Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 10/08/2018 09h58 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Réputation :   25 

Bonjour

Certains parmi vous ont ils intégré dans leur processus l’hypothèse de la collapsologie ?
Si oui comment ?
Achat d’or physique ?
Maison isolée avec réserves ?
Etc

Car l’intégration de cette hypothèse tranche littéralement avec l’argent virtuel pour une concentration sur l’argent physique réel saupoudré ou associé à certaines mesures de survivalisme

Met.

Mots-clés : apocalypse, collapsologie, survivalisme

Hors ligne

 

#2 10/08/2018 10h18 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   187 

On ne peut pas dire que j’ai intégré ça à ma méthode d’investissement, mais ça m’amuse et il y a un fond de vérité dans l’idée qu’il est assez incongru de ne pas savoir cuisiner, cultiver ou réparer, ce que beaucoup de gens savaient encore faire il y a à peine deux générations.

J’ai un peu d’or physique, mais utile : deux stylos plumes anciens en or 18k que j’utilise quotidiennement, des lunettes en or 18k (le tout chiné à vil prix sur LBC), quand j’ai dû me faire couronner deux molaires j’ai choisi des prothèses en or remboursées par la mutuelle. C’est donc de l’or discret, qui paie un dividende en nature et ne coûte rien en stockage, en quantité probablement suffisante (?) pour payer un passeur si "the shit hit the fan" roll

J’ai installé un beau poele à bois en plus du chauffage électrique chez moi.

J’ai aussi acheté un bout de terrain où j’apprend à cultiver (fraises, framboises, tomates, ail - de préférence des fruits et légumes vendus relativement cher) et où j’envisage d’élever quelques poules l’année prochaine.

En gros dans un scénario type occupation WW2, ça devrait être suffisant pour ne pas vivre trop mal ?

Les scénarios survivalistes américains me paraissent beaucoup trop extrêmes. L’Europe a connu plusieurs fois une rupture totale de l’ordre social, et ça ne s’est pas transformé en Mad Max pour autant.

Dernière modification par doubletrouble (10/08/2018 10h21)

Hors ligne

 

#3 10/08/2018 10h31 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Réputation :   25 

La théorie de la collapsologie intégré également la rupture climatique qui nous pend au nez et pas seulement le désordre mondial.

Hors ligne

 

#4 10/08/2018 10h43 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   187 

A priori l’Europe ne devrait pas être le continent le plus durement touché par le changement climatique (en tout cas je mise un peu là dessus).

Hors ligne

 

#5 10/08/2018 10h53 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Réputation :   25 

La hausse du niveau de la mer étant incontestable, des pays entiers seraient rayés de la carte

Hors ligne

 

#6 10/08/2018 10h56 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   69 

Le problème n’est pas tant l’impact direct de la météo sur notre pays (hausse des eaux, violence des orages, fréquence des tornades, sécheresse…) que les mouvements de population au niveau mondial que cela pourrait entraîner, la rupture des chaînes d’approvisionnement qui s’en suivent, ainsi que les désordres qui ne manqueraient pas de se créer suite à un système qui ne serait plus en mesure d’assurer les services régaliens comme avant.


Portefeuille | "Je peux être rentier à vie dès maintenant, à condition de mourir le mois prochain"

Hors ligne

 

#7 10/08/2018 10h59 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   367 

Mettero a écrit :

Certains parmi vous ont ils intégré dans leur processus l’hypothèse de la collapsologie ?

Il faut souligner qu’investissement et survivalisme/collapsologie sont psychologiquement assez éloignés: le premier se base sur une progression de la croissance à long terme alors que le second sur un effondrement général.
Peut-on bien faire l’un tout en estimant l’autre probable ?

Mais admettons que l’on souhaite se préparer à toutes les éventualités.
Le problème majeur du survivalisme est que la plupart des solutions immobilisent de l’argent (or/maison/terrain/etc) et/ou en coutent (maison/denrées/etc).
A moins d’un revenu énorme, impossible de mener les deux de front dans ces conditions.

Pour marier les deux, il reste à trouver des solutions survivaliste rapportant de l’argent.
L’un des intervenants de ce forum gagne des sommes correctes avec l’apiculture (sans que ce soit sa profession il me semble). Voilà déjà une idée.
D’autres solutions agricoles peuvent être envisagées, mais étant donné l’expérience de mon père, je suis dubitatif: il adore le jardinage et cultive avec acharnement pas loin de 1000m² de potager et une belle portion de verger depuis plus de 40 ans. Vendant une partie de ses récoltes, il est tout juste à l’équilibre financier (sans prendre en compte sa consommation, qui représente quand même une somme importante)
L’élevage ne me semble pas beaucoup plus rentable, tout en étant encore plus prenant (on ne part pas en long week-end avec des animaux à nourrir)

Une autre piste pourrait être celle de l’énergie: avoir des moyens de produire de l’électricité n’est pas inutile dans un monde s’écroulant. Et même si le rendement d’une installation personnelle n’est pas fantastique, ça pourrait être un moindre mal.

Mais pour être honnête, je pense que la solution la plus viable pour mêler investissement et collapsologie est de se consacrer à fond à l’investissement pendant quelques années puis, une fois un capital cible obtenu vendre l’essentiel pour acquérir tout ce qu’il faut pour se protéger.
La personne serait alors vulnérable (mais pas plus que n’importe qui) pendant quelques années, puis à l’abri pour le reste sa vie.

Mettero a écrit :

La hausse du niveau de la mer étant incontestable, des pays entiers seraient rayés de la carte

Votre lien parle d’une hausse des eaux de 50m.
Les rapports du GIEC parlent de maximum 1 mètre de notre vivant (2100).

En investissement comme en survivalisme, il est contre-productif de se protéger contre un risque qui n’arrivera pas.

Dernière modification par Faith (10/08/2018 11h04)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne

 

#8 10/08/2018 11h08 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   70 

Mettero a écrit :

La hausse du niveau de la mer étant incontestable, des pays entiers seraient rayés de la carte

Le mot clé de cet article est "Ceci est donc une fiction".

Hors ligne

 

#9 10/08/2018 11h25 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   187 

@Geoges et @Faith ont raison.

Ce genre de loisirs avec un dividende en nature (maraîchage, apiculture…) est de plus totalement en adéquation avec le statut de rentier : un rentier a beaucoup de temps libre et pas vraiment besoin d’argent.

Hors ligne

 

#10 10/08/2018 11h30 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2034 

Ce thème revient régulièrement sur nos forums, avec toujours l’histoire de l’or physique.

Plutôt que faire des hypothèses sur la comète, prenons simplement le cas d’un syrien en Syrie au commencement de la guerre il y a quelques années.

1) Est-ce qu’une maison "bunkerisée" lui a été utile ?


Non, car il n’est pas à l’abri des frappes aériennes et quand le réseau d’eau potable est KO, il n’a plus à boire.

2) Est-ce qu’un potager est utile ?


Si tant est que le potager ne soit pas détruit par les frappes aériennes et que de l’eau soit disponible pour l’irriguer, les fruits et légumes sont volés de toute façon.

3) Est-ce que de l’or physique est utile ?


Mais qu’allez-vous acheter avec votre or s’il n’y a plus rien à vendre et que tout est détruit ?

Pensez-vous vraiment qu’un commerçant qui vous voit payer en or, dans un pays ravagé, va garder l’information pour lui et ne pas tenter de vous voler plus tard ?

Enfin, admettons que le syrien décide de migrer avec son or physique dans le baluchon. Pensez-vous vraiment qu’il arrivera à le conserver pendant le trajet ? L’or ne franchira ni les douanes physiques, ni les passeurs, ni les pirates de grand chemin.

------------

Ceci semble plus utile :


1) un passeport à jour pour toute la famille,

2) un compte à l’étranger sur lequel faire des virements,

3) être en bonne santé et parler anglais,

4) partir en pays étranger avec le plus d’anticipation possible,

voilà qui semble le plus efficace, même si c’est un peu moins "roots" que les thèses survivalistes…

Hors ligne

 

#11 10/08/2018 11h49 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   367 

doubletrouble a écrit :

En gros dans un scénario type occupation WW2, ça devrait être suffisant pour ne pas vivre trop mal ?

Le post d’IH m’a remémoré les nombreuses conversations que j’ai avec mon grand-père (94 ans au compteur, et au moins 20 en tant que conteur)

Le Nord-Pas-de-Calais a été dévasté par les envahisseurs et par alliés de manière régulière, tout au long de la guerre.
La famille de mon grand-père avait beau avoir des terres, ils se sont quand même vu loger dans des préfabriqués bien loin de là. Quand au temps nécessaire à s’occuper du terrain, il était bien restreint par le service de travail obligatoire en plus de la difficulté à se déplacer.

Posséder un bien n’est pas l’essentiel dans ce genre de situation: l’important et de pouvoir en conserver la possession et la jouissance.

InvestisseurHeureux a écrit :

Par contre, un passeport à jour pour toute la famille, un compte à l’étranger sur lequel faire des virements et partir en pays étranger avec le plus d’anticipation possible, voilà qui semble le plus efficace

Sauf erreur, les survivalistes se basent sur le principe qu’aucun pays ne sera franchement mieux loti que les autres. Dans cette hypothèse, mieux vaut rester sur place, là où on connait le lieu, ou on possède plus d’objets qu’on peut en transporter et surtout, là où on connait des gens.

Mais les hypothèses survivalistes sont aussi diverses qu’il y a de survivaliste.
Globalement personne ne peut juger que ces craintes se réaliseront de manière probable, donc plus les mesures prises sont importantes, plus il y a de chances que ce soit en pure perte.
Le survivalisme le plus judicieux est à mon sens de connaitre les bases de la vie en plein air: savoir chasser/pêcher (et dépouiller proprement un animal sans tourner de l’oeil), s’abriter du chaud/froid et c’est largement suffisant pour être mieux équipé que 99% de la population.

Dernière modification par Faith (10/08/2018 11h49)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne

 

#12 10/08/2018 11h54 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Réputation :   16 

Je suis entièrement d’accord avec Philippe.

Je rajouterais en 5) entretenir un réseau à l’étranger. Les études montrent que les flux migratoires vont vers des communautés déjà existantes. Ça ne coûte rien et la solidarité peut faire des miracles

Hors ligne

 

#13 10/08/2018 12h08 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Réputation :   

Le faisceau factuel actuel, donc déjà présent et vérifiable, montre que l’effondrement est pour partie "déjà là" (la perte de 80% des insectes, me parait répondre à la définition d’un effondrement). Source : https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/10/18/en-trente-ans-pres-de-80-des-insectes-auraient-disparu-en-europe_5202939_1652692.html. Avec bien sûr un impact négatif sur la chaîne alimentaire via la pollinisation diminuée.

Quelques éléments qui me semblent à considérer si l’on s’intéresse au sujet :

- le réchauffement climatique et ses conséquences colossales, en particulier l​a fonte des glaces et donc l​a montée des eaux (migrations de 100aines de millions de personnes) et l’impact sur les récoltes​. Nos pays n’arrivent pas à tenir les engagements de la COP21 (objectif <+2°C), nous sommes donc sur une trajectoire à +3,5 à 5°C à la fin du siècle. Une augmentation moyenne de cet ordre, veut dire parfois +10°C sur les terres (la surface des mers est moins chaude). Ce qui pose une menace très grave sur l’agriculture, y compris en Europe.

(cf. par exemple Gaël Giraud, chief economist de l’AFD )

- l’érosion des sols (perte de terres arables)​

- le peak "everything" (énergie, métaux, phosphate, terres rares…)
- les backtests probants sur le modèle des Meadows : Turner, G. (2014) ‘Is Global Collapse Imminent?’, MSSI Research Paper No. 4, Melbourne Sustainable Society Institute, The University of Melbourne
- perte de 30% des oiseaux… en 15 ans.

Revue « BioScience » du 13/11/2017 : 15 364 scientifiques de 184 pays tirent encore l’alarme et nous disent que, depuis 1992 :

– les forêts ont perdu 1,2 milliard de km²
– le nombre d’animaux a chuté de près d’un tiers
– les émissions de gaz a effet de serre battent des records
– les températures grimpent de manière exponentielle
– la démographie explose : +35% en 25 ans
– l’eau se raréfie (les ressources par habitant ont chuté de moitié en 60 ans)

Voir également, pour ceux qui ne le connaîtrait pas :
Jean-Marc Jancovici, par exemple ici :
Jean-Marc Jancovici

Jusqu’à notre premier ministre qui dit sa préoccupation et cite très régulièrement le livre de Jared Diamond : Effondrement

Difficile d’intégrer tout cela dans une logique d’investissement.

Le survivalisme est inadapté : impossible de faire tout, tout seul.

La seule piste sérieuse me paraît le développement de la résilience, par la création de liens entre les personnes et le partage de savoirs-faire, idéalement dans une petite ville (mois de 100 000 habitants), dont l’approvisionnement en denrées de base est facilité (proximité de la production agricole).

Dernière modification par RedOx (10/08/2018 19h31)

Hors ligne

 

#14 10/08/2018 12h13 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1119 

Le sujet revient assez souvent sur le forum. Pour ma part, j’avais déjà livré mes réflexions à ce sujet ici : Comment se protéger d’une faillite de la France ?

D’une manière générale, survivalisme et investissements rémunérateurs sont contradictoires. Quand on met son argent dans les réserves de nourriture, de matériel etc. il n’en reste plus pour investir. De plus, la peur de l’avenir associée au survivalisme empêche d’investir dans les placements rémunérateurs, qui sont quasiment tous basés sur une poursuite de la croissance.

Compte tenu de l’effet des intérêts composés, différer ses investissements productifs de rendement, parce qu’on consacre son budget à des investissements survivalistes, est très néfaste à l’accroissement du capital.

Le BA-ba du survivalisme bien compris, AMHA, c’est :
- faire ce qu’il faut pour se maintenir en bonne santé et entretenir sa forme physique. Il n’y a pas plus important pour espérer vivre longtemps en bonne santé. Un cancer, un AVC ou une crise cardiaque sont infiniment plus probables qu’un effondrement sociétal ou une agression au coin de la rue. De plus, vous réagirez plus efficacement à n’importe quelle sorte de crise si vous êtes en bonne santé et en bonne condition physique. C’est un BA-ba qui est bien trop souvent oublié.
- maintenir chez soi des stocks minimaux permettant de faire face à une crise de courte durée, qui est la plus probable vu qu’on est dans un pays où les secours sont efficaces. Voici les recommandations officielles de la Croix-Rouge française : Autoprotection : se préparer face à la catastrophe - Croix-Rouge française . Préparer ce kit est de bon sens ; faire des stocks au-delà comme les survivalistes ou preppers américains me semble en revanche beaucoup plus douteux.
- ensuite, effectivement, résilience au sens large, y compris une bonne insertion dans divers réseaux de personnes. En cas de crise, la solidarité est importante et les "capacités sociales" sont essentielles.

Dernière modification par Bernard2K (10/08/2018 12h27)

Hors ligne

 

#15 10/08/2018 14h37 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   569 

Il y a presque 2000 ans une petite secte attend la fin des temps… Elle abandonnera assez rapidement cette idée. Alfred Loisy résumera cela par la magnifique formule : "Jésus annonçait le Royaume, et c’est l’Église qui est venue".

Si il n’y a pas vraiment eu de peur millénariste -tout simplement car l’immense majorité de la population n’avait aucune idée de la date-, périodiquement la fin des temps est annoncée comme le raconte Isaac Bashevis Singer dans le pittoresque La Corne du Belier.

Plus proche de nous quelques plaisantins provoqueront un défilé de marginaux dans la petite commune de Bougarach.

A tout prendre, tous ces gens me sont beaucoup plus sympathiques que les Texans enterrés dans leurs bunkers survivalistes.


Le pouvoir doit se définir par la possibilité d'en abuser

Hors ligne

 

#16 10/08/2018 15h00 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   193 

Ne fustigez pas (que) les Texans ; récemment invités ches des connaissances, je découvre qu’ils ont aménagés une grotte en abri anti atomique. C’est tellement c.. que la suite des festivités à été difficile.
En effet, quel intérêt de survivre même quelques années de plus (dans le cas présent ils ont stockés quelques packs d’eau ah ah) dans un trou à rats tout seul sans famille amis ? Je crois que tout est résumé là, les futures espèces évoluées comprendront tous nos échecs grâce à leurs dépouilles momifiées.

Bref la connerie est notre plus gros risque avéré sur certain et l’histoire et la géopolitique ne me feront pas mentir.

Dernière modification par Iqce (10/08/2018 15h03)

En ligne

 

#17 10/08/2018 15h15 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   367 

Iqce a écrit :

récemment invités ches des connaissances, je découvre qu’ils ont aménagés une grotte en abri anti atomique. C’est tellement c.. que la suite des festivités à été difficile.

Est-ce plus c… que d’acheter des maillots de foots, de passer ses vacances à faire du ski, construire une piscine.
Ou bien de posséder des… voitures de collection ?
Et pour ne pas m’exclure du lot des gens qui claquent des sommes importantes "pour rien": d’avoir une pièce remplie de Légo, d’acheter des figurines à peindre, avoir plus de portables que de personnes dans son foyer (plus d’ordinateurs aussi), etc…

Ces gens ont fait construire un abri anti-atomique. D’une part ça doit être super sympa comme expérience, mais en plus c’est un sujet de discussion passionnant autour d’une bière entre amis. De quoi occuper des heures à refaire le monde, à imaginer comment reconstruire la société, ou comment ne pas reproduire les erreurs du passé.
Ca ne vous branche pas, mais je suis convaincu que beaucoup de leur amis doivent être enthousiastes (même parmi ceux trouvant ça inutile) et trouver le sujet passionnant.

J’ai des amis très branchés new-age, j’ai beau être hermétique à ces croyances/pratiques, nous avons tout de même des discussions très sympa autour de ces sujets (sans même avoir besoin de se lancer des piques)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne

 

#18 10/08/2018 17h01 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   193 

Bonjour Faith,

Et bien si, il y a des choses plus révélatrices ou qui portent plus que d’autres ; le maillot de foot ne révèle rien de particuliers à mon sens, ni rien d’autre dans votre liste. C’est anodin, original etc Comme on veut, pas de soucis…Pour moi en tout cas.
En revanche la catastrophe atomique qui va s’étaler sur des centaines de milliers d’années, ne permet pas la discussion que vous espérez sauf à abuser de la pinte de bière (et encore que cela puisse conforter ma conclusion) ; les mutations génétiques condamnent à terme la reproduction des espèces par exemple. Allez marier Mr 3 têtes 10 pénis avec Mme tronc sans organes reproducteurs appropriés, vous verrez.
S’agissant de nos enfants je ris jaune.

Edit : vous avez le droit de penser derechef sans doute que je suis très c… Ce qui conforte ma conclusion précédente malgré moi wink Pointe d’humour svp !

Dernière modification par Iqce (10/08/2018 17h15)

En ligne

 

#19 10/08/2018 17h25 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   367 

Iqce a écrit :

En revanche la catastrophe atomique qui va s’étaler sur des centaines de milliers d’années, ne permet pas la discussion que vous espérez sauf à abuser de la pinte de bière (et encore que cela peut conforter ma conclusion) ; les mutations génétiques condamnent à terme la reproduction des espèces par exemple. Allez marier Mr 3 têtes 10 pénis avec Mme tronc sans organes reproducteurs appropriés, vous verrez.

La  discussion pourrait au moins tourner autour du cliché de la guerre atomique planétaire, et également sur l’influence de la radioactivité sur les organismes vivants.

Il serait par exemple intéressant de discuter du documentaire "une vie après l’homme" montrant que les plantes prolifèrent largement dans la région de Tchernobyl, et que si on s’attendait à voir les petits animaux à reproduction rapide y vivre, on ne s’attendait pas à voir aussi vite le gros gibier s’y installer et proliférer.
Sans compter évidemment les humains qui vivent dans la "zone interdite" qui s’y portent mieux qu’on le pense (tout n’est pas rose, mais c’est loin de remettre en cause la survie des hommes)

Ou alors la discussion pourrait s’orienter sur les 300.000 à 400.000 bunkers Suisse…

Edit : vous avez le droit de penser derechef sans doute que je suis très c… Ce qui conforte ma conclusion précédente malgré moi wink Pointe d’humour svp !

Le terme était le votre, je l’ai donc conservé, sur le principe du "on ne fait aux autres que ce qu’on accepte pour soi-même". Personnellement, je dirais plutôt que l’on a tôt fait de remarquer les excentricités des autres, en oubliant consciencieusement les nôtres.

Un abri "de base" serait aux alentours de 50K€.
Pour le prix d’une ou deux Porsche un peu ancienne, il y a de quoi se payer un beau petit bunker tout confort.
A choisir entre les deux, je suis sur de mon choix: ça pourrait faire une salle de jeu de rôle super-stylée (ou une bonne protection contre les colères de ma femme big_smile )


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne

 

#20 10/08/2018 18h23 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Réputation :   

bonjour
J’ai un peu regardé ce que propose la colapsologie et il y a un point interessant dans cette reflexion je trouve c’est la composante ennergie.
On est une civilisation basé sur l’ennergie, au début mecanique, puis electrique et pétroliere. Enlevez le pétrole ou, dans un sénario plus probable, multipliez le prix par 10 a cause de la demande en hausse et la production qui stagne ou baisse, et regardez les conséquences:
-l’agriculture intensive (dite traditionnel, meme si cette tradition est récente) nécéssite une ennergie petroliere, donc on arrete de ramasser et semer avec des tracteurs, donc baisse de la production
-le transport (fret et personne) tourne en majorité au pétrole, importer de chine va couter beaucoup plus cher (a la limite ca peut relocaliser la produciton vitale, et les produits courant, ce qui redonnerai de l’autonomie aux pays)
-toute l’industrie goudron  tourne au pétrole, et sans route goudronné, meme si on as une voiture electrique,on va arreter de travailler a 40km de chez soi, on va partir moins loin en vacance, …
-la majorité des produits utilisent du plastique, je pense pas qu’il y ai d’alternative si peu cher.
-l’extraction de matiere premiere tourne au pétrole, alors je pense qu’on va limiter l’extraction;
-l’industrie pharmaceutique tourne beaucoup au pétrole, donc fini l’aspirine illimité, fini les traitement pour cancer pas cher, fini les traitement antidépresseur … et fini les record du tour de france
et il y a encore plein d’autres cas a traiter, mais je pense que j’ai deja fais les plus représentatif.

Est ce que l’alternative éléctrique est suffisante pour remplacer le pétrole? possible, mais peu probable qu’on aient une ennergie si peu cher et en quantité de production aussi ennorme que le pétrole.

A mon avis l’effondrement annoncé va beaucoup tourner autour du nouveau paradygme de la société pour succeder a la soociété ennergétique. Et il va surement y avoir une grosse baisse et une transition forcé plutot qu’un réel effondrement.

Pour en vennir au lien effondrement et investissement boursier, je ne me fais pas trop de soucis pour l’avenir à court et moyen terme. On as pas encore à faire face à une baisse de la disponibilité de l’ennergie pétroliere. De plus, les entreprises en bourses peuvent profiter ce cette hausse des prix, leurs bénéfices vont sans doute profiter de la hausse des prix généralisé, donc pas de soucis de ce coté.

Au niveau personnel, je pense qu’il y a plus de préparatifs à faire pour arriver a s’adapter et garder un niveau de vie indépendant des fluctuations extérieurs, sans tomber dans la peur de tout et la construction d’un bunker:
- commencer a augmenter en autonomie (alimentaire, moyen de déplacement a energie humaine, lieu de vie, source de savoir),
-arriver a accumuler une base de savoir (travail du bois, du métal, cuisine, conservation des aliments sans frigo, connaissance botanique sur ce qui se mange ou pas,…)
- se faire une biblioteque avec les savoirs faires de bases pour pouvoir avoir un acces aux connaissances et savoir faire sans avoir à chercher sur internet
En plus, tout ces savoirs peuvent aider a augmenter actuellement son confort de vie, et il n’y as pas besoin de tomber dans l’extremisme de vouloir passer du confort a la vie en autonomie totale d’un coup, on peut aborder en douceur certain concept et les expérimenter en gardant le style de vie que l’on as actuellement.

Mon message est deja beaucoup trop long et je dois partir, donc je vais stopper ici .

J’espere que ma reflexion sur l’ennergie sera utile a quelqu’un,
si vous avez un point de vue autre, je suis prenneur, ca aidera a faire evoluer mon point de vue

bonne soirée a tous

Hors ligne

 

#21 10/08/2018 19h03 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Réputation :   

bifidus a écrit :

Il y a presque 2000 ans une petite secte attend la fin des temps… Elle abandonnera assez rapidement cette idée.

Bien sûr.

Mais comparer des résultats scientifiques (les travaux rapportés par le GIEC sur le climat par exemple) avec une religion me parait inapproprié. La situation générale est inédite et bien mesurée par des données scientifiques (dans différentes disciplines : climatologie, entomologie, etc.). Je ne crois pas que l’on puisse écarter ces études en les assimilant à une religion. A moins que vous pensiez que la science soit une religion.

Hors ligne

 

#22 10/08/2018 22h17 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   290 

La situation générale est inédite

Les dinosaures et Cro Magnon vous disent flûte.

Je vais à la cave m’ouvrir une bonne bouteille tiens. Si la fin du monde est proche…


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne

 

#23 11/08/2018 10h41 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Réputation :   

La situation générale est inédite pour notre espèce. Elle l’est également par le fait que notre espèce est à l’origine de cette situation dégradée.

MisterVix a écrit :

Si la fin du monde est proche…

Je ne pense pas du tout que la fin du monde soit proche. Mais la fin d’un monde, peut-être.

Je regrette simplement que malgré les alertes scientifiques très documentées, depuis des décennies (que demander de mieux pour pouvoir être convaincu ?), nous ne parvenions pas du tout, collectivement, à infléchir la trajectoire.

Un exemple : nous devrions, en Europe, baisser nos émissions de gaz à effet de serre de 3% par an pour atteindre la neutralité carbone (objectif fixé à l’époque de M. Raffarin…). Résultat 2017 en France : +3,2%.

Donc ce n’est pas que nous progressions lentement, c’est que nous sommes totalement divergents par rapport aux objectifs visant à limiter les conséquences désastreuses qui nous sont décrites.

Dernière modification par RedOx (11/08/2018 10h41)

Hors ligne

 

#24 11/08/2018 10h58 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   563 

RedOx a écrit :

Mais comparer des résultats scientifiques (les travaux rapportés par le GIEC sur le climat par exemple) avec une religion me parait inapproprié. La situation générale est inédite et bien mesurée par des données scientifiques (dans différentes disciplines : climatologie, entomologie, etc.). Je ne crois pas que l’on puisse écarter ces études en les assimilant à une religion. A moins que vous pensiez que la science soit une religion.

Plus je vieillis et plus j’y vois des similitudes. La science n’est sure de rien, pas plus que les religions. Etant petit j’ai appris le système solaire à 9 planètes comme une donnée indiscutable. Aujourd’hui j’apprends qu’il y a de nouvelles planètes, puis finalement seulement 8 et des exoplanètes, ça a peut-être changé, je ne suis plus, ça ne m’intéresse plus car ça changera encore.
La situation dont vous parlez est inédite tout comme elle l’était il y a 10, 20, 50 ou 100 ans. Elle le sera encore plus dans 200 ans.

Notre monde contemporain est plein de certitudes qui se démentissent avec le temps, la fin du pétrole en 2010, le climat qui n’en finit pas de se dégrader mais chaque catastrophe est la plus grave depuis X années, souvent quelques dizaines tout au plus.

Je ne dis pas qu’il faut rester passif mais nos sociétés sont basées sur la consommation, la croissance et ne serait-ce que le fait que la population humaine augmente à coup de centaines de millions chaque année dans le monde est une donnée qu’il faudrait inverser d’un point de vue écologique et pour la préservation sur le long terme (ce que je ne souhaite pas bien évidemment). Nous n’avons pas je pense à nous soucier de cela, je reste persuadé que la nature reprendra ses droits bien avant que l’être humain, très modeste dans la chaine malgré ce qu’il a comme opinion de lui, ne soit apte à agir concrètement et surtout efficacement. Ce moment sera dramatique à vivre et je reste persuadé que nous ne le connaitrons pas, c’est tant mieux.

En attendant, beaucoup de paroles et que de papier !


Rentier en voyage et dans les îles

Hors ligne

 

#25 11/08/2018 11h51 → Investir avec l'hypothèse d'une possible collapsologie ? (apocalypse, collapsologie, survivalisme)

Membre
Réputation :   22 

Zangdar05 a écrit :

Est ce que l’alternative éléctrique est suffisante pour remplacer le pétrole? possible, mais peu probable qu’on aient une ennergie si peu cher et en quantité de production aussi ennorme que le pétrole.

Non, le pétrole est une forme de stockage d’énergie comme on ne l’a jamais connu. C’est grâce à cela que nous avons pu obtenir tout ce que nous avons autour de nous et toutes les avancées sociale. J’irai même plus loin, l’esclavagisme n’a pas disparu par bonté mais au profit de l’utilisation du pétrole bien plus rentable que le travail d’un être humain même réduit en esclave.
L’électricité en revanche est difficile à stocker, l’utilisation est différente.
Nous avons une chance en France c’est que nous utilisons beaucoup de nucléaire pour alimenter notre réseau électrique. Théoriquement une centrale nucléaire peut produire du pétrole artificiel, les porte-avions nucléaires américains le font déjà par exemple.
Cependant notre utilisation d’énergie étant toujours croissante, il faudra bien tout de même se prendre un mur très violemment dans la figure.

kc44 a écrit :

Plus je vieillis et plus j’y vois des similitudes. La science n’est sure de rien, pas plus que les religions

On ne croit pas en la science, on croit en une religion. On peut se tromper mais la science ce sont des faits pas des croyances.

kc44 a écrit :

Notre monde contemporain est plein de certitudes qui se démentissent avec le temps, la fin du pétrole en 2010

Il y a beaucoup d’informations incorrectes qui circulent, il vaut mieux se documenter directement vers les études scientifiques et pas les articles de journaux. L’idéal c’est de suivre les consensus scientifiques. On ne peut pas être spécialiste de tous les domaines.
Il n’y a pas de "fin du pétrole" par exemple, il existe une réserve de pétrole encore monumentale. Le problème vient du pic de production et notre consommation croissante d’énergie. Le pétrole devient alors rare par rapport à notre consommation et demande plus d’énergie à extraire car toutes les ressources faciles d’accès ont déjà été exploitées.

kc44 a écrit :

Ce moment sera dramatique à vivre et je reste persuadé que nous ne le connaitrons pas, c’est tant mieux.

Ce n’est plus de l’ignorance, c’est là du dénis. Nous sommes en train de connaître l’effondrement.
La grande barrière de corail est morte d’un tiers en moins d’un an, 80% des insectes ont disparu en moins de 30 ans, 30% des oiseaux en moins de 20 ans en France, vous ne pensez pas que ça va avoir un impact sur l’humain à très court terme ?

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech