Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#601 18/12/2019 21h15

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

GBL
ça fait au moins deux fois dans cette file que vous émettez cette idée selon laquelle un régime excédentaire ne le doit qu’à sa démographie. Sans apporter aucun élément pour étayer cette thèse (même de loin), si ce n’est votre intime conviction.
Je connais au moins une caisse excédentaire : celle de la Cipav.
Pourriez-vous nous indiquer sur quelles sources vous vous appuyez pour affirmer que sa démographie est plus favorable que celle du régime général? Ou des régimes spéciaux type sncf ou ratp? Et que ce facteur explique à lui tout seul (ou presque) sa position excédentaire?

Remarquez, je vous avais déjà posé la question dans cette file (à la suite d’une affirmation similaire à celle d’aujourd’hui) mais vous n’avez jamais répondu. Donc j’imagine que vous ne répondrez pas - mais si quelqu’un a la réponse (dans un sens ou dans l’autre)…surtout qu’il n’est pas exclut que cette thèse s’avère être au moins partiellement exacte. Allez savoir.

Dernière modification par carignan99 (18/12/2019 22h00)

En ligne En ligne

 

#602 18/12/2019 22h00

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2355  

Je raisonnerais plutôt par l’absurde : Pourriez-vous expliquer quoi d’autre pourrait être la cause d’excédents (sachant que les frais de gestion d’un régime sont un % assez limité des cotisations ou pensions, et qu’il n’y a pas un gros magot à placer plus ou moins efficacement) ?


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#603 18/12/2019 22h10

Membre
Réputation :   55  

Bonsoir,

Pour information, voici les statistiques sur l’évolution du nombre d’avocats en France :


Il est clair que la démographie est favorable.

Je n’ai pas fait l’effort de chercher les chiffres, mais, pour les cheminots, les effectifs sont au contraire en baisse, ce qui est bien sûr défavorable à l’équilibre de leur régime.

Hors ligne Hors ligne

 

#604 18/12/2019 22h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

GoodbyLenine a écrit :

Je raisonnerais plutôt par l’absurde : Pourriez-vous expliquer quoi d’autre pourrait être la cause d’excédents (sachant que les frais de gestion d’un régime sont un % assez limité des cotisations ou pensions, et qu’il n’y a pas un gros magot à placer plus ou moins efficacement) ?

C’est rigolo - vous affirmez quelque chose et demandez aux autres de prouver l’inverse. Elle est pas belle la vie?

Alors comme je suis d’humeur badine, je vais vous donner une plusieurs pistes de bonne gestion (à titre purement illustratif et certainement pas exhaustive) utilisées par la Cipav.

Première piste : prélever plus que ce que permet la loi

Prenez un de ses adhérents, qui gagne 100 et cotise 20 p/an. Sa cotisation est basée sur les revenus de n-1. En n, ses revenus chutent de moitié et il demande à régulariser ses cotisations en milieu d’année, sur la base de son nouveau revenu. Ce qui devrait l’amener à environ 7 de cotisations (au lieu de 20).

Que fait la Cipav? Elle régularise vos cotisation au régime de base mais pas au régime complémentaire.Concrètement, notre assuré continue de payer environ 18 de cotisations au lieu de 7, pendant le reste de l’année.

Vous me direz que la Cipav n’est pas très gentille de ne pas respecter la loi puisqu’elle est censée régulariser les deux régimes de façon simultanée (article 3 du décret n° 79-262 du 21 mars 1979 modifié). Mais la Cipav vous explique que ses statuts sont comme ça. Alors la Cour de Cassation condamne la Cipav, en lui rappelant que la loi est supérieure à ses statuts (Cour de cassation, 25 janvier 2018, 17-10833). Et la Cipav … ben elle s’en tamponne.

En conclusion : sur cet assuré, la Cipav prélève sur une base annuelle de 18 au lieu de 7, pendant 6 mois.

Et voilà un principe de gestion qui permet de lutter contre la démographie : on prélève 2,5 fois plus que ce que prévoit la loi et on ne laisse à l’assuré aucun recours (il l’a dans le baba).

Multipliez ça par quelques milliers de cas par an (ou plus, allez savoir) et vous maximisez vos recettes. Elle est pas belle la vie?

Deuxième piste : maitriser le taux de remplacement

…que je soupçonne être inférieur à beaucoup d’autres caisses. Mais je ne suis pas certain de mon fait alors je passe mon tour là dessus.

Troisième piste : la plus cool…

…et je soupçonne que GBL y sera sensible smile
Pour son régime complémentaire (un gros morceau pour le calcul des pensions), la Cipav a un système génial, qui s’appelle le système par points. Simple et qui permet de faire un peu ce qu’on veut, au travres de mécanismes tordus, pour minimiser les pensions à verser (cf. par exemple histoire édifiante, ici).

Remarquez - mes pistes ci-dessus ne prouvent absolument pas que la démographie ne joue pour rien dans ces histoires (peut être est-elle favorable à la cipav, je ne sais pas). Elle prouve juste que des pistes de ’saine’ gestion, ça existe.

Dernière modification par carignan99 (18/12/2019 23h06)

En ligne En ligne

 

#605 18/12/2019 22h59

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2742  

Il y a sans doute aussi que :

1) la CIPAV existe seulement depuis 1977

2) c’est une caisse très controversée

Outre le problème que vous indiquez, il y a aussi un problème avec les autoentrepreneurs (Une faille dans le versement des pensions de retraite des autoentrepreneurs), par un temps il fallait cotiser de mémoire 5 ans pour que les cotisations comptent pour la retraite, donc si vous cotisiez que 4 ans, vous n’aviez droit à rien, et enfin des problèmes multiples (CIPAV : la caisse de retraite qui martyrise les indépendants).

Bref, peut-être pas le meilleur exemple non plus de bonne gestion…

Mais on s’éloigne du sujet initial.

En mon temps, quand j’étais indépendant, j’ai eu le bonheur de faire partie des oubliés de la CIPAV, et n’ai pas cotisé du tout. Je n’aurai droit à rien, mais vu la réputation de la caisse, je n’ai surtout pas demandé à être réintégré au système…

Hors ligne Hors ligne

 

#606 18/12/2019 23h05

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

On est plutôt dans le sujet me semble t-il : d’autres facteurs que la démographie peuvent-ils expliquer qu’une caisse de retraite soit excédentaire?

La réponse est : sans doute, au moins pour partie.

Évidemment, ce n’est pas toujours très reluisant. Mais GBL répète souvent qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre (ce qui se discute, puisque comme le rappelle MisterVix, chaque individu sensé sait que le mieux c’est quand même le sourire de la crémière smile.

Dernière modification par carignan99 (18/12/2019 23h07)

En ligne En ligne

 

#607 18/12/2019 23h38

Membre
Réputation :   61  

Est ce que les 43 ans de cotisations obligatoires sautent ?
Surtout pour ceux nés avant 1975, et qui normalement ne sont pas touchés par la réforme.

Du coup, ils devront travailler jusqu’à 66 ou 67 ans pour ceux qui ont fait un BAC+5.

Hors ligne Hors ligne

 

#608 19/12/2019 00h09

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

Non. Pas pour ceux qui seront partiellement ou totalement dans l’ancien régime. La notion de carrière complète signifie aussi 43 ans de cotisations.

Hors ligne Hors ligne

 

#609 19/12/2019 07h06

Membre
Réputation :   94  

GoodbyLenine a écrit :

Je raisonnerais plutôt par l’absurde : Pourriez-vous expliquer quoi d’autre pourrait être la cause d’excédents (sachant que les frais de gestion d’un régime sont un % assez limité des cotisations ou pensions, et qu’il n’y a pas un gros magot à placer plus ou moins efficacement) ?

Pour aller dans votre sens, pour les avocats, voici leur dernier rapport annuel (2017).

Je n’ai pas lu les 124 pages, mais dès la première on constate des éléments qui tranche avec le régime général…

Rapport d’activité 2017 a écrit :

QUELQUES CHIFFRES
1948 création du régime de retraite base obligatoire des professions libérales
1954 fusion de la caisse centrale des Barreaux avec la section des avocats au sein de la caisse
nationale d’assurance vieillesse des professions libérales = CNBF
1979 création du régime de retraite complémentaire obligatoire des avocats
145 délégués des Barreaux de la métropole et d’outre-mer – 1 Président
66.500 cotisants
Âge moyen des avocates en activité 42,3 ans
48,6 ans : âge moyen des avocats en activité
16.100 Retraités (y compris réversions)
65,4 ans est l’âge moyen à la liquidation de la retraite en 2017
2.615 retraités actifs
4,3 cotisants pour 1 retraité (droits directs et réversions)
765 millions d’euros de cotisations mises en recouvrement
393 millions d’euros de prestations versées

Durée moyenne de service d’une retraite (droit direct) : 17,9 ans
9,6 millions d’euros de coût de gestion administrative en 2017
77 salariés de la CNBF
1,79 milliard d’euros de réserves tous régimes confondus
2,3 années de prestations en réserves pour le régime de base
5 années de prestations en réserves pour le régime complémentaire
0,98 million d’euros d’aides sociales versées


Parrainage Bourse Direct et Fortuneo (code 12583139)

Hors ligne Hors ligne

 

#610 19/12/2019 09h40

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2355  

carignan99 a écrit :

Alors comme je suis d’humeur badine, je vais vous donner une plusieurs pistes de bonne gestion (à titre purement illustratif et certainement pas exhaustive) utilisées par la Cipav.

Première piste : prélever plus que ce que permet la loi

…/…

Deuxième piste : maitriser le taux de remplacement

…/…

Troisième piste : la plus cool…

…/…

Tout ceci ne montre pas du tout que cette caisse serait "mieux gérée" qu’une autre. (Pour moi, être "mieux géré", c’est réussir à améliorer le ratio de ce qu’on donne aux assurés par rapport à ce qu’on leur demande).

Ca montre juste qu’en prélevant plus de cotisations (piste 1), et en versant moins (piste 2), et en mesurant les droits (piste 3), on peut présenter un résultat équilibré.
Mais ça ne montre en rien en quoi les assurés y gagneraient quoi que ce soit (ils paient plus, touchent moins, … tout régime peut faire ça et ça améliore son résultat comptable, mais pas le service rendu aux assurés). En plus ce régime semble s’affranchir de certaines règles/lois, ce qui génère juste des incertitudes et du risque pour les assurés.
Ce n’est en rien ce que je qualifierais comme des caractéristiques d’une "bonne gestion" ! (sinon, poussé à l’extrême, la meilleure gestion serait de ne jamais payer de pension…)


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#611 19/12/2019 09h41

Membre
Réputation :   61  

Caratheodory a écrit :

Non. Pas pour ceux qui seront partiellement ou totalement dans l’ancien régime. La notion de carrière complète signifie aussi 43 ans de cotisations.

Du coup le nouveau régime est plus intéressant non ? Ou il conserve aussi les 43 années de cotisations ?!?

Hors ligne Hors ligne

 

#612 19/12/2019 09h55

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

GoodbyLenine a écrit :

Ca montre juste qu’en prélevant plus de cotisations (piste 1), et en versant moins (piste 2), et en mesurant bien les droits (piste 3), on peut présenter un résultat équilibré.
Mais ça ne montre en rien en quoi les assurés y gagneraient quoi que ce soit (ils paient plus, touchent moins, …). En plus ce régime semble s’affranchir de certaines règles/ lois, ce qui génère juste des incertitudes et du risque pour les assurés.
Ce n’est en rien ce que je qualifierais comme des caractéristiques d’une "bonne gestion" ! (sinon, poussé à l’extrême, la meilleure gestion serait de ne jamais payer de pension…)

Ça montre juste que c’est un régime équilibré - vous répétez à l’envie qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Cette caisse en est une parfaite illustration : gestion limite (euphémisme) mais efficace (équilibre, voir excédents).

J’espère simplement qu’il perdurera, ne serait-ce que pour la prévoyance décès/invalidité, qui est une des meilleures que je connaisse (et sans questionnaire de santé, ce qui n’a pas de prix…).

Sur les cotisations, vous n’avez pas bien compris. Ils prélèvent parfois plus que ce qu’ils devraient faire mais au final (7 ans d’activité donc un peu de recul), on est largement en dessous des 28% prévus par le nouveau régime. J’ai le secret espoir que M. Macron tienne sa promesse de campagne, en accordant aux indépendants un taux de cotisation moindre que celui des salariés. Mais je n’en fait pas une affaire de principe, ne me sentant pas particulièrement concerné.

Sinon, les posts ci-dessus suggèrent que l’effet démographique de la cipav, avocats, est sans doute plus favorable que le régime général. Ce qui ne signifie pas que ce soit un facteur unique mais va bien dans votre sens (et c’est toujours sympa d’avoir 2-3 éléments factuels pour appuyer des affirmations).

En ligne En ligne

 

#613 19/12/2019 09h56

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

Les 43 ans de cotisation disparaissent presque dans le nouveau régime. Sauf que c’est une condition pour la pension minimale à 85% du smic: 43 ans de cotisation est la définition de carrière complète!
En revanche le passage de 25 ans (ou 6 mois!) a toute la carrière est susceptible de faire très mal.

Également il me semble que pour les 1975-2003 qui sont partiellement dans l’ancien régime, les 43 ans continuent à s’appliquer avec un effet diminuant dans le temps.

L’age pivot est très défavorable pour certains salariés qui ont commencé  tôt (de sorte qu’ils ont 43 ans de cotisations à 62 ans) dans un métier physiquement difficile - genre ouvrier du bâtiment. Ou psychologiquement usant. Cette mesure devra être au minimum amendée en profondeur.

Dernière modification par Caratheodory (19/12/2019 09h58)

Hors ligne Hors ligne

 

#614 19/12/2019 09h58

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   306  

@FCP :

pour l’ancien régime, comme déjà discuté plusieurs fois, bac+5 ne veut pas forcément dire 66 ou 67 ans pour carrière complète : des jobs d’été donnent des trimestres (150h de travail sur 1 tri = validation), les jobs étudiants avec modulation du temps de travail également selon cette base, le service militaire, les maternités, les rachats de trimestre….

pour le nouveau régime, je pense qu’il faut attendre que soit statué le devenir de l’âge pivot au vu des derniers échanges avec les syndicats d’hier et des communications différenciées entre président et premier ministre sur le sujet pour vraiment avoir une idée de ce qui nous attend.

a bien y réfléchir, la décôte à vie envisagée fonction du delta d’âge entre le départ effectif et l’âge pivot ou d’équilibre est un point déterminant pour le coût réel final de la réforme.

Hors ligne Hors ligne

 

#615 19/12/2019 10h11

Membre
Réputation :   0  

johntur a écrit :

mais il n’y a qu’une chose que je lui cède, il a du courage. En effet, il aurait pu ne rien faire ou mieux encore faire un référendum sur la retraite !

Un référendum, çà, çà aurait été réellement courageux.

Hors ligne Hors ligne

 

#616 19/12/2019 10h26

Membre
Réputation :   28  

InvestisseurHeureux a écrit :

En mon temps, quand j’étais indépendant, j’ai eu le bonheur de faire partie des oubliés de la CIPAV, et n’ai pas cotisé du tout. Je n’aurai droit à rien, mais vu la réputation de la caisse, je n’ai surtout pas demandé à être réintégré au système…

Aujourd’hui, vu votre situation (Arrêt de votre activité à 34 ans et placement de votre argent en bourse) c’est sûr que d’avoir fait l’économie de plusieurs années de cotisations CIPAV (surtout la complémentaire) est parfait !

En revanche quand vous avez débuté en tant qu’indépendant, vous ne vous êtes pas inquiété de ne pas cotiser pour la retraite?
Vous aviez déjà à l’esprit de gérer votre retraite tout seul et donc vous avez pris cet oubli comme une bonne opportunité?

Hors ligne Hors ligne

 

#617 19/12/2019 10h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   423  

carignan99 a écrit :

Remarquez - mes pistes ci-dessus ne prouvent absolument pas que la démographie ne joue pour rien dans ces histoires (peut être est-elle favorable à la cipav, je ne sais pas). Elle prouve juste que des pistes de ’saine’ gestion, ça existe.

Carignan, je fais un petit effort pour compléter votre propos, en regardant rapidement le rapport d’activité pour la période 2015 à 2017 de la CIPAV.
Le chapitre 6 (p.33) s’intitule "un régime de retraite en excellente santé financière" et le premier point traité dans ce chapitre s’intitule un "excellent rapport démographique"…
Je suis bien incapable de faire une comparaison avec une autre caisse et donc ne commenterai pas le contenu du rapport mais il me semble que la CIPAV reconnaît elle-même que la démographie est favorable.
En prime, un graphique extrait de ce rapport (l’effet démographique semble largement lié aux micro-entrepreneurs) :


Bien à vous,
cat

Dernière modification par cat (19/12/2019 10h29)

Hors ligne Hors ligne

 

#618 19/12/2019 10h46

Membre
Réputation :   8  

Pierric a écrit :

johntur a écrit :

mais il n’y a qu’une chose que je lui cède, il a du courage. En effet, il aurait pu ne rien faire ou mieux encore faire un référendum sur la retraite !

Un référendum, çà, çà aurait été réellement courageux.

Un référendum aurait été mal reçu par la fonction publique

Puisque le privé représente quelque chose comme 3/4 des actifs.

Hors ligne Hors ligne

 

#619 19/12/2019 11h52

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

cat a écrit :

carignan99 a écrit :

Remarquez - mes pistes ci-dessus ne prouvent absolument pas que la démographie ne joue pour rien dans ces histoires (peut être est-elle favorable à la cipav, je ne sais pas). Elle prouve juste que des pistes de ’saine’ gestion, ça existe.

Carignan, je fais un petit effort pour compléter votre propos, en regardant rapidement le rapport d’activité pour la période 2015 à 2017 de la CIPAV.
Le chapitre 6 (p.33) s’intitule "un régime de retraite en excellente santé financière" et le premier point traité dans ce chapitre s’intitule un "excellent rapport démographique"…
Je suis bien incapable de faire une comparaison avec une autre caisse et donc ne commenterai pas le contenu du rapport mais il me semble que la CIPAV reconnaît elle-même que la démographie est favorable.
En prime, un graphique extrait de ce rapport (l’effet démographique semble largement lié aux micro-entrepreneurs) :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8991_cipav.png

Bien à vous,
cat

Oui, la démographie aide et pour éviter de s’en tenir au titre accrocheur, ce rapport est intéressant parce qu’il montre aussi plusieurs choses :

Le nombre de cotisants augmente (tiré par les micro entrepreneurs) = +3,7% ; Et le nombre de pensionnés augmente plus vite = +6,7% (et +32% pour les micro entrepreneurs, depuis des bases plus faibles) > De fait, un rapport cotisants/retraités qui se dégrade.

On note que ce sont les micro entrepreneurs qui progressent. Les PL classiques sont en diminution année après année (pas surprenant). Je soupçonne que dans les grandes masses, les premiers cotisent moins que les seconds. > Le système par points devrait aider à amortir cet effet.

Pour préserver l’équilibre futur, la Cipav a décidé en 2017 d’augmenter les cotisations mais sans modifier les points servis. En d’autres termes : décision prise de baisser le taux de rendement technique. > En bon français, la Cipav a décidé de faire cotiser un peu plus pour des droits inchangés.

Sinon, le chapitre 7 reflète l’obsession du régime pour le développement et la gestion des réserves.

C’est aussi ça une bonne gestion : être obsédé par la constitution de réserves pour les 10, 20, 30, 40 prochaines années (pour se préparer aux périodes de vaches maigres). Un système par points. Et ne pas hésiter à faire baisser le taux de rendement alors même que le présent semble être favorable (pas très populaire mais nécessaire si on se projette sur plusieurs décennies).

Dernière modification par carignan99 (19/12/2019 11h55)

En ligne En ligne

 

#620 19/12/2019 12h16

Banni
Réputation :   1  

olive1 a écrit :

opportuniste a écrit :

Il leur a été proposé après la guerre de rejoindre le régime général, ce que ces professions ont refusé, soit en pensant qu’elles s’en sortiraient mieux elles-mêmes, ou plus prosaïquement par préjugé idéologique envers un système jugé par trop collectiviste.

[…]

La réforme Macron ne manque pas de sel pour ces professions : non seulement elle entend les contraindre à rejoindre le régime général dont elles ne voulaient pas, mais elle va les spolier des réserves qu’elles ont accumulées, ce qui constitue un vol manifeste.

Le premier paragraphe demande à être vérifié.
L’avocat présent sur le plateau de France 2 a affirmé l’inverse

Pour le deuxième, la partie spoliation est une rumeur qui traine depuis des mois et qui a été démentie à plusieurs reprises par les représentants gouvernementaux.
Merci de vous en tenir aux faits et ne pas propager des mensonges. Il n’est pas question de détourner les réserves de ces professions.

Réforme des retraites: Macron promet de ne pas toucher « aux réserves » des différents régimes

Des mensonges ? Je crois plutôt que vous ne comprenez pas grand-chose à la problématique des professions libérales rattachées d’office au régime universel (RU) ou alors vous ne voulez pas comprendre tant vous êtes intoxiqué par la propagande officielle, ce qui en fin de compte revient au même.

Je reviens donc sur la caisse des avocats qui dispose à ce jour de près de 2Md€ de réserves. Les nouveaux avocats entamant leur activité après 2025 ne cotiseront plus à cette caisse mais au seul RU ; de ce fait, le rapport entre cotisants et bénéficiaires de la caisse des avocats va donc se dégrader mécaniquement année après année ; cette caisse devra donc épuiser progressivement ses 2 Md€ de réserves pour continuer à servir les pensions des avocats retraités selon l’ancien régime.

Dans le même temps, le RU bénéficiera d’une entrée nette de nouvelles cotisations sans aucune dépense rattachée pendant plus de 40 ans, les avocats entrés dans la profession après 2025 n’étant pas appelés à prendre leur retraite avant 2070 environ !

Ce n’est donc pas un hold-up que veut réaliser le gouvernement vis-à-vis des ces professions mais bien un détournement, une spoliation, en créant les conditions d’un déficit structurel de ces régimes, privés par la loi de nouveaux cotisants.

Macron peut bien "promettre" tout ce qu’il veut et trouver un professionnel complaisant sur France2, mais les avocats ne sont pas dupes de ce tour de bonneteau, pas davantage d’ailleurs que les autres professionnels libéraux.

Ce qui est d’ailleurs amusant, c’est de constater que la propagande massive dans les grands médias en faveur de la réforme, ne cessant d’évoquer à tout bout de champ "les français prix en otage" par les affreux grévistes est pour l’heure sans effet sur l’opinion.

Hors ligne Hors ligne

 

#621 19/12/2019 12h27

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   423  

Carignan99 a écrit :

Le nombre de cotisants augmente (tiré par les micro entrepreneurs) = +3,7% ; Et le nombre de pensionnés augmente plus vite = +6,7% (et +32% pour les micro entrepreneurs, depuis des bases plus faibles) > De fait, un rapport cotisants/retraités qui se dégrade.

Certes le rapport se dégrade, mais il me semble qu’il se dégrade en moyenne pour l’ensemble des caisses/régimes et pas uniquement pour la CIPAV.
Il me semble que ce rapport est en outre assez sensiblement plus favorable qu’au régime général où il était visiblement de 1.4 en 2017.

Carignan99 a écrit :

Sinon, le chapitre 7 reflète l’obsession du régime pour le développement et la gestion des réserves.

C’est aussi ça une bonne gestion : être obsédé par la constitution de réserves pour les 10, 20, 30, 40 prochaines années (pour se préparer aux périodes de vaches maigres).

Certes mais pour constituer ces réserves, il faut à un moment ou un autre une démographie favorable (ou alors on peut toujours imaginer une génération qui se sacrifie pour les autres).

Dernière modification par cat (19/12/2019 12h28)

Hors ligne Hors ligne

 

#622 19/12/2019 12h35

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

Les autres régimes n’ont jamais eu de démographie favorable? Qu’ont-ils fait dans ces périodes? (j’ignore la réponse hein, je demande).
La Cipav, elle, augmente les cotisations et gèle le point (donc les pensions servies). Des vertus d’un système par points : par prudence ou par nécessité, on peut facilement geler l’ensemble des retraites. Ou les baisser. C’est ce que le nouveau système propose - moi, ça me va.

Dernière modification par carignan99 (19/12/2019 12h39)

En ligne En ligne

 

#623 19/12/2019 14h34

Membre
Réputation :   8  

opportuniste a écrit :

Des mensonges ? Je crois plutôt que vous ne comprenez pas grand-chose à la problématique des professions libérales rattachées d’office au régime universel (RU) ou alors vous ne voulez pas comprendre tant vous êtes intoxiqué par la propagande officielle, ce qui en fin de compte revient au même.

je comprends très bien cette position technique.
Dans les faits, il n’y a pas de préemption (vol, spoliation) des réserves telles que cela a circulé il y a des mois :
exemple : CNBF : DEUX MILLIARDS D?ESPECES EN VOIE DE DISPARITION

Dans l’optique d’une migration vers un nouveau régime, il faut forcément une transition et il faut que cette transition soit financée.
A quoi sert la réserve aujoud’hui ? Que compte en faire la CNBF à l’avenir ? A qui va manquer la réserve ?

Le problème réside moins à mon sens dans la gestion de cette réserve (il faudra peut être, à simuler, que le RU finisse par compenser un déficit de la CNBF) que dans le changement de situation des actifs et des futurs retraités nés après 1975.
Si ceux ci doivent cotiser plus pour toucher moins de retraite que leurs ainés, dans un système qu’ils n’ont pas choisi, dont ils n’avaient pas besoin, et qui s’avère au final très désavantageux, il n’est pas anormal que la mesure ne passe pas du tout.
En cela, j’aurais la même réaction épidermique.
La question de la réserve apparait comme un détail.

cependant, je serais curieux de savoir ce que le gouvernement aurait proposé s’il n’y avait eu cette réserve.

Dernière modification par olive1 (19/12/2019 14h38)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #624 19/12/2019 14h39

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1108  

Le simulateur mis en place par le gouvernement est fonctionnel.
C’est un simulateur très très (très) basique pour l’instant.

Il s’accompagne d’informations concernant des cas-types.

Toutefois, ces cas-type sont peut-être un peu biaisés, ou du moins "enjolivés".
Exemple : voici le cas-type d’un enseignant certifié (catégorie A).

En effet, on peut y lire :

- Entrée dans le métier : 22 ans
(il me semble que maintenant, il faut avoir son master 2 pour passer le CAPES. Donc pour commencer à travailler à 22 ans, il faut avoir quelques années d’avance…

- Part des primes dans le salaire : 18%
(pour arriver à un tel % de primes, il faut forcément faire plusieurs HSA / heures supplémentaires années) 

On peut quand même lire sur cette fiche "l’hypothèse de carrière est toutefois conservatrice, puisque les professeurs certifiés commencent à travailler en moyenne plus tard que 22 ans, et ont donc la totalité de leurs trimestres plus tard".
Pourquoi donc prendre une situation peu commune plutôt qu’un cas classique dans un cas qui est censé être un "cas-type" et non pas un "cas particulier" ?

Je n’ai pas vérifié toutes les fiches.

--

FCP a écrit :

Caratheodory a écrit :

Non. Pas pour ceux qui seront partiellement ou totalement dans l’ancien régime. La notion de carrière complète signifie aussi 43 ans de cotisations.

Du coup le nouveau régime est plus intéressant non ? Ou il conserve aussi les 43 années de cotisations ?!?

A priori, selon le simulateur mis en ligne, l’âge d’équilibre vient remplacer la durée de cotisation, même pour les générations nées avant 1975, donc totalement dans l’ancien régime.

Si l’on indique dans le simulateur "départ à la retraite avant 2037", on obtient :

Dernière modification par maxicool (19/12/2019 15h06)


Parrain Linxea . Yomoni . Boursorama . Vattenfall . Fortuneo . Total (105579483) . Binck . Igraal . eBuyClub . BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#625 19/12/2019 16h47

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

Dans la version courante du site Christelle à 9% de primes mais ça ne change pas la simulation. L’erreur a donc été corrigée.

Il serait intéressant de voir le sort d’une Christelle commençant à 25 ans.

Il y a deux paramètres à regarder pour le calcul des cas type de fonctionnaires:
- l’hypothèse de revalorisation du point de retraite nouveau régime.
-l’hypothèse de revalorisation du point d’indice.

Il faut donc lire ceci:

Méthodologie de calcul des cas types

Cette fiche de méthodologie répond aux principales questions qu’on peut se poser sur la prise en compte du régime actuel dans la phase de transition. Notamment à celle de FCP plus haut et à ma grande honte, je m’aperçois que j’ai dit des bêtises….

Quitte à en dire une autre, je comprends la fiche de méthodologie comme un gel du point d’indice en euros constants et une revalorisation du point retraite de 1.3% par an. Supprimer cette revalorisation du point retraite donnerait un résultat très different.

Rappel: Dans la vraie vie,  le point d’indice est gelé en euros courants.

J’ai de gros doutes sur le taux de primes des fonctionnaires de catégorie B ou C. Je crois que c’est très variable selon les administrations de rattachement.  Je vais demander leur avis aux collègues Biatss.

La première impression est qu’il s’agit d’un simulateur de simulateur.

Dernière modification par Caratheodory (19/12/2019 18h00)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "projet de réforme des retraites 2019/2020"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur