Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#626 19/12/2019 18h56

Membre
Réputation :   3  

opportuniste a écrit :

Ce qui est d’ailleurs amusant, c’est de constater que la propagande massive dans les grands médias en faveur de la réforme, ne cessant d’évoquer à tout bout de champ "les français prix en otage" par les affreux grévistes est pour l’heure sans effet sur l’opinion.



Enquête OpinionWay-Square Management pour « Les Echos » et Radio Classique

Opinion publique complètement coupée en deux mais nous sommes bien loins d’un rejet généralisé.

Hors ligne Hors ligne

 

#627 19/12/2019 18h57

Banni
Réputation :   1  

Le simulateur ne simule rien du tout !

J’ai eu la curiosité de regarder ce qu’il en était pour un salarié du privé né en 1990 et ayant commencé à travailler en 2010 ; voici que qu’il m’a répondu :

"Votre retraite sera calculée sur les 15 premières années de votre carrière (35%) avec les règles du système actuel et sur les 28 années suivantes (65%) selon les règles du système universel."

J’ai refait la manip pour un fonctionnaire du même âge et j’ai obtenu la même réponse.

La hantise des futurs retraités jeunes ou non ce n’est pas de savoir s’il y aura des trains à Noël, mais de connaître le montant de leur future pension ; ce pseudo-simulateur est incapable de leur donner une réponse, mais va au contraire alimenter leur inquiétude et bien souvent leur colère.

Swear a écrit :

Opinion publique complètement coupée en deux mais nous sommes bien loins d’un rejet généralisé.

Il semblerait même que la fraction la plus âgée de la population, celle qui n’est pas concernée par le projet, y soit massivement favorable à en croire des enquêtes d’opinion plus détaillées. A l’opposé, les jeunes générations sont vent debout contre ce projet.

On peut également observer à quel point le second questionnement est biaisé : on ne demande pas aux sondés de se prononcer sur le bien-fondé de la réforme mais sur les congés de Noël !

Si ce gouvernement était aussi attaché qu’il le prétend aux fêtes de fin d’année, il aurait présenté son projet en janvier….

Quoi qu’il en soit, s’il existe une majorité silencieuse ou une moitié silencieuse en faveur de ce projet elle devrait elle aussi descendre dans la rue pour manifester son adhésion !

Dernière modification par opportuniste (19/12/2019 19h06)

Hors ligne Hors ligne

 

#628 19/12/2019 21h21

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

L’hypothèse centrale du calcul des cas types est la revalorisation des salaires et du point retraite de 1.3% net d’inflation par an.

Pour des durées comme 32 ans comme dans le cas de la génération 90, ca augmente au bas mot de 20% l’estimation par rapport à l’hypothèse plus réaliste de non-revalorisation des salaires nets d’inflation. 

Si les syndicats ont 3 sous de jugeotte, ils recalculeront ces cas types sans cette revalorisation.

Il serait aussi plus parlant de parler non pas en euros courants pour l’estimation des pensions mais de dire 0.85 smic,  1.5 smic, etc….

Rappel: dans la vraie vie, celle où le point d’indice ainsi que les "grosses" retraites sont gelés, le smic et les petites retraites vont être revalorisés en janvier 2020 du taux d’inflation courant.

Remarque: avec ces règles du jeu, il y aura une incitation forte pour les employeurs  à ne pas revaloriser les salaires plus vite que l’inflation.

Il y a beaucoup de progrès sur l’information mais il y a encore un peu trop de ruses.

Il manque beaucoup de cas-types: cadres bien payés du privé, professions libęrales, commerçants, etc….

Dernière modification par Caratheodory (19/12/2019 21h27)

Hors ligne Hors ligne

 

#629 19/12/2019 21h39

Banni
Réputation :   1  

Pour les cadres "bien payés" gagnant plus de 10 000 €/mois, le passage au RU ne peut être que perdant : la part du salaire au-delà de cette somme n’ouvre pas droit au RU, alors qu’ils devront acquitter une cotisation de 2,81% ne donnant droit à aucune prestation !

Ce qui est ici extraordinaire, c’est que Macron fait les poches du coeur de son électorat !

Ainsi rejetés du RU, les cadres sup n’auront d’autre choix que de se tourner vers la capitalisation, par exemple vers le fonds Black Rock réputé murmurer à l’oreille de l’exécutif.

Hors ligne Hors ligne

 

#630 19/12/2019 21h57

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

Même pour les nés avant 1975, il y a un point qui me chiffonne.

Isabelle, née en 1968, est professeure certifiée et à commencé à travailler à 25 ans. Elle prend sa retraite en 2032 à 64 ans, supposé être l’age pivot. Elle a 39 annuités et n’arrivera à 42 qu’a 67 ans.

Part-elle a taux plein en 2032 ou en 2035?

Je suppose que c’est en 2035. Mais voila ce qui est répondu à Isabelle:

simili-simulateur a écrit :

Vous n’êtes pas concerné(e) par le futur système universel de retraite.
Votre retraite sera intégralement calculée selon les règles du système actuel.
Si vous souhaitez simuler le montant de votre retraite rendez-vous sur votre compte retraite.

La possibilité du départ à la retraite à partir de 62 ans est maintenue. Un départ à taux plein à un âge d’équilibre à 64 ans est proposé pour 2027.

Dernière modification par Caratheodory (19/12/2019 21h58)

Hors ligne Hors ligne

 

#631 19/12/2019 22h05

Membre
Réputation :   105  

Bonsoir,

Toujours beaucoup d’engouement sur cette file que je lis avec assiduité et esprit critique.
Il est clair que les éléments  de cette réforme sont multiples. Croire que simplifier 42 régimes et essayer de tendre vers une unification, c’est très difficile. (car plus on négocie comme je le souhaite et plus ça va devenir compliquer) Et pourtant peut on faire autre chose que négocier ? Ma seule crainte est que la réforme n’en sorte pas indemne et qu’on soit encore obliger d’y revenir. Tant qu’on n’y introduit pas une dose de: "la retraite pour les français d’abord", ça me va.

Le gouvernement est dénoncé par à peu près tout le monde et pour des éléments totalement contradictoires. De ceux qui veulent qu’il n’y ait pas de retraite à points à ceux qui ne veulent pas ceci ou cela et qui préférerait un peu plus de moutarde et un peu moins d’ail. La sauce du plat est vraiment difficile à préparer. D’autant que pour corser la recette, il faut essayer d’imaginer un budget qui va dépendre de la croissance ou de la récession et d’une démographie qui pourrait être plus ou moins mauvaise. Mais comme la méfiance continue d’entourer le cuisinier, je doute que les convives apprécient le plat. "on nous ment, on nous spolie". "C’est la faute aux politiciens !". Au moins les boucs émissaires ne sont pas les immigrés, je m’en réjouis (se réjouir des faits qui vous désolent est toujours très jouissif)

Je le répète si cette réforme imparfaite ne passe pas aujourd’hui elle ne se fera pas à la prochaine présidence. Chacun va trouver que cette réforme (je cite) "C’est n’importe quoi", "C’est très mal organisé", "Ce n’est pas concerté", "Ce n’est pas clair". Moi je trouve que si la discussion arrivait avant les hurlements (je rappelle que la grève était lancée avant que les mesures en cours de discussions ne soient connues), on serait arrivé peut être davantage à s’entendre. Tant qu’à trouver que les syndicats manquent de jugeote, je propose urgemment aux non syndiqués de se syndiquer pour apporter cette jugeote manquante En France la représentation syndicale est malheureusement minime car chacun pense qu’il vaut mieux parler tout seul et avoir raison que de représenter les autres en se faisant conspuer.

Très bonne soirée et excellent dîner pour ceux qui n’ont pas encore manger,


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne Hors ligne

 

#632 19/12/2019 22h23

Membre
Réputation :   49  

Caratheodory a écrit :

Part-elle a taux plein en 2032 ou en 2035?

Elle peut partir théoriquement en mode "taux plein" à 64 ans puisque le plafond des 67 ans est ramené progressivement à 64 ans. Il lui manque 3,5 annuités (39 annuités au lieu de 42,5). Il peut manquer 5 annuités maximum sans décote. Donc elle peut partir à 64 ans.

Dernière modification par idamante (20/12/2019 00h10)

Hors ligne Hors ligne

 

#633 19/12/2019 22h24

Banni
Réputation :   1  

La cuisine c’est compliqué : il ne faut oublier aucun ingrédient et savoir ajuster les proportions, faute de quoi, malgré les bonnes intentions du cuistot, le plat devient immangeable voire même indigeste.

Pour l’heure, le cuistot Macron met une bonne louche de "travailler plus", quelques cuillères de "payer plus pour certaines professions" et de "gagner moins à la retraite pour presque tous", mais pas encore la moindre pincée de "payer plus pour les employeurs" ; du coup pas grand-monde ne veut manger de cette pitance en dehors des patrons.

C’est là la ligne rouge du MEDEF : pas de hausse des cotisations patronales. Il semble que jusqu’ici le gouvernement se soit montré plus respectueux de la ligne rouge du MEDEF que de celle de la CFDT…

C’est peut-être là la clé de la sortie de crise : arroser généreusement le régime par points d’une flambée de cotisations patronales, ne pas omettre un zeste de hausse du PLU pour financer le RU (par exemple de 30% à 35% voire 40%) et la tambouille pourrait finir par être mangeable à défaut d’être savoureuse, le MEDEF n’étant plus le seul convive à se mettre à table.

Aussi talentueux et bien intentionné soit-il, le chef cuistot doit faire preuve de vigilance et de discernement dans le choix des commis de cuisine, bien capables de renverser la poivrière dans la marmite dès qu’il aura le dos tourné. Cet article du Figaro n’augure pas très bien des qualités du commis nouvellement embauché :

Laurent Pietraszewski obligé de s?expliquer sur son passé et ses liens avec Auchan

Dernière modification par opportuniste (19/12/2019 22h33)

Hors ligne Hors ligne

 

#634 19/12/2019 22h40

Membre
Réputation :   105  

@opportuniste,

Je ne pense pas qu’il y ait vraiment un mouvement de grève dans le privé mais je fais peut-être erreur ?
Il faut savoir que dans le privé, je ne sais pas si on en a beaucoup parlé, les caisses cadres et non-cadres ont finalement fusionné au 01/01/2019, (argirc-arrco) à l’avantage des non cadres, c’était selon moi indispensable car socialement responsable même si dans mon cas, c’était très défavorable. Dans mon groupe, les dernières retraites par capitalisation datent de la fin des années 1990. Le mouvement de convergence a débuté vers 1996, je crois me rappeler.

Des systèmes à base de Perco et de Pee se sont développés et permettent aux salariés d’épargner davantage avec des abondements importants des employeurs, c’est une forme de retraite par capitalisation de substitution liée aux résultats avec la participation et l’intéressement. L’état est l’employeur de la plupart des régime spéciaux. Le MEDEF des régimes spéciaux, c’est plutôt l’état non (c’est à dire nous tous) ? La vraie alternative que vous évoquez est je pense, davantage lié aux l’augmentation des impôts directs pour couvrir ces régimes. C’est une alternative possible. Tant qu’à ré augmenter le taux de l’IS, je ne pense pas que ce soit pour l’économie française souhaitable.

J’évite de mélanger la cuisine des avis politiques de chacun avec les possibilités de réformes possibles.

Bien à vous,

Dernière modification par johntur (19/12/2019 22h47)


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne Hors ligne

 

#635 19/12/2019 23h08

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

idamante a écrit :

Caratheodory a écrit :

Part-elle a taux plein en 2032 ou en 2035?

Elle peut partir théoriquement en mode "taux plein" à 64 ans puisque le plafond des 67 ans est ramené progressivement à 64 ans. Il lui manque 3,5 annuités (39 annuités au lieu de 42,5). Il peut manquer 5 annuités maximum sans décote. Donc elle peut partir à 64 ans.

Si ça se confirme, Isabelle et toute personne née avant 1975 ayant fait des études longues peut sortir le champagne si ça se passe ainsi. J’avoue que je trouve ça trop beau pour être vrai.

Pouvez vous me donner une source officielle?

Hors ligne Hors ligne

 

#636 19/12/2019 23h21

Membre
Réputation :   105  

Bonsoir,

J’ai plutôt tendance à penser que taux pleins avec trimestre et décote/surcote autour de 64 ans sont deux paramètres indépendants. Si quelqu’un a 170 trimestres à 62 ans, il aura une décote liée à l’age si l’age pivot est de 62 ans et quelques mois.
La décote de l’age pivot ne remplace rien du tout selon moi.
La règle des trimestres va demeurer.
Mais je n’ai pas de lien.

Addendum:
Réforme des retraites : comment l’âge pivot va s’appliquer à partir de 2022 | Les Echos
Erreur les echos indiquent que c’est la plus défavorable qui s’appliquera.
(mais le journaliste précise "selon nos informations…")

Bien à vous,

Dernière modification par johntur (19/12/2019 23h25)


Embrassez tous ceux que vous aimez

Hors ligne Hors ligne

 

#637 19/12/2019 23h51

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

On fait la même interprétation.

Sauf mention explicite du contraire, la pire option s’applique entre 62 ans et l’age pivot pour les avant 1975.

Mais, tout cela nécessite encore bien des explications. Des Isabelle, il y en a des floppées.

Hors ligne Hors ligne

 

#638 20/12/2019 00h09

Membre
Réputation :   49  

Caratheodory a écrit :

idamante a écrit :

Caratheodory a écrit :

Part-elle a taux plein en 2032 ou en 2035?

Elle peut partir théoriquement en mode "taux plein" à 64 ans puisque le plafond des 67 ans est ramené progressivement à 64 ans. Il lui manque 3,5 annuités (39 annuités au lieu de 42,5). Il peut manquer 5 annuités maximum sans décote. Donc elle peut partir à 64 ans.

Si ça se confirme, Isabelle et toute personne née avant 1975 ayant fait des études longues peut sortir le champagne si ça se passe ainsi. J’avoue que je trouve ça trop beau pour être vrai.

Pouvez vous me donner une source officielle?

Je suis désolé. J’ai encore écrit des bêtises. Au seuil de 64 ans, il y aura annulation de la « minoration » du taux de liquidation de la retraite de base (=décote). Mais ça ne joue pas sur la proratisation (durée d’assurance acquise/durée d’assurance exigée pour le taux plein). Donc Isabelle obtiendra (75% du traitement des 6 mois fin de carrière) x 39 / 42,5. Et les 5 années dont je parlais c’est la décote maxi, c’est autre chose.

Dernière modification par idamante (20/12/2019 00h11)

Hors ligne Hors ligne

 

#639 20/12/2019 00h25

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

Il n’y a pas lieu d’être désolé. Le problème est suffisamment compliqué pour qu’on raconte tous des bêtises.

En revanche, E. Philippe vient d’annoncer l’ouverture de la retraite progressive dans la fonction publique et aussi pour les cadres du privé. Isabelle pourrait être  très intéressée à mon avis.

Ce dispositif existait avant 2011 sous le nom de cessation progressive d’activité.

A voir les modalités, mais ce dispositif peut être assez intéressant pour rendre plus supportables les fins de carrière de 62 à 67 ans.

Dernière modification par Caratheodory (20/12/2019 00h27)

Hors ligne Hors ligne

 

#640 20/12/2019 00h52

Membre
Réputation :   49  

Pour un cadre du privé, le temps partiel en fin du carrière, souvent, ne sera pas très praticable, car c’est ces années qui normalement bonifient le plus les "25 meilleures années de carrière". Mais c’est vrai aussi que les fins de carrière des cadres sont de plus en plus compliquées.

Hors ligne Hors ligne

 

#641 20/12/2019 01h16

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

C’est effectivement surtout pour les enseignants voire les personnels infirmiers que ce dispositif de temps partiel bonifié me parait le plus intéressant. Ça permet de limiter la pénibilité du prolongement d’activité apres 62 ans. Par exemple si Sophie professeure des ecoles née en 1973 a commencé à 23 ans elle pourra plus facilement travailler apres 60 ans si elle se met à 60% payés 80%. Il faudra quand même aller à 66 ans pour le taux plein.

Encore faut il que ce dispositif soit bien adopté et qu’un gouvernement futur ne le supprime pas pour faire des économies.

Hors ligne Hors ligne

 

#642 20/12/2019 01h34

Membre
Réputation :   10  

idamante a écrit :

Caratheodory a écrit :

idamante a écrit :

Elle peut partir théoriquement en mode "taux plein" à 64 ans puisque le plafond des 67 ans est ramené progressivement à 64 ans. Il lui manque 3,5 annuités (39 annuités au lieu de 42,5). Il peut manquer 5 annuités maximum sans décote. Donc elle peut partir à 64 ans.

Si ça se confirme, Isabelle et toute personne née avant 1975 ayant fait des études longues peut sortir le champagne si ça se passe ainsi. J’avoue que je trouve ça trop beau pour être vrai.

Pouvez vous me donner une source officielle?

Je suis désolé. J’ai encore écrit des bêtises. Au seuil de 64 ans, il y aura annulation de la « minoration » du taux de liquidation de la retraite de base (=décote). Mais ça ne joue pas sur la proratisation (durée d’assurance acquise/durée d’assurance exigée pour le taux plein). Donc Isabelle obtiendra (75% du traitement des 6 mois fin de carrière) x 39 / 42,5. Et les 5 années dont je parlais c’est la décote maxi, c’est autre chose.

Bonjour Idamante,

c’est ce que j’ai compris aussi(si je vous ai bien compris).Pour les personnes qui n’ont pas tous leur trimestre,la décote(coefficient de minoration) de 1,25 pour cent par trimestre manquant, et au maximum 25 pour cent de décote(20 trimestres manquants) serait annulé à partir de 64 ans(age équilibre ou pivot)  par exemple pour ceux qui sont nés en 1963.Et Isabelle,sans enfant, par exemple toucherait 68,82 pour cent de son dernier indice(des derniers 6 mois) et non 75 pour cent en 2032 à l’age de 64 ans  mais elle devrait attendre 2035  pour toucher 75 pour cent du dernier indice.Par contre, dans le système actuel(s’il n’y avait pas la réforme à points)pour Isabelle prenant sa retraite à l’age de 64 ans, il lui manquerait 14 trimestres pour bénéficier du pourcentage maximum de liquidation(75 pour cent), donc 17,5 pour cent de minoration, donc, cela lui ferait un pourcentage de liquidation de 56,77 pour cent du traitement indiciaire brut(si je ne me suis pas trompé dans les calculs et si je ne dis pas de betises).A priori, Isabelle serait gagnante avec l’instauration de cet age d’équilibre(sous réserve que toute  la décote soit bien supprimée à   64 ans et non progressive).En revanche,une jacqueline qui aurait tous ses trimestres à l’age de 62 ans, serait perdante puisqu’elle perdrait 10 pour cent de sa retraite et devrait travailler 2 ans supplémentaires à 64 ans, l’age d’équilibre, pour avoir le meme pension qu’à 62 ans. C’est ce que j’ai compris dans l’intervention du ministre de l’action dans l’émission "vous avez la parole" du 5 décembre 2019, Mr Darmanin,à propos de sa mère qui n’avait pas assez de trimestres et qui doit attendre 67 ans pour avoir son taux plein et sur le site internet suivant.Mais est-ce que j’ai bien compris ?

Un âge d’équilibre qui favorise les carrières courtes et hachées | Gouvernement.fr

Je suis étonné que sur ce site internet indique que les salariés nés avant 1975 ne sont pas concernés par la réforme alors que l’age d’équilibre serait instauré à partir du 01 janvier 2022.En effet, à partir du 01 /01/2022, il est prévu par le gouvernement que si le salarié prends sa retraite à 62 ans et non 62 ans et 4 mois (et 4 mois par an supplémentaire jusqu’en 2027), une décote permanente, définitive  sur la retraite ne la diminue.

Mais d’ici là, beaucoup de choses peuvent évoluer et etre modifiées.Rien n’est décidé à ce stade.Et d’ici dans quelques  semaines et d’ici 2027 et après, de nombreuses modifications pourront etre effectuées par un nouveau gouvernement avec une nouvelle réforme de la retraite .

Cordialement.

Dernière modification par cinephil (20/12/2019 03h33)

Hors ligne Hors ligne

 

#643 20/12/2019 09h44

Membre
Réputation :   0  

Bonjour,

En résumé, les règles du "jeu" changent très régulièrement et rarement dans le sens d’un progrès pour les salariés de tous les régimes.

Pour rester dans le thème de ce forum, quoi qu’il arrive je vais me tenir à ma stratégie d’investissement mensuel régulier en utilisant les dispositifs existants relativement souples (PEA, Assurance-vie). C’est la seule chose que je peux modestement prévoir…

Bonne journée.

Dernière modification par Fgar (20/12/2019 09h52)

Hors ligne Hors ligne

 

#644 20/12/2019 10h23

Membre
Réputation :   9  

Ce que je reproche le plus dans cette réforme, c’est d’avoir entretenu le flou jusqu’à tout récemment, de ne pas avoir mis de réel simulateur en place…

Ensuite, je ne comprends pas cette manie des effets de seuils tout comme j’aurais trouvé scandaleux d’appliquer le nouveau système brutalement et à 100% pour tout le monde.
Je suis né avant 75 donc à la limite je m’en moque, mais j’aurais trouvé normal qu’ils calculent la retraite en fonction de ce qu’on a cotisé dans l’ancien et le nouveau système
Par exemple, si j’ai cotisé 2/3 du temps dans l’ancien et 1/3 dans le nouveau, je gagne à la retraite 2/3 de ce que j’aurais eu avec l’ancien et 1/3 avec le nouveau.
Ce serait plus progressif et plus juste.

Ensuite travailler deux ans de plus ne me poserait guère de problème si mes conditions de travail ne se dégradaient pas chaque année.

Mais comme trop souvent, ils ne cherchent qu’à faire du perdant/perdant.

Et tant qu’à faire, puisque les syndicats trouvent que les actionnaires se goinfrent de dividendes sans risque, il serait temps dans ce cas qu’une partie du financement des retraites utilise un système de fond de pention…

Hors ligne Hors ligne

 

#645 20/12/2019 10h34

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   572  

Seldar a écrit :

Par exemple, si j’ai cotisé 2/3 du temps dans l’ancien et 1/3 dans le nouveau, je gagne à la retraite 2/3 de ce que j’aurais eu avec l’ancien et 1/3 avec le nouveau.
Ce serait plus progressif et plus juste.

Votre remarque montre pourquoi cette réforme est si compliquée.
En effet, votre proposition semble à première vue de bon sens et tout à fait simple… Mais dès qu’on s’intéresse à "comment", on tombe sur un os.
Le mode de calcul actuel de la retraite ne permet pas de savoir combien vous auriez eu, cela dépend de trop de paramètres qu’il est impossible à prévoir (chômage, évolution du salaire, enfants, etc)

Le gouvernement se heurte probablement au même problème: en partant d’une idée simple comme argument de campagne, il s’est heurté à la réalité quand il a commencé à réfléchir à sa mise en place concrète.
Ce qui explique l’absence de simulateurs, le manque de clarté, les changements fréquents, etc


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #646 20/12/2019 10h48

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2364  

À la lecture de certains messages, je me dis qu’il serait utile que chaque Français doive au moins une fois dans sa vie faire une proposition à un groupe, pour résoudre une problématique (même pas bien compliquée) et argumenter pour s’efforcer de convaincre ce groupe.

Ça mitigerait peut-être la culture de raleurs systématiques et du conflit (parfois à titre preventif) qui semble répandue, et permettrait à certains de se rendre compte que "yaka foquon" n’est pas trivial.

Sur les derniers messages :
      - tant que le dernier détail de la réforme n’est pas complètement défini, il n’est pas possible d’élaborer un simulateur fiable ; et en général, avant de définir l’ensemble des détails, on définit les principes généraux, qu’on s’efforce de faire accepter par la majorité des personnes concernées, puis des principes plus détaillés (déclinaison des prinicpes généraux), puis des aspects en plus en plus détaillés, à chaque fois en tenant compte des réctions que ça génère et en amendant au besoin; C’est en gros ainsi que se déroule une approche concertée, et ceux qui demandent à la fois que tous les détails soient définis dès le début et qu’on tienne compte un minimum de leur avis sont dans une demande contradictoire.
   - pour croire que les durigeants cherchent à faire du perdant/perdant, il faut être…….. (je vous laisse compléter; mettez vous une seconde à la place du dirigeant…).
    - les effets de seuil, précisément TOUT est généralement fait pour qu’il n’y en ait pas (et ça complexifie en général pas mal les choses), mais tous les effets de seuil ne sont pas toujours faciles à identifier bien à l’avance.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#647 20/12/2019 10h50

Membre
Réputation :   49  

cinephil a écrit :

En revanche,une jacqueline qui aurait tous ses trimestres à l’age de 62 ans, serait perdante puisqu’elle perdrait 10 pour cent de sa retraite et devrait travailler 2 ans supplémentaires à 64 ans, l’age d’équilibre, pour avoir le meme pension qu’à 62 ans. C’est ce que j’ai compris dans l’intervention du ministre de l’action dans l’émission "vous avez la parole" du 5 décembre 2019, Mr Darmanin,à propos de sa mère qui n’avait pas assez de trimestres et qui doit attendre 67 ans pour avoir son taux plein et sur le site internet suivant. Mais est-ce que j’ai bien compris ?

Bonjour cinephil,
Oui je le pense.
J’ajouterais encore une chose en rapport avec la décote, mais relativement aux salariés relevant du régime complémentaire AGIRC-ARRCO.
Depuis le 2 janvier de cette année, pour ceux qui partent exactement à la date du "taux plein" et nés en 1957 ou plus tard, il y a application d’une décote de 10% sur leur retraite complémentaire pendant 3 ans! Ils annulent leur décote ou au contraire bénéficient de bonifications temporaires s’ils prolongent leur vie active de 1 à 4 années. Donc actuellement certains salariés sont enclins à prolonger jusqu’à 71 ans (le taux plein plafonné à 67 ans + 4 ans)!
Décote retraite complémentaire en 2019
Cordialement

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #648 20/12/2019 11h02

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

GoodbyLenine a écrit :

A la lecture de certains messages, je me dit quil serait utile que chaque Français doive au moins une fois dans sa vie faire une proposition à un groupe, pour résoudre une problématique (même pas bien compliquée) et argumenter pour s’efforcer de convaincre ce groupe.

Proposition simple : que le gouvernement actuel tienne les promesses de campagne de M. Macron concernant la réforme des retraites.

Est-il nécessaire d’argumenter?

Hors ligne Hors ligne

 

#649 20/12/2019 11h10

Membre
Réputation :   9  

Faith a écrit :

Votre remarque montre pourquoi cette réforme est si compliquée.
En effet, votre proposition semble à première vue de bon sens et tout à fait simple… Mais dès qu’on s’intéresse à "comment", on tombe sur un os.
Le mode de calcul actuel de la retraite ne permet pas de savoir combien vous auriez eu, cela dépend de trop de paramètres qu’il est impossible à prévoir (chômage, évolution du salaire, enfants, etc)

On se baserait bien entendu sur les mêmes paramètres. On tient compte de la totalité de la carrière, on calcule avec le système actuel et le nouveau sur la carrière complète et on fait une moyenne pondérée

- les effets de seuil, précisément TOUT est généralement fait pour quil n’y en ait pas (et ça complexifie en général pas mal les choses), mais tous les effets de seuil ne sont pas toujours facile à identifier bien à l’avance.

Pas vraiment, y’a qu’à voir cette absurdité sur la taxe d’habitation

Dernière modification par Seldar (20/12/2019 11h11)

Hors ligne Hors ligne

 

#650 20/12/2019 11h26

Membre
Réputation :   5  

En parlant de taxe d’habitation: c’est quoi 20-25 milliards en moins chaque année et les retraites un trou potentiel dans les 10 milliards horizon 2027 un truc du genre ?

Question: voulez-vous travailler 2 années de plus ou payer la taxe d’habitation ;-)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "projet de réforme des retraites 2019/2020"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur