Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+1]    #1 02/08/2018 12h20

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2746  

Le fonds Fairholme n’est plus que l’ombre de ce qu’il était et sous-performe sur un an, cinq ans, dix ans et quinze ans :



L’historique de performance de Bruce R. Berkowitz était un quasi sans-faute entre 2000 et 2014 et l’actif sous gestion avait même atteint $20 Md en 2010.

Le fonds a toujours été très concentré et quand les investissements étaient gagnants, tout allait bien. Mais l’entêtement sur Sears a plombé la performance du fonds, ce qui a provoqué des retraits de fonds, obligeant encore le fonds a soldé des positions.

Aujourd’hui le fonds n’a plus "que" $1,4 Md d’actifs sous gestion dont $400 M appartenant à la famille Berkowitz.

Pour autant, B. Berkowitz est fidèle à sa stratégie d’origine et son "pari" (28% du fonds) est actuellement sur St Joe Company, une société immobilière possédant des terrains à construire en Californie. Et c’est peu dire que St Joe Company est controversée, puisqu’elle a été successivement l’objet d’un short de David Einhorn et aujourd’hui de Kerrisdale Capital, qui a un excellent historique de performance short.

Cet énième cas de fonds "star" qui sous-performe est un exemple de la difficulté à identifier les bons gérants sur la durée, lorsque l’on délègue la gestion.

Accessoirement on voit qu’un portefeuille concentré est à double-tranchant, mais est avantageux pour un gérant de fonds qui démarre, car une possible sur-performance permet une mise en avant qui va attirer des souscripteurs, alors qu’un fonds plus équilibré n’a pas vraiment moyen de se démarquer à court terme.

Mots-clés : berkowitz, fairholme, fonds, opcvm (organisme de placement collectif en valeurs mobilières)

Hors ligne Hors ligne

 

#2 02/08/2018 21h03

Membre
Réputation :   63  

La question a se poser est comment se fait t’il que les clients ne se retire pas du fonds.

Sears s’en va a zéro , St Joe est dans l’eau chaude  et la clientèle regarde passivement  ?

Il y a encore pas mal d’argent à faire a la bourse…


La fidélité est souhaitable en amour , mais elle est une tare sur les marchés.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 02/08/2018 21h21

Membre
Réputation :   86  

ih, st joe est sur la Floride, pas sur la Californie.  Bon, le reste de l’histoire reste le même.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 02/08/2018 21h21

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   571  

Silicon a écrit :

La question a se poser est comment se fait t’il que les clients ne se retire pas du fonds.

On reproche souvent aux particuliers d’acheter quand c’est haut et de vendre quand c’est bas… quelque part, c’est ce que vous conseillez ici.

la clientèle regarde passivement  ?

La clientèle a fait confiance à un gestionnaire sur la base de résultats passés (passé lointain), doit elle retirer sa confiance sur la base de résultats passés (passé proche) ?
La clientèle (qui reste) se base sans doute sur l’idée que Berkowitz reste un bon gestionnaire, malgré ce passage à vide. Partir suppose de mettre son argent chez un autre gestionnaire auquel il faudra aussi faire confiance. Sans compter que vendre maintenant, c’est couler encore plus le fond.

Il n’y a pas de solution évidente à ce problème.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne En ligne

 

#5 02/08/2018 22h05

Membre
Réputation :   63  

Prendre ses pertes est normal , et il n’y a rien d’anormal a ça .

Ce qui est anormal c’est de regarder passivement baisser et de faire confiance aveuglément a un fonds qui ne vaut pas plus cher aujourd’hui qu’en 2015 et qui en plus est concentré a 28% sur un titre.


La fidélité est souhaitable en amour , mais elle est une tare sur les marchés.

Hors ligne Hors ligne

 

#6 02/08/2018 22h14

Membre
Réputation :   37  

Il a du mal à surperformer un marché en forte croissance mais si demain il y a un "krach", je pense qu’il saura profiter allégrement d’opportunités. Je vois Fairholme un peu comme Oaktree, très performant quand les choses tournent au vinaigre mais moins à l’aise dans des marchés à plus de 10% par an comme le S&P depuis quelques années.

La forte concentration de son portefeuille et son plantage magistral sur Sears lui font boire le bouillon !

Le graphe montre que le fonds surperforme le marché depuis le début, il date de quand ce fonds ?

Dernière modification par bonel (03/08/2018 10h33)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 02/08/2018 22h30

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   571  

Silicon a écrit :

Prendre ses pertes est normal , et il n’y a rien d’anormal a ça .

Il n’y a rien d’anormal, en effet. Mais ça ne constitue pas une règle absolue.

Mise en situation:
- en 2014 M. X juge que Berkowitz est un bon gestionnaire et lui confie une part de votre patrimoine.
- en 2018 M. X considère s’être trompé et prend ses pertes.

M. X  a donc du cash et doit choisir un autre placement.
Est-il meilleur juge de la qualité d’un gestionnaire en 2018 qu’en 2014 ? Et s’il l’est, est-ce qu’il juge que Berkowitz s’est trompé ou qu’il n’a pas eu de chance (parce que la chance a un rôle a jouer quand on investit sur peu de valeurs), autrement dit, est-il bon et malchanceux ou mauvais ayant été chanceux par le passé ?

Bref, M. X, investisseur lambda, n’en sait rien.
Vendre ou acheter maintenant est équivalent pour lui à jouer à pile ou face.
Il n’y a aucune raison de lui jeter la pierre, quelque soit son choix.

Vous présentez les choix de Berkowitz comme évidemment faux, vous considérez de plus qu’il ne saura pas s’adapter et changer de cible. Ce sont des suppositions qui vous sont propres, acceptez que d’autres ne voient pas les choses comme vous.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne En ligne

 

#8 02/08/2018 23h14

Membre
Réputation :   63  

Si j’investis dans un fonds et paye un pourcentage en commission c’est pour qu’il fasse mieux que l’indice.

Si il fait moins bien , je considère qu’il n’a pas fait son travail et ne voit pas pourquoi je lui confierais mon argemt , autant prendre un ETF avec des frais trés minimes et lui retirer mon argent pendant qu’il en reste.

Prendre ses pertes n’est pas une règle absolue mais les laisser courir ne l’est pas non plus.

Les dernières années ont été relativement facile a la bourse et dans le cas de Fairholme ils n’ont rien trouvé de mieux que d’être dans des companies disons douteuses (ou a contresens) pour être poli.

Une chance que le krach 2008-09 ne s’est pas reproduit , les pertes auraient été bien plus considérables.

Quand au choix de placer son argent dans un fonds , la première question a se poser est la composition du fonds et quel va être son comportement selon l’evolution du marché (en particulier les taux d’interet qui montent) et si on ne le sait pas , aller vers un ETF qui reproduit un indice pour au moins suivre la tendance.


La fidélité est souhaitable en amour , mais elle est une tare sur les marchés.

Hors ligne Hors ligne

 

#9 02/08/2018 23h49

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   571  

Vous semblez dire que Berkowitz est non seulement un incapable mais en plus un obtu refusant de se rendre compte qu’il n’est pas dans la bonne voie. Peut-être, je n’ai personnellement pas la compétence pour affirmer ni ceci ni son contraire.

Nous sommes irréconciliables sur ce point.
Berkowitz fera sans doute ce qu’il estime le mieux pour ses propres finances (qu’il a investi massivement dans le fond si j’ai bien compris), et je ne peux lui souhaiter que bonne chance, comme à chacun des membre de l’IH.

Dernière modification par Faith (02/08/2018 23h49)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne En ligne

 

#10 03/08/2018 00h03

Membre
Réputation :   63  

Je prétends simplement que je ne lui confierais pas mes avoirs et n’approuve pas ses choix de titres.

Chacun place son argent comme il veut , loin de moi la pensée que je ne fais pas d’erreurs dans mes investissements ,  je prends mes pertes rapidement quitte a racheter le même titre peu après  (probablement inspiré par la période ou je faisais du daytrading) et contrairement a la plupart ici je ne reste pas collé à un titre , des que j’achète je prévois la sortie.

Bons investissements …et prudence…


La fidélité est souhaitable en amour , mais elle est une tare sur les marchés.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 03/08/2018 00h33

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2162  

Ce n’est pas le seul à s’être planté sur Sears… wink


Mes deux formations : "rentier immobilier en un clin d'œil" et "marchand de biens en claquant des doigts".

Hors ligne Hors ligne

 

#12 07/02/2021 12h47

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2746  

Un peu comme le fonds Carmignac Investment, Fairholme Fund fait une remontée en 2020 :



Cependant, le S&P500 est encore largement gagnant sur 5/10/15 ans.

Le fonds Fairholme Fund est massivement investi dans St. Joe, qui bénéficie de la tendance accélérée par le COVID, d’une "migration" des grandes villes, vers les banlieues ensoleillées.

Avec ce type de fonds au portefeuille d’actifs très concentré, la performance semble tout de même bien aléatoire.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 11/03/2021 14h54

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   124  

Au hasard de mes lectures, je suis tombé sur cet article récent,Bruce Berkowitz: From Morningstar Manager of the Decade to 15 Years of Underperformance.
Les extraits des lettres aux actionnaires de Berkowitz sur Sears sont sans pitié, ou les dangers d’une concentration extrême, d’un aveuglement et d’une persistance jusqu’au boutiste.
Berkowitz est un bon cas d’école pour comprendre à quel point l’approche value est difficile en dépit de la simplicité apparente véhiculée et galvaudée partout. Je pense au nombre incalculable de fois où l’on retrouve les citations de Buffett, Graham ou Munger. "Be greedy when others are fearfull" doit être la plus citée sur Seeking Alpha.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur