Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#476 11/12/2019 23h33

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   666  

C’est plié !
Le premier ministre a réussi à faire l’unanimité syndicale contre sa réforme, faisant basculer les syndicats "mous" (ou réformistes) dans l’opposition.
Retraites : la CFDT appelle à rejoindre la mobilisation, le mouvement syndical uni pour la première fois depuis 2010

CFDT a écrit :

Une ligne rouge a été franchie », a tonné Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, qui pourtant soutient un système universel à points. Après réunion, ses instances ont décidé mercredi soir d’appeler « l’ensemble des travailleurs à se mobiliser le 17 décembre » pour que le gouvernement « renonce à toute mesure d’âge et rouvre les discussions pour un système de retraite universel réellement juste ».

UNSA a écrit :

Laurent Escure, le dirigeant de l’UNSA, autre syndicat réformiste, a lui aussi parlé de « ligne rouge » avec cette « mesure d’âge », une « désagréable surprise », selon lui. Son syndicat a appelé mercredi soir à rejoindre le mouvement.

CFTC a écrit :

La CFTC, l’une des organisations favorables à un régime universel de retraites par points, a elle aussi appelé mercredi à rejoindre la mobilisation du mardi 17 décembre, refusant « l’âge pivot tel qu’annoncé par le premier ministre avant même la mise en place de la future gouvernance ». La Confédération française des travailleurs chrétiens exige « une prise en compte de toutes les situations de travail réellement pénibles comme devant donner lieu à compensation ».

CGC a écrit :

Enfin, François Homméril, le président de la CFE-CGC – qui avait appelé à se mobiliser le 5 mais pas le 10 –, a indiqué au Monde, que « bien sûr » sa confédération « est dans le mouvement » de contestation de la réforme des retraites et qu’elle « appelle à la mobilisation du 17 décembre » avec grève et manifestation.

Unité-SGP-Police (FO) a écrit :

« Il n’a fait que répéter ce que nous savions déjà », a réagi le secrétaire général d’Unité-SGP-Police, Yves Lefebvre, critiquant un discours « plein d’imprécisions » et assurant qu’il était « hors de question » de cesser le mouvement de grogne dans la police.

Alliance (syndicat policier de droite) a écrit :

On se fout de nous », a déclaré le secrétaire général d’Alliance, Fabien Vanhemelryck. « Tant qu’on n’aura pas la certitude d’avoir une dérogation à ce système de retraite universel, (…) on continuera le rapport de force », a-t-il ajouté

Un seul avis favorable :

Medef a écrit :

De son côté, le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a au contraire salué « un bon équilibre entre une réforme qui est redistributive » et le fait qu’« il faut, quand c’est possible, qu’on travaille plus longtemps ».

On voit bien à quel point la réforme est "équilibrée" …

La suite est prévisible :
. encore une semaine de galère
. le 17 décembre énorme manifestation, avec peu de violences policières (policiers en grève, CRS en arrêt maladie)
. blocage des transports, raffineries, etc.
. panique des commerçants pour les ventes de Noël
. vendredi au plus tard retrait de la réforme
. fêtes de Noël et nouvel an
. en début d’année premier ministre démissionné.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (11/12/2019 23h35)


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#477 11/12/2019 23h51

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

Barns a écrit :

HakunaMatata a écrit :

Enfin je ne comprends pas bien une chose ? Si les privilèges des fonctionnaires sont si extraordinaires, pourquoi les jaloux personnes qui trouvent le statut du fonctionnaire injuste ne postulent pas pour en être !?! En effet, les concours sont ouverts à tout français. Reste seulement à réussir le concours.

On peut aussi utiliser l’argument inverse, pourquoi les enseignants (au hasard car ils monopolisent cette file) qui trouvent leur situation si injuste avec leurs longues études pas assez rémunérées ou moins payées que certains de leurs voisins européens ne postulent-ils pas dans le privé ou en Suisse !?

Dans le privé: parce qu’il n’y a pas de postes dans ma spécialité en France. Chez les informaticiens, en revanche, on perd beaucoup d’excellents éléments.

En Suisse: j’y ai envoyé mon dossier une fois en 2009 dans une université lambda .  Un collègue suisse m’a expliqué ensuite  qu’il ne m’avaient pas pris car j’aurais été trop cher! La vérité est qu’ils préféraient quelqu’un d’autre, c’est le jeu. Et pour les postes vraiment top en Suisse, il faut un palmarès scientifique que je n’ai pas. Les types qui sont pris à l’Eth Zurich  sont juste plus forts.

Des copains sont partis à l’étranger dans des pays où les universitaires sont mieux payés parce qu’ils ne peuvent pas se loger bien à Paris ou parce que leur compagne peut trouver un meilleur travail ou parce qu’ils sont chinois et ont eu un chouette poste en Chine.

J’habite en province, suis bien logé, et ma femme ne peut pas trouver mieux à l’étranger.

Je ne suis plus si mal payé que ça par comparaison aux salaires français depuis que j’ai 40 ans.  Vous aurez noté que je dis que ce sont les débuts de carrière qui sont mal payés. Ca m’a bien ennuyé pendant mon début de carrière mais c’était moins grave que maintenant car il n’y avait pas eu le gel du point d’indice. C’ était aussi moins dur pour les jeunes qu’aujourd’hui.

ArnvaldIngofson a écrit :

La suite est prévisible :
. encore une semaine de galère
. le 17 décembre énorme manifestation, avec peu de violences policières (policiers en grève, CRS en arrêt maladie)
. blocage des transports, raffineries, etc.
. panique des commerçants pour les ventes de Noël
. vendredi au plus tard retrait de la réforme
. fêtes de Noël et nouvel an
. en début d’année premier ministre démissionné.

C’est effectivement un scénario imaginable, mais je crois qu’il faudra plus de temps pour qu’il se réalise.

Dernière modification par Caratheodory (12/12/2019 00h00)

Hors ligne Hors ligne

 

#478 12/12/2019 00h00

Membre
Réputation :   15  

J’avoue ne pas vraiment comprendre cette hostilité complète de tous les syndicats :
- ça fait bien longtemps que la retraite à taux plein en France n’est plus à 62 ans … Pour ma part et tout ceux que je connais c’est 67 ans. Pour avoir 43 années de cotisation à 62 ans, il faudrait avoir commencer à travailler à 19 ans sans prendre d’année sabbatique ! Au contraire, je trouve que que l’âge pivot de 64 ans va permettre d’avoir une retraite à taux plein de façon anticipée … mais j’imagine que d’ici ce moment-là, l’âge pivot aura été reporté à 65 ans ou 66 ans smile
- le but in-fine de la réforme c’est de réduire les pensions de retraite et c’est bien normal : il n’y a pas assez de gens qui cotisent et qui travaillent pour financer les retraités qui deviennent trop nombreux (et de plus en plus).
- par contre, je suis surpris par les "concessions" qui sont faites par le premier ministre et que les syndicats ne trouvent pas satisfaisantes. Au contraire, je trouve que cela nuit à la réforme. On nous explique qu’il faut une retraite universelle, qu’un euro cotisé permettra d’ouvrir les mêmes droits (en dessous de 120k euros), mais juste après le premier ministre nous explique que les policiers et les militaires garderont des avantages de leur statut particulier (prime de risque = points supplémentaires), que les enseignants font encore récupéré des petits bonus, que les aides soignants aussi, que pour les cheminots qui font grève on va leur donner du lest pour les rassurer et arrêter la grêve … Mais c’est une blague ? Ca sert à quoi de prétendre vouloir faire une retraite universelle si c’est pour conserver les avantages indus de tous les 42 régimes spéciaux actuels ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #479 12/12/2019 00h28

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   666  

On a compris que la grande idée de la réforme voulue par Macron est le "régime universel".

Universel ?
Presque, le projet lui même prévoit déjà des exceptions, en particulier pour les militaires.

Les départs anticipés seront conservés pour les militaires et les fonctionnaires ayant des fonctions dangereuses dans le cadre de missions régaliennes.

Pendant que le premier ministre essaye d’expliquer le caractère universel de sa réforme, les ministres gérant les plus grands effectifs de fonctionnaires expliquent l’inverse.

Réforme des retraites : des garanties apportées aux enseignants

Après les annonces du Premier Ministre Édouard Philippe sur la réforme des retraites vers un système universel, mercredi 11 décembre, Jean-Michel Blanquer s’est exprimé sur l’impact de ce système pour les professeurs.

Avant la grève, Christophe Castaner écrit aux policiers pour les rassurer sur leur retraite

“Des spécificités seront conservées pour les fonctionnaires qui exercent des missions régaliennes de sécurité et d’ordre public pendant une période minimale”, écrit le ministre de l’Intérieur

A ce point, on a donc un régime universel avec des spécificités pour les militaires, des spécificités pour les enseignants, des spécificités pour les policiers.
On pourra sans doute ajouter des spécificités pour la RATP, des spécificités pour la SNCF, des spécificités pour les députés/sénateurs/ministres, etc.
Est-ce encore universel ?
Encore un effort et on passe de 42 régimes à un régime universel avec 42 spécificités, ça change tout …

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Quant à la stratégie du premier ministre - attendre 2 ans avant de dévoiler enfin son projet, pensant qu’on ne manifesterait pas contre un projet non connu - c’est un échec total.

Pour le fun, des commentaires de députés de LRM.
« Depuis le début, c’est cafouillage sur cafouillage… » : les députés LRM face au flou de la réforme des retraites

Jacques Maire, député La République en marche (LRM) des Hauts-de-Seine a écrit :

« Il faut que le gouvernement donne de la visibilité et se fasse des alliés. »

Emilie Cariou, députée LRM de la Meuse a écrit :

« C’est ingérable. Tout le monde commente des choses qui ne sont pas sur la table. »

Benoît Simian, élu de Gironde a écrit :

« C’est le foutoir. » « Depuis le début, c’est cafouillage sur cafouillage, on est inaudibles. »

M. Adam a écrit :

« On se rend compte que quelque chose a été raté dans la manière de mettre en avant notre réforme »

Le premier ministre a beaucoup d’amis parmi les députés LRM …

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

naphto a écrit :

- le but in-fine de la réforme c’est de réduire les pensions de retraite et c’est bien normal : il n’y a pas assez de gens qui cotisent et qui travaillent pour financer les retraités qui deviennent trop nombreux (et de plus en plus).

Le problème, c’est l’énorme différence entre "les gens qui cotisent" et ceux "qui travaillent".
Des millions de personnes travaillent mais il n’y a aucune cotisation (en fait essentiellement payées par l’employeur) : on a multiplié ces dernières années les exemptions sur les bas salaires puis les moyens.
Rétablissons un taux minimal de cotisation et on résout les déficits des retraites et de l’assurance maladie.
Par contre, c’est mauvais pour les bénéfices des entreprises donc les actionnaires. Ce n’est pas correct d’écrire ça sur un forum de rentiers …

Dernière modification par ArnvaldIngofson (12/12/2019 01h03)


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#480 12/12/2019 01h03

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

L’age pivot à 64 ans est une mesure d’économie sévère qui pourrait devenir très sévère en cas de glissement à 65-66 ans ou d’augmentation future de l’âge légal de 62 à 65 ans augmentant aussi l’age pivot de 3 ans. 

Il s’agit d’une mesure qui baisse les pensions à partir de la génération 1960 pour les gens comptant partir à 62 ans sauf régimes spéciaux (je n’ai pas compris l’age pivot pour les régimes spéciaux).

Le gouvernement avait apparemment sous-entendu qu’il ne mettrait pas de telle mesure et la CFDT y avait conditionné son soutien. Elle est maintenant obligée de suivre la base.  La CGT demande le retrait du projet.

Ce qui compte maintenant, c’est le rapport de forces.

Hors ligne Hors ligne

 

#481 12/12/2019 03h18

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2352  

KingFlan a écrit :

.J’avoue ne pas trop comprendre à quoi il sert cet âge pivot :  pourquoi ne pourrait-on pas liquider ses points a tout moment ? Dès lors que les cotisations ont été encaissées, on devrait appliquer une simple conversion en rente quelque soit la date de liquidation.

Dans ce que le gouvernement propose, chacun peut convertir ses points en pension avant l’âge "pivot" (à partir de 62 ans, devenant 63 ans dans quelques années, ou même à partir de 60 ans pour ceux qui ont commencé très jeunes).

Mais plus on converti tôt, moins la pension sera élevée, et c’est logique (et "juste") :  un simple calcul actuariel montre que celui qui convertit N point à 63 ans, si on le compare à celui qui convertit ses mêmes N points à 65 ans, coutera bien plus cher au régime (pour simplifier : il devrait percevoir une pension pendant environ 2 années de plus), ce qui justifie pleinement les décote/surcote avant/après un âge donné.

Il est ausi logique que le régime empêche de convertir ses points en pension à tout âge, pour inciter les gens à travailler au moins jusqu’à un certain âge, et ne pas créer toute une population de retraités pauvres car ayant pris leur retraite bien trop tôt, qui serait largement à la charge de la collectivité (des minimas sociaux). Une exception comme celle des militaires (qui perçoivent une retraite, pas énorme, après un certain nombres d’années de service, en CDD, et sont incités à avoir une "seconde carrière") semble raisonnablement justifiée.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#482 12/12/2019 07h55

Membre
Réputation :   53  

ArnvaldIngofson a écrit :

C’est plié !

La suite est prévisible :
. encore une semaine de galère
. le 17 décembre énorme manifestation, avec peu de violences policières (policiers en grève, CRS en arrêt maladie)
. blocage des transports, raffineries, etc.
. panique des commerçants pour les ventes de Noël
. vendredi au plus tard retrait de la réforme
. fêtes de Noël et nouvel an
. en début d’année premier ministre démissionné.

En effet…
On a donc gagné 3 semaines de galère dans les transports ET rien qui change.

Je me pose une question : a-t-on un indicateur économique du coût de la grève Vs le coût des régimes spéciaux par exemple ? En étant pragmatique, à partir de quand cela a-t-il du sens de réformer ?

Hors ligne Hors ligne

 

#483 12/12/2019 08h04

Membre
Réputation :   6  

@ArnvaldIngofson

Certes des spécificités pour la SNCF mais je rappelle qu’à partir du 1er janvier plus aucun cheminot n’est embauché au statut donc il y aura plus mécaniquement de spécificité.
De ce même le régime dit spécial des cheminots n’existera plus

Hors ligne Hors ligne

 

#484 12/12/2019 08h15

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

Un système de décote/surcote existe déjà dans le système actuel. Mon interprétation de l’age pivot est qu’il  amplifie la décote, y compris pour les générations avant 1975. Ca commence en gros à la génération 1960.

Ca ne frappe finalement pas trop les salariés qui ont commencé à cotiser tard, les diplômés, mais ca tape dur sur ceux qui ont commencé tôt, c’est à dire avant 20-21 ans. 

Le gouvernement va avoir beaucoup de mal avec les syndicats  sur ce point.  Or il a besoin de les ramener à la table de négociation.

Fred03 a écrit :

@ArnvaldIngofson

Certes des spécificités pour la SNCF mais je rappelle qu’à partir du 1er janvier plus aucun cheminot n’est embauché au statut donc il y aura plus mécaniquement de spécificité.
De ce même le régime dit spécial des cheminots n’existera plus

Mais pas à la RATP.

Dernière modification par Caratheodory (12/12/2019 08h16)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #485 12/12/2019 08h56

Membre
Réputation :   49  

ArnvaldIngofson a écrit :

C’est plié !
Le premier ministre a réussi à faire l’unanimité syndicale contre sa réforme, faisant basculer les syndicats "mous" (ou réformistes) dans l’opposition.

On voit bien à quel point la réforme est "équilibrée" …

La suite est prévisible :
. encore une semaine de galère
. le 17 décembre énorme manifestation, avec peu de violences policières (policiers en grève, CRS en arrêt maladie)
. blocage des transports, raffineries, etc.
. panique des commerçants pour les ventes de Noël
. vendredi au plus tard retrait de la réforme
. fêtes de Noël et nouvel an
. en début d’année premier ministre démissionné.

Pour mémoire les syndicats sont élus par 5 millions de personnes sur 30 millions d’actifs et on peut supposer que tous les électeurs ne sont pas nécessairement en phase avec les positions affichées par leurs élus.

A vu de nez et avec plus de 1.5 millions de bénéficiaires des régimes spéciaux, on pourrait dire que la mobilisation a été très moyenne pour la défense de leurs avantages. D’autant que tous les opposants politiques profitent de l’occasion pour faire du bruit, quel que soit le motif de la manifestation.

On retiendra aussi que 65 millions de français n’ont pas manifestés à la dernière "grande" mobilisation, et que l’on vit encore dans une démocratie dans laquelle les français ont donné un mandat de reforme à leurs élus.

La plupart des personnes pénalisés par les grèves se rendent bien compte des injustices dont ils font l’objet et sont prêt à endurer les galères imposés par les opposants à l’équité.

Par exemple celui ci, dans Challenge :

- conducteur de métro de la ligne 6, qui manifestait mardi avec des milliers d’autres personnes à Paris, est entré à la Régie autonome des transports parisiens à l’âge de 18 ans. Son père et son grand-oncle y étaient déjà salariés, tout comme sa femme et sa belle-soeur encore aujourd’hui.
- salaire mensuel de 2.249 euros, en partie bonifié par des dimanches travaillés et des heures effectuées de nuit
- appartement du 16e arrondissement, un logement social qu’il occupe avec sa femme et ses trois enfants.
- Dans ce régime, les conducteurs de bus et de métro, les agents de maîtrise et certains cadres peuvent partir à la retraite à l’âge de 52 ans.

Combien de chauffeurs poids lourd, aux conditions de travail plus pénibles, vont-ils devoir surcotiser  et travailler plus longtemps, pour financer ce seul agent?

Je n’envisage pas que le gouvernement cède!
La réforme doit passer mème si plusieurs mois de grèves nous sont imposés par les privilégiés des régimes spéciaux.


Buy N' Hodler

Hors ligne Hors ligne

 

#486 12/12/2019 09h36

Banni
Réputation :   1  

Je pense également que le gouvernement ou plutôt le chef de l’Etat ne cédera pas, cela non pas pour des raisons de justice ou d’équité que les médias mainstream ressassent à satiété, mais simplement parce qu’il faut une dose incommensurable d’inconscience, d’orgueil et de narcissisme pour s’attaquer "en même temps" à 42 régimes à la fois : faire les poches de la caisse des avocats comme des réserves de l’AGIRC, réduire à la misère les cheminots comme les traminots, spolier les cadres supérieurs avec un cotisation de 2,8% au-delà de 10 000 € de salaire, il faut quand même le faire !

Les députes LREM ont découvert hier avec le lâchage de la CFDT à quel point la "start-up nation" reposait sur un plancher vermoulu et s’empressent de quitter le navire ou à tout le moins de se munir d’une bouée.

Le prochain lâchage à prévoir est celui du MEDEF le jour où le cout de la pagaille excédera les "bénéfices" attendus à très long terme.

Le bateau fait naufrage mais le capitaine va s’obstiner à ne pas changer de cap, quitte à se retrouver seul à bord. Le plus vraisemblable est qu’il en appelle à la "majorité silencieuse" et prononce la dissolution de l’assemblée nationale histoire de régénérer sa majorité et d’éliminer les tièdes. Si la LREM revient en force au parlement, la réforme passera et la start-up nation sera sauvée des eaux ; dans le cas contraire, je doute qu’il termine la mandature.

Hors ligne Hors ligne

 

#487 12/12/2019 10h00

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   381  

Pfff… beaucoup d’encre coule. Pour finalement dire quoi? Que les syndicats de salariés qui appellent à bloquer le pays ne respectent pas la démocratie.

Pour mémoire, les français ont voté pour M. Macron puis ont accordé la majorité à LREM. Ils ont voté en âme et conscience pour un système universel à points : c’était écrit noir sur blanc dans le programme présidentiel. Il faut assumer (note : ce qui n’empêche pas de râler hein, on n’est pas des robots. On n’est pas non plus obligé d’être béats d’admiration devant le génie de nos gouvernants, qui auraient été touchés par la grâce divine et auraient pour principal objectif de ramener la ’justice’ sur terre).

Sur le fond, les grands points du programme présidentiel sont respectés. Y compris d’ailleurs la prise en compte des spécificités de certains métiers, notamment en termes d’âge de départ à la retraite.

Je ne vois qu’un seul point sur lequel le Président et LREM se sont franchement reniés (ou ont menti comme des arracheurs de dents en 2017, je ne sais pas) :

[url=https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/retraites a écrit :

programme E. Macron[/url]]Les spécificités de certains régimes ne disparaîtront pas. Par exemple, les indépendants pourront continuer à cotiser moins que les salariés et à avoir en conséquence une pension de retraite moindre : ils ont souvent constitué, en parallèle, une épargne qui peut être par exemple leur fonds de commerce et servira à leur assurer un revenu.

Pour le coup, les PL se sont fait berner (enfin, ceux qui ont voté pour lui). Comme quoi, les promesses…

Hors ligne Hors ligne

 

#488 12/12/2019 10h06

Membre
Réputation :   49  

naphto a écrit :

- ça fait bien longtemps que la retraite à taux plein en France n’est plus à 62 ans … Pour ma part et tout ceux que je connais c’est 67 ans. Pour avoir 43 années de cotisation à 62 ans, il faudrait avoir commencer à travailler à 19 ans sans prendre d’année sabbatique !

Il y a beaucoup d’hommes qui partent actuellement à 62 ans à taux plein même lorsqu’ils sont entrés tard sur le marché du travail (par exemple à l’âge de 25 ans) car ils ont enregistré des trimestres sur leurs jobs d’été dès l’âge de 16 ans et qui comptabilisent aussi le service militaire. Sans parler des étudiants qui étaient en mesure d’occuper des jobs d’été comme ouvrier super qualifié à 1,5 SMIC (des BTS électronique par exemple) qui, eux, enregistraient une année complète, juste avec 2 mois de travail l’été. C’était encore les années d’avant crise de montée du chômage où les jeunes étudiants avaient beaucoup de facilités de travail bien rémunéré l’été, et particulièrement dans les régions fortement industrialisées.

Hors ligne Hors ligne

 

#489 12/12/2019 10h09

Membre
Réputation :   8  

ArnvaldIngofson a écrit :

Le problème, c’est l’énorme différence entre "les gens qui cotisent" et ceux "qui travaillent".
Des millions de personnes travaillent mais il n’y a aucune cotisation (en fait essentiellement payées par l’employeur) : on a multiplié ces dernières années les exemptions sur les bas salaires puis les moyens.
Rétablissons un taux minimal de cotisation et on résout les déficits des retraites et de l’assurance maladie.
Par contre, c’est mauvais pour les bénéfices des entreprises donc les actionnaires. Ce n’est pas correct d’écrire ça sur un forum de rentiers …

Les exonérations de cotisation ont pour vocation à soutenir l’emploi dans un pays où il semble (je ne suis pas employeur, et donc incapable de juger moi même) que les entreprises soient fortement taxées.

Les entreprises avec actionnariat, c’est une minorité.
Il faut éviter le travers, certes assez classique, de résumer l’entrepreneuriat aux quelques grosses entreprises cotées.

il y a probablement plus récent : Les catégories d?entreprise en France : de la microentreprise à la grande entreprise - Insee Focus - 4

Hors ligne Hors ligne

 

#490 12/12/2019 10h11

Membre
Réputation :   6  

Dans la campagne de Monsieur macron il devait pas y avoir de réforme paramétrique c’est cette age pivot qui passe pas

Dernière modification par Fred03 (12/12/2019 10h11)

Hors ligne Hors ligne

 

#491 12/12/2019 10h17

Membre
Réputation :   40  

Comme KingFlan, je pense que la suppression de l’âge pivot et l’utilisation de tables de mortalité permettrait à chacun de choisir son âge de départ et de désamorcer une partie du conflit actuel. Que je sache, les assureurs ne font pas faillite avec ce système.

Avec des tables de mortalité adaptées au métier exercé, cela introduirait encore plus de justice.

Resterait le problème des tables de mortalité spécifiques hommes et femmes qui ne peuvent être utilisées car considérées comme discriminatoires, mais l’on peut estimer que l’utilisation des tables actuelles, au détriment des hommes, compenserait les différences de salaire hommes femmes constatées à travail égal.

Hors ligne Hors ligne

 

#492 12/12/2019 10h25

Membre
Réputation :   8  

idamante a écrit :

Il y a beaucoup d’hommes qui partent actuellement à 62 ans à taux plein même lorsqu’ils sont entrés tard sur le marché du travail (par exemple à l’âge de 25 ans) car ils ont enregistré des trimestres sur leurs jobs d’été dès l’âge de 16 ans et qui comptabilisent aussi le service militaire. Sans parler des étudiants qui étaient en mesure d’occuper des jobs d’été comme ouvrier super qualifié à 1,5 SMIC (des BTS électronique par exemple) qui, eux, enregistraient une année complète, juste avec 2 mois de travail l’été. C’était encore les années d’avant crise de montée du chômage où les jeunes étudiants avaient beaucoup de facilités de travail bien rémunéré l’été, et particulièrement dans les régions fortement industrialisées.

ce n’est à mon avis pas la raison principale.
D’une part, la génération actuelle de nouveaux retraités doit cotiser moins de trimestres que les 43 trimestres ciblés (165-167 trimestres).
D’autre part, le niveau d’étude moyen était beaucoup moins élevé :

les évolutions de l’enseignement supérieur depuis 50 ans : croissance et diversification - EESR8

Enfin, l’âge du premier emploi stable était de 20 ans en 1960 et est de 28 ans en 2018

cela pose question pour le futur

Hors ligne Hors ligne

 

#493 12/12/2019 10h29

Membre
Réputation :   22  

Que de réactions sur ce sujet tout de même…la France marche sur la tête depuis des dizaine d’années avec  ses 42 régimes différents et avec un système de retraite déficitaire, inégalitaire et illisible…

Je suis convaincu que le gouvernement ira au bout car :
1) les français veulent la réforme dans leur majorité
2) Macron joue sa ré-élection

oui on vit plus vieux, oui le niveau actuel des retraites est élevé et oui il existe trop de privilégiés en France sur ce sujet.

Attention je ne dis pas que le système promis est parfait ou que je signe un chèque en blanc a l’actuel gouvernement mais l’immobilisme et l’égoisme français m’exaspèrent au plus haut point.
Les râleurs autour de moi ne savent même pas comment marche le système actuel et ne font que reprendre en coeur ce qu’ils lisent dans les médias ou sur des forums a fake news…Combien dans les manifs ont lu un rapport du COR, ou seulement les 3 pages de synthèse…pitoyable France !

C’est le moment ou il faut etre responsable : cette réforme aurait du être faite il y a au moins vingt ans…d’ou la pyramide des ages de la France est une nouveauté ?
Mais c’est sur en France, on préfère râler, descendre dans la rue, montrer du doigt les riches et le voisin plutôt que de réformer et d’être pragmatique.

Allez lire la presse allemande de tout bord, qui s’interroge sur les remous français sur le sujet…ils ont un système a points de puis les années 50…

Dernière modification par Asmfan13 (12/12/2019 10h30)

Hors ligne Hors ligne

 

#494 12/12/2019 10h33

Membre
Réputation :   49  

olive1 a écrit :

ce n’est à mon avis pas la raison principale.

Je me suis peut-être mal exprimé. Je pensais surtout aux nouveaux retraités qui avaient fait des études de niveau bac+3 minimum (statut cadre).

Hors ligne Hors ligne

 

#495 12/12/2019 10h44

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   218  

Ce qui ne passe pas à mon avis, c’est que beaucoup se rendent compte qu’il devront un peu plus compter sur eux même, que sur les autres (non, ne tapez pas sur la tête smile smile ).

A+
Zeb


Tout ce qui peut merder, va inévitablement merder.

Hors ligne Hors ligne

 

#496 12/12/2019 12h18

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   128  

Macron a eu 24% au premier tour 66% au second. Il a été élu parce que suffisamment de gens ont comme moi pensé qu’ il était probablement le moins pire des candidats.

Une élection est un concours pas un examen et il n’existe pas de façon de ne pas pourvoir le poste.

Bref, il ne me semble pas qu’avec des électeurs de ce tonneau  Macron puisse se prévaloir d’une adhésion enthousiaste de sa base électorale. Il peut toujours courir pour que je me fache avec les collègues du Snesup-Fsu ou de la Cgt pour ses beaux yeux.

Alors bien sur si Édouard Philippe endosse le costume du Père Noël…..mais je crains que ses rennes ne puissent pas tirer  le traineau. Et pour tout vous dire, certains collègues économistes ont des theories comme quoi le Père Noël n’existerait pas, aussi étrange que ça puisse paraître.

Dernière modification par Caratheodory (12/12/2019 12h20)

Hors ligne Hors ligne

 

#497 12/12/2019 13h47

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   607  

Personnellement je vois bien un retro pedalage, anticipé, sur l’âge pivot dans quelques jours pour récupérer la cfdt et montrer que le gouvernement est prêt à faire quelques concessions.

On demande plus que prévu pour avoir l’air sympa en revenant un peu en arrière.

Sachant que 62 ou 64 ans une grande partie de l’électorat d’Emmanuel Macron s’en fiche car est déjà en situation de décote à cet âge et continuera jusqu’à 65/67 ans (plus de diplomés avec debut de carrière tardif et pas assez de trimestres à 62 ans).

Et puis rien n’empêche de relever cet âge dans quelques années…

Dernière modification par simouss (12/12/2019 13h48)


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

Hors ligne Hors ligne

 

#498 12/12/2019 14h17

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1104  

naphto a écrit :

que les enseignants font encore récupéré des petits bonus, que les aides soignants aussi

Naphto, de quels "petits bonus" parlez-vous ?
J’ai du mal à les trouver (d’autant plus que vous les mettez en pluriel).
Pourriez-vous préciser ? Merci.

Faites-vous allusion aux augmentations de salaires promises par M. Blanquer pour que le salaire d’un enseignant (catégorie A) puisse rejoindre plus ou moins celui d’un autre fonctionnaire de cat. A ?
Si oui, M. Blanquer n’a pas apporté de précision à ce propos, il a juste lâcher qu’une telle mesure pourrait coûter 400 à 500 millions € / an.

Si l’on prend le dernier bilan social 2018-2018, on apprend qu’il y a 728 000 enseignants dans le secteur public (1er et 2d degré).

Parmi eux,
- 22,1% ont moins de 35 ans
- 28,2% ont plus de 50 ans
- et donc le reste, 50% environ, ont entre 35 et 50 ans.
Si l’on calcule à la louche 16,66% (50/3) auraient entre 35 et 40 ans, 16,66% entre 40 et 45 ans et 16,66% entre 45 et 50 ans. 
La moyenne d’âge est à 43 ans.

Les enseignants nés après 1975 (44 ans aujourd’hui) représenteraient donc environ 22,1 + 16,66 + 16,66 = 55% du corps enseignant, soit 728 000 x 55% = 400 400 enseignants.

M. Blanquer a affirmé que, pour l’augmentation des salaires des enseignants concernés par la réforme (nés après 1975), l’Etat aurait prévu 400 à 500 millions, soit 500 000 000 / 400 400 = 1248 € / enseignant / an.
Soit 100 € par mois. C’est mieux que rien du tout, c’est évident ! Mais je ne pense pas que cela puisse être suffisant pour éviter une chute relativement importante de la pension des enseignants.

Mais je veux bien entendre les "petits bonus" auxquels vous faites allusion.


Parrain Linxea . Yomoni . Boursorama . Vattenfall . Fortuneo . Total (105579483) . Binck . Igraal . eBuyClub . BLOG

Hors ligne Hors ligne

 

#499 12/12/2019 14h20

Membre
Réputation :   83  

Un des principaux points positifs de la réforme est pour moi l’abandon du système de trimestres.
C’est quand même une superbe invention que d’imposer de travailler un minimum afin de valider un trimestre. Si vous générez 10€ de moins…bah tant pis, vous avez payé pleins de cotisations pour les autres mais n’aurez rien.


"We judge a book by its cover ; And read what we want ; Between selected lines"

Hors ligne Hors ligne

 

#500 12/12/2019 15h14

Membre
Réputation :   26  

maxicool a écrit :

Faites-vous allusion aux augmentations de salaires promises par M. Blanquer pour que le salaire d’un enseignant (catégorie A) puisse rejoindre plus ou moins celui d’un autre fonctionnaire de cat. A ?

Bonjour

Je me permets cet aparté pour cet argument qui revient souvent.

A mon sens les enseignants ne sont pas exactement assimilables aux fonctionnaires de catégorie A de la fonction publique d’Etat. Ils en ont le statut et le niveau de diplôme mais la difficulté et le taux d’admission aux concours respectifs est sans commune mesure. Et il y a nombre de bac +5 parmi les lauréats de catégories B et même C aux concours de la fonction publique d’Etat. Enfin le niveau même bac +5 de faculté a été totalement dévoyé ces dernières années et notamment suite à la réforme licence-master-doctorat et ne représente plus un argument sérieux pour justifier une équivalence de statut.

Dernière modification par frontalier57 (12/12/2019 15h16)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "projet de réforme des retraites 2019/2020"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur