pas la même nom et a livré chez elle dans une autre ville smile

Peut-être que cette personne a consulté votre liste d’objets favoris (j’ignore si c’ets possible…), un peu avant de l’acheter, et il n’est alors pas très difficile d’en déduire que ça pourrait être (ou pas) pour vous l’offrir…


J'écris comme "membre" du forum, sauf si je précise que c'est à titre de "modérateur".

Hors ligne

 

#71 31/12/2018 08h54 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   56 

Ceci dit, le concept du "the winner takes all" inhérent au numérique est effectivement un souci.

C’est inhérent au capitalisme, et notamment à sa genèse. Les économistes classiques font du profit la contrepartie des efforts productifs (capital et travail).

Les investisseurs (capital risque notamment) sont prêts à financer sur une base d’une valorisation stratosphérique car le profit attendu, avec une hypothèse d’élimination de la concurrence, est particulièrement élevé.

La capacité à éliminer la concurrence est donc synonyme du niveau de profit attendu.
Si airbnb ou uber existent c’est parce que les investisseurs ont accepté de prendre un risque élevé (plusieurs milliards investis) avec un ROI potentiel énorme si la société atteignait une situation monopolistique (profit élevé).

Les risques que prend l’entrepreneur en innovant sont motivés par la perspective de conquête d’une position de monopole ou par son maintien (Schumpeter).

Paradoxalement, les situations de monopoles sont défavorables à l’innovation (Stiglitz).

On peut donc s’attendre à l’arrivée de nouveaux entrants qui vont venir bouleverser les situations de monopoles, via l’innovation.

Airbnb
a cassé un cycle en innovant sur l’offre, les logements sont devenus des hôtels. Potentiellement > 1 milliard de chambres d’hôtel.

Promesse consommateur (innovation) => le choix (certitude notamment > hôtels) avec une offre de qualité (en théorie).

Amazon
a crée à ce jour la meilleur réseau logistique mondial (et ce n’est pas fini), l’innovation provenant à la fois de l’offre (mais ce n’est pas le meilleur, alibaba a une offre beaucoup plus étoffée) et surtout de sa capacité à livrer rapidement le consommateur.

Promesse consommateur (innovation) => livraison J+1 voire le jour même (certitude) avec une offre de qualité (en théorie).

Dernière modification par maxlille (31/12/2018 08h59)

Hors ligne

 

[+1]    #72 31/12/2018 09h25 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Réputation :   

bibike a écrit :

J’avoue ne pas comprendre du tout comment Amazon a pu faire un tel rapprochement ? Notre IP est-elle inclue dans un lien que l’on partage ?

Le big data et l’intelligence artificielle permettent cela.

Vous ou la personne en question avez surement autorisé Amazon (peut être via l’application) à lire dans vos contacts.
Si ce n’est pas le cas tous ces sites s’échangent/s’achètent des tonnes de données et on pu accéder à cette information.

Ensuite dans Amazon il y a la possibilité de cocher une case "Ceci est un cadeau"

Ils ont surement lancé des algorithmes sophistiqués qui définissent "Qui parmi les contacts de l’acheteur a le plus de chance de recevoir ce type d’article en fonction de vos habitudes en ligne et autres critères"

C’est tombé sur vous.

Hors ligne

 

#73 31/12/2018 10h03 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   363 

InvestisseurHeureux a écrit :

Amazon Vendeur : taux de commission 15%


Amazon prend 15% de commission sur toutes les ventes réalisées par les vendeurs tiers sur son site, même si c’est le vendeur qui expédie le colis.

Si la vente a lieu à un client Prime, c’est Amazon qui encaisse l’abonnement Prime, mais le vendeur qui doit offrir les frais de port !

InvestisseurHeureux a écrit :

Amazon Vendeur n’est pas un apporteur d’affaires

1) Un distributeur achète le stock et assume le coût des invendus, pas Amazon.

Je trouve assez étonnant de trouver très défavorable le taux de commission d’Amazon en tout cas sur les livres (je ne suis pas qualifié pour parler des autres marchés).

En effet un éditeur qui s’adresse à une librairie physique doit aujourd’hui sur le marché français lui concéder entre 35 et 40% de remise sur le prix de vente + la livraison dans sa librairie + la reprise des livres abimés par les clients + la reprise des invendus dans l’immense majorité des cas. Autrement dit, les conditions d’Amazon font plutôt rêver côté taux de remise sur le marché du livre.

Un libraire (vous parlez sans doute d’autres marchés ?) n’achète presque jamais de stock et n’assume aucun invendu, il les retourne à l’éditeur.

Il y a aussi bien sûr un peu de cauchemars : utilisations des données et peu de cas des propriétés personnelles/commerciales/auteur, une position dominante et une façon autoritaire d’imposer ses conditions.


"Cesse de croire, instruis toi"- André Gide

Hors ligne

 

#74 31/12/2018 11h05 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2079 

InvestisseurHeureux a écrit :

3) Et surtout : Amazon se sert des données de vente récupérées sur son site pour ensuite vous concurrencer sur vos meilleurs produits. Soit en incitant les autres vendeurs à vendre le même produit moins cher, soit en fabriquant lui-même un équivalent du produit en question.

Donc à long terme, c’est plutôt un voleur d’affaires qu’un apporteur d’affaires. La seule solution est de vendre un produit complètement unique, et encore. Mais à court terme, il est de plus en plus dur de se passer d’Amazon, puisque les personnes qui n’achètent que sur Amazon semblent de plus en plus nombreuses, spécialement dès lors qu’elles ont souscrit un abonnement prime.

Dans l’émission C’est dans l’air de samedi soir (une des rares émissions intéressantes à la TV…), une intervenante explique que c’est exactement de cette façon qu’Amazon a coulé ToysRus. ToysRus avait un contrat privilégié avec Amazon pour vendre leurs jouets sur la plate-forme. Mais Amazon a mis ToysRus en concurrence et ToysRus a dénoncé le contrat, mais trop tard : Amazon avait toutes les données des clients et n’avait plus besoin de ToysRus…

DDtee a écrit :

Je trouve assez étonnant de trouver très défavorable le taux de commission d’Amazon en tout cas sur les livres (je ne suis pas qualifié pour parler des autres marchés).

[…]

Vous avez raison, pour les livres, Amazon est plus avantageux que les libraires, pour les raisons que vous évoquez.

Merci pour les témoignages sur LaFourchette, l’App Store, etc.

Hors ligne

 

#75 31/12/2018 13h26 → Les nouvelles mafias américaines : Amazon, Booking, Airbnb, Expedia… (airbnb, amazon, booking, expedia, mafias)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   477 

bibike a écrit :

On m’a effectivement offert le dit objet quelques jours plus tard. La personne qui l’a acheté l’a fait de chez elle, dans une autre ville, avec son IP.

J’avoue ne pas comprendre du tout comment Amazon a pu faire un tel rapprochement ? Notre IP est-elle inclue dans un lien que l’on partage ?

Bibike, ce que j’en comprends d’après les informations données: Vous avez créé une liste de favoris. Cette liste est associée à votre compte sur Amazon. Ou si jamais vous n’avez pas créé de compte, elle vous est associée grâce aux cookies (quand vous reviendrez, le site saura donc que c’est vous qui avez créé cette liste, comme énormément de sites savent ce que vous avez fait aux sessions précédentes). [J’avoue que je ne sais pas s’il faut avoir un compte pour pouvoir créer une liste ou si c’est possible sans]. Peut-être y a-t-il aussi une association avec votre IP, mais sans doute que non. [Deb67: Je crois qu’en France, la grande majorité des IPs sont désormais statiques. Le dynamique n’est plus beaucoup utilisé, sauf erreur de ma part. Au niveau des accès internet, j’entends]

Il semble ensuite que vous ayez partagé le lien de cette liste avec la personne qui vous a fait le cadeau (VOTRE liste !). De toute façon, les listes sont a priori publiques par défaut:

Amazon a écrit :

Partager votre Liste
Lors de la création d’une Liste, par défaut, celle-ci est publique et visible par toute personne.

Source: Amazon.fr Aide: Partager votre Liste

Si la personne a finalement acheté un article provenant de votre liste (surtout en y accédant par le lien que vous avez fourni), tout en cochant éventuellement une case "ceci est un cadeau" mentionnée par Nenuphare, je ne vois vraiment pas où se situerait la moindre difficulté à en déduire que c’est probablement pour vous (en prenant ses précautions: La personne peut bien trouver le livre chouette en le feuilletant et ne jamais vous l’offrir ;) Ou avoir eu une idée pour elle en voyant votre liste.)

Concernant toute la portion de discussion sur le contrat Booking (que je ne connais pas du tout [le contrat]): S’il existe un engagement contractuel entre l’hotelier et Booking quant aux tarifs (ne pas vendre moins cher que ce qui est proposé sur Booking), ce dont je ne suis pas certain, mais c’est bien possible (est-ce effectivement le cas, quelqu’un loue-t-il sur Booking de manière effective pour confirmer ?), je suppose qu’il s’agit des tarifs affichés. Il me parait assez improbable qu’un loueur ait interdiction dans ce contrat de faire un geste commercial ponctuel quand bon lui semble. Bon, des trucs tout fou, ca se voit, mais ca me paraîtrait un peu aberrant. On est supposé être dans des pays (et économies) libres, si un hotelier ne peut plus faire un geste parce que par exemple la chambre sera disponible seulement avec 2 heures de retard, ou s’il n’a plus ce que le client souhaite, mais il lui reste une autre chambre sur laquelle il peut faire un prix pour que tout le monde s’y retrouve (lui est content de la placer, et le client est content de la prendre avec la remise, même si ca n’est ce qu’il voulait), où va-t-on ? Je vous le demande. ("Ah ouais, je ferais bien un geste, mais mon contrat Booking me l’interdit" !? Je vois bien le client en face: "Mais qu’est-ce que vous venez me parler de Booking dans cette histoire ?", alors qu’il n’a possiblement absolument pas employé le site pour réserver…).

Et même s’il y avait quelque chose en ce sens, l’hotelier n’a qu’à facturer au prix "normal" et émettre un avoir juste derrière (le client n’a plus qu’à régler la différence, à savoir le prix remisé). Légalement, il me parait difficile que le contrat Booking empêche ca. Mais bref, si quelqu’un a déjà signé ce contrat (ou peut me le fournir en privé), ca m’intéresserait, par curiosité.

Et si on est en est aux anecdotes perso vécues, j’en ai deux qui me sont arrivées coup sur coup il y a quelques années: A deux reprises, j’ai regardé les tarifs sur un site type "expédia" pour une chambre d’hotel en Europe du Sud, et pour une location de voiture sur la côte Est des US. Dans les deux cas, je m’étais présenté directement au comptoir sans avoir réservé en ligne (j’étais déjà sur place), pensant que j’allais possiblement obtenir un tarif un peu meilleur, ou au moins le même, tout en économisant à ces bons commerçants les frais de l’intermédiaire (c’était expédia lui-même pour la voiture, et un site de réservation d’hotels un peu moins connu pour l’hotel). Et à ma grande surprise, dans les deux cas, il m’a été répondu qu’il s’agissait de tarifs que je ne pourrais avoir que sur Internet, et ils n’étaient pas en mesure de me faire ne serait-ce que la même chose au comptoir ! C’était pourtant pour près de 2 semaines de location pour la voiture, et pour 1 mois pour l’hotel (je séjournais en fait déjà dans l’hotel et je souhaitais prolonger mon séjour, j’était donc juste descendu à l’accueil après avoir regardé le prix en ligne). Même après discussion, et incompréhension de ma part + explications qu’il me paraissait illogique que je ne puisse pas avoir juste le même prix en direct que par un intermédiaire, il n’y avait rien à faire. Dans les deux cas, ca s’est terminé par un "donc je vais faire la réservation en ligne et je reviens dans une heure, alors ?", "oui, faites, ça, désolé". Ce que j’ai fait.

Je n’ai pas l’explication. Y avait-il un deal avec l’intermédiaire, une "vente en gros" à un certain tarif, une portion prise en charge par l’intermédiaire, etc., j’en sais rien. A noter qu’il s’agissait de plutôt grosses companies, et je n’ai eu à faire qu’à des employés qui ne savaient pas eux-même très bien le pourquoi de la situation. Ca aurait sans doute été différent avec "l’hotelier du coin". Mais bref, ca m’est arrivé, et ca paraissait un peu fou (et il n’y avait pas non plus d’histoire de réservation "à l’avance" ou autre, vu que j’ai réservé par l’intermédiaire pour "tout de suite" et que je suis revenu une heure après).

IH: Vous semblez vendre au même prix sur Amazon qu’en direct. Pourquoi ne pas vendre plus cher sur Amazon (en augmentant donc le prix sur Amazon), ou moins cher sur votre site ? (en diminuant le prix sur votre site pour rétrocéder à ceux qui commandent en direct, ce que vous coûte les frais d’un intermédiaire, ou une partie). Là, vous le pouvez librement, non ? (bon, la seconde méthode a un coût pour vous, certes. La première parait "mieux". Peut-être un "prix psychologique" que vous ne souhaitez pas dépasser !?)

Dernière modification par Mevo (31/12/2018 14h30)

Hors ligne

 

Discussions similaires à "les nouvelles mafias américaines : amazon, booking, airbnb, expedia…"

Discussion Réponses Vues Dernier message
5 1 217 29/12/2018 20h22 par Alexis92

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech