Informations À propos…   Chercher Cherchez sur le site, les forums et nos screeners :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#1 23/03/2012 21h54

Membre (2012)
Réputation :   7  

Pour moi c’est une aberration économique, je ne comprends pas ne jamais avoir entendu un de nos "grands" analystes économiques (chauve par exemple) ne lui avoir répliqué et si c’est des pertes on applique toujours cette règle ?
C’est n’importe quoi pour toucher un dividende il faut être copropriétaire et prendre le risque acheter des parts mr Le Président, c’est aux propriétaires (et certainement pas au gouvernement) de décider s’ils veulent partager leurs revenus (pour investir, motiver..) ou pas. Ce fut une de vos + grosses erreurs de mon point de vu(qui n’occultera pas un très bon bilan). Dommage que vous soyez arriver, je le crains, trop tard.

Hors ligne Hors ligne

 

#2 23/03/2012 22h42

Modérateur (2010)
Top 10 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 20 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 5 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2604  

Cette règle me semble inadaptée (pour ne pas dire plus), d’autant qu’il y a de multiples situations qui nécessitent des répartitions bien différents (entre La Poste, une SSII mature, une start-up, etc. rien de commun et des besoins de répartir bien différemment !).

Si le message était qu’il faut partager, et qu’attribuer systématiquement 100% des bénéfices aux actionnaires serait abusif (voire même souvent nuisible pour les actionnaires), je voudrais bien être d’accord avec le message. Mais pas plus…  D’ailleurs il y a déjà pleins de manières de répartir les bénéfices, et guère besoin de contraintes supplémentaires à ce niveau.

Ce n’est pas "une grosse erreur", mais juste une annonce (un peu) racoleuse de plus (certains diraient un mensonge de plus de celui qui traite souvent les autres de menteurs).


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#3 26/03/2012 14h58

Membre (2011)
Top 20 Année 2021
Top 20 Dvpt perso.
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   407  

Moi je suis entièrement pour la règle des 3 tiers.
C’est à dire division du bénéfice (après investissement) entre 1 tiers état, 1 tiers actionnaires, 1 tiers salariés.

Le problème est que la règle n’est pas respecté par l’état : car dans le tiers actionnaires, il y a 15,5% qui vont directement dans les caisses de l’état.
Et dans le tiers salariés, selon la façon dont il est distribués, il y a prélèvement ou pas dans les caisses de l’état.

Donc en fait, je pense qu’on est plus près des 40 à  50% état et le reste entre salariés et actionnaires.
Donc joli discours mais déjà déjà faussé par le donneur de leçons.

Hors ligne Hors ligne

 

#4 26/03/2012 16h15

Membre (2011)
Top 10 Immobilier locatif
Réputation :   494  

Bear33 a écrit :

Pour moi c’est une aberration économique, je ne comprends pas ne jamais avoir entendu un de nos "grands" analystes économiques (chauve par exemple) ne lui avoir répliqué et si c’est des pertes on applique toujours cette règle ?

Quand les présidents de grands groupes font subir des pertes à l’entreprise , est-ce que cela les empêche d’avoir leur bonus négocié lors de leur départ…..?

Que se passe t’il quand un salarié fait une erreur ?
Je vous laisse deviner la réponse….

Deux poids et deux mesures me semblent ils …..

Philippe


Localisation 74 Montagne , Randonnée , VTT

Hors ligne Hors ligne

 

#5 26/03/2012 16h54

Membre (2011)
Top 20 Actions/Bourse
Top 20 Invest. Exotiques
Top 20 Finance/Économie
Réputation :   526  

César : Eh bien, pour la dixième fois, je vais te l’expliquer, le picon-citron-curaçao. (Il s’installe derrière le comptoir.) Approche-toi ! (Marius s’avance, et va suivre de près l’opération. César prend un grand verre, une carafe et trois bouteilles. Tout en parlant, il compose le breuvage.) Tu mets d’abord un tiers de curaçao. Fais attention : un tout petit tiers. Bon. Maintenant, un tiers de citron. Un peu plus gros. Bon. Ensuite, un BON tiers de Picon. Regarde la couleur. Regarde comme c’est joli. Et à la fin, un grand tiers d’eau. Voila.

Marius : Et ça fait quatre tiers.

César : Exactement. J’espère que cette fois, tu as compris. (Il boit une gorgée du mélange)

Marius : Dans un verre, il n’y a que trois tiers.

César : Mais, imbécile, ça dépend de la grosseur des tiers !


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne Hors ligne

 

#6 26/03/2012 16h55

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 10 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3383  

INTJ

Philippe30 a écrit :

Quand les présidents de grands groupes font subir des pertes à l’entreprise , est-ce que cela les empêche d’avoir leur bonus négocié lors de leur départ…..?

Absolument.

Et je vous donne la raison : les conseils d’administration sont remplis de copains et ne font pas leur boulot.

C’est particulièrement vrai en France (ou les dirigeants public-privée se retrouvent dans tous les conseils d’administration, d’où le terme d’oligarchie ou de capitalisme de copains) mais même ailleurs.

Ici pour le Canada : Quand administrateurs et analystes déçoivent

Un des pires cas étant chez Hewlett Packard ou les dirigeants intérimaires se sont succédés et ont touché des millions de rémunérations pour quelques mois d’activités.

Le "pire" à ma connaissance est Richard Fuld qui a touché 300 000 000 $ de rémunération entre 2000-2007 chez Lehman avant la faillite qui a couté des dizaine de milliards au contribuable (donc la c’est pire que tout, ce n’est même pas sur le dos des actionnaires-propriétaires mais carrément de citoyens qui n’avaient rien demandé).

Hors ligne Hors ligne

 

#7 27/03/2012 22h21

Membre (2012)
Réputation :   7  

Toujours pareil, énorme disparité entre les petites et grandes entreprises. Ce sont 2 mondes. Il est vrai que ces grandes firmes ainsi que les banques aidées par nos grands menteurs de politiciens, font mains basse sur la quasi totalité des gains de productivité. On entend souvent on ne vit pas plus mal aujourd’hui qu’avant mais ne devrait on pas vivre encore beaucoup mieux étant donné le progrès technique exponentiel qu’on connaît ? Personne ne le sait exactement. Pour moi partage des profits ne veut rien dire car derrière le mot "profit" il y a une diversité de situation, partage des gains de productivité, je suis beaucoup + d’accord, mais très difficile de mesure la part des gains de productivité dans les profits.

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "partage des profits : règles des trois tiers de n. sarkozy ?"

Discussion Réponses Vues Dernier message
29 14 928 09/04/2012 21h10 par méticuleux

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur