Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#1 08/12/2018 14h44

Membre
Réputation :   15  

Bonjour à tous,

Depuis plusieurs jours, à la lumière des événements récents qui ont lieu en France (gilets jaunes), je me pose des questions plus larges au sujet de la macroéconomie :
- Peut-on combattre les inégalités sociales ?
- Faut-il le faire ?
- Est-il envisageable d’y arriver ?


J’écoute beaucoup de débats dans les médias, à la radio, à la télévision, sur internet … Et j’ai l’impression que les gens se trompent complètement avec des préjugés faux.

En les écoutant, il suffirait de taxer un peu plus les riches pour résoudre tous les problèmes. Rétablir l’ISF, augmenter les salaires, et tout ira bien dans le meilleur des mondes.

Est-ce vrai ?

----------------------------------------------------------

J’ai fait quelques calculs …
Si on récupère toute la richesse des milliardaires dans le monde, et qu’on la redistribue équitablement entre chaque citoyen de la planète :
1) chaque humain recevra ~ 866 euros.
2) il n’y a plus aucun milliardaire sur Terre.

Certes, quelques centaines d’euros supplémentaire à l’approche de Noel c’est appréciable, mais ce n’est pas ça qui va me permettre d’arrêter de travailler et devenir rentier !

On se rend bien compte que le problème ne vient pas de là.

Il faudrait 5.2 planètes à l?humanité si tous les hommes vivaient comme un Australien
=> Il faudrait plus de 5 planètes Terre si tous les humains consommaient comme les australiens !

Alors certes, ils doivent un peu gaspiller, et il est certainement possible de réduire le nombre de planètes nécessaires pour subvenir correctement aux besoins de la population, mais on se rend bien compte qu’une seule planète Terre ne suffit pas.

En moyenne, il faudrait 1,7 planètes pour subvenir aux besoins de l’humanité. Pourtant :
- la population mondiale va dépasser les 10 milliards d’humains d’ici 2050 (+30 %).
- des milliards de pauvres crèvent de faim et n’ont que quelques euros par jour pour sur(vivre).

Selon moi, la seule conclusion qui s’impose est qu’il y a trop d’humains sur Terre.
On peut tourner le problème dans tous les sens : si on essaye de répartir équitablement les ressources de la planète entre tous les humains (plus aucune inégalité), nous serons tous pauvre !

Avant de réfléchir à réduire les inégalités, il faut commencer par réduire la population. Si on doit partager un gateau entre 100 personnes équitablement, tout le monde va mourir de faim, par contre si on veut partager le même gateau entre 4 personnes, tout le monde sera rassasié.

-------------------------------------------------

Pour en revenir à la France, les gens pense qu’il s’agit d’un pays riche. Mais ce n’est plus le cas depuis longtemps (des décennies). Le déficit publique atteint un niveau record (100 milliards d’euros), et à l’avenir ça sera pire :
- le nombre de chomeurs augmente.
- le nombre de retraités augmente.
- le nombre d’actifs reste stable.

On va devoir réduire les dépenses publiques, donc réduire les services publiques, et dans le même temps augmenter les taxes et les impôts. On peut réfléchir à imposer Pierre, Paul ou Jacques, mais à la fin, le problème reste le même : il va falloir augmenter la pression fiscale, et baisser les dépenses / services rendus à la population.

Les gens s’imaginent qu’en baissant le salaire des sénateurs, on pourrait récupérer de l’argent pour résoudre les problèmes. Mais le sénat coûte 300 millions d’euros au pays chaque année en tout ! Ce n’est même pas 5 euros par français, même si les sénateurs étaient bénévoles, les économies réalisées seraient anecdotiques.

Conclusion :

Je pense que les inégalités sociales sont inévitables car les ressources planétaires ne permettent pas de subvenir correctement aux besoins de la population mondiale. Chercher à les réduire part d’une bonne intention, mais y arriver serait néfaste pour l’humanité car tout le monde serait pauvre et crève la faim …

Au niveau franco-français, les gens ont l’impression que le pays est riche car l’état se finance massivement par de l’argent qui n’existe pas et qu’il emprunte sur les marchés financiers, mais en réalité nous vivons largement au-dessus de nos moyens, et ce n’est pas durable.

Qu’en-pensez-vous ?
Merci par avance pour vos retours.

Mots-clés : gilets jaunes, inégalités, taxe

Hors ligne Hors ligne

 

#2 08/12/2018 15h00

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   230  

J’en pense que tout comme vous, beaucoup de gens s’arrêtent à une conclusion Malthusienne "il y a trop d’êtres humains". Et c’est probablement l’une des raisons pour lesquelles rien n’est fait contre le changement climatique : du point de vue de ceux qui pourront y échapper, comme Peter Thiel dans son bunker en Nouvelle Zélande, c’est un phénomène bienvenu. Cela va générer des conflits et des catastrophes naturelles de plus en plus importants dans les régions déjà les plus pauvres, tandis que les pays riches pourront s’adapter et limiter la casse (sans compter les opportunités de profit). Un massacre en gardant les mains propres, en somme.

Dernière modification par doubletrouble (08/12/2018 15h00)

Hors ligne Hors ligne

 

#3 08/12/2018 15h30

Membre
Réputation :   17  

Je pense également la même chose.
Et cela ne s’arrêtera jamais car une forte natalité est signe de croissance.

Regardez le Japon, le pays est considéré être dans "une crise démographique" avec un taux de croissance de la population négatif. Pour ce pays avec un taux de chômage très faible et une population vieillissante cela pourrait dans l’avenir représenter un handicap alors qu’à l’inverse une surnatalité au niveau mondial serait (ou sera) désastreux à coup sûr.

Une limitation des naissances dans certains pays, notamment sur le continent Africain et en Asie pourrait être un début de solution mais sans doute irréaliste et immoral pour le "bien-pensant".

Je serais curieux de voir le monde d’ici 100/200 ans…

Hors ligne Hors ligne

 

#4 08/12/2018 15h40

Membre
Réputation :   37  

naphto a écrit :

Au niveau franco-français, les gens ont l’impression que le pays est riche car l’état se finance massivement par de l’argent qui n’existe pas…

Ce n’est pas qu’il n’existe pas, c’est qu’il n’est pas à nous. Et ce qui est indiqué pour n’importe quelle pub pour crédit conso "un crédit vous engage et doit être remboursé" devrait être rappelé à tous les parlementaires qui votent des budgets déficitaires années après années. Encore 100 mds euros pour 2019, et allez!

Les gilets jaunes, c’est juste l’apéro…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 08/12/2018 17h00

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   506  

naphto a écrit :

Si on récupère toute la richesse des milliardaires dans le monde, et qu’on la redistribue équitablement entre chaque citoyen de la planète :
1) chaque humain recevra ~ 866 euros.
2) il n’y a plus aucun milliardaire sur Terre.

C’est un calcul que j’avais tenté il y a quelques temps. Il me semble que j’obtenais à peu près le même résultat, mais il est important de noter que c’est une valeur qui n’a pas de sens: une bonne part des biens de milliardaires se dévalueraient énormément en cas de vente massive (actions, immobilier, etc)

Selon moi, la seule conclusion qui s’impose est qu’il y a trop d’humains sur Terre.

Je note un léger manque d’imagination wink
Il y a bien d’autres conclusions possibles parmi lesquelles:
- personne n’a envie que tous les humains soient à égalité et un pseudo-esclavage n’est pas aussi mal vu qu’on le crois
- une robotisation/automatisation massive pourrait résoudre de nombreux problèmes de répartitions de richesses, permettant de ne plus rémunérer les gens pour ce qu’il font mais pour ce qu’ils sont
- un changement de philosophie amenant à chacun de vivre en consommer peu.

Les 2 dernières solutions paraissent irréalistes, mais pas plus que de parler de réduire le nombre d’humains sur Terre.

Avant de réfléchir à réduire les inégalités, il faut commencer par réduire la population. Si on doit partager un gateau entre 100 personnes équitablement, tout le monde va mourir de faim, par contre si on veut partager le même gateau entre 4 personnes, tout le monde sera rassasié.

Encore faut-il savoir combien de personnes sont nécessaires à produire le gateau et à maintenir les connaissances nécessaires à la fabrication de ce gateau.
A moins d’une dystopie autoritaire, difficile d’imaginer qu’en divisant par 10 la population, tout s’améliorer soudainement.

Pour en revenir à la France, les gens pense qu’il s’agit d’un pays riche. Mais ce n’est plus le cas depuis longtemps (des décennies). Le déficit publique atteint un niveau record (100 milliards d’euros)

Le misérabilisme n’a pas lieu d’être ici.
L’épargne financière des français est plus de deux fois supérieure à la totalité de la dette.

Les français ont épargné en 2016, 100 milliards d’euros et 140 milliards en 3 trimestres de 2017
Le pays s’enrichit donc, et possiblement de plus en plus vite.

Qu’en-pensez-vous ?

Un mélange monde-France, et une vision un peu trop négative.

Notez bien qu’aucun français ne s’intéresse réellement au niveau de vie des gens à l’autre bout du monde.
Niveau de vie passionnant à étudier pour plusieurs raisons: d’une part parce qu’il est tellement plus bas que l’immense majorité de ce que connaissent les français et d’autre part, ce niveau de vie ne les empêche pas d’être heureux (ils sont plus malades, meurent plus jeune, ont une vie plus dure… mais ne sont pas forcément beaucoup moins heureux)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#6 08/12/2018 17h10

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   626  

Autre calcul. Si on impose à 100 % la part des salaires supérieurs à 10 000 € brut/mois, alors l’Etat récupère 12 milliards d’euros.

Ca ne fait que 200 € par Français, ça ne semble pas beaucoup. Mais ça fait aussi 800 000 smics : ça semble beaucoup, de ce point de vue.

On ne parle que des salaires. Pour les revenus, c’est bien plus.


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

#7 08/12/2018 17h46

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   272  

Pourquoi se cantonner à 10000€ p/mois+? Vous êtes petit bras smile

Pourquoi pas au dessus de 5000€ p/mois? Dans ce cas, ça doit bien faire entre 1 et 2M de smics.
Ou encore au dessus de 2500€ p/mois? Là, je n’ai pas d’idée combien de smic ça va faire.
Ou encore dés 1€ p/mois … tout le monde au smic (ou quoique que fasse tous les salaires divisés par la population active). Là, nous avons résolu le problème du chômage en France!

Blague mise à part, c’est le programme de M. Mélenchon. Mais lui, il veut démarrer en douceru, à aprtir de 20 fois le salaire le plus faible de l’entreprise. Il est moins dur que vous J. Levreik.

Dernière modification par carignan99 (08/12/2018 17h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#8 08/12/2018 18h46

Membre
Réputation :   36  

L’hypothèse de 100 % est de toute façon idiote. Aucune entreprise n’aurait envie de jeter l’argent par les fenêtres, et s’il s’agit d’attirer des compétences, elle trouvera d’autres moyens.

Hors ligne Hors ligne

 

#9 08/12/2018 18h59

Membre
Réputation :   37  

Faith a écrit :

L’épargne financière des français est plus de deux fois supérieure à la totalité de la dette.

Chacun comprend que c’est la raison pour laquelle le système ne s’est pas encore écroulé.

Mais de là à dire que nous serions heureux de nous savoir collectivement entièrement désendettés en échange d’une division par deux de nos patrimoines individuels respectifs, il y a un pas.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 08/12/2018 19h08

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   506  

Yonz a écrit :

Mais de là à dire que nous serions heureux de nous savoir collectivement entièrement désendettés en échange d’une division par deux de nos patrimoines individuels respectifs, il y a un pas.

Qui dit pareille chose ?
Nous avons une énorme épargne financière ET cette épargne grossit plus vite que la dette du pays.

Dans ces conditions, il n’y a pas à s’alarmer. Enfin, pas s’alarmer trop vite quoi…


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#11 09/12/2018 10h38

Membre
Réputation :   15  

doubletrouble a écrit :

J’en pense que tout comme vous, beaucoup de gens s’arrêtent à une conclusion Malthusienne "il y a trop d’êtres humains". Et c’est probablement l’une des raisons pour lesquelles rien n’est fait contre le changement climatique : du point de vue de ceux qui pourront y échapper, comme Peter Thiel dans son bunker en Nouvelle Zélande, c’est un phénomène bienvenu. Cela va générer des conflits et des catastrophes naturelles de plus en plus importants dans les régions déjà les plus pauvres, tandis que les pays riches pourront s’adapter et limiter la casse (sans compter les opportunités de profit). Un massacre en gardant les mains propres, en somme.

Je ne vois pas bien le rapport avec le changement climatique …
Je parle d’inégalités sociales, de répartition des richesses, etc.
L’écologie c’est un sujet complètement différent.

Mais oui, je pense que les impacts du réchauffement climatique ne vont pas beaucoup impacter la France dans un premier temps.

Faith a écrit :

C’est un calcul que j’avais tenté il y a quelques temps. Il me semble que j’obtenais à peu près le même résultat, mais il est important de noter que c’est une valeur qui n’a pas de sens: une bonne part des biens de milliardaires se dévalueraient énormément en cas de vente massive (actions, immobilier, etc)

Justement, la valeur répartie entre chaque individu serait bien plus faible puisque les actions se dévaluraient beaucoup dans cette hypothèse là … Mais on peut imaginer de lisser les ventes, et c’est uniquement théorie, pour voir l’ordre de grandeur que cela pourrait représenter pour chacun. L’idée c’était de voir si on répartissait équitablement les richesses entre chacun : est-ce que l’on pourrait tous vivre heureux dans l’opulence ou pas ?

Faith a écrit :

Il y a bien d’autres conclusions possibles parmi lesquelles:
- personne n’a envie que tous les humains soient à égalité et un pseudo-esclavage n’est pas aussi mal vu qu’on le crois
- une robotisation/automatisation massive pourrait résoudre de nombreux problèmes de répartitions de richesses, permettant de ne plus rémunérer les gens pour ce qu’il font mais pour ce qu’ils sont
- un changement de philosophie amenant à chacun de vivre en consommer peu.

Les 2 dernières solutions paraissent irréalistes, mais pas plus que de parler de réduire le nombre d’humains sur Terre.

Vous indiquez vous-même que les 2 dernières solutions sont irréalistes.
Quand à la première, il s’agit de la solution actuelle, de la solution dans laquelle les inégalités sociales sont présentes et se creusent ! Hors l’objet de ma réflexion c’était justement de vouloir aller vers une solution différente, plus égalitaire. La solution des robots pourraient être envisagées, mais on se heurterait à un autre problème : le manque de matière première sur Terre pour soutenir durablement la consommation d’une population de plus de 7 milliards de personne ! Au vue de l’état actuel des réserves connues, contrairement à ce que peuvent penser certains, tous les enfants ne peuvent pas avoir des cadeaux à Noel, tout le monde ne peut pas avoir de voitures, tout le monde ne peut pas prendre l’avion pour aller en vacances … même si des robots travaillent à notre place pour nous donner de l’argent.

Faith a écrit :

Encore faut-il savoir combien de personnes sont nécessaires à produire le gateau et à maintenir les connaissances nécessaires à la fabrication de ce gateau.
A moins d’une dystopie autoritaire, difficile d’imaginer qu’en divisant par 10 la population, tout s’améliorer soudainement.

On peut imaginer des robots pour travailler à notre place.
Des voitures autonomes pour nous conduire.
Des avions sans pilotes.
Des trains sans conducteurs.
Etc.

Je ne pense pas que la main d’oeuvre soit un souci insurmontable.

Par contre, le souci insurmontable à l’heure actuelle, pour moi, c’est que les ressources sont limitées, et quand on divise les ressources ou le PIB par la population mondiale, on se rend compte qu’il n’y en a pas assez pour que tout le monde vive "convenablement".

JeromeLeivrek a écrit :

Autre calcul. Si on impose à 100 % la part des salaires supérieurs à 10 000 € brut/mois, alors l’Etat récupère 12 milliards d’euros.

Ca ne fait que 200 € par Français, ça ne semble pas beaucoup. Mais ça fait aussi 800 000 smics : ça semble beaucoup, de ce point de vue.

On ne parle que des salaires. Pour les revenus, c’est bien plus.

Sauf que :
1) Ca ne permet pas d’annuler le déficit publique chronique de la France qui est largement supérieur.
2) Ca fait un nivellement par le bas : dans ce système il n’y a plus de riches.

Mon avis, développé plus haut, c’est que dans ce cas, tout le monde est pauvre, et on s’en sort difficilement en survivant …
D’où ma conclusion : soit on garde des inégalités sociales, soit en essaye de les combattre un minimum pour éviter que les pauvres meurrent la bouche ouverte, mais en conservant en tête qu’on n’arrivera jamais à un égalitarisme total qui serait néfaste pour tout le monde !

Hors ligne Hors ligne

 

#12 09/12/2018 12h43

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   506  

naphto a écrit :

Vous indiquez vous-même que les 2 dernières solutions sont irréalistes.

J’indique qu’elles sont aussi irréalistes que de baisser la population terrestre.

Quand à la première, il s’agit de la solution actuelle, de la solution dans laquelle les inégalités sociales sont présentes et se creusent ! Hors l’objet de ma réflexion c’était justement de vouloir aller vers une solution différente, plus égalitaire.

En fait, le message que j’essayais de vous faire passer est que vous cherchez une solution à un problème que (presque) personne ne se pose.
Les Français qui se plaignent des milliardaires et des inégalités sont ravis d’exploiter des familles vivant dans la misère loin (ou même pas si loin) de chez eux.

Hors l’objet de ma réflexion c’était justement de vouloir aller vers une solution différente, plus égalitaire.

Une solution ne peut être appelée comme cela que si elle inclut le chemin qui mène à la situation-objectif.
Réduire globalement la population (comme réduire les émissions de CO2) ne peut s’entendre que dans un monde en paix, où tout le monde agit dans une même direction. Car la population est une arme: un pays ne jouant pas le jeu de la réduction de population (ou d’émission de CO2) obtiendra un énorme avantage compétitif.

Je ne pense pas que la main d’oeuvre soit un souci insurmontable.

La question n’est pas sur la main d’oeuvre, mais sur la population minimale pour maintenir un socle de connaissance et d’expertise suffisant.
Comme je le disais, à moins d’un contrôle autoritaire de la reproduction et des formations, vous ne pourrez pas avoir une population exclusivement constituée d’élites intellectuelles.
Regardez un "simple" objet comme un ordinateur et essayez d’imaginer le nombre de cerveaux spécialisés qu’il faut pour créer et maintenir chacun de ses composants hardware et logiciels. Dites vous ensuite que tous les objets qui vous entourent ont eux aussi besoin de nombreux cerveaux.

Une division par 10 de la population permettrait-elle de maintenir ces connaissances et cette expertise ? Je ne crois pas.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#13 09/12/2018 16h35

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

naphto a écrit :

Selon moi, la seule conclusion qui s’impose est qu’il y a trop d’humains sur Terre.
On peut tourner le problème dans tous les sens : si on essaye de répartir équitablement les ressources de la planète entre tous les humains (plus aucune inégalité), nous serons tous pauvre !

Vous avez raison sur le constat mais alors qui faut il faire disparaître (ou stériliser) de la planète selon vous ? Les quelques centaines de millions les plus riches qui, par tête, sont ceux qui consomment consciemment le plus de ressources au mépris de tous les autres ? Ou bien les cinq milliards les plus pauvres qui ne consomment pas beaucoup chacun mais qui au total et sans sans rendre compte individuellement font le plus de tort à la planète de par leur nombre ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 09/12/2018 18h14

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   891  

Bonjour,

"combattre les inégalités" ? Oui, ne rien faire serait pire, non ?
Les faire disparaître, impossible (bien évidemment).

Plus que se demander si c’est nécessaire ou pas de le faire, je pense que le débat le plus important se trouve sur les moyens pour y parvenir.

Un exemple récent (et d’actualité) : le CICE

Lors de son lancement fin 2012 (entrée en vigueur le 01.01.2013), il devait permettre de créer des emplois, par la réduction du coût du travail en France, ce qui devait permettre à nos sociétés d’être plus compétitive face à nos concurrents étrangers.

Créer des emplois, donc créer du revenu pour XXX XXX français, créer des rentrées fiscales (par les cotisations sur ces salaires), limiter la dépense publique (plus de cotisations chômage à payer pour ces XXX XXX personnes)…   

Quelques petits rappels…

1/ Au départ, c’était 4% de la masse salariale (pour les salaires inférieurs à 2,5 fois le SMIC) de l’entreprise qui en bénéficiait, qui lui était redistribué.
   
2/ Ce taux est passé à 6% dès 2014 et a même été augmenté jusque 7% en 2017.

3/ Le coût du CICE a été de 11,6 milliards d’euros en 2013, 17,5 milliards en 2014, 17,9 milliards en 2015, 15,1 milliards en 2016, puis à environ 20 milliards en 2017 et 2018 (soit un coût de 1000 euros annuel par salarié).

4/ Le coût total du CICE serait donc de 102 milliards d’euros sur 6 ans.

5/ Ce coût du CICE a été financé par la hausse de la TVA en 2014 (passage de 19,6 à 20% pour le taux normal et de 7 à 10% pour le taux intermédiaire).

-

Pour quels résultats ?

Pour cela il faut lire le dernier rapport officiel (paru fin 2017). Voir page 16 et suivantes (2 équipes de recherche n’ont pas les mêmes conclusions) :

1/ Des emplois préservés ou créés (entre 10 000 et 205 000 emplois selon le rapport 2017 du Comité de suivi).

2/ Aucun impact sur les salaires

3/ Un effet positif sur les marges des sociétés (p. 25)

4/ Pas d’effet sur les investissements des sociétés (p. 26)

-

2019 : suppression du CICE, remplacé par un exonération de cotisations en 2019

En 2019, l’Etat paiera donc 40 milliards d’euros (environ).
> 20 milliards au titre des crédits d’impôt pour 2018
> 20 milliards au titre des cotisations supprimées
 
40 milliards, c’est quand même 1,75% de notre PIB 2017 (2291,7 milliards)…

Vous pouvez lire l’étude de l’Institut des Politiques Puliques (elle date d’octobre 2018).

-

A son lancement, le CICE était sensé pouvoir créer 1 million d’emplois !
La bonne blague… vu les résultats avancés par le Comité de Suivi.

En réalité, il a fait payer tous les citoyens, y compris les plus modestes, par la hausse de la TVA. Ces derniers ont-ils profité de cette mesure ?  Ils en seraient plutôt "victimes", non ?

Pour la modique somme de 100 milliards sur 6 ans.

Bref, combattre les inégalités, OK, mais encore faut-il trouver une bonne méthode ;-)

--

Enfin, je me permet une petite remarque sur le "salaire des sénateurs".
Baisser leur salaire n’aurait effectivement qu’un impact limité sur le déficit public.

Toutefois, dernièrement (fin septembre 2018), ils ont tout de même voté une augmentation de 10% de l’enveloppe pour la rémunération de leurs collaborateurs (soit 8 402 euros mensuels par sénateur dè le 01.11.2018), après que l’Assemblée Nationale ai fait de même en janvier 2018 (+10%, avec une enveloppe de 10 600 euros mensuels par député).

Ce qui est "rigolo", c’est que la valeur de cette enveloppe est sensée être indexée sur la valeur du point de la fonction publique.
Le point d’indice de la fonction publique est gelé depuis des années, mas nos représentants ne s’offusquent pas de procéder à ce "dégel en catimini" ;-)

Cette hausse serait nécessaire pour le "bon accomplissement de leur mandat".
Certains sénateurs ont un seul collaborateur, d’autres en 3 ou 4. Ils peuvent très bien ne pas utiliser cette enveloppe, l’usage est totalement libre.

Par les temps qui courent, était-ce vraiment utile de procéder à ces augmentations ?   
Ce sont quand même les petites rivières qui font les grands fleuves comme on dit…

Certes, c’est une paille dans le déficit public, mais je ne pense pas que de telles mesures soient propices à la lutte contre les inégalités…

Maxicool

Dernière modification par maxicool (09/12/2018 18h46)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #15 09/12/2018 19h27

Membre
Réputation :   37  

Il existe depuis toujours
- des petits,
- des grands,
- des beaux,
- des moches,
- des idiots,
- des intelligents,
- des gros,
- des maigres,
- des riches
- et des pauvres.
Ensuite tous les mélanges sont possibles. On peut trouver de grands beaux intelligents et riches comme des petits moches idiots et pauvres. C’est comme cela. C’est la vie.

Certains pourraient dire : brisons les jambes de tous le monde, aspergeons leur visage d’acides, lobotomisons les tous, nourrissons nous avec une sonde gastrique, convisquons tout l’argent et redistribuons le équitablement et ainsi tous les français seront égaux.

"Liberté, Fraternité et Egalité" telle est la devise de la République française et je la trouve belle.

Reprenons, l’article 1er de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 :

« Article Premier. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Pour moi tout est magnifiquement dit : "nous sommes égaux en droits".

Que nous soyons beau, petit, moche, riche, etc. nous sommes tous égaux devant la loi et uniquement devant la loi.

Il est impossible, illusoire et surtout démagogique de faire croire que l’on peut de rendre les gens égaux en tout.

Je ne dis pas qu’il ne faut rien faire pour aider les gens (c’est mon travail) mais l’égalité n’existe pas et n’existera jamais.

Dernière modification par rocc (09/12/2018 19h29)

Hors ligne Hors ligne

 

#16 09/12/2018 20h06

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   438  

JL a écrit :

Autre calcul. Si on impose à 100 % la part des salaires supérieurs à 10 000 € brut/mois, alors l’Etat récupère 12 milliards d’euros

Sauf que l’an 2, il n’y aura plus aucun salaire au dessus de ce montant donc plus de recettes pour l’état, ça me semble assez évident non ?

Pourquoi une entreprise verserait un salaire supérieur à 10k/mois si rien de ce qui est au dessus ne va au salarié ?

On verra juste fleurir les autres modes de rémunération, des créations de SAS en "conseil" qui factureront des honoraires, et des expatriations/délocalisations.

Dernière modification par Geronimo (09/12/2018 20h08)

Hors ligne Hors ligne

 

#17 09/12/2018 20h07

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   626  

@rocc

Effectivement, l’Égalité de la Devise est une égalité en droit.

Mais je ne vois pas trop quel moulin vous combattez dans votre post. Personne ici ou ailleurs n’a demandé l’égalité en tout. Personne n’est aussi naïf que ce que vous pensez ou prétendez.

S’il faut se référer à la Devise, je pense que ceux qui veulent combattre les inégalités sociales se réfèrent implicitement à la Fraternité.

Geronimo a écrit :

Sauf que l’an 2, il n’y aura plus aucun salaire au dessus de ce montant donc plus de recettes pour l’état, ça me semble assez évident non ?

Oui et l’entreprise pourra utiliser ce surplus d’argent à autre chose. Investir, baisser ces prix (et donc être plus compétitive), le distribuer aux autres salariés, … ou aux actionnaires smile

Dernière modification par JeromeLeivrek (09/12/2018 20h11)


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

#18 09/12/2018 20h13

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   438  

JeromeLeivrek a écrit :

Oui et l’entreprise pourra utiliser ce surplus d’argent à autre chose. Investir, baisser ces prix (et donc être plus compétitive), le distribuer aux autres salariés, … ou aux actionnaires smile

Du coup on s’en remet aux entreprises pour réduire les inégalités sociales plutôt qu’à l’Etat ? smile

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #19 09/12/2018 20h55

Membre
Réputation :   27  

JeromeLeivrek a écrit :

@rocc

Effectivement, l’Égalité de la Devise est une égalité en droit.

Mais je ne vois pas trop quel moulin vous combattez dans votre post. Personne ici ou ailleurs n’a demandé l’égalité en tout. Personne n’est aussi naïf que ce que vous pensez ou prétendez.

S’il faut se référer à la Devise, je pense que ceux qui veulent combattre les inégalités sociales se réfèrent implicitement à la Fraternité.

Malheureusement si …
Beaucoup de personnes pensent qu’il est légitime "d’égaliser" les différents niveaux de vies des citoyens et voient comme une injustice le fait que certains gagnent plus que d’autres sans évidement chercher à comprendre l’origine de cette différence
Rocc ne fait que rappeler le sens du mot égalité dans la devise nationale

Hors ligne Hors ligne

 

#20 09/12/2018 21h00

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   246  

Je changerais le titre du fil en "Peut-on combattre les iniquités sociales ?"

L’égalité c’est devant la loi, la liberté…

Hors ligne Hors ligne

 

#21 09/12/2018 21h14

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   199  

Il est pour le moment pas souhaitable de reduire les inegalites sociales, car les pays se font competition entre eux notamment sur les prix, et la France est trop faible pour changer quoi que ce soit sans conséquence.
Les pauvres de France vivent mieux que les riches d’il y a 100 ans (pas de dentiste, electricité, antibiotiques, voitures, etc). Je pense donc qu’il faut continuer a favoriser l’enrichissement materiel de la societe, meme si cela ne se voit pas dans le PIB, plutôt dans l’IDH.

Par contre, une fois que les problèmes de ressource et de main d’oeuvre seront résolus par l’automatisation et les energies renouvelables, il serait bon de peut être revoir les inégalités sociales et le mode de production. Pour cela il faudrait que l’europe soit un bloc solide afin de pouvoir imposer un mode de vie moins inegal, sans se faire trop malmener économiquement par les autres puissances.

Dernière modification par BulleBier (09/12/2018 21h15)

Hors ligne Hors ligne

 

#22 09/12/2018 21h24

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   626  

banyuls a écrit :

JeromeLeivrek a écrit :

@rocc

Effectivement, l’Égalité de la Devise est une égalité en droit.

Mais je ne vois pas trop quel moulin vous combattez dans votre post. Personne ici ou ailleurs n’a demandé l’égalité en tout. Personne n’est aussi naïf que ce que vous pensez ou prétendez.

S’il faut se référer à la Devise, je pense que ceux qui veulent combattre les inégalités sociales se réfèrent implicitement à la Fraternité.

Malheureusement si …
Beaucoup de personnes pensent qu’il est légitime "d’égaliser" les différents niveaux de vies des citoyens et voient comme une injustice le fait que certains gagnent plus que d’autres sans évidement chercher à comprendre l’origine de cette différence
Rocc ne fait que rappeler le sens du mot égalité dans la devise nationale

Vous n’avez pas compris mon propos. Tant pis.
Je retourne à mes bilans d’entreprises !


Parrainages Binck & Boursorama : m'écrire. Blog : Le projet Lynch.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #23 07/05/2020 08h14

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   108  

banyuls, le 09/12/2018 a écrit :

Beaucoup de personnes pensent qu’il est légitime "d’égaliser" les différents niveaux de vies des citoyens et voient comme une injustice le fait que certains gagnent plus que d’autres sans évidement chercher à comprendre l’origine de cette différence
Rocc ne fait que rappeler le sens du mot égalité dans la devise nationale

Je ré ouvre  être file car j’ai été solicité pour un projet collaboratif,  à savoirlivre sur les riches en France.
A en lire la présentation sommaire, il faudrait effectivement egaliser tous les citoyens afin de lutter contre l’injustice.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #24 07/05/2020 08h35

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   180  

ça commence bien dis donc, je cite : La crise du covid-19 qui frappe massivement la France révèle et accentue encore les inégalités. Une partie de la France aisée s’est échappée dans les résidences secondaires quand les plus modestes sont confinés dans des appartements surpeuplés.

Je ne suis pourtant pas bien vieux et il y a une 20aine d’année quand j’étais enfant, on n’était pas qualifié de riche si on avait une résidence secondaire.

J’étais dans un milieu qui n’avait rien de favorisé, et c’était courant autour de moi d’avoir une résidence secondaire (cas le plus classique : un héritage et le bien restait dans la famille).
Effectivement, depuis 20 ans, l’imposition a tellement augmenté qu’une résidence secondaire est devenue un luxe.
Et ces biens qui restaient dans la famille un certain temps ont été vendus car trop couteux.

Bref, le point de vue de départ est assez effrayant.

Ce qui m’intéresserait beaucoup, si on faisait le lien avec le COVID justement, c’est de se pencher sur la façon dont les inégalités de patrimoine sont accrues massivement par les injections de liquidités. En empêchant les effets déflationnistes et en maintenant les bulles "en vie" voire en croissance, elles ont un effet inégalitaire massif.
Ceux qui ont du capital/du patrimoine le voient préservé par l’injection de monnaie.
Ceux qui n’en ont pas, qui doivent travailler, ont de moins en moins de chance d’accéder à ce capital, toujours plus hors de portée, avec un travail toujours moins rémunérateur, notamment à cause des augmentations d’impôts qui accompagne la montée des dettes.

Personnellement, cette situation qui s’est accélérée avec la crise de l’endettement, et que je vis depuis mon entrée dans la vie active, participe à ma conviction qu’il est nécessaire d’accumuler du capital.

Hors ligne Hors ligne

 

#25 07/05/2020 09h02

Membre
Réputation :   81  

L’important, c’est de pouvoir s’élever (financièrement). Et en France, avouons le, c’est de plus en plus dur car l’état pompe dès que l’on gagne un peu plus d’argent que les plus pauvres. Ne parlons pas des 10% les plus aisés qui se font littéralement détruire. Alors quand j’entends, rétablir l’ISF pour encore plus les détruire, mes poils se dressent et je bloque.

Ma conjointe, qui brut gagne 2700€ brut, son patron doit probablement payer encore près de 1000€ de plus. Finalement, avec la mutuelle et les impôts il ne lui reste que 1670€.

En Suisse, j’ai 13% de prélèvement (idem pour mon Patron) et je donne 3,7% de plus pour l’assurance maladie (ce montant baissera en fonction du salaire car c’est fixe et pas au prorata du salaire, pas comme en FR ou plus on gagne plus on paie alors que les besoins de l’assurance maladie sont plutôt en fonction de l’âge. Il est normal qu’à 20 ans on paie moins qu’à 65).

Ma conjointe à ISO salaire si elle travaillait en Suisse toucherai net avant impôts 2122€ au lieu de 1770€ (assurance maladie comprise) soit 422€ de plus par mois à ISO salaire. Dingue non ?
On ne parle pas du cout de la vie la, on parle juste des taxes !

Il est la le problème, point barre.

Dernière modification par LoopHey (07/05/2020 09h16)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur