Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Sondage 

Résultat du sondage :

Votre score au test "Êtes-vous un(e) bourgeois(e) ?"


0 ou 1 réponse positive

20% - 64
2 réponses positives

23% - 74
3 réponses positives

14% - 47
4 réponses positives

18% - 57
5 réponses positives

7% - 24
6 réponses positives

5% - 18
7 réponses positives

3% - 12
8 réponses positives

1% - 6
9 réponses positives

1% - 4
10 réponses positives

0% - 1
11 réponses positives

1% - 4
12 réponses positives

0% - 0
13 réponses positives

0% - 0
14 réponses positives

0% - 1
15 réponses positives

0% - 1
16 réponses positives

0% - 0
17 réponses positives

0% - 0
18 réponses positives

0% - 0
19 réponses positives

0% - 0
20 réponses positives

0% - 2
Nombre de votants : 315

#26 30/07/2018 08h08

Membre
Réputation :   5  

Sans grande surprise, 1, mais je me sens lésé, j’aurais pu doubler si j’avais des cousins ou des cousines ! :-)

Hors ligne Hors ligne

 

#27 30/07/2018 08h55

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

@Scipion8 : messages très juste. C’est surtout l’uniformisation qui m’ennuie. Cela se ressent à tous les niveaux, que ce soit la couleur des voitures (blanc, gris, noir, avec l’occasionnel courageux en rouge), le son avec vocoder qui en émane, le design intérieur et les opinions, le cinéma (5 Annoying Trends That Make Every Movie Look the Same | Cracked.com). Je ne me souvient pas d’une uniformisation si pesante avant mon départ il y a une douzaine d’année. Cela ressemble au triste conformisme petit-bourgeois décrit par Zola mais étendu aux 99% (L’adultère dans la bourgeoisie).

Quant au poids politique des "bobos", ils font un "bruit" disproportionné par rapport à leur pouvoir réel. Le virtue signaling que vous décrivez si bien implique une sorte d’escalade qui finit par devenir génante pour ceux qui en bénéficiait (cf la montée en puissance des DSA outre-atlantique, ou de la France Insoumise ici). Il y a un vrai divorce entre la gauche libérale qui utilisait la gauche culturelle comme conscience et porte-voie, et les enfants de cette gauche culturelle qui aspirent maintenant au "fully automated luxury communism" (et vont être bien déçus).

Je ne sais pas si je suis nostalgique - mes ancêtres étaient vraisemblablement dans la fosse à purin plutôt que le donjon - mais cette époque, même comparée au passé proche, semble particulièrement apauvrie à tous les niveaux. Il y a vraiment un avant et après 2008.


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#28 30/07/2018 08h55

Membre
Réputation :   25  

Bonjour,

Je trouve ce questionnaire très orienté vers la grande bourgeoisie traditionnelle et parisienne, bref au poids de l’histoire familiale.

Ainsi si l’on est économiquement très à l’aise, cultivé, propriétaire mais sorti du ruisseau, on n’est pas du tout bourgeois selon ce questionnaire.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #29 30/07/2018 09h53

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   150  

11 points

PoliticalAnimal a écrit :

Edit et le plus savoureux d’entre eux "En famille" qui est une liste officielle des maisons de la noblesse française avec un style suranné à tomber par terre, à rire (ou à pleurer…)

Je n’apprécie pas trop ce dénigrement d’un style qui a façonné un art de vivre, même si certains travers pouvaient étonner
Si vous n’avez pas grandi dans ce milieu, abstenez-vous de le critiquer, merci


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #30 30/07/2018 10h15

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   882  

Pourquoi vous vous sentez visé ? Touché même j’ai l’impression yikes

C’est une curieuse réaction dites donc ! Soit vous êtes fier (et vous en avez le droit) et dans ce cas, vous me répondez par une blague, une boutade voire une moquerie (je ne m’en offusquerai pas) comme c’est le cas parfois sur le forum, soit vous n’êtes pas d’accord et vous expliquez pourquoi mais vous ne décrétez pas une interdiction de s’exprimer surtout quand c’est dans la charte et dans les lois de la République ! Non mais, ne montez pas sur vos grands chevaux svp. Dans ce cas, seule la haute caste pourrait parler de la haute caste, on croît rêver !

Parce que le livre En Famille, pour ne pas se sentir transporté dans un autre monde suranné, il faut peut-être avoir la chance d’y appartenir (et aussi n’avoir aucun recul, je connais beaucoup de nobles qui trouvent ça ridicule voire "un entre-soi malsain" phrase utilisé par un ami d’une grande maison du Sud-Ouest), mais pouvez-vous svp laisser à la plèbe que nous sommes, qui certes n’a pas de sang bleu mais du courage, pouvez-vous nous laisser la liberté d’expression arrachée à la Révolution ? Ou alors on ne peut plus rien commenter et discuter.

D’autant qu’il n’y avait aucun dénigrement de ma part, au contraire, un amusement. Et enfin, et surtout, que je sache, cette caste ne souffre pas de discrimination, au contraire, elle utilise ses réseaux pour truster le pouvoir et pas toujours fondé sur le mérite. Donc non seulement je vais commenter mais je vais commenter encore plus. Bien sûr, toujours dans le respect des lois de la République, mais surtout pas m’arrêter car sommé par un nobliau enjambant ses grands chevaux. Ah ! gratter le masque et la vérité apparaît…


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #31 30/07/2018 10h18

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   165  

Comme vous y allez Job. Franchement prendre la mouche parce que quelqu’un critique un bouquin… C’est un peu extrême non ?
De plus, façonné un art de vivre, ok mais en quelle année ?

A noter que plus généralement, je connais assez bien le milieu de la noblesse pour avoir côtoyé des proches parents. Ce que vous indiquez comme "certains travers étonnants", personnellement j’aurais dit "certains principes aberrant" (et encore je me censure pour rester un gentleman comme le veux la charte).

2 points pour moi.

Hors ligne Hors ligne

 

#32 30/07/2018 10h42

Banni
Réputation :   19  

Notre cher Larousse va permettre à beaucoup d’entre nous de se sentir directement concerné par une affiliation directe à la bourgeoisie bien qu’ils n’aient de cesse de s’en défendre …

Définition du Larousse : "Catégorie sociale comprenant les personnes jouissant d’une situation relativement aisée et qui n’exercent pas un métier manuel".

Vous pouvez parfaitement renier les codes un peu surannés de la bourgeoisie mais pour la plupart d’entre Nous, vous en êtes !

De tous les bourgeois, je préfère ceux qui sont "hors milieu" mais qui assument dont je me réclame !

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #33 30/07/2018 10h55

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   235  

4 points quand même, mais dont 3 à cause de mes  années passées en Chine (biens à l’étranger, 2 langues étrangères parlées, et membre de famille étranger). Et le 4ème forcément parce que j’ai des actions.

Ricklatrick a écrit :

Je trouve ce questionnaire très orienté vers la grande bourgeoisie traditionnelle et parisienne, bref au poids de l’histoire familiale.

C’est vrai mais c’est le but il me semble. C’est la vraie bourgeoisie finalement car celle dont je suis issue (la "petite", celle du commerçant ou du cadre qui a réussi) ne se mêle que très peu à la vraie et peut très vite retourner là d’où elle vient.

Kabal a écrit :

De plus, façonné un art de vivre, ok mais en quelle année ?

Ce sont des choses intemporelles, mon cher Kabal…

Pour faire écho aux propos de PoliticalAnimal, il est vrai que cette bourgeoisie est surreprésentée dans les hautes sphères des entreprises, pas toujours en première ligne, mais souvent dans les cadres supérieurs ++. C’est vrai dans la banque d’affaire aussi et dans les cabinets d’avocats.

Maintenant, il faut reconnaitre qu’á ces niveaux, les gens bossent beaucoup, bourgeois ou pas. C’est surprenant d’ailleurs les mails à minuit puis à 4 h du matin de la même personne, les conf calls à 23h, et la plupart des gens qui sont là méritent leur place. Au moins au niveau de la quantité de travail fournie. Pour la qualité, je trouve que cela manque souvent de recul et de réflexion.

JL a écrit :

On n’a pas du tout la même vision du bobo ! Mais je m’en doutais, je crois que la définition de ce terme n’est pas stabilisée dans les esprits.

Ah ça, nous sommes toujours le bobo d’un autre. Puis il y a le bobo growth et le bobo value mais là, nous entrons sur un terrain glissant.

Hors ligne Hors ligne

 

#34 30/07/2018 11h10

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2248  

Le débat entre Job et PoliticalAnimal illustre peut-être les lignes de fracture entre l’aristocratie / la bourgeoisie traditionnelle, d’une part, et la bourgeoisie en formation et en ascension par sa réussite professionnelle, d’autre part. Le questionnaire mélange un peu les 2, mais pour vraiment "scorer" il faut appartenir à la première.

Evidemment, dans ce débat je rejoins Job, vous devriez avoir honte PoliticalAnimal ! Pour ma part, issu de la petite paysannerie aveyronnaise conservatrice toujours loyale à sa noblesse (à 80 ans, ma grand-mère prenait toujours des ordres de la châtelaine, qu’elle vouvoyait et qui la tutoyait), je partage entièrement le respect nostalgique bien exprimé ici par les Deschiens :


Plus sérieusement, le questionnaire montre voit qu’une fois une certaine aisance économique atteinte, on peut assez facilement rejoindre la bourgeoisie moyenne (disons 7-12 points). Pour ma part avec 4 points de capital économique et 2 points de capital culturel, il faudra que je fasse attention à ne point trop amener mes (futurs) enfants au musée ou au théâtre, sous peine de voir grandir dans mon foyer des petits bourgeois (perspective qui pourrait me faire reconsidérer mes plans familiaux).

En revanche, pour atteindre les 15 points et plus, en partant de zéro il faut bien plus d’une ou deux générations de travail acharné (et heureusement !) - il faut bien plus de générations, et sans doute aussi quelques changements de régime bien négociés ;-)

@Doubletrouble : oui, la logique du marché mondial conduit à toujours plus d’uniformité. Je ne me rendais pas compte que j’y contribuais par les couleurs que j’emploie toujours dans mes graphiques (bleu et orange) - d’ailleurs les couleurs du drapeau de l’UE, autre moteur de l’uniformisation… Très beau texte de Zola - qui me fait comprendre pourquoi j’ai toujours préféré intuitivement des compagnes d’origine populaire, comme moi.

Hors ligne Hors ligne

 

#35 30/07/2018 11h15

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   882  

Exemple très intéressant le vouvoiement et le tutoiement respectif de votre grand-mère envers la "châtelaine"… mais ça fait peur aussi ! Heureusement que le monde change sur ce point… par exemple est-ce que votre mère (et non votre grand-mère) se faisait tutoyer encore (sauf si elle-même tutoyait bien sûr) par les enfants de la "châtelaine" ? Ce serait intéressant de voir l’évolution.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

#36 30/07/2018 11h29

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   503  

J’ai un seul petit point … cela ne m’étonne pas…


Maintenant je profite !!!

Hors ligne Hors ligne

 

#37 30/07/2018 11h32

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   165  

N’ayant pas grand chose à faire ce matin :
7 pour ma part et je trouve cette catégorisation un peu futile.

Hors ligne Hors ligne

 

#38 30/07/2018 11h35

Banni
Réputation :   19  

Scipion8 a écrit :

Bonjour,

J’ai 38 ans, célibataire …

Alors que j’avais jusqu’à fin 2015 un métier a priori très stable dans ce secteur à l’étranger (en Europe, salaire mensuel environ 8k€)…

… revenu entre 250k€ et 280k€ nets d’impôts cette année …

Mon patrimoine est uniquement financier … 830k€ …

Scipion8 a écrit :

Le remplacement des vieilles élites aristocratiques, supérieures esthétiquement mais désargentées, par les nouveaux riches, la bourgeoisie ascendante dont la puissance financière ne compense qu’imparfaitement l’absence de goût, est un mouvement immuable, éternel et irrésistible. Les vieux mondes disparaissent, et on n’y peut rien.

Tout y est même à l’insu de votre plein gré …

IH : peut-on éviter s’il vous plaît d’utiliser les présentations des membres, surtout quand ils ont fait l’effort de la détailler, pour porter un jugement sur eux ?

Pour modération message humoristique à déplacer dans la file : "Êtes vous un bourgeois"

Désolé.

Dernière modification par maxcorporis (30/07/2018 12h06)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #39 30/07/2018 11h52

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2248  

@PoliticalAnimal : Je me souviens d’avoir vu ma grand-mère (qui était une femme très forte par ailleurs) s’écraser presque physiquement après une engueulade par la châtelaine - alors qu’il n’y avait plus depuis longtemps aucun lien formel de subordination entre les 2 (employeur / employé)… Incapable de se révolter ni d’émettre la moindre critique. Comme si le pouvoir aristocratique, établi par la force il y a des siècles, continuait toujours de s’exprimer.

Et là je parle de la toute petite noblesse désargentée… mais très très vieille, en revanche (pas de la noblesse d’Empire ou autres roturiers qui ont acheté une particule) : le hameau (une place forte médiévale) porte le nom de la famille.

La châtelaine tutoyait aussi ma mère (qui la vouvoyait), mais ça peut se comprendre puisqu’elle l’avait vue grandir gamine. Mais je ne pense pas que ma mère aurait accepté de telles remontrances sans répondre. Cette évolution se voit aussi au niveau politique, la petite paysannerie aveyronnaise était traditionnellement conservatrice, mais leurs enfants qui ont vécu 1968/1981, comme ma mère, ont souvent viré à gauche (Rodez et Saint-Affrique ont des maires de gauche, Millau a été reprise par la droite mais est très disputée).

Ce hameau (une quinzaine de maisons) est un intéressant laboratoire social puisqu’il réunit (i) "la famille" (qui lui a donné son nom), (ii) les descendants du prolétariat local (ma famille, issue d’ouvriers espagnols spécialistes du cuir, arrivés au 18e siècle), (iii) les ancêtres des bobos, les soixante-huitards arrivés après 1968 pour refaire le monde (même s’ils ont largement retapé le village qui tombait en ruine dans les années 1960, on les appelle toujours "les Parisiens" - j’ai eu comme voisin la famille du cinéaste sans doute le plus illustratif de la gauche bien-pensante), et (iv) les riches étrangers (j’ai aussi comme voisins un juge de la Cour de Londres et un nouveau riche belge amoureux des belles pierres).

Tout ce petit monde s’entend bien d’ordinaire, mais lorsque des querelles de voisinage éclatent, on voit réapparaître les vieilles lignes de fractures (les plus violentes étant entre noblesse et nouveaux riches, et entre autochtones et "Parisiens").

Ma famille, nombreuse, industrieuse et implacable, contrôle désormais la moitié du hameau. Elle a d’excellents rapports avec "la famille" (les descendants de la châtelaine, qui sont beaucoup plus cools) - le pouvoir égalisateur de l’argent, en quelque sorte. A mon niveau, j’essaie de continuer ce travail de conquête en achetant systématiquement les terrains alentours (aucune valeur : des collines calcaires, juste bonnes pour faire passer les troupeaux contre un roquefort en fin d’année) : une quête un peu absurde, mais une revanche posthume pour ma grand-mère.

Dernière modification par Scipion8 (30/07/2018 11h53)

Hors ligne Hors ligne

 

#40 30/07/2018 11h56

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030  

Je pense que ce test n’est pas à prendre trop au sérieux. En tout cas c’est ainsi que je l’ai considéré et je le trouve marrant. Inutile d’y chercher des catégorisations ou autre clivage, on voit bien avec les résultats que tout le monde ou presque est en dessous de 10 points.
Je suis à peu près certain que le type qui a mis 20 réponses positives dans le sondage est un gros mythomane.

Dernière modification par kc44 (30/07/2018 11h57)

Hors ligne Hors ligne

 

#41 30/07/2018 12h33

Membre
Réputation :   55  

Score de 4

A travers ce questionnaire on peut tracer les grandes lignes d’un certain   groupe social. C’est intéressant, pour quelqu’un qui le fréquente peu.
Je suis aussi étonné de voir qu’il n’est pas question d’éducation musicale et d’éducation sportive, qui je crois sont importantes dans ce milieu.

@Scipion

"le bobo d’aujourd’hui est pour moi très proche du bourgeois catholique d’hier : aujourd’hui comme hier, il veut à tout prix se faire pardonner son aisance matérielle par une supériorité morale."

Croyez-vous que les "bourgeois catholiques vieille France" se sentent coupables de leur aisance?  Moi j’ai plutôt l’impression qu’ils le vivent très bien et en tirent même de l’orgueil.

Le sentiment de culpabilité des "bobos" vous paraît-il justifié?

Dernière modification par nor (30/07/2018 13h09)

Hors ligne Hors ligne

 

#42 30/07/2018 12h56

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   522  

Scipion8 a tout à fait raison, le veganisme, l’activisme autour des migrants et autre commerce équitable (la plupart de ces grandes causes sont importées de toutes pièces des US sans grand effort de localisation) c’est la "part du pauvre" d’antan ou "aller construire une école au Mexique" d’aujourd’hui. C’est plein de bonnes intentions mais largement inutile dans le grand schéma des choses. Certains le feront par culpabilité, d’autres par désir de reconnaissance ou simple conformisme, certains pour se draper avec volupté dans la vertu, d’autres pour justifier leur statut. Rien de nouveau sous le soleil.

Lu ce matin :

Faits divers a écrit :

« La Chapelle est devenue un endroit extrêmement dangereux, où les exilés, hommes, femmes, enfants, vivent dans des conditions sanitaires épouvantables : ils sont au moins 700 personnes, en permanence, avec seulement deux points d’eau, qui ont été rétablis par la Ville après des dizaines de mails de notre part. Une bataille épuisante », explique désabusée Clarisse.

Oui Clarisse, envoyer des e-mails c’est épuisant. (je suis méchant…)

Dernière modification par doubletrouble (30/07/2018 13h07)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#43 30/07/2018 13h22

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2355  

Je trouve que ce questionnaire est surtout révélateur de l’idéologie des Pinçon-Charlot, qui renvoient comme résultat de leurs travaux une bonne partie des éléments qu’ils ont pris pour définir leur terrain d’analyse. Il manque peut-être encore l’appartenance à un club de bridge ou de golf (une société de chasse, etc.), la marque des chaussure ou des habits, l’endroit où on fait ses courses, la fréquentation des offices religieux, etc.

J’ai 5 points (un portefeuille de valeurs mobilières, biens mobiliers/immobiliers à l’étranger, ancien élève GE, parle deux langues étrangères, un gendre étranger) mais je vois peu en quoi ça caractériserait la bourgeoisie.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #44 30/07/2018 13h40

Membre
Réputation :   36  

Étant issu d’une famille très vaguement "ancienne-bourgeoise" (j’ai eu 7 pts; j’ai fait des "rallyes" au lycée, je pense que cela aurait pu être ajouté au questionnaire) et travaillant dans un milieu "bobo", je vais essayer de formuler quelques remarques, notamment par rapport au message de Scipion:

1° En ce qui concerne la "bonne conscience", la "part du pauvre", il serait bon de distinguer la bourgeoisie "protestante", qui agissait sans trop se poser de questions et par conviction (sinon religieuse, du moins morale) et la bourgeoisie "catholique", qui agissait parfois en partie par conformisme social - autant que j’ai pu le constater. Néanmoins, il existe aussi une authentique générosité dans les deux religions qu’on n’imagine plus toujours aujourd’hui, le cliché du notable chabrolien (entre autres) ayant fini par éclipser toute autre représentation de cette classe sociale.

2° Je relèverai cette différence entre la bourgeoisie "ancienne" et "moderne": la charité implique de donner de son argent (denier du culte), de son temps (activités paroissiales, etc.). Il suffit aujourd’hui de faire profession d’"humanisme" (l’acception a complètement dérivé), ce qui ne coûte pas grand-chose. L’essentiel étant d’ailleurs d’éviter les conséquences au point de vue individuel de la politique désirée au plan national (par ex., refus de l’élitisme et de la ségrégation, mais inscription dans des établissements privés ou hors-secteur; défense de l’écologie mais plusieurs voyages en avion dans l’année pour du tourisme, etc.).

En fin de compte, autant que j’aie pu le constater, ce qui caractérise les propos privés d’une partie de "l’ancienne" bourgeoisie, c’est le cynisme; de la "nouvelle", c’est l’hypocrisie - qui est comme chacun sait un hommage du vice à la vertu.

Je ne sais ce qui est le mieux et j’ai de toute façon des travers qui tiennent aux deux cultures - ce qui fait d’ailleurs que je ne suis jamais tout à fait à l’aise. Par-delà les travers généraux qui concernent chacune des deux, il y a la même proportion de gens insupportables et de gens attachants dans les deux ensembles.

Je m’en tiens là au stade de la morale et de politique publiques; les changements dans la sphère privée sont à mon humble avis beaucoup plus massifs (je pense que l’infidélité conjugale tolérée tacitement par l’épouse il y a cent ans ne l’est plus du tout aujourd’hui à milieu socio-économique comparable).

GoodbyLenine a écrit :

Je trouve que ce questionnaire est surtout révélateur de l’idéologie des Pinçon-Charlot, qui renvoient comme résultat de leurs travaux une bonne partie des éléments qu’ils ont pris pour définir leur terrain d’analyse. Il manque peut-être encore l’appartenance à un club de bridge ou de golf (une société de chasse, etc.), la marque des chaussure ou des habits, l’endroit où on fait ses courses, la fréquentation des offices religieux, etc.

Effectivement; la sociologie tend de plus à plus à devenir l’art de construire une méthodologie permettant de donner un vernis scientifique aux préjugés (ou du moins aux opinions) politiques et moraux du chercheur et de leur conférer ainsi une validité universelle. Les travaux de G. Bronner ont cherché à le démontrer récemment (Le Danger sociologique).

Dernière modification par Cornelius (30/07/2018 13h48)

Hors ligne Hors ligne

 

#45 30/07/2018 13h42

Membre
Réputation :   11  

Ah mince je n’avais pas compris qu’il y avait un coeff de pondération.
Du coup je suis à 15 points yikes

Hors ligne Hors ligne

 

#46 30/07/2018 14h33

Membre
Réputation :   36  

Je suis que qu’Isild est une bourgeoise ! big_smile

Dernière modification par titoux (30/07/2018 14h34)

Hors ligne Hors ligne

 

#47 30/07/2018 14h53

Membre
Réputation :   64  

Quel que soit le sujet, une seule réalité: on se commente, on se montre, on s’aime.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #48 30/07/2018 14h55

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   378  

titoux a écrit :

Je suis que qu’Isild est une bourgeoise ! big_smile

Même pas mon cher Titoux et pourtant ce n’est pas faute d’essayer (je regarde des films ouzbèques de 1920, version sous-titrée, en noir et blanc mais ça ne compte pas dans ce questionnaire) car dieu sait que certains items vendent du rêve, comme celui-ci :  Disposez-vous d’au moins une personne à temps plein pour vos besoins domestiques ? Si je pouvais avoir un jardiner suédois à domicile…

Mais hélas, je culmine misérablement à 2 points, les mêmes que Froidevaux d’ailleurs.

A part ça, très étonnée de voir que peu connaissent le nom de leurs arrière-grands-parents.
Ceci dit, j’ai fait mon arbre généalogique (tiens, ça mériterait 1 point de plus ça !) donc forcément ça aide à connaître les patronymes familiaux.

Comme l’a bien signalé GoodbyLenine, il manque quelques éléments capitaux à ce questionnaire. Et notamment, si on considère l’aspect culturel, la lecture est passée complètement à la trappe.
Lire les oeuvres intégrales de Maupassant ou de Balzac, ça devrait valoir quelques points tout de même.

@GoodbyLenine, marrant comme le bridge est associé à la bourgeoisie et le tarot à la "beaufitude". J’adore les deux donc je suis un espèce d’ hybride sans nom.

Dernière modification par Isild (30/07/2018 15h10)

Hors ligne Hors ligne

 

#49 30/07/2018 15h00

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2248  

@Nor : Je vais citer 2 sociologues connus excellents connaisseurs de l’âme française, qui ont dit la même chose à un siècle et demi d’intervalle (j’ignore si le second connaissait la citation du premier) :

«Le peuple français a deux passions également puissantes qui paraissent opposées et qui cependant dérivent du même sentiment, c’est l’amour de l’égalité et l’amour des distinctions.» (Napoléon Bonaparte)

«Le désir du privilège et le goût de l’égalité, passions dominantes et contradictoires des Français de toute époque.» (De Gaulle)


Les Français sont un peuple de paysans qui ont pris goût à la liberté et souhaitent s’élever - financièrement, socialement, culturellement, esthétiquement. Comme l’a bien compris notre nouveau monarque républicain, leur sentiment vis-à-vis de l’élite, de l’aristocratie (au sens étymologique : "le pouvoir des meilleurs") est ambivalent : ils la jalousent, ils exècrent ses privilèges, mais ils l’admirent parfois, et désirent par dessus tout la rejoindre.

Dans leur quête d’ascension, ils n’oublient pas la terre à leurs pieds, leurs origines, et la solidarité caractéristique monde paysan (où depuis des siècles il faut s’organiser collectivement pour les récoltes).

Diverses constructions idéologiques leur rappellent l’importance de l’égalité et de la solidarité : la religion chrétienne et son devoir de charité, la République et les 2 derniers mots de sa devise, le socialisme et son "vivre ensemble"… Toutes ces idéologies ont tour à tour dominé la psychologie collective et, même en recul, continuent de l’influencer largement.

Les débats politiques ou médiatiques récurrents visant les "riches" illustrent bien l’ambivalence des sentiments populaires : on les accuse d’égoisme, on les traque pour les punir fiscalement, mais dans le même temps, on veut en être.

Difficile donc pour le bourgeois, qu’il soit catho ou bobo, de se détacher de ce contexte et de cette pression sociale qui pousse à la générosité, qu’elle prenne la forme de la charité chrétienne ou, par délégation à l’Etat, des politiques sociales. (Mais comme dit par Cornelius, je pense que la générosité bourgeoise est aussi sincère : en se montrant généreux, le bourgeois améliore son utilité, son bien-être - par effet de réputation mais aussi par effet de bonne conscience.)

Dans le même temps, le bourgeois veut s’élever : le rêve de la bourgeoisie (détentrice du pouvoir économique), c’est de remplacer l’aristocratie = la détentrice des pouvoirs politiques, culturels et symboliques :

- La démocratie et le socialisme (= la doctrine politique qui depuis des décennies permet adroitement au bourgeois de rassembler les votes des ouvriers et paysans) lui ont permis de conquérir le pouvoir politique depuis longtemps.

- Le pouvoir culturel se conquiert en remplaçant les anciens codes esthétiques de l’aristocratie : le design scandinave du bobo remplace la table Renaissance regrettée par Doubletrouble. Le bobo fait sienne la modernité, ringardisant l’aristocrate (ou bourgeois traditionnel) et sa culture classique.

- Le pouvoir symbolique - le plus important - s’acquiert par la bonne conscience, la certitude d’incarner le "camp du bien" (le discours macronien, opposant les "progressistes" aux "conservateurs" et "réactionnaires" de tout poil, qu’ils soient conservateurs ringards de droite, dangereux nationalistes ou communistes au couteau entre les dents, l’illustre bien : il n’y a pas d’alternative). Pour incarner le bien, il faut invariablement prendre le parti de la minorité (par défaut supposée opprimée), accuser la majorité (le mâle blanc de plus de 50 ans, par exemple), incarner le progrès, toujours, quel qu’il soit, et incarner la modernité, toujours, balayer les vieilles valeurs comme ringardes et dépassées.

Donc pour résumer, je vois la bonne conscience du bobo comme le résultat nécessaire du besoin d’égalité (le besoin de solidarité) et du désir de privilège (la conquête du pouvoir symbolique), passions dominantes et contradictoires des Français de toute époque. (On peut sans doute établir des parallèles historiques entre les bobos actuels et la bourgeoisie de 1789, celle de 1848, de 1871 etc. : elle a toujours eu un rôle moteur dans l’évolution politique de notre pays, dépassant de loin son poids démographique.)

Bon, c’est juste ma vision, hein, qui est forcément influencée par mon parcours personnel et mes opinions politiques.

Dernière modification par Scipion8 (30/07/2018 15h02)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #50 30/07/2018 15h11

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   395  

Pour compléter vos propos en début de post si vous permettez (avec un peu de réflexion et d’analyse à la clé !)…

T. Gautier a écrit :

Et la médaille austère
Que trouve un laboureur
Sous terre
Révèle un empereur.

Sinon, le sujet est  abordé au départ sous un angle totalement superficiel et léger, pas de quoi se prendre le chou…"Nos actes nous définissent plus que nos héritages ou le fait de parler deux langues".


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur