Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 20/04/2019 11h58 → Keyrus : midcap ESN française méconnue (big data, esn, keyrus)

Membre
Réputation :   

Merci pour cette réactivité, et la précision des réponses.
Concernant l’endettement, c’est sur le communiqué qu’ils indiquent la valeu de de l’endettement net de 39,8M€, tout en signalant aussi l’augmentation de la trésorerie de +6,5 M€.
Cela ne change pas grand chose, et on verra bien sur le rapport annuel effectivement. Ce qui est plus important, c’est de voir comment l’activité va évoluer après un premier trimestre annoncé plus difficile par Keyrus ; il attendent une remontée sur la deuxième partie de l’année.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+2]    #27 10/05/2019 12h11 → Keyrus : midcap ESN française méconnue (big data, esn, keyrus)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   188 

Ca Q1 2019
Croissance organique : 5,1% (à noter l’effet negatif sur les jours ouvrables en France qui a du peser pour au moins 1%)

Grand compte :
+5,4% dont +3,7% en organique.
Les difficultés en France (Paris) sont compensées par le dynamisme à l’international. Le management indique un déploiement progressif de l’ensemble de ses offres dans leurs agences à l’international. Ceci devrait permettre une continuation de la croissance et créer des synergies qui pourrait à terme faire remonter les marges.

Absys Cyborg :
+22,1% dont 10,2% en organique.
Excellente performance tirée par la maintenance et les licences. La marge opérationnelle devrait être encore à un bon niveau. L’acquisition du Groupe Arcadie permet à Keyrus de se renforcer dans le Sud Ouest et créer des synergies.

DDR 2018
Je calcule une DFN à 44,5M€ au 31/12/2018. C’est supérieur à mes estimations. Cela prend en compte l’acquisition de Lynx et une hausse du BFR.
Pour 2019, il faudra rajouter l’acquisition d’Arcadie qui pourrait être compensée par une baisse du BFR (le BFR avait augmentée de presque 20M€ sur les deux dernières années).

Pour 2019, je table sur :
- CA à 300M€ (croissance organique 6% plus contribution des deux dernières acquisitions)
- marge ROC à 5,5% (stable par rapport à 2017 et 2018)
- DFN vers 45M€ (à affiner avec les rapport semestriel selon l’évolution du BFR et le prix d’acquisition d’Arcadie).

Au cours du jour (4,70€), on aurait :
VE/CA : 0,40 (contre médiane ESN à 0,70)
VE/ROC : 7,2 (contre médiane ESN à 9,0)
PER : 7,8

Pour 2019, j’ai un objectif à 8,0€

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #28 25/07/2019 19h09 → Keyrus : midcap ESN française méconnue (big data, esn, keyrus)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   188 

CA Q2 2019
croissance organique : 1,4%, net ralentissement par rapport au Q1 qui était à +5,4%
Grand Comptes : 0,6%
Midcap : 4,2%

La nouvelle organisation de la filiale grand compte pèse sur l’activité en France. A noter quelques problèmes sur des contrats au forfait au Brésil. Les résultats financiers seront mauvais.  Keyrus continue de développer ses offres intégrés qui devraient améliorer la marge opérationnelle à MT.

Avis :
- La filiale Grand compte connait encore des difficultés : environnement concurrentiel en France pour recrutement et problèmes opérationnels sur des contrats au forfait (pas alarmant dans la mesure où cela n’est pas récurrent.)
La filiale grand compte a la particularité d’être beaucoup plus internationalisée que ses comparables (à taille égale) qui sont plus focalisés sur la France / Europe.
Keyrus développe son offre intégrée qui pourra être déployée ensuite partout dans le monde, notamment dans certains pays émergeant où j’imagine qu’il n’existe pas encore ce type de service. Ceci devrait leur permettre de faire remonter leur marge opérationnelle à MT.
- La filaile Midcap continue de très bien performer. La reprise du groupe Arcadie dans le Sud Est devrait être porteuse de synergies.

- Malgré certaines aléas et difficultés sur les grands comptes, Keyrus reste en croissance (nb: Groupe Open, comparable le plus proche avec CA 300M€ est en décroissance de 3,5%).
Keyrus dispose toujours d’un fort levier opérationnel en cas de remontée des marges. Ceci prend plus de temps que ce que j’imaginais au début mais ceci se retrouve dans la valorisation qui reste toujours attrayante à environ 0,40x CA 2019 (comme Groupe Open), ce qui est dans la tranche basse du secteur. Je conserve pour le MT.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#29 29/07/2019 19h02 → Keyrus : midcap ESN française méconnue (big data, esn, keyrus)

Membre
Réputation :   

Bonjour Oliv21,

M**** beaucoup pour votre analyse, très intéressant et je partage vos points.
Dans ce cadre, j’avoue ne pas du tout comprendre la baisse très pronocée qui a lieu depuis quelques jours. La baisse de la croissance organique est certes un point important mais pour moi le point critique sur cette valeur est la marge opérationnelle…

Avez-vous un avis là-dessus ? J’ai peut-être raté quelque chose… ou un fond est en train de sortir et pèse sur la valeur?

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#30 29/07/2019 23h25 → Keyrus : midcap ESN française méconnue (big data, esn, keyrus)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   188 

Bonsoir Rognon,
La marge opérationnelle de Keyrus est dans la moyenne basse des ESN. Cependant, la société est divisée en 2 filiales qui ont une profitabilité très différente :
la filiale Midcap, Absys cyborg, a une rentabilité de 8 à 9% dans la moyenne haute des ESN.
La filiale grands comptes, Keyrus, a une rentabilité beaucoup plus faible.
Difficile d’expliquer pourquoi elle est bien inférieure à ses comparables. A mon avis, je vois deux hypothèses :
a) privilégie la croissance organique au détriment des marges  : c’est à mon avis la principale explication. Il ne faut pas oublier que Keyrus est actuellement contrôlée par son fondateur qui détient + de 50% du capital. Cela implique une vision plus long terme de la stratégie d’entreprise. A ce titre, Keyrus s’est fortement internationalisé. Il est fort probable que certaines de ces filiales n’aient pas encore la taille critique pour être rentables et cela pèse sur la marge globale de la filiale grand comptes.
b) forte concurrence sur les projets (ESN concurrentes) et sur les ressources (consultants) : moins probable à mon avis car Keyrus est capable de générer de bonnes marges sur la filiale midcaps (qui évolue dans un environnement aussi concurrentiel).

A noter que la marge de Keyrus grand compte avait commencé à se redresser l’an dernier. Elle devrait rebaisser cette année à cause des problèmes au Brésil et sur Paris. Ces événements étant pour l’instant ponctuel, je continue à tabler sur une progression régulière de la marge à MT.

Concernant la baisse des cours :
1. Keyrus est endetté. Cela provoque un effet de levier qui joue actuellement à la baisse. Cela pourrait devenir inquiétant si la société faisait de grosses pertes. Ce n’est pas du tout le cas pour le moment. La filiale Absys cyborg, encore très rentable, devrait largement compensé les soucis sur les grands comptes.
2. la liquidité est faible les smalls caps. Cela crée de fortes variations lors des publications. Ce n’est pas inquiétant car les flux reviendront bien un jour sur ce segment de la côte.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#31 01/08/2019 18h09 → Keyrus : midcap ESN française méconnue (big data, esn, keyrus)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   188 

Boursier.com a écrit :

Keyrus : des semestriels qui ne vont pas être brillants

Comptes. La SSII Keyrus adresse les grands comptes sous son propre marque tandis qu’elle cible les entreprises de taille moyenne sous les bannières Cyborg ou Apsys. Les domaines d’expertise du groupe d’Eric Cohen sont la maîtrise des données, l’écosystème digital, l’installation de progiciels… Avec 3.200 collaborateurs, Keyrus figure parmi les 25 gros intervenants français des services informatiques. Malgré les difficultés de recrutement, la société a conclu l’exercice 2018 sur des indications favorables avec une croissance interne de 7,9%, soit un rythme deux fois plus élevé que celui du marché de référence. Mais compte tenu des investissements effectués, la rentabilité a marqué le pas.

Ralentissement. Le financement de cette croissance soutenue et les acquisitions réalisées ont pesé sur la situation financière avec une dette nette qui atteint 40 Millions d’Euros au 31 décembre 2018. On retient aussi que la fin 2018 a été marquée par un début de ralentissement de la demande sur le marché français. Cette décélération se confirme sur les premiers mois de 2019 avec une croissance interne limitée à 1,4% sur le second trimestre. De surcroît, Keyrus a confié que la nouvelle organisation mise en place n’est pas encore parfaitement au point et que des difficultés opérationnelles ont touché certains projets. En conséquence, les résultats semestriels devraient s’avérer décevants…

Valeur. La valeur d’entreprise représente autour de 105 Millions d’Euros. Ce niveau représente 7 fois le résultat opérationnel courant affiché en 2018 mais probablement bien plus sur la base des chiffres 2019 au vu de la dégradation annoncée… Nous adoptons désormais une attitude relativement réservée à l’égard de Keyrus. On attendra que la séquence bénéficiaire reparte dans le bon sens avant de prendre position sur le dossier. En juillet 2018, nous avions fait prendre des bénéfices alors que le titre se situait à 6,30 Euros. Dans le compartiment des SSII, il convient plus que jamais de se montrer sélectif en privilégiant les acteurs les plus solides à l’image d’Aubay ou de Neurones… Nous sommes aujourd’hui réservés à l’égard de Keyrus.

Source
Rien de neuf, les investisseurs vont vers les dossiers les plus solides dans les périodes plus volatiles.
Je reste investit pour le MT.

Hors ligne

 

#32 01/08/2019 22h31 → Keyrus : midcap ESN française méconnue (big data, esn, keyrus)

Membre
Réputation :   

Effectivement, peu de nouveaux éléments dans cette analyse.

La réaction du marché est relativement brutale, car Keyrus avait laissé entendre des difficultés en France dès la fin de l’année 2018, et laisser entendre des difficultés dans son communiqué du premier semestre, sans être explicite (je m’était interrogé sur l’ampleur de celles-ci dans mon post #24 en Avril).

C’est peut-être la quantification qui inquiète : presque 0% de hausse organique sur grands comptes contre plus de 8% en 2018. Un "profit warning" sur les prestations brésiliennes, sans être quantifiées pour autant.

En ce moment, le marché fuit rapidement toute incertitude.

NB : j’ai posté sur la file Neurones (évoqué ci-dessus) les résultats du premier semestre. Il sont effectivement plus rassurants ou réguliers.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech