Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 12/09/2018 15h22

Membre
Réputation :   3  

Bonjour à tous,

Mon message fait suite à ma présentation d’il y a quelques temps (Info - Forums des investisseurs heureux). J’ai poursuivi ma réflexion sur ma situation et j’en ai conclu certaines directions que j’aimerais suivre.

J’espère que certains d’entre vous pourront se reconnaître dans ma situation et n’hésiteront pas à partager les bonnes pratiques.

Les constats


     1/ Ma durée d’investissement (3 ans + 2 en test)  ne permet pas de prendre assez de recul pour conclure que je suis compétent ou non à faire du stock picking. Les résultats sont d’un côté encourageants car j’ai "battu" mon indice de référence (CAC40) mais de l’autre insuffisants car un simple ETF MSCI World aurait fait mieux. Beaucoup, beaucoup de temps pour pas grand chose si on exclut les côtés plaisir & formation.

     2/ Le temps justement, je n’en aurai bientôt plus autant étant donné que je m’oriente vers un métier plus exigeant de ce point de vue, et que devenir papa n’est pas loin également dans le viseur.

     3/ Dans le même ordre d’idée: tout ce que j’ai pu faire en analyse technique me prenait plus de temps que je n’aurais voulu me l’admettre… et surtout, ne tolère pas une absence prolongée où on reste liquide et manque potentiellement de gros changements de tendance (vécu à mes dépends).

     4/ Mon PEE représente une part massive de mon capital. Il ne faut pas le traiter comme si c’était un bonus, mais bien un élément parmi d’autres dans une stratégie de diversification (il est majoritairement investi en Europe en actions et obligations).

     5/ Si je pense n’avoir pas été trop mauvais sur la diversification sectorielle, je réalise que j’étais parfois loin des standards de diversification géographique et de taille de capitalisation.

     6/ J’aime le stock picking. C’est devenu une sorte de hobby et je ne me vois pas tout arrêter du jour au lendemain.

     7/ Cela fait plusieurs années que les fondamentaux macro-économiques (dette, euro…) ne sont pas bons selon moi. Pour autant, le fameux "krach" n’est toujours pas là. Ca ne veut pas dire que le constat est erroné - mais c’est en tout cas un bien mauvais indicateur pour timer le marché.

     8/ Etant donné ma situation pro & perso, un achat de mon logement est pour l’instant exclu… et ce n’est pas un mauvais calcul financièrement.

Les conclusions/la stratégie


     1/ Ce n’est pas très original, mais je vais faire appel aux ETF pour réorienter mon portefeuille vers une allocation plus diversifiée et sereine vs le temps que j’aurais disponible. Une bonne partie des réserves de liquidités vont donc s’orienter dans un 1er temps vers le marché action. Tout sur PEA (hors mes REIT qui sont sur CTO).

     2/ Etant donné le fort poids du PEE + ma volonté de continuer un peu de stock picking + le portefeuille déjà existant, un assortiment d’ETF correspond plus à mon besoin qu’un monolithique ETF Monde (qui me servira néanmoins de benchmark). Équilibre (classique) visé dans le portefeuille avec les ETF en face si ce n’est pas le stock picking qui y répond:

*USA big caps (40%) --> BNP Easy S&P 500 UCITS ETF (ESE)
*USA small caps (10%) --> Amundi ETF Russell 2000 UCITS ETF (RS2K)
*EU big caps (20%) --> Amundi Stoxx Europe 600 UCITS ETF (CE6)
*EU small caps (10%) --> Lyxor MSCI EMU Small Cap (DR) UCITS ETF (MMS)
*Emergents (10%) --> Amundi ETF MSCI Emerging Markets UCITS (AEEM)
*Japon (10%) --> Amundi ETF Japan Topix UCITS ETF EUR (TPXE)

Remarque: Amundi est sur-représenté (4/6) et tout est synthétique (hors UE normal car PEA), mais je n’ai pas trouvé mieux pour le moment. En parallèle, il y a déjà un fort chantier à faire sur mon portefeuille. Je ne prioriserai pas le Japon dans le déploiement et c’est assumé comme tel.

     3/ Sur le market timing: au vu de mes (mauvaises) prédictions, je vais donc faire comme si de rien n’était dans mes investissements. L’idée est bien sûr de lisser au maximum les achats sans trop se poser de question sur les ETF. Et si grosse correction il y a, j’ai toujours mon épargne de précaution qui est un peu excessive (8 mois de salaire) pour renforcer mes lignes et peut-être me régaler côté value investing. J’ai le temps de voir venir.

     4/ Le stock picking est donc "autorisé". Néanmoins, je devrais faire un effort pour maintenir un nombre de ligne (je pense une douzaine, càd à peine plus que je n’ai aujourd’hui) qui laisse le temps de suivre chacun des dossiers suffisamment régulièrement. Si je me rend compte que je loupe de grosse news, que je me laisse surprendre, etc. alors je devrais me forcer à solder une ligne à la 1ère bonne occasion qui se présente. Le focus du stock pourra être sur un peu tout… aussi bien une grosse cap un soldée ou la recherche d’un 10bagger en utilisant mon edge d’amateur…

     5/ En ce qui concerne les REIT sur le CTO: ils seront sous étroite surveillance. Cette année 2018 a permis de réaliser de belles PV latentes. Mais 30% de taxation (+ retenue à la source déduite de l’IR) fait mal sur des actions à dividendes. Si je me rend compte que ce secteur sous-performe, malgré de bons choix vs l’indice, je réfléchirai à les solder et à passer sur des SCPI sur AV (si rendement comparable), chercher des équivalents européens (même si j’aime moins) ou un ETF synthétique répliquant le fameux VNQ.

     6/ Question ouverte: comment considérer les REIT dans le portefeuille ? Après tout, ce n’est pas de l’immobilier pur… mais pas des actions lambda non plus. J’opte pour une solution intermédiaire: les REIT seront inclus dans le calcul de diversification géographique et de small/mid/big caps avec le reste des actions mais seront vraiment considérées comme de l’immobilier dans le portefeuille global. En revanche, le reste (PEL, Livret A…) ne rentre pas en compte dans le calcul de la répartition géographique.

     7/ Quand mon portefeuille action sera plus ou moins à l’équilibre visé (en terme de diversification et proportionnellement par rapport à l’ensemble du capital), je réfléchirai sérieusement à augmenter la part d’immobilier, mais cette fois physique (via SCPI probablement).

     8/ Pas d’ouverture d’AV pour le moment. J’ai un PEL à 2,5% et suffisamment d’obligations via PEE. Par conséquent je baisse mon objectif de diversification en obligations car je considère que le PEL compense le fonds euro. Pour les UC, je passe via PEA et les SCPI c’est plus tard, comme évoqué. Prendre date maintenant m’obligerait à perdre soit le bonus d’accueil (200€ sur Lynxea) soit immobiliser des fonds sur des UC avec frais de gestion…

Etat à date


Répartition par support (en considérant les REIT comme de l’immobilier)


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/16366_repartition_sectorielle.png

Commentaire: je ne vais pas mettre plus sur les REIT pour le moment. Le niveau d’épargne de précaution comme évoqué est très élevé et le PEL "joue" le rôle de l’AV fonds euro. Le focus va donc être progressivement de déporter du "Monétaire" vers du "Actions"… car le PEA est bien trop liquide en ce moment !

Le "Exotique" correspond à un investissement (limité) en cryptomonnaies qui euh.. n’a pas bien tourné. On ne m’y reprendra plus.

Répartition par zone géographique


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/16366_repartition_geographique.png

Commentaire: il y a du boulot ! On va donc d’abord monter la part US à un niveau conséquent avant d’ajouter petit à petit les émergents, et enfin, en dernier, le Japon.

Comme je ne suis pas un GAFA-enthousiaste, j’ai quelques réserves à prendre du S&P500 sans autre forme de procès. Même si j’y serai obligé, je vais quand même regarder ce que je peux ajouter à mon compte titre… à condition que le rendement estimé soit acceptable corrigé de la fiscalité (cf remarque sur les REIT à ce sujet).

Répartition par capitalisation


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/16366_repartition_capitalisation.png

Commentaire: je pensais que ce serait pire mais le peu d’investi sur PEA et les REIT (qui sont sur-pondérés en small caps) rééquilibrent le tout au niveau de la répartition cible. Je ne sais pas si c’est trompeur ou pas, c’est lié à cause de ce "double-statut" des REIT évoqué plus haut…

Pourquoi ce portefeuille peut être intéressant


Il n’y a rien de révolutionnaire ici. Du tout. Cependant voici les points intéressants pour moi à suivre:

     * La performance vs un ETF monde: est-ce que le peu de stock picking permettra d’hausser le rendement ? Ou au contraire est-ce que ce sera toujours moins bien qu’un tracker ?

     * Après une année exceptionnelle, les REIT tiendront-ils la pression fiscale du CTO ? Ou direction une solution alternative ?

     * Est-ce que je vais réussir à me tenir éloigné des GAFA ? Et si oui, cette stratégie sera-t-elle gagnante ou un affreux manque de vision ?

     * Si correction il y a, comment jouer le coup avec cette masse de liquidité ?

     * Y aura-t-il un miracle sur les cryptomonnaies qui va ressusciter cette ligne douteuse ?

   
J’essaierai de mettre à jours tous les quelques mois en mettant une mise à jour.

Dans l’attente, n’hésitez pas si vous avez des critiques/remarques/questions smile

Merci

Dernière modification par Sipifruit (12/09/2018 19h17)

Mots-clés : etf, portefeuille, stock picking

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 12/09/2018 20h08

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   152  

Bonjour,

sur vos ETFs, il vous manque l’asie pacifique développée hors japon (australie, nz etc)… Amundi fait un ETF non éligible au PEA de mémoire. Ce n’est pas très important.
Vous avez aussi une forte proportion de small caps dans vos ETFs; le ratio neutre est 85% / 15%. et vous êtes sur du 66% 33% en europe. Pas très grave non plus.
Vous pouvez regarder sur mon portefeuille pour des idées sur les ETFs pour certains marchés.
Par ex l’etf SMC chez SPDR est plus large et moins cher que le lyxor small cap emu

Pour votre problématique sur les REIT, il existe une alternative qui est l’ETF AMUNDI FTSE EPRA EUROPE REAL ESTATE UCITS ETF - EUR (C). Il peut être logé dans un PEA (synthétique), mais même dans un CTO c’est bien car il est capitalisant. C’est des REIT européennes par contre

Par rapport à vos REIT en direct
- capitalisation des dividendes: voir à ce sujet l’excellent sujet de Parisien Avantage fiscal d’une enveloppe capitalisante (PEA, AV…) même sans imposition réduite
- absence d’IR si logé dans un PEA

à mon avis il n’y a pas de match.

Ensuite, j’ai parcouru votre présentation, sur le sujet du stock picking:
- quel est selon vous le % de particulier dépassant un ETF comparable à leur univers d’investissement (par ex, un ETF europe ?) après frais et fiscalité ? Perso, je pense à quelque chose comme 10%.
- si vous voulez faire du stock picking, c’est que vous considérez être dans ces X% (10%). Quelle est la confiance que vous avez dans cette évaluation ?

Bien sûr, si vous voulez faire du stock picking parce que ca vous amuse (hobby), ce n’est pas la bonne optique. Si vous voulez prendre une décision rationelle maximisant votre patrimoine final, alors c’est la bonne optique


Markets are not perfect, but everybody else is worse

Hors ligne Hors ligne

 

#3 13/09/2018 10h15

Membre
Réputation :   3  

Bonjour Treffon,

Merci beaucoup pour votre retour qui m’aide beaucoup.

Treffon a écrit :

sur vos ETFs, il vous manque l’asie pacifique développée hors japon (australie, nz etc)… Amundi fait un ETF non éligible au PEA de mémoire. Ce n’est pas très important.

En effet, je ne l’avais plus en tête, merci. J’ai rarement vu d’ETF dédié sur cette zone dans les portefeuilles que j’ai pu lire.

Après quelques rapides recherches (en consultant la composition détaillée d’un ETF World physique), voici ce que je manquerais par rapport à un MSCI World:

Australie (2,6%)
Hong Kong (1,4%)
Singapour (0,4%)
NZ (0,1%)

Soit 4,5% manquant vs un ETF MSCI World. Bon… c’est embêtant mais pas décisif, vous avez raison. A garder en tête quand le portefeuille sera plus équilibré, mais je le met en dessous du Japon dans ma liste de priorité de diversification. En plus si vous dites qu’il n’y a pas d’ETF éligible PEA… pa simple.

Treffon a écrit :

Vous avez aussi une forte proportion de small caps dans vos ETFs; le ratio neutre est 85% / 15%. et vous êtes sur du 66% 33% en europe. Pas très grave non plus.
Vous pouvez regarder sur mon portefeuille pour des idées sur les ETFs pour certains marchés.
Par ex l’etf SMC chez SPDR est plus large et moins cher que le lyxor small cap emu

Oups. J’ai honte. Vous avez raison, c’est 85/15, la référence ci-dessous. Je corrige immédiatement dans mon suivi. La conclusion amusante pour moi est que je serais actuellement (à peine) surpondéré en small caps dans mes actions, là où j’ai toujours été plus orienté big caps et "entreprises exceptionnelles" comme on les appelle ici.

https://i2.wp.com/www.epargnant30.fr/wp-content/uploads/2018/01/MSCI-ACWI.png?resize=1024%2C447&ssl=1

En parallèle, je viens de regarder votre portefeuille (beau suivi d’ailleurs) et effectivement je risque d’y piocher quelques idées !

Treffon a écrit :

Pour votre problématique sur les REIT, il existe une alternative qui est l’ETF AMUNDI FTSE EPRA EUROPE REAL ESTATE UCITS ETF - EUR (C). Il peut être logé dans un PEA (synthétique), mais même dans un CTO c’est bien car il est capitalisant. C’est des REIT européennes par contre

Merci pour cet ETF que je ne connaissais pas, je vais regarder ça de plus près. Je vous avoue que spontanément je ne suis absolument pas fan des REIT européennes qui sont très peu diversifiées sectoriellement (des bureaux des bureaux des bureaux et un peu de retail) et qui ont un rendement qui fait rarement rêver. Mais si je m’aperçois que mes REIT en direct décrochent, ça pourrait être une bonne option alternative.

Treffon a écrit :

Par rapport à vos REIT en direct
- capitalisation des dividendes: voir à ce sujet l’excellent sujet de Parisien Avantage fiscal d’une enveloppe capitalisante (PEA, AV…) même sans imposition réduite
- absence d’IR si logé dans un PEA

à mon avis il n’y a pas de match.

Ah, s’il faut comparer les avantages fiscaux de l’un et l’autre, bien sûr, je vous suis complètement. Particulièrement pour des actifs non capitalisants. Je n’arrive pas à retrouver la courbe qui montre la différence dans le temps entre les deux pour un même rendement annuel des actifs, c’est énorme comme différence.

Maintenant voilà, on ne parle pas des même actifs. Je ne veux pas acheter du Air Liquide sur mon CTO, mais bien des titres inaccessibles par ailleurs.

Les REIT offrent une diversité sectorielle incroyable (un REIT dédié aux prisons ? Ça existe. Aux casinos ? Idem. etc.) et des rendements très intéressants. Mon total return est d’environ 20% sur les titres que j’ai acheté en début d’année, j’en serais loin sur des équivalents (l’ETF proposé est à 2,2%).

Mais il faut que je distingue deux choses:
1- le stock picking "réussi" qui fait que la plupart de mes achats sont maintenant bien pricés
2- les dividendes à venir qui vont se faire massacrer par la fiscalité (cf le sujet de Parisien)

Par conséquent:
* Je peux donc considérer que mes REIT ont atteint leur objectif et les vendre, empochant ainsi une belle PV, mais de la même manière que si j’avais acheté du J&J ou du Alphabet.
ou
* Je peux considérer que mes REIT sont des valeurs de rendement immobilières et les garder même si elles sont "à leur prix".

Je vous avouerai que mon cœur balance entre les deux… pour l’instant je penche plutôt vers le 2), en me disant que ne pas vendre permettra de capitaliser un peu et que comme mes achats étaient dans une période de sous-évaluation, les % de dividendes à ce moment là étaient encore plus intéressants. Mieux vaut 70% après impôts de 8% annuel + des perspectives de croissance qu’un 4,5% d’un Unibail Rodamco (encore) dans du retail.

Mais je garde les yeux ouverts, et si je me rend compte qu’un ETF de foncières euro "bat" mes REIT en rendement pur alors je n’hésiterai pas à les liquider dans la foulée.

Treffon a écrit :

Ensuite, j’ai parcouru votre présentation, sur le sujet du stock picking:
- quel est selon vous le % de particulier dépassant un ETF comparable à leur univers d’investissement (par ex, un ETF europe ?) après frais et fiscalité ? Perso, je pense à quelque chose comme 10%.
- si vous voulez faire du stock picking, c’est que vous considérez être dans ces X% (10%). Quelle est la confiance que vous avez dans cette évaluation ?

Bien sûr, si vous voulez faire du stock picking parce que ca vous amuse (hobby), ce n’est pas la bonne optique. Si vous voulez prendre une décision rationelle maximisant votre patrimoine final, alors c’est la bonne optique

Je comprend encore mieux votre remarque après voir lu votre fil ou vous considérez votre stock picking comme mitigé smile

Pour être honnête, je ne me met pas forcément dans les 10%… tout du moins aujourd’hui. Mais si je ne pratique pas, si je n’apprend pas, je n’y serai jamais. Pour moi c’est aussi ça l’intérêt d’une gestion un minimum active. Qui sait comment évolueront les ETF et le monde de l’investissement ? Je pense que c’est toujours intéressant d’avoir ce bagage.

Maintenant… tout est une question de prix. Si je sous-performe de 5% annuel ça fera cher la leçon, en effet, et je me reposerai toutes ces questions.

Dernière modification par Sipifruit (13/09/2018 10h19)

Hors ligne Hors ligne

 

#4 29/12/2018 11h26

Membre
Réputation :   3  

Bonjour à tous,

Voici le premier update de mon portefeuille.

Initialement, je voulais le faire à fin novembre (3 mois après le démarrage) mais je profite de l’occasion pour me synchroniser avec le calendrier annuel.

Mouvements


OUT


- Gramercy Property Trust (GPT), REIT industriel pour 40,19% de total return en 2018. N’y voyez pas une prise de profit… j’avais beaucoup d’espoir dans ce titre qui m’a été arraché avec le rachat par Blackstone.

IN


- ETF S&P500 (ESE). Plusieurs achats en fait… plus que le 1/mois prévu. J’ai échoué à suivre mon plan de lissage régulier et je me suis précipité à "renforcer" dès que je voyais une baisse de 5%. Idem pour l’ETF big caps EU que j’ai renforcé 1 fois.

Problème: j’ai cramé pas mal de gaz dans cette fin d’année (3 renforts supplémentaires en 3 mois sur le SP500, ce n’est pas non plus excessif). Si jamais nous rentrons dans un bear market (qui sait…), alors j’aurais gaspillé quelques précieuses cartouches trop tôt. D’un autre côté, si nous ne rentrons pas en bear market, alors mon cash gardé de côté m’aurait plus coûté plus tard.On en revient au fait que le lump sump est en théorie plus pertinent que le DCA, alors je ne vais pas trop m’auto-flageller dessus quand même.

- Tanger Factory Outlet Center (SKT), REIT de magasins outlets. Je suis rentré vers les 22$, pour moi l’objectif est vers les 27$ (à date nous sommes vers les 21$). Entre 6% et 7% de dividendes actuellement pour un P/FFO de 10,3 et un payout ratio de 60%. C’est un REIT plutôt atypique, positionné sur un marché particulier (ni mall ni magasins classiques). Je ne vais pas faire une analyse détaillée ici, mais un des risques principaux est bien évidemment une perte d’attractivité de ce type de magasin face au e-commerce, mais ce n’est pas ce qu’on constate actuellement (comme pour le Retail d’ailleurs). A suivre…

- Ouverture d’une assurance vie Lynxea Avenir. Toujours une bonne chose de faite quand je vois les frais d’escroc qu’on me prélevait chez LCL… que du fond euro pour le moment, juste histoire d’avoir l’antériorité !

Composition


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/16366_compo22018.png

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/16366_compo2018.png

Commentaires: différence bien plus faible avec la photo précédente de Septembre que ce à quoi je m’attendais (notamment à cause d’une grosse arrivée monétaire liée à un solde tout compte qui servira à des congés sans solde l’année prochaine) ! On est encore loin de la composition recherchée, mais on avance, on avance…

Prochaines étapes:

-  Continuer la stratégie en initiant rapidement une ligne Émergents (même si le focus doit rester sur le S&P 500).
-  Chercher (et trouver!) une small caps Française prometteuse que je comprend et qui me donne envie de la suivre régulièrement (même si pas besoin d’un point de vue répartition).
- Trouver un REIT industriel pour remplacer GPT… et garder ainsi un portefeuille de REIT "auto-équilibré" en termes de secteurs (à défaut de la géographie).
- Un autre REIT "data center" pour la route ?
- Toujours pas de grosses cap EU prévues malgré les soldes…

Performance vs ETF World


Total return 2018 (actions + REIT, sans PEE vs ETF World CW8)


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/16366_perf2018.png

Top et flops


En valeur absolue
- Top 2018: les REITS, portés par Gramercy Property Trust (cité dans les ventes du dernier trimestre)
- Flop 2018: le PEE/PERCO gavé en big caps/obligations euro et qui fait -5% sur l’année

En pourcentage
- Top 2018: les REITS, portés par Gramercy Property Trust (encore !)
- Flop 2018: les cryptomonnaies (déjà évoquées)

Commentaire: le résultat est flatteur, vu que je "bat" un ETF world sur 2018 et finit en positif sur le fil. Bien sûr, j’aurais aimé faire un meilleur démarrage, mais le contexte est ce qu’il est. Et avec 0,4% de rentabilité annuelle en bourse, pas de quoi faire le malin… mon PEL a fait largement mieux avec ses 2,5% !

Les REIT ont bien servi d’amortisseur en cette fin d’année… on peut même dire qu’ils sauvent ma performance globale. Et je suis d’ailleurs en désaccord avec IH quand il dit que ce sont des placements volatiles, ils le sont en fait moins que le marché (levered beta = 0,66 d’après Damodaran, 0,42 pour le unlevered beta).

Mais il ne faut pas faire dire plus à cet indicateur qu’il ne peut dire. En effet, vu que j’applique une méthode DCA, chaque moi je me pénalise vs mon référent dans le cas d’un marché haussier et je me favorise dans le cas d’un marché baissier (vu que j’achète moins cher, mon coût moyen baisse ce que ne peut pas faire le CW8 référent qui reste sur sa perf au 1er janvier de l’année dans mon indicateur). Par conséquent, c’est quand mes investissements mensuels représenteront une faible part du capital investi et qu’on aura suffisamment de recul (durée) que cet indicateur sera réellement pertinent.

"C’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus." dit Warren Buffet. Je ne sais pas encore si j’ai un maillot ou si la mer se retire, mais là on a pu voir une petite vague se faire refouler et je vois déjà quelques culs nuls autour de moi (on met tout son capital en cryptomonnaies et sur claranova, mais on se sent investisseur).

REIT US sur CTO vs ETF Foncières euro sur PEA


Ca va être un match intéressant qui va rythmer ces updates de portefeuille. L’attractivité des REIT US parviendra-t-elle a gommer la fiscalité défavorable du CTO par rapport au PEA ?

Voyons ce qu’il en est pour cette année. A noter que je compare mes REIT achetés au 1e trimestre mais APRES une grosse baisse avec un ETF Foncières euro (EPRE, suggéré par Treffon plus haut). Il y a donc plusieurs points de différences entre les deux stratégies:
- Stock picking vs ETF synthétique
- USA vs UE
- Fiscalité pénalisante (30% des dividendes et PV) vs Fiscalité favorable
- Timing d’investissement différent

Total return 2018 (en appliquant la fiscalité sur les dividendes/ventes pour le CTO):
REIT: +8,8%
ETF Foncières: -9,6%

A noter que si j’externalisais mes moins values sur le CTO (pour racheter derrière), le total return des REIT grimpe à +11,7%. Pas photo donc.

Conclusion temporaire: pour l’instant je conserve donc mon portefeuille de REIT, qui en plus m’aide à diversifier géographiquement vu que je suis à la traîne sur les USA. A surveiller quand même de très près vu que l’année prochaine on aura vraiment des performances plus comparables, "dès le 1er janvier".

Les enseignements de 2018 et questions pour la suite


- J’ai encore moins de temps et d’énergie que ce que je que j’avais prévu avec mon nouveau travail. Le stock picking risque donc de fortement se réduire… et à terme je ne gérerai probablement qu’une sorte d’ETF world mais décomposé.

- Même en ayant une stratégie de placement régulier, difficile de ne pas céder devant la tentation de renforcer à la moindre baisse en dehors du timing défini !

- J’avoue avoir peur d’un bear market prolongé. Pourquoi ? Car ma capacité d’épargne va quelque peu se réduire dans 1 ou 2 ans (enfants) et donc je serais un peu déçu d’avoir claqué mes liquidités et mon capital au démarrage de celui-ci. Bon, je cherche le très long terme (20 ans), mais quand même…

- Je lis parfois qu’un scénario "à la japonaise" serait possible pour les USA. J’espère bien que non, mais c’est aussi parce que ces craintes existent que potentiellement on peut faire de belles affaires aujourd’hui. C’est dur de rester focalisé sur une répartition d’actifs sans essayer de "surperformer" le marché, ce n’est pas intuitif.

- La blockchain a peut-être un avenir dans l’industrie (les premiers "pilotes" démarrent…), pour l’instant l’effet positif de leur utilisation (ou pas) n’a aucun effet direct pour le spéculat… pardon, pour l’investisseur.

En souhaitant à tous les investisseurs heureux une excellente année 2019.

Dernière modification par Sipifruit (29/12/2018 11h51)

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur