Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+1]    #1 03/03/2012 23h12

Membre
Réputation :   7  

InvestisseurHeureux a écrit :

Oui et c’est ça qui est déprimant !

Jouer à un jeux sur lequel une machine vous pulvérise.



C’est assez frustrant de voir que l’on bloque toujours au même Elo (en ce qui me concerne). Un peu comme les tests de QI où j’obtiens tjs environ le même score.

Je concède que l’intérêt de jouer contre un ordinateur est très atténué maintenant. D’ailleurs peu de personnes le font encore sauf en le paramétrant de façon qu’il commette des erreurs ce qui est intellectuellement peu satisfaisant.

Les Fritz, Rybka ou autres sont aujourd’hui utilisés essentiellement pour des analyses. Mais il reste le monde fascinant des études (de finales essentiellement voir les travaux de Rinck Rinck), des problèmes (on peut se faire plaisir avec Sam Lloyd FRANCE-ECHECS.COM -) ou même des échecs féériques.

Et sinon on redécouvre le plaisir de jouer avec des humains, fut-ce sur internet.

En revanche ne croyez pas que le niveau que vous obtenez soit indépassable. Pour les tests de QI, on sait que l’entrainement est essentiel et permet de gagner beaucoup de points, ce qui - en passant - en relativise beaucoup la valeur. Pour les échecs le problème est un peu différent, mais le travail paye toujours, même avec du retard : 5 minutes par jour sur ce site devraient considérablement vous faire progresser Chess Tactics Server (mais pas contre un ordinateur bien sur dont le niveau en tactique est monstrueux).

Mots-clés : jeu d'échecs

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 29/04/2015 21h12

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   140  

Je joue, mal, aux échecs, mon meilleur classement fut 1846 élo, mes joueurs préférés sont Capablanca, Pétrossian, Karpov et Rubinstein. Mon prof d’échecs, car je crois encore naïvement pouvoir progresser, a bien connu Gilles Andruet. C’était un garçon hyper-brillant, qui a brillé dans les échecs en commençant tard (cas très rare !), égoïste, insupportable, mal-élevé, drôle, paradoxal, gentil, rêveur, qui est toujours resté, quelque part, un enfant. Un gamin, parfois odieux. Il avait eu des clashs mémorables, ainsi le grand-maître Kouatly lui a envoyé une baffe en plein championnat de France (seul cas recensé sur un siècle environ !). Il a semble-t-il, toujours eu des problèmes avec les règles et les limites, son drame de joueur compulsif fut de tenter de battre les casinos grâce à sa mémoire, hors-norme, puis de fréquenter des mafieux bulgares. Et là, le franchissement des limites s’est payé très, très cher, hélas …
Vous pouvez consulter le blog de Christophe Bouton sur les échecs, il évoque ce meurtre et les "bizarreries" qui ont suivi.
Rastignac


“L'épargne est une magnifique réalité, spécialement quand nos parents l'ont pratiquée.” Mark Twain…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 17/08/2015 23h57

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   162  

J’ai pas mal joué aux échecs entre mes 15 et 25 ans.

Je battais à plate couture les gens qui n’y jouaient jamais.

Mais dès que je m’opposais à quelqu’un ayant un minimum d’expérience, je perdais tout le temps.

Ma plus grosse honte remonte à l’époque ou je jouais en ligne.

Après d’innombrables défaites jour après jour, arrive enfin ma première victoire.

Je demande à mon adversaire kazakh s’il veut refaire une partie, celui-ci me répond que sa maman l’appelle pour prendre son bain.

Je lui demande son âge : 8 ans.

J’en avais 20… la honte…

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #4 06/10/2015 21h23

Membre
Réputation :   45  

Bonjour,

Je jouais au go avant sur KGS mais avec les problèmes de java plus moyen maintenant. J’ai beaucoup joué au go à une époque (je devais être 5D sur kgs de mémoire). Le go m’a beaucoup aidé en bourse : être patient et calme, peu importe ce qu’il se passe!

Autre serveur mieux fait et plus intéressant (plus de joueurs, système plus efficace de gestion des coupures de parties…) : Tygem.

Cdlt


"The greatest obstacle to discovery is not ignorance, it's the illusion of knowledge".

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #5 08/01/2016 13h29

Membre
Réputation :   1  

Bonjour,

Un article intéressant (Le Monde 2011) sur les similitudes entre les échecs et la finance devrait intéresser tous les joueurs d’échecs (comme moi)  de ce forum !
les maîtres de l’échiquier

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 21/01/2019 15h37

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2250  

Bonjour Koldoun,

En France, les tournois sont homologués par la Fédération (je vois que vous êtes Belge, je ne sais pas si c’est le même principe). On peut les trouver ici. Pour les rejoindre, il faut normalement être membre d’un club d’échecs homologué par la FFE (cotisation du genre 10€/an).

Il y a différents formats de tournois. Les tournois en cadence lente se jouent normalement sur une semaine, au rythme d’une partie par jour. Les tournois en cadence rapide se jouent normalement sur une journée (9-10 parties sur la journée, par exemple 20 minutes par joueur pour chaque partie) : intense, mais très sympa. Je vois sur le site de la FFE qu’il y a aussi des tournois pour enfants (je n’ai joué que des tournois pour adultes, quand j’étais ado).

Cela dit, normalement le tournoi est un événement spécial, l’apprentissage régulier se fait plutôt en club, où on peut jouer à la fois contre des joueurs de son âge et contre des beaucoup plus expérimentés. En principe conseillé, pour les passionnés / ambitieux. Car jouer essentiellement contre des ordinateurs peut déformer le style.

En ligne, le site lichess est parfait, mais l’essentiel des parties se fait en blitz, ce qui là aussi peut déformer le style (Fischer disait que le blitz est aux échecs ce que la musique militaire est à la musique).

En principe, pour l’apprentissage le mieux est le club, où l’on peut alterner différentes fréquences, se faire des amis, jouer contre des "seniors" pédagogues, et se confronter à différents styles. Cela dit, pour les esprits les plus brillants un apprentissage solitaire peut donner des résultats surprenants : ado, Akiba Rubinstein s’est enfermé tout seul dans sa chambre pendant des semaines après une défaite humiliante, il en est ressorti très fort (mais aussi un peu fou) ;-)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 21/01/2019 20h47

Membre
Réputation :   29  

J’ai beaucoup joué aux échecs il y a quelques (nombreuses) années.
Je ne sais pas si c’est le cas dans votre département mais pour les jeunes, il y a, comme indiqués par d’autres membres du forum, des tournois fait pour eux.

J’ai souvenir de tournois qui avait lieux uniquement un des deux jours du week end, sur une apres midi (ou matin + après midi), bref, un créneau adapté aux jeunes.
Ces tournois ont un gros avantage, bien souvent ambiance sympathique, un grand nombre de joueurs et leur parents sont des réguliers.
Par contre, cf premiere remarque ci dessous, assez peu de joueurs.

Quelques petites remarques:
- au plus jeunes ages, le niveau départemental n’est pas très haut, la véritable comparaison est au niveau regionale.
- il y a des gros écarts de niveau à chaque tranche d’age. Je me souviens avoir ramené de nombreuses coupes et autre trophés puis soudain, changement de catégorie et une longue traversée du désert.

Essayer de contacter la fédération régionale/départementale, ils devraient pouvoir vous aider / renseigner sur des tournois et autres clubs.

Pour finir, pensez à lui demander de temps en temps si ça lui plait toujours (directement ou via un membre de la famille), un enfant ça se lasse vite.


Parrainage Boursorama, Mes placements, Bourse Direct & Binck sur demande [MP]

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 22/01/2019 13h05

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2250  

Ado j’étais complètement addict au "Guide des échecs" de Nicolas Giffard et Alain Biénabe. Un pavé de plus de 1000 pages mais très pratique à avoir partout avec soi (collection Bouquins de Robert Laffont : les gros pavés blancs à couverture flexible et pages très fines).

Pour découvrir la culture échiquéenne c’est vraiment super : il y a toute une partie sur l’histoire des échecs, où l’on découvre les différentes générations de champions, leur vie, leur caractère, avec des extraits de leurs meilleures parties. J’ai dû lire cette partie des dizaines de fois ;-)

La première édition date de 1993, mais apparemment il y a eu des rééditions.

Dernière modification par Scipion8 (22/01/2019 13h05)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 03/07/2019 00h53

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2162  

koldoun, avec 6 mois de retard, voici quelques conseils pour votre fils de 6 ans (et pour tout joueur moyen ; pour les bons joueurs ce n’est pas de mon ressort) :

- travailler les ouvertures. Il faut connaître par cœur toutes les ouvertures courantes et leurs variantes, et comprendre "ce qui se passe si…" (les avantages et inconvénients de chaque variante, de chaque mouvement de pièce). En commençant par les classiques (ouverture du roi, ouverture de la reine), puis les moins classiques (notamment sicilienne et anglaise). Comment faire quand on lit à peine ? La vidéo. Il y a plein de super videos sur Youtube. Par exemple diagonale TV, en français. Ils expliquent bien : attention, "si on fait ça, la conséquence désagréable sera ça, alors que si on fait ça, celapermet de développer ensuite le cavalier sur telle case puis…". Découvrir par soi-même ce qui marche et ce qui ne marche pas dans les ouvertures, en enquillant des milliers de parties, cela nécessite beaucoup plus longtemps. C’est un peu comme apprendre à lire : on peut certes apprendre tout seul, certains le font ; mais ça va tellement plus vite avec un prof, une méthode, et l’explication des règles sous-jacentes.

- pour le même usage : lichess a un explorateur d’ouverture (dans "outils").

- apprendre par coeur le nom des cases (a1, a2), et les notations des mouvements (Qg6, etc.). Il faut aussi apprendre la notation des pièces aussi bien en français et en anglais (Qg6 est de l’anglais puisque Queen). A partir d’un certain niveau, les gens n’arrêtent pas de dire et d’écrire des trucs comme : "pourquoi n’as-tu pas fait e4" ? Ou "Bxf4 était un meilleur coup". Vous pouvez l’aider : vous numérotez un échiquier, et vous inventez des exercices de placement.

- sur Lichess en tout cas, il faut aussi connaître le vocabulaire inaccuracy (imprécision = petite erreur), mistake (erreur plus significative) et blunder (traduit "gaffe",mais en fait c’est bourde, grosse erreur).

- Il faut également connaître les points : classiquement un point pour un pion, 3 points pour cavalier et fou, 5 pour une tour, et 9 pour une dame (quand j’ai appris étant gamin, on disait 10 pour la dame, mais souvent une dame seule fait moins que 2 tours, d’où 9 points et pas 10).
Comprendre aussi la notation de l’avantage : par exemple +3 indique un avantage notable pour les blancs (en principe l’équivalent d’un fou d’un cavalier ou de 3 pions ; mais l’ordinateur analyse l’avantage positionnel et pas seulement la différence de pièces), -3 indique la même chose pour les noirs.

- jouer contre des vrais joueurs, dans différentes variantes de temps. Eviter les temps hyper courts (bullet, etc.), il faut laisser cela aux excités et aux maîtres. Quand on apprend il faut le temps de réfléchir. Des sites comme Lichess et Chess ont un reservoir quasi infini d’adversaires, ce qui permet de jouer tout le temps contre des gens de son niveau. Avec l’avantage qu’ils sont beaucoup moins prévisibles qu’un ordinateur qui fait un peu tout le temps la même chose, ou en tout cas qui "raisonne" toujours de la même façon.

- quand on joue une partie contre un ordinateur ou un joueur, s’interdire le "takeback", c’est à dire reprendre son coup. C’est très mauvais de s’y habituer. Dans les parties, tout coup joué ne peut pas être repris (et toute pièce touchée doit être jouée !), et il faut s’y tenir.
Ca n’empêche pas de faire des exercices de stratégie (avec un explorateur d’ouvertures ou autre), où là, il est clair qu’on a le droit d’explorer (que se passe-t-il si je fais ci ou ça ? Ah oui, son cavalier me prend, c’est pas bon).

- de même, personnellement, je considère qu’une partie doit toujours être jouée jusqu’au bout. C’est de l’apprentissage. A force d’abandonner au moindre désavantage, on ne sait plus jouer les fins de partie. Il faut maîtriser les fins de partie : savoir mener un échec et mat avec seulement un roi et une reine, c’est fou le nombre de gens qui ont du mal). De plus, quand on est perdant, savoir comment optimiser ses chances de faire pat. Enfin, un revirement de situation est toujours possible. Par exemple, on perd la renie, catastrophe. Sauf qu’à un moment, si on persiste, peut-être que le gars en face va perdre sa reine aussi ; ou bien si ona nos 2 tours et qu’il perd les 2 tours, on se retrouve en léger avantage (une reine, 9 points, contre 2 tours, 10 points).

-les bouquins ? Franchement, je ne sais pas si c’est très utile. Dans l’absolu, oui, mais pour un enfant de cet âge les vidéos et le jeu sur ordinateur vont être plus interactifs.

- dans Lichess, il y a un super outil : après une partie, cliquer sur "échiquier d’analyse", puis "demander une analyse". Ca permet de voir là où on a merdé, quel coup était mauvais et a été le tournant fatal de la partie, pour ne pas le reproduire à l’avenir. De plus, à n’importe quel stade de la partie, on peut déclencher une variante en déplaçant les pièces aussi bien noires que blanches, pour voir ce qui se passe. L’ordinateur suggère à chaque fois le coup "optimum", mais on est libre de le suivre ou non ; et il indique le chiffre d’avantage, qui montre si l’on gagne ou non. Je suppose que d’autres sites ont la même chose, mais j’avoue que je ne pratique que Lichess. Ce système d’analyse est super puissant pour progresser.

Dernière modification par Bernard2K (03/07/2019 09h33)


Mes deux formations : "rentier immobilier en un clin d'œil" et "marchand de biens en claquant des doigts".

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 03/07/2019 10h58

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   233  

@koldoun Je pense que vous avez bien synthétisé les choses…

Attention, je n’ai rien contre les échecs, qui sont un excellent exercice de concentration et de projection temporo-spatiale, au contrainte.

Je pense qu’en faire un peu est toujours bénéfique, mais le bénéfice s’arrête quand cela devient au détriment d’autres choses.

Bernard2K a écrit :

@ AleaJactaEst : bien d’accord. De toute façon, ce gamin est manifestement intelligent, s’il ne consacre pas son intelligence aux échecs il la consacrera à autre chose, notamment apprendre à l’école ; le sport donnant un excellent équilibre pour ne pas travailler que du ciboulot.

Je vous rejoints Bernard. C’est une question délicate de l’interdépendance entre l’innée et l’acquis sur l’intelligence…  Mais je ne pense pas que pratiquer un exercice mental trop "pointu /étroit" de manière intensive rende intelligent en soi. La variété me semble meilleur.

Dernière modification par AleaJactaEst (03/07/2019 11h04)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 03/07/2019 15h01

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   123  

Je partage l’avis de Bernard sauf pour son premier point.

Apprendre les ouvertures ne me semble pas vraiment la priorité en premier. Et, surtout, ne pas apprendre du "par coeur".

Pour un débutant, les ouvertures devraient se résumer à comprendre et appliquer les grands principes suivant:
- Centre
- Développement
- Roi à l’abris

Ensuite, connaitre "grossièrement" les grandes ouvertures et les types de jeu sous-jacents:
- Début ouverts  ( jeu plus dynamique )
- Début semi-ouverts ( jeu de manoeuvre )
- Début fermés ( jeu positionnel )

Enfin, lorsque l’on a développé un certain niveau, on peut approfondir les structures de pions et leurs plans respectifs possibles:
- Formation slave
- Formation de Scheveningue (à centre retenu)
- La structure Karlsbad
- L’étau de Maroczy


Mais je vois trop de débutants se focaliser sur les débuts de partie alors qu’ils ne comprennent rien à leurs coups et gagnerais beaucoup plus (pour progresser) à se concentrer sur d’autres aspects du jeu.

Quant à l’isolement "psycho-social" généré par la pratique des échecs que décrit AleaJactaEst, je ne partage absolument pas son avis. Au contraire, pour avoir organiser et participer à des tournois, mais aussi former des jeunes… les échecs (en club), c’est aussi se sociabiliser et l’esprit de compétition implique aussi l’apprentissage de la défaite (on ne peut pas toujours gagner ! Et, c’est vrai dans les échecs comme dans la vie en général), de ses propres faiblesses et du respect des autres. C’est bien-sûr applicable aux échecs, comme à tout autre sport de compétition.


“The pessimist complains about the wind; the optimist expects it to change; the realist adjusts the sails.” W.A Ward

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 03/07/2019 15h41

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2250  

Je partage entièrement le point de vue de WhiteTiger.

1) Le jeu d’échecs peut parfaitement être une activité sociale, très formatrice comme le dit WhiteTiger sur l’apprentissage de la défaite, l’analyse de ses erreurs et défauts, l’esprit de (saine) compétition…

La pratique des échecs est en outre, à ma connaissance, très bonne pour le cerveau : elle fait travailler à la fois la mémoire (inconsciemment, on "enregistre" à chaque partie des schémas, des combinaisons, qu’on pourra ensuite intuivement reproduire), la rapidité, la profondeur de calcul… Elle oblige aussi à chaque coup de prendre des décisions : perso, je trouve très utile dans mon activité d’investisseur, d’avoir l’habitude de prendre des décisions, sans trop hésiter ni procrastiner, mais en calculant de façon raisonnée.

Pour ses vertus pour le cerveau, la pratique des échecs est recommandée aussi pour les personnes âgées, donc il n’est jamais trop tard pour s’y mettre.

Sans vouloir polémiquer, je rappelle que chaque coup de tête, au football, conduit à un massacre de neurones. Quand j’ai appris cela, j’ai strictement évité toute utilisation de ma tête au foot, ce qui a rendu définitive ma médiocrité dans ce sport ;-)

2) Sur l’apprentissage, comme WhiteTiger, je crois beaucoup plus en la compréhension des principes qu’au par-coeur, qui est assez rebutant (même si la connaissance parfaite des ouvertures est évidemment un avantage).

Aux principes mentionnés par WhiteTiger, j’ajouterais l’activité des pièces : quand on n’a pas de plan, un principe simple est d’évaluer la position et l’activité (offensive et défensive) de chaque pièce, et de réfléchir à la façon de l’améliorer.

Perso je conseillerais à un débutant passionné la lecture de 2 classiques de 2 grands pégagogues du début du 20e siècle :

- "Le Jeu d’échecs" par Siegbert Tarrasch : c’est lui qui a formalisé tous les principes classiques de contrôle du centre, occupation des colonnes ouvertes, avantage spatial etc. - qui restent valables / utiles 100 ans après

- "Mon Système" par Aaron Nimzovitch : l’inventeur du jeu positionnel, qui a pris le contre-pied de tous les principes classiques (par exemple en laissant le contrôle du centre à l’adversaire, ou en jouant de façon "négative", en restreignant l’activité des pièces adverses jusqu’au zugzwang, le moment où tout coup par l’adversaire est perdant). Il a aussi inventé des concepts comme le "louvoiement" (en finale).

En lisant ces 2 livres (2 approches assez opposées), on comprend les bases théoriques, on peut alors s’essayer à différentes ouvertures et différents styles (perso : système de Londres, ouverture Bird, défense slave, défense hollandaise, et différentes versions de l’étau de Maroczy - mais j’ai un style très déformé par l’apprentissage avec les ordinateurs, qui me conduit à préférer fermer le centre et travailler en roques opposés).

3) Sur l’apprentissage avec les ordinateurs, pour un "ancien" comme moi, il est phénoménal d’avoir un programme à 3400 Elo comme Stockfish sur mon portable. 3400 Elo (le niveau des meilleurs programmes), c’est 500 points de plus que Magnus Carlsen : la même différence qu’entre un bon joueur de club à 1900-2000 et un ado débutant à 1400.

Désormais, on mesure même la performance des humains à leur pourcentage de correspondances, sur l’ensemble d’une partie, avec les meilleurs programmes : sans surprise, Carlsen est le meilleur de ce point de vue.

Je rejoins Bernard2K sur les dangers de l’utilisation de la fonction "Take back" sur les programmes : cela conduit à banaliser les bourdes, à ne plus faire l’effort de réflexion, et c’est désastreux ensuite face à des humains (c’est l’un de mes problèmes).

Désormais, pour apprendre, je préfère jouer face aux ordinateurs sans "Take back" mais avec la "béquille" d’un programme (comme l’app "Analyze This") en écran fractionné sur mon portable : je joue ma partie normalement sans soutien, puis quand vraiment je bloque (alors que je sens que la position a du potentiel), je fais tourner l’app qui (1) me donne une évaluation de la position et (2) me donne le meilleur plan. Evidemment, c’est de la triche, mais cela m’a permis de comprendre (1) qu’en général je jouais l’ouverture correctement, et (2) que je bloquais sur des aspects tactiques en milieu de partie (notamment l’ouverture de lignes par gambit, qui est bloquante pour moi psychologiquement car je préfère les parties fermées et par ailleurs comme tout Aveyronnais je suis assez radin en pions).

J’espère ainsi progresser peu à peu. En tout cas, les outils d’apprentissage actuellement disponibles sont incroyables, par rapport à il y a 20-25 ans.

Dernière modification par Scipion8 (03/07/2019 15h49)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #13 06/07/2019 07h51

Membre
Réputation :   46  

@Whitetiger :"L’avantage d’une carrière pro aux échecs, c’est que cela peut durer plus longtemps qu’au foot ! "

Je ne partage pas cet avis.
Pour être "pro" et donc gagner très correctement sa vie , il faut être au moins à 2700 ELO et jouer.
Et il doit y avoir moins d’une trentaine de joueurs actifs à ce niveau et je crois que seul Anand a dépassé la quarantaine (vérif faite il y’a aussi Kramnik)
Hors mis les top mondiaux , les autres ne gagnent pas correctement leur vie  grâce aux échecs. Tant qu’ils sont sous les feux de l’actualité, les prix gagnés et  avantages sont conséquents (mais on est loin d’un joueur de foot de Ligue 2 !). Je n’évoque pas les tops 5 qui , même ne jouant plus , pourront donner des cours , écrire des bouquins (ça rapporte peu) , entrainer etc…
Pour exemple , le no 10 mondial est estimé à 200.000 euros de gains en tournois. Mais ce n’est pas un salaire , c’est du chiffre d’affaires dont il faut retirer les cotisations , IR ,  et payer le staff,  les entraineurs etc ….
Je passe sur les déplacements , hotels etc qui à ce niveau sont pris en charge.
Entre 2600/2700 ELO on estime les rentrées (pas le bénéfice !) autour de  2500/3000 euros  mensuels. Plus on monte , plus les gains sont exponentiels (gains de tournois, sponsors, etc…cf Carlsen  > 1M€. Ces chiffres sont justes estimatifs +++.
Après la carrière , on peut devenir entraineur en club, travailler à la Fédération mais les salaires n’ont strictement rien d’un cadre sup !
D’ou l’intérêt des sports études qui permet d’allier plaisir du jeu et études. Mais pour les futurs pro , on les connait bien avant qu’ils n’arrivent en prépa ingénieur !
En général , à 14/15 ans on les a déjà repéré ! cf Carlsen , Maxime Vachier Lagrave , notre français , brillantissime depuis son enfance .

Dernière modification par jctrader (06/07/2019 08h24)


Think Happy, Dream Big, Do your Best !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #14 06/07/2019 09h06

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   123  

Les joueurs dans le Top mondial dépassant la quarantaine sont nombreux:
9 ieme  Anand, Viswanathan  (50 ans cette année)
16 ieme  Kramnik, Vladimir
18 ieme  Topalov, Veselin
20 ieme  Svidler, Peter
43 ieme  Sadler, Matthew
51 ieme  Almasi, Zoltan
53 ieme  Rausis, Igors  (58 ans  !)
57 ieme  Ivanchuk, Vassily
66 ieme  Najer, Evgeniy
67 ieme  Gelfand, Boris

Je m’arrêtes à Gelfand qui a tant apporté au jeu et qui joue encore au top niveau à plus de 60 ans ! Tous ces joeurs sont actifs et gagne leur vie aux échecs… depuis maintenant un certains temps.

Il est certain que tous ces joueurs ont été "repérés trés jeune et c’est pour cela qu’il font favoriser le sport-étude. Surtout, qu’en général, ils en ont les capacités, et en général, ce sont tous des gros bosseurs.

Pour trouver un + de 40 ans, en ligue 1 ou ligue 2 de foot, je veux dire "joueur actif", à ma connaissance, il n’y en a aucun. Mais, pour le coup, je ne suis pas un spécialiste.


“The pessimist complains about the wind; the optimist expects it to change; the realist adjusts the sails.” W.A Ward

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 06/07/2019 12h04

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   162  

WhiteTiger a écrit :

- Il introduit "gentiment" la notion de compétition, qui, comme la frustration, risque d’être inévitable pendant la vie d’adulte.

Alors là, je m’inscris en faux sur cette notion de "gentiment".

De toute mon existence, je n’ai jamais vu un univers aussi peu fairplay que le monde des échecs.

Déjà, ce qui m’a surpris, c’est que lors des tournois, des enfants de 6 ans jouent contre des adultes de 50 ans.

Mais le plus choquant, c’est quand vous voyez un gars de 35 ans lever le bras pour appeler l’arbitre car son adversaire de 6 ans n’a pas respecté une règle bien précise que l’enfant ne connaissait même pas, afin de lui infliger une pénalité de temps.

On est loin de l’esprit "rendre la balle à l’adversaire" du football, univers que pratique assidument mon fils, et ou justement on épargne le plus longtemps possible les enfants d’une telle mentalité (pas de classement avant 13 ans par exemple).

J’ai pratiqué 5 ou 6 sports dans ma jeunesse, et je n’ai jamais vu cette mentalité comme aux échecs, ou une fois devant l’échiquier plus rien ne compte, ni l’âge de l’adversaire ni les circonstances.

Ayant fait la remarque à un responsable d’un club, il m’a raconté l’anecdote suivante :

Un enfant de son club joue contre un adulte en déplacement. Le père de l’enfant appelle le responsable pour signaler que la maman de l’enfant a fait un malaise et que l’enfant doit rentrer au plus vite.

le responsable en parle a l’adversaire et propose une partie nulle.

Refus.

Soit l’enfant joue sa partie, soit il perd par abandon.

Je pense que l’énorme problème est dû au fait que les enfants ne jouent pas par catégorie d’âge comme au foot.

Par exemple, le tournoi que j’ai évoqué, ou mon fils a finit 49e sur 76, était un tournois "jeunes".

Sauf que "jeune", c’était de 5 à 18 ans. Je peux pas imaginer un instant un match de football opposant des U6 à des U18…

Et forcément, le gars de 18 ans ne fera pas le moindre cadeau au gosse de 6 ans qui a "osé" toucher une pièce par maladresse pour lui lancer "touché égal joué" avec le papa à coté (moi) qui a juste envie de lui mettre une paire de claques…:-(

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 30/07/2019 23h02

Membre
Réputation :   8  

Très intéressant de continuer à suivre ce fil sur ce jeu qui me passionne.
Suite à ma proposition en Juin, j’ai joué 2 forumeurs :
JC trader m’a rousté et ensuite victoire contre potterthekiller.
Ça serait sympa d’organiser un tournoi entre forumeur un jour sur Chess.com si ça en tente certain(e)s.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 11/08/2019 17h54

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   123  

Il y a aussi un jeune corse prometteur, à 12 ans, Marc’Andria Maurizzi vient d’établir sa 3ième norme de MI en juillet, est remporte aujourd’hui le championnat d’Europe U12 qui se déroulait à Bratislava.

Il a aussi été sélectionné pour faire partie de l’équipe de France pour les championnat d’Europe en octobre-novembre prochain.

Maxime a fait un sacrifice positionnel de dame pour 2 pièces mineures dans la dernière partie rapide d’hier qui est juste magnifique et qui a payé !


“The pessimist complains about the wind; the optimist expects it to change; the realist adjusts the sails.” W.A Ward

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #18 10/11/2020 20h13

Membre
Réputation :   46  

Chers forumeurs passionnés d’Echecs, sur Netflix super série "Le jeu de la Dame" et titre anglais + évocateur : "The Queen’s gambit"
Très belle série. A vos écrans.


Think Happy, Dream Big, Do your Best !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #19 11/12/2020 09h28

Membre
Réputation :   102  

Pour un débutant ou quelqu’un qui reprend les bases, je conseillerais :
- ce livre de Silman Le cerveau de l’amateur mis à nu - broché - Jeremy Silman - Achat Livre | fnac
- ce livre d’Euwe https://livre.fnac.com/a158667/Max-Euwe … aux-echecs

Ce sont probablement les deux auteurs les plus pédagogiques à ce niveau.

Pour aller un tout petit peu plus loin, les deux livres d’analyse de parties Maître Contre Amateur d’Euwe sont très enrichissants, mais peut-être un peu trop d’ouvertures pour un débutant.

Sinon, la meilleure ressource pour un débutant ça reste la chaîne vidéo Blitzstream, en particulier les vidéos < 1000 elo et < 1200 elo, mais globalement tout est très bon, ouvertures, finales, analyses de parties (peut-être attendre les 1200 elo quand même).

Et bien sûr, une fois les 3 principes de base de l’ouverture compris (contrôler (et même occuper pour un débutant) le centre, développer ses pièces, protéger son roi (roquer)), se concentrer sur un peu de tactique tous les jours. Sinon la pratique devient frustrante, les principes stratégiques s’écrasent sur le mur de la tactique si on rate les combinaisons.

Dernière modification par Evariste (11/12/2020 09h50)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #20 11/12/2020 13h32

Membre
Réputation :   46  

Bonjour.
Vous avez la série de Marc Quenehen sur Europe Echecs : niveau 1200, 1400 , 15 euros le volume et bien expliqué.
Toujours sur Europe Echecs, des vidéos sont gratuites tout comme sur Lichess.org.
Le site MJAE dans la catégories "parties" site un peu daté mais très bien.
Pour la tactique, rien de tel que Chesstempo : choix des exercices de facile à difficile (je m’entraine toujours  dessus).
Surtout travailler le "pourquoi"  c-à-dire comprendre et pas le comment (style j’apprends des ouvertures par coeur).

You’re welcome back !


Think Happy, Dream Big, Do your Best !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #21 29/12/2020 16h35

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2250  

J’ai 4 neveux qui apprennent les échecs (mais pas sérieusement, leur mère préfère la musique). Jusqu’à présent, pour égaliser les chances, je jouais avec eux dans des parties à handicap (avec une pièce en moins pour moi, plus ou moins importante selon le niveau du neveu), ou bien des parties à l’alimentation (2 contre 2, moi et le plus jeune neveu, contre l’aîné et le cadet : si j’ai les blancs sur mon échiquier, mon équipier a les noirs sur le sien ; je lui passe les pièces noires que je capture, qu’il peut alors placer à sa convenance sur son échiquier - cela compte pour un coup, et quand on place une pièce on ne peut faire une capture, un échec ou une promotion).

A l’occasion de ce Noël, j’ai innové et introduit les échecs Yalta : un échiquier à 3 joueurs. On joue chacun son tour. Les règles de déplacement des pièces sont les mêmes que dans le jeu classique, mais les cases centrales permettent d’orienter une pièce (par exemple un fou) dans une direction ou l’autre : un peu délicat au début, mais on s’y fait vite. L’aspect le plus intéressant est stratégique : le gagnant est le premier joueur qui fait échec et mat l’un des 2 adversaires, qui ont alors tous les 2 perdu. Il s’agit donc non seulement d’essayer de mater le plus vite possible, mais aussi de secourir un adversaire menacé d’un mat imminent par le 3e joueur. En général, il faut mieux éviter les échanges, dont bénéficierait le 3e joueur. Très amusant.

J’avais les bleus dans cette partie inachevée contre 2 de mes neveux :

PS : En revanche, ce jeu n’est pas pour tout le monde : mon père, enclin aux vertiges, a quasiment fait un malaise quand je lui ai montré l’échiquier.

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur